Urbicides au Liban

Nahr al-Bared, 2007. (c) Adam Ramadan

Nahr al-Bared, 2007. (c) Adam Ramadan

Deux articles récents dans la revue Political Geography proposent d’appliquer la notion d’urbicide au cas libanais, en l’occurrence aux combats ayant mené à la destruction du camp palestinien de Nahr el-Bared et aux premiers rounds de la guerre civile en 1975-76, dans une démarche rétrospective. L’urbicide peut se définir comme des « violences contre la ville », allant jusqu’à sa destruction.
Rappelons que la notion d’urbicide a été utilisée pour la première fois de manière large à propos de la destruction de Mostar et plus largement des actes de violence contre les villes de Bosnie en 1992. François Chaslin dans Une haine monumentale : essai sur la destruction des villes en ex-Yougoslavie l’avait ensuite introduite dans le débat français. La notion a récemment fait l’objet d’un engouement théorique certain dans divers milieux académiques anglophones. Les opérations israéliennes contre Jénine et plus récemment, les guerres contre Gaza, ont suscité de multiples usages plus ou moins contrôlés et parfois plutôt militants, de ce vocable. Un livre collectif (Cities, war and terrorism: toward an urban geopolitics, en 2004) et un symposium (Introduction to urbicide: the killing of cities, in Theory & Event, 2007:2) ont cherché à l’imposer comme un véritable concept pour comprendre les logiques de la violence en milieu urbain dans la période post-guerre froide, sans s’interdire toutefois de l’utiliser pour analyser certains faits militaires de la deuxième guerre mondiale.
La popularité de cette notion s’inscrit également dans la prolifération des -cides, prolifération, hélas, directement dépendante des sollicitations à penser une actualité sinistre et mortifère dans un nombre croissant de théâtres urbains; et que prennent en charge divers théoriciens des sciences sociales de la globalisation, comme Arjun Appadurai qui propose notamment dans son livre Fear of Small Numbers un voyage entre l’ethnocide et l’idéocide. En France, le géographe Stéphane Rosière a proposé une réflexion critique sur ces questions.

Le concept d’urbicide est aussi à replacer dans une réflexion sur la guerre contre le terrorisme (War on terror) chez des géographes comme Dereck Gregory ou Stephen Graham qui s’intéressent notamment aux guerres néo-impéralistes des Etats-Unis en Afghanistan et en Irak, ainsi qu’aux formes actuelles du conflit israélo-palestinien qu’ils proposent de lire à partir d’une même matrice. J’ai trouvé pour ma part particulièrement intéressante l’idée de « Switching off cities »  de Graham, pour caractériser la stratégie US contre les infrastructures irakiennes lors de la guerre du Golfe de 1991 puis lors de la réplique de 2003. La destruction des infrastructures a pour objectif la démoralisation de sociétés tout entières, en tant qu’elles sont très largement dépendantes aux flux de matière et d’énergie qui circulent dans ses infrastructures. Graham s’inscrit là dans la lignée des travaux de Eric Swyngedouw théoricien radical d’une Political Ecology of Urbanization. L’enjeu de la notion d’urbicide est justement de proposer un cadre conceptuel pour penser non pas seulement la guerre contre une société particulière mais en particulier contre une société en tant qu’elle est urbaine. Ces auteurs font l’hypothèse que le contexte actuel post-guerre froide se caractérise par une violence structurellement urbaine, dont le terrorisme contre la ville (9/11, Madrid, Londres, Bombay…) et la War on terror sont deux facettes inextricablement liées.

La notion d’urbicide n’avait pas, à ma connaissance, fait l’objet d’analyses approfondies dans le cas libanais. Je l’ai moi-même utilisé à deux ou trois reprises dans divers textes (ici par ex.) sans lui conférer une charge conceptuelle particulière. Qu’en est il des deux articles en question? En particulier, en quoi cette notion éclaire-t-elle d’une manière nouvelle la spatialité de la guerre (des guerres) au Liban? et d’autre part, en quoi ces analyses libanaises enrichissent-elles la conception que l’on peut avoir de la notion d’urbicide?

Dans « Destroying Nahr el-Bared: Sovereignty and urbicide in the space of exception« , Adam Ramadan revient en détail sur les détails de l’opération militaire de l’armée libanaise contre la milice islamiste Fatah al-Islam retranchée dans le camp de Nahr el Bared, à partir de mai 2007. Ces combats acharnés ont duré jusqu’en septembre. 168 soldats libanais sont morts. Les 30.000 habitants de ce camp du Liban nord l’ont évacué, la plupart pour le camp voisin de Beddawi dans la banlieue de Tripoli. La victoire de l’armée libanaise a été suivi d’un mois de saccage et de pillage du camp palestinien déjà fortement touché par les combats (nombreux pièges installés par Fatah al-Islam, bombardements de l’armée libanaise). En conséquence, le camp est très largement détruit (un fichier de photographies inédites est proposé en annexe de l’article par l’auteur). Signalons d’ailleurs qu’au contraire de la très large monstration des effets des bombardements israéliens contre le sud-Liban et la banlieue-sud de Beyrouth en 2006, l’iconographie décrivant la destruction de Nahr al-Bared est bien plus ténue et moins spectaculaire (moins de 300 images sur Flickr; les images aériennes visibles dans Google Earth sont datées du 25 nov. 2005 et ne permettent donc toujours pas de visualiser l’étendue des dégats).

nahrelbared-18102009

Vue de Nahr el-Bared dans Google Earth. L'image est datée du 28 novembre 2005

Le retour des habitants n’a commencé que plus d’un an après la fin des combats, la plupart dans des installations temporaires, et il n’est pas achevé à ce jour, la plupart des logements restant inaccessibles ou n’étant pas reconstruit et faute de constructions d’accueil provisoire en nombre suffisant. Le gouvernement libanais, avec des soutiens financiers internationaux, a le projet de reconstruire le camp et de le faire passer sous sa souveraineté. Pour l’instant, l’exécution de ce projet n’a pratiquement pas avancé en raison de retard dans les versements promis et surtout d’une controverse sur des fouilles archéologiques menées sur les terrains occupés par le camp, qui serait très riches. Certains partis politiques libanais semblent décider à empêcher la reconstruction, perçue comme une forme d’installation définitive des Palestiniens au Liban (tawtîn), un projet honni par la grande majorité de la classe politique et de la population.

L’apport de l’article de Ramadan vient de son travail de terrain précis (photographies des lieux dévastés par les pillages, entretiens) et de son insistance sur les actes de destruction commis par l’armée après la reddition de Fatah al-Islam. On assiste alors à un transfert de la violence : d’abord dirigée contre les agresseurs de l’armée libanaise, elle vise le camp palestinien alors lui-même. Ces faits constituent pour lui – et on lui accorde volontiers – l’acte d’urbicide. Il souligne d’ailleurs qu’ici urbicide ne signifie pas du tout génocide puisque les habitants du camp l’ont évacué et n’ont donc pas été victimes des combats au sens propre. S’il insiste sur la lourdeur des pertes infligées par Fatah al-Islam à l’armée, qui explique la fureur des soldats, il souligne aussi que la milice n’était aucunement réductible à la population du camp et que le déchainement de la violence contre le camp et contre les biens de ses habitants (maisons, équipements, etc.) s’expliquent par la combinaison de deux éléments. D’une part, la longue histoire du rejet des Palestiniens au Liban, leur perception jusqu’à aujourd’hui comme des étrangers rejetés et sans droits hormis celui du retour – perception renforcée par la guerre civile dont les Palestiniens sont ressentis par beaucoup de Libanais comme une des, sinon la, cause(s) principale(s). Les camps sont l’emblème de cette situation (rappelons que beaucoup de Palestiniens – la moitié peut être – habitent en fait hors des camps)  : ils sont perçus et fonctionnement en partie comme comme enclaves sécuritaires, dans le territoire libanais mais « non pas du Liban ». En conséquence, la constitution durable de ces camps comme « espaces d’exception » et zone de non-droit est ce qui a permis que ces pillages se poursuivent un mois durant, sans que leurs auteurs n’encourent aucune sanction. A. Ramadan reprend ici la notion d’état d’exception théorisée par Gorgio Agamben que le sociologue Sari Hanafi de l’université américaine de Beyrouth a également développé à propos de Nahr el-Bared (voir son article dans Asylon par exemple).

A mon sens, certains éléments auraient pu être davantage soulignés. D’une part, la couverture de ces actes par les plus hautes autorités militaires n’est guère analysée. Or la bataille de Nahr el-Bared a représenté un moment majeur dans l’ascension politique du chef de l’armée, le général Michel Sleimane, vers la présidence de la République, à laquelle il a été élu en mai 2008, après les accords de Doha. La victoire de Nahr el-Bared a contribué à construire sa légitimité de soldat au service d’un Liban uni contre l’ennemi palestinien de l’intérieur. L’article évoque la reconstruction en cours ou du moins les projets de reconstruction, qui visent à placer le camp sous la souveraineté libanaise. Il conviendrait de se demander ici (mais ce serait un autre article) dans quelle mesure cette reconstruction est une poursuite de l’urbicide, comme les rumeurs dont l’auteur se fait l’écho dans l’article le postulent, ou si elle peut contribuer à la reconstruction de cette société urbaine que constituait le camp, et à quelles conditions? Il faudrait pour cela souligner les conceptions et stratégies variées des acteurs impliqués – des militaires libanais aux reconstructeurs de profils assez divers (appartenant aux organisations internationales, au gouvernement, à des ONG…). Bref, au delà de l’urbicide, qui sont vraiment les groupes et les acteurs engagés dans la violence contre l’espace urbain palestinien? Quels sont leurs objectifs et quelles sont leurs actions?

Un autre point un peu éclipsé par l’article concerne la nature des relations entre le camps de Nahr el-Bared et son voisinage avant les combats. Nahr el-Bared, en partie il est vrai en raison de son statut juridique d’exception, était une centralité commerciale de premier ordre pour les habitants libanais des alentours. Des liens multiples existaient (travail, relations matrimoniales…). Ce point n’est pas analysé dans l’article : il conduirait à nuancer la conceptualisation du camp comme espace d’exception. Un autre lacune de l’analyse est l’omission des antécédents historiques concernant la destruction de camps palestiniens au Liban, notamment Tell ez-Zaatar et Jisr al-Bacha, assiégés puis détruits par les Forces libanaises en 1976, ainsi que les massacres de Sabra et Chatilla en 1982 et les autres batailles contre les camps en 1985-87 par les milices chiites. Dans quelle mesure la notion d’urbicide aurait-elle pu être utilisée pour qualifier ces violences?

Contrairement à ce que son titre aurait pu laisser penser, l’article de Sara Fregonese,  » The urbicide of Beirut? Geopolitics and the built environment in the Lebanese civil war (1975–1976)« , va s’appliquer à ne pas répondre directement à de telles questions et proposer un usage prudent, attentif aux enjeux locaux et contextualisé de la notion d’urbicide.

« there is a whole spectrum of understudied practices – from total destruction of the city to varying degrees of segregation and discomfort for inhabitants – in which the built environment becomes part of the struggle for the definition of contested territorial visions. It is unwise, as this study suggests, to generalise either historically or geographically. Urbicide needs to be put in its place(s). »(Fregolese, 2009, p.310)

Vue du Holiday Inn en mai 2006 - Photo Antonio Caselli (c) sur Flickr

Vue du Holiday Inn en mai 2006 - Photo Antonio Caselli (c) sur Flickr

Dans ce texte, elle s’appuie sur deux types de corpus pour comprendre comment les acteurs de la géopolitique libanaise se représentaient le conflit et la place qu’y tenait l’espace urbain. Elle oppose en particulier une vue d’en haut et de l’extérieur (à partir des archives diplomatiques de divers acteurs et observateurs de cette guerre) qui considère le Liban comme un espace  violent et  incontrôlable par nature, où l’Etat ne dispose d’aucune souveraineté – et qui ne prennent pas en compte la dimension urbaine du conflit ; aux vues géopolitiques des acteurs de terrain, notamment les miliciens pour qui l’espace urbain est à la fois un enjeu tactique (comment faire la guerre dans Beyrouth, contrôler ses points hauts comme les Grands hôtels objets d’une terrible bataille entre la fin 1975 et 1976) et stratégique : un espace qu’il faut transformer ou dont il faut subvertir les valeurs par la conquête de lieux symboliques (comme le quartier Hamra ou le centre-ville, espace de la bourgeoisie et du capitalisme) et où il faut résister à la pénétration de ses ennemis. Elle montre également comment ces acteurs de terrain combinent dans leur justification leur connaissance des lieux (la ville), leurs représentations des changements voulus (leurs buts de guerre) et les discours géopolitiques à plus large portée. Pour elle :

« it is possible to explore urbicide as a context-specific physical and epistemological rearrangement of contested urban territories, rather than as an overarching label for post-cold war geopolitical trends. »(p.317)

Dans le cours de son analyse, en suivant le texte fondateur de Albert Hourani, elle prend en particulier ses distances avec certains discours qui lisent la guerre du Liban comme une guerre de la Ville contre la Montagne. Ce faisant, elle souligne que la notion d’urbicide telle que l’ont en particulier forgé les architectes bosniaques au chevet de Mostar et de Sarajevo repose sur une opposition quelque peu essentialiste entre la ville – symbole de cosmopolitisme, d’ouverture, de raffinement, de tolérance, de mise à l’écart des fanatismes tribaux ou religieux – et la campagne ou la montagne, chargées de toutes les tares inverses.

Ainsi, pour elle, l’hypothèse de l’urbicide présente l’avantage méthodologique de conduire à s’intéresser à la guerre à travers le prisme de l’espace urbain, enjeu et moyen de la guerre. Ce faisant, la violence de la guerre peut conduire à durablement transformer les propriétés de l’espace urbain, voire le détruire  ou en annihiler certaines caractéristiques considérées comme intrinséque à la ville par certains observateurs/parties prenantes. Elle ne le dit pas si nettement, mais à ses yeux, la qualification d’urbicide semble par ailleurs chargée d’une connotation élitiste qui empêche de comprendre certaines des pratiques des acteurs locaux de la guerre en milieu urbain et qui en rend donc son usage malaisé. On comprend mieux pourquoi elle ne propose pas d’examiner la notion d’urbicide pour qualifier les opérations militaires contre les camps palestiniens lors des deux premières années de la guerre libanaise, alors même que ces opérations ressortissent de stratégies de nettoyage « ethnico-confessionnel » et apparaissaient comme de bonnes candidates à cette qualification. Là n’est pas son souci.

Cet article nous engage à une grande prudence quant à l’usage de ce terme dans les recherches en SHS, à la fois quant à l’hypothèse qu’à la période contemporaine la violence  aurait une dimension spécifiquement urbaine, et ceci sans nier l’évidence que la guerre urbaine constitue une dimension privilégie de la guerre aujourd’hui ; et aussi quant à la réification et à la réduction de ces violences dans l’espace urbain à des affrontement entre des entités sociales à l’ancrage spatial trop strictement définis.

La notion d’urbicide est en effet malaisée à utiliser. D’emblée son étymologie, comme pour génocide, en fait à la fois un concept descriptif et une notion à connotation morale et juridique – qui incite à identifier des fauteurs de crime. D’autre part, dans ses divers emplois, il est implicitement admis que l’endommagement voire la destruction du cadre physique de la ville implique la destruction de la cité en tant qu’ensemble social et politique. Ce postulat ressortit d’une pensée de type spatialiste – au sens où l’action sur l’espace est la condition du changement social. Il n’est sans doute pas insignifiant à cet égard que des architectes aient été les premiers utilisateurs et promoteurs de cette notion… Prudence et précision à l’égard d’un tel vocable sont donc recommandées, sans s’interdire pourtant de l’utiliser.

Ainsi, parler d’urbicide de Nahr al-Bared est en un sens paradoxal car Nahr al-Bared, c’est la non-ville (l’anti-Sarajevo ou l’anti-Beyrouth : misère, absence de diversité, etc.) Utiliser le mot, c’est se forcer à penser que pour ses habitants, il s’agissait pourtant  bien d’une ville. Derrière la notion d’urbicide, c’est la définition de ce qui fait ville et de la manière de la transformer (et de la légitimité à la transformer) qui est en question. Le piège de l’urbicide serait alors d’en rester à la parole des élites et à leurs actions. La reconstruction en cours, à Nahr el-Bared ou ailleurs au Liban, représente à cet égard un enjeu majeur. Certes, il faut se demander dans quelle mesure les politiques urbaines de reconstruction en particulier réparent-elles ou pérénisent-elles l’urbicide ? Mais ne s’intéresser qu’aux politiques urbaines, comme aux actions militaires des « urbicideurs », c’est risquer de surestimer leur capacité à imposer leurs projets et à contrôler l’espace social. Dépasser l’urbicide, n’est ce pas aussi observer et comprendre les marges de manœuvre et les initiatives des habitants palestiniens et libanais pour rétablir des liens et reconstruire une vie urbaine?


2 réflexions au sujet de « Urbicides au Liban »

  1. Julie Steyer

    Bonjour,
    Qui est l’auteur de cet article ? quelle est la référence bibliographique complète ?
    Merci beaucoup !

  2. Eric Verdeil Auteur de l’article

    Bonjour,
    merci de votre intérêt. Il faut citer cette référence ainsi:
    Eric Verdeil, « Urbacides au Liban », Recherches urbaines au Moyen-Orient et ailleurs (Rumor), le 19/10/2009, En ligne: https://rumor.hypotheses.org/93
    Bien cordialement
    Eric Verdeil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.