La librairie de quartier en débat à l’heure de l’édition électronique

Mercredi 16 juin a eu lieu, à la librairie Terre des livres à Lyon, une discussion sur les enjeux de l’édition électronique, à l’occasion de la parution de L’édition électronique de Marin Dacos et Pierre Mounier, en présence de ce dernier et de Erik Fitoussi, propriétaire de la librairie Passages, l’une des grosses librairies indépendantes de Lyon. Une petite trentaine de personnes assistaient à cette manifestation. La librairie, installée au cœur du quartier universitaire, en organise régulièrement.
En introduction, j’ai rappelé la distinction proposée par M. Dacos et P. Mounier entre l’édition au défi du numérique (la passage du papier au numérique – la numérisation, Googles books, etc…), l’édition numérique (avec l’essor de livres dématérialisés, et pour des supports multiples dont les liseuses de toutes sorte, puis l’édition en réseau et donc la question des nouvelles interactions autour du livre (le rôle des réseaux sociaux, la transformation possible de l’écriture, etc…). A partir de là, j’ai proposé deux pistes de discussion pour comprendre les relations en évolution entre les acteurs de la chaîne du livre : auteur, éditeur, libraire, lecteur. La première autour des transformations culturelles entraînées par ces mutations. La deuxième autour des enjeux économiques et politiques de cette mutation.

Erik Fitoussi a ensuite présenté, à travers son expérience professionnelle, les changements du métier de libraire, et notamment la manière dont l’informatisation a profondément changé son environnement professionnel. Il a insisté aussi sur deux constantes de son métier : sa dimension commerciale et la nécessité d’assurer un équilibre économique fragile, se traduisant par de faibles possibilités d’investissement, un bricolage technologique (notamment pour l’internet), les tâches lourdes et épuisantes de la réception, du classement et du renvoi des ouvrages, le tout traduisant (selon l’expression de P. Mounier) une domination du libraire par l’éditeur. Le libraire est sous le feu roulant des nouveautés à manutentionner… L’autre constante du métier, c’est la fonction d’intercession envers le lecteur, le partage de ses découvertes, de ses goûts et de ses connaissances avec sa clientèle.

Pierre Mounier est d’abord revenu sur deux points développés dans le livre. Les trois étapes se suivent certes de manière chronologique mais elles se se superposent et se produisent aussi en même temps. Ensuite il ne faut exagérer la dimension de révolution de ces transformations, dont l’origine a plus de vingt ans, et remonte au web lui-même.

Il a ensuite orienté la discussion sur la transformation des librairies aujourd’hui. Il a regretté la lenteur des évolutions des acteurs du livre (éditeurs autant que libraires) qui ont permis aux acteurs extérieurs que sont Amazon, Google ou Apple d’occuper une place dominante dans l’écosystème aujourd’hui. Prenant ensuite sa casquette de lecteur, et d’acheteur de livres (numériques ou papier), il a ensuite interpelé la librairie (en général) sur les services qu’il attend pour l’aider dans son acte d’achat de livre. Deux exemples illustrent les faux semblants qui entourent des évolutions très brutales dont les libraires ne semblent pas partie prenante. Le premier est cette vidéo diffusée par Editis en 2007, préfigurant l’avenir radieux du livre numérique et la totale implication des libraires dans sa diffusion, d’une manière qui apparaît complètement en décalage avec les usages observés.

Le second exemple est la possibilité de choisir un libraire lors d’un achat électronique sur le site du portail du livre québécois ou sur Eden Reader, qui soulève une polémique ces jours-ci.

Amazon est, sinon le libraire favori de Pierre Mounier, du moins celui qu’il fréquente le plus. Il lui offre une grande simplicité de l’achat (pas de déplacement, un paiement facilité). Le système des recommandations d’Amazon est puissant mais relativement pauvre. Il repose sur l’agrégation de préférences individuelles mais non sur des avis de confiance et motivés, ce qu’il attend justement des nouveaux libraires. Il aimerait trouver sur internet de tels services. Les libraires, et notamment les librairies indépendantes de quartier, qui ont historiquement joué ce rôle, ont-ils quelque chose à proposer sur ce point? Pierre Mounier invite en particulier les libraires à d’abord penser le service, avant le modèle économique.

Erik Fitoussi a alors évoqué la mise en place prochaine, par le syndicat de la librairie, d’un portail (1001libraires.com – non encore actif), action dans laquelle la librairie Passages est justement très impliquée. Outre une fonction de visualisation des stocks et d’achat en ligne, la personnalisation par les libraires eux-mêmes de ce portail, permettra en fonction des compétences et de la personnalité de chacun, de disposer d’avis spécialisé.

A partir de là, le débat avec la salle a été très nourri et il n’est pas facile d’en rendre compte. L’expérience de Zazieweb (Isabelle Aveline, sa fondatrice, étant présente), c’est à dire d’une communauté de lecteurs partageant leurs avis, a été évoquée mais aussi la difficulté à trouver le modèle économique permettant la stabilisation d’un tel service, aujourd’hui fermé. Autre évolution possible, signalée par Erik Fitoussi: la conversion d’un libraire new-yorkais incapable de tenir le choc face à Barnes and Nobles, en cyber-conseiller pour la vente de livres, rémunéré pour cela. Mais quel est, au delà de quelques exemples, l’extension que peut prendre un tel métier? Ce cyber-conseiller peut-il vendre des livres? En tout cas, cette librairie-là n’est plus localisée dans l’espace (urbain). On a cité l’exemple de Bibliosurf. On note d’ailleurs un récent billet de ce dernier, très critique envers ses confrères « de quartier ».

Dans la discussion, un autre point fort est revenu: la valorisation de la proximité. Créer des occasions de venir dans ces lieux privilégiés, vendre des livres d’occasion, organiser des rencontres, comme le fait Terre des livres. Sans doute s’agit-il là surtout d’une stratégie possible dans les seuls centres villes et quartiers denses, structurés en fonction des métriques pédestres comme le dirait un géographe comme Jacques Lévy. Et qui suppose le prix unique. Mais le problème est d’articuler cet espace physique du livre, du contact entre le libraire et le lecteur, et le cyberespace où se déplacent pratiques de recherches des lecteurs, et achats. Il y aurait des exemples. On a cité Dialogues à Brest. Mais combien pourra-t-il y en avoir?

Cette discussion m’a laissé l’impression amère que les libraires ne savent guère comment appréhender cette mutation. Le portail annoncé les sauvera-t-il? En tout cas, la profession est sur le pied de guerre et multiplie les initiatives, comme celle-ci, signalée par Aldus.

http://terre.des.livres.free.fr/

Pour ceux qui veulent écouter le débat, voici un enregistrement découpé en 4 séquences:
L’introduction de la discussion (11 min)

L’intervention de Erik Fitoussi (7 min)

L’intervention de Pierre Mounier (13 min)

La suite de la discussion (environ 1 heure), qui commence par la présentation du futur portail des libraires.


5 réflexions au sujet de « La librairie de quartier en débat à l’heure de l’édition électronique »

  1. Ping : Tweets that mention La librairie de quartier en débat à l’heure de l’édition électronique | Rumor -- Topsy.com

  2. Pierre Mounier

    Merci beaucoup pour avoir eu l’idée d’organiser ce débat et pour l’invitation. J’ai trouvé le débat avec tout le monde très riche et intéressant.

    A bientôt,

    Pierre

  3. Ping : Tweets that mention http://rumor.hypotheses.org/901/comment-page-1#?utm_source=twitterfeed&utm_medium=twitter?utm_source=pingback -- Topsy.com

  4. Ping : Filière livre » Archives du Blog » La librairie de quartier en débat à l’heure de l’édition électronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.