La cartographie à la Bibliothèque nationale, des portulans à l’internet

Republication de : Notice 197574, Bulletin critique du livre en français, n°691, avril 2007, pp.96-97.

Catherine Hofmann et Hélène Richard, coord., « La cartographie »,  dossier de la Revue de la Bibliothèque nationale de France, n°24, 2006, 96 p. (illustrations en noir et blanc et en couleur)

Ce dossier regroupe neuf articles qui étudient l’évolution des techniques et des usages de la cartographie depuis le XIVème siècle. Portulans, cartes « historiques » comme la représentation cartographique de l’Exode destinée aux lecteurs protestants de la Bible au XVIème siècle, cartes militaires, étonnantes cartes en mouvement représentant des batailles marines, globes, atlas, et mêmes des médaillons cartographiques incrustés dans des meubles, constituent des supports variés, souvent inattendus, d’une grande richesse esthétique que la reproduction en couleur permet d’apprécier dans cette livraison. Malheureusement, la réduction et des légendes et commentaires de planches parfois trop sommaires ne permettent pas toujours de visualiser les observations et remarques des auteurs.

Au delà de cette diversité, trois traits communs relient les analyses proposées. La carte remplit bien d’autres fonctions que la représentation du territoire la plus savante et la plus exacte possible, et parfois ces autres fonctions jouent contre cette dernière. Ainsi, la carte est une mémoire, célébrant et rappelant la gloire passée d’un évéché tombé dans l’oubli, tel Vicina dans le delta du Danube. Pour Elisée Reclus rendant compte de l’atlas de Garnier, le choix du mode de représentation sphéroïdal (qui ne permet de voir d’une partie du globe à la fois) en lieu et place des projections planes est une incitation à l’imagination par sa beauté et la possibilité de voir le monde au naturel. Un deuxième axe commun a trait aux techniques de production de ces documents cartographiques : l’économie du travail, la reproduction des modèles par des artisans-artistes, qui sont étudiés à travers la reconstitution de la vie et des dimensions concrètes de quelques-uns de ces créateurs de cartes. Enfin, les articles analysent aussi les lectures et usages divers des destinataires de ces cartes : décoration ou méditation théologique par exemple, qui s’écartent de l’idée d’une cartographie utilitariste et militaire. A travers l’examen des modes de production et des fonctions des cartes informatiques, Eric Guichard montre in fine le brouillage structurel des limites entre la représentation graphique comme objet univoque et le texte, puisque la carte n’est plus qu’un code numérique, un texte doté selon lui d’une syntaxe. Il fait ainsi retour sur l’ambivalence du statut de la cartographie que souligne avec richesse l’ensemble du dossier.

Pour complément, je renvoie aux passionnants travaux d’Eric Guichard sur la cartographie automatique contemporaine (notamment ce qu’il nomme la cybergéographie), et en particulier au texte qu’il a donné dans ce numéro.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.