Les réformes du secteur électrique en Jordanie et au Liban : vers de nouvelles régulations ?

Voici ma communication pour le séminaire de travail du programme de recherche TANMIA. Le « développement » : fabrique de l’action publique dans le monde arabe ? 4ème rencontre du programme de recherche financé par l’Agence nationale de la recherche, qui se tient à Genève le 19 mars (voir ce billet).

Les réformes du secteur électrique en Jordanie et au Liban : vers de nouvelles régulations ?

Résumé:

Les réformes du secteur électrique en Jordanie et au Liban s’inspirent d’une logique libérale. Les bailleurs attendent de leurs mises en œuvre des mutations significatives de l’action publique, une performance améliorée et une amélioration des finances. Dans cet article, nous soulignons les enjeux et sociaux de ces réformes, avant d’étudier successivement les réformes en Jordanie puis au Liban. En Jordanie, une profonde réforme institutionnelle a abouti, à l’issue de laquelle des firmes privées sous contrôle étranger (majoritairement émirien) occupent un rôle central. Mais nous montrons que le régime hachémite maintient un contrôle étroit sur le secteur. Au Liban, les blocages politiques entrave les projets de réforme, très proches dans leur inspiration du modèle jordanien. Dans les deux cas, les rapports sociaux structurants du secteur électrique apparaissent néanmoins largement inchangés.

Texte à télécharger ici. Les commentaires sont bienvenus!


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.