Carlos Slim : le Liban en a-t-il vraiment besoin?

Carlos Slim et Nasser Chamaah, le PDG de Solidere, devant la  maquette du projet. Photo : The Daily Star (c)

J’adore cette photo de Carlos Slim écoutant Nasser Chamaah en costume à rayure de commercial lui vantant une tour Murr en habit de lumière. Alors que la presse internationale tresse des lauriers à l’homme le plus riche du monde, dont la richesse s’est accrue cette de 11 milliards de dollars grâce à des achats de crise judicieux, le voilà qui s’invite à la table des mégaprojets libanais. On parle dans L’Orient-Le Jour de Jezzine, son village d’origine. Pauvres forêts de pins de cette région, on n’ose imaginer leur devenir.
Ces projets d’investissement étonnent un peu pourtant. On lit dans l’Orient-Le Jour du 11/3/2010 que la hausse continue des prix fonciers commence à avoir toutes les apparences d’une bulle. Certes, les Libanais se plaisent à souligner que la spéculation immobilière est immunisée contre les subprimes et autres produits financiers pourris grâce à la vigilance de la Banque du Liban. Elle repose pour une bonne partie sur les investissements de la diaspora et des Arabes du Golfe, qui ne semblent pas faiblir. Mais le potentiel d’appréciation qui justifierait les investissements (à retour espéré rapide, se doute-t-on) d’un Slim est-il encore si important?

Plus fondamentalement, quel bénéfice faut-il attendre pour l’économie de tels investissements? Cela me rappelle l’excellent poisson d’avril du même journal, l’an dernier, annonçant la découverte de pétrole dans les eaux territoriales libanaises. Une amie, qui avait pris la chose au pied de la lettre, avait réagi en disant : “Ciel! Ont-ils vraiment besoin de cela?”. Le problème des économies rentières (que la rente soit le pétrole ou les remises d’émigration) est de décourager le développement des secteurs productifs, tandis que les bénéfices des rentes vont à une petite fraction de la population, surtout dans un cadre libéral où les effets redistributifs sont très limités en raison de la faiblesse de la fiscalité. Ce n’est pas avec cela que l’émigration cessera…


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Eric Verdeil (13 mars 2010). Carlos Slim : le Liban en a-t-il vraiment besoin? Rumor. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ttuv


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.