Villes sud-méditerranéennes sous tension: que nous disent-elles de la transition énergétique?

J’étais l’invité, le vendredi 17 novembre 2017, de l’Institut méditerranéen d’études avancées (IMéRA) à Marseille dans le cadre du cycle mensuel « La transition énergétique v/ les transitions énergétiques : hier, demain, ici, ailleurs » inscrit dans le programme « Phénomènes globaux et régulation » de l’IMéRA et appuyé par le PR2I Energies.

Voici le résumé de mon intervention:

Villes sud-méditerranéennes sous tension: que nous disent-elles de la transition énergétique?
Cette présentation articule des questionnements et des résultats de mes enquêtes dans deux programmes de recherche (ANR Trajectoires énergétiques des métropoles du Sud; ANR Collener: Les collectifs de la transition énergétique) ainsi que des réflexions plus larges issus de mon habilitation à diriger des recherches.
La réflexion s’ancre dans un cadre théorique dérivé de l’écologie politique urbaine, telle que Swyngedouw en particulier la conceptualise, pour aborder les tensions et les reconfigurations des circuits énergétiques urbains. Ce faisant, l’enquête poursuit deux objectifs : saisir les mutations affectant les relations entre villes et énergies dans le double contexte du tournant néolibéral, et de la transition énergétique ; évaluer les apports pour les études urbaines et pour les sciences sociales d’une analyse de ces questions à partir de villes du Sud. Les exemples sont principalement pris au Liban, en Jordanie et en Tunisie, ainsi que, secondairement, dans les autres pays du sud et de l’est de la Méditerranée. Ces travaux partent du constat de tensions grandissantes, dans ces villes en forte croissance démographique et marquées par l’émergence de nouveaux modes de consommation, autour de la question énergétique qui se manifestent en particulier par des coupures et des difficultés d’accès inédites, ainsi que des hausses tarifaires. Alors que la transition énergétique est présentée, dans les pays du Nord et par les organisations internationales, comme un nouveau cadrage politique structurant, impliquant notamment un rôle accru des métropoles, mes enquêtes montrent une situation très complexe. Si les tensions existantes, qui se manifestent en particulier dans les villes, attestent d’une politisation accrue de la question énergétique, en revanche il est difficile de percevoir l’émergence de véritables politiques énergétiques urbaines. Les Etats restent les accords majeurs de l’action énergétique. De plus, l’impératif de la transition vers des énergies bas carbone et l’efficacité énergétique apparaît brouillé au regard d’autres priorités, qu’elles concernent la sécurisation énergétique, la régulation sociale de l’accès aux services par les tarifs, ainsi que des discours nationalistes, anti-colonialistes voire anticapitalistes qui relèguent les aspirations environnementales au second rang. Dans ce cadre, quel statut conceptuel attribuer à la transition énergétique? 

On peut revoir la vidéo de mon intervention (ainsi que les diapositives utilisées), qui dure environ une heure (à partir de 7 mn 30 environ), suivie de questions (une heure environ aussi).

Vidéo intégrale du séminaire « Villes sud-méditerranéennes sous tension: que nous disent-elles de la transition énergétique? » par Eric Verdeil (CERI-Sciences Po) enregistré le 17 novembre 2017, à l’IMéRA.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *