Mise en ligne des Cahiers d’EMAM

L’équipe Monde arabe et Méditerranée du laboratoire CITERES de l’Université de Tours viennent de lancer sur Revues.org / OpenEdition le site de leur revue :

Les Cahiers d’EMAM sont une revue interdisciplinaire qui se propose de contribuer à la restitution des savoirs sur le Monde arabe et la Méditerranée, dans leurs interférences avec le reste du monde, autour des questions urbaines et des processus de constructions / reconfigurations territoriales dans leurs dimensions sociales, économiques et politiques en encourageant les idées nouvelles et les démarches comparatives.

Les Cahiers d’EMAM, en ligne à partir du n° 16, s’inscrivent dans la continuité des Cahiers d’URBAMA, parus entre 1988 (n° 1) et 2000 (n° 15).

C’est une bonne nouvelle pour la recherche sur la recherche sur le Monde arabe et notamment la recherche urbaine sur cette aire géographique. Cela dit, la page de présentation est des plus sobres pour ne pas dire mutique sur la politique à venir de cette revue. A commencer par le traitement du fabuleux héritage qu’elle vient prolonger, les Cahiers d’URBAMA. Cinq de ces numéros (1 à 5) ont été déjà numérisés grâce à l’action du Crévilles. Ont ils vocation à apparaître sur le site des cahiers d’EMAM, en sorte de bénéficier d’une meilleure visibilité? Ou ailleurs, sur Persée, ou dans le cadre de l’inistiative « Livres » d’OpenEdition, ou via une initiative locale? Quid des numéros suivants ainsi que des monographies éditées par URBAMA en son temps?

Quant à la nouvelle revue, dont j’avais signalé la qualité des numéros parus, notamment « Trajectoires et transactions des modèles urbanistiques en Méditerranée », son n°20, il sera intéressant de connaître ses orientations. Il semblerait qu’il s’agisse principalement d’une valorisation des activités de l’équipe, à travers des numéros thématiques. Les Cahiers d’URBAMA remplirent parfois également le rôle d’une véritable revue consacrée à la géographie du Monde arabe, avec des études libres et des débats sur les parutions, comme cette importante critique du travail de Marc Côte par André Prenant sur Algérie. L’espace retourné.

En attendant d’en savoir plus, nous lirons les prochaines nouveautés avec plaisir!


8 réflexions sur « Mise en ligne des Cahiers d’EMAM »

  1. Florin

    Cher Eric,
    Merci pour ce billet sur les Cahiers d’EMAM. Effectivement, nous sommes très heureux d’avoir intégré revue.org et d’assurer ainsi une meilleure diffusion de la revue. En ce qui concerne la politique de la revue, bien sûr il s’agit de valoriser les recherches en cours des chercheurs du laboratoire, mais nous voulons aussi ouvrir les Cahiers à des collègues qui voudraient prendre en charge un numéro thématique ou participer par des articles (ce qui s’est déjà produit dans les derniers Cahiers). La ligne éditoriale sera bientôt reformulée en ce sens. Quant aux Cahiers d’URBAMA, nous sommes aussi en train de travailler à leur mise en ligne : nous espérons les voir bientôt accessibles !
    Enfin, avant l’été, un numéro « Regards sur les villes égyptiennes » devrait paraître en arabe, à destination des collègues et étudiants arabophones ; devraient suivre un autre Cahier sur la démographie dans le monde arabe ainsi qu’un Cahier suivant sur la gestion des déchets dans le monde arabe et méditerranéen.
    Merci et bonne continuation à Rumor !
    Bénédicte Florin, Université de Tours, Cahiers d’EMAM.

  2. Eric Verdeil Auteur de l’article

    Bonjour Bénédicte. Merci des précisions et dans l’attente de vous lire!

  3. Pascal Garret

    Bonjour Eric,

    Une réaction tardive à propos de la mise en ligne des anciens Cahiers d’URBAMA : ceux-ci ont été effectivement tous numérisés et océrisés par l’équipe de Crévilles. S’il n’y en a que 5 d’indiqués sur le site d’EMAM, c’est parce que la personne chargée de ce site s’est arrêtée au N°5, sans qu’on ne sache trop pourquoi puisqu’ils sont en réalité tous disponibles sur le site de Crévilles depuis bien longtemps…

    Ces 15 numéros des Cahiers d’URBAMA ont effectivement vocation à figurer sur le site des Cahiers d’EMAM dans les normes et formats de Revues.org, ce qui sera fait dès que possible.

    En attendant, pour les plus pressés, tu trouveras ci-dessous les liens vers les 15 anciens numéros au format PDF…

    Bien à toi
    Pascal Garret
    Responsable de Crévilles
    http://www.crevilles.org/

    http://crevilles.org/urbama/CahiersUrbama1.pdf
    http://crevilles.org/urbama/CahiersUrbama2.pdf
    http://crevilles.org/urbama/CahiersUrbama3.pdf
    http://crevilles.org/urbama/CahiersUrbama4.pdf
    http://crevilles.org/urbama/CahiersUrbama5.pdf
    http://crevilles.org/urbama/CahiersUrbama6.pdf
    http://crevilles.org/urbama/CahiersUrbama7.pdf
    http://crevilles.org/urbama/CahiersUrbama8.pdf
    http://crevilles.org/urbama/CahiersUrbama9.pdf
    http://crevilles.org/urbama/CahiersUrbama10.pdf
    http://crevilles.org/urbama/CahiersUrbama11.pdf
    http://crevilles.org/urbama/CahiersUrbama12.pdf
    http://crevilles.org/urbama/CahiersUrbama13.pdf
    http://crevilles.org/urbama/CahiersUrbama14.pdf
    http://crevilles.org/urbama/CahiersUrbama15.pdf

  4. Eric Verdeil Auteur de l’article

    Merci Pascal. Ma question suivante est : et les livres d’URBAMA, style la thèse de Signoles?

  5. Pascal Garret

    Cher Eric,

    Ce que tu appelles les « livres d’URBAMA » sont en fait la trentaine de « fascicules d’URBAMA », parmi lesquels se trouvent effectivement la thèse de Pierre Signoles, mais également celles de Jean-François Troin, d’Abdelkader Kaïoua et bien d’autres ouvrages collectifs.
    Tous ces fascicules ont été effectivement numérisés et océrisés au format PDF par l’équipe de Crévilles en 2011. Mais ils ne sont pas encore en ligne car il faudrait avoir le temps (et donc l »argent…) de les relire et de corriger les erreurs de reconnaissance automatique des caractères ainsi que, dans l’idéal, de les passer en XML… Donc, pour répondre à ta question, EMAM s’occupe d’abord de la mise en ligne des cahiers, nous verrons ensuite ce que nous pouvons faire pour les fascicules.

    Amitiés
    Pascal

  6. Eric Verdeil Auteur de l’article

    Bravo pour ce travail. Ce qui est étonnant est que vous ayiez fait le choix d’une OCR complète. Donc évidemment, nécessité de relecture et cout assez lourd. Persée propose pour ses collections de livres de travailler sur des images coupées à de l’OCR (où donc on ne voit pas les coquilles…: c’est légèrement moins fiable, moins beau aussi, on ne peut faire de l’XML mais peut être plus rapide?). Amicalement

  7. Pascal Garret

    Sauf que Revues.org n’accepte pas les PDF avec le texte océrisé caché sous l’image… Avec raison, à mon avis, quand on voit la qualité médiocre de nombre de livraisons de revues ou d’ouvrages mis en ligne par Persée… L’autre problème est que les versions papier de ces fascicules ne sont pas de qualité suffisante pour une OCR correcte, les premiers ayant été tapés à la machine à écrire.

  8. Eric Verdeil Auteur de l’article

    malgré tout, Persée rend un service bien utile justement pour ces ouvrages de moindre qualité d’impression. Il peut être judicieux d’avoir deux supports, l’un dédié à l’avenir sur Revues.org, les archives sur Persée…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.