Retour sur un livre involontaire

Sur un sujet assez proche du billet précédent, j’en profite pour signaler, dans la même revue Planning Perspectives, une recension de Nora Lafi au sujet de mon livre Beyrouth et ses urbanistes : une ville en plans (2010) (autres recensions ici).
Son compte rendu précis offre au lectorat anglophone un très bon aperçu du livre et je lui en suis très reconnaissant. Son appréciation finale témoigne que l’idée principale du livre emporte la conviction. Les milieux d’urbanistes portent un  « imaginaire aménageur » qui, à défaut d’être intégralement mis en œuvre, structurent les représentations urbaines dans la durée. Au-delà de cet accord, N. Lafi pointe néanmoins deux limites.

L’histoire de l’urbanisme des années d’indépendance détachée de celle de la reconstruction des années 1990

La première est que le livre ne rend finalement pas tellement compte des temps et des formes de la construction de la ville. C’est vrai et je pense que c’est l’effet involontaire de la manière dont il a été écrit. Il reprend en effet, de manière légèrement remaniée, la partie de ma thèse consacrée à l’histoire de l’urbanisme libanais avant la reconstruction (restreinte même à la période antérieure à la guerre). Dans la thèse, l’objectif était de rendre montrer que la reconstruction procède en fait très largement en recyclant des plans et des idées urbanistiques d’avant la guerre. C’est donc ce questionnement qui a orienté mes recherches, sachant que certains travaux avaient déjà proposé des éléments d’analyse et de cadrage sur la ville de l’Indépendance elle-même dans sa matérialité (Ruppert 1969 ; Davie 2001; Tabet et alii 2001; Kassir 2003). Dans le livre publié par l’IFPO, ce même matériau prend une vie en quelque sorte autonome même si dans la conclusion j’évoque les effets de long terme de ces idées urbanistiques sur la construction de la ville.

Histoire culturelle de l’urbanisme vs. histoire urbaine

Le deuxième remarque, connexe, de Nora Lafi, porte sur l’absence (ou l’insuffisance) d’éclairages, dans mon livre, sur les conflits, négociations et les compromis lors de la fabrication urbaine, ce qui serait du au choix de la documentation, principalement en langue française et très peu en langue arabe. Il est certain que la consultation d’une documentation de nature différente, moins doctrinaire et plus liée aux opérations d’aménagement elles-mêmes, l’auraient permis. Il est vrai que ma mauvaise connaissance de l’arabe au début de cette thèse faisait que la consultation d’une telle documentation n’aurait pas été facile pour moi, sans parler des contraintes géographiques (j’étais alors allocataire-moniteur à Paris). Mais fondamentalement, ce n’était pas mon projet qui était beaucoup plus lié à la reconstruction. De surcroît, ma curiosité pour l’épisode du chéhabisme au Liban était avant tout un intérêt pour les discours urbanistiques – les plans – très mal connus dans le contexte des débats de la reconstruction. Mon projet procédait d’une interrogation sur l’histoire « intellectuelle » et politique de l’urbanisme bien plus que d’une démarche d’histoire urbaine au sens propre. Et ce qui m’intéressait dans cette histoire urbanistique, c’était très largement la dimension des circulations, plus que celle de la pratique quotidienne. Je m’inscrivais alors dans la continuité des réflexions du Marcel Roncayolo de « l’imaginaire de Marseille » (1990) plus que de celui des Grammaires (1996), attentif aux résistances que la structure urbaine (matérielle, juridique ou de l’ordre des représentations) oppose aux projets d’urbanisme.

Je conçois tout à fait l’intérêt de cet autre chantier que j’ai à peine effleuré. Deux travaux contemporains du mien illustrent les apports d’une telle documentation pour comprendre l’évolution de Beyrouth et l’évolution de son tissu urbain. La thèse de Valérie Clerc, partiellement publiée en 2008, repose en bonne partie sur l’analyse d’un jugement rendu en 1955 au sujet de conflits fonciers dans la banlieue sud-ouest de Beyrouth. Il s’agit d’une analyse exemplaire et très originale dans les études d’histoire urbaine, bien au delà du Liban (voir mon commentaire dans M@ppemonde). Le deuxième exemple est la thèse de Mona Fawaz, dont des éléments sont repris dans divers articles (notamment ici). A partir de l’analyse des permis de construire et autres documents d’urbanisme locaux d’une municipalité de banlieue, elle montre la co-production par les urbanistes des premiers quartiers informels de l’agglomération.

Sans en avoir fait le centre de mon propos, j’ai toutefois mobilisé ma documentation dans le même sens d’une analyse des compromis entre l’urbanisme officiel et ses divers contradicteurs, notamment propriétaires fonciers et immobiliers. Le chapitre 10, « Pour ou à la rencontre des intérêts privés »,  consacré aux négociations au sujet de la réglementation du zoning proposée par Ecochard rentre exactement dans ce cas de figure, avec une progressif relèvement des densités autorisées pour de larges secteurs de l’agglomération.

Sans doute une meilleure maîtrise de l’arabe m’aurait-elle permis de consulter une documentation de nature différente. Il n’en reste pas moins que c’est mon intérêt pour l’histoire sociale des urbanistes qui était à la base de ce projet de  thèse, et indirectement de cet ouvrage. Cela m’a m’a conduit sur les traces des urbanistes français et libanais qui ont dressé les plans de cette ville dans les années cinquante et soixante du vingtième siècle. C’est là le produit de mon itinéraire de jeune géographe urbain, de ma rencontre avec Marcel Roncayolo. Arrivé à Beyrouth un peu par hasard en 1996, intrigué puis saisi par les questions alors vives (la reconstruction du centre-ville), c’est avec ses outils que j’ai lu l’histoire de cette ville. Ce livre en offre un témoignage tardif et quelque peu tronqué. Je ne sais pas si j’aurais le loisir d’y ajouter, encore plus tardivement, une suite portant sur la guerre et la reconstruction.

Références citées

Clerc-Huybrechts V., 2008, Les quartiers irréguliers de Beyrouth : Une histoire des enjeux fonciers et urbanistiques dans la banlieue sud, Presses de l’Institut Français du Proche-Orient, 300 p. < http://ifpo.revues.org/63 >

Davie M., 2001, Beyrouth 1825-1975 : un siècle et demi d’urbanisme, Ordre des ingénieurs et architectes de Beyrouth, 136 p.

Fawaz M., 2008, An Unusual Clique of City-Makers: Social Networks in the Production of a Neighborhood in Beirut (1950-75), International Journal of Urban and Regional Research, septembre 2008, vol. 32, n°3, p. 565–585. < http://dx.doi.org/10.1111/j.1468-2427.2008.00812.x >

Kassir S., 2003, Histoire de Beyrouth, Fayard, 732 p.

Roncayolo M., 1990, L’imaginaire de Marseille : port, ville, pôle, (Histoire du commerce et de l’industrie de Marseille 19e -20e siècle, ISSN 0985-9462 ; 5). Marseille, Chambre de commerce et d’industrie de Marseille, 368 + 12 p. en couleur p.
Roncayolo M., 1996, Les grammaires d’une ville : essai sur la genèse des structures urbaines à Marseille, (Civilisations et sociétés, ISSN 0069-4290 ; 92). Paris, Éd. de l’École des hautes études en sciences sociales, 507 p. < http://www.sudoc.fr/003830667 >

Ruppert H., 1999, Beyrouth, une ville d’orient marquée par l’occident, (Les cahiers du CERMOC, ISSN 1607-0488 ; 21). Beyrouth, Centre d’Etudes et de Recherches sur le Moyen-Orient Contemporain, 166 p. < http://www.sudoc.fr/061640700 >

Tabet J., Ghorayeb M., Huybrechts E., Verdeil E., 2001, Beyrouth, (Portrait de ville). [Paris], Institut français d’architecture, 64 p. < http://www.sudoc.fr/059339705 >


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.