L’approvisionnement énergétique de la Jordanie : enjeux technologiques, sociaux et politiques

La nouvelle centrale de Qatraneh, dans le centre de la Jordanie (via The Jordan Times)

Les questions énergétiques jordaniennes sont l’un des sujets de veille de ce carnet, essentiellement à partir d’un suivi de la presse (voir ici). Pays important 96% de ces ressources énergétiques, la Jordanie fait face à de cruciaux défis de transition énergétique. Quelques articles de presse permettent d’esquisser une analyse des enjeux, qui concernent trois points. Le programme nucléaire reste marqué par plusieurs incertitudes technologiques, économiques et politiques. La fourniture en gaz naturel depuis l’Egypte vient d’être interrompue pour la septième fois depuis février 2011, ce qui oblige les autorités jordaniennes à envisager des alternatives, tout en causant un grave problème financier pour le pays. Cela conduit à des réflexions pour ajuster les tarifs de l’énergie, fortement subventionnés. Ce qui ne manque pas de soulever divers problèmes sociaux.

Confusion persistante autour du programme nucléaire jordanien

Opposants au projet nucléaire devant le ministère de l'énergie en Jordanie (REUTERS/Muhammad Hamed via Townhall.com)

Dans un article paru le 20 novembre 2011, il apparaît que le choix du site reste encore incertain, alors qu’avait été annoncé il y a plus d’un an l’abandon du site d’Aqaba (pour raison sismique mais aussi, probablement, pour cause de proximité trop grande avec Israël et l’Arabie Saoudite) : voir ce billet. Toutefois, le nouveau site de Balama près de Mafraq présente aussi des problèmes. En effet, une forte mobilisation locale, inattendue dans le contexte jordanien et sans doute rendue plus sensible par le contexte des soulèvements arabes, contrarie ce projet et oblige, à tout le moins, à des négociations. Cela renforce la position critique des associations et mouvements d’inspiration écologiste, qui ont fait entendre de la voix dans le contexte post-Fukushima.
A la lecture de cet article, on comprend également que ce site de la bordure du désert pose problème pour le refroidissement des réacteurs, en particulier pour la technologie du réacteur de troisième génération, chère au consortium Areva-Mitsubishi. Encore une tuile en perspective pour eux… En outre, deux des propositions n’ont pas encore été  mise en service dans les pays d’origine. Leur transfert dans un autre contexte climatique pose problème. Ce n’est guère étonnant et c’est justement l’un des arguments mis en avant depuis l’origine par de nombreux environnementalistes.

Enfin, il convient de dire que le coût de ce programme pour les finances jordaniennes sera très lourd, comme le relève des experts de la Brookings Institution. Les solutions envisagées pour faire face à ce coût (un financement public-privé et l’exploitation des mines d’uranium nationales) sont elles-mêmes suspendues à diverses incertitudes. Ces observateurs soulèvent aussi la question des ressources humaines nécessaires et se demandent si malgré les programmes de formation en cours, la Jordanie pourra réellement compter sur des ressources qualifiées en nombre suffisant.

Diversification vers d’autres fournisseurs de gaz naturel et d’autres filières de production

Explosion sur le pipeline fournissant du gaz naturel égyptien à Israël et à la Jordanie (PA via Al Ahram Online)

Par ailleurs, un article du Jordan Times annonce la reprise des livraisons gazières de l’Egypte à la Jordanie après la septième explosion sur le pipeline qui dessert Israël et la Jordanie. Ces multiples attentats montrent que plus rien n’est plus comme avant et cela rend très difficile les anticipations sur les technologies et les accords commerciaux.

La Jordanie est donc en train de chercher à diversifier et à sécuriser ses approvisionnements énergétiques, notamment du côté de son fournisseur traditionnel irakien (mais cette fois, en gaz et non en pétrole) ainsi que du côté du Qatar (et cela s’inscrit dans une perspective plus large, celle des liens renforcées de la Jordanie avec le Conseil économique du Golfe et plus directement, avec les monarchies arabes sunnites). En Egypte mais aussi dans beaucoup de pays du monde arabe.

Les Jordaniens explorent également d’autres alternatives. Les projets utilisant les énergies renouvelables (fermes éoliennes, solaire à concentration ou photovoltaïque) ne semblent guère avancer (cf. le billet de Amélie Pinel). Les coûts restent très élevés et font hésiter le gouvernement qui cherche à négocier des aides internationales pour abaisser les prix de vente des exploitants privés pressentis. En revanche, beaucoup moins propres, les projets de valorisation des schistes et sables bitumineux connaissent divers développements. Les tests effectués par une compagnie estonienne ont été positifs et une unité de production semble sur le point d’être construite (ici et ). Une deuxième unité serait également construite par une firme britannique (ici) tandis que des expérimentations par Shell sont en cours.

Problèmes budgétaires, débats sur les prix et les subventions

En tout état de cause, les problèmes successifs de l’approvisionnement en gaz, les hauts prix internationaux du pétrole, les coûts liés aux technologies renouvelables et nucléaires obligent le gouvernement et ses bailleurs de fond à poser la question des prix de l’énergie. En effet la société publique NEPCO supporte actuellement le déficit lié à l’écart de prix entre le gaz et le diesel de substitution(avec un coût de revient de 125 fils/Kwh), alors qu’elle vend l’électricité à un tarif inchangé (57 fils /Kwh) (plusieurs communiqués sur son site). In fine, c’est le déficit public qui supporte cette charge.

Actuellement, les prix de l’énergie restent fortement subventionnés alors même qu’ils bénéficient principalement aux plus aisés. Une étude récente du FMI souligne que 20% des plus riches bénéficient de 40% des subventions sur le carburant, alors que les 20% les plus pauvres n’en reçoivent que 7%. Or, la subvention des prix électriques a représenté 145 million JD selon un officiel du ministère des finances (), et le total des subventions aux produits de première nécessité représente 10% du budget en 2010. D’où l’enjeu d’un meilleur ciblage des bénéficiaires, objet de réflexions dont on trouve l’écho dans la presse. Mais trouver un mécanisme simple et efficace n’est pas aisé. La réflexion se porte actuellement sur un système de coupons ou de cartes prépayées avec un droit de tirage gratuit…

Pourtant, le gouvernement refuse pour l’instant la perspective d’une nouvelle hausse des prix de l’électricité, même différenciée. Une hausse avait déjà eu lieu malgré tout en juillet dernier. La question des tarifs et de l’inflation est en effet très sensible politiquement dans le contexte politique troublé de la Jordanie (changement de gouvernement, forte contestation politique ciblant notamment la corruption et l’absence de démocratie…). J’ai analysé ailleurs la décision royale de sursoir à une hausse de l’électricité en 2009. Il est difficile de déterminer un seuil de ‘pauvres’ qui pourraient continuer à bénéficier de subventions, quand toute la classe moyenne s’estime apprauvrie. Et d’autre part, les clients de régime ne manquent pas de faire pression pour échapper eux-mêmes à ces hausses. En attendant, on annonce une politique de collecte des factures plus dure à l’égard des non-payeurs (ici) – signe peut être que les factures ont justement plus de mal à rentrer.

L’énergie, vecteur d’indignation?

En Jordanie, les questions énergétiques et électriques sont extrêmement tendues. D’un problème technique et limité aux relations internationales, la question s’est transformée en une question chaude qui suscite des mobilisations populaires totalement inattendues lorsque j’ai commencé mes recherches sur ce sujet il y a trois ans. Il convient surement d’y voir l’effet des autres mobilisations dans le monde arabe. Pour autant, on y observe de nouvelles formes de mobilisations qui évoquent également l’indignation dont je faisais il y a quelques jours l’hypothèse à propos du Liban

Quelques références pour aller plus loin

Charles Ebinger et al., « Models for Aspirant Civil Nuclear Energy Nations in the Middle East – Brookings Institution », Policy Brief-Energy Security Initiative at Brookings, no. 11-01 (septembre 2011), http://www.brookings.edu/papers/2011/0927_middle_east_nuclear_ebinger_banks.aspx.

Taylor Luke, Jordan’s energy sector ‘in transition’ | Jordan Times, 22/10/2011 < http://www.jordantimes.com/index.php?news=42558 >

Taylor Luke, ‘Versatility tops Jordan’s reactor requirements’ | Jordan Times. 20/11/2011. http://www.jordantimes.com/index.php?news=43438.


2 réflexions sur « L’approvisionnement énergétique de la Jordanie : enjeux technologiques, sociaux et politiques »

  1. eirc verdeil

    En prolongement
    La contestation contre le programme nucléaire de la Jordanie continue et trouve des alliés au sein du régime : Activists, experts hold first ‘anti-nuclear’ conference | Jordan Times. novembre 23 2011. http://www.jordantimes.com/index.php?news=43576.

    Jordan nearing first oil shale power plant | Jordan Times. 22/11/2011 http://www.jordantimes.com/index.php?news=43474.
    MoU signed establish 900-MW power plant – Zawya. novembre 21 2011. http://www.zawya.com/story.cfm/sidZAWYA20111122060245/Jordan_signs_MoU_to_establish_900MW_power_plant.

  2. Ping : L’approvisionnement énergétique de la Jordanie : enjeux technologiques, sociaux et politiques | Recherches science-societe | Scoop.it

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.