Les luttes quotidiennes de l’électricité au Liban : un vecteur d’indignation?

Un générateur en cours d'installation à Ras en Nabaa - Beyrouth - 2011 (EV)

Les générateurs sont devenus un symbole de la crise électrique au Liban et en même l’illustration de la débrouillardise des Libanais à vivre sans l’Etat. Les premiers travaux sur les générateurs ont en effet insisté sur l’inventivité des Libanais face à l’absence de courant et la solidarité de quartier dans l’épreuve (Awada, 1998 ou Davie, 1991). A la fin des années 1990, les Libanais ont cru qu’il serait bientôt possible de se passer de ces bruyantes et polluantes machines. Toutefois, depuis 2006, la crise électrique se prolonge et s’approfondit (voir ici). Les récentes initiatives du ministre Bassil peuvent sembler aller dans le bon sens, mais beaucoup de gens expriment un profond scepticisme. Dans ce contexte, de multiples reportages sont publiés dans la presse qui mettent désormais l’accent sur les abus (par ex.cet excellent article du Daily Star en septembre dernier) et les problèmes de santé posés par les générateurs. Durant tout mon récent séjour à Beyrouth, je n’ai cessé d’entendre parler des méfaits des générateurs et même de pratiques mafieuses, ce qui recoupait des choses déjà entendues mais à une échelle plus sensible. Mais il est également intéressant de mettre en parallèle ce problème avec la lutte des habitants de Ain Najem (Mansourieh) contre le passage d’une ligne à haute tension. Ces luttes témoignent de nouvelles formes de mobilisation qui sortent des grilles de lecture dominantes sur la politisation au sein de la société libanaise.

Générateurs : pratiques mafieuses, demandes de régulation et opt out

L’illégalité des générateurs a toujours été tolérée par l’Etat, faute de mieux. Si une bienveillance à l’égard de ce système s’est longtemps manifestée, plusieurs de mes interlocuteurs ont mis l’accent sur les multiples dimensions de cette illégalité: ce n’est pas seulement qu’ils opèrent sans licence, sans payer de taxes ni respecter les règles sociales pour leurs employés. Ils utilisent aussi le réseau d’EDL (pour la terre) et bien souvent, ses pylônes.

D’autre part, on assiste de plus en plus à l’émergence d’oligopoles/monopoles locaux, en cheville avec les instances municipales. Ainsi, un seul propriétaire tiendrait la plus grande partie du Kesrouan, de Zouk Mosbeh à Faraya. Il n’hésiterait pas à jouer de l’intimidation à l’égard d’éventuels concurrents et même de particuliers qui voudraient acheter leurs propres générateurs locaux, quitte à les menacer de couper leur accès EDL (et visiblement à mettre cette menace à exécution). Ces pratiques me frappent car ce n’est pas la première fois que j’en entends parler à propos de cette région. De véritables fortunes se sont édifiés dans ce secteur.

Le sujet principal de récrimination est le prix de ces abonnements qui ne cessent d’augmenter. On me cite des prix de 85$ pour 5A (Chiyah), voire 120 $ à Furn ech Chebak ou encore 140$ à Hazmieh (contre 110$ en aout). Le ministère de l’Energie propose des prix recommandés par heure, ce qui devrait conduire à un prix de 80.000 LL les 5A. Mais ces recommandations n’engagent personne, puisque par définition, les générateurs ne sont pas légaux. Les propriétaires en profitent d’autant plus que la clientèle est aisée (cas de Hazmieh). Dans un quartier populaire de Tripoli,  l’abonnement à 5 A ne couterait en revanche que 50000 LL selon un témoignage, un prix qui n’aurait pas bougé depuis un an. A cause de ces coûts qui ne cessent d’augmenter, beaucoup de gens abandonnent leur abonnement et leur vie quotidienne en est profondément perturbée et pénible (réfrigérateurs, ascenseurs, climatisation…).

Les municipalités sont invitées à jouer un rôle important dans la régulation des prix et certaines le font d’ailleurs, comme Borj Hammoud ou même Jbeil (voir les articles de Pauline Gabillet ici et là sur Nabatiyeh). Mais ailleurs, les municipalités et leurs présidents se montrent d’autant moins regardants qu’ils bénéficient soit directement, soit indirectement de ce commerce. On me dit qu’à Hazmieh, la municipalité est coupée en deux secteurs, réservés chacun à une entreprise. Les deux propriétaires seraient membres du conseil municipal. Dans d’autres cas (Kesrouan) le’s) propriétaire(s) de générateurs financeraient largement les campagnes électorales. Les élus, une fois en place, ne sévissent pas contre leurs bienfaiteurs…

Dans d’autres régions, notamment la banlieue sud proche de l’aéroport, ou plus haut, vers Bchamoun, les pratiques mafieuses s’exercent à l’encontre des concurrents pour parvenir à un monopole local. Certaines personnalités politiquement bien “connectées” exploiteraient les différences d’horaires dans l’alimentation des différentes localités pour connecter les régions non alimentées sur le réseau d’EDL piraté dans la région alimentée. Dans la banlieue sud, une partie de ce trafic serait effectué à partir du réseau électrique de l’aéroport qui est évidemment alimenté en permanence. Ils proposent en outre des prix nettement inférieurs à ceux pratiqués par les producteurs (on parle de 50000 LL pour 10 A). Ils font donc une concurrence imbattable aux producteurs traditionnels, obligés de fermer boutique. Ici, ce n’est plus seulement les municipalités qui sont en cause mais des cliques à l’intérieur même de l’Etat.

Les réformes du secteur électrique (du moins, leur succès éventuel…) risquent de remettre en cause ces rentes. Selon certains de mes interlocuteurs, les tiraillements observés au sein de la majorité gouvernementale pour l’approbation de la loi sur l’électricité de septembre 2011 sont dus à ces pressions des propriétaires de générateurs et des bénéficiaires des divers trafics et détournements qui y sont liés. Le ministre Bassil l’a ouvertement déclaré (par ex. ici).

On pourrait se demander si ces producteurs privés ne pourraient constituer une alternative ou un élément de solution à l’absence de fourniture électrique centralisée. Mais cette solution est vigoureusement rejetée par le ministère et l’EDL. Il semblerait que techniquement, ce ne soit pas possible ni souhaitable. Les générateurs sont tolérés faute de mieux. Lorsque l’électricité reviendra 24h/24 comme c’était le cas à Beyrouth entre 2000 et 2006, les producteurs n’auront qu’à vendre leurs engins en Afrique, me dit un officiel du ministère.

Certains, comme dans l’article cité du Daily Star, évoquent également un lobby des importateurs de diesel. Mais un de mes interlocuteurs au ministère rejette ces accusations considérées selon comme sans fondement puisque c’est l’Etat qui, par l’intermédiaire d’une société publique (LOI : Lebanon Oil Imports) aurait le monopole de ces importations de diesel rouge, utilisé pour les générateurs. Il ne faut pas les confondre avec le diesel vert, utilisé par les véhicules qui lui, fait l’objet de licences d’importation concédées à des importateurs privés. En revanche, selon lui, il y a de la contrebande.

La lutte des habitants de Mansourieh contre l’installation d’une ligne HT

La ligne HT de Mansourieh, depuis longtemps programmée, est considérés comme un élément technique indispensable pour boucler le réseau et stabiliser la distribution à l’échelle du pays. Mais ce projet fait l’objet depuis quelques années d’une opposition très vigoureuse de la population des secteurs de Mansourieh-Ain Najem qui craint des rayonnements nocifs et demande que la ligne soit enterrée. Leur opposition très résolue (sit in auxquels participent des enfants, blocage des routes pour empêcher l’accès des engins de chantier) a été jusqu’à présent couronnée de succès (nombreux articles dans le Daily Star).

Mes interlocuteurs des milieux électriques ont tendance à mettre en doute les nuisances liées au passage des lignes électriques à haute tension. Selon eux, il n’existe pas de certitude scientifique au sujet de la relation entre ces radiations et des maladies telles que des cancers (ni dans un sens, ni dans l’autre). Si l’on prend en considération les normes de l’UE, qui fixent une distance minimale de 10 m, très peu d’immeubles et même d’appartements seraient réellement concernés dans l’exemple de Mansourieh/Ain Najem. Les pylônes font passer les lignes à une hauteur de 50 m.

Ces observateurs soulignent aussi des postures politiques évolutives et contradictoires. Par exemple, le Courant patriotique libre qui était contre lorsqu’il était dans l’opposition, se montre maintenant, en la personne du ministre Bassil, rassurant et favorable au projet (mais ce n’est pas le cas du député local Moukheiber).

Les enjeux fonciers semblent également très forts car en tout état de cause, le passage de ligne entraînerait une baisse des prix des terrains concernés et avoisinants.

D’autre part, on ne parle guère d’autres nuisances qui seraient bien supérieures à celle du passage de cette ligne à haute tension : celles liées au rayonnement des générateurs eux-mêmes (et cela sans même parler de la pollution due au diesel- ici un article scientifique dans Energy Policy-accès payant). Mais aucune étude détaillée n’a été menée sur cette question explosive.

De nouvelles luttes politiques?

Quoiqu’on pense de la légitimité des revendications des habitants de Ain Najem (et il me paraît que peu de gens aimeraient vivre à proximité de cette ligne à haute tension), ce qui relie les deux questions est qu’elle suscite des revendications et des contestations de plus en plus ouvertement dirigées non seulement contre l’Etat ou l’EDL, mais aussi contre les partis considérés comme complices de la situation malgré leurs promesses de réforme et enfin, également aussi contre les profiteurs de la situation que sont les propriétaires de générateurs. En janvier 2008, une manifestation protestant contre les coupures électriques avait dégénéré en émeute faisant 15 victimes (ici), dans le contexte de la tension politique qui a conduit aux événements de mai de cette année. En ce mois de septembre, et durant tout l’été précédant, la question électrique a suscité de nombreuses polémiques avant un vote favorable à la mise en œuvre du plan Bassil. Ce dernier n’a pas hésité à accuser les propriétaires de générateurs de faire obstacle à ses mesures. Mais dans le même temps, des manifestations de ras le bol ont eu lieu dans les municipalités. Plusieurs personnes ont invoqué devant moi le désabonnement au générateur comme une réponse politique (et pas simplement une incapacité de payer) à ces problèmes d’accès à l’électricité.

Campagne publicitaire vantant l'action du ministre Bassil (CPL) en faveur de l'électricité

La conflictualité autour de l’électricité montre l’émergence de nouvelles attitudes politiques, entre dénonciation, résistance locale vigoureuse et refus croissant d’être pressuré financièrement de divers côtés. Ces révoltes transcendent objectivement les divisions traditionnelles des Libanais, en particulier en termes régionaux ou confessionnels. Mais ce mouvement de revendication et de résistance ne se traduit pas par une affirmation politique menée par un parti. Le Hezbollah est vu comme aligné sur le système sans apporter de solutions radicalement différentes (cf. cet article de Bassem Chit). La tentative des aounistes de s’approprier ce thème politique et d’en faire un étendard rencontre un certain scepticisme eu égard à ce qui est vu comme de l’opportunisme et étant donné leur virevolte sur la question de Ain Najem. Alors que les observateurs supputent sur les (faibles) chances du mouvement de revendication pour l’abolition du confessionnalisme, est-ce que l’électricité (et les autres lourds problèmes de la vie quotidienne) ne sera pas le vecteur d’un mouvement des indignés au Liban?

Références

Awada, Fouad. 1988. La gestion des services urbains à Beyrouth pendant la guerre : 1975-1985. Pratiques urbaines (Talence).
Davie, Michael F. 1991. La gestion des services urbaines en temps de guerre, circuits parallèles à Beyrouth. Dans Reconstruire Beyrouth : les paris sur le possible : table ronde tenue à Lyon du 27 au 29 novembre 1990, éd par. Nabil Beyhum, 157-193.

6 réflexions sur « Les luttes quotidiennes de l’électricité au Liban : un vecteur d’indignation? »

  1. ygq

    Encore un passage par le Liban bien fructueux ! L’émergence de nouvelles attitudes politiques, la diversification des luttes indépendamment des lignes (enfouies sous terre ?) idéologiques, est-ce que ce ne serait pas une des clés du “printemps arabe” ?

  2. Eric Verdeil Auteur de l’article

    merci de cet écho. Je suis dans l’interrogation et ces constats et témoignages donnent envie de creuser par des enquêtes plus approfondies.

  3. un lecteur

    Je découvre cette importance des générateurs (attention d’ailleurs, il serait plus précis de dire générateurs électro-thermiques car ils fonctionnent bien avec de la ressource fossiles, ce qu’on appelle générateur en général est qque chose qui produit de l’élec, une éolienne ou un barrage sont ainsi des générateurs…). Quelle est la puissance développée par ces générateurs ? Combien de foyers alimentent-ils en moyenne ? Est-ce qu’une copropriété ou un foyer unique d’équipe également auprès de ces fournisseurs douteux ? En Europe, comme à poindre un débat sur les effets environnementaux et structurels de l’atomisation des moyens de productions (on multiplie les microsctructures de production). Ceci est lié à la privatisation du marche et à la poussée des microstructure de production “vertes” (panneaux solaires, pile hydrogène, éolienne…) parfois défiscalisées. Il semble que la multiplication de ces microstructures puisse avoir au final un écobilan négatif par rapport à une production équivalente produite dans une grosse structure puis distribuée… Pas sûr mais….

  4. Eric Verdeil Auteur de l’article

    On a un aperçu des machines disponibles et de leurs caractéristiques sur cette page d’un vendeur libanais de générateurs : http://www.jubailibros.com/diesel_generators_jet.html
    Dans un quartier, on parle couramment de 5à à 200 clients. Si ils ont entre 5 et 10 A on est sur des puissances de 100-400 kw.
    Mais peut aussi être dans une copropriété avec 10 20 usagers (un générateur d’immeuble, moins gros donc).
    Un ménage peut avoir un petit générateur sur son balcon, c’est même comme cela que cela a commencé au Liban.
    Tout à fait d’accord sur la similitude entre ces petits opérateurs privés et les formes de production décentralisée que l’on encourage aujourd’hui, capitalisme et développement main dans la main… Cela fait partie de l’horizon de cette recherche. On l’a notamment un peu discuté à propos des questions d’eau (voir ce n° de la revue Flux : http://www.cairn.info/revue-flux-2009-2.htm) mais pas encore assez sur l’énergie.

  5. Ping : L’approvisionnement énergétique de la Jordanie : enjeux technologiques, sociaux et politiques | Rumor

  6. Ping : Les luttes quotidiennes de l’électricité au Liban : un vecteur d’indignation? | Rumor | Development studies and int'l cooperation | Scoop.it

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.