Sur les archives ouvertes et leur non-usage par de jeunes docteurs

http://www.flickr.com/photos/michaelsphotos/2905316620/in/photostream/

J’ai participé récemment un comité de sélection pour un poste de maître de conférences. J’y ai fait la désagréable expérience de devoir assumer une décision lourde de conséquences pour le candidat retenu, les candidats écartés ainsi que pour l’université et les collègues du département concernés, sans oublier des générations d’étudiants à venir, dans une méconnaissance assez troublante des productions scientifiques des candidats. En effet, leurs travaux n’ont été communiqués, uniquement sous forme électronioque, que 3 jours (dont un week end au programme bien rempli) avant les auditions. Un temps évidemment tout à fait insuffisant pour se faire une idée précise de leur qualité, même si on peut glaner ici et là des indices.

J’ai pu constater que sur les huit candidats retenus (dont plusieurs étaien depuis longtemps dans le circuit), un seul avait déposé sa thèse sur TEL, un autre la mettait en ligne à travers le site de son laboratoire. Deux ont envoyé des documents zippés très lourds et plusieurs nous ont renvoyé vers un site perso, où la thèse n’était parfois téléchargeable qu’en donnant un mot de passe. Un candidat a également affirmé avoir cédé tous ses droits à l’éditeur (universitaire) qui avait publié la thèse. Enfin, un dernier nous a renvoyé vers un site où la thèse était consultable, mais non imprimable. Des trésors à protéger, plutôt qu’à partager. Quant aux articles, ils ont presque tous été envoyé en format PDF. Un seul avait déposé ses textes (des versions d’auteur) sur Hal. Plusieurs de ces PDF présentaient des problèmes, ne s’ouvraient pas ou étaient blancs…

Bref, la notion d’archives ouvertes a encore du chemin à faire. Les écoles doctorales portent une lourde resposabilité dans cet état de fait. Il devrait être de leur devoir de récupérer systématiquement une version électronique et de la déposer, à la place du candidat s’il ne le fait pas. On me dira qu’elles manquent de personnel pour cela. Des formations sur ces thèmes devraient être obligatoires, mais l’offre est sans doute trop limitée (15 étudiants pour celle que j’anime par exemple)…

Thèses et articles en archives ouvertes seraient un moyen bien plus rapide pour permettre aux membres d’un jury de prendre connaissance de ces travaux. Certes, on ne lit pas des thèses entières sur écran mais quand même. On pourrait recruter un peu moins au petit bonheur, sur l’impression laissée par 10-15 mn d’exposé et un petit échange. Par ailleurs, je ne voudrais surtout pas laisser croire que ce problème d’accès aux travaux est le seul qui se pose, et de loin, dans les recrutements (15 mn, c’est beaucoup trop peu, par exemple). Mais c’est du moins un point qui est entre les mains des candidats. Alors, en espérant que quelques doctorants avisés lisent ce billet…


13 réflexions sur « Sur les archives ouvertes et leur non-usage par de jeunes docteurs »

  1. Marie-Anne Paveau

    alors, en voilà un problème complexe et intéressant, quelques impressions :
    – “lourde responsabilité des ed” : mais avec quel argent ? avec quels moyens ? je suis dir adj d’une grosse ed pluridisciplinaire à paris 13, érasme, on n’a presque pas de locaux, un budget de 35 000 euros/ans pour 400 doctorants, et environ 120 dir de thèses, je donne des dizaines d’heures bénévoles pour la formation doctorale, l’information, je règle des problèmes insensés tous les jours
    – la BU et le service de la recherche ont commencé à mettre en place le dépôt électronique des thèses, c’est long et difficile
    – il n’y a pas de culture électronique/numérique suffisante dans notre U et je trouve que ce sont quand même les directeurs de thèse et les labos, dans lesquels les doctorants doivent être intégrés, ce qui n’est pas toujours le cas, qui ont ce travail à faire, mais là, on se heurte à des résistances culturelles fortes : technophobie, mépris de la mise en ligne, peur des réseaux sociaux, attachement à “l’odeur du papier”
    – “que quelques doctorants avisés lisent ce billet” : et aussi leurs directeurs, surtout leurs directeurs, une thèse à mon avis c’est un partenariat, une vraie collaboration, je suis déprimée de voir sur de nombreux blogs à quel point la thèse semble incomber au seul doctorant qui la porte tout seul comme atlas porte le monde, je ne trouve pas ça normal
    – à faire : organiser des formations, bien sûr, pareil chez nous, 20 places et pas toujours remplies, pousser les doctorants à ouvrir des espaces de travail en ligne, les former aux archives ouvertes mais aussi aux blogs, à l’utilisation scientifique des réseaux sociaux, travailler pour que les thèses se dématérialisent (partir pour une soutenance à l’étranger avec cinq kilos voire plus de papier, ça ne devrait plus exister !) etc. mais encore faut-il que leurs formateurs soient convaincus, et je pense que c’est LE problème

  2. Eric Verdeil Auteur de l’article

    merci de vos quelques commentaires. C’est vrai que les ED n’ont pas les moyens de tout payer mais elles devraient jouer un rôle d’orientation sur ces questions là, surtout que les doctorants sont en général demandeurs. Orientation vers les URFIST, les formations de type CLEO, etc. Relais aussi e, direction des laboratoires. En amont, des formations de quelques heures devraient d’ailleurs être introduites dans les master recherche. J’assure qqs heures de ce type (introduites à ma demande dans le cursus) mais cela devrait être généralisé.
    C’est vrai qu’il y a sans doute un déficit aussi de la part des directeurs, peu conscients, peu formés à ces enjeux eux-mêmes. Plusieurs collègues me l’ont déjà confié. Mais puisque vous insistez, je vais de ce pas en parler aux doctorants que je suis ou avec qui je suis en contact… Il faut commencer au plus près.

  3. mehrezi

    Article très intéressent. À mon avis ce n’est pas uniquement une question de moyens, c’est aussi la mentalité. Il y a beaucoup de plateformes d’archives ouvertes et d’Open Access. Par exemple Hal, Revues.org. cleo, Persée, iRevues… Les organismes publics qui les gèrent, notamment le CNRS, ne font pas suffisamment d’effort pour initier les doctorants et en général les étudiants à déposer leurs articles et leurs productions dans des archives ouvertes. Ces nouveaux outils de publication scientifique représentent un gisement important pour permettre aux jeunes chercheurs de publier et d’accéder à l’information. C’est le rôle de tous les intervenants (chercheurs, enseignants, bibliothèques, doctorants) de réaliser un vrais passage vers un espace scientifique où l’accès à l’information serait libre et ouvert à tous.

  4. Eric Verdeil Auteur de l’article

    Merci. Attention justement de ne pas tout mélanger : l’accès libre aux revues (Revues.org, Persée, iRevues) n’est pas la même chose que l'(auto-)archivage dont je parlais. En l’occurence, des formations existent mais je pense que c’est l’encadrement des doctorants qui reste insuffisant. C’est vrai par contre que CNRS ET surtout universités devraient être bcp plus actives pour promouvoir l’usage de cet outil (HALSHS) puisque c’est la proiduction des enseignants-chercheurs et docteurs dans leurs murs qui est en jeu. Or, elles n’y parviennent pas bien (cf. témoignage de M-A Paveau ci-dessus).

  5. RS

    Merci pour ce petit pavé dans la marre et, surtout, pour ce plaidoyer en faveur des candidats aux postes de MCF.

    On peut toujours espérer que thèses et articles soient consultés par les membres des comités de sélection (CS). On peut aussi faire d’autres rêves :

    – que le quorum minimum de 8 experts soit systématiquement atteint (un CS de 6, voire 4 experts est-il conforme ?)
    – que la parité MCF/PU soit systématiquement respectée
    – que les CS soient systématiquement ad hoc (certains “experts” semblent parfois très loin des profils des postes)
    – que le temps de parole des candidats dépasse les 10 minutes (15, c’est déjà du luxe !)
    – que les postes “moustachus” (= officieusement profilés pour des candidats locaux) disparaissent enfin
    – que le président du CS n’ait pas été aussi le directeur de thèse de l’un des candidats
    – etc.

    signé, un candidat rêveur…

  6. Jean-Baptiste Camps

    Bonjour,
    Merci pour ce très intéressant billet. Connaissez-vous le projet national STAR (Signalement des thèses électroniques, archivage et recherche), porté par l’ABES et les SCD des universités (qui sont statutairement les dépositaires légaux des thèses). Celui-ci vise à coupler le signalement des thèses dans le SUDOC, le dépôt sous forme électronique et, pour les universités qui le souhaitent, leur consultation en ligne sur une plateforme unifiée. Les universités sont toutes, petit à petit, en train de le mettre en place. À terme, toutes les thèses pour lesquelles l’établissement et le docteur auront donné leur accord, seront disponibles en ligne et accessibles, si je ne me trompe pas, à partir de leur fiche dans le SUDOC. Une fois ce système mis en place, le seul obstacle qui demeurera (mais il est commun à tous les systèmes) sera celui des mentalités.

  7. Eric Verdeil Auteur de l’article

    je viens de regarder mais est-ce que TEL est inclus dans les dépôts pris en compte?

  8. MathieuO

    Il y a du chemin à faire. Dans un certain nombre de disciplines, le dépôt dans une archive ouverte est l’aveu de non-obtention d’un contrat d’édition, et à ce titre un élément très négatif pour la qualification.

  9. Eric Verdeil Auteur de l’article

    je pense que c’est un faux problème. Car de plus en plus rares sont les éditeurs qui publient des thèses quasi-en l’état, et au contraire imposent pour la publication une importante reprise (= allègement), toujours vécue comme une effroyable dépouillement d’ailleurs par les auteurs. Ce serait justement une manière de compenser ce sentiment que de verser sa thèse sur TEL: les personnes vraiment intéresser par un point de détail pourront venir y lire sur internet, tandis qu’un autre public lira le livre papier publié.
    Je pense que la plupart des auteurs qui ont ce réflexe restrictif ne mesure au contraire à quel point ils limitent la diffusion de leur travail.

  10. Magron

    Les thèses déposées via l’application STAR sont regroupées également dans une collection. STAR est un dispositif national de signalement et d’archivage pérenne des thèses déposées sous forme électronique, conçu et géré par l’ABES (Agence Bibliographique de l’Enseignement Supérieur).

    La collection STAR de TEL est alimentée par les établissements habilités à délivrer le diplôme de doctorat, qui ont choisi le dépôt national électronique des thèses et TEL comme plate-forme de diffusion de leurs thèses. Si elles n’ont pas été déclarées confidentielles, elles sont diffusées sur TEL avec l’autorisation de leurs auteurs.

    Un partenariat lie d’ailleurs l’ABES et le CCSD depuis l’année dernière afin que TEL et theses.fr soient complémentaires. Ainsi, chacune des thèses déposées directement par son auteur sera disponible dans thèses.fr.

    extrait du billet consacré à TEL sur le blog du CCSD : http://blog.ccsd.cnrs.fr/2013/02/tel/

  11. Ping : Déposer pour gérer et valoriser ses publications | Le blog du CCSd

  12. DM

    @MathieuO: Ce qui est amusant, c’est que dans d’autres disciplines on abandonne les bibliothèques papier (l’INRIA ferme ses centres de documentation, l’IMAG n’a plus de personnel pour le sien…).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.