Vivre ensemble dans l’Afrique du Sud post-apartheid : le parcours d’une géographe

Entrée dans le township africain de Khayelitsha, Cape Town, 2004 . (c) MHH.

Myriam Houssay-Hozschuch, ma comparse du séminaire Villes Territoires mondialisations, soutient son HDR à laquelle ce billet emprunte son titre.
Le mémoire principal de synthèse est accompagné d’un original et souvent amusant retour sur son parcours. Cette « égo-géographie » revient en particulier sur le jeu des contraintes et des ouvertures institutionnelles qui ont, en l’occurrence, dirigée Myriam vers l’Afrique du Sud plutôt que le Mozambique, après une incursion à Madagascar. Elle interroge aussi, d’un ton qui tout en maniant l’ironie, n’en est pas moins revendicatif, la condition de femme universitaire. Enfin, à partir de sa propre expérience internationale, elle met aussi en question le rapport de la géographie francophone à l’anglophone.
Les deux mémoires sont au moins provisoirement consultables sur ces liens:

Pour se rendre à la soutenance :


1 réflexion sur « Vivre ensemble dans l’Afrique du Sud post-apartheid : le parcours d’une géographe »

  1. Ping : Tweets that mention Vivre ensemble dans l’Afrique du Sud post-apartheid : le parcours d’une géographe | Rumor -- Topsy.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.