Géopolitique de la Méditerranée

geopol-couvPublié dans : Notice 198003, Bulletin critique du livre en français, n°694, juillet-août 2007, p.99

Yves Lacoste, Géopolitique de la Méditerranée, Paris, Armand Colin, 2006, 479 p. ISBN : 2200-26840-8

Public visé : étudiants de premier cycle ainsi que de curieux cultivés

Yves Lacoste propose une vaste synthèse sur les enjeux de la géopolitique méditerranéenne. L’auteur souligne que la Méditerranée, considérée autrefois comme un lien entre plusieurs mondes, est perçue de plus en plus aujourd’hui comme une césure fondamentale du monde, une forme d’incarnation privilégiée de la coupure nord-sud, en raison du passé colonial, du contraste en termes de niveaux de vie et du choc culturel, pour ne pas dire du choc des civilisations. La thèse de Samuel Huntington est l’une des seules références explicites de Lacoste dans cette introduction, qu’il place comme un repère duquel il souhaite se démarquer, en particulier en défendant l’idée que la complexité géopolitique de l’ensemble méditerranéen ne se réduit pas à cet antagonisme culturel ou nord-sud mais relève de nombreux autres registres.

Quatre grandes parties, découpées selon des sous-ensembles géopolitiques cohérents de l’espace méditerranéen, à leur tour divisés par pays, composent le reste de l’ouvrage. Curieusement, le Portugal se trouve inclus dans les Etats de la façade sud-occidentale plutôt qu’au nord. Les Balkans et le Proche-Orient font l’objet d’une présentation emboitée, les problèmes de chacune des deux régions étant abordées globalement avant d’en venir à des études nationales. Enfin une dernière partie est consacrée aux pôles géopolitiques non méditerranéens mais dont dépend étroitement le destin de la Méditerranée : l’Irak et l’Iran, ainsi que l’Arabie Saoudite et l’Afghanistan. A travers des analyses recourant largement à l’histoire politique et diplomatique déterminant la succession des découpages politiques, à l’étude des aires linguistiques, aux récits identitaires porteurs de revendications territoriales, l’auteur brosse souvent avec brio un portrait de chacun de ces espaces contestés. Il souligne dans certains cas des paires géopolitiques particulièrement sensibles, comme la France et l’Algérie, dont les destinées sont très liées.

Ce plan par pays ou sous-ensembles régionaux déçoit un peu, car il conduit à éliminer des thèmes plus transversaux, sans véritable justification. Ainsi, pourquoi ne pas consacrer un chapitre à la politique économique et migratoire de l’Union méditerranéenne ? Alors que l’auteur souligne la puissance américaine dans cet espace, il n’aborde ce point que de manière fractionnée, en fonction des différents théâtres d’action. Il en va de même de la question de l’islamisme, qu’Yves Lacoste fait mine d’aborder dans l’introduction sans y revenir spécifiquement ensuite.

Sur le plan formel, on devine une rédaction rapide et une piètre relecture, des fautes d’orthographe ou d’accord en nombre non négligeable, une ponctuation souvent défectueuse. Certains faits sont inexacts : ainsi, Gaza n’était pas rattachée à l’Egypte après la première guerre mondiale ; Moussa Sadr est le fondateur du mouvement Amal au Liban et non du Hezbollah. La question libanaise semble mal connue : sur la création du Liban et les caractéristiques sociales des Maronites, la vision est quelque peu forcée ; l’appel du Président Frangié à la Syrie en 1976 est mis en cause contre toute évidence. L’origine postulée du nom d’Istanbul (p.271) est fantaisiste (il dériverait selon Lacoste d’Islam-bul, alors qu’il s’agit d’une dérivation sur celui de Constantinople[MAJ]).

On regrettera aussi une constante de cette collection prétendument universitaire qui sacrifie pratiquement notes et bibliographie. Les seules références citées sont presque exclusivement les ouvrages de cette collection, qui ne font pas toujours autorité. Le souci éditorial d’alléger le texte et de favoriser une écriture plus fluide présente à notre sens l’inconvénient de brouiller les limites entre ce qui relève de connaissances construites collectivement par la communauté scientifique, des apports propres des auteurs à partir d’enquêtes ou de sources nouvelles, et aussi plus trivialement de discours relevant plus de l’opinion ou des préjugés des auteurs, et participant d’un autre registre. L’analyse par Yves Lacoste des émeutes de novembre 2005 en France (p.161et suiv.) relève à notre sens de cette dernière catégorie, avec des opinions mal étayées, des prédictions discutables marquées par la rhétorique politique de l’heure (comme la profération contre la « repentance » coloniale) et des avis personnels et déplacés dans un tel ouvrage sur la pratique pédagogique des enseignants d’histoire-géographie.

[MAJ] PS : ni moi ni Yves Lacoste n’avons raison sur ce point. Istanbul dérive en fait du grec eis tin polis, qui signifie « vers la ville ». La filiation par Islam-bul (la ville om l’Islam abonde), alléguée par divers auteurs vers les XVIIe et XVIIIe s. et « authentifiée » par un firman resté lettre morte de 1761, est fantasmatique et emblématique d’une quête incessante d’identité : « Istanbul, c’est la ville aux mille et uns noms, la ville kaléidoscopique, où chacun peut retrouver un morceau de lui-même… » selon Alain Servantie, dans Istanbul. Histoire, promenades, anthologie et dictionnaire, ss. dir. de Nicolas Monceau, Robert Laffont, 2010, p.1153.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *