Archives par étiquette : Turquie

Kurdistan(s) : la préfiguration d’une nouvelle carte du Moyen-Orient?

L’autonomisation récente des régions kurdes de Syrie, abandonnées (en apparence en tout cas) par l’armée syrienne, après des années d’autonomisation du Kurdistan d’Irak (KRG : Kurdistan Regional Government), représente-t-elle une première étape d’une reconfiguration majeure de la carte du Moyen-Orient? Ce n’est l’objectif de ce billet que de répondre à cette question mais de signaler, autour de ces transformations, une multiplicité de réflexions et de débats, non seulement dans les milieux politiques concernés et dans la presse internationale mais également parmi les chercheurs.

L’utopie d’un grand Kurdistan

Continuer la lecture

Compte rendu d’excursion – Projets énergétiques à Istanbul

Rédigé par Eric Verdeil avec l’aide d’Elvan Arik

Billet à retrouver aussi sur le carnet de l’Observatoire urbain d’Istanbul

La thématique générale de cette excursion du 29 mai et de son prolongement le 30 mai était de compléter par des exemples concrets le séminaire sur les politiques énergétiques métropolitaines. Quels acteurs métropolitains se saisissent aujourd’hui de cet enjeu ? En particulier, quelle répartition observe-t-on entre les acteurs classiques de l’énergie, notamment étatiques, et les nouveaux venus, investisseurs privés spécialisés ? Les cas ayant fait l’objet de visite sont d’une part l’opérateur privé d’une centrale recyclant le gaz d’une décharge municipale, un investisseur privé dans la génération électrique, mais qui s’est précocement diversifié vers la cogénération et distribue donc de la chaleur, ainsi que deux opérations immobilières récentes intégrant la production énergétique dans leur offre et mettant en avant la dimension durable de leur réalisation, mais placée au service de la distinction sociale. Dans presque tous les cas, il est notable d’observer les liens de ces entreprises privées avec le secteur immobilier : soit qu’elles viennent du BTP et de la promotion immobilière et investissent dans l’énergie, nouveau secteur phare du capitalisme turc, fortement encouragé par l’Etat (entrée sur la marché facilitée, subventions au rachat des énergies renouvelables ou produites dans une démarche d’efficacité énergétique) ; soit que, dans le cas d’Esenyurt, le développement immobilier constitue un important relais de croissance économique.

Quid des technologies mises en œuvre ? Pour l’essentiel, la génération à base de gaz naturel constitue la technologie privilégiée mais tous les opérateurs intègrent des démarches d’efficacité énergétique et certains se diversifient en direction d’énergies renouvelables (recyclage du biogaz, panneaux photovoltaïque, couplage d’un projet immobilier avec des éoliennes). Continuer la lecture

Compte rendu du séminaire Metropolitan Energy policies in the Turkish Cities le 28 mai 2012

Les promoteurs rivalisent pour incorporer des prestations énergétiques dans les immeubles destinés au haut du marché. Premier plan : panneaux photovoltaïques dans l'opération Varyap Meridian à Atasehir. Au deuxième plan, une éolienne.

Compte rendu également disponible sur le carnet de l’Observatoire urbain d’Istanbul

Le séminaire a réuni 6 contributeurs et une vingtaine d’auditeurs issus de l’IFEA, de quelques universités turques et d’institutions et administrations locales ou internationales basées à Istanbul. Il a été l’occasion d’échanges approfondis autour de communications de statut divers, exposant des résultats aboutis ou au contraire ouvrant des pistes. Sans revenir sur les grandes lignes de l’appel à contributions qui ont aussi alimenté l’introduction, l’un des enjeux souligné par Eric Verdeil consistait à faire des propositions de cadres d’analyse pour aborder la question des politiques énergétiques à Istanbul et dans les villes turques dans une perspective comparative. Les contributeurs se sont emparés, explicitement ou non, de ces propositions et l’on peut ainsi proposer une relecture des travaux au travers de deux lignes directrices. Continuer la lecture

Metropolitan energy policies in the Turkish cities – Preliminary Program

A seminar organized by the Institut français d’études anatoliennes, Galatasaray University and Environnement Ville Société, CNRS-Université de Lyon

Conveners : Eric Verdeil (EVS CNRS-Lyon University) – Jean-François Pérouse (Toulouse-II University/Galatasaray U.)

Funded by the Region Rhône Alpes (Coopera 2012) and supported by LATTS (ENPC-Paris Est University)

Place : Institut français d’études anatoliennes – Palais de France – Nur-i Ziya Sokak, 10 P.K.54 – TR-34433 – Beyoğlu – Istanbul

Date : 29th May 2012, 9 :30 – 17:00. A field visit is planned the 30th of May.

Scientific presentation: http://calenda.revues.org/nouvelle23382.html

Language : the speakers will speak in English or, at least, provide an English summary of their papers

The seminar is open to all. Please confirm your presence to the organizers.

Program – download as PDF Continuer la lecture

Politiques énergétiques métropolitaines : le cas des villes turques

<p>Le service énergie de la municipalité du Grand Istanbul</p>

Projet de séminaire à l’Institut français d’études anatoliennes, co-organisé par Jean-François Pérouse (Université de Galatasaray et IFEA) et Eric Verdeil (Université de Lyon Jean Moulin – UMR Environnement Ville Société)
Date retenue : 29-30 mai (journée d’études à l’IFEA+une journée de visite de terrain)
Langue : Anglais – English version of the call for papers
Financement : Programme COOPERA (région Rhône-Alpes) – ANR TERMOS Continuer la lecture

Quand l’électricité arrive au village (anatolien)

A propos de :
MAKAL Mahmout. Un Village anatolien : récit d’un instituteur paysan. Paris : Plon, 1978. 287 p. – [16] p. de pl. (Terre Humaine).

Ce livre dont la première version fut publiée en 1948 est le témoignage d’un jeune instituteur sur la vie d’un village anatolien en 1947-48. L’auteur évoque la vie difficile des paysans, soumis à un climat très rude : exploitations non-mécanisées, surpeuplement et insuffisance des rendements, autarcie alimentaire, pauvreté, maladies, extrême dénuement matériel, éloignement des villes et des services commerciaux et administratifs. Non dénué d’un regard misérabiliste, et armé de ses convictions progressistes, l’instituteur montre l’archaïsme de cette société, les superstitions, la condition très dominée des femmes et les dénonce comme une conséquence du pouvoir des religieux. Ces faits prennent place dans un contexte de libéralisation politique, après la Deuxième Guerre Mondiale, qui se traduit par la montée du Parti Démocrate de Menderès. C’est un moment de contestation de la ligne kémaliste (notamment la question de l’alphabétisation en caractère latin) et de renforcement des notables des campagnes, aghas et religieux. Le livre comporte deux chapitres de mise à jour : le premier publié en 1962 et le second en 1975, qui permettent de mesurer les changements sur une période de vingt-cinq ans.

S’éclairer et se chauffer au village

Curiosité énergétique oblige, j’ai été très intéressé par la question de l’installation de l’électricité, en 1960. Dans la première partie, l’auteur consacre de longues pages à décrire la vie quotidienne des villageois et leurs problèmes matériels, et il évoque en particulier les questions de chauffage et d’éclairage. Ouvert sur le progrès et grand lecteur, il utilise une lampe à pétrole. Il en offre une à ses parents – qui partagent la condition paysanne dans un village voisin – mais ils ne l’utilisent qu’en sa présence de peur de la casser (et pour économiser le pétrole). Les paysans utilisent plutôt des torches. Les habitations n’ont que très peu d’ouvertures, colmatées en hiver par divers matériaux . Elles sont donc très sombres. De plus, on tient la porte fermée pour que la volaille n’entre pas. Le grand problème est le chauffage. De nombreuses pages sont consacrées à expliquer l’organisation du foyer (tandir) et son alimentation, essentiellement par des bouses ramassées par les paysannes qui gardent les troupeaux. Collées sur les murs des habitations pour sécher, ces bouses sont ensuite entassées pour constituer une réserve à brûler durant l’hiver. La maison est emplie d’une atmosphère de suie et de poussière, sans compter les insectes qui nichent dans tous les orifices et se nourrissent justement des bouses. Malgré cela, il faut grand froid tout l’hiver et assez tard dans le printemps, il faut veiller à ce que les enfants (dont beaucoup vont pieds nus) ne prennent pas froid pour ne pas mourir de pneumonie. Notre instituteur fait un brin de toilette dans l’étable où, grâce aux bêtes, il faut tiède, mais les pieds dans la boue. Il est alors l’un des seuls du village à utiliser un poêle où il brûle, comme les autres, de la bouse.

Electricité, endettement et assujettissement

Onze ans après son départ du village, dont il a été muté, l’auteur y revient. Les habitants sont dans un état de dénuement qui ne semble s’être amélioré en rien, et sont même aux abois. En effet, l’électricité vient d’être installée au village, sous la forme d’un générateur diesel et de quelques poteaux desservant les maisons. C’était un cadeau du gouvernement :

 » Un beau jour, le gouverneur s’est amené avec le sous-préfet.[…] le gouverneur a dit : « J’ai une bonne nouvelle à vous annoncer » et le sous-préfet a dit : « Chers compatriotes paysans, […] pour la première fois au monde, on mettra l’électricité dans un village, et ce village, c’est le vôtre… ». Le mouhtar intervient à son tour : […] » On va vous installer un moulin qui marchera à l’électricité ». Alors on a répondu : mais nous n’en voulons pas : le moulin à eau, ça nous suffit ». – « Ne jouez pas aux idiots: l’Etat vous fait un cadeau et vous voulez le refuser, quelle drôle d’histoire ». Juste à ce moment-là, le chef de la section du parti Démocrate du village est arrivé; il s’est empressé d’offrir des cigarettes aux hôtes! Il a parlé au gouverneur et lui a dit: « Mon pacha, ces gens-là ne comprennent rien, ils sont d’un autre temps, leur tête est vieille. Un bien sacré comme l’électricité va être installé, le gouvernement va en faire les frais, donner le moteur, le mazout. Et eux, sans réfléchir, disent non! ». Ensuite, […] le gouverneur a dit : « Non, l’électricité nous allons vous la donner et vous allez la prendre ».

Finalement, une requête au nom du village a été rédigée par l’administration. Le Conseil du village signe ce qui est présenté comme l’acte de donation du gouvernement. Une fois l’installation réalisée, les villageois se rendent d’abord compte que le moteur ne fonctionne pas bien; il requiert un « maître », un mécanicien qu’il faudrait payer. Surtout, l’électricité ne sert à rien, car pas un villageois ne peut se permettre d’installer l’électricité (« Ne crois pas que nous voulons avoir l’électricité et nous en servir. D’ailleurs, même ceux qui voulaient l’avoir n’ont pas dit qu’ils s’en serviraient »). Or, les villageois apprennent soudain qu’ils sont redevables auprès de la Banque des provinces d’une dette :

« C’est après le 27 mai [1960= coup d’état mettant à l’écart le parti Démocrate] qu’on nous a appris tout ça. Avant le 27 mai, c’était un cadeau. Après, c’était une dette, un malheur.[…] Sans le savoir, on avait fait une demande de crédit à la banque. »

Et les villageois n’ont pas du tout les moyens de payer le terme. La finalité électoraliste de ce cadeau est identifiée par un paysan : « C’était de la poudre aux yeux. C’était pour nous éloigner du parti de l’opposition. » Et les villageois d’exprimer leur déception: « Nous, on croyait que le gouvernement, ça aide les populations ».

Electricité et développement

L’épisode est très intéressant, en particulier parce qu’il bat en brèche la conception que se fait l’instituteur du progrès. L’électricité ne correspond pas à une demande de la population, en tout cas pas de la plupart des villageois. En revanche, elle apparaît comme un instrument politique, visant à placer les paysans dans une relation de dépendance et donc de redevabilité électorale à l’égard du parti Démocrate. D’autre part, à travers l’exigence du remboursement, les villageois se retrouvent face à une dette financière : l’électricité est ainsi un moyen de lier les villageois à l’Etat, de rogner leur autonomie de décision. On imagine qu’une nouvelle fiscalité s’impose désormais à eux (l’ouvrage ne développe pas ce point mais évoque, au début, la question de la fiscalité locale et le rôle clé du secrétaire qui tient les registres et en profite pour multiplier les prélèvements arbitraires). L’épisode montre que le « développement » se manifeste d’abord comme une nouvelle forme d’assujettissement à l’Etat et non comme un progrès social.
En revanche, 15 ans après (en 1975), les choses ont changé. Lors d’une nouvelle visite au village, l’ancien instituteur observe de très grandes mutations. Le village connaît désormais une prospérité visible. En particulier, les deux tiers des habitants ont une radio; on compte 7 postes de télévisions; un cinéma est installé; de même que le téléphone. Plusieurs restaurants ont ouvert. Cette aisance est largement due aux remises des émigrés en Allemagne, nous dit l’auteur. L’électricité n’est plus un problème mais une évidence. Elle semble installée chez une bonne partie des habitants. Autrement dit, c’est l’enrichissement qui permet l’appropriation de l’électricité plus que celle-ci qui, par effet quasi-magique, changerait les modes de vie.

Chers lecteurs, j’apprécierais beaucoup si vous aviez des suggestions de lecture relatant les modalités de l’électrification dans la vie quotidienne (à la campagne ou en ville d’ailleurs) sur mes autres terrains ou même plus largement : Liban, Jordanie, Tunisie, mais aussi Syrie, Palestine, Egypte, Maroc, Algérie… Merci d’avance.

Ernst Egli, un architecte suisse au Moyen-Orient

Comme la précédente, notice écrite en décembre 2007, destinée au Dictionnaire biographique de l’urbanisme, sous la direction de Thierry Paquot. Ouvrage à paraître? Notice à paraître dedans? L’avenir le dira…

Plan Egli pour Beyrouth, 1950. Source ETH Zurich (DR)

Plan Egli pour Beyrouth, 1950. Source ETH Zurich (DR)

A la fois architecte, urbaniste et historien prolixe de ces deux disciplines, Ernst Arnold Egli (1893-1974) se distingue par une carrière faite de circulations entre Vienne, la Turquie, Zurich et le Liban. De nationalité suisse mais né d’une union suisso-tchèque à Vienne où il effectue ses études et obtient un diplôme d’ingénieur puis un doctorat sur l’histoire de l’architecture protestante en 1925, il y fonde une firme d’architecture qui construit plusieurs bâtiments publics de la Vienne rouge. En 1927, il est recruté comme architecte en chef par le ministère de l’Intérieur turc. Il reste treize ans en Turquie, où il construit plusieurs bâtiments publics, l’aéroport d’Ankara, plusieurs ambassades, des villas dont l’une pour le Président de la République Mustafa Kémal Ataturk, tout en enseignant à l’Académie d’art qu’il contribue à réorganiser (1930-36). Il établit également des plans d’urbanisme pour une douzaine de grandes villes provinciales turques. Ses constructions combinent des influences rationalistes autrichiennes et allemandes à un travail sur les motifs traditionnels ottomans. Il rentre en Suisse entre 1940 et 1947, où il est recruté en 1942 l’ETH de Zurich et enseigne l’urbanisme. Il est recruté en 1947, jusqu’en 1952, au Liban comme chef du service de l’urbanisme et des municipalités au ministère de l’Intérieur, où il s’occupe notamment de l’extension de Beyrouth et de la législation urbanistique. Cette expérience est marquée par le heurt avec les propriétaires fonciers et une sourde hostilité des techniciens libanais. Après un bref retour en Suisse, il repart comme expert de l’ONU pour l’assistance technique à Ankara. Il contribue à la fondation du Middle East Technical Institute (METU). En 1956 prennent fin ses pérégrinations et il enseigne alors jusqu’à sa retraite à l’ETH de Zurich. Il participe à plusieurs projets d’urbanisme (cité étudiante, réaménagement de Zurich) dans la fidélité aux principes des CIAM.  Il ajoute alors à sa bibliographie, déjà riche de plusieurs opus portant sur l’histoire de l’architecture et de l’urbanisme (Die neue Stadt in Landschaft und Klima, 1952 (La ville nouvelle dans le paysage et le climat) et Sinan – Baumeister der Osmanischen Glanzheit, 1954 (Sinan, maître d’œuvre de la splendeur ottomane)), les trois volumes de sa monumentale Histoire de l’urbanisme (1959-1967). Cette dernière est une vaste fresque chronologique divisée en trois périodes, l’Antiquité, le Moyen-Âge et l’époque moderne depuis la Renaissance, qui embrasse un vaste panorama de l’histoire urbaine où l’Europe et le Moyen-Orient occupe une place de choix, mais sans négliger les mondes plus lointains, notamment l’Extrême-Orient et l’Afrique et l’Amérique précoloniales. Ses centres d’intérêt comprennent également la linguistique et la peinture. Il meurt à Meilen.

Références

Ernst Egli 1893-1974, Architekt Stadtplanner Städtebauhistoriker Kunstgelehrter Querschnitt durch sein Leben, Werk und Denke, Zürich: ETH-Bibliothek, 1994, 117 p.

Egli Ernst, Geschichte des Städtebaues, Erlenbach-Zürich ; Stuttgart : Rentsch, 1959-1967.  3 vol.  ( 1: Die alte Welt. – 1959 — 2: Das Mittelalter. – 1962 — 3: Die neue Zeit. – 1967. )

Christian Forster, “Prof. Ernst (Arnold) Egli”, Archinform, http://fra.archinform.net/arch/31390.htm (repris de Allgemeines Künstler Lexicon, K.G. SAUR Verlag, ed. originale 2002)notice consultée le 1/12/2007

Comme pour Joseph Naggear, j’analyse dans ma thèse le passage d’Egli au Liban et les oppositions qu’il y a rencontrées.