Archives par étiquette : Tunisie

Révoltes arabes : inscription dans les luttes sociales, enjeux de dénomination, lieux de contestation. Une sélection de textes

Manifestants incrédules d'occuper la place Tahrir aux premiers jours de la révolution égyptienne. (c) Jimmy Markoum

Dans le cadre du séminaire Villes, territoires, mondialisations, commun aux masters Systèmes territoriaux, Aide à la décision et développement durable et Ville et Société, que je coordonne avec Myriam Houssay-Holzschuch, l’une des séances portera sur « Villes, contestations et citoyenneté : lecture des révoltes arabes ». Contrairement aux autres séances, qui reposent totalement sur des textes académiques (la plupart volontairement en anglais), j’ai privilégié ici, faute de recul et de production scientifique suffisante, un ensemble de témoignages, tribunes et analyses publiés sur internet par des journalistes, des chercheurs ou des observateurs. Il s’agit d’une sélection, forcément arbitraire, issue de mon propre butinage pour utiliser ce joli terme québécois. Trois thématiques, inégalement représentées, sont proposées. Ce classement résulte pour partie de l’orientation disciplinaire et thématique privilégiée pour le séminaire, destinée à des jeunes géographes et urbanistes. Continuer la lecture

Electric capitalism. La corporatisation de l’électricité en débat

David McDonald, responsable du Municipal Services Project, dans lequel s’inscrit notre recherche sur la Société tunisienne d’électricité et de gaz (STEG), présente dans cette vidéo quelques éléments du débat concernant la corporatisation des entreprises de fourniture d’électricité, notamment dans les pays émergents et pauvres.

Continuer la lecture

Révolution et décentralisation en Tunisie : les chantiers des géographes tunisiens

La dimension territoriale de la révolution tunisienne

Ce carnet s’en est fait plusieurs fois l’écho ces derniers mois (voir ces billets), la dimension territoriale a constitué un point central de l’analyse de la révolution tunisienne. A ce titre, elle a attiré les commentaires de plusieurs géographes. Le dernier en date est celui de Abdelkrim Daoud dans Echogéo, paru ces jours-ci (rubrique Sur le vif).

Il commence par un rappel de l’évolution des politiques d’aménagement du territoire qui souligne le tournant libéral adopté depuis les années 1990. Ces politiques se sont traduites par une métropolisation et une littoralisation marquées, et ont pénalisé les régions de l’intérieur. L’auteur, géomorphologue, a consacré une bonne partie de ses recherches à ces régions, soulignant notamment les conflits autour de la répartition de l’eau. Dans les mois qui viennent de s’écouler, ces questions deviennent des conflits ouverts, et l’on voit par exemple les habitants de la région de Sidi Bouzid menacer de couper une conduite d’eau traversant leur territoire vers la grande agglomération de Sfax si leurs besoins en eau ne sont pas satisfaits.

L’auteur en appelle à une politique d’aménagement du territoire refondée. Pour cela, il invoque notamment une décentralisation offrant aux municipalités et aux régions des outils et des moyens pour déterminer leurs propres politiques d’aménagement. Pour lui, l’Etat devrait continuer d’apporter son soutien financier, sous la forme d’une péréquation fiscale, et permettant précisément aux collectivités territoriales refondées de devenir des acteurs. Les investissements privés devraient également selon lui prendre leur part à ce rééquilibrage. Cet appel rejoint les positions défendues par l’association des urbanistes tunisiens, dont je rendais compte en avril dernier. On sait que c’est également l’objet d’un prochain colloque organisé par l’ISTEUB.

La contestation de l’Etat dans les périphéries tunisiennes

Cette vision conciliant autonomie locale et rééquilibrage est pourtant bien peu « politique » et ne donne guère de place à la réalité des revendications des populations locales. L’actualité des régions intérieures tunisiennes est bouillonnante. Les institutions gouvernementales, notamment les gouvernorats et la police, y ont été plusieurs fois prises pour cibles de mécontentement voire d’émeutes ces derniers mois (ex. à Métlaoui). Les entreprises privées ont été forcées d’intégrer, sous la contrainte d’un chantage souvent violent, des jeunes, diplômés ou non, au chômage (voir par exemple quelques articles concernant British Gas ici et là). Quant aux administrations et entreprises publiques, elles ont également été priées d’élargir leurs effectifs dans des proportions très importantes, notamment les régions périphériques (25000 emplois publics et 10000 recrutements dans les entreprises publics, voir cet article de la Presse de Tunisie).

Malgré ces mesures, le mécontentement reste vif. La politique suivie par le gouvernement de transition, non élu et qui n’a pas clairement rompu avec les anciennes élites, notamment administratives, est perçue comme contre-révolutionnaire par certains. Je n’assure pas une veille systématique sur ces questions mais ici et là, on perçoit ce malaise. Pour en avoir un témoignage direct, on peut par exemple se référer deux billets récents sur la situation à Kasserine, une de ces villes de l’intérieur (ici et ). La dimension « tribale » y est notamment mise en avant pour souligner les faiblesses de la construction nationale tunisienne et le défaut d’adhésion à l’Etat, voire la contestation ouverte de ce dernier. C’est là un point que les géographes (notamment tunisiens) n’ont guère étudié dans leurs travaux.

Une géographie électorale à suivre

Il est difficile d’émettre un pronostic sur le résultat des élections constituantes qui auront lieu le 23 octobre. Les préparatifs de la campagne, qui sera lancée le 1er octobre, vont bon train. A Tunis ou à Sfax, des banderoles signalant les permanences des partis et des slogans partisans sont affichées aux murs et dans leur diversité et leur désordre (tout relatif), elles offrent un réjouissant contrepoint à ce qu’était la triste iconographie du culte de la personnalité à l’époque de Ben Ali. Pour autant, l’effervescence politique qui prévaut dans le pays s’est traduit par un émiettement considérable de l’offre politique. Plus de 100 partis ont été déclarés.

Les coalitions de partis politiques (cc: fhimt.com)

Certes, on peut identifier cinq grands courants, bien résumés à travers l’infographie ci-dessus, sur le site fhimt.com. Mais malgré ces convergences idéologiques, il semblerait que la « divisionnite » règne en maître et que la plupart de ces partis partiront à la bataille en concurrents, sans réunir leurs forces dans des listes unies.

Dans ces conditions, et même si le scrutin proportionnel au plus fort reste favorise ce jeu pluraliste, il est à craindre que de nombreuses listes de gauche ou modérées ne parviennent pas à obtenir de sièges, ou du moins autant de sièges que l’addition de leurs voix l’auraient permis. Sans compter sur l’effet démobilisateur et opaque de cette abondance d’offre politique, dont il est difficile aux citoyens de clairement comprendre les mots d’ordre et les programmes. Il n’est pas donc pas exclu que, même minoritaire en voix, la mouvance islamiste (elle-même divisée mais plutôt moins que les autres forces) ne parviennent à fédérer un vote de protestation (et peut être aussi d’adhésion) assez large pour apparaître comme une force majeure sinon majoritaire dans le paysage.

Géographie électorale et décentralisation

Il faudra en particulier suivre avec attention la dimension régionale de ce scrutin. Certains géographes s’y emploient et cela ne va pas sans difficulté méthodologique (recueil des données aux bonnes échelles, choix d’agrégation de données pour constituer les indicateurs pertinents, sémiologie adaptée – pour un avant-goût, voir ici, une carte problématique du nombre d’inscrits). On espère que des cartes de la participation électorale ainsi que de la géographie partisane seront vite disponibles. La géographie électorale qui se dessinera le 23 octobre aura beaucoup d’incidence non seulement sur la nouvelle constitution mais aussi sur les réformes de décentralisation. Si les forces politiques d’opposition de gauche ou islamiste sont minoritaires mais avec des implantations locales fortes, il est possible que la décentralisation apparaissent comme un choix trop risqué pour ceux qui (« centristes » ou « modérés »?) seront alors au gouvernement, qui rechigneront alors à déléguer une partie des pouvoirs concentrés aujourd’hui aux mains de l’administration centrale.

Dire que la révolution tunisienne doit être territoriale, comme le souhaite Daoud Abdelkrim, ne peut se limiter à souhaiter une révolution institutionnelle. C’est aussi accepter que le pouvoir soit pris par des groupes et des forces dont le projet social et politique remettrait profondément en cause les structures sociales et spatiales de la Tunisie actuelle. C’est pourquoi une telle réforme sera largement dépendante de la nouvelle carte politique du pays.

[MàJ: pour prolonger cette discussion, cf. cet intéressant article de Amin Allal,  « Tunisie : Le bal des prétendants », Alternatives économiques, 7 octobre 2011,http://www.alternatives-economiques.fr/tunisie—le-bal-des-pretendants_fr_art_630_55593.html]

 

Urbanisation, habitat et politiques urbaines en Tunisie, un recueil de Morched Chabbi

L’urbaniste Morched Chabbi est bien connu de ceux qui s’intéressent aux villes de Tunisie et plus largement au Maghreb. Professionnel réputé, il entretient dans les locaux de son bureau d’étude URBACONSULT (70, avenue du Bardo, Tunis) une bibliothèque consacrée aux questions urbaines riche de 2000 ouvrages et 3000 études. Cette ressource est sans pareil pour étudier l’urbanisation en Tunisie, dans un contexte de rareté des bibliothèques publiques, souvent mal dotées et où les documents sont peu accessibles lorsqu’ils y ont été conservés. Elle est librement et généreusement ouverte à la consultation, notamment aux étudiants.

En parallèle de sa carrière professionnelle, Morched Chabbi a écrit de nombreux travaux sur Tunis, les villes tunisiennes, la question de l’habitat non réglementaire ou encore les professionnels de l’urbanisme au Maghreb. Sa thèse sur Une nouvelle forme d’urbanisation à Tunis : l’habitat spontané périurbain (1986) devrait être bientôt éditée, de même que son mémoire d’HDR, datant de 2005, mis à jour au vu des derniers développements dans la Tunisie en transition. En attendant, il vient de remettre en circulation un recueil photocopié et mis à jour de 52 articles, sous le titre  Urbanisation, habitat et politiques urbaines en Tunisie. Ce recueil très utile a été offert à une série de bibliothèques universitaires en urbanisme en France, en particulier à l’Institut d’urbanisme de Lyon. Une sélection en sera également bientôt publiée en Tunisie. Espérons que l’auteur entreprenne parallèlement un dépôt de ses articles sur Hal-SHS afin d’en élargir la diffusion… et sous un format plus commode à manipuler que l’imposant volume de près de 2 kg que M. Chabbi a pris le soin de façonner. Pour l’instant, on repère quelques textes en ligne (signalés ci-dessous) mais c’est loin d’être la majorité! Continuer la lecture

La corporatisation des services publics en question dans les villes du Sud. Le cas de la STEG en Tunisie

Le siège de la STEG à Tunis (cc: Eric Verdeil)

Je participe avec Ali Bennasr et Samir Kebaili de l’Université de Sfax à une étude internationale sur La corporatisation des services publics.On trouvera plus de détail sur ce projet  dirigé par David Mc Donald (Queens U., Kingston, Canada) et Greg Ruiters (U. of Western Cape, Afrique du Sud) sur le site du programme http://www.municipalservicesproject.org/.

Voilà une présentation des objectifs de cette étude (traduction sommaire):

Les services publics corporatisés sont des entités de services qui sont entièrement détenues et exploitées par l’Etat, et donc considérées comme «publiques». Dans la pratique, cependant, ils ont tendance à fonctionner un peu comme les entreprises de services privées, en s’appuyant sur les principes de fonctionnement du secteur privé et en mettant le profit avant d’autres objectifs, souvent en reproduisant plutôt qu’en atténuant les problèmes liés à la privatisation. Faut-il donc rejeter la corporatisation comme allant idéologiquement et pratiquement à l’encontre des objectifs des services publics, ou y a t-il des caractéristiques de ce modèle qui peuvent produire la qualité et l’équité des services publics, et si oui dans quelles conditions?

L’objectif de cette recherche est d’étudier théoriquement et empiriquement cette question dans le contexte des services d’eau et d’électricité dans les pays du Sud. Le premier chapitre du livre fournira un cadre conceptuel et méthodologique, suivi par des études de cas détaillées de ce qui a été considéré comme des services publics corporatisés «progressiste» et «à succès», en Asie, en Afrique et en Amérique latine. Ces études de cas du Sud seront complétées par plusieurs chapitres offrant un aperçu sur l’expérience de privatisation dans les pays du Nord, à titre de comparaison.

Le livre vise à fournir des renseignements cruciaux sur ce qui est sans doute la tendance la plus importante dans la prestation des services dans les pays du Sud d’aujourd’hui (c.-à-d la corporatisation), explorant à la fois les fondements conceptuels de ce mouvement de «nouvelle gestion publique» ainsi que ses réalités politiques et pratiques. L’objectif est d’évaluer de façon critique les performances de ces services d’utilité publique contre un ensemble explicite de critères normatifs – comme l’équité, la responsabilisation, l’efficacité, etc – avec des commentaires sur les leçons apprises et la mesure dans laquelle les meilleures pratiques peuvent être reproductibles (ou non) ailleurs.

Notre étude porte sur la STEG, la Société tunisienne d’électricité et de gaz, une entreprise publique créée en 1962, dont les réalisations sont souvent vantées, dans le contexte international : électrification à plus de 99% du pays, taux de collecte très élevé, politique précoce en faveur des énergies renouvelables. Pour autant, les enjeux sont importants car la STEG doit faire face à des taux de croissance de la consommation électrique très élevés et donc à des investissements lourds. Or, avec une tarification perçue comme très lourde mais ne permettant pas l’équilibre, la STEG dépend des subventions étatiques. Dans un contexte d’ajustement structurel depuis une vingtaine d’années, et face aux nouveaux défis du développement équilibré mis en avant par la révolution de janvier 2011, quelles directions va prendre la STEG?

C’est pour enquêter sur ces thématiques que je me rends en Tunisie durant la semaine qui vient.

Cette étude prolonge en quelque sorte un travail précédent réalisé également avec Ali Bennasr et qui avait porté sur la cousine de la STEG, la SONEDE, la société publique chargée de l’approvisionnement en eau. Voir ici et .

Révolutions et révoltes arabes, des prémisses aux lendemains douloureux

L’actualité éditoriale sur les révoltes arabes est riche, notamment de contributions de chercheurs. Pourtant, porter un regard de chercheurs sur l’événement est risqué car celui-ci va, le plus souvent, trop vite pour être susceptible d’une observation objectivée en temps réel. Rares sont les collègues qui ont pu, comme Amin Allal – véritable polygraphe de la révolution tunisienne-, prendre le pouls de la révolution sur une barricade ou dans un comité de quartier (voir notamment son texte pour Politique Africaine, résumé ici). Et encore ne s’agit-il pas d’une garantie contre l’erreur de perspective, ce qui se passe ici ne ressemblant pas nécessairement à ce qui se passe là-bas.

Dans cette perspective du regard « à chaud », citons le dossier « Printemps arabes. Comprendre les révolutiosn en marche, sous la direction d’Agnès Deboulet et de Dimitri Nicolaïdis, dans la revue Mouvements (n°66, été 2011, sur Cairn) ainsi que le dossier « En Afrique du Nord, un soulèvement ne fait pas le printemps » sous la direction de Béatrice Hibou (Dossiers du CERI, en ligne) qui entend mettre en avant la dimension socio-économique des revendications par rapport aux débats de nature politique et institutionnelle. Ainsi donc que le dossier Tunisie de Politique africaine, cf. ci dessus.

Autre cas de figure : des publications très avancées ou bouclées avant les révoltes qui se voient « confirmées » ou qui doivent effectuer un petit rétablissement face à la nouvelle actualité. A cet égard, saluons le dossier hors série de Tiers Monde, sous la direction de Sarah Ben Nefissa et Blandine Destremeau, intitulé Protestations sociales, révolutions civiles. Transformations du politique dans la Méditerranée arabe. Ce collectif replace ces bouleversements politiques dans une généalogie de mobilisation : ils ne venaient pas de nulle part et une syntaxte de la politisation de ces revendications s’était construite et affirmée dans les dernières années; par ailleurs, le dossier propose plusieurs articles de réactions à chaud (voir ici, le sommaire et l’introduction).

Autres exemples de la difficulté que les bifurcations du temps court imposent à l’excercice de l’écriture des résultats de recherche, toujours plus ou moins en rupture avec l’actualité, ces deux travaux sur Le Caire et l’Egypte.

Dans Le Caire, réinventer la ville, un ouvrage de la collection Villes en mouvement d’Autrement, Pierre-Arnaud Barthel et Safaa Monqid interrogent, à la veille des événements de janvier-février 2011, une bonne vingtaine de « militants » du développement durable. Celui-ci apparaît alors comme un masque pour des revendications potentiellement fort différentes, entre « utopie réformatrice » au fond assez conservatrice politiquement parlant et « demande pour un changement total », ici fortement prémonitoire. Cette lecture décalée est suggestive et constitue un témoignage utile d’une parole qui se contorsionne face aux contraintes du politiquement correct. Reste que ces voix « bénévolentes » semblent loin de résumer la polyphonie des revendications post-changement de régime. Agnès Deboulet propose dans le numéro de Mouvements d’entendre la voix beaucoup plus radicale de Manal al-Tibi sur le droit au logement, dans une interview réalisée également en décembre 2010 (voir ici).

Citons également l’ouvrage de Vincent Battesti et François Ireton (coordonnateurs) L’Egypte au présent. Inventaire d’une société avant révolution, une mise à jour comparable par son ampleur à celle publié sur la Syrie il y a quelques années. On pourra lire ce livre comme un bilan de l’ère Moubarak.

Enfin, pour finir en beauté, renvoyons au remarquable « Repères » d’Hamit Bozarlsan sur La sociologie politique du Moyen-Orient. Publié en février 2011 et donc bouclé probablement avant le déclenchement de la révolution tunisienne, il propose une lecture en cycles courts (1979-1990; 1990-2001 et 2001-?) qui impliquait précisément le dénouement d’une période et l’entrée dans une autre. Relisant de manière critique quatre grands paradigmes d’interprétation (la modernité, l’islamité ou lislmaisme, les paradigmes emic de la ‘asabiya et de la dawa, ainsi que la question du tribalisme), l’auteur présente une suggestive typologie des Etats (être politique dont il montre que malgré l’instrumentalisation et l’absence de légitimité, la recherche ne peut en faire l’économie). Bozarslan en arrive ensuite à une remarquable analyse des formes de mobilisations politiques qui donne de véritables outils pour penser ce qui se déroule au Moyen-Orient depuis le début de l’année. Sa lecture de la spatialité des mobilisations (entre quartiers comme espace d’autonomie et de mobilisation et  lieux centraux du débordement et de l’accès à la visibilité), à propos de la révolution iranienne de 1979, se révèle extrêmement heuristique pour lire les mobilisations actuelles. L’auteur revient d’ailleurs dans le numéro précité de la revue Mouvements sur ce qui unit la Tunisie et l’Egypte dans leurs soulèvements (cf. ici sur Cairn).

Les territoires des révolutions arabes sur Planète Terre

Carte de la révolte en Syrie et territoires communautaires (c) NYT : http://www.nytimes.com/interactive/2011/05/01/world/middleeast/01syria-map.html

Les deux dernières émissions de Planète Terre, le magazine consacré à la géographie, animé par Sylvain Kahn, sur France Culture, sont consacrées aux territoires des révolutions arabes, en particulier en Syrie et en Tunisie (les émissions peuvent être podcastées ou écoutées en streaming).
Le 11 mai, Fabrice Balanche a souligné la diversité de la situation entre les villes syriennes. Alors que Damas ou Alep semblent très peu touchées, nombre de petites villes et aussi certaines plus importantes comme Homs ou Lattaquié ont participé à la révolte. Pour Fabrice Balanche, le principal facteur explicatif est la dimension confessionnelle (sunnites versus minoritaires), à quoi il ajoute l’alliance entre le clan alaouite et la bourgeoisie commerçante sunnite. Dans le cas d’Alep, il souligne que la bourgeoisie a beaucoup souffert des entraves au développement que le régime a infligé à la ville après les révoltes du début des années 1980. Le mécontentement kurde ne parvient pas, par ailleurs, à s’articuler aux autres groupes contestataires. D’où une situation tendue mais où le régime parvient encore à maîtriser la situation. Le New York Times a publié une très intéressante carte qui illustre fort bien les idées de Fabrice, ce qui ne veut pas dire que toute l’histoire est là. A noter que F. Balanche a également évoqué la situation des autres pays lors d’un café géo, le 18 mai à Lyon, dont le compte-rendu sera bientôt en ligne.
Dans l’émission consacrée à la Tunisie, le 18 mai, la question territoriale est abordée d’une manière originale par Alia Gana, à partir du monde rural. Cette sociologue souligne la montée de revendications et de manifestations d’opposition d’agriculteurs ruinés au cours de l’année 2010. Quant à Hassen Boubakri, il témoigne à partir du cas de Sousse et revient sur le rôle des mobilisations socio-professionnelles dans la chute du régime (avocats, universitaires, etc.)
Le blog de l’émission propose nombre de documents en lien avec les deux cas. Merci à ses animateurs de citer plusieurs articles de Rumor!

On peut également renvoyer au blog Géographie des villes en guerre qui propose un utile recensement des ressources disponibles sur ce sujet.

Le développement urbain durable dans la Tunisie post-Ben Ali

J’ai participé la semaine dernière à un séminaire du programme AUF-Mersi sur les premières expérimentations de la ville durable au Sud de la Méditerranée (organisé par Pierre-Arnaud Barthel du CEDEJ en partenariat avec l’IRMC), qui prolonge le programme de recherche mené avec le laboratoire SYFACTE de l’université de Sfax sur « Villes et efficience énergétique ». Les discussions collectives, branchées directement sur l’actualité, ont été passionnantes et j’en propose ici, à propos du cas tunisien, quelques éléments de synthèse.

Echelles et temporalités de référence du développement urbain durable

La vogue du concept de durabilité urbaine ou de développement urbain durable ne doit pas cacher, en premier lieu, les évolutions et les décalages dans sa définition. En particulier, il est important de repérer que depuis quelques années, la conception dominante de la durabilité semble davantage définie en fonction d’enjeux globaux et planétaires même si ils peuvent avoir aussi un contenu localisé. Par exemple, en insistant sur le changement climatique, donc sur les émissions de gaz à effet de serre, ou encore sur le peak oil et donc sur la nécessité d’identifier de nouvelles ressources énergétiques (si possible renouvelables pour être comptable avec la première contrainte), on se situe bien dans un logique planétaire. Or, il n’y a pas si longtemps, l’échelle d’appréhension des problèmes et des enjeux du développement durable étaient plus locale : qu’on s’intéresse aux problèmes d’accès à l’eau (à des échelles locales ou nationales) ou à des questions de pollution (échelle locale), on ne se situe pas dans les mêmes espaces de référence  ni sur les mêmes horizons temporels en termes d’action.

Le DUD en TUnisie aujourd’hui

Sfax : le boulevard de l'Environnement (c) EV 2007

Cette tension est bien discernable en Tunisie. Aujourd’hui, et depuis le milieu des années 2000, correspondant à un déficit énergétique accentué depuis 2004, l’insistance sur l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables prend sens non seulement par rapport aux enjeux globaux du changement climatique mais aussi par rapport à une problématique spécifiquement tunisienne, en termes de dépendance énergétique à minimiser. Mais cette perception est située : affirmée dans le XIe plan, elle correspond à une préoccupation gouvernementale. Pour autant, elle traduit une inflexion. Dans les années 1990, la prolifération des « boulevards de l’environnement » et de toute une vogue d’institutions et de lois et de règlements dédiés à l’environnement et progressivement, au développement durable, insistait davantage sur la protection des ressources : eau, littoral, espaces naturels remarquables, faune que sur les enjeux globaux actuels. Cela apparaît bien lorsqu’on suit le rapport d’Henda Gafsi sur » l’Histoire du domaine environnement en Tunisie », pour le compte de la GTZ. C’est bien dans la continuité de cette manière de voir que mes collègues de Sfax thématisent la question du développement durable, en particulier à travers la question de la récupération du littoral nord de Sfax avec le projet Taparura (voir le café géo où ils ont présenté cette question) mais aussi à travers la thématique de l’étalement urbain (voir ici).

Au-delà de ces incertitudes sur les priorités changeantes selon les lieux et les moments d’énonciation des enjeux et des objectifs, la thématique de la durabilité semble entrer aujourd’hui en Tunisie dans une mise en cause plus profonde. Cela est bien apparu dans l’exposé de Henda Gafsi, récemment élue présidente de l’Association des urbanistes tunisiens, une association qui s’est toujours tenue dans une position d’indépendance par rapport au régime, défendant ses intérêts professionnels en évitant une tutelle et un contrôle par des membres du parti. Henda Gafsi, à titre de consultante, fait figure de personnalité engagée dans l’introduction des thématiques du développement durable dans l’aménagement du territoire et urbain, notamment à travers des études pour des organisations étrangères comme la GTZ (coopération allemande) et pour l’Observatoire tunisien de l’environnement et de développement durable. De manière connexe, ses travaux ont porté aussi sur l’évaluation de la décentralisation (dans le domaine de l’action environnementale) et, plus récemment, sur la question du genre et de la participation des femmes au développement. Dans l’exposé présenté durant notre séminaire, le 19 avril, elle a tout à la fois proposé un historique et un bilan des actions entreprises dans ce domaine, depuis le débat des années 1990 et dans le sillage des grandes conférences comme celle de Rio; ainsi que des propositions pour l’avenir. La Tunisie fait figure, à cet égard, de bon élève du DD en reprenant les principaux objectifs, en les introduisant dans sa réglementation, en créant diverses insitutions dédiées à la définition de la politique dans ce domaine ainsi qu’à son suivi. Voir sa présentation ici.

Une notion coquille vide et instrumentalisée?

Pourtant, Henda Gafsi reconnait elle-même que la question a été largement instrumentalisée et manipulée, et qu’un bilan critique de ces politiques doit être entrepris, autant sur la question du contenu que sur celle des procédures de décision. Autrement dit, la centaine d’Agendas 21 élaborés sur le territoire ou les boulevards de l’Environnement participaient complètement du jeu d’image moderniste à l’égard des bailleurs de fonds en vue de légitimer le régime. Un bilan critique montre qu’il s’agit en partie d’un leurre, ces projets étaient bien souvent des coquilles vides sans effet, voire contredits au contraire par des aménagements discutables voire scandaleux, dont les nombreuses empiétements sur des terrains publics ou naturels théoriquement protégés par des membres de la famille, ou encore à travers des procédures finalement interrompus par les ministères de tutelle après le stade des études…

A certains égards, on peut nourrir le même soupçon à l’encontre des associations œuvrant dans le domaine de l’environnement, dont on compte près de deux centaines. Elles sont pour beaucoup dirigées par des militants organiques du parti et apparaissent comme des courroies de transmission du régime, bien davantage que des forces de contestation. Toutefois, différents exemples montrent qu’on doit sans doute nuancer cette vision. Par exemple, dans un Café Géo tenu à Lyon en novembre dernier, Taoufik Megdiche soulignait que des associations de défense de l’environnement, souvent animés par des intellectuels ou des universitaires, pouvaient agir et faire passer des contestations justement parce qu’il s’agissait d’un domaine neutre où leur légitimité savante était recevable. Dans son exposé durant ce séminaire, Lamia Zaki a présenté une étude sur l’association des Amis du Belvédère, un parc à forte valeur naturelle et patrimoniale dans la capitale. Elle a montré la manière dont cette association, dans différents contextes, a réussi à peser, modestement, sur certains choix, en jouant sur les oppositions entre différents acteurs (municipalité de Tunis, ministère de l’Environnement, Présidence) pour défendre ces positions, notamment son opposition à la construction de secteur du parc. Elle n’est pas totalement parvenu à ses fins mais des marges d’action existaient néanmoins.

Les enjeux de processus et de procédure : le D(U)D comme revendication de démocratisation et de décentralisation

A travers cet exemple, il apparaît qu’un des enjeux majeurs d’un développement durable réformé et rendu effectif réside dans l’ouverture du jeu politique et décisionnel. Henda Gafsi plaide en particulier pour une véritable démocratisation, appuyée sur une décentralisation démocratique renforçant les pouvoirs des autorités locales. Elle complète son propos en revendiquant également des procédures beaucoup plus participatives, ouvertes en particulier vers les femmes et les jeunes. De fait, si le débat politique est actuellement focalisé sur l’élection de la prochaine chambre constituante et l’élaboration d’une nouvelle constitution (voir ici), une évolution du cadre juridique vers des dispositifs plus décentralisés paraît nécessaire. Cela impliquerait notamment une réforme des finances locales, donnant plus de moyens aux collectivités locales.

Mais ceci revient à entrer dans un nouveau débat. Quels échelons de pouvoir faudra-t-il favoriser? Les villes ou les régions? Pour le géographe Ali Bennasr, les découpages existants, au niveau des gouvernorats, résultent d’une succession de décisions politiques visant d’abord, sous Bourguiba, à casser les structures traditionnelles (tribus…) en démantelant leurs territoires, puis à redécouper les gouvernorats au nom d’intérêts locaux (par exemple, découpage de la région Sahel en trois gouvernorats). Pour lui, ces découpages ne renvoient à aucun fonctionnement économique ou géographique et distribuer des pouvoirs sur ces bases serait inutile voire nuisible.

Le développement durable et le développement régional

Un autre enjeu est en train d’apparaître. L’interprétation de la révolution en termes d’inégalités de développement entre le littoral et l’intérieur, largement partagée (voir ici), conduit le gouvernement à toute une série d’actions d’urgence en vue de rééquilibrer le territoire. Les bailleurs de fonds sont aujourd’hui sollicités pour appuyer ces démarches. Mais selon un représentant de l’AFD lors de ce séminaire, ces nouvelles priorités pourraient conduire à délaisser la priorité aux actions de durabilité urbaine qui ont constitué l’épide dorsale de l’approche menée jusqu’à présent. En effet, les grands enjeux de réduction des nuisances environnementales, le développement des transports collectifs en site propre dans la région de Tunis ou dans d’autres villes, comme Sfax, l’accent sur l’efficacité énergétique dans les grands centres urbains et industriels concernent forcément davantage  les villes littorales et ont contribué à concentrer l’action des bailleurs dans cette zone. Encore ne faut-il pas forcément exagérer et par exemple, T. de Véricourt cite aussi des données de l’Agence de réhabilitation urbaine montrant que les réhabilitations de quartiers ont majoritairement concerné les zones intérieures. Quoiqu’on puisse interpréter ce fait comme une illustration du fait que les municipalités des grandes villes ont malgré tout plus de ressources et moins besoin de l’ARRU (en tout cas aujourd’hui) ne fait au fond que confirmer ce déséquilibre des moyens.

Débat autour d’une usine polluante à Sfax

Le panache blanc de la SIAPE à Sfax (c) EV 2010

Un exemple pris dans l’actualité très récente illustre très bien ces tensions et ces contradictions. Le portail Sfaxonline se fait l’écho ces jours-ci d’un débat au sujet de l’avenir de l’usine de la SIAPE, Société industrielle d’acide phosphorique et d’engrais, située au sud de la ville et dont le panache de fumée blanche poussée par le vent vers les zones résidentielles du nord est considérée comme une source de pollution majeure de la ville. Les résidus d’exploitation forment d’énormes crassiers stérilisant le littoral. En 2008, la fermeture du site en 2011 avait été annoncée. L’idée était d’en finir avec cette industrie polluante et d’orienter le développement économique vers le tourisme et les activités tertiaires. Cette décision résultait notamment d’une action discrète mais de longue durée de l’association pour la protection de la nature de Sfax ainsi que, plus largement, des réflexions menées dans le cadre de la Stratégie Générale pour le développement de Sfax (SGDS) depuis 2002, réflexions auxquelles une fois n’est pas coutume, les élus locaux, les universitaires et la « société civile » locale avaient été associés d’une manière considérée comme tout à fait inhabituelle et remarquable sous la régime Ben Ali. Cela ne veut surement pas dire que ce processus de consultation était démocratique ni que ces résultats satisfaisaient l’ensemble de la population.

Le contexte actuel de remise en cause des décisions de l’ancien régime a au contraire conduit à la décision de fermeture semble reportée d’au moins deux ans selon les informations rapportées par le site Sfaxonline et les commentaires de ses lecteurs. L’une des contributions, due à une personne identifiée comme CITOYEN SFAXIEN EMPLOYE GCT (GCT voulant dire Groupe chimique tunisien dont la SIAPE est une des filiales) est tout à fait instructive sur le choc des argumentaires environnementaux:

je commence par saluer le personnel du GCT qui a su s’unir pour défendre son gagne pain ,c’est tout à fait naturel et personne ne peut lui en vouloir quoi que ce soit;l’activité de transformation de phosphate est née depuis 1952 dans la ville de Sfax qui a pris un caractère tout à fait industriel depuis des dizaines d’années par l’implantation de diverses industries tout le long de la route de Gabes et ailleurs;l’usine SIAPE était implantée loin de la zone urbaine mais la mauvaise stratégie du pays en matière d’urbanisme a encouragé les constructions à proximité ;dans la situation actuelle des choses,l’activité phosphatière assure à Sfax un dynamisme économique et social qu’aucun sfaxien ne peut nier mais aussi et le plus important que tout sfaxien doit en être fier ;pour ce qui est des dégagements gazeux que le citoyen observe sous forme de fumées blanche dans les cheminées ,il s’agit de la vapeur d’eau essentiellement et d’air suite aux opérations de lavages des gaz à l’eau ;la présence de quelques éléments en trace est surmontable moyennant des investissements qui étaient programmés sauf que des actions émanant d’associations environnementales étaient à l’origine de décisions des hautes instances pour le report ou l’annulation de ces investissements jusqu’à arriver à la décision de la fermeture de l’usine,décision prise dans le cadre de la préparation à la campagne électorale présidentielle ;il en ressort ,dans l’état actuel des choses et après la révolution la nécessité de demander à l’état de lancer incessamment la construction d’une nouvelle usine toujours dans le gouvernorat de sfax mais loin des zones urbaines ;ainsi ,sfax abritera toujours l’usine mère du Groupe chimique tunisien.Pour terminer ,je compte sur la veille des citoyens de la ville de sfax pour convaincre l’un l’autre que la source principale de pollution dans la région de Sfax réside dans les gaz d’échappement des mobylettes et des voitures dont le nombre croit en exponentielle en l’absence de transport public approprié;ces gaz riches en monoxyde de carbone et auxquels sont exposés toute la population sans exception constituent le plus grand danger pour la santé sans oublier bien sur le tabagisme et la chicha de plus en plus consommés par les deux sexes ;à ce propos j’invite toute personne oeuvrant pour un environnement sein et dépollué de se rendre dans les innombrables cafés qui ne cessent de se multiplier à sfax et jeter un coup d’oeil sur l’ambiance à l’intérieur(asphyxiante) ainsi qu’à l’extérieur(sacs et poudre de charbon renversée tout autour,bourrage de rues et sentiers par les mobylettes…là ou il n’ya aucun respect ni pour l’individu ni pour l’environnement;donc il serait plus judicieux de se pencher sur de tel faits ayant des impacts négatifs d’aspect éthyque,financiers et de santé. »

D’une manière classique, le développement économique et la dimension sociale se trouve opposée à la logique environnementale. Les pressions associatives à l’origine de la décision de fermeture sont implicitement accusées de collusion avec le régime Ben Ali qui aurait cherché à utiliser cette décision pour se légitimer en vue des échéances électorales suivantes (élections présidentielles de 2009). D’autres sources de pollution et de nuisance est identifier : la circulation automobile et de deux roues, qui va en effet croissant, et de manière plus inattendue, la fumée de cigarettes et de chicha, qui sont à n’en pas douter à l’origine de nombreuses maladies… Il faut pourtant souligner que diverses mobilisations contre des sources de pollution ont fait l’objet de revendications virulentes dans plusieurs lieux en Tunisie. A Sfax, ces tensions interviennent dans un contexte particulier : les habitants considèrent que leur ville est brimée par l’Etat par opposition à la région capitale ou au Sahel. Ils attendent des investissements pour favoriser leur développement. Mais le contexte actuel est plutôt favorable aux régions pauvres de l’intérieur et la ville peut craindre que ses grands projets, en particulier  dans les transports collectifs mais aussi le projet Tapapura, soient délaissés, dans un contexte de baisse des investissements privés immobiliers (pour Taparura) ou de réorientation des investissements publics vers des projets socio-économiques dans l’intérieur.

Effervescence politique sur fond de tensions sociales et régionales en Tunisie

Ben Ali 2014... en prison (allusion à la pétition pour que l'ex-président se représente à cette date)

Publicité pour le dernier livre de Taoufik Benbrik

Une fresque dans la médina

Depuis 8 jours,  j’ai la chance de circuler dans une Tunisie efferverscente, bruissante de débats politiques qui remplissent la presse ou la radio, ou qui s’improvisent dans les transports en commun entre des gens qui ne se sont jamais rencontrés, dans les taxis, etc. Les murs sont couverts de slogans ou d’expressions diverses célébrant la liberté, comme dans la médina, les librairies sont pleines de livres jadis interdits ou nouvellement parus, qui célèbrent la révolution ou dressent l’inventaire des turpitudes du régime déchu. Bourguiba fait également l’objet de multiples biographies et témoignages, dans des panygériques qui oublient parfois qu’il fut également un dictateur…

Ramassage des ordures à la fin du conflit social à Tunis - 15/4/2011 (c) EV

Une liberté de parole extraordinaire, mais qui va de pair avec une montée des inquiétudes économiques autant que politiques. Le tourisme est à l’arrêt, de nombreuses industries sont fermées, à cause de la baisse des commandes et aussi des grêves qui revendiquent des mesures salariales ou d’emploi que les employeurs ne sont pas prêts à adopter. Dans la fonction publique, on assiste aussi à d’importants mouvements qui portent sur la régularisation d’emplois précaires. Des grèves ont interrompu la collecte des ordures à Tunis, qui s’ammoncelaient au coin des rues le jour de mon arrivée. Mais un accord a été trouvé et la propreté est globalement revenue. Les rues du centre ville sont occupées par des vendeurs à la sauvette ce qui suscite de nombreux grognements bien pensants… On observe aussi un refus de payer les impôts locaux ou les factures des services publics. Selon un article de La Presse, un million d’abonnés de l’électricité sont dans cette situation (soit un tiers des abonnés). L’article évoque le spectre du black-out et l’épouvantail de la situation électrique au Liban, tout en rappelant que la qualité relative des services publics en Tunisie fait partie des points positifs du régime Ben Ali… comme le statut personnel, au coeur des controverses. Le question du développement équilibré littoral-intérieur est par ailleurs très présente et se traduit par de violentes revendications : par exemple, les habitants d’une localité de la région de Manzel Chaker ont éventré une conduite d’eau menant à Sfax afin d’obtenir satisfaction sur un autre dossier (article dans Le Temps du 20 avril). A Sidi Bouzid, où des coupures d’eau sont fréquentes, des habitants ont profité de la venue de bailleurs de fonds pour menacer de couper une conduite d’eau qui dessert la ville littorale de Sfax, selon un témoignage recueilli ces jours-ci. Des bâtiments de services publics sont régulièrement incendiés dans des villes de l’intérieur (police, mais aussi électricité, école, ou équipements de santé).

L’inquiétude est aussi politique, notamment de la part des « laïcs » dont les partis politiques sont très dispersés et qui peinent à s’accorder sur des principes d’action clairs en vue de l’élection d’une chambre constituante le 24 juillet prochain (par ex. ici). Le projet de loi électorale, à la proportionnelle, imposant une parité homme-femme et excluant les « RCDistes » est très critiqué, en particulier à cause des effets pervers qu’elle pourrait entraîner en raison de l’inconsistance de l’offre politique des partis. Certains redoutent que les seules femmes bénéficiaires de ce système soient les affidées du ou des partis islamistes. D’autre regrettent que le choix ne se soit pas portés sur un système uninominal, permettant d’élire des personnalités connues. Enfin, l’inéligibilité d’office des RCDistes est parfois considérée comme arbitraire car  mêlant criminels de l’ancien régime et officiels parfois compétents dont il serait dommage de se priver pour l’avenir… Un projet de pacte citoyen est à l’étude pour imposer un accord minimum sur certains acquis du modèle de développement tunisien, notamment le statut personnel, et en faire un élément de base du texte constitutionnel à élaborer.

Je reviendrai dans un autre billet sur les questions de gestion urbaine posées par cette situation.

Révolutions en Tunisie et en Egypte : regards de géographes et d’urbanistes

Après les réactions nombreuses des politologues, plus ou moins inspirés, ainsi que celles d’historiens, comme Henry Laurens dans le Nouvel obs (pas trouvé de lien) (ce dernier, comme toujours, insiste d’abord sur les enjeux démographiques), sur les bouleversements en cours dans le monde arabe, voici plusieurs contributions géographiques ou du moins territoriales.

La révolution tunisienne cartographiée

La diffusion de la révolution tunisienne depuis Sidi Bouzid. Source : GIS Collège International des Sciences du Territoire. Carte réalisée par Giraud T.

Le Collège international des sciences du territoire, consortium de diverses équipes de géographes parisiennes, publie un intéressant dossier interprétant la révolution tunisienne au regard des déséquilibres territoriaux. Une série de planches sur les caractéristiques démographiques (poids de la jeunesse) et socio-économiques aboutit à la mise en évidence de trois Tunisie. La plus marginalisée est la Tunisie rurale de l’intérieur, délaissée par le pouvoir et par les dynamiques économiques récentes qui se sont surtout été perceptibles dans la région littorale, plus urbaine, plus touristique. C’est elle qui a été le point de départ de la révolution. Tout en soulignant ces facteurs d’explication de l’événement, et en l’illustrant de la jolie carte ici présentée de la diffusion de la révolte,  les auteurs de cette page, Claude Grasland et mon collègue de l’université de Sfax Ali Bennasr, soulignent aussi la part d’inattendu et d’imprévisible de cette enchainement de faits:

On aurait pu parier sur Tunis, capitale politique macrocéphale. Ou bien sur Sfax, la grande cité commerçante et intellectuelle du Sud. On aurait également pu parier sur le bastion ouvrier et syndical de Gafsa, ou la vieille taupe de l’histoire avait commencé à gratter le sol en 2008… Mais précisément parce que tous ces points de départ potentiels de la révolution tunisienne étaient prévisibles, ils étaient placés sous haute surveillance par le gouvernement Ben Ali qui y réprimait immédiatement toute ébauche de rébellion. Il fallait donc que ce soit Sidi Bouzid.

Hegel nous apprend que l’on découvre toujours après coup que des événements historiques majeurs avaient été précédés d’avertissements, mais personne ne savait les reconnaître et ce n’est qu’une fois passé l’événement qu’on en reconstitue la logique.

Dans le même dossier, Pierre Beckouche analyse l’évolution des flux d’investissement en Tunisie et montre leur diversification récente, depuis 2000. La prééminence des investissements européens est contestée par la montée des investissements en provenance du Golfe, ainsi que d’autres pays dont, fait notable, la Turquie. On peut penser que cet affaiblissement de la position économique européenne pourrait être renforcé par la mauvaise gestion diplomatique de la révolte tunisienne par les Européens, et au premier chef la France. Il pense que les Etats-Unis, encore peu présent, chercheront à en profiter pour s’implanter plus fortement dans cette région, où les hydrocarbures représentent un enjeu géopolitique majeur (pas tant en Tunisie qu’au Maghreb au sens large). Peut-être.

Pierre Beckouche reprend à son compte l’idée que, avec la fin de la kleptocratie proche du régime, ces investissements vont booster la croissance et aider le pays à dépasser cette période de transition. Il pense surtout aux investissements européens, car il le dit bien, les investissements du Golfe se dirigent peu vers les activités industrielles ou de services et se concentrent dans l’immobilier et le tourisme (voir cet article coécrit avec Pierre-Arnaud Barthel). Mais Beckouche ne mentionne guère les effets sociaux déstabilisateurs de ces flux (hausse des prix immobiliers, précarité de l’emploi). Les chercheurs qui travaillent sur l’urbain ont bien mis en évidence ces inconvénients, qui peuvent également être lus comme l’une des causes des soulèvements arabes, comme je l’indiquai dans mon dernier billet.

Les espaces de la révolte au Caire

C’est aussi un point sur lequel Agnès Deboulet, sociologue urbaniste, et Bénédicte Florin géographe, ont bien insisté dans l’émission Planète Terre de Sylvain Kahn sur France Culture (à écouter ici, et le blog de l’émission pour aller plus loin). Ainsi, une partie des manifestants de ces derniers jours sur la place Tahrir était originaire du quartier de Bulaq, siège d’une grande opération d’urbanisme financées par les capitaux du Golfe qui s’est traduit par des évictions forcées.

Au-delà de cette question, je retiens aussi la position d’Agnès Deboulet sur la question de la violence et des pillages dans la ville. Critiquant une vision selon elle largement médiatique qui voit dans la foule insurgée une promesse de chaos et d’anarchie, elle a souligné qu’en fait, les opérations de pillage restaient relativement limitées, que les magasins des quartiers chics, par exemple, n’avaient pas particulièrement été endommagés (elle parlait mercredi, les choses se sont corsées surtout en fin de journée ce jour-là et le suivant en Egypte). Elle mettait au contraire en avant l’idée d’un peuple calme, contrôlant la situation.

Pour ma part, me référant en effet aux images diffusées par les médias en Tunisie comme en Egypte, ainsi qu’au précédent utile à connaître de la transition politique post-Suharto à Jakarta, j’ai mis en avant que cette question de l’ordre et de la sécurité urbaine risquait de constituer un enjeu majeur de la transition. Difficile de trancher sans y aller voir plus avant.

A défaut, toutes les enquêtes journalistiques ne se valent pas. L’article de Christophe Ayad dans Libération du 5/2/2011 (où on trouve aussi cette carte de la révolution tunisienne) est tout à fait édifiant sur la situation de Kasserine, caractérisée par la vacance du pouvoir et dans une économie très dégradée, où régneraient trafiquants et criminels. Il serait intéressant de voir si nos lecteurs tunisiens confirment cette vision.

MàJ : pour aller dans le même sens, on peut prendre connaissance des événements de ces derniers jours à Sidi Bouzid (policiers soupçonnés de racket sur la population, révolte et incendie du commissariat) et au Kef, plus nord (tirs faisant plusieurs victimes à la suite d’actes similaires de la police).