Archives par étiquette : Sfax

Energies urbaines : le gaz de ville à Istanbul, Le Caire et Sfax

J’avais signalé sur ce carnet les travaux de master de mes étudiants Elvan Arik, Jimmy Markoum et Hugo Bolzon, sur les enjeux du développement de réseaux de gaz dans les villes d’Istanbul, du Caire et de Sfax, ainsi que sur les conflits qui en résultent. Un article synthétique reprenant ces résultats a été récemment publié dans la revue Energy Policy. Il est accessible via Hal. Il s’agit d’un dossier thématique reprenant les principales conclusions d’une vaste et ambitieuse recherche collective pilotée par Jonathan Rutherford et Sylvy Jaglin, sous les noms de TERMOS et GOUVENUS (respectivement ANR Suds et projet soutenu par l’Université Paris-Est). Un autre volet de cette recherche avait été publié dans FLux en 2013 sous le titre Villes et énergies en pays émergents.

Verdeil, Éric, Elvan Arik, Hugo Bolzon, et Jimmy Markoum. 2015. « Governing the transition to natural gas in Mediteranean Metropolis: The case of Cairo, Istanbul and Sfax (Tunisia) ». Energy Policy, 78 (3), pp.235-245.

Voici le résumé:

Recent scholarship on urban energy governance has focused on low carbon energy strategies seen as a response to climate change and energy pressure threats. But such approaches tend to overlook the situations of cities from the Global South and emerging countries concerned with strong energy demand growth. The development of urban natural gas networks is an understudied response to such a challenge. Focusing on three cities, Istanbul, Cairo and Sfax (Tunisia), the article analyses the factors and the governance of these energy transitions. It uses a geographical approach to such processes that highlight the mutual influence of the territory in its material and political dimensions and of the policy goals and tools in the implementation. The development of urban gas networks rests upon the proximity of gas deposits. It is determined by metropolitan strategies for economic development as well as by programs aiming to cut energy subsidies. Though urban gas networks have a strong potential for restructuring the physical and social landscapes in cities, the dominant commercial approach taken by energy utilities and morphological constraints in the urban fabric limit their universalization. Natural gas is part of a mix of energies at the urban level and often competes with other energy forms, specifically renewables (like solar water heaters). Lastly, the development of urban natural gas networks sparks heated politics in relation to unfulfilled energy demand and affordability.

Les enjeux énergétiques au coeur de la (post-)révolution en Tunisie

éoliennes de la STEG dans le village d'El Alia près de Bizerte

éoliennes de la STEG dans le village d’El Alia près de Bizerte

Le débat sur la stratégie énergétique tunisienne, que j’évoquais ici, est toujours ouvert. Le projet de loi visant à promouvoir les énergies renouvelables est actuellement en discussion. Il fait l’objet d’une vive opposition du syndicat des travailleurs du secteur électrique, qui représente essentiellement les employés de la Société Tunisienne d’Electricité et de Gaz, la société publique gérant l’essentiel du secteur (production, transport, distribution). Leur crainte principale est la privatisation de leur entreprise, qui n’est pas à l’ordre du jour malgré quelques alertes récentes (voir ce billet). Mais ils voient la libéralisation du secteur et l’encouragement aux renouvelables comme une menace pour l’intégrité de leur entreprise et le premier pas d’un démantèlement plus large du secteur.

Pour autant, la diversification énergétique est un enjeu central pour le pays, dont les ressources en hydrocarbure diminuent, ce qui ne manque pas de fournir des arguments, là bas aussi, aux promoteurs du gaz de schiste. Toute une controverse a éclaté sur le sujet. Face à cela, et pour éviter que ne se reproduisent des scandales de concessions d’hydrocarbure octroyées dans des conditions opaques (notamment révélées par le remarquable travail de Med Dhia Hammami sur Nawaat), l’Assemblée nationale constituante a du reste défini le principe de la souveraineté du peuple sur les ressources naturelles nationales. Continuer la lecture

Géographie de l’éclairage public dans les villes du Sud : quelques exemples arabes

Un récent billet de blog qui est plus que cela attire mon attention sur la question de la lumière dans la ville et me suggère une variété de pistes de recherche qui me font revenir sur quelques matériaux de recherche non exploités.

Affiche vantant le Plan Lumière pour Beyrouth par la municipalité de Beyrouth – via Marie Bonte

Brilliant Beirut est un texte brillant de Marie Bonte, jeune géographe lyonnaise sur le point de s’engager en thèse sur la thématique de la fête à Beyrouth, question qui dévoile entre autres une territorialité de la nuit. Dans ce billet, paru sur le site de Tim Edensor Lighting Research @ MMU, elle explore les territoires de la lumière la nuit dans Beyrouth. Pour cela, elle examine les inégalités et les dysfonctionnements de l’éclairage public qui laissent de nombreuses rues dans l’obscurité, notamment en raison d’un défaut d’entretien chronique – on ne parle pas ici des coupures de courant qui touchent peu le territoire municipal de Beyrouth. Inversement, les secteurs éclairés sont largement ceux de la fête et des loisirs nocturnes, comme dans la zone de Solidere, à Gemmayzeh ou encore à Hamra… En fin de billet, elle montre aussi que cette question de l’éclairage public devient à un enjeu de politique publique. Elle analyse par exemple, à travers cette affiche vantant l’illumination de Beyrouth, le Plan Lumière récemment mis en place par cette municipalité qui s’est lancé, avec l’appui parisien, dans une politique d’éclairage et de mise en valeur de son patrimoine architectural. Elle fournit aussi une très belle carte de synthèse à la fin de son billet qui montre que cette géographie de la lumière est très inégalitaire. Il faudrait en complément s’intéresser aux projets de SOLIDERE qui a également entrepris une politique de mise en valeur de ses bâtiments (Lighting Beirut Architecture). Ces politiques de la lumière représentent un nouveau type de politique publique au Liban, à analyser dans une perspective mêlant transfert de modèles, marketting urbain et partenariats public-privé. Cette approche du cas beyrouthin est paradoxale puisqu’on peut aussi – voire plutôt – considérer cette ville comme une métropole de l’obscurité en s’intéressant à la thématique des coupures de courant, comme je le fais dans mes recherches de mes dernières années – et ce sera justement le thème d’un papier que je prépare pour le prochain congrès de la RGS. Continuer la lecture

Les enjeux du développement et de la gestion du gaz naturel dans les villes tunisiennes : cas de l’agglomération de Sfax

Hugo Bolzon a soutenu en septembre, sous ma direction, son mémoire de Master 1 en Urbanisme de l’Université Lumière Lyon 2, sous le titre Les enjeux du développement et de la gestion du gaz naturel dans les villes tunisiennes : cas de l’agglomération de Sfax. Il s’agit d’un excellent mémoire qui est désormais accessible en ligne sur le serveur DUMAS, à l’instar de ceux de Elvan Arik sur Istanbul et de Jimmy Markoum sur Le Caire, sur la même thématique, dont j’avais synthétisé ici quelques enseignements.

Résumé du mémoire de Hugo Bolzon

Ce mémoire vient questionner l’accès à l’énergie en Tunisie par le cas du développement du réseau de gaz naturel dans l’agglomération sfaxienne. À la croisée de thématiques comme les services urbains en réseau ou encore la ville durable dans les pays arabes, l’enjeu est ici d’analyser les logiques d’accès à l’énergie dans une perspective de rétroaction entre le local et le national. La problématique de l’efficience énergétique dans les villes tunisiennes doit être appréhendée dans toute sa globalité, afin de déterminer clairement quelles sont les causes des difficultés rencontrées. La diminution des ressources énergétiques par rapport à la demande croissante et la saisie du concept de développement durable sont à l’origine d’une nouvelle orientation de la politique énergétique tunisienne, dont les villes sont le support privilégié. L’application de ces mesures se révèle parfois bien éloignée des effets d’annonce, notamment en ce qui concerne le paramètre de durabilité, nouveau fourre-tout constamment invoqué par les décideurs politiques. En conséquence, les modalités d’accès à l’énergie s’en trouvent modifiées, et constituent un nouveau lieu de discrimination sociale ; peut-on pour autant parler de fragmentation urbaine ?

Référence bibliographique complète :

Bolzon H., 2012, Les enjeux du développement et de la gestion du gaz naturel dans les villes tunisiennes : cas de l’agglomération de Sfax, Lyon, Lumière Lyon 2/Institut d’urbanisme, 129 p. < http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00745821 >

Le développement urbain durable dans la Tunisie post-Ben Ali

J’ai participé la semaine dernière à un séminaire du programme AUF-Mersi sur les premières expérimentations de la ville durable au Sud de la Méditerranée (organisé par Pierre-Arnaud Barthel du CEDEJ en partenariat avec l’IRMC), qui prolonge le programme de recherche mené avec le laboratoire SYFACTE de l’université de Sfax sur « Villes et efficience énergétique ». Les discussions collectives, branchées directement sur l’actualité, ont été passionnantes et j’en propose ici, à propos du cas tunisien, quelques éléments de synthèse.

Echelles et temporalités de référence du développement urbain durable

La vogue du concept de durabilité urbaine ou de développement urbain durable ne doit pas cacher, en premier lieu, les évolutions et les décalages dans sa définition. En particulier, il est important de repérer que depuis quelques années, la conception dominante de la durabilité semble davantage définie en fonction d’enjeux globaux et planétaires même si ils peuvent avoir aussi un contenu localisé. Par exemple, en insistant sur le changement climatique, donc sur les émissions de gaz à effet de serre, ou encore sur le peak oil et donc sur la nécessité d’identifier de nouvelles ressources énergétiques (si possible renouvelables pour être comptable avec la première contrainte), on se situe bien dans un logique planétaire. Or, il n’y a pas si longtemps, l’échelle d’appréhension des problèmes et des enjeux du développement durable étaient plus locale : qu’on s’intéresse aux problèmes d’accès à l’eau (à des échelles locales ou nationales) ou à des questions de pollution (échelle locale), on ne se situe pas dans les mêmes espaces de référence  ni sur les mêmes horizons temporels en termes d’action.

Le DUD en TUnisie aujourd’hui

Sfax : le boulevard de l'Environnement (c) EV 2007

Cette tension est bien discernable en Tunisie. Aujourd’hui, et depuis le milieu des années 2000, correspondant à un déficit énergétique accentué depuis 2004, l’insistance sur l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables prend sens non seulement par rapport aux enjeux globaux du changement climatique mais aussi par rapport à une problématique spécifiquement tunisienne, en termes de dépendance énergétique à minimiser. Mais cette perception est située : affirmée dans le XIe plan, elle correspond à une préoccupation gouvernementale. Pour autant, elle traduit une inflexion. Dans les années 1990, la prolifération des « boulevards de l’environnement » et de toute une vogue d’institutions et de lois et de règlements dédiés à l’environnement et progressivement, au développement durable, insistait davantage sur la protection des ressources : eau, littoral, espaces naturels remarquables, faune que sur les enjeux globaux actuels. Cela apparaît bien lorsqu’on suit le rapport d’Henda Gafsi sur » l’Histoire du domaine environnement en Tunisie », pour le compte de la GTZ. C’est bien dans la continuité de cette manière de voir que mes collègues de Sfax thématisent la question du développement durable, en particulier à travers la question de la récupération du littoral nord de Sfax avec le projet Taparura (voir le café géo où ils ont présenté cette question) mais aussi à travers la thématique de l’étalement urbain (voir ici).

Au-delà de ces incertitudes sur les priorités changeantes selon les lieux et les moments d’énonciation des enjeux et des objectifs, la thématique de la durabilité semble entrer aujourd’hui en Tunisie dans une mise en cause plus profonde. Cela est bien apparu dans l’exposé de Henda Gafsi, récemment élue présidente de l’Association des urbanistes tunisiens, une association qui s’est toujours tenue dans une position d’indépendance par rapport au régime, défendant ses intérêts professionnels en évitant une tutelle et un contrôle par des membres du parti. Henda Gafsi, à titre de consultante, fait figure de personnalité engagée dans l’introduction des thématiques du développement durable dans l’aménagement du territoire et urbain, notamment à travers des études pour des organisations étrangères comme la GTZ (coopération allemande) et pour l’Observatoire tunisien de l’environnement et de développement durable. De manière connexe, ses travaux ont porté aussi sur l’évaluation de la décentralisation (dans le domaine de l’action environnementale) et, plus récemment, sur la question du genre et de la participation des femmes au développement. Dans l’exposé présenté durant notre séminaire, le 19 avril, elle a tout à la fois proposé un historique et un bilan des actions entreprises dans ce domaine, depuis le débat des années 1990 et dans le sillage des grandes conférences comme celle de Rio; ainsi que des propositions pour l’avenir. La Tunisie fait figure, à cet égard, de bon élève du DD en reprenant les principaux objectifs, en les introduisant dans sa réglementation, en créant diverses insitutions dédiées à la définition de la politique dans ce domaine ainsi qu’à son suivi. Voir sa présentation ici.

Une notion coquille vide et instrumentalisée?

Pourtant, Henda Gafsi reconnait elle-même que la question a été largement instrumentalisée et manipulée, et qu’un bilan critique de ces politiques doit être entrepris, autant sur la question du contenu que sur celle des procédures de décision. Autrement dit, la centaine d’Agendas 21 élaborés sur le territoire ou les boulevards de l’Environnement participaient complètement du jeu d’image moderniste à l’égard des bailleurs de fonds en vue de légitimer le régime. Un bilan critique montre qu’il s’agit en partie d’un leurre, ces projets étaient bien souvent des coquilles vides sans effet, voire contredits au contraire par des aménagements discutables voire scandaleux, dont les nombreuses empiétements sur des terrains publics ou naturels théoriquement protégés par des membres de la famille, ou encore à travers des procédures finalement interrompus par les ministères de tutelle après le stade des études…

A certains égards, on peut nourrir le même soupçon à l’encontre des associations œuvrant dans le domaine de l’environnement, dont on compte près de deux centaines. Elles sont pour beaucoup dirigées par des militants organiques du parti et apparaissent comme des courroies de transmission du régime, bien davantage que des forces de contestation. Toutefois, différents exemples montrent qu’on doit sans doute nuancer cette vision. Par exemple, dans un Café Géo tenu à Lyon en novembre dernier, Taoufik Megdiche soulignait que des associations de défense de l’environnement, souvent animés par des intellectuels ou des universitaires, pouvaient agir et faire passer des contestations justement parce qu’il s’agissait d’un domaine neutre où leur légitimité savante était recevable. Dans son exposé durant ce séminaire, Lamia Zaki a présenté une étude sur l’association des Amis du Belvédère, un parc à forte valeur naturelle et patrimoniale dans la capitale. Elle a montré la manière dont cette association, dans différents contextes, a réussi à peser, modestement, sur certains choix, en jouant sur les oppositions entre différents acteurs (municipalité de Tunis, ministère de l’Environnement, Présidence) pour défendre ces positions, notamment son opposition à la construction de secteur du parc. Elle n’est pas totalement parvenu à ses fins mais des marges d’action existaient néanmoins.

Les enjeux de processus et de procédure : le D(U)D comme revendication de démocratisation et de décentralisation

A travers cet exemple, il apparaît qu’un des enjeux majeurs d’un développement durable réformé et rendu effectif réside dans l’ouverture du jeu politique et décisionnel. Henda Gafsi plaide en particulier pour une véritable démocratisation, appuyée sur une décentralisation démocratique renforçant les pouvoirs des autorités locales. Elle complète son propos en revendiquant également des procédures beaucoup plus participatives, ouvertes en particulier vers les femmes et les jeunes. De fait, si le débat politique est actuellement focalisé sur l’élection de la prochaine chambre constituante et l’élaboration d’une nouvelle constitution (voir ici), une évolution du cadre juridique vers des dispositifs plus décentralisés paraît nécessaire. Cela impliquerait notamment une réforme des finances locales, donnant plus de moyens aux collectivités locales.

Mais ceci revient à entrer dans un nouveau débat. Quels échelons de pouvoir faudra-t-il favoriser? Les villes ou les régions? Pour le géographe Ali Bennasr, les découpages existants, au niveau des gouvernorats, résultent d’une succession de décisions politiques visant d’abord, sous Bourguiba, à casser les structures traditionnelles (tribus…) en démantelant leurs territoires, puis à redécouper les gouvernorats au nom d’intérêts locaux (par exemple, découpage de la région Sahel en trois gouvernorats). Pour lui, ces découpages ne renvoient à aucun fonctionnement économique ou géographique et distribuer des pouvoirs sur ces bases serait inutile voire nuisible.

Le développement durable et le développement régional

Un autre enjeu est en train d’apparaître. L’interprétation de la révolution en termes d’inégalités de développement entre le littoral et l’intérieur, largement partagée (voir ici), conduit le gouvernement à toute une série d’actions d’urgence en vue de rééquilibrer le territoire. Les bailleurs de fonds sont aujourd’hui sollicités pour appuyer ces démarches. Mais selon un représentant de l’AFD lors de ce séminaire, ces nouvelles priorités pourraient conduire à délaisser la priorité aux actions de durabilité urbaine qui ont constitué l’épide dorsale de l’approche menée jusqu’à présent. En effet, les grands enjeux de réduction des nuisances environnementales, le développement des transports collectifs en site propre dans la région de Tunis ou dans d’autres villes, comme Sfax, l’accent sur l’efficacité énergétique dans les grands centres urbains et industriels concernent forcément davantage  les villes littorales et ont contribué à concentrer l’action des bailleurs dans cette zone. Encore ne faut-il pas forcément exagérer et par exemple, T. de Véricourt cite aussi des données de l’Agence de réhabilitation urbaine montrant que les réhabilitations de quartiers ont majoritairement concerné les zones intérieures. Quoiqu’on puisse interpréter ce fait comme une illustration du fait que les municipalités des grandes villes ont malgré tout plus de ressources et moins besoin de l’ARRU (en tout cas aujourd’hui) ne fait au fond que confirmer ce déséquilibre des moyens.

Débat autour d’une usine polluante à Sfax

Le panache blanc de la SIAPE à Sfax (c) EV 2010

Un exemple pris dans l’actualité très récente illustre très bien ces tensions et ces contradictions. Le portail Sfaxonline se fait l’écho ces jours-ci d’un débat au sujet de l’avenir de l’usine de la SIAPE, Société industrielle d’acide phosphorique et d’engrais, située au sud de la ville et dont le panache de fumée blanche poussée par le vent vers les zones résidentielles du nord est considérée comme une source de pollution majeure de la ville. Les résidus d’exploitation forment d’énormes crassiers stérilisant le littoral. En 2008, la fermeture du site en 2011 avait été annoncée. L’idée était d’en finir avec cette industrie polluante et d’orienter le développement économique vers le tourisme et les activités tertiaires. Cette décision résultait notamment d’une action discrète mais de longue durée de l’association pour la protection de la nature de Sfax ainsi que, plus largement, des réflexions menées dans le cadre de la Stratégie Générale pour le développement de Sfax (SGDS) depuis 2002, réflexions auxquelles une fois n’est pas coutume, les élus locaux, les universitaires et la « société civile » locale avaient été associés d’une manière considérée comme tout à fait inhabituelle et remarquable sous la régime Ben Ali. Cela ne veut surement pas dire que ce processus de consultation était démocratique ni que ces résultats satisfaisaient l’ensemble de la population.

Le contexte actuel de remise en cause des décisions de l’ancien régime a au contraire conduit à la décision de fermeture semble reportée d’au moins deux ans selon les informations rapportées par le site Sfaxonline et les commentaires de ses lecteurs. L’une des contributions, due à une personne identifiée comme CITOYEN SFAXIEN EMPLOYE GCT (GCT voulant dire Groupe chimique tunisien dont la SIAPE est une des filiales) est tout à fait instructive sur le choc des argumentaires environnementaux:

je commence par saluer le personnel du GCT qui a su s’unir pour défendre son gagne pain ,c’est tout à fait naturel et personne ne peut lui en vouloir quoi que ce soit;l’activité de transformation de phosphate est née depuis 1952 dans la ville de Sfax qui a pris un caractère tout à fait industriel depuis des dizaines d’années par l’implantation de diverses industries tout le long de la route de Gabes et ailleurs;l’usine SIAPE était implantée loin de la zone urbaine mais la mauvaise stratégie du pays en matière d’urbanisme a encouragé les constructions à proximité ;dans la situation actuelle des choses,l’activité phosphatière assure à Sfax un dynamisme économique et social qu’aucun sfaxien ne peut nier mais aussi et le plus important que tout sfaxien doit en être fier ;pour ce qui est des dégagements gazeux que le citoyen observe sous forme de fumées blanche dans les cheminées ,il s’agit de la vapeur d’eau essentiellement et d’air suite aux opérations de lavages des gaz à l’eau ;la présence de quelques éléments en trace est surmontable moyennant des investissements qui étaient programmés sauf que des actions émanant d’associations environnementales étaient à l’origine de décisions des hautes instances pour le report ou l’annulation de ces investissements jusqu’à arriver à la décision de la fermeture de l’usine,décision prise dans le cadre de la préparation à la campagne électorale présidentielle ;il en ressort ,dans l’état actuel des choses et après la révolution la nécessité de demander à l’état de lancer incessamment la construction d’une nouvelle usine toujours dans le gouvernorat de sfax mais loin des zones urbaines ;ainsi ,sfax abritera toujours l’usine mère du Groupe chimique tunisien.Pour terminer ,je compte sur la veille des citoyens de la ville de sfax pour convaincre l’un l’autre que la source principale de pollution dans la région de Sfax réside dans les gaz d’échappement des mobylettes et des voitures dont le nombre croit en exponentielle en l’absence de transport public approprié;ces gaz riches en monoxyde de carbone et auxquels sont exposés toute la population sans exception constituent le plus grand danger pour la santé sans oublier bien sur le tabagisme et la chicha de plus en plus consommés par les deux sexes ;à ce propos j’invite toute personne oeuvrant pour un environnement sein et dépollué de se rendre dans les innombrables cafés qui ne cessent de se multiplier à sfax et jeter un coup d’oeil sur l’ambiance à l’intérieur(asphyxiante) ainsi qu’à l’extérieur(sacs et poudre de charbon renversée tout autour,bourrage de rues et sentiers par les mobylettes…là ou il n’ya aucun respect ni pour l’individu ni pour l’environnement;donc il serait plus judicieux de se pencher sur de tel faits ayant des impacts négatifs d’aspect éthyque,financiers et de santé. »

D’une manière classique, le développement économique et la dimension sociale se trouve opposée à la logique environnementale. Les pressions associatives à l’origine de la décision de fermeture sont implicitement accusées de collusion avec le régime Ben Ali qui aurait cherché à utiliser cette décision pour se légitimer en vue des échéances électorales suivantes (élections présidentielles de 2009). D’autres sources de pollution et de nuisance est identifier : la circulation automobile et de deux roues, qui va en effet croissant, et de manière plus inattendue, la fumée de cigarettes et de chicha, qui sont à n’en pas douter à l’origine de nombreuses maladies… Il faut pourtant souligner que diverses mobilisations contre des sources de pollution ont fait l’objet de revendications virulentes dans plusieurs lieux en Tunisie. A Sfax, ces tensions interviennent dans un contexte particulier : les habitants considèrent que leur ville est brimée par l’Etat par opposition à la région capitale ou au Sahel. Ils attendent des investissements pour favoriser leur développement. Mais le contexte actuel est plutôt favorable aux régions pauvres de l’intérieur et la ville peut craindre que ses grands projets, en particulier  dans les transports collectifs mais aussi le projet Tapapura, soient délaissés, dans un contexte de baisse des investissements privés immobiliers (pour Taparura) ou de réorientation des investissements publics vers des projets socio-économiques dans l’intérieur.

Les défis environnementaux des villes tunisiennes : le compte-rendu

Bonne année à tous les lecteurs de ce blog, merci pour votre intérêt, votre fidélité et votre soutien : n’hésitez pas à vous manifester et à commenter les billets, et à faire de ce site non seulement le lieu d’une conversation silencieuse (selon la formule  de Marin Dacos) mais également un espace de partage d’information et de discussion scientifique !
Pour commencer l’année, voir le compte-rendu du Café Géo sur les défis environnementaux des villes tunisiennes, avec Ali Bennasr et Taoufik Megdiche, à Lyon le 17 novembre dernier.

Pour compléter cela, deux ressources en ligne :

Un site consacré à l’histoire de Sfax, réalisé par des anciens résidents français de la ville, avec de nombreuses illustrations : http://www.sfax1881-1956.com/

Et Sfax Online, portail d’information – non officiel – sur la ville, qui aborde notamment les questions d’aménagement.

Café-Géo à Lyon : Quels défis environnementaux pour les villes de Tunisie ?

Ali Bennasr, maître de conférence à l’Université de Sfax, et Taoufik Megdiche, maître-assistant dans cette même université, animeront le prochain café géo au café de la Cloche à Lyon, le 17 novembre à 18h00, autour du thème quels défis environnementaux pour les villes de Tunisie ?
Ali Bennasr et Taoufik Megdiche ont tous les deux contribué à l’ouvrage L’étalement urbain. Un processus incontrôlable, publié sous la dire. de Y. Djelouli, C. Emelianof, A. Bennasr et J. Chevalier (Presses de l’Université de Rennes, 2010).

Séminaires Ville, environnement et développement durable

Sfax, l'usine de phosphates (EV - 2005)

Dans le cadre du projet de recherche PHC-Utique « Villes, efficience énergétique et développement durable », je serai à l’Université de Sfax du 25 au 29 octobre prochain, pour une série de séminaires de niveau Master sur le thème Ville, environnement et développement durable, donnés avec Laurence Rocher, de l’Institut d’urbanisme (Lyon 2).
Le programme des séances est ici (PDF).

Nouveaux enjeux de l’approvisionnement en eau dans les villes tunisiennes

Dispositif de puisement de l'eau de pluie collectée dans un majel dans une villa moderne de Sfax (cliché E. Verdeil - 2007)

Un des thèmes qui m’a le plus intéressé lors du colloque du SEDET est l’évolution des questionnements sur la problématique de l’approvisionnement en eau en Tunisie. Cette question est habituellement dominée par la problématique de la pénurie en eau et de l’aridité, avec généralement un fort accent mis sur la question agricole (par exemple ici ou ici). Mais les travaux sur l’approvisionnement des villes n’étaient pas si fréquents jusqu’à il y a a peu.
Deux communications (N. Omrame, H. Belaid) en ont retracé l’histoire, à propos des cas de Tunis et de Sousse. Dans une perspective plus orientée vers la concurrence des usages agricoles, industriels et résidentiels, S. Abdedaiem a présenté la situation de l’oasis de Gabès.
Toutefois, la communication la plus novatrice à mon sens a été celle de Nadia Sahtout qui présentait des résultats de sa thèse en cours d’achèvement sur les pratiques d’approvisionnement alternatives dans la région de Sousse (elle a  un autre papier dans des actes de colloque publié par L’Harmattan, hélas). Ce travail aborde des questions que nous avions soulevées avec Ali Bennasr dans un article récent paru dans Flux sur la gestion publique de l’eau potable en Tunisie et le rôle que pourraient y tenir les majels, les citernes destinées à la collecte des eaux de pluie, système très développé dans l’agglomération de Sfax. Enfin, un article de Sarra Touzi, Bernard Barraqué et Sébastien Treyer, dans le dossier sur les services d’eau dans les villes publié dans Tiers Monde sous la direction de S. Jaglin et M.-H. Zérah, apporte également une contribution significative, qui prolonge ces travaux.

Le point de départ de ces textes est que globalement, et surtout par comparaison avec les pays voisins ou comparables (la Jordanie, la Syrie, pour ce que je connais), la situation tunisienne est plutôt bien gérée. Malgré l’aridité, l’approvisionnement en eau est bien assuré en particulier dans les villes. Toutefois, n’arrive-t-on pas aux limites du système?

Dans les trois textes cités, un premier élément de réflexion est la question tarifaire. On a, comme dans beaucoup de pays du Sud, une tarification par tranche, au nom de la justice sociale (les pauvres-petits consommateurs sont supposés payer moins cher). Le tarif est de plus en plus utilisé également pour dissuader la consommation des gros consommateurs, dans une logique d’économie d’eau. Toutefois, cette stratégie expose l’opérateur à des risques de fuites de ces gros consommateurs qui contribuent fortement à l’équilibre économique par la péréquation. De l’autre côté, Nadia Sahtout et Sarra Touzi et al. montrent (avec des calculs qui sont légèrement différents dans le détail) que si l’on regarde les prix moyens, les abonnés de la première tranche ne sont pas si bien lotis. D’autre part, Touzi et al. montrent aussi que les ruraux dispersés, qui ne sont pas desservis par la SONEDE, ne bénéficient pas de ce prix social. L’efficacité tant économique que sociale du tarif est donc en question.

Le deuxième élément qu’abordent ces trois textes est  le développement de pratiques alternatives d’approvisionnement et les conséquences qu’elles peuvent avoir dans le futur. C’est là le cœur de l’enquête de Nadia Sahtout. Elle distingue les stratégies citadines de celles des gros usagers. Les citadins ont surtout recours à la collecte des eaux de pluie. Dans la région de Sousse, les systèmes traditionnels présents dans la vieille ville (collecte dans les majels sous les maisons) sont très largement abandonnés faute d’entretien. En revanche, le système fleurit à nouveau dans les maisons individuelles modernes (26% en sont équipés). Toutefois, ce la ne concerne pratiquement pas, selon elle, les quartiers non-réglementaires. D’autre part, à la différence de Sfax où l’eau de pluie est consommée (grâce à tout un travail pour garder l’eau à l’abri des germes), elle est réservée à Sousse aux usages non-nobles (nettoyage etc.). Beaucoup de gens utilisent d’ailleurs un système de canalisation à double entrée, ce que je n’ai pas vu à Sfax. Les deux autres autres stratégies des citadins concernent le forage et le recyclage. Ces nouveaux usages sont donc spatialement et socialement différenciés.

Le travail de N. Sahtout est très intéressant aussi sur l’approvisionnement alternatif des gros consommateurs, industries et hôtels. Ces derniers en particulier ont installé des unités de dessalement pour leur usage propre et commencent à distribuer l’eau dessalée à des établissements voisins. L’eau dessalée serait même moins onéreuse que l’eau du réseau. L’autre grande pratique en expansion est le recyclage des eaux grises (notamment pour les golfs), mais avec l’inconvénient des odeurs. Enfin, le forage existe aussi. La question posée par N. Sahtout est alors évidemment celle de la prise en compte et de la régulation de ces nouveaux usages, qui sont certainement à encourager dans une perspective de développement durable. Toutefois, avec  quelles conséquences?

L’apport de l’article de Touzi et al. est justement dans sa réflexion prospective, fondée sur une discussion inspirée de Rawls sur l’équité non seulement sociale mais aussi spatiale des pratiques d’approvisionnement et de consommation d’eau. La péréquation tarifaire favorise en quelque sorte l’usage de l’eau dans des lieux où la pénurie hydrique locale est plus forte, ce qui apparaît irrationnel. Les auteurs montrent que le développement, très couteux, des unités de dessalement dans le Sud tunisien, pourrait aboutir à des subventions cachées aux secteurs touristiques ou industriels fortement consommateurs d’eau. Inversement le risque de fuite existerait dans le cas d’une hausse des coûts. D’où la nécessité de réfléchir à des ajustements de la tarification, sur une base régionale.

Dans la ligné des réflexions de Rawls, l’auteur appelle aussi de ses vœux une transparence des mécanismes de subventions par exemple en clarifiant sur les factures la part du coût de l’eau qui bénéficie de la péréquation, et en spécifiant l’origine financière des subventions : recettes, budget de l’Etat, fonds d’aménagement du territoire. Ceci conduit à deux remarques.

La première a à voir avec la présentation qui est généralement faite des tendances à la libéralisation dans les politiques d’aménagement du territoire depuis une grosse vingtaine d’années (plus ou moins depuis 1987) (voir les articles de Daher et Miossec). Le retrait de l’Etat d’un certain nombre de secteurs a conduit au renforcement de l’axe littoral des villes du Sahel (et de Tunis), soit disant sous l’effet des mécanismes de marché. Il n’est pas inintéressant, en s’appuyant sur le travail de Touzi et al., de voir que ce développement repose en fait en bonne partie sur une subvention du prix de l’eau dont bénéficient les activités économiques majeures de cette région (tourisme, industrie).

La deuxième remarque a à voir avec la question de la transparence des choix budgétaires. Elle renvoie à la nature de la construction de la légitimité politique en Tunisie. Béatrice Hibou a montré comment les politiques fiscales et économiques à l’égard des différents secteurs de la société s’inscrivent non pas dans une logique de transparence mais au contraire, dans une grande opacité, de construction d’allégeances en échange de la fourniture de diverses prestations sociales et économiques, pour les plus pauvres comme pour les classes moyennes ou les entrepreneurs. Dans ce contexte, et comme le relèvent d’ailleurs dans une note Touzi et al., assurer la transparence des mécanismes financiers pour clarifier les choix politiques du régime représenterait, par rapport à la logique de fonctionnement du régime, un renversement de pratiques. On imagine mal sa mise en œuvre tant cela impliquerait des débats et des négociations publics sur les finalités de l’action qui sont à l’opposé de ce qu’on observe dans les politiques publiques tunisiennes (pour l’urbanisme, voir les travaux de P.A. Barthel ou de O.Legros).