Archives par étiquette : révoltes arabes

Kurdistan(s) : la préfiguration d’une nouvelle carte du Moyen-Orient?

L’autonomisation récente des régions kurdes de Syrie, abandonnées (en apparence en tout cas) par l’armée syrienne, après des années d’autonomisation du Kurdistan d’Irak (KRG : Kurdistan Regional Government), représente-t-elle une première étape d’une reconfiguration majeure de la carte du Moyen-Orient? Ce n’est l’objectif de ce billet que de répondre à cette question mais de signaler, autour de ces transformations, une multiplicité de réflexions et de débats, non seulement dans les milieux politiques concernés et dans la presse internationale mais également parmi les chercheurs.

L’utopie d’un grand Kurdistan

Continuer la lecture

Sur la confessionnalisation et les autres lectures territoriales de la révolte syrienne (à propos des contributions du GREMMO)

Mes collègues et amis du GREMMO, très réactifs dans les médias français au sujet du suivi de l’évolution du conflit syrien (voir leur rubrique On en parle dans les médias), publient une double tribune dans les pages Rebonds de Libération ce matin 13/6/2012.

Pour Fabrice Balanche, géographe, dans « Syrie : la «Montagne des Kurdes», prochaine zone martyre de la révolte ? »

La «Montagne des Kurdes» (Jebel Akrad) sera-t-elle le lieu du prochain massacre en Syrie ? Avec les deux tueries de Houla et de Qoubayr, la communauté internationale a compris que la Syrie était désormais au bord d’une guerre civile généralisée, car plusieurs indices indiquent qu’elles ont des causes communautaires. (en ligne pour les abonnés du journal)

Thierry Boissière, anthropologue,  s’interroge quant à lui sur « Les limites d’une approche confessionnelle de la crise syrienne » :

Sans écarter le risque d’une libanisation du conflit, il convient donc de souligner les limites d’une approche en termes purement confessionnels de celui-ci. La société syrienne a une longue tradition de mixité confessionnelle et a, jusqu’à présent, à peu près résisté aux dangers d’une orientation communautaire du conflit. L’opposition a conscience de ces dangers. A elle maintenant de trouver le langage qui permettrait de rassurer toutes les composantes de la société syrienne, alaouites compris. (en ligne pour les abonnés du journal).

Ce double éclairage a les vertus de la complémentarité. Il reflète aussi deux états d’esprit face aux événements, l’un qui calcule les probabilités de déclenchement du pire (Balanche), l’autre qui s’efforce de voir les dimensions « positives » des noirs événements actuels. Leur juxtaposition peut également se lire comme celle de deux postures scientifiques opposées dans leur lecture des dimensions géographiques et historiques du conflit politique qui traverse aujourd’hui la société syrienne. Continuer la lecture

Révolution et décentralisation en Tunisie : les chantiers des géographes tunisiens

La dimension territoriale de la révolution tunisienne

Ce carnet s’en est fait plusieurs fois l’écho ces derniers mois (voir ces billets), la dimension territoriale a constitué un point central de l’analyse de la révolution tunisienne. A ce titre, elle a attiré les commentaires de plusieurs géographes. Le dernier en date est celui de Abdelkrim Daoud dans Echogéo, paru ces jours-ci (rubrique Sur le vif).

Il commence par un rappel de l’évolution des politiques d’aménagement du territoire qui souligne le tournant libéral adopté depuis les années 1990. Ces politiques se sont traduites par une métropolisation et une littoralisation marquées, et ont pénalisé les régions de l’intérieur. L’auteur, géomorphologue, a consacré une bonne partie de ses recherches à ces régions, soulignant notamment les conflits autour de la répartition de l’eau. Dans les mois qui viennent de s’écouler, ces questions deviennent des conflits ouverts, et l’on voit par exemple les habitants de la région de Sidi Bouzid menacer de couper une conduite d’eau traversant leur territoire vers la grande agglomération de Sfax si leurs besoins en eau ne sont pas satisfaits.

L’auteur en appelle à une politique d’aménagement du territoire refondée. Pour cela, il invoque notamment une décentralisation offrant aux municipalités et aux régions des outils et des moyens pour déterminer leurs propres politiques d’aménagement. Pour lui, l’Etat devrait continuer d’apporter son soutien financier, sous la forme d’une péréquation fiscale, et permettant précisément aux collectivités territoriales refondées de devenir des acteurs. Les investissements privés devraient également selon lui prendre leur part à ce rééquilibrage. Cet appel rejoint les positions défendues par l’association des urbanistes tunisiens, dont je rendais compte en avril dernier. On sait que c’est également l’objet d’un prochain colloque organisé par l’ISTEUB.

La contestation de l’Etat dans les périphéries tunisiennes

Cette vision conciliant autonomie locale et rééquilibrage est pourtant bien peu « politique » et ne donne guère de place à la réalité des revendications des populations locales. L’actualité des régions intérieures tunisiennes est bouillonnante. Les institutions gouvernementales, notamment les gouvernorats et la police, y ont été plusieurs fois prises pour cibles de mécontentement voire d’émeutes ces derniers mois (ex. à Métlaoui). Les entreprises privées ont été forcées d’intégrer, sous la contrainte d’un chantage souvent violent, des jeunes, diplômés ou non, au chômage (voir par exemple quelques articles concernant British Gas ici et là). Quant aux administrations et entreprises publiques, elles ont également été priées d’élargir leurs effectifs dans des proportions très importantes, notamment les régions périphériques (25000 emplois publics et 10000 recrutements dans les entreprises publics, voir cet article de la Presse de Tunisie).

Malgré ces mesures, le mécontentement reste vif. La politique suivie par le gouvernement de transition, non élu et qui n’a pas clairement rompu avec les anciennes élites, notamment administratives, est perçue comme contre-révolutionnaire par certains. Je n’assure pas une veille systématique sur ces questions mais ici et là, on perçoit ce malaise. Pour en avoir un témoignage direct, on peut par exemple se référer deux billets récents sur la situation à Kasserine, une de ces villes de l’intérieur (ici et ). La dimension « tribale » y est notamment mise en avant pour souligner les faiblesses de la construction nationale tunisienne et le défaut d’adhésion à l’Etat, voire la contestation ouverte de ce dernier. C’est là un point que les géographes (notamment tunisiens) n’ont guère étudié dans leurs travaux.

Une géographie électorale à suivre

Il est difficile d’émettre un pronostic sur le résultat des élections constituantes qui auront lieu le 23 octobre. Les préparatifs de la campagne, qui sera lancée le 1er octobre, vont bon train. A Tunis ou à Sfax, des banderoles signalant les permanences des partis et des slogans partisans sont affichées aux murs et dans leur diversité et leur désordre (tout relatif), elles offrent un réjouissant contrepoint à ce qu’était la triste iconographie du culte de la personnalité à l’époque de Ben Ali. Pour autant, l’effervescence politique qui prévaut dans le pays s’est traduit par un émiettement considérable de l’offre politique. Plus de 100 partis ont été déclarés.

Les coalitions de partis politiques (cc: fhimt.com)

Certes, on peut identifier cinq grands courants, bien résumés à travers l’infographie ci-dessus, sur le site fhimt.com. Mais malgré ces convergences idéologiques, il semblerait que la « divisionnite » règne en maître et que la plupart de ces partis partiront à la bataille en concurrents, sans réunir leurs forces dans des listes unies.

Dans ces conditions, et même si le scrutin proportionnel au plus fort reste favorise ce jeu pluraliste, il est à craindre que de nombreuses listes de gauche ou modérées ne parviennent pas à obtenir de sièges, ou du moins autant de sièges que l’addition de leurs voix l’auraient permis. Sans compter sur l’effet démobilisateur et opaque de cette abondance d’offre politique, dont il est difficile aux citoyens de clairement comprendre les mots d’ordre et les programmes. Il n’est pas donc pas exclu que, même minoritaire en voix, la mouvance islamiste (elle-même divisée mais plutôt moins que les autres forces) ne parviennent à fédérer un vote de protestation (et peut être aussi d’adhésion) assez large pour apparaître comme une force majeure sinon majoritaire dans le paysage.

Géographie électorale et décentralisation

Il faudra en particulier suivre avec attention la dimension régionale de ce scrutin. Certains géographes s’y emploient et cela ne va pas sans difficulté méthodologique (recueil des données aux bonnes échelles, choix d’agrégation de données pour constituer les indicateurs pertinents, sémiologie adaptée – pour un avant-goût, voir ici, une carte problématique du nombre d’inscrits). On espère que des cartes de la participation électorale ainsi que de la géographie partisane seront vite disponibles. La géographie électorale qui se dessinera le 23 octobre aura beaucoup d’incidence non seulement sur la nouvelle constitution mais aussi sur les réformes de décentralisation. Si les forces politiques d’opposition de gauche ou islamiste sont minoritaires mais avec des implantations locales fortes, il est possible que la décentralisation apparaissent comme un choix trop risqué pour ceux qui (« centristes » ou « modérés »?) seront alors au gouvernement, qui rechigneront alors à déléguer une partie des pouvoirs concentrés aujourd’hui aux mains de l’administration centrale.

Dire que la révolution tunisienne doit être territoriale, comme le souhaite Daoud Abdelkrim, ne peut se limiter à souhaiter une révolution institutionnelle. C’est aussi accepter que le pouvoir soit pris par des groupes et des forces dont le projet social et politique remettrait profondément en cause les structures sociales et spatiales de la Tunisie actuelle. C’est pourquoi une telle réforme sera largement dépendante de la nouvelle carte politique du pays.

[MàJ: pour prolonger cette discussion, cf. cet intéressant article de Amin Allal,  « Tunisie : Le bal des prétendants », Alternatives économiques, 7 octobre 2011,http://www.alternatives-economiques.fr/tunisie—le-bal-des-pretendants_fr_art_630_55593.html]

 

Libé géographe…

Après les historiens, les philosophes ou les écrivains, Libération ouvre ce matin ses colonnes aux géographes, avec une contribution notable des animateurs des Cafés Géo qui font beaucoup pour l’accès d’un public large aux travaux de la discipline.

J’ai particulièrement apprécié

« OpenStreetMap, le wiki distribue les cartes », sur la fabrication collaborative des cartes de Port-aux-Princes (ici)

Un très bon article sur ce que fabriquer une carte veut dire : ‘La cartographe et le territoire’, par Cécile Marin (ici)

«La Dernière Piste» : le western à l’ouest du calvaire, par MANOUK BORZAKIAN Enseignant à Paris-IV (l’article en version longue ici)

et deux points de vue sur les transformations géopolitiques du Proche-Orient, qui ont pour point commun une réflexion sur les héritages tout au long du XXe siècle des constructions territoriale de l’époque des Mandats, à savoir :

Dans « Changement d’échelle stratégique au Proche-Orient » (mauvais titre à mon avis – de la rédaction?), Yves Lacoste revient sur l’inflexion de la nouvelle politique américaine en faveur de la création d’un Etat palestinien et conclut « Le dramatique paradoxe géopolitique d’Israël est que son territoire internationalement reconnu, celui que les combattants juifs ont sauvé en 1948, ne correspond qu’à la plaine côtière (l’antique pays des Philistins) et que les plateaux qu’ils ont conquis avec Jérusalem en 1967, la Terre promise, vont, qu’ils le veuillent ou non, être reconnus comme le territoire des Palestiniens. » (accès payant) [voir ici mon commentaire sur sa Géopolitique de la Méditerranée]

Quant à Fabrice Balanche, il revient sur les « Alaouites de Syrie: une revanche sur l’histoire » (accès payant) et se risque à prévoir une réactivation d’un Etat des Alaouites en cas de chute du régime Assad. Du même, on lira une très bonne déconstruction de la cohérence du fait communautaire alaouite dans un article pour Outre-Terre.

En lien également avec les révoltes arabes et en particulier la révolution tunisienne, une brève sur la décision de la Mairie de Paris de baptiser une place du 14e arrondissement du nom de Mohammed Bouazizi. Quel cynisme de la part Bertrand Delanoé, longtemps fidèle thuriféraire du régime Ben Ali