Archives par étiquette : pétrole

Les problématiques énergétiques de la Jordanie

A lire sur le site Les clés du Moyen Orient cet entretien réalisé par le journaliste Olivier de Trogoff, en marge du colloque Le Moyen Orient à l’heure du Golfe. On lira aussi avec intérêt l’entretien avec Bernard Cornut, autre participant au colloque, sur un sujet proche.

Q°: Quelles sont les ressources énergétiques de la Jordanie aujourd’hui ?

La Jordanie est énergiquement dépendante à 97% de l’extérieur. Face aux difficultés d’importation, le pays cherche aujourd’hui à diversifier ses sources d’approvisionnement, mais aussi à repenser la consommation énergétique nationale.

La situation a beaucoup évolué. Jusqu’en 2003, la Jordanie bénéficiait d’importations d’hydrocarbures à prix réduit de la part de l’Irak. Le pétrole irakien passait par la Jordanie et en contrepartie, l’Irak accordait au pays des prix très faibles. Cet accord a pris fin avec l’invasion américaine en Irak.

La politique énergétique jordanienne a dû alors évoluer. Les importations de pétrole se sont diversifiées : en plus de l’Irak, elles viennent d’Arabie saoudite et d’autres fournisseurs. De plus, elles sont désormais payées à un prix beaucoup plus élevé. Les Jordaniens se sont mis à importer du gaz naturel d’Egypte afin d’assurer leur production d’électricité, via un gazoduc à travers le désert du Sinaï pour alimenter la Jordanie en gaz naturel. Cette nouvelle source d’énergie va cependant se révéler insuffisante. En effet, à partir de 2007, les Egyptiens réduisent leurs exportations de gaz. Depuis 2011, le tube a subi de multiples attaques dans le désert du Sinaï, car il alimente aussi l’Etat d’Israël.

Depuis, la Jordanie doit trouver de nouvelles sources d’alimentation en énergie. De nouveaux oléoducs sont en discussion, en provenance d’Irak notamment. Un terminal de liquéfaction de gaz est actuellement en construction à Aqaba, afin d’accueillir du gaz qatarie. Parallèlement, les découvertes de gaz se sont multipliées en Méditerranée. Israël cherche donc de nouveaux clients en vue de futures exportations, et se tourne donc naturellement vers son voisin jordanien. La compagnie des phosphates jordanienne et le gouvernement jordanien sont donc en train de conclure des accords énergétiques avec Israël. L’émotion est forte en Jordanie, mais la mobilisation limitée. Le gouvernement justifie son rapprochement avec Israël en insistant sur la diminution des coûts de l’énergie qui pourrait résulter de l’opération.

Lire la suite

Quelques notes sur Carbon Democracy. Political Power in the Age of Oil de Timothy Mitchell

Ces notes ont été présentées lors du séminaire ACREOR/EVS du 8 février 2013. On lira sur le carnet du séminaire la suite des échanges et en particulier les intéressantes remarques de Romain Garcier.

Au croisement des sciences politiques, de la sociologie d’inspiration latourienne (attention aux actants non humains) et callonienne (sociologie de la traduction) et de l’histoire du Moyen-Orient, l’œuvre de Timothy Mitchell intéresse également au premier chef les géographes.

Son livre précédent, Rules of Experts, Egypt, Technopolitics, Modernity, s’attachait aux techno-logiques du « développement », à propos des marchés du blé et des œufs en Egypte, et ou à travers le rôle du moustique comme vecteur du paludisme, en lien avec la construction du premier barrage d’Assouan, puis l’invention du DDT ; ou encore à travers l’émergence d’une nouvelle économie coloniale de la canne à sucre, première bénéficiaire des nouveaux dispositifs d’irrigation; des analyses stimulantes étaient aussi consacrées à la naissance du cadastre égyptien et à l’« invention » de l’Egypte via les techniques de la comptabilité nationale1. Ce faisant, Mitchell prête attention aux dispositifs matériels et technologiques, aux calculs et aux outils qui construisent la réalité, et qui contribuent à l’articulation des intérêts. Les agencements de l’humain et du non-humain recomposent dans le même temps les rapports de domination.

Mitchell T., 2011, Carbon democracy : political power in the age of oil, London ; New York, Verso, 278 p.

Le nouvel ouvrage présenté aujourd’hui est consacré à l’analyse du pouvoir politique à l’époque du pétrole. Il met en avant l’idée d’un lien consubstantiel entre les formes d’organisation des sociétés démocratiques et leur approvisionnement énergétique. En perspective, cette analyse pose la question de la transition énergétique actuelle. Continuer la lecture

Notes _____________________
  1. voir la note de lecture rédigée au sujet de ce livre par Michel Callon []

Remarques sur La guerre de l’énergie – Israël-Palestine

A propos de : Amsellem David, 2011, La guerre de l’énergie : la face cachée du conflit israélo-palestinien, (Géographies, ISSN 2256-6694). Paris, Vendémiaire, 183 p.

Recension à paraître dans Géocarrefour.

Le conflit israélo-palestinien est généralement abordé par les géographes à partir de deux entrées, la terre et l’eau. L’analyse des rapports de force politico-économiques éclaire alors sur l’appropriation des ressources et les inégalités dans leur utilisation. C’est toute l’originalité de cet ouvrage issu d’une première recherche universitaire que de proposer une nouvelle clé de lecture du conflit. Jusqu’à très récemment, avec la découverte de gisements gaziers en mer, cette région du Proche-Orient était complètement dépendante de l’extérieur pour son approvisionnement en hydrocarbures. Or, la constitution d’une économie israélienne sophistiquée et l’urbanisation croissante rendent l’accès à l’énergie, sous sa forme primaire ou secondaire, indispensable. Inversement, cette question est d’emblée géopolitique car les circuits d’approvisionnement sont liés à l’organisation des territoires et font l’objet de conflits. Continuer la lecture

Le gaz naturel, nouvelle pomme de discorde à la frontière libano-israélienne

On parle depuis quelques années des perspectives d’exploitation d’hydrocarbures au large de la côte libanaise. Certains Libanais y voient la promesse de la résolution de leurs problèmes d’accès à l’énergie. D’autres soulignent plutôt les risques économiques que recèle une telle orientation: corruption et « rentiérisation » de l’économie.

Le champ gazier du Levant, selon le US Geological Survey.

Mais depuis un gros mois, en marge des ambitieux plans de résolution de la crise électrique que le ministre Gebran Bassil a fait approuver par le gouvernement, le démarquage unilatéral par Israël de sa zone économique maritime avec le Liban soulève les protestations à Beyrouth (article du Financial Times cité par Zawya Daily). Il est vrai que côté libanais, les autorités semblent prises de vitesse et qu’aucune disposition légale n’a encore été prise pour organiser la recherche pétrolière ni délimiter la zone de souveraineté au large des eaux territoriales (voir ici).

Carte des champs israéliens ouverts à l'exploration gazière par la compagnie Noble Energy (source : Noble Energy)

Ce nouveau problème frontalier vient s’ajouter à celui de la frontière syro-libanaise (et notamment le problème de Shebaa) (voir ici et une note de Matthieu Cimino dans Syria Comment), objet de nombreuses dissensions entre la majorité et l’opposition.

MAJ: en suivant un lien signalé par NOW Lebanon, il me semble utile de compléter ce billet avec cette carte issue d’un document de la compagnie américaine Noble Energy, qui a obtenu la licence pour l’exploration du gisement côté israélien. On voit que la limite du champ d’exploration s’étend vers le nord assez au delà de la frontière entre les deux pays.