Archives par étiquette : pays du Sud

Reprise

Je sors d’une période chargée ces derniers temps d’où une petite baisse régime. J’ai plusieurs billets en attente d’ici Noël.

Extrait de la page d'acueil du site kotorabia, qui distribue des livres en langue arabe.

Et pour commencer, un petit signalement : important article d’Hubert Guillaud dans la Feuille sur Le livre numérique vu de l’autre côté de la Méditerranée. L’article présente les analyses et perceptions des éditeurs du Sud (Maghreb essentiellement) à propos du numérique et se demande avec eux si l’édition numérique est une chance pour développer les marchés du livre? Il faut d’abord un parallèle avec la situation du cinéma, où la révolution numérique (lecteurs de CD/DVD) a permis une consommation culturelle très importante. Mais au prix d’un piratage massif.

Quid du livre? Le livre-papier européen (francophone en l’occurrence) est trop cher pour être largement vendu sur ces marchés. Une des seules filières qui marchent est la cession de droits à des éditeurs locaux, qui impriment à bas coût et connaissent les canaux de diffusion. Par ailleurs, les éditeurs libanais parviennent mieux que les Européens, pour les ouvrages en arabe surtout, à pénétrer ces marchés. (Pour comprendre cet état de fait, lire Le livre et la ville. Beyrouth et l’édition arabe, de Franck Mermier – pas encore en numérique…).

Alors, le livre numérique? La dématérialisation permettra-t-elle d’atteindre directement les lecteurs consommateurs en évitant les problèmes d’un réseau de distribution mal structuré? Pour le savoir il serait intéressant de savoir comment se développe le e-commerce notamment pour les services virtuels. Pas sûr que ce soit formidable. Premier problème : aller trouver les lecteurs, notamment les jeunes. Mais les taux de connexion et surtout d’équipement individuels sont encore peu élevés. Les éditeurs locaux sont mal outillés pour passer au numérique (déjà qu’en France, ce n’est pas fameux!). Et désormais il ne pourra même plus y avoir de cession du droit d’exploitation. Les livres numériques, déjà trop chers aux yeux de la minorité qui commencent à s’y intéresser en France et en Europe, le seront encore plus là bas. Il serait difficile d’imaginer des conditions et des prix différents pour différents usagers d’un même web! Là aussi, le piratage semble donc promis à un bel avenir sauf si les livres y deviennent très bon marché. La conclusion de l’article est plutôt pessimiste.

On pourrait lui reprocher (et en fait surtout aux éditeurs en question) de limiter la réflexion à des usages classiques, de livres homothétiques comme on dit, plutôt qu’à l’exploration de nouveaux services et de nouveaux usages autour du livre qui recèlent sans doute de toute autres perspectives – et pas uniquement marchande. Mais les éditeurs sont avant tout, qui pourrait le leur reprocher, des gens qui doivent manger à la fin du mois… Pour imaginer l’avenir du livre électronique au Sud, et son potentiel libérateur évoqué par un des éditeurs dans l’article, ce sont sans doute ces nouveaux usages qu’il faudrait explorer. A quand un billet de Cultures et politiques arabes sur le sujet? (Où l’on constate qu’YGQ, pourtant spécialiste des nouveaux médias, et par ailleurs, lui aussi, du livre arabe, n’a pas prévu les catégories livre et encore livre électronique pour son fameux blog…).

Prolongements et mise à jour(18/12/2010) : je découvre par eBouquin les avancées du projet OPLC de Nicolas Negroponte. L’argument derrière cela est que justement, c’est dans les « pays émergents » voire surtout les plus pauvres que s’inventent les usages de la lecture numérique de demain. Qu’il reste aux éditeurs maghrébins ou européens à y trouver leur place ne veut pas dire que la lecture numérique y est sans avenir… juste qu’ils sont en train de rater le train.