Archives par étiquette : parti communiste français

Un parallèle heuristique entre le Hezbollah et le Parti communiste français

Fabrice Balanche publie dans Géocarrefour un provoquant commentaire du livre de Mona Harb, Le Hezbollah à Beyrouth, de la banlieue à la ville (1985 – 2005) (Presses de l’IFPO).
Particulièrement intéressant est le parallèle entre le Hezbollah et le PCF:

« A la lecture de cet ouvrage, nous ne pouvons nous empêcher de faire un parallèle avec le Parti communiste français de l’après guerre et son action publique dans la banlieue rouge parisienne. Tout comme le Hezbollah, il était le parti de la résistance, constituait une contre société par rapport à un modèle consumériste et exerçait une action sur l’urbanisme et dans le social qui contribuaient à légitimer le « communisme municipal ». Malgré le déclin du pouvoir d’attraction du modèle soviétique dès les années 1970 et la chute de l’URSS en 1991, le communisme municipal s’est maintenu. La légitimation locale permet de surmonter les déconvenues géopolitiques. Que l’Iran réduise son soutien, que l’axe pro-iranien (ou « croissant chiite ») soit coupé par un basculement de la Syrie dans le camp occidental, le Hezbollah perdurera au Liban. Ce sont des études de terrain comme celle de Mona Harb qui nous font prendre conscience de la futilité des raisonnements géopolitiques qui considèrent l’espace comme un simple échiquier et comme quantité négligeable l’inscription des acteurs dans la réalité socio-spatiale. »

Dans un billet précédent, j’avais aussi proposé cette analogie. On peut bien sûr la justifier par des éléments tirés du contexte de l’action politique (résistance à l’envahisseur comme source de légitimation, opposition à la clique économique dominante) mais je crois comme FB que la dimension de la construction locale de la légitimité à travers les services (logement, infrastructures) est essentielle. Voir aussi sur le même thème ce que dit Jihad Farah dans sa thèse, où il étudie l’action de la municipalité de Ghobeiri, tenue par le Hezbollah depuis 1998. Mais à la différence de Mona, Jihad ne traite pas de l’articulation des différents niveau d’action politique (local/national) du parti de Dieu.

Il va sans dire que cette comparaison porte sur les modes d’action politique et non pas sur les idéologies respectives de ces deux formations politiques. Les contextes historiques et géographiques sont évidemment sans lien.