Archives par étiquette : Marcel Roncayolo

Le géographe dans sa ville. Présentation du nouveau livre de Marcel Roncayolo et Sophie Bertran de Balanda

ronca-couvJe participerai le 10 septembre prochain au musée de la ville de Marseille à une table ronde organisée par les Editions Parenthèses à l’occasion de la sortie du livre de Marcel Roncayolo et Sophie Bertran de Balanda : Le géographe dans sa ville. De ce dialogue mené sur plus d’une décennie sont issus un texte autobiographique et réflexif sur la manière dont la ville natale (Marseille) a façonné l’expérience et informé la réflexion ultérieure de Marcel Roncayolo, et une série de dessins croqués par Sophie Bertran de Balanda lors de multiples promenades dans le Marseille actuel, dessins que les deux auteurs commentent et qui ont fonctionné comme des madeleines proustiennes pour faire surgir les souvenirs qui structurent le texte de Roncayolo.

affiche roncaLa table ronde aura lieu de 14h30 à 17h30 environ. Elle sera lancée par la projection du film Marcel Roncayolo : interprète de ville de Herta Alvarez-Escudero (2009 – 53 min). Lieu : Musée d’histoire de Marseille, 2  Rue  Henri Barbusse – 13001 Marseille.

Elle s’insère dans un ensemble de manifestations, balades, projections qui durera jusqu’au mois d’octobre.

Brochure du programme et présentation du livre à télécharger.

 

Entretien avec Marcel Roncayolo sur les grands événements culturels

En attendant la parution désormais imminente de L’Imaginaire de Marseille de Marcel Roncayolo sur la BI2S, j’ai le plaisir de signaler la parution en ligne d’un entretien que le géographe de Marseille avait accordé en mars 2013, à Boris Grésillon et moi-même, à son domicile marseillais. Il s’inscrit dans le dossier « Faire durer l’événement« , coordonné par Pascale Froment et Boris Grésillon pour la revue Rives méditerranéennes.

L’entretien n’est actuellement disponible en ligne que pour les abonnés à Cairn ou les acheteurs (elle sera en Open Access en janvier 2018). Je me permets donc d’en extraire le fragment suivant où, après une discussion très critique sur les réalisations de Marseille 2013, il revient sur l’enjeu métropolitain dans son rapport à l’événement culturel.

EV : Mais pour revenir à une période plus récente, peut-on dire que le meilleur usage possible que l’on pourrait faire de Marseille Provence capitale européenne de la culture serait d’en faire un accélérateur de métropole ?

M. Roncayolo : D’abord il faudrait concevoir la métropole non plus comme un espace organisé à la façon d’un territoire simplement plus grand que la ville avec ses banlieues, ce qui est la définition initiale de l’aire métropolitaine américaine. Il faut voir la métropole comme quelque chose qui anime un espace à géométrie variable et qui ne s’inscrit pas ou de moins en moins – avec les moyens de communication actuels – dans un territoire préalablement délimité. La notion même de métropole au sens de métropole régionale c’est-à-dire la capitale d’un espace lui-même limité, perd en partie de sa cohérence. D’autre part, le concept de métropole régionale n’est pas à mon avis dans l’ADN marseillais. Cet ADN est plutôt en relation, via la mer, la Méditerranée, et la terre, avec des pays relativement lointains qu’avec des pays frontaliers, et il exerce moins des influences directrices que le rôle d’un élément de liaison. Marseille, c’est avant tout un lieu d’échanges, un lieu de rencontre, un lieu à la fois de convergence et de dispersion. C’est ça qui est important parce qu’elle a d’un côté la Méditerranée et de l’autre le continent. Autrement dit, il faut penser « anti-régionalement » et à mon avis, la grande liaison qui est nécessaire, c’est avec Lyon. Il faut une politique commune à Lyon et à Marseille, beaucoup plus qu’une politique qui serait une politique d’organisation de tout l’espace qui se situe entre la région lyonnaise et la région marseillaise. Dans le même élan, on pourrait aussi créer des liens avec Montpellier.

En résumé, je crois que l’ADN de Marseille est d’être un point d’articulation beaucoup plus qu’une métropole. Elle n’est pas capitale pour un tas de raisons. Elle n’a pas la société d’une capitale car une société de capitale, ça se forge et s’accumule dans le temps. Mais elle reste un admirable point d’articulation et de porosité possible.

EV : Du coup, quelle lecture faites-vous du projet de Métropole marseillaise porté par l’Etat actuellement ?

M. Roncayolo : On ne peut pas faire une politique qui s’enferme dans les moyens – qui sont d’ailleurs faibles – de Marseille. Marseille, d’un point de vue fiscal, est un vide par rapport aux villes de sa périphérie, Aix, Istres ou Martigues. Martigues a beaucoup plus de revenus par habitant que Marseille. Mais les communes de banlieue ne veulent pas entendre parler d’alliance, a fortiori de fusion, avec Marseille ! Plutôt qu’une Métropole institutionnelle, imposée d’en haut et figée dans des limites administratives intangibles, ce sont des territoires et des alliances par rapport à chaque projet qu’il faut constituer. Une sorte de métropole par projet (même si c’est un peu utopique), comme on a inventé un urbanisme par projet en réaction à l’urbanisme planificateur.

Retour sur L’imaginaire de Marseille de Marcel Roncayolo

La Bibliothèque des Sciences Sociales est un projet animé par l’équipe de Liens Socio à l’ENS de Lyon, visant à rééditer en ligne des classiques des sciences sociales, grâce au programme OpenEdition Livres. Dans le programme de cette année figure la réédition de L’Imaginaire de Marseille. Port Ville Pôle, publié en 1990 par la Chambre de Commerce de Marseille et épuisé (mais disponible en occasion sur PriceMinister, cf. photo !). Cet ouvrage, relativement peu connu, représente pourtant un jalon essentiel dans l’œuvre du géographe et historien de l’urbain marseillais. Il y développe des orientations de recherche énoncées dans sa thèse, offrant ce qui constitue à mon sens un des premiers travaux de géographie culturelle en France, même si Roncayolo n’est jamais perçu comme un membre de ce courant. Par ailleurs, ce travail préfigure également toute une réflexion développée par les « urbanistes » autour de l’imaginaire et des référentiels de l’action urbaine.
Ce sont en tout cas ces idées que je discuterai avec Marcel Roncayolo, qui nous fait l’honneur de sa présence, lors d’un séminaire Re/Lire les Sciences sociales qui se tiendra le 10 décembre à l’ENS de Lyon (13h30-16h) : voir ici pour les modalités pratiques.

D’autres billets concernant Marcel Roncayolo sur ce carnet :

Marcel Roncayolo au parc Longchamp (deux vidéos où Marcel Roncayolo s’exprime sur l’histoire du Parc Longchamps et donne sa vision du projet Marseille Capitale culturelle de l’Europe en 2013)

et, pour mémoire, l’annonce de la parution de son dernier livre : L’Abécédaire de Marcel Roncayolo avec Isabelle Chesneau.