Archives par étiquette : Maghreb

Les déchets urbains à la une

regard croisé dechetsUne série de travaux collectifs au sujet de la gestion des déchets urbains viennent de paraître. Dans la filiation et le dialogue avec tous les travaux sur les services urbains et les infrastructures, ils poussent la réflexion sur la gouvernance urbaine à partir des enjeux de l’enjeu des infrastructures et de la matérialité urbaine. L’originalité des travaux sur les déchets, toutefois, tient sans doute dans leur attention aux travailleurs de ce secteur, à travers des enquêtes anthropologiques souvent fines, alors que dans les services urbains, c’est généralement l’usager qui est la figure centrale. Autre originalité de ces travaux : ils témoignent d’un impressionnant décloisonnement des aires culturelles traditionnelles. C’est même l’ambition de base de Sociétés urbaines et déchets. Eclairages internationaux, sous la direction de Claudia Cireli et bénédicte Florin, avec des exemples pris au sud de la Méditerranée, en Amérique latine, et Afrique subsaharienne et en Frence. Mais on retrouve cela dans Regard croisés sur le système de gestion des déchets urbains au Maghreb [également en PDF], dont l’une des éditrices Luisa Moretto, qui contribue aussi au volume précédent, a fait auparavant une thèse sur l’accès à l’eau et la participation des usagers au Vénézuela.

Leurs auteurs/éditeurs scientifiques me font l’amitié de me les adresser. Impossible pour l’instant de les lire et encore moins de les présenter en détail. Que ce petit coup de publicité leur donne la lumière méritée, en espérant que les revues s’en saisissent pour recension.

Azaitraoui, Mustapha, et Luisa Moretto, éd. 2013. Regard croisé sur le système de gestion des déchets urbains au Maghreb: le cas de Beni Mellal au Maroc, Sétif en Algérie et Sfax en Tunisie. Reus (Espagne): Ajuntament de Reus.

Moretto, Luisa. 2014. Assessing Urban Governance. The caze of Water service co-production in Venezuela. Bruxelles: Peter Lang.

Cirelli Claudia, FLorin Bénédicte, éds., 2015. Sociétés urbaines et déchets: éclairages internationaux. Tours, France: Presses universitaires François Rabelais, 2015.

Urbanisation, habitat et politiques urbaines en Tunisie, un recueil de Morched Chabbi

L’urbaniste Morched Chabbi est bien connu de ceux qui s’intéressent aux villes de Tunisie et plus largement au Maghreb. Professionnel réputé, il entretient dans les locaux de son bureau d’étude URBACONSULT (70, avenue du Bardo, Tunis) une bibliothèque consacrée aux questions urbaines riche de 2000 ouvrages et 3000 études. Cette ressource est sans pareil pour étudier l’urbanisation en Tunisie, dans un contexte de rareté des bibliothèques publiques, souvent mal dotées et où les documents sont peu accessibles lorsqu’ils y ont été conservés. Elle est librement et généreusement ouverte à la consultation, notamment aux étudiants.

En parallèle de sa carrière professionnelle, Morched Chabbi a écrit de nombreux travaux sur Tunis, les villes tunisiennes, la question de l’habitat non réglementaire ou encore les professionnels de l’urbanisme au Maghreb. Sa thèse sur Une nouvelle forme d’urbanisation à Tunis : l’habitat spontané périurbain (1986) devrait être bientôt éditée, de même que son mémoire d’HDR, datant de 2005, mis à jour au vu des derniers développements dans la Tunisie en transition. En attendant, il vient de remettre en circulation un recueil photocopié et mis à jour de 52 articles, sous le titre  Urbanisation, habitat et politiques urbaines en Tunisie. Ce recueil très utile a été offert à une série de bibliothèques universitaires en urbanisme en France, en particulier à l’Institut d’urbanisme de Lyon. Une sélection en sera également bientôt publiée en Tunisie. Espérons que l’auteur entreprenne parallèlement un dépôt de ses articles sur Hal-SHS afin d’en élargir la diffusion… et sous un format plus commode à manipuler que l’imposant volume de près de 2 kg que M. Chabbi a pris le soin de façonner. Pour l’instant, on repère quelques textes en ligne (signalés ci-dessous) mais c’est loin d’être la majorité! Continuer la lecture

Reprise

Je sors d’une période chargée ces derniers temps d’où une petite baisse régime. J’ai plusieurs billets en attente d’ici Noël.

Extrait de la page d'acueil du site kotorabia, qui distribue des livres en langue arabe.

Et pour commencer, un petit signalement : important article d’Hubert Guillaud dans la Feuille sur Le livre numérique vu de l’autre côté de la Méditerranée. L’article présente les analyses et perceptions des éditeurs du Sud (Maghreb essentiellement) à propos du numérique et se demande avec eux si l’édition numérique est une chance pour développer les marchés du livre? Il faut d’abord un parallèle avec la situation du cinéma, où la révolution numérique (lecteurs de CD/DVD) a permis une consommation culturelle très importante. Mais au prix d’un piratage massif.

Quid du livre? Le livre-papier européen (francophone en l’occurrence) est trop cher pour être largement vendu sur ces marchés. Une des seules filières qui marchent est la cession de droits à des éditeurs locaux, qui impriment à bas coût et connaissent les canaux de diffusion. Par ailleurs, les éditeurs libanais parviennent mieux que les Européens, pour les ouvrages en arabe surtout, à pénétrer ces marchés. (Pour comprendre cet état de fait, lire Le livre et la ville. Beyrouth et l’édition arabe, de Franck Mermier – pas encore en numérique…).

Alors, le livre numérique? La dématérialisation permettra-t-elle d’atteindre directement les lecteurs consommateurs en évitant les problèmes d’un réseau de distribution mal structuré? Pour le savoir il serait intéressant de savoir comment se développe le e-commerce notamment pour les services virtuels. Pas sûr que ce soit formidable. Premier problème : aller trouver les lecteurs, notamment les jeunes. Mais les taux de connexion et surtout d’équipement individuels sont encore peu élevés. Les éditeurs locaux sont mal outillés pour passer au numérique (déjà qu’en France, ce n’est pas fameux!). Et désormais il ne pourra même plus y avoir de cession du droit d’exploitation. Les livres numériques, déjà trop chers aux yeux de la minorité qui commencent à s’y intéresser en France et en Europe, le seront encore plus là bas. Il serait difficile d’imaginer des conditions et des prix différents pour différents usagers d’un même web! Là aussi, le piratage semble donc promis à un bel avenir sauf si les livres y deviennent très bon marché. La conclusion de l’article est plutôt pessimiste.

On pourrait lui reprocher (et en fait surtout aux éditeurs en question) de limiter la réflexion à des usages classiques, de livres homothétiques comme on dit, plutôt qu’à l’exploration de nouveaux services et de nouveaux usages autour du livre qui recèlent sans doute de toute autres perspectives – et pas uniquement marchande. Mais les éditeurs sont avant tout, qui pourrait le leur reprocher, des gens qui doivent manger à la fin du mois… Pour imaginer l’avenir du livre électronique au Sud, et son potentiel libérateur évoqué par un des éditeurs dans l’article, ce sont sans doute ces nouveaux usages qu’il faudrait explorer. A quand un billet de Cultures et politiques arabes sur le sujet? (Où l’on constate qu’YGQ, pourtant spécialiste des nouveaux médias, et par ailleurs, lui aussi, du livre arabe, n’a pas prévu les catégories livre et encore livre électronique pour son fameux blog…).

Prolongements et mise à jour(18/12/2010) : je découvre par eBouquin les avancées du projet OPLC de Nicolas Negroponte. L’argument derrière cela est que justement, c’est dans les « pays émergents » voire surtout les plus pauvres que s’inventent les usages de la lecture numérique de demain. Qu’il reste aux éditeurs maghrébins ou européens à y trouver leur place ne veut pas dire que la lecture numérique y est sans avenir… juste qu’ils sont en train de rater le train.

Les effets territoriaux des politiques publiques dans les périphéries urbaines au Maghreb

Dans le cadre du numéro à paraître bientôt dans Géocarrefour sur les services urbains en réforme dans le monde arabe, je viens de publier une petite recension.

Cliquer pour accéder à la version PDF du cahier d'EMAM n°17

Les Cahiers d’EMAM, revue à périodicité non définie, reprennent le flambeau des Cahiers d’URBAMA, édités depuis 1988 par le laboratoire tourangeau bien connu pour ses recherches sur l’urbanisation dans le monde arabe. Trois nouveaux numéros, 16, 17 et 18 sont parus depuis 2008, sous forme imprimée et électronique. On ne peut que s’en réjouir, même si l’on souhaiterait que l’édition numérique adopte les standards de la publication électronique en termes de documentation des textes et de référencement, alors que seules les versions PDF sont aujourd’hui disponibles. Ces trois volumes correspondent à des extraits sélectionnés du projet de recherche « Faire la ville en périphérie(s). Territoires et territorialités dans les grandes villes du Maghreb », financé par le Fonds de solidarité prioritaire du ministère des Affaires étrangères « Coopération pour la recherche en sciences humaines et sociales ». L’ensemble de ce travail est d’ailleurs également disponible en ligne sur le portail des publications électroniques de l’équipe CITERES-EMAM (ex.-URBAMA).

Lire la suite sur Géocarrefour.