Archives par étiquette : Maan

L’alimentation électrique en pointillés au Moyen-Orient

Le Liban dans la pénurie électrique

Un générateur dans une rue de Beyrouth (secteur Monot - EV 2006)

Un article du Daily Star souligne que si le Liban enregistre cette année une affluence touristique record, cela a aussi pour conséquence d’aggraver les coupures de l’alimentation électrique dont le pays est familier depuis les années de la guerre civile. Les ménages et les entreprises subissent des désagréments et des coûts très importants, notamment liés à la nécessité d’être abonnés à des générateurs électriques qui constituent un réseau parallèle. De grandes inégalités sociales et territoriales aggravent cette facture: si 58% des Libanais ont une alimentation de substitution, les autres n’en ont pas. Ce n’est pas trop grave à Beyrouth où les coupures ne durent que 3 heures par jour, mais beaucoup ailleurs : 12 heures à Saïda par exemple.

Un problème d’ampleur régional

La situation du Liban est particulièrement par son ampleur, et n’a d’équivalent qu’en Irak (voir par exemple ici et ). J’en avais parlé dans cet article.
Mais les autres pays de la région subissent également ce problème, ce qui montre que la guerre civile est loin d’être la cause unique de ce phénomène. La période estivale, avec ses pics de chaleur et une demande accrue liée à la climatisation, est particulièrement concernée. Ainsi au mois de juin, une grave crise électrique s’est produit à Koweit-City (voir ici et ). Les Emirats Arabes Unis sont également coutumiers de ce type d’épisode (par exemple à Sharjah en août dernier) .
Deux causes structurelles sont à invoquer : d’abord, une croissance très forte de la consommation électrique (de l’ordre de 10% par an), due à la croissance démographique et à l’adoption de nouvelles pratiques fortement consommatrices (climatisation, et plus généralement électro-manager, informatique). Ensuite, cette croissance très rapide impliquent de lourds investissements dans de nouvelles unités de production ainsi que dans le réseau de transmission. Tout retard se paie très cher. C’est ce qui se passe au Liban mais aussi au Koweit. La Jordanie est moins exposée à ce type de problème même si, selon mes interlocuteurs à Amman et Irbid durant mon récent séjour, une hausse des coupures a été constatée. Ici ce n’est pas tant le défaut de production qui est en cause qu’une insuffisance des capacités de transmission.

Difficile transition vers les énergies renouvelables

Pour les pays non-producteurs de pétrole, cette augmentation de la consommation a un coût très lourd sur la facture énergétique. D’où la mise à l’agenda des politiques énergétiques de la production d’énergies renouvelables et la promotion des économies d’énergie. Le plan présenté par le ministre de l’Energie du Liban Gébran Bassil fait ainsi pour la première fois une place importante aux énergies renouvelables qui devraient représenter 12% de la consommation en 2014… c’est à dire demain matin. Le Liban est certes le seul pays de la région qui peut améliorer sa production hydro-électrique, très négligée. Mais on parle aussi d’éolien. A vrai dire, les ambitions libanaises laissent quelque peu sceptique. D’abord au regard du blocage politique du pays. Le plan de Bassil a certes bénéficié d’un vote unanime en conseil des ministres mais il y a fort à parier que la réalisation concrète se heurtera à mille difficultés concernant la transformation juridique de l’Electricité du Liban que le syndicat des employés conteste déjà ouvertement. D’autre part, l’adoption d’un cadre juridique pour les PPP destinés à la construction de nouvelles centrales thermiques ou aux énergies renouvelables, et les appels d’offre feront certainement émerger de nombreux problèmes.

L’exemple jordanien: de grandes ambitions mais de nombreux retards et difficultés

Eoliennes à Hofah, près d'Irbid (2010 - EV)

Eoliennes ancien modèle à Ibrahimmyah, entre Irbid et Ajloun (2010 - EV)

Eolienne alimentant une station de pompage (entre Qatranah et Maan)

L’exemple jordanien illustre justement les difficultés de ce passage à la phase pratique. Plusieurs tentatives ont été faites depuis une vingtaine d’années, notamment pour le développement de l’éolien et pour le chauffage solaire thermique. Ainsi, dans les collines qui surplombent Irbid au nord du pays, deux petites stations ont été construites à Ibrahimyyah et de Hofah, qui fournissent 5 MW au réseau. Sur la route de Maan on observe aussi des éoliennes destinés à l’alimentation hors réseau de certains équipements, comme des stations de pompage. Mais on assiste pas vraiment à un décollage. Dans les années 1990, des incitations au développement du solaire thermique ont également permis en effort d’équipement. En 2000, le taux d’équipement des ménages atteignait 14% mais il ne cesse de baisser depuis. En fait, les coûts de construction et de production restaient encore trop importants au regard du coût de revient de l’électricité thermique, qui bénéficiait d’importations de pétrole très subventionnées irakiennes puis saoudiennes jusqu’en 2005.

Certes, les autorités jordaniennes cherchent aujourd’hui à donner un véritable élan à ces énergies, comme le montre la stratégie royale de 2005, réajustée en 2007. Elle prévoit d’atteindre une proportion de 7,5% pour les renouvelables en 2015. Toutefois, peu de progrès ont été enregistrés depuis malgré les effets d’annonce.En effet, un appel d’offres lancé en 2008 pour le site de Kamsha au nord d’Amman n’a pas encore débouché sur un accord. Un nombre réduit de candidats, dans le contexte de la crise financière, a limité le choix des autorités jordaniennes et le prix proposé par l’investisseur grec pour l’électricité d’origine renouvelable reste nettement plus élevé que ce qu’elles espéraient.

De même, de très grands projets ont été annoncés pour des centrales solaires à Maan. Deux projets de centrales à concentration solaire de chacun 100 MW, un autre pour une centrale à panneaux photovoltaïque de 100 MW. Mais comme pour l’énergie d’origine éolienne, les prix de sortie restent dans toutes les hypothèses de financement, très élevés (plus de 0,20 US $ par KWh). Selon l’un de mes interlocuteurs, c’est la conséquence de l’appel à des entreprises privées, qui exigent dans cette région du monde des retours sur investissement de l’ordre de 20%, soit une rentrée dans leur investissement en 4 ans (pour des concessions de 25 à 40 ans…). Comme il le disait, « the private sector is too greedy ».

De surcroit, malgré le vote, en janvier, d’une loi fixant le cadre pour des concessions électriques au secteur privé, de nombreux points restent en suspens, dont un accord sur le feed-in (le rachat de l’énergie produite sur le réseau) et la mise en place d’un fonds d’incitation pour les renouvelables et l’efficacité énergétique, dont le financement reste à assurer. Pour l’instant, les seuls projets véritablement engagés sont deux unités expérimentales, une centrale éolienne à Fujeij et une centrale à concentration à Maan, pour 5 MW, financées par l’UE.

Les retards et les difficultés de l’expérience jordanienne, pourtant présentée au Liban comme un modèle pour ses privatisations électriques réussies et les relativement bonnes performances du secteur, font douter du plan Bassil de rétablissement de l’électricité 24 h sur 24 au Liban en 2014…

La centrale de Qatranah en construction (juillet 2010 - EV)

Heureusement pour la Jordanie, d’autres projets avancent plus vite. La centrale thermique (au gaz) de Qatranah sera par exemple mise en fonctionnement cette année. A plus long terme, les schistes bitumineux offriraient aussi de bonnes perspectives d’exploitation pour l’électricité (14% de la production en 2020). Enfin, les officiels jordaniens fondent les plus grands espoirs sur la construction d’une centrale nucléaire à Aqaba, et les quelques nuages à l’horizon de cette importante réalisation ne semblent troubler personne.

Un désert plein de fils électriques

Des pylônes, des pylônes sur la route de Maan (EV - 12-07-2010)

Tant et si bien que je n’ai pratiquement pas vu un seul dromadaire! C’était sur la route de Maan, au sud de la Jordanie, où je cherchais des signes d’existence des grands projets de centrales électriques solaires annoncées récemment. J’y ai surtout trouvé un maire anxieux de la réalité de ce projet et furieux de n’être nullement associé à la définition du projet…

Pour aller plus loin, voir une première analyse de ce projet solaire de Maan dans ce texte.

Libéralisation, nouvelle gouvernance locale et développement urbain durable : stratégies jordaniennes face à la dépendance énergétique

Ferme d'éoliennes de Hofa, Jordanie (photo CEGCO)

Ferme d'éoliennes de Hofa, Jordanie (photo CEGCO)

Voici le résumé de la communication que j’aurais du présenter lors du colloque Les villes durables au Maghreb et en Méditerranée : enjeux opérationnels et scientifiques les 29 et 30 janvier dernier.

Le propos de cette communication est d’analyser le redéploiement de la politique énergétique jordanienne dans le contexte de l’affirmation d’une priorité en faveur du développement durable. L’orientation de notre questionnement consiste à étudier la mise en œuvre de ces réformes à partir d’une grille de lecture des mutations de l’action publique en termes de nouvelles relations entre acteurs (désengagement de l’Etat, partenariat public-privé, injonctions internationales) et de nouvelles territorialisations, en particulier en observant la place faite par les concepteurs de ces réformes à l’échelon local. Inversement, il s’agit de voir comment les acteurs urbains, dans un contexte de décentralisation plus nominale qu’effective, perçoivent les enjeux énergétiques et s’en saisissent. A cet égard, nous cherchons à inscrire notre propos dans une discussion sur la territorialisation des politiques énergétiques et notamment, sur le rôle des villes et acteurs des politiques urbaines dans la conception des politiques énergétiques.

L’exemple jordanien est instructif et paradoxal. Comme de nombreux pays qu’on peut classer comme émergents, la Jordanie connaît actuellement une croissance très rapide de sa consommation énergétique et en particulier de l’électricité, en raison du mouvement d’urbanisation et de la diffusion de nouveaux usages fortement consommateurs. D’autre part, cette croissance est perçue par le gouvernement comme une source de fragilité politique dans la mesure où le pays est totalement dépendant des importations d’hydrocarbures pour satisfaire cette demande. Enfin, l’accès à l’électricité, largement subventionné, fait partie intégrante du contrat social jordanien, ce qui a sur le long terme, lourdement pesé sur l’équilibre des finances publiques. Or, pour rompre sa dépendance, le gouvernement jordanien entend mettre fin aux subventions, privatiser le secteur et développer de nouvelles sources de production valorisant des énergies renouvelables (solaire, éolien, à plus long terme nucléaire).

Ces orientations très volontaristes se traduisent par une redéfinition du rôle des acteurs étatiques. D’un côté, l’opérateur historique intégré du secteur est restructuré et une partie de ces actifs privatisée. De l’autre, les agences étatiques conservent un rôle central dans la définition de la politique énergétique notamment en ce qui concerne la stratégie, les énergies renouvelables et le nucléaire. Mais la mise en place de cette nouvelle stratégie ne va pas sans heurt entre l’impératif du développement durable et les réactions des consommateurs qui en subissent le coût accru. D’autre part, une lecture attentive à l’échelon local souligne également que les réformes en cours s’inscrivent à rebours du mouvement revendiqué de décentralisation. Les entreprises gestionnaires de la distribution, fortement inscrites dans leur territoire et liées à des municipalités, subissent des changements de stratégie qui remettent en cause leurs ancrages locaux.

En définitive, notre communication souligne les enjeux sociaux des politiques énergétiques (notamment liée à la pauvreté urbaine) et le caractère spécifique – et en tout cas à rebours des évolutions constatées en Europe occidentale et aux USA – de leur territorialisation. Le tournant local des politiques énergétiques ne semble pas se produire en Jordanie.

Le texte de la communication est téléchargeable ici. Les commentaires sont bienvenus pour améliorer cette première version qui devrait être publiée dans des actes prochainement.