Archives par étiquette : Lyon

France-Etats Unis : la métropolisation en question. Une recension

Recension à paraître dans Géocarrefour de : Ghorra-Gobin Cynthia, 2015, La métropolisation en question, Paris, France, Presses universitaires de France, 116 p.

Dans ce petit ouvrage, la géographe et américaniste Cynthia Ghorra-Gobin propose une lecture décentrée de la question de la métropolisation en mettant à profit son regard « multisitué ». Elle postule que le détour américain est de nature à dépasser les controverses franco-françaises, telle que celle soulevée par les travaux de Christophe Guilly sur les fractures entre les métropoles et la France périphérique.

Sa méthode consiste à coupler l’examen des travaux scientifiques sur la question métropolitaine aux USA et en France et celui de sa constitution en enjeu politique. Cela la conduit, dans les deux premiers chapitres qui procèdent à cet examen des cas américain et français d’abord en parallèle, à identifier des convergences académiques malgré les différences de culture et de morphologie urbaine. Aux USA, la métropolisation est d’abord « une subversion économique du territoire » (titre du premier chapitre). On assiste à un renversement des dynamiques spatiales, les inner cities se vidant de leur emplois qui s’implantent dans les périphéries où se développent les désormais bien connues edge cities. Cette évolution appelle, selon de nombreux chercheurs dont Cynthia Ghorra-Gobin met notamment en avant Myron Orfield, « une révolution métropolitaine ». L’Etat fédéral et les Etats fédérés sont appelés à reconnaître le rôle de locomotive économique des métropoles, et pour cela une transformation de la gouvernance est requise, faisant plus de place aux élus locaux, pour répondre à la fois eux enjeux de compétitivité économique et aux enjeux sociaux, très accentués avec la montée des inégalités et du chômage dans les inner cities. En France, la métropolisation est bien identifiée comme processus économique affectant les plus grandes villes dans les années 1990. Elle devient progressivement un enjeu politique, consacré par l’Acte III de la décentralisation qui consacre le statut de métropole en faisant le constat de l’échec ou de l’insuffisance de la loi Chevènement, dont la stratégie de l’intercommunalité a été mise en échec, notamment à Paris.

Le troisième chapitre met en parallèle les critiques portées par les chercheurs sur l’accentuation des inégalités entraînées aux Etats-Unis comme en France par la montée du phénomène métropolitain, et les réponses divergentes qui sont proposées. Aux Etats-Unis, les tentatives de l’Etat fédéral, dès les années 1960, d’organiser le développement métropolitain, en particulier à travers les transports, ont fait long feu notamment en raison de la dynamique de sécession municipale, construite sur une logique de ségrégation socio-ethnique et de captation des financements des services urbains au bénéfice des plus aisés. Ces problèmes suscitent une critique de la théorie du choix public pour les effets pervers que son application au niveau des municipalités a entraînés. En France, et c’est notamment la critique de Guilluy, la consécration politique du fait métropolitain s’effectuerait au détriment de la « souffrance spatiale » (terme que l’auteur reprend à Bruno Latour) des habitants « périphériques ». Mais Cynthia Ghorra-Gobin considère que cette critique manque son objectif en n’accordant pas assez d’attention aux inégalités internes aux agglomérations. Dans la deuxième partie du chapitre 3, elle revendique une approche « normative » et insiste sur le statut de « glocalité » propre aux métropoles, dont elle souligne le caractère inédit. Il s’agit de comprendre la métropole à la fois dans sa relation multi-niveau avec les institutions d’échelle nationale et régionale mais aussi dans ses liens économiques et politiques au-delà de l’espace national. L’enjeu métropolitain consiste donc selon elle à articuler l’enjeu de la solidarité intramétropolitaine et celui de l’insertion dans la mondialisation, à travers un rééchelonnement nécessaire de l’Etat.

Dans le détail, on notera dans la démonstration une plus grande maîtrise des enjeux américains, notamment dans l’analyse des stratégies politiques locales, et une lecture moins fouillée des contradictions françaises. Alors que le rôle de pionnier de la métropolisation de Gérard Collomb, maire de Lyon et président de la métropole de Lyon, est cité, il aurait été intéressant de souligner les limites de sa stratégie métropolitaine, davantage intéressée par les bénéfices politiques immédiats que par les enjeux sociaux. A la suite de ce qui ressemble beaucoup à un Yalta électoral avec le président du Conseil général du Rhône, élu des campagnes rhodaniennes quand Collomb maîtrisait les réseaux politiques du Grand Lyon, la nouvelle institution métropolitaine lyonnaise ressemble à une cote mal taillée (voir entre autres ici et quelques éléments factuels ). Elle laisse de côté des populations pourtant largement métropolisées en termes économiques et de modes de vie, notamment les nouveaux périurbains qui cherchent en lointaine périphérie un foncier moins cher, au risque du piège de la précarité énergétique et de la dépendance automobile. Si le débat avec C. Guilluy est certainement nécessaire, les exemples français mobilisés dans le livre, qu’ils soient lyonnais ou bordelais, ne convainquent pas toujours. Il n’en reste pas moins que ce plaidoyer pour une lecture décentrée n’est pas sans vertu et réussit à apporter un éclairage utile pour une nécessaire prise de recul.

Mustafa Dikeç : Urban unrest and politics, à Lyon le 20 novembre 2012

Séminaire exceptionnel de Mustafa Dikeç, Reader in Human Geography (Royal Holloway, London University), dans le cadre du séminaire Villes territoires mondialisations, animé par Myriam Houssay-Holzschuch et Eric Verdeil (Masters Villes et Société et STADE). Titre de l’intervention : Urban unrest and politics.
Date : le 20 novembre de 9h30 à 12h30, ENS Lyon, campus Descartes, salle F119.

La séance aura lieu en anglais. Elle est ouverte à tous, dans la limite des places disponibles. Merci de signaler votre intérêt aux organisateurs (myriam _at_ normalesup.org ou eric.verdeil _at_ normalesup.org).

La séance et la discussion s’appuieront sur les textes suivants :

Bleich E., Caeiro C., Luehrman S., 2010, State responses to ‘Ethnic Riots’ in liberal democracies: evidence from Western Europe, European Political Science Review, 22 juin 2010, vol. 2, n°02, p. 269-295. < http://dx.doi.org/10.1017/S1755773910000032 >

Dikeç M., 2012, Immigrants, Banlieues, and Dangerous Things: Ideology as an Aesthetic Affair, Antipode, mai 2012, p. no-no. < http://dx.doi.org/10.1111/j.1467-8330.2012.00999.x >

Dikeç M., 2004, Voices into noises: ideological determination of unarticulated justice movements, Space and Polity, août 2004, vol. 8, n°2, p. 191-208. < http://dx.doi.org/10.1080/1356257042000273959 >

Les travaux de Mustafa Dikeç portent sur trois thématiques : « politics of space, politics of alterity, and politics of time » et ses analyses se fondent largement sur des travaux de terrain menés en France. Les deux premières thématiques ont notamment donné lieu aux livres suivants : Badlands of the Republic: Space, Politics and Urban Policy (2007, Blackwell) and Extending Hospitality: Giving Space, Taking Time (co-edited with Nigel Clark and Clive Barnett, 2009, Edinburg University Press).

Badlands of the Republic, traitant spécialement des émeutes dans les villes françaises, et particulièrement la banlieue lyonnaise, a suscité en France, notamment parmi les géographes, divers commentaires, dont :

Lehman-Frisch S., 2007, Construction d’un espace, in Nonfiction.fr le portail des livres et des idées, < http://www.nonfiction.fr/article-353-construction_dun_espace.htm >

Verhage R., 2009, Mustafa Dikeç, Badlands of the Republic. Space, politics and urban policy, Géocarrefour, 1 septembre 2009, Vol. 84/3, p. 205. URL : http://geocarrefour.revues.org/6999

L’Equipex du CLEO et les perspectives de l’édition numérique : un regard lyonnais

Un Equipex contre la fracture du territoire universitaire

Petit rebond sur l’annonce de l’Equipex attribué au CLEO et à ses partenaires. En tant que partenaire et utilisateur (auteur et surtout lecteur des contenus diffusés par le CLEO), je m’associe à leur joie et à leur satisfaction. Dans le contexte de l’évolution brutale et souvent contre-productive pour la collectivité universitaire que représentent les IDEX et LABEX et je suppose aussi, EQUIPEX (même si je ne connais pas d’autres cas), dont les coups de gueule de JFM ou d’Irnerius rendent bien compte, il faut saluer un projet qui me paraît aller à contre-courant. Continuer la lecture

Paul Bert un an après. Feu le bidonville

On s’attendait à l’expulsion des Roms du bidonville Paul Bert, installé sur ce terrain délaissé depuis plus d’un an, après une décision de justice favorable aux propriétaires, le Conseil général du Rhône et Réseau ferré de France. Rappelons que dans un premier temps, le tribunal n’avait pas fait droit à la demande de libération du terrain des requérants.
Il avait estimé que ce camp constituait leur domicile et devait à ce titre être respecté, surtout que les projets mis en avant par le Conseil général était trop flous.

L’opération a eu lieu hier matin (3 novembre). J’ai pris ce matin quelques photos qui illustrent l’état du terrain après l’opération et deux renvois à une dépêche AFP reprise par LibéLyon ainsi qu’à un article du Progrès.


De fait de nombreux travaux d’aménagement avait eu lieu ces derniers mois sur le terrain vague jouxtant le camp rom. Le Conseil général veut construire son centre des archives. Espérons qu’il y aura un dossier Roms. Dès ce matin, des ouvriers travaillaient sur le site.

En attendant, comme le signale Le Progrès presse, la plupart des habitants se sont dispersés dans l’agglomération, reproduisant ce qui s’était passé déjà à plusieurs reprises pour les habitants des bidonvilles de la région lyonnaise.

On se reportera à l’exposition photographique Voyages pendulaires, des Roms au coeur de l’Europe, qui reste visible au Centre d’histoire de la résistance et de la départation, à Lyon, jusqu’au 24 décembre, pour une compréhension de cette situation, et des allers et retours des Roms entre Lyon et leurs pays d’origine.

Penser l’aménagement d’une métropole au 20ème siècle : Lyon

C. Chalumeau, " Plan général de la commune de Lyon et des améliorations projetées pour son extension ", 29 juillet 1935 : détail (Lyon, Archives municipales, 1541 Wp 7/1). Reprod. 5 Ph 35688.

A signaler : la soutenance de thèse en histoire de Marie-Clotilde Meillerand

« Penser l’aménagement d’une métropole au 20ème siècle. Enjeux territoriaux, politiques publiques et acteurs locaux dans la région lyonnaise « 

La soutenance se tiendra le 4 juin 2010 à 14 h 00 à l’Institut des Sciences de l’Homme (14 avenue Berthelot, 69007 Lyon, la salle sera précisée ultérieurement). Elle sera suivie d’un pot.
Le jury sera composé comme suit :

Viviane CLAUDE, professeure (Université Paris XII)
Marie-Christine JAILLET, directrice de recherches (Université de Toulouse-Le Mirail)
Olivier FARON, professeur (Université Paris IV)
Renaud PAYRE, professeur (Université Lumière Lyon II)
Jean-Luc PINOL, professeur (Université Lumière Lyon II)
Loïc VADELORGE, professeur (Université Paris XIII)

Résumé : Cette thèse porte sur la progressive prise en charge et gestion de l’urbanisation entre les années 1930 et la fin des années 1960. Sur la base d’une enquête portant principalement sur la région lyonnaise, ce travail a permis d’étudier les interactions existantes entre Etat et autorités locales et les modes d’action qui se dégagent pour prendre en compte et maîtriser la croissance urbaine.

En suivant l’évolution des découpages territoriaux sous le poids du développement urbain, il s’agissait d’abord de retracer les étapes de la constitution et de l’institutionnalisation d’un territoire solidaire autour de Lyon.

Ensuite, l’étude des premières réflexions sur la prise en charge des politiques urbaines a permis de comprendre les hésitations de l’Etat et les difficultés des responsables locaux des années 1930 au début des années 1960. Plusieurs dynamiques ont été repérées qui signalent une prise en compte parfois précoce des problèmes d’urbanisation par les autorités locales (édiles et services techniques des villes, départements), allant dans certains cas jusqu’à un repositionnement des services de l’Etat autour des problématiques urbaines. Si ces moments ne sont pas marqués par des évolutions institutionnelles et décisionnelles emblématiques, c’est pourtant sur ces premières réflexions et expériences, que s’appuieront les décisions prises à partir des années 1960. En effet à partir de cette période, l’engagement de l’Etat en direction des grandes métropoles françaises illustre le nouvel enjeu que constituent ces territoires. Cette décennie joue un rôle clé dans la mise en place d’une politique publique en matière d’aménagement urbain. Elle est marquée par le renouvellement des réflexions engagées depuis plusieurs années sur cette thématique.

En parallèle, nos analyses de terrain sur ces métropoles montrent que le parcours et le travail des hommes en charge de ces aménagements illustrent aussi les bouleversements que connaît le monde professionnel autour de l’urbain. Sur la période étudiée, le cadre et la façon de penser l’aménagement des espaces urbains sont profondément modifiés que ce soit en termes de structures, de carrières, d’outils, ou de modes de constitution et d’échange des savoirs. Notre travail s’arrête au seuil des années 1970 qui marquent le retrait progressif de l’Etat sur ces problématiques, et signalent une stabilisation des cadres de décision des politiques urbaines, notamment autour de la mise en place des agences d’urbanisme et du renforcement des échelons intercommunaux.