Archives par étiquette : littoral

Des déchets aux remblais: imaginaire aménageur, corruption et dérèglements métaboliques à Beyrouth

Le port de pêche de Borj Hammoud au pied de la « montagne » de déchets accumulés depuis la guerre civile libanaise jusqu’à 1997, avant les récents travaux de démantèlement. Photo Eric Verdeil, CC-ND-NC

Les scandales à répétition qui éclatent à propos de la gestion des déchets au Liban et plus particulièrement dans l’agglomération de Beyrouth mettent en évidence les montants énormes des contrats en question et leur opacité, et donc plus largement la corruption qui joue un rôle déterminant dans l’organisation de l’action publique. Les débats de l’été 2015 ont ainsi permis d’exposer publiquement les zones d’ombre, anomalies et irrégularités concernant les contrats successifs de Sukleen, et de pointer vers un ensemble de bénéficiaires indirects de cette rente. La réorganisation en principe provisoire de la gestion des déchets à Beyrouth et dans le Mont Liban s’est traduite par l’apparition de nouveaux acteurs, bénéficiaires des contrats de collecte ou de construction et de gestion de décharges dont les montants et les modalités techniques posent là encore question. De plus, sans même parler de la décision hautement discutable d’installer des décharges au bord du littoral, diverses anomalies ont été soulignées, comme le fait que le tri et le recyclage–déjà peu ambitieux–sont pour l’instant impossibles à cause de la saturation des installations dédiées pour cause de stockage de déchets, alors que les entreprises sont payées pour un travail qu’elles ne font pas. Enfin, le dévoilement d’une clause permettant de démanteler la décharge de Borj Hammoud pour déposer les ordures stockées là depuis les années 1990 directement dans la mer apparaît comme une provocation environnementale d’un cynisme absolu de la part du CDR–et qui va sans doute avec des contreparties financières. Continuer la lecture

Lutter pour l’espace public : Beirut, the Space In Between Hope and the Public

Espace public, littoral et contestation urbaine au Liban

Au Liban, depuis les années de reconstruction, la mobilisation pour l’espace public est un vecteur essentiel de la contestation urbaine. Celle-ci vise un pouvoir politique qui cherche à se légitimer par l’urbanisme, tout en faisant de l’urbanisme un instrument d’enrichissement d’une élite privilégiée. Ainsi, dans les années 1990, le débat sur le projet de reconstruction du centre-ville avait mis au centre des questions soulevées la redéfinition de l’espace public dans le projet Solidere. A la même période, l’occupation illégale du littoral et son accaparement pour des usages touristiques élitistes avait suscité également de fortes réactions, à la tête desquelles on trouvait notamment l’Ordre des Ingénieurs alors présidé par Assem Salam qui vient de disparaître. En 1996, un colloque sur cette question avait eu lieu1 Continuer la lecture

Notes _____________________
  1. Voir Le littoral Libanais : quel avenir ?, actes du colloque organisé par l’Ordre des Ingénieurs et Architectes de Beyrouth, le 16 mai 1996, préparé par M. Abu Khalil et J. Tabet []