Archives par étiquette : Liban

Des déchets aux remblais: imaginaire aménageur, corruption et dérèglements métaboliques à Beyrouth

Le port de pêche de Borj Hammoud au pied de la « montagne » de déchets accumulés depuis la guerre civile libanaise jusqu’à 1997, avant les récents travaux de démantèlement. Photo Eric Verdeil, CC-ND-NC

Les scandales à répétition qui éclatent à propos de la gestion des déchets au Liban et plus particulièrement dans l’agglomération de Beyrouth mettent en évidence les montants énormes des contrats en question et leur opacité, et donc plus largement la corruption qui joue un rôle déterminant dans l’organisation de l’action publique. Les débats de l’été 2015 ont ainsi permis d’exposer publiquement les zones d’ombre, anomalies et irrégularités concernant les contrats successifs de Sukleen, et de pointer vers un ensemble de bénéficiaires indirects de cette rente. La réorganisation en principe provisoire de la gestion des déchets à Beyrouth et dans le Mont Liban s’est traduite par l’apparition de nouveaux acteurs, bénéficiaires des contrats de collecte ou de construction et de gestion de décharges dont les montants et les modalités techniques posent là encore question. De plus, sans même parler de la décision hautement discutable d’installer des décharges au bord du littoral, diverses anomalies ont été soulignées, comme le fait que le tri et le recyclage–déjà peu ambitieux–sont pour l’instant impossibles à cause de la saturation des installations dédiées pour cause de stockage de déchets, alors que les entreprises sont payées pour un travail qu’elles ne font pas. Enfin, le dévoilement d’une clause permettant de démanteler la décharge de Borj Hammoud pour déposer les ordures stockées là depuis les années 1990 directement dans la mer apparaît comme une provocation environnementale d’un cynisme absolu de la part du CDR–et qui va sans doute avec des contreparties financières. Continuer la lecture

De l’impuissance des citoyens libanais face aux crises des services publics – compléments et rebondissements

powerless-orient-xxiJ’ai le plaisir de signaler la parution de mon article De l’impuissance des citoyens libanais face au « système », à travers l’analyse critique du documentaire de Cynthia Choucair « Powerless », sur le site d’information Orient XXI (repris sur Jadaliyya Cities). En voici le « pitch ».

Le délabrement des services publics, du ramassage des ordures aux coupures d’électricité, a suscité de nombreuses mobilisations au Liban. Le documentaire Powerless de Cynthia Choucair en rend compte de manière intéressante, mais, par son apolitisme, le propos perd de sa force.

J’y renvoie directement les lecteurs intéressés, sans le reproduire ici. Toutefois, je tiens à signaler, en complément de cette analyse, un autre petit film de Cynthia Choucair, avec l’aide du très incisif journaliste d’Al Akhbar Mohamed Zbeed, tourné au moment des manifestations de l’été 2015 au moment de la crise des ordures. Elle y interroge des citoyens manifestants sous la forme de quizz humouristiques, en vue de leur faire deviner les intérêts financiers des hommes politiques libanais, et la collusion entre intérêts publics et privés. Beaucoup tombent des nues… et d’une manière générale se montrent très peu au courant, si j’ose dire, des actions publiques ou privées, et même de l’identité des hommes qui les gouvernent (et qui les lient dans l’obscurité, pour paraphraser le Seigneur des anneaux). C’est poser la question de la dépolitisation implicite de la question de la crise électrique, que je discute dans ses choix scénaristiques pour ce scénario, sous un autre angle.

Questions that puzzled the Lebanesehttps://www.facebook.com/road2films/videos/971089022934597/

Pour conclure, signalons le dernier rebondissement de la crise des déchets, à savoir le fait que l’amoncellement des déchets non triés et non traités dans la décharge de Costa Brava à proximité immédiate de la piste maritime de l’aéroport de  Beyrouth attire de nombreux oiseaux qui font craindre un remake de l’accident de l’avion newyorkais contraint d’amerrir sur l’Hudson. Après avoir installé des avertisseurs sonores imitant des cris de rapaces, il semblerait selon Habib Battah (The Beirut Report) que le gouvernement ait décidé un abatage massif des oiseaux.

Transition politique et action publique locale : un colloque, un livre, une thèse

Des associations de jeunes fêtent le cinquième anniversaire du 14 janvier 2011, à Mahdia devant le musée de la ville. L'ambiance était très bon enfant. CC by Eric Verdeil.

Des associations de jeunes fêtent le cinquième anniversaire du 14 janvier 2011, à Mahdia devant le musée de la ville. L’ambiance était très bon enfant. CC by Eric Verdeil.

Alors qu’une partie du monde arabe est à feu et à sang, qu’en Tunisie la révolte de la jeunesse sans emploi à Kasserine s’étend vers d’autres villes et fait peser la menace d’une nouvelle révolution, d’autres évolutions, au rythme plus lent, se produisent. Si les élections tunisiennes ont légitimement retenu l’attention, le chantier de la redéfinition de la gouvernance locale avance également, mais selon des temporalités complexes et sans produire encore des résultats visibles. Dans ce billet, je présente plusieurs événements et travaux scientifiques récents qui proposent des éclairages diversifiés mais convergents sur ces thématiques. Continuer la lecture

Table ronde sur les enjeux environnementaux au Liban avec Ghaleb Faour et Charbel Nahas

Dans le cadre des événements accompagnant la COP 21, la Maison du Liban à la Cité Internationale universitaire de Paris et son comité des résidents organisent le 28 novembre prochain à 17h une table ronde sur les enjeux de l’environnement au Liban. J’y participerai avec Ghaleb Faour, du CNRS Liban, et nous présenterons de nouvelles données sur l’environnement au Liban, que nous préparons dans le cadre de la nouvelle version de l’Atlas du Liban. Participera aussi à cette table ronde l’économiste et ancien ministre Charbel Nahas (voir aussi cet entretien dans Al Akhbar English), qui donnera son point de vue sur les dimensions politiques de la crise actuelle, non seulement des déchets mais bien au-delà. Un bon moment de discussion avec le public suivra.tr-MDL-envir

 

La reconstruction entre politiques et cultures urbanistiques. Réflexions à partir de l’exemple de Beyrouth

Le plan des immeubles reconstruits (source: Waad)

Le plan des immeubles reconstruits (source: Waad)

Vient de paraître, cette communication au colloque Waad, l’expérience unique, qui s’est tenue en juillet 2012 à Beyrouth, au sujet de la reconstruction de la banlieue sud suite aux bombardements israéliens de 2006. J’avais rendu compte de ce colloque dans un texte paru sur Les Carnets de l’IFPO en septembre 2012.
Voici la référence complète de mon intervention (version d’auteur en libre accès):
Verdeil Eric, 2013, « La reconstruction entre politiques et cultures urbanistiques. Réflexions à partir de l’exemple de Beyrouth », in Majalat al-mi’mar al ‘arabi (revue d’architecture arabe), Actes du colloque : Waad, une expérience unique?, Beyrouth, p. 175‑189.
Et le résumé :

Les reconstructions urbaines sont des moments où les rapports de force politiques sont très visibles. Mais ces projets comportent également une très forte dimension technique. L’objectif de cet article est d’articuler ces deux dimensions de ces opérations d’urbanisme, en construisant une grille de lecture basée sur deux axes eux-mêmes décomposés en une série de critères : le premier axe renvoie aux politiques de reconstruction, et le second aux cultures de l’urbanisme. Cette grille est ensuite appliquée à l’urbanisme libanais. Sont ainsi analysés quatre épisodes de reconstruction à Beyrouth : les projets de 1977 et 1982-83 et l’opération Solidere (démarrée en 1991) puis, plus en détail, l’opération Waad dans la banlieue sud de Beyrouth à la suite de la guerre de 2006. La mise en série de ces opérations permet de dégager les caractéristiques de chaque projet/opération et d’identifier, in fine, les caractères originaux de la reconstruction de la banlieue sud, notamment les choix spatiaux (reconstruction à l’identique), la temporalité très rapide des opérations, le financement endogène du projet (sans recours au marché) et la culture urbanistique à la fois locale et partisane, de type municipale, développée par le Hezbollah.

Sur le même sujet, il faut signaler la dernière publication de Mona Fawaz (qui développe un point de vue très critique sur cette opération):

Fawaz M., 2014, The Politics of Property in Planning: Hezbollah’s Reconstruction of Haret Hreik (Beirut, Lebanon) as Case Study, International Journal of Urban and Regional Research, 2014, OnlineFirst.

Des banlieues à la ville ; Beyrouth et ses périmètres

A signaler la parution des actes électroniques du colloque Des banlieues à la ville. Espaces et acteurs de la négociation urbaine, coordonnée par Elibabeth Longuenesse et Caecilia Pieri. En texte intégral.

On retrouvera dans cet ensemble mon intervention Délimiter les banlieues de Beyrouth. Des noms et des périmètres, dont voici le résumé :

Cette communication propose l’analyse de quelques découpages et délimitations des banlieues de Beyrouth et de leurs dénominations, avec pour objectif de mettre au jour leurs enjeux cognitifs et politiques. Dans le cas libanais, elle renvoie à l’existence d’un conflit entre l’État central, principal détenteur des compétences urbanistiques, et différents acteurs et pouvoirs locaux, en particulier les municipalités.

On lira également avec un intérêt particulier la note que Mona Fawaz consacre à un important chantier de recherche lancé dans la première moitié des années 2000 et interrompu par la guerre de 2006, dont on souhaite que l’auteur parvienne à produire un ouvrage qui serait assurément novateur, comme on pourra en juger à travers cette ébauche.

Notes on Beirut’s Historiography: Towards a People’s History of the City

My presentation is part of an ongoing research project which aims to map and narrate the city’s recent history, particularly the 1950-1975 period, from the vantage point of its peripheries. I do not present here the full elements of an alternative narrative of the city. Instead, I outline the main guidelines and methods, illustrated through a number of stories that I have unraveled in the course of my research.

A noter également, parmi plusieurs communications de qualité, la retranscription-traduction des débats des acteurs municipaux élus, qui n’est que trop rares au Liban.

Géographie de l’éclairage public dans les villes du Sud : quelques exemples arabes

Un récent billet de blog qui est plus que cela attire mon attention sur la question de la lumière dans la ville et me suggère une variété de pistes de recherche qui me font revenir sur quelques matériaux de recherche non exploités.

Affiche vantant le Plan Lumière pour Beyrouth par la municipalité de Beyrouth – via Marie Bonte

Brilliant Beirut est un texte brillant de Marie Bonte, jeune géographe lyonnaise sur le point de s’engager en thèse sur la thématique de la fête à Beyrouth, question qui dévoile entre autres une territorialité de la nuit. Dans ce billet, paru sur le site de Tim Edensor Lighting Research @ MMU, elle explore les territoires de la lumière la nuit dans Beyrouth. Pour cela, elle examine les inégalités et les dysfonctionnements de l’éclairage public qui laissent de nombreuses rues dans l’obscurité, notamment en raison d’un défaut d’entretien chronique – on ne parle pas ici des coupures de courant qui touchent peu le territoire municipal de Beyrouth. Inversement, les secteurs éclairés sont largement ceux de la fête et des loisirs nocturnes, comme dans la zone de Solidere, à Gemmayzeh ou encore à Hamra… En fin de billet, elle montre aussi que cette question de l’éclairage public devient à un enjeu de politique publique. Elle analyse par exemple, à travers cette affiche vantant l’illumination de Beyrouth, le Plan Lumière récemment mis en place par cette municipalité qui s’est lancé, avec l’appui parisien, dans une politique d’éclairage et de mise en valeur de son patrimoine architectural. Elle fournit aussi une très belle carte de synthèse à la fin de son billet qui montre que cette géographie de la lumière est très inégalitaire. Il faudrait en complément s’intéresser aux projets de SOLIDERE qui a également entrepris une politique de mise en valeur de ses bâtiments (Lighting Beirut Architecture). Ces politiques de la lumière représentent un nouveau type de politique publique au Liban, à analyser dans une perspective mêlant transfert de modèles, marketting urbain et partenariats public-privé. Cette approche du cas beyrouthin est paradoxale puisqu’on peut aussi – voire plutôt – considérer cette ville comme une métropole de l’obscurité en s’intéressant à la thématique des coupures de courant, comme je le fais dans mes recherches de mes dernières années – et ce sera justement le thème d’un papier que je prépare pour le prochain congrès de la RGS. Continuer la lecture

Domaine public, espace public et espaces verts : rapports de classe et espace urbain à Beyrouth

De retour d’une dizaine de jours à Beyrouth, je voudrais revenir sur deux questions abordées auparavant sur ce carnet, notamment dans le billet Lutter pour l’espace public : Beirut, the Space In Between Hope and the Public et dans la note de lecture Beyrouth : les nouvelles lignes de front de la recherche urbaine. Mes rencontres et observations sur place me permettent d’y apporter quelques compléments.

Domaine public

Arrivée d’une manifestation des travailleurs pour la hausse des salaires de la fonction publique sur Zaytouna Bay (Photo Marwan Tahtah pour Al Akhbar, 14/3/2013)

Mon arrivée à Beyrouth a coïncidé, jeudi 21 mars, avec la dernière grande journée de mobilisation des fonctionnaires pour obtenir que le projet de loi révisant l’échelle des salaires dans la fonction publique soit transmis au Parlement par le Conseil des ministres. Jusqu’alors, le gouvernement s’y refusait, sous la pression du patronat, bien représenté au sein du même conseil par une pléthore  d’hommes d’affaires, au nom de la catastrophe économique que cela représenterait, à cause notamment des ponctions fiscales à opérer. Ce mouvement des fonctionnaires, auquel se sont joint les enseignants des écoles privés, constitue le plus grand mouvement social de ces dernières années.  Malgré les nombreuses tentatives de le diviser et les menaces contre ses leaders et ses participants, cette vaste mobilisation a battu le pavé depuis plusieurs semaines, perturbant fortement l’enseignement et l’activité administrative. Jeudi, enfin, le Premier ministre, sous la pression de Nabih Berri et de plusieurs politiciens du 8 mars directement exposés aux revendications de plus en plus véhémentes de leurs bases, a cédé et un accord pour financer cette hausse des salaires a été trouvé (voir ici). Le lendemain, le Premier ministre a démissionné, dans une décision qui paraît avoir été longuement murie et préparée (ici une intéressant analyse) – tout a été fait pour que le gouvernement sortant donne au moins l’impression d’avoir écouté et partiellement satisfait les revendications des travailleurs. Continuer la lecture

Quelques notes sur Carbon Democracy. Political Power in the Age of Oil de Timothy Mitchell

Ces notes ont été présentées lors du séminaire ACREOR/EVS du 8 février 2013. On lira sur le carnet du séminaire la suite des échanges et en particulier les intéressantes remarques de Romain Garcier.

Au croisement des sciences politiques, de la sociologie d’inspiration latourienne (attention aux actants non humains) et callonienne (sociologie de la traduction) et de l’histoire du Moyen-Orient, l’œuvre de Timothy Mitchell intéresse également au premier chef les géographes.

Son livre précédent, Rules of Experts, Egypt, Technopolitics, Modernity, s’attachait aux techno-logiques du « développement », à propos des marchés du blé et des œufs en Egypte, et ou à travers le rôle du moustique comme vecteur du paludisme, en lien avec la construction du premier barrage d’Assouan, puis l’invention du DDT ; ou encore à travers l’émergence d’une nouvelle économie coloniale de la canne à sucre, première bénéficiaire des nouveaux dispositifs d’irrigation; des analyses stimulantes étaient aussi consacrées à la naissance du cadastre égyptien et à l’« invention » de l’Egypte via les techniques de la comptabilité nationale1. Ce faisant, Mitchell prête attention aux dispositifs matériels et technologiques, aux calculs et aux outils qui construisent la réalité, et qui contribuent à l’articulation des intérêts. Les agencements de l’humain et du non-humain recomposent dans le même temps les rapports de domination.

Mitchell T., 2011, Carbon democracy : political power in the age of oil, London ; New York, Verso, 278 p.

Le nouvel ouvrage présenté aujourd’hui est consacré à l’analyse du pouvoir politique à l’époque du pétrole. Il met en avant l’idée d’un lien consubstantiel entre les formes d’organisation des sociétés démocratiques et leur approvisionnement énergétique. En perspective, cette analyse pose la question de la transition énergétique actuelle. Continuer la lecture

Notes _____________________
  1. voir la note de lecture rédigée au sujet de ce livre par Michel Callon []

Lutter pour l’espace public : Beirut, the Space In Between Hope and the Public

Espace public, littoral et contestation urbaine au Liban

Au Liban, depuis les années de reconstruction, la mobilisation pour l’espace public est un vecteur essentiel de la contestation urbaine. Celle-ci vise un pouvoir politique qui cherche à se légitimer par l’urbanisme, tout en faisant de l’urbanisme un instrument d’enrichissement d’une élite privilégiée. Ainsi, dans les années 1990, le débat sur le projet de reconstruction du centre-ville avait mis au centre des questions soulevées la redéfinition de l’espace public dans le projet Solidere. A la même période, l’occupation illégale du littoral et son accaparement pour des usages touristiques élitistes avait suscité également de fortes réactions, à la tête desquelles on trouvait notamment l’Ordre des Ingénieurs alors présidé par Assem Salam qui vient de disparaître. En 1996, un colloque sur cette question avait eu lieu1 Continuer la lecture

Notes _____________________
  1. Voir Le littoral Libanais : quel avenir ?, actes du colloque organisé par l’Ordre des Ingénieurs et Architectes de Beyrouth, le 16 mai 1996, préparé par M. Abu Khalil et J. Tabet []