Archives par étiquette : Le Caire

Energies urbaines : le gaz de ville à Istanbul, Le Caire et Sfax

J’avais signalé sur ce carnet les travaux de master de mes étudiants Elvan Arik, Jimmy Markoum et Hugo Bolzon, sur les enjeux du développement de réseaux de gaz dans les villes d’Istanbul, du Caire et de Sfax, ainsi que sur les conflits qui en résultent. Un article synthétique reprenant ces résultats a été récemment publié dans la revue Energy Policy. Il est accessible via Hal. Il s’agit d’un dossier thématique reprenant les principales conclusions d’une vaste et ambitieuse recherche collective pilotée par Jonathan Rutherford et Sylvy Jaglin, sous les noms de TERMOS et GOUVENUS (respectivement ANR Suds et projet soutenu par l’Université Paris-Est). Un autre volet de cette recherche avait été publié dans FLux en 2013 sous le titre Villes et énergies en pays émergents.

Verdeil, Éric, Elvan Arik, Hugo Bolzon, et Jimmy Markoum. 2015. « Governing the transition to natural gas in Mediteranean Metropolis: The case of Cairo, Istanbul and Sfax (Tunisia) ». Energy Policy, 78 (3), pp.235-245.

Voici le résumé:

Recent scholarship on urban energy governance has focused on low carbon energy strategies seen as a response to climate change and energy pressure threats. But such approaches tend to overlook the situations of cities from the Global South and emerging countries concerned with strong energy demand growth. The development of urban natural gas networks is an understudied response to such a challenge. Focusing on three cities, Istanbul, Cairo and Sfax (Tunisia), the article analyses the factors and the governance of these energy transitions. It uses a geographical approach to such processes that highlight the mutual influence of the territory in its material and political dimensions and of the policy goals and tools in the implementation. The development of urban gas networks rests upon the proximity of gas deposits. It is determined by metropolitan strategies for economic development as well as by programs aiming to cut energy subsidies. Though urban gas networks have a strong potential for restructuring the physical and social landscapes in cities, the dominant commercial approach taken by energy utilities and morphological constraints in the urban fabric limit their universalization. Natural gas is part of a mix of energies at the urban level and often competes with other energy forms, specifically renewables (like solar water heaters). Lastly, the development of urban natural gas networks sparks heated politics in relation to unfulfilled energy demand and affordability.

Fabrique des gouvernements urbains en régime autoritaire. Le cas de la réforme de la gestion des déchets ménagers en Egypte

Une rue de Manchiet Nasr, au Caire, le principal quartier des chiffonniers. Photo E. Verdeil, nov. 2012

Je suis très heureux d’annoncer la soutenance de thèse de doctorat de Lise Debout, qui aura lieu le 22 novembre à l’Institut d’urbanisme de Lyon, 14 av. Berthelot, Lyon 7e arrondissement, salle 101. La soutenance est publique.

Titre de la thèse : Fabrique des gouvernements urbains en régime autoritaire. Le cas de la réforme de la gestion des déchets ménagers en Egypte

Le jury est constitué de Sarah Ben Néfissa, IRD, Le Caire (rapporteur), Sylvy Jaglin, Université Paris-Est Marne la Vallée (rapporteur), Marc Lavergne, CNRS, Lyon (GREMMO), Franck Scherrer Université de Montréal (directeur), Eric Verdeil (co-directeur).

 Résumé

Cette recherche s’inscrit au croisement de deux problématiques des études urbaines : le gouvernement urbain et les services publics en réseau. Elle étudie le cas de la gestion des déchets ménagers en Égypte à travers trois études de cas (Le Caire, Giza et Alexandrie) où la délégation du service à des entreprises européennes a transformé la gestion urbaine. Avant les Révoltes, l’Égypte, malgré des réformes de libéralisation économique et politique de façade, était demeurée un régime autoritaire et centralisé. Dans ce contexte d’une absence a priori de gouvernement urbain, comment assurer l’adaptation locale et la réponse aux besoins locaux d’une politique publique ? Proposant une grille de lecture du gouvernement urbain, nous étudions sa formation et/ou transformation et les conditions de la territorialisation des politiques publiques à travers la réforme de la gestion des déchets. Définissant ce service public comme « réseau mou », nous postulons qu’il a des caractéristiques propres à modeler le gouvernement urbain dans sa dimension institutionnelle et horizontale. Trois résultats peuvent être tirés de cette recherche. Tout d’abord, si l’État, pendant le processus de réforme, jouait un rôle central, une partie du service lui échappe dans l’implantation de la politique. Deuxièmement, ce réseau « mou » peut atteindre des objectifs de service public au même titre que les réseaux « durs » traditionnels (eau, assainissement, etc.) dans le cadre. Troisièmement, que y compris dans un régime autoritaire, ce service public particulier, a stimulé la formation de gouvernements urbains dans une forme d’autonomie vis-à-vis de l’État.

Mots clefs : Réseau ; gouvernement urbain ; Égypte ; régimes autoritaires ; service public ; déchets.

Le bus 678 et la dignité des femmes du Caire

Ce film était encore visible dans une salle obscure hier à Lyon. Je le conseille à tous le monde et aux lecteurs de ce carnet en particulier qui y verront le Caire sous un jour glauque, à travers les yeux de femmes victimes de harcèlement sexuel, des beaux quartiers aux banlieues sordides. La ligne de bus éponyme est le symbole de cette violence faite aux femmes et le lieu de la vengeance de l’une d’elles. Le film dénonce la lâcheté de toute la société qui ne veut pas voir ces agressions répétées, du bas au haut de l’échelle sociale, et inversement. Mais il montre aussi que cette violence impunie et tue pervertit toutes les relations sociales, des femmes avec leurs maris ou fiancés, et réciproquement; avec les supérieurs; les parents; les policiers; les gamins dans la rue, etc. Continuer la lecture

Le développement du gaz naturel à Istanbul et au Caire

Dans le cadre des recherches que je mène sur la question énergétique en ville, j’ai proposé l’an passé à deux étudiants lyonnais de faire des mémoires de master sur ces thématiques, au sens large à Istanbul et en se focalisant sur le développement du gaz naturel au Caire. Il en est sorti deux excellents travaux (Arik 2011; Markoum 2011), désormais accessibles en ligne sur DUMAS. En attendant un article de synthèse en préparation avec eux, voici quelques remarques transversales sur cette thématique particulière. Continuer la lecture

Révoltes arabes : inscription dans les luttes sociales, enjeux de dénomination, lieux de contestation. Une sélection de textes

Manifestants incrédules d'occuper la place Tahrir aux premiers jours de la révolution égyptienne. (c) Jimmy Markoum

Dans le cadre du séminaire Villes, territoires, mondialisations, commun aux masters Systèmes territoriaux, Aide à la décision et développement durable et Ville et Société, que je coordonne avec Myriam Houssay-Holzschuch, l’une des séances portera sur « Villes, contestations et citoyenneté : lecture des révoltes arabes ». Contrairement aux autres séances, qui reposent totalement sur des textes académiques (la plupart volontairement en anglais), j’ai privilégié ici, faute de recul et de production scientifique suffisante, un ensemble de témoignages, tribunes et analyses publiés sur internet par des journalistes, des chercheurs ou des observateurs. Il s’agit d’une sélection, forcément arbitraire, issue de mon propre butinage pour utiliser ce joli terme québécois. Trois thématiques, inégalement représentées, sont proposées. Ce classement résulte pour partie de l’orientation disciplinaire et thématique privilégiée pour le séminaire, destinée à des jeunes géographes et urbanistes. Continuer la lecture

Regards sur la révolution égyptienne, une révolution des villes

Dans Echogéo, les géographes Delphine Pagès-ElKaroui et Leïla Vignal proposent un article qui fait pendant à celui de Abdelkarim Daoud sur la Tunisie dont j’ai déjà parlé, et qui analyse les racines géographiques de la révolution du 25 janvier. Elles soulignent notamment, au-delà de la chronologie politique, le poids de plusieurs révolutions silencieuses, notamment démographiques, éducatives et urbaines qui ont rendues insupportables les pratiques politiques du régime et les conditions de vie imposées à la population. Elles soulignent aussi que, contrairement à ce qu’on a observé en Tunisie, ce sont plutôt les villes du Delta et les populations insérées dans la mondialisation et qui en subissent les dures conséquences (ouvriers de l’industrie, etc.) qui ont été les moteurs de la mobilisation. L’article confirme sur ce point, tout en l’approfondissant, une hypothèse que j’avais émise dans mon papier sur les révolutions arabes dans Métropolitiques. Continuer la lecture

Pendant ce temps-là, au Caire… Une révolution égyptienne

(c) Jimmy Markoum

A voir prochainement à Lyon, une exposition de Jimmy Markoum, étudiant en géographie de l’ENS de Lyon, qui a vécu au Caire l’an passé et en a rapporté photos et vidéo (informations– cela se passera à l’ENS à partir du 11 octobre).

On pourra consulter un billet écrit sur le vif dans Médiapart et cet article à paraître dans Mondes, la revue du MAE, et consultable en attendant sur le site du CEDEJ (.doc) : Le nationalisme égyptien entre paternalisme et démocratie, écrit alors qu’il était aux premières loges.

Il a tout de même trouvé le temps (difficilement!) de rédiger un (très bon) mémoire de géographie sur les enjeux de la mise en place d’un réseau de gaz naturel dans la région du Grand Caire. On en reparlera.

Révolutions et révoltes arabes, des prémisses aux lendemains douloureux

L’actualité éditoriale sur les révoltes arabes est riche, notamment de contributions de chercheurs. Pourtant, porter un regard de chercheurs sur l’événement est risqué car celui-ci va, le plus souvent, trop vite pour être susceptible d’une observation objectivée en temps réel. Rares sont les collègues qui ont pu, comme Amin Allal – véritable polygraphe de la révolution tunisienne-, prendre le pouls de la révolution sur une barricade ou dans un comité de quartier (voir notamment son texte pour Politique Africaine, résumé ici). Et encore ne s’agit-il pas d’une garantie contre l’erreur de perspective, ce qui se passe ici ne ressemblant pas nécessairement à ce qui se passe là-bas.

Dans cette perspective du regard « à chaud », citons le dossier « Printemps arabes. Comprendre les révolutiosn en marche, sous la direction d’Agnès Deboulet et de Dimitri Nicolaïdis, dans la revue Mouvements (n°66, été 2011, sur Cairn) ainsi que le dossier « En Afrique du Nord, un soulèvement ne fait pas le printemps » sous la direction de Béatrice Hibou (Dossiers du CERI, en ligne) qui entend mettre en avant la dimension socio-économique des revendications par rapport aux débats de nature politique et institutionnelle. Ainsi donc que le dossier Tunisie de Politique africaine, cf. ci dessus.

Autre cas de figure : des publications très avancées ou bouclées avant les révoltes qui se voient « confirmées » ou qui doivent effectuer un petit rétablissement face à la nouvelle actualité. A cet égard, saluons le dossier hors série de Tiers Monde, sous la direction de Sarah Ben Nefissa et Blandine Destremeau, intitulé Protestations sociales, révolutions civiles. Transformations du politique dans la Méditerranée arabe. Ce collectif replace ces bouleversements politiques dans une généalogie de mobilisation : ils ne venaient pas de nulle part et une syntaxte de la politisation de ces revendications s’était construite et affirmée dans les dernières années; par ailleurs, le dossier propose plusieurs articles de réactions à chaud (voir ici, le sommaire et l’introduction).

Autres exemples de la difficulté que les bifurcations du temps court imposent à l’excercice de l’écriture des résultats de recherche, toujours plus ou moins en rupture avec l’actualité, ces deux travaux sur Le Caire et l’Egypte.

Dans Le Caire, réinventer la ville, un ouvrage de la collection Villes en mouvement d’Autrement, Pierre-Arnaud Barthel et Safaa Monqid interrogent, à la veille des événements de janvier-février 2011, une bonne vingtaine de « militants » du développement durable. Celui-ci apparaît alors comme un masque pour des revendications potentiellement fort différentes, entre « utopie réformatrice » au fond assez conservatrice politiquement parlant et « demande pour un changement total », ici fortement prémonitoire. Cette lecture décalée est suggestive et constitue un témoignage utile d’une parole qui se contorsionne face aux contraintes du politiquement correct. Reste que ces voix « bénévolentes » semblent loin de résumer la polyphonie des revendications post-changement de régime. Agnès Deboulet propose dans le numéro de Mouvements d’entendre la voix beaucoup plus radicale de Manal al-Tibi sur le droit au logement, dans une interview réalisée également en décembre 2010 (voir ici).

Citons également l’ouvrage de Vincent Battesti et François Ireton (coordonnateurs) L’Egypte au présent. Inventaire d’une société avant révolution, une mise à jour comparable par son ampleur à celle publié sur la Syrie il y a quelques années. On pourra lire ce livre comme un bilan de l’ère Moubarak.

Enfin, pour finir en beauté, renvoyons au remarquable « Repères » d’Hamit Bozarlsan sur La sociologie politique du Moyen-Orient. Publié en février 2011 et donc bouclé probablement avant le déclenchement de la révolution tunisienne, il propose une lecture en cycles courts (1979-1990; 1990-2001 et 2001-?) qui impliquait précisément le dénouement d’une période et l’entrée dans une autre. Relisant de manière critique quatre grands paradigmes d’interprétation (la modernité, l’islamité ou lislmaisme, les paradigmes emic de la ‘asabiya et de la dawa, ainsi que la question du tribalisme), l’auteur présente une suggestive typologie des Etats (être politique dont il montre que malgré l’instrumentalisation et l’absence de légitimité, la recherche ne peut en faire l’économie). Bozarslan en arrive ensuite à une remarquable analyse des formes de mobilisations politiques qui donne de véritables outils pour penser ce qui se déroule au Moyen-Orient depuis le début de l’année. Sa lecture de la spatialité des mobilisations (entre quartiers comme espace d’autonomie et de mobilisation et  lieux centraux du débordement et de l’accès à la visibilité), à propos de la révolution iranienne de 1979, se révèle extrêmement heuristique pour lire les mobilisations actuelles. L’auteur revient d’ailleurs dans le numéro précité de la revue Mouvements sur ce qui unit la Tunisie et l’Egypte dans leurs soulèvements (cf. ici sur Cairn).

Tahrir Square : histoire et analyse d’un espace reconquis par le public

Tahrir Square, early 1960s; in the background is the Nile Hotel, formerly the Nile Hilton, built under Nasser and designed by the U.S. firm Ellerbe Becket. vintage postcard courtesy of Mohamed Elshahed

Tahrir Square, undated photo; the fence appeared during the Mubarek years, part of the government's policy of discouraging public assembly. postcard courtesy of Mohamed Elshahed

Tahrir Square, Feb. 6, 2011. (C) Mohammed Elshahed

En complément du billet signalé avant-hier de Y. Elsheshtawy sur la place Tahrir au Caire, point crucial de la contestation politique en Egypte, et de mon analyse esquissée sur Métropolitiques sur les lieux urbains des révolutions arabes, il faut absolument lire la très intéressante  analyse que fait Mohammad Elshahed, un doctorant cairote à la New York University, de son organisation physique. Les trois photos qui retracent l’évolution de la place, en vue panoramique, sont très explicites. Elles montrent la présence initiale d’un jardin, puis sa clôture depuis les années 1970 dont la principale justification -en tout cas le principal effet- étant précisément d’empêcher les rassemblements, et enfin la place reconquise par la foule politisée que nous avons connue ces dernières semaines.

L’urbanisme des villes arabes sous le regard de Yasser Elsheshtawy

Yasser ElSheshtawy, professeur à l’Université des Emirats Arabes Unis, a publié à titre personnel ou collectif ces dernières années plusieurs livres marquants qui en font une figure montante des études urbaines dans le monde arabe. Pierre-Arnaud Barthel et moi en avons rendu compte dans Géocarrefour.

Il publie également une chronique des questions urbaines largement centrée sur les villes arabes – mais pas seulement – sur le site d’information basé à Dubai Alrroya.com.

Parmi les derniers sujets de ces chroniques, Beyrouth, Amman, Le Caire, Qatar et bien sûr Dubai, en quelque sorte son port d’attache. Dans ces textes, l’auteur distribue bons et mauvais points sur l’urbanisme officiel et quelques réalisations architecturales marquantes. Plus rarement, il questionne la manière dont cet urbanisme prend en compte les formes d’organisation informelles ou éphémères de ces sociétés urbaines.

On notera que curieusement, curieusement pour un universitaire originaire d’Egypte, il n’y a pas de prise de position ou d’analyse sur le soulèvement en cours dans ce pays. En revanche, on trouvera, daté du 15/2, un billet sur la place Tahrir et ses évolutions morphologico-fonctionnelles dans l’histoire. Y. Elsheshtawy souligne la permanence de son rôle politique de lieu de contestation.

J’en profite pour signaler la traduction en anglais de mon papier sur les révolutions dans les villes arabes, grâce à l’initiative de l’équipe de Métropolitiques que je remercie ici.