Archives par étiquette : Jordanie

Les paysages de l’électricité au Moyen-Orient

Pour rebondir sur le précédent billet et illustrer comment ces paysages de l’électricité pourrait devenir le sujet de nouvelles recherches, voici deux photos brièvement commentées.

L'immeuble de l'EDL à Beyrouth - cliché EV oct. 2005 DR

La première représente le siège de l’EDL, la compagnie Electricité du Liban, à Beyrouth. Il est situé dans le quartier de Gemmayzeh, un vieux quartier qui s’est développé durant la période ottomane et le Mandat français, avant de connaître un certain déclin jusqu’à la fin des années 1990. A cette date, il a connu un double mouvement de patrimonialisation, de gentrification alimentant autant qu’alimenté par sa transformation en disctrict récréatif. Devenu une sorte de symbole du Beyrouth d’antan, c’est là que sont tournés de nombreux films empreints de nostalgie sur le Beyrouth d’avant.

Ce haut immeuble, accolé à l’autoroute, dont la silhouette moderne domine le quartier et en est devenue un repère majeur au fil du temps, a été construit dans un tout autre contexte. La compagnie publique fut créée, en 1954, à la suite de l’interruption de la concession accordée à une compagnie privée pour l’électricité et les tramways, incapable de faire face à l’augmentation de la demande. Cette nationalisation de l’électricité est emblématique de cette période et on la retrouve dans pratiquement tout les pays voisins. Elle illustre la volonté des Etats de la région de lancer des politiques de développement. L’électricité était bien entendu au coeur de ce projet. L’arrivée en 1958 du général Chéhab à la présidence de la République donna au Liban un coup d’accélérateur à une telle visée. Et dans le cadre d’un vaste programme de réorganisation de l’administration, diverses initiatives furent pour construire des nouveaux locaux. L’architecte Pierre Neema joua un rôle important. Il fut le concepteur de la Cité gouvernementale de Bir Hassan et on lui confia également l’immeuble de l’EDL. L’architecture de ce dernier illustre, notamment par le traitement des pare-soleil inspiré des architectes brésiliens, l’essor d’une architecture moderne du Tiers-Monde et il n’est pas indifférent que cette architecture soit placée au service d’un secteur d’activité qui symbolisait l’entrée du Liban dans la modernité.

L'ancienne centrale électrique d'Amman réhabilitée par Rami Daher

L'ancienne centrale électrique d'Amman réhabilitée, vue du sud (2010)

Le deuxième cliché représente le première centrale électrique d’Amman, construite par la Jordan Electric Power Company dans les années 1940. L’usine depuis longtemps désaffectée, est située à proximité du nouvel hôtel de ville d’Amman, dans un vaste site réaménagé à la charnière de l’Amman moderne et de l’Amman populaire, au fond du Wadi Amman. La municipalité, sous l’impulsion de l’architecte Rami Daher (dont j’ai déjà parlé ici), a décidé de conserver ce vestige et a confié à ce dernier son réaménagement. Il pourra abriter un café, des expositions, etc. Le tout n’était pas finalisé lors de mon dernier passage. Pour R. Daher, conserver ce rare témoignage de l’activité industrielle d’Amman, de même que quelques salles de cinéma, participe d’une démarche de sauvegarde des traces de l’entrée dans la modernité de cette ville, traces aujourd’hui frappées d’obsolescence, déconsidérées au regard du développement tertiaire de la ville, évincées par la nouvelle architecture verticale et clinquante de Jordan Gate ou de Abdali, et menacées de disparition par le renouvellement urbain.

Au Moyen-Orient, ce sont souvent les paysages du pétrole qui viennent à l’esprit lorsqu’on évoque l’empreinte de l’énergie sur la société, que ce soit sur le plan économique et politique (comme le fait par exemple Timothy Mitchell dont j’ai parlé ici) ou, donc, sur le plan urbanistique et architectural (ici). Les paysages de l’électricité et ce qu’ils sous-tendent (notamment l’organisation des territoires) constituent toutefois également un légitime objet pour la recherche. Espérons que nous assisterons bientôt à des recherches sur ce sujet.

Forêts de fils électriques à Beyrouth - photo historique à Gemmayzeh, ce bâtiment ayant aujourd'hui disparu (cliché EV 2005)

PS / mise à jour : j’aurais bien sûr du citer aussi le très intéressant travail de Pauline Gabillet dans le récent numéro de Géocarrefour, sur les générateurs électriques au Liban. Elle montre de manière fine, dans le cas de Jbeil, comment la dimension esthétique liée au passage de câbles anarchiquement disposés dans la ville devient un enjeu politique local (couplé à la question du prix de l’énergie). Voir son article Le commerce des abonnements aux générateurs électriques au Liban dans Géocarrefour.

La réutilisation des eaux grises au Moyen-Orient

A signaler cet ouvrage sur le principe de la réutilisation des eaux grises (eaux usées à l’exclusion des eaux de toilettes) dans les pays du Moyen-Orient (comptes-rendus d’expériences en Jordanie, Palestine et Liban). Le livre prône leur utilisation dans les zones rurales et péri-urbaines, notamment pour les pays soumis à un stress hydrique, mais ne cache pas les nombreux problèmes d’acceptabilité sociale qui sont posés.

GREYWATER USE IN THE MIDDLE EAST
Technical, Social, Economic and Policy Issues

sous la direction de Stephen McIlwaine et Mark Redwood

Practical Action Publishing/CSBE/CRDI 2010
ISBN 978-1-85339-698-4
e-ISBN 978-1-55250-466-6
200 p.

Résumé

Dans les zones du Moyen-Orient où l’eau est rare, les eaux grises (les eaux ménagères à l’exclusion des eaux usées des toilettes) sont utilisées communément pour l’irrigation des potagers. Cette pratique permet au ménage de disposer d’un peu plus d’eau tout en améliorant la sécurité alimentaire.

Cet ouvrage réunit des communications présentées à l’occasion d’une conférence qui a eu lieu en Jordanie en 2007. Il se penche sur les techniques de traitement et d’utilisation des eaux grises à des fins d’irrigation, en s’attachant notamment aux risques pour la santé et pour l’environnement. Il aborde aussi un grand nombre des questions qui ne sont pas d’ordre techniques qui influent sur l’efficacité et la viabilité de l’utilisation des eaux grises. Il examine sans détour les questions économiques, et soutient qu’une plus grande clarté et cohérence de la part des responsables des politiques est essentielle pour que les collectivités à faible revenu et soumises à des stress hydriques utilisent leurs sources d’eau existantes de façon plus avisée et en toute sécurité. En conclusion, l’ouvrage offre des suggestions quant aux aspects auxquels il conviendra que les bailleurs de fonds et la recherche s’intéressent dans un avenir rapproché.

Greywater use in the Middle East mérite l’attention des chercheurs, des bailleurs de fonds, des organismes d’exécution et des responsables des politiques qui oeuvrent dans les domaines de l’approvisionnement en eau, de la réutilisation de l’eau, des moyens de subsistance et de l’agriculture.

Stephen McIlwaine dirige le Center for the Study of the Built Environment, en Jordanie.

Mark Redwood est chef du programme Pauvreté urbaine et environnement au Centre de recherches pour le développement international, au Canada.

Le livre est accessible en ligne gratuitement.

Retour sur les coupures électriques : Jordanie, Egypte, Liban

La crise électrique s’aggrave et les tensions sociales s’enveniment. Après les pays du Golfe au début de l’été, la Jordanie (MaJ 30/8/2010 : ici aussi) que je présentais comme relativement préservée dans mon dernier billet, ainsi que, en plein Ramadan,  l’Egypte et le Liban subissent de très importantes coupures.

Le cas égyptien

En Egypte, il semblerait que soit en cause une production insuffisante, peut être à cause des livraisons de gaz au voisin israélien. Cette explication, qui emplit des rumeurs, nourrit le ressentiment de la population face à l’Etat hébreu, officiellement en paix avec l’Egypte depuis 1977. D’une manière structurelle, comme dans les autres pays de la région, la hausse très sensible de la consommation, imputable à la croissance de la population et aux  nouveaux usages, doit également être mise en avant.

Au Liban, une épreuve de vérité pour le aounisme?

Au Liban, la crise actuelle était annoncée. Mais plus inattendues sont les violentes manifestations qui se sont produites en différents points du pays, banlieue sud, villes du Sud (Saïda, Nabatiyeh, Samsakiyeh), Nord (Tripoli, Akkar, Denniyeh), ainsi que plus étonnement Beyrouth. Alors que le rationnement s’amplifiait partout, Beyrouth subissait également des coupures plus importantes que d’habitude (jusqu’à huit heures certains jours selon la presse). Pour l’instant, elles n’ont pas mené aux dérapages du 27 janvier 2008, où des heurts de manifestants avec l’armée à Chiyah avaient fait plusieurs victimes.

Entrainant de nombreuses surenchères de la part des responsables des différents partis politiques, qui ont notamment attaqué le ministre de l’Energie Gebran Bassil, cette aggravation de la situation s’explique pour de nombreux observateurs par la tension entre le Hezbollah et le 14 mars autour du Tribunal international. Certains y voient même une stratégie délibérée pour provoquer la chute du gouvernement, ce que Nasrallah a réfuté. Mais à un autre niveau, elle révèle aussi, à mon sens, la fragilisation politique des ministres aounistes et leur prise en tenaille sociopolitique entre le 14 mars et leurs alliés chiites.

D’une question confessionnelle à la question sociale, et retour…

Depuis l’arrivée de Alain Tabourian au ministère de l’Energie puis de Gebran Bassil, il semblait qu’un diagnostic relativement partagé sur la crise de l’électricité et les voies d’une solution avait été atteint. Pour résumer, il me semble qu’on peut dire qu’entre 2000 et 2005, l’agenda était dominé par la question de la privatisation, poussée par les milieux d’affaires locaux, les pro-haririens et les bailleurs de fonds internationaux. En arrière plan, l’idée que l’EDL était une entreprise insauvable, complètement pourrie par le clientélisme, dominée par les pro-Lahoud et les proches d’Amal. L’autre point majeur du diagnostic était qu’un des points à améliorer immédiatement était la collecte et la répression du piratage, le non-paiement et le vol étant parmi les principaux responsables de la situation de l’entreprise et de ses pertes. Dans un contexte de grande opacité, ces pratiques délictueuses étaient imputées pour l’essentiel aux quartiers chiites, alors même que les rares informations circulant auraient du conduire à des appréciation beaucoup plus nuancées.

Avec l’arrivée au ministère de Fneish, membre du Hezbollah, puis avec l’intérim assuré par Safadi, plusieurs changements dans le diagnostic sont apparus. D’une part, la hausse du prix de l’énergie durant cette période a mis en évidence que la déficit d’EDL était surtout fonction de la non-indexation du tarif de l’électricité sur le cours du fuel. De ce constat dérive également que la dette de l’Etat a de plus en plus été vue comme une forme de subvention, dont le caractère très antiredistributif (favorable aux gros consommateurs beyrouhins)  a alors été de mieux en mieux perçu, posant la question d’une nouvelle échelle tarifaire. Ensuite, l’affrontement sur la question de la privatisation s’est calmé, d’une part parce qu’il est apparu qu’aucun investisseur ne pouvait être intéressé dans l’immédiat vue la situation du secteur, d’autre part parce que les « opposants » à la privatisation ont fait valoir qu’ils étaient prêts à examiner pragmatiquement des solutions impliquant ponctuellement et à terme la privatisation de certains éléments de la filière.

Le ministère Tabourian a recentré les débats sur les problèmes de capacité de production. Tout le monde a bien compris que le principal problème était d’augmenter la capacité de production. Il est aussi apparu que l’augmentation de la capacité de production par le privé risquait de se payer au prix fort et ne pouvait représenter l’unique solution. En revanche, sur les options techniques pour la production, les propositions de Tabourian ont été très contestées (centrale à charbon, refus des énergies renouvelables). Sur ce point, le plan Bassil propose une approche plus flexible et plus équilibrée. L’adoption à l’unanimité du plan Bassil fin juin semblait avoir montré que ce ministre aouniste avait su convaincre les autres membres du gouvernement de sa compétence technique tout en préservant les intérêts financiers à long terme de l’Etat par rapport à des options de privatisation intégrale dont les haririens ont une approche très dogmatique. On peut sans doute esquisser un parallèle avec les projets pour l’Internet et les négociations sur la question de la privatisation des télécoms gérés par Charbel Nahas.

Le aounisme au prisme confessionnel

On peut se demander si le nouvel épisode de la crise électrique et la réaction de Bassil ne révèlent pas, au delà de cette affirmation de compétences sur les dossiers de service public, les ambiguïtés du positionnement aouniste. Il y a quelques mois, comme j’en discutais dans ce billet, Bassil avait surpris en déclarant vouloir préserver les dossiers de l’eau et de l’électricité de toute « politisation », ie sans doute hors d’un traitement confessionnel. Pourtant, c’est lui qui la semaine dernière, de la manière la plus fracassante, a réintroduit le paramètre confessionnel dans le dossier électrique. Réagissant aux manifestations, il a déclaré selon l’Orient-Le Jour du 20/8/2010, « Dans certaines régions, les protestations contre les coupures du courant sont motivées par des considérations politiques. Seuls les chrétiens ne bronchent pas parce que personne ne les manipule. […]  Il n’est pas permis qu’une région dans laquelle les branchements illicites se multiplient proteste contre les coupures. […] Il est apparu que les régions chrétiennes s’acquittent davantage que d’autres de leurs factures, mais c’est la vérité. Il est apparu que dans ces mêmes régions, les branchements illicites sont moindres qu’ailleurs, mais c’est aussi la réalité. Mais cela ne veut pas dire bien sûr que dans d’autres zones, on ne paie pas ».

Je n’ai pas connaissance des données précises du paiement et du non-paiement par région ces dernières années. Dans les informations datant de 2000-2004 que j’avais utilisé dans mes travaux précédents, la zone de la banlieue-sud était loin d’être la plus mal placée du point de vue du paiement des factures. Certaines régions chrétiennes (Zghorta-Ehden et Marjayoun) étaient très mauvaises payeuses. Du reste, après avoir rencontré une délégation du Hezbollah venue lui demander des comptes, Bassil l’a reconnu, puisque le taux de paiement atteint 93,8% dans la région de la banlieue sud (OJ du 24/8; DS). Le vol de courant est beaucoup plus délicat à appréhender faute de données géographiques fines (il n’y a pas de compteurs à l’entrée de tous les sous-districts géographiques, donc le vol est difficile à localiser précisément). Il est clair que les branchements pirates sont importants dans les camps palestiniens et certaines zones informelles de la banlieue sud. Toutefois, mes interlocuteurs à EDL faisaient aussi observer que, parmi les « piqueurs » , se trouvaient alors aussi de grandes entreprises industrielles situées en zone chrétienne de sorte que, du point de vue du total du courant volé, le déséquilibre confessionnel n’était pas si flagrant. Les choses ont-elles changées? La publication de données précises éclaircirait la question… En tout cas, les réactions des membres du Hezbollah, de Nabi Berry et de Karameh, notamment, ont été très vigoureuses contre la « faute » de Bassil.

La reconfessionnalisation publique de la question électrique par Bassil ne constitue-t-elle pas une sorte de retour aux fondamentaux socio-politiques du mouvement aouniste, aux croyances politiques de sa base chrétienne? N’est-il pas l’expression du ressentiment d’une base chrétienne appartenant majoritairement à la classe moyenne, payant les « quatre factures électriques » évoquées par Jamil Mroueh (celle de l’EDL, celle de l’abonnement au générateur, l’endettement public pour couvrir les avances à l’EDL et le fait d’avoir encore de l’obscurité en plus de tout cela…) et qui s’offusque de la politisation possible de ces manifestations dans le contexte tendu des polémiques sur l’inculpation éventuelle de membres du Hezbollah par le Tribunal pénal international – politisation ressentie comme une trahison? Cette confessionalisation de la question électrique, au déni de sa dimension sociale, n’illustre-t-elle pas le décalage entre le projet aouniste d’alliance avec le Hezbollah et le ressenti de sa base, d’appartenir à un bloc de classes moyennes chrétiennes qui partage peu avec leurs homologues chiites de l’électorat Hezbollah? Je risque cette hypothèse sans doute bien maladroite, mais on manque vraiment beaucoup sur la base aouniste, sa sociologie et ses réactions face à la politique du CPL. D’où cette proposition, à discuter…

L’alimentation électrique en pointillés au Moyen-Orient

Le Liban dans la pénurie électrique

Un générateur dans une rue de Beyrouth (secteur Monot - EV 2006)

Un article du Daily Star souligne que si le Liban enregistre cette année une affluence touristique record, cela a aussi pour conséquence d’aggraver les coupures de l’alimentation électrique dont le pays est familier depuis les années de la guerre civile. Les ménages et les entreprises subissent des désagréments et des coûts très importants, notamment liés à la nécessité d’être abonnés à des générateurs électriques qui constituent un réseau parallèle. De grandes inégalités sociales et territoriales aggravent cette facture: si 58% des Libanais ont une alimentation de substitution, les autres n’en ont pas. Ce n’est pas trop grave à Beyrouth où les coupures ne durent que 3 heures par jour, mais beaucoup ailleurs : 12 heures à Saïda par exemple.

Un problème d’ampleur régional

La situation du Liban est particulièrement par son ampleur, et n’a d’équivalent qu’en Irak (voir par exemple ici et ). J’en avais parlé dans cet article.
Mais les autres pays de la région subissent également ce problème, ce qui montre que la guerre civile est loin d’être la cause unique de ce phénomène. La période estivale, avec ses pics de chaleur et une demande accrue liée à la climatisation, est particulièrement concernée. Ainsi au mois de juin, une grave crise électrique s’est produit à Koweit-City (voir ici et ). Les Emirats Arabes Unis sont également coutumiers de ce type d’épisode (par exemple à Sharjah en août dernier) .
Deux causes structurelles sont à invoquer : d’abord, une croissance très forte de la consommation électrique (de l’ordre de 10% par an), due à la croissance démographique et à l’adoption de nouvelles pratiques fortement consommatrices (climatisation, et plus généralement électro-manager, informatique). Ensuite, cette croissance très rapide impliquent de lourds investissements dans de nouvelles unités de production ainsi que dans le réseau de transmission. Tout retard se paie très cher. C’est ce qui se passe au Liban mais aussi au Koweit. La Jordanie est moins exposée à ce type de problème même si, selon mes interlocuteurs à Amman et Irbid durant mon récent séjour, une hausse des coupures a été constatée. Ici ce n’est pas tant le défaut de production qui est en cause qu’une insuffisance des capacités de transmission.

Difficile transition vers les énergies renouvelables

Pour les pays non-producteurs de pétrole, cette augmentation de la consommation a un coût très lourd sur la facture énergétique. D’où la mise à l’agenda des politiques énergétiques de la production d’énergies renouvelables et la promotion des économies d’énergie. Le plan présenté par le ministre de l’Energie du Liban Gébran Bassil fait ainsi pour la première fois une place importante aux énergies renouvelables qui devraient représenter 12% de la consommation en 2014… c’est à dire demain matin. Le Liban est certes le seul pays de la région qui peut améliorer sa production hydro-électrique, très négligée. Mais on parle aussi d’éolien. A vrai dire, les ambitions libanaises laissent quelque peu sceptique. D’abord au regard du blocage politique du pays. Le plan de Bassil a certes bénéficié d’un vote unanime en conseil des ministres mais il y a fort à parier que la réalisation concrète se heurtera à mille difficultés concernant la transformation juridique de l’Electricité du Liban que le syndicat des employés conteste déjà ouvertement. D’autre part, l’adoption d’un cadre juridique pour les PPP destinés à la construction de nouvelles centrales thermiques ou aux énergies renouvelables, et les appels d’offre feront certainement émerger de nombreux problèmes.

L’exemple jordanien: de grandes ambitions mais de nombreux retards et difficultés

Eoliennes à Hofah, près d'Irbid (2010 - EV)

Eoliennes ancien modèle à Ibrahimmyah, entre Irbid et Ajloun (2010 - EV)

Eolienne alimentant une station de pompage (entre Qatranah et Maan)

L’exemple jordanien illustre justement les difficultés de ce passage à la phase pratique. Plusieurs tentatives ont été faites depuis une vingtaine d’années, notamment pour le développement de l’éolien et pour le chauffage solaire thermique. Ainsi, dans les collines qui surplombent Irbid au nord du pays, deux petites stations ont été construites à Ibrahimyyah et de Hofah, qui fournissent 5 MW au réseau. Sur la route de Maan on observe aussi des éoliennes destinés à l’alimentation hors réseau de certains équipements, comme des stations de pompage. Mais on assiste pas vraiment à un décollage. Dans les années 1990, des incitations au développement du solaire thermique ont également permis en effort d’équipement. En 2000, le taux d’équipement des ménages atteignait 14% mais il ne cesse de baisser depuis. En fait, les coûts de construction et de production restaient encore trop importants au regard du coût de revient de l’électricité thermique, qui bénéficiait d’importations de pétrole très subventionnées irakiennes puis saoudiennes jusqu’en 2005.

Certes, les autorités jordaniennes cherchent aujourd’hui à donner un véritable élan à ces énergies, comme le montre la stratégie royale de 2005, réajustée en 2007. Elle prévoit d’atteindre une proportion de 7,5% pour les renouvelables en 2015. Toutefois, peu de progrès ont été enregistrés depuis malgré les effets d’annonce.En effet, un appel d’offres lancé en 2008 pour le site de Kamsha au nord d’Amman n’a pas encore débouché sur un accord. Un nombre réduit de candidats, dans le contexte de la crise financière, a limité le choix des autorités jordaniennes et le prix proposé par l’investisseur grec pour l’électricité d’origine renouvelable reste nettement plus élevé que ce qu’elles espéraient.

De même, de très grands projets ont été annoncés pour des centrales solaires à Maan. Deux projets de centrales à concentration solaire de chacun 100 MW, un autre pour une centrale à panneaux photovoltaïque de 100 MW. Mais comme pour l’énergie d’origine éolienne, les prix de sortie restent dans toutes les hypothèses de financement, très élevés (plus de 0,20 US $ par KWh). Selon l’un de mes interlocuteurs, c’est la conséquence de l’appel à des entreprises privées, qui exigent dans cette région du monde des retours sur investissement de l’ordre de 20%, soit une rentrée dans leur investissement en 4 ans (pour des concessions de 25 à 40 ans…). Comme il le disait, « the private sector is too greedy ».

De surcroit, malgré le vote, en janvier, d’une loi fixant le cadre pour des concessions électriques au secteur privé, de nombreux points restent en suspens, dont un accord sur le feed-in (le rachat de l’énergie produite sur le réseau) et la mise en place d’un fonds d’incitation pour les renouvelables et l’efficacité énergétique, dont le financement reste à assurer. Pour l’instant, les seuls projets véritablement engagés sont deux unités expérimentales, une centrale éolienne à Fujeij et une centrale à concentration à Maan, pour 5 MW, financées par l’UE.

Les retards et les difficultés de l’expérience jordanienne, pourtant présentée au Liban comme un modèle pour ses privatisations électriques réussies et les relativement bonnes performances du secteur, font douter du plan Bassil de rétablissement de l’électricité 24 h sur 24 au Liban en 2014…

La centrale de Qatranah en construction (juillet 2010 - EV)

Heureusement pour la Jordanie, d’autres projets avancent plus vite. La centrale thermique (au gaz) de Qatranah sera par exemple mise en fonctionnement cette année. A plus long terme, les schistes bitumineux offriraient aussi de bonnes perspectives d’exploitation pour l’électricité (14% de la production en 2020). Enfin, les officiels jordaniens fondent les plus grands espoirs sur la construction d’une centrale nucléaire à Aqaba, et les quelques nuages à l’horizon de cette importante réalisation ne semblent troubler personne.

Une maquette de la ville d’Amman

The Amman Model. Vue à partir du nord-ouest avec les deux repères que sont la Jordan Gate en cours de construction sur la droite et le quartier d'Abdali sur la gauche (il n'est pas aussi avancé en réalité).

J’ai rendu visite lundi dernier au Amman Institute. Ce think tank a pour slogan, en toute modestie, « Independent, Global Thninking, Adapted Locally ». Il se présente comme une sorte d’agence d’urbanisme au service de la municipalité du Grand Amman, et d’autres administrations jordaniennes et même dorénavant, dans d’autres pays. C’est une expérience très intéressante et originale de construction d’une expertise locale, dans le prolongement du travail du bureau d’étude canadien Planning Alliance. On trouvera sur leur site une étude que leur a consacré le Middle East Research Center de Columbia University. A défaut de démontrer un grand recul sur sur l’objet étudié, on y trouvera néanmoins une analyse riche de l’histoire, des objectifs et des méthodes urbanistiques originales de cette institution.
Entre autres produits de communication, le Amman Institute a agi pour aménager, dans un espace donnant sur l’esplanade de la municipalité (un jardin agréable par ailleurs hélas envahi de voitures), une exposition permanente sur la capitale jordanienne, composée d’une grande et magnifique maquette d’environ 5x5m, qui fait admirablement voir le relief de la ville et la morphologie urbaine, notamment les différences de densités entre les camps palestiniens et les zones plutôt classes moyennes, ou encore les secteurs qui se hérissent de tours. J’adore les maquettes de ville!
L’exposition comporte aussi une série de panneaux, dus à l’incontournable Rami Daher, sur l’histoire d’Amman, ses habitants illustres et moins illustres, sur les pratiques sociales, et sur les projets actuels. Le tout constitue un musée urbain comparable dans son esprit à ce qu’on trouve au Pavillon de l’arsenal. Contrairement à Beyrouth où seul le secteur sous la juridiction de Solidere est exposé au regard. L’ouverture officielle n’a pas encore eu lieu mais on peut déjà accéder en parlementant avec le gardien… A voir absolument si vous passez par Amman.

Un désert plein de fils électriques

Des pylônes, des pylônes sur la route de Maan (EV - 12-07-2010)

Tant et si bien que je n’ai pratiquement pas vu un seul dromadaire! C’était sur la route de Maan, au sud de la Jordanie, où je cherchais des signes d’existence des grands projets de centrales électriques solaires annoncées récemment. J’y ai surtout trouvé un maire anxieux de la réalité de ce projet et furieux de n’être nullement associé à la définition du projet…

Pour aller plus loin, voir une première analyse de ce projet solaire de Maan dans ce texte.

Les réformes du secteur électrique en Jordanie et au Liban : vers de nouvelles régulations ?

Voici ma communication pour le séminaire de travail du programme de recherche TANMIA. Le « développement » : fabrique de l’action publique dans le monde arabe ? 4ème rencontre du programme de recherche financé par l’Agence nationale de la recherche, qui se tient à Genève le 19 mars (voir ce billet).

Les réformes du secteur électrique en Jordanie et au Liban : vers de nouvelles régulations ?

Résumé:

Les réformes du secteur électrique en Jordanie et au Liban s’inspirent d’une logique libérale. Les bailleurs attendent de leurs mises en œuvre des mutations significatives de l’action publique, une performance améliorée et une amélioration des finances. Dans cet article, nous soulignons les enjeux et sociaux de ces réformes, avant d’étudier successivement les réformes en Jordanie puis au Liban. En Jordanie, une profonde réforme institutionnelle a abouti, à l’issue de laquelle des firmes privées sous contrôle étranger (majoritairement émirien) occupent un rôle central. Mais nous montrons que le régime hachémite maintient un contrôle étroit sur le secteur. Au Liban, les blocages politiques entrave les projets de réforme, très proches dans leur inspiration du modèle jordanien. Dans les deux cas, les rapports sociaux structurants du secteur électrique apparaissent néanmoins largement inchangés.

Texte à télécharger ici. Les commentaires sont bienvenus!

Recomposition de l’action publique et développement urbain durable au sud de la Méditerranée

Séminaire IUL/EVS – Présentation d’Eric Verdeil, le 5 mars 2010

Résumé (basé sur le Power Point ci dessous et complété grâce aux notes prises par C. Féré : Merci ;-))

Pour écouter la présentationLa thématique du développement durable (DD) commence à être très utilisée mais sa traduction concrète est néanmoins difficile à saisir dans les pays du Sud de la Méditerranée. Thème imposée par les bailleurs de fonds à travers les conditionnalités de l’aide, thème également saisi par certains acteurs, il apparaît comme un nouveau référentiel potentiel de l’action publique, avec de nouveaux objectifs d’action, de nouveaux instruments et mécanismes (comme le marché des droits carbone). Pour autant, la nouvelle transversalité de l’action publique qu’il est censé impulser reste difficile à constater. De plus quels sont ses effets à l’échelle urbaine, lorsqu’on parle donc de développement urbain durable (DUD) ?

Un premier bilan des travaux sur le DUD

Une série de nouveaux travaux de recherche aborde cette question, comme le récent colloque organisé par Pierre-Arnaud Barthel et Lamia Zaki à Hammamet. Durant ces séances ont été notamment été analysé différentes expériences liées à la thématique du DUD, tels que des réalisations d’écoquartiers, de nouveaux modes de planification urbaine ou l’impact du DUD sur les politiques urbaines dans les quartiers informels. Les premiers résultats montre le rôle moteurs des acteurs privés, notamment dans des réalisations pilotes dans certains grands projets d’aménagement, à travers les thèmes du greening (végétalisation) mais aussi l’introduction de nouvelles technologies de protection de l’environnement (recyclage des eaux usées)à ou d’efficacité énergétique.

D’autre part, on observe que l’injonction du DUD résulte de la conjonction de directives des autorités étatiques appuyées par les bailleurs de fonds, à travers des projets exemplaires voire des changements législatifs.

Enfin on doit constater le caractère épi-phénoménal de la plupart de ces réalisations.

Au total, la configuration dans lequel se mettent en place des quelques initiatives apparaît comme le schéma inverse de ce qu’on observe en Europe à travers les travaux de Cyria Emelianoff, où le rôle des mobilisations collectives locales et des initiatives des pionniers locaux jouent un rôle d’impulsion qui est donnée par les acteurs centraux et extérieurs.

Questions de recherches

Ces premiers résultats me conduisent à formuler quelques questions de recherche. Je met en question, en particulier, le U du DUD. Dans quelle mesure l’urbain constitue t il une bonne échelle d’observation? Les politiques urbaines classiques (aménagement et urbanisme, écoquartiers, planification, projet urbain) sont-ils des objets pertinents d’investigation pour saisir la manière dont la thématique du D(U)D modifie l’action publique? D’autres thématiques et politiques peuvent être étudiées avec profit, comme la gestion des services urbains. De même, l’échelle urbaine est-elle, dans l’état actuel, une échelle pertinente d’observation du D(U)D. Il me semble que la question de la territorialisation du D(U)D est un enjeu de la recherche, et il serait peut être imprudent de la poser comme résolu à priori. A quel niveau le DD est-il négocié et éventuellement stabilisé ? Quels acteurs, ancrés dans quels échelons, participent-ils à cette négociation?

Réformes des services urbains en réseau et DUD

A partir de là, je propose une sorte de relecture de mes travaux récents sur les services urbains et les questions énergétiques pour aborder le DUD.

Services urbains au Liban et DUD

La recherche menée en commun avec Franck Scherrer et Cécile Féré sur la territorialisation de la gestion de l’eau et de l’électricité au Liban (Flux n°75 2009) offre plusieurs entrées sur la problématique du DUD. Non seulement en considérant que cette territorialisation est un enjeu central de ces réformes, mais aussi par ce qu’elle nous a montré sur le développement de nouvelles organisations qui questionnent la mise en place du DUD, les services « décentralisés » au sens donné à ce terme dans le n° de Flux sur le développement urbain durable. Le premier exemple, détaillé par C. Féré dans son mémoire de Master, concerne les SPANC (Service public d’assainissement non collectif), initiative proposée par la coopération décentralisée du Grand Lyon pour les communes rurales non reliés au réseau d’assainissement centralisé (voir un résumé ici). Cette proposition a été largement rejetée. Le deuxième exemple concerne les générateurs d’électricité. Ces mini-réseaux qu’on peut classer comme POPS (petits opérateurs privés de service) sont l’expression des initiatives populaires pour pallier les défaillances du service public standard mais pose de nombreux problèmes environnementaux et sociaux. Les municipalités libanaises s’efforcent, en ordre dispersé, de s’attaquer à cette question (voir les travaux à ce sujet de Pauline Gabillet).

Ces deux exemples, qu’il faudrait creuser, montrent comment des thématiques relevant du DUD deviennent des enjeux de politiques publiques, où s’articulent questions environnementales, questions sociales, rapports complexes entre l’Etat, opérateurs sectoriels en réforme et acteurs locaux officiels (municipalités) ou non.

La gestion publique de l’eau potable en Tunisie et la question du hors-réseau

Dans un pays marqué par l’aridité, la collecte des eaux de pluie apparaît comme un enjeu en termes de DUD (article avec Ali Bennasr). Pourtant, la Tunisie qui a développé une gestion publique de l’EP assez remarquable en comparaison de situations similaires, ne semble guère s’en préoccuper. Le réseau comme idéal technique mais aussi comme puissant instrument de régulation sociale et politique, rend inaudible la question du hors-réseau.

La transition énergétique et le DUD

Ce nouveau volet de mes recherches offre d’autres angles d’approches du DUD. A travers les exemples libanais et jordanien (ici), j’ai souligné que la rationalité de la transition énergétique (diversification vers le gaz naturel, secondairement les renouvelables et à terme pour la Jordanie, le nucléaire) repose dans ces pays principalement sur des logiques géopolitiques et budgétaires, et guère environnementale.

En termes de territorialisation, deux tendances se dégagent (cas de la Jordanie):

  • les instances municipales sont marginalisées ou contournées par rapport aux opérateurs sectoriels et/ou centraux.
  • On observe l’avènement d’une gouvernance territoriale néolibérale, combinant délégation vers des acteurs privés de l’aménagement lié à la mise en oeuvre du D(U)D et contrôle par le centre.

Le passage au gaz naturel me semble offrir un lieu très instructif d’examen des conséquences socio-spatiales de la transition énergétique. L’introduction du gaz de ville, occasion de vendre des droits carbone, représente en même temps un profond bouleversement des conditions d’accès à l’énergie pour les ménages et les entreprises, et occasionnent des jeux d’acteurs complexes, qu’illustre fort bien un très intéressant exemple égyptien, à lire ici

Conclusion: pistes de recherche

En conclusion, voici quelques pistes pour interroger le DUD au sud de la Méditerranée.

  • En termes d’entrée vers cette question, il paraît utile de combiner l’analyse d’objets clairement « urbains » (écoquartiers, etc.) et celle d’objets au statut moins attendu comme les services en réseau.
  • Dans tous les cas, l’enjeu de la territorialisation de l’action publique est central pour aborder la mise en oeuvre du D(U)D. Comment les transformations d’ordre technique (par exemple décentralisation dans la production électrique, ou l’eau) s’articulent-elles avec les rescalings qui caractérisent la gestion de ces services et d’autre part, la gouvernance locale?
  • Une troisième entrée concerne les effets de redistribution sociale et territoriale par les services urbains. Qui sont socialement et spatialement les gagnants de la mise en œuvre de ces nouveaux dispositifs respectueux de l’environnement.
  • Un dernier point a trait a l’articulation entre les rationalités techniques et professionnelles et les nouvelles technologies et cultures techniques qui poussent vers le D(U)D?

Libéralisation, nouvelle gouvernance locale et développement urbain durable : stratégies jordaniennes face à la dépendance énergétique

Ferme d'éoliennes de Hofa, Jordanie (photo CEGCO)

Ferme d'éoliennes de Hofa, Jordanie (photo CEGCO)

Voici le résumé de la communication que j’aurais du présenter lors du colloque Les villes durables au Maghreb et en Méditerranée : enjeux opérationnels et scientifiques les 29 et 30 janvier dernier.

Le propos de cette communication est d’analyser le redéploiement de la politique énergétique jordanienne dans le contexte de l’affirmation d’une priorité en faveur du développement durable. L’orientation de notre questionnement consiste à étudier la mise en œuvre de ces réformes à partir d’une grille de lecture des mutations de l’action publique en termes de nouvelles relations entre acteurs (désengagement de l’Etat, partenariat public-privé, injonctions internationales) et de nouvelles territorialisations, en particulier en observant la place faite par les concepteurs de ces réformes à l’échelon local. Inversement, il s’agit de voir comment les acteurs urbains, dans un contexte de décentralisation plus nominale qu’effective, perçoivent les enjeux énergétiques et s’en saisissent. A cet égard, nous cherchons à inscrire notre propos dans une discussion sur la territorialisation des politiques énergétiques et notamment, sur le rôle des villes et acteurs des politiques urbaines dans la conception des politiques énergétiques.

L’exemple jordanien est instructif et paradoxal. Comme de nombreux pays qu’on peut classer comme émergents, la Jordanie connaît actuellement une croissance très rapide de sa consommation énergétique et en particulier de l’électricité, en raison du mouvement d’urbanisation et de la diffusion de nouveaux usages fortement consommateurs. D’autre part, cette croissance est perçue par le gouvernement comme une source de fragilité politique dans la mesure où le pays est totalement dépendant des importations d’hydrocarbures pour satisfaire cette demande. Enfin, l’accès à l’électricité, largement subventionné, fait partie intégrante du contrat social jordanien, ce qui a sur le long terme, lourdement pesé sur l’équilibre des finances publiques. Or, pour rompre sa dépendance, le gouvernement jordanien entend mettre fin aux subventions, privatiser le secteur et développer de nouvelles sources de production valorisant des énergies renouvelables (solaire, éolien, à plus long terme nucléaire).

Ces orientations très volontaristes se traduisent par une redéfinition du rôle des acteurs étatiques. D’un côté, l’opérateur historique intégré du secteur est restructuré et une partie de ces actifs privatisée. De l’autre, les agences étatiques conservent un rôle central dans la définition de la politique énergétique notamment en ce qui concerne la stratégie, les énergies renouvelables et le nucléaire. Mais la mise en place de cette nouvelle stratégie ne va pas sans heurt entre l’impératif du développement durable et les réactions des consommateurs qui en subissent le coût accru. D’autre part, une lecture attentive à l’échelon local souligne également que les réformes en cours s’inscrivent à rebours du mouvement revendiqué de décentralisation. Les entreprises gestionnaires de la distribution, fortement inscrites dans leur territoire et liées à des municipalités, subissent des changements de stratégie qui remettent en cause leurs ancrages locaux.

En définitive, notre communication souligne les enjeux sociaux des politiques énergétiques (notamment liée à la pauvreté urbaine) et le caractère spécifique – et en tout cas à rebours des évolutions constatées en Europe occidentale et aux USA – de leur territorialisation. Le tournant local des politiques énergétiques ne semble pas se produire en Jordanie.

Le texte de la communication est téléchargeable ici. Les commentaires sont bienvenus pour améliorer cette première version qui devrait être publiée dans des actes prochainement.

Bilan quadriennal : quatre points forts

Comme beaucoup de chercheurs CNRS actuellement, je prépare mon bilan quadriennal (2007-2010). Je pense mettre en avant quatre points forts dont je livre ici une première esquisse.

Publication de Atlas du Liban.  Territoires et société (2007)

Atlas du Liban. Territoires et société, Presses de l'IFPO, Beyrouth, 2007

Atlas du Liban. Territoires et société, Presses de l'IFPO, Beyrouth, 2007

Cet ouvrage est le résultat du travail mené avec Ghaleb Faour du CNRS Liban et de Sébastien Velut, alors ENS-IRD, avec la collaboration de différents collègues dont principalement Walid Bakhos. Cette publication constitue l’achèvement d’un programme de longue durée, lancé en 1999 par Ghaleb Faour et Eric Huybrechts. Il a profondément bénéficié, de 2002 à 2004, de la collaboration avec l’IAURIF mais cette collaboration nous a obligé, en fait, à profondément transformé le projet de publication puisque l’IAURIF a établi et publié en 2005, dans le cadre du projet d’aménagement du territoire libanais, un premier atlas du Liban dont il nous a fallu nous démarquer. Cela a été fait notamment en introduisant des dimensions absentes de ce premier opus: géopolitique régionale et interne du Liban, approfondissement des mutations environnementales du Liban, introduction de la dimension confessionnelle. De surcroît, la guerre de juillet-aout 2006 nous a obligé à réaliser, dans l’urgence, un dernier chapitre de mise à jour réalisant un premier bilan compte des dommages subi par le Liban à cette occasion. Cet atlas constitue une introduction de niveau académique au Liban contemporain, tout en relevant le double défi de proposer une cartographie innovante, allant de l’échelle des villages à celle du monde, et de recourir à des sources statistiques variées, dont les apports sont soulignés sans sacrifier leur nécessaire critique.

L’ouvrage paru à l’automne 2007 a bénéficié d’un intérêt notable au Liban aussi bien qu’en France. 11 comptes-rendus lui ont été consacrés, dont 7 dans des revues spécialisées. J’ai eu l’occasion de le présenter lors de plusieurs conférences publiques et rencontres avec le public aussi bien en France qu’au Liban, en Syrie et en Jordanie. Compte tenu des difficultés de vente en France d’un ouvrage publié au Liban, les ventes semblent avoir été très satisfaisantes aux dires de l’IFPO. La diffusion scientifique est rendue plus facile grâce à une édition électronique en ligne gratuite (ou payante pour accéder à la version PDF) dans les collections de l’IFPO en ligne.

A paraître : Beyrouth et ses urbanistes: une ville en plans

Elevation d'un projet de rénovation pour le quartier de Ghalghoul, P. el-Khoury et A. Salam, archs. (cliché E.Verdeil, 1999, coll. part.)

Elevation d'un projet de rénovation pour le quartier de Ghalghoul, P. el-Khoury et A. Salam, archs. (cliché E.Verdeil, 1999, coll. part.)

Réticent à accepter de toucher à la cohérence de ma thèse, j’ai longtemps hésité à la remanier en un livre de format acceptable par un éditeur. Les pressions amicales de collègues et surtout la guerre de 2006 au Liban m’ont conduit à changer d’avis. En effet, une nouvelle reconstruction touche Beyrouth. Mes analyses de la situation dans les années 1990 se transforment en faits historiques, qui prennent avec la nouvelle reconstruction une signification autre qui mériterait d’être analysée. En revanche, l’histoire des politiques urbaines au Liban de l’Indépendance à la guerre civile s’évanouit de la mémoire des acteurs de l’urbanisme libanais tandis que ses témoins directs disparaissent petit à petit (par ex. Joseph Naggear), alors qu’elle continue à mon sens de déterminer de manière souterraine l’aménagement de la ville. J’ai donc décidé de remanier les éléments relatifs à cette période dans un ouvrage. Après que des éditeurs commerciaux ont hésité à l’accepter avant de le considérer comme trop spécialisé, j’ai estimé que les Presses de l’IFPO constituaient, comme pour l’Atlas, un éditeur totalement légitime bien que « non-commercial ». Cet éditeur permet en effet de toucher directement et efficacement le public libanais, tandis que sa politique d’édition électronique assurera une bonne diffusion internationale du livre (le tout, bien sûr, sans droits d’auteur).

Elargissement thématique et géographique de mes recherches: services urbains, électricité, Jordanie, Tunisie

Réparation sur un cable électrique à Amman (E.Verdeil, 2008)

Réparation sur un cable électrique à Amman (E.Verdeil, 2008)

En lien avec les thèmes de recherche développés dans le laboratoire Environnement Ville Société et en particulier avec l’axe Action/territorialisation, je me suis attaché à un nouvel objet, les politiques de réforme de l’électricité dans les pays du Moyen-Orient, en explorant notamment les enjeux liés à leur territorialisation. Cela m’a conduit à explorer la question électrique dans une double perspective: en tant que service urbain en réseau d’une part, et dans la perspective des enjeux de la transition énergétique dans les pays émergents et en développement d’autre part. L’approche de ce nouveau thème a été pour moi l’occasion, en participant à diverses actions de recherche, d’élargir mes terrains d’investigation. En plus du Liban que j’ai analysé sous cet angle, j’ai effectué plusieurs séjours en Jordanie pour commencer à creuser cette question. D’autre part, une coopération de recherche réalisée avec Ali Bennasr de l’Université de Sfax sur la thématique des services urbains en réseau, avec une première application à la question de l’eau potable, va évoluer vers une recherche sur les politiques d’efficacité énergétique et les villes en Tunisie. En prime, j’ai fait aussi un petit détour par l’Allemagne. Des recherches de financement sont en cours pour développer ces travaux, dont quatre publications apportent les premiers résultats.

Bennasr Ali et Verdeil Éric, 2009, « Gestion publique de l’eau potable, développement urbain durable et Majel-s (citernes d’eau pour l’eau de pluie) à Sfax en Tunisie », Flux, vol. , n° 76-77, p. 38-50. En ligne.

Verdeil Eric, 2009, « Electricité et territoires : un regard sur la crise libanaise », Revue Tiers Monde, vol. 198, p. 421-436. En ligne.

Verdeil Eric, 2008, « Géopolitiques de l’électricité au Machrek », Maghreb Machrek, 195, pp.106-128. En ligne.

Verdeil Eric, Féré Cécile et Scherrer Franck, 2009, « De la rétroaction entre différenciation territoriale et modèle universel des services urbains en réseau : les enseignements du cas libanais », Flux, vol. 75. En ligne.


bloc-geocarrefourImplication dans l’édition électronique en SHS

L’édition des SHS constitue le dernier point fort de mes activités de ces quatre dernières années. Depuis 2005, je participe au comité de rédaction de Géocarrefour et depuis 2007, j’en suis l’un des co-directeurs avec Christian Montès et Anne Honegger. Dans ces fonctions, outre le suivi des numéros, ma principale contribution a été le pilotage de la rétro-numérisation de la revue sur Persée (80 ans d’archives, depuis le Bulletin de géographie rhodanienne à Géocarrefour, en passant par la Revue de géographie de Lyon), puis la mise en ligne sur Revues.org et la diffusion payante de la revue sur Cairn. La revue reste fidèle au papier mais propose désormais des inédits, principalement des comptes rendus d’ouvrages qui sont publiés sur papier ultérieurement. Cette plongée dans l’édition électronique m’a conduit à suivre de plus près les débats liés à ce grand tournant que connaissent les SHS, y compris la polémique sur l’évaluation des revues par l’AERES (et ) et celle, distincte mais liée, sur les publiants. Dans cette perspective, j’ai participé à l’Université d’été de l’édition électronique organisée par le CLEO. L’ouverture de mon carnet de recherche Rumor s’inscrit en droite ligne de cette évolution, de même que mon investissement dans des enseignements sur cette thématique dans l’année universitaire 2009-2010. Dans le même esprit de saisir les bénéfices de cette mutation technologique et intellectuelle, j’ai modifié mes méthodes de travail et surtout de collecte d’information, notamment en utilisant le logiciel Zotero pour mes compilations de presse et ma documentation internet et la gestion de mes références bibliographiques.