Archives par étiquette : gaz naturel

Les enjeux du développement et de la gestion du gaz naturel dans les villes tunisiennes : cas de l’agglomération de Sfax

Hugo Bolzon a soutenu en septembre, sous ma direction, son mémoire de Master 1 en Urbanisme de l’Université Lumière Lyon 2, sous le titre Les enjeux du développement et de la gestion du gaz naturel dans les villes tunisiennes : cas de l’agglomération de Sfax. Il s’agit d’un excellent mémoire qui est désormais accessible en ligne sur le serveur DUMAS, à l’instar de ceux de Elvan Arik sur Istanbul et de Jimmy Markoum sur Le Caire, sur la même thématique, dont j’avais synthétisé ici quelques enseignements.

Résumé du mémoire de Hugo Bolzon

Ce mémoire vient questionner l’accès à l’énergie en Tunisie par le cas du développement du réseau de gaz naturel dans l’agglomération sfaxienne. À la croisée de thématiques comme les services urbains en réseau ou encore la ville durable dans les pays arabes, l’enjeu est ici d’analyser les logiques d’accès à l’énergie dans une perspective de rétroaction entre le local et le national. La problématique de l’efficience énergétique dans les villes tunisiennes doit être appréhendée dans toute sa globalité, afin de déterminer clairement quelles sont les causes des difficultés rencontrées. La diminution des ressources énergétiques par rapport à la demande croissante et la saisie du concept de développement durable sont à l’origine d’une nouvelle orientation de la politique énergétique tunisienne, dont les villes sont le support privilégié. L’application de ces mesures se révèle parfois bien éloignée des effets d’annonce, notamment en ce qui concerne le paramètre de durabilité, nouveau fourre-tout constamment invoqué par les décideurs politiques. En conséquence, les modalités d’accès à l’énergie s’en trouvent modifiées, et constituent un nouveau lieu de discrimination sociale ; peut-on pour autant parler de fragmentation urbaine ?

Référence bibliographique complète :

Bolzon H., 2012, Les enjeux du développement et de la gestion du gaz naturel dans les villes tunisiennes : cas de l’agglomération de Sfax, Lyon, Lumière Lyon 2/Institut d’urbanisme, 129 p. < http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00745821 >

Remarques sur La guerre de l’énergie – Israël-Palestine

A propos de : Amsellem David, 2011, La guerre de l’énergie : la face cachée du conflit israélo-palestinien, (Géographies, ISSN 2256-6694). Paris, Vendémiaire, 183 p.

Recension à paraître dans Géocarrefour.

Le conflit israélo-palestinien est généralement abordé par les géographes à partir de deux entrées, la terre et l’eau. L’analyse des rapports de force politico-économiques éclaire alors sur l’appropriation des ressources et les inégalités dans leur utilisation. C’est toute l’originalité de cet ouvrage issu d’une première recherche universitaire que de proposer une nouvelle clé de lecture du conflit. Jusqu’à très récemment, avec la découverte de gisements gaziers en mer, cette région du Proche-Orient était complètement dépendante de l’extérieur pour son approvisionnement en hydrocarbures. Or, la constitution d’une économie israélienne sophistiquée et l’urbanisation croissante rendent l’accès à l’énergie, sous sa forme primaire ou secondaire, indispensable. Inversement, cette question est d’emblée géopolitique car les circuits d’approvisionnement sont liés à l’organisation des territoires et font l’objet de conflits. Continuer la lecture

Pendant ce temps-là, au Caire… Une révolution égyptienne

(c) Jimmy Markoum

A voir prochainement à Lyon, une exposition de Jimmy Markoum, étudiant en géographie de l’ENS de Lyon, qui a vécu au Caire l’an passé et en a rapporté photos et vidéo (informations– cela se passera à l’ENS à partir du 11 octobre).

On pourra consulter un billet écrit sur le vif dans Médiapart et cet article à paraître dans Mondes, la revue du MAE, et consultable en attendant sur le site du CEDEJ (.doc) : Le nationalisme égyptien entre paternalisme et démocratie, écrit alors qu’il était aux premières loges.

Il a tout de même trouvé le temps (difficilement!) de rédiger un (très bon) mémoire de géographie sur les enjeux de la mise en place d’un réseau de gaz naturel dans la région du Grand Caire. On en reparlera.

Le gaz naturel, nouvelle pomme de discorde à la frontière libano-israélienne

On parle depuis quelques années des perspectives d’exploitation d’hydrocarbures au large de la côte libanaise. Certains Libanais y voient la promesse de la résolution de leurs problèmes d’accès à l’énergie. D’autres soulignent plutôt les risques économiques que recèle une telle orientation: corruption et « rentiérisation » de l’économie.

Le champ gazier du Levant, selon le US Geological Survey.

Mais depuis un gros mois, en marge des ambitieux plans de résolution de la crise électrique que le ministre Gebran Bassil a fait approuver par le gouvernement, le démarquage unilatéral par Israël de sa zone économique maritime avec le Liban soulève les protestations à Beyrouth (article du Financial Times cité par Zawya Daily). Il est vrai que côté libanais, les autorités semblent prises de vitesse et qu’aucune disposition légale n’a encore été prise pour organiser la recherche pétrolière ni délimiter la zone de souveraineté au large des eaux territoriales (voir ici).

Carte des champs israéliens ouverts à l'exploration gazière par la compagnie Noble Energy (source : Noble Energy)

Ce nouveau problème frontalier vient s’ajouter à celui de la frontière syro-libanaise (et notamment le problème de Shebaa) (voir ici et une note de Matthieu Cimino dans Syria Comment), objet de nombreuses dissensions entre la majorité et l’opposition.

MAJ: en suivant un lien signalé par NOW Lebanon, il me semble utile de compléter ce billet avec cette carte issue d’un document de la compagnie américaine Noble Energy, qui a obtenu la licence pour l’exploration du gisement côté israélien. On voit que la limite du champ d’exploration s’étend vers le nord assez au delà de la frontière entre les deux pays.