Archives par étiquette : gaz

Energies urbaines : le gaz de ville à Istanbul, Le Caire et Sfax

J’avais signalé sur ce carnet les travaux de master de mes étudiants Elvan Arik, Jimmy Markoum et Hugo Bolzon, sur les enjeux du développement de réseaux de gaz dans les villes d’Istanbul, du Caire et de Sfax, ainsi que sur les conflits qui en résultent. Un article synthétique reprenant ces résultats a été récemment publié dans la revue Energy Policy. Il est accessible via Hal. Il s’agit d’un dossier thématique reprenant les principales conclusions d’une vaste et ambitieuse recherche collective pilotée par Jonathan Rutherford et Sylvy Jaglin, sous les noms de TERMOS et GOUVENUS (respectivement ANR Suds et projet soutenu par l’Université Paris-Est). Un autre volet de cette recherche avait été publié dans FLux en 2013 sous le titre Villes et énergies en pays émergents.

Verdeil, Éric, Elvan Arik, Hugo Bolzon, et Jimmy Markoum. 2015. « Governing the transition to natural gas in Mediteranean Metropolis: The case of Cairo, Istanbul and Sfax (Tunisia) ». Energy Policy, 78 (3), pp.235-245.

Voici le résumé:

Recent scholarship on urban energy governance has focused on low carbon energy strategies seen as a response to climate change and energy pressure threats. But such approaches tend to overlook the situations of cities from the Global South and emerging countries concerned with strong energy demand growth. The development of urban natural gas networks is an understudied response to such a challenge. Focusing on three cities, Istanbul, Cairo and Sfax (Tunisia), the article analyses the factors and the governance of these energy transitions. It uses a geographical approach to such processes that highlight the mutual influence of the territory in its material and political dimensions and of the policy goals and tools in the implementation. The development of urban gas networks rests upon the proximity of gas deposits. It is determined by metropolitan strategies for economic development as well as by programs aiming to cut energy subsidies. Though urban gas networks have a strong potential for restructuring the physical and social landscapes in cities, the dominant commercial approach taken by energy utilities and morphological constraints in the urban fabric limit their universalization. Natural gas is part of a mix of energies at the urban level and often competes with other energy forms, specifically renewables (like solar water heaters). Lastly, the development of urban natural gas networks sparks heated politics in relation to unfulfilled energy demand and affordability.

Les problématiques énergétiques de la Jordanie

A lire sur le site Les clés du Moyen Orient cet entretien réalisé par le journaliste Olivier de Trogoff, en marge du colloque Le Moyen Orient à l’heure du Golfe. On lira aussi avec intérêt l’entretien avec Bernard Cornut, autre participant au colloque, sur un sujet proche.

Q°: Quelles sont les ressources énergétiques de la Jordanie aujourd’hui ?

La Jordanie est énergiquement dépendante à 97% de l’extérieur. Face aux difficultés d’importation, le pays cherche aujourd’hui à diversifier ses sources d’approvisionnement, mais aussi à repenser la consommation énergétique nationale.

La situation a beaucoup évolué. Jusqu’en 2003, la Jordanie bénéficiait d’importations d’hydrocarbures à prix réduit de la part de l’Irak. Le pétrole irakien passait par la Jordanie et en contrepartie, l’Irak accordait au pays des prix très faibles. Cet accord a pris fin avec l’invasion américaine en Irak.

La politique énergétique jordanienne a dû alors évoluer. Les importations de pétrole se sont diversifiées : en plus de l’Irak, elles viennent d’Arabie saoudite et d’autres fournisseurs. De plus, elles sont désormais payées à un prix beaucoup plus élevé. Les Jordaniens se sont mis à importer du gaz naturel d’Egypte afin d’assurer leur production d’électricité, via un gazoduc à travers le désert du Sinaï pour alimenter la Jordanie en gaz naturel. Cette nouvelle source d’énergie va cependant se révéler insuffisante. En effet, à partir de 2007, les Egyptiens réduisent leurs exportations de gaz. Depuis 2011, le tube a subi de multiples attaques dans le désert du Sinaï, car il alimente aussi l’Etat d’Israël.

Depuis, la Jordanie doit trouver de nouvelles sources d’alimentation en énergie. De nouveaux oléoducs sont en discussion, en provenance d’Irak notamment. Un terminal de liquéfaction de gaz est actuellement en construction à Aqaba, afin d’accueillir du gaz qatarie. Parallèlement, les découvertes de gaz se sont multipliées en Méditerranée. Israël cherche donc de nouveaux clients en vue de futures exportations, et se tourne donc naturellement vers son voisin jordanien. La compagnie des phosphates jordanienne et le gouvernement jordanien sont donc en train de conclure des accords énergétiques avec Israël. L’émotion est forte en Jordanie, mais la mobilisation limitée. Le gouvernement justifie son rapprochement avec Israël en insistant sur la diminution des coûts de l’énergie qui pourrait résulter de l’opération.

Lire la suite