Archives par étiquette : électricité

De l’impuissance des citoyens libanais face aux crises des services publics – compléments et rebondissements

powerless-orient-xxiJ’ai le plaisir de signaler la parution de mon article De l’impuissance des citoyens libanais face au « système », à travers l’analyse critique du documentaire de Cynthia Choucair « Powerless », sur le site d’information Orient XXI (repris sur Jadaliyya Cities). En voici le « pitch ».

Le délabrement des services publics, du ramassage des ordures aux coupures d’électricité, a suscité de nombreuses mobilisations au Liban. Le documentaire Powerless de Cynthia Choucair en rend compte de manière intéressante, mais, par son apolitisme, le propos perd de sa force.

J’y renvoie directement les lecteurs intéressés, sans le reproduire ici. Toutefois, je tiens à signaler, en complément de cette analyse, un autre petit film de Cynthia Choucair, avec l’aide du très incisif journaliste d’Al Akhbar Mohamed Zbeed, tourné au moment des manifestations de l’été 2015 au moment de la crise des ordures. Elle y interroge des citoyens manifestants sous la forme de quizz humouristiques, en vue de leur faire deviner les intérêts financiers des hommes politiques libanais, et la collusion entre intérêts publics et privés. Beaucoup tombent des nues… et d’une manière générale se montrent très peu au courant, si j’ose dire, des actions publiques ou privées, et même de l’identité des hommes qui les gouvernent (et qui les lient dans l’obscurité, pour paraphraser le Seigneur des anneaux). C’est poser la question de la dépolitisation implicite de la question de la crise électrique, que je discute dans ses choix scénaristiques pour ce scénario, sous un autre angle.

Questions that puzzled the Lebanesehttps://www.facebook.com/road2films/videos/971089022934597/

Pour conclure, signalons le dernier rebondissement de la crise des déchets, à savoir le fait que l’amoncellement des déchets non triés et non traités dans la décharge de Costa Brava à proximité immédiate de la piste maritime de l’aéroport de  Beyrouth attire de nombreux oiseaux qui font craindre un remake de l’accident de l’avion newyorkais contraint d’amerrir sur l’Hudson. Après avoir installé des avertisseurs sonores imitant des cris de rapaces, il semblerait selon Habib Battah (The Beirut Report) que le gouvernement ait décidé un abatage massif des oiseaux.

Les crises infrastructurelles à Beyrouth au prisme de l’écologie politique urbaine

La reprise du remblayage de la mer par les décharges à Borj Hammoud (ici ou à Costa Brava). Image Mohammad Azakir/The Daily Star. Repris sur Beirut Syndrome: http://www.beirutsyndrome.com/articles/burj-hammoud-stinks/

La reprise du remblayage de la mer par les décharges à Borj Hammoud (ici ou à Costa Brava). Image Mohammad Azakir/The Daily Star. Repris sur Beirut Syndrome: http://www.beirutsyndrome.com/articles/burj-hammoud-stinks/

Je présenterai mes recherches en cours sur les coupures d’électricité et la crise des déchets à Beyrouth. Ce sera le 14 décembre à 17h dans le cadre du séminaire Cities are back in town de l’école urbaine de Sciences Po, qui est ma nouvelle affectation professionnelle depuis le 1er septembre dernier. L’accès est libre mais il faut obligatoirement s’inscrire.

Cette présentation est basée sur un suivi depuis une dizaine d’années de la crise libanaise de l’électricité, et une observation à distance de la récente crise des déchets dans la région de Beyrouth. A partir de ces deux cas, je propose un cadre d’analyse des crises infrastructurelles urbaines, prenant en considération les interrelations entre la reconfiguration socio-technique des circuits d’infrastructure et la recomposition des pouvoirs à l’échelle des villes dans des contextes marqués par l’érosion et la mise en cause de la domination étatique et par le très fort dynamisme de la production urbaine.

Pour avoir un avant gout de ce que je vais présenter, on peut se reporter à mes publications les plus récentes, notamment ce chapitre en anglais. Par ailleurs, avec un point de vue théorique très différent (dans le cadre des travaux de la chaire ville dirigée par Dominique Lorrain sur le gouvernement des villes méditerranéennes), j’ai exploré la question des services urbains et de leur crise dans un papier préliminaire. Un chapitre d’ouvrage plus fouillé et détaillé est en préparation.

Les problématiques énergétiques de la Jordanie

A lire sur le site Les clés du Moyen Orient cet entretien réalisé par le journaliste Olivier de Trogoff, en marge du colloque Le Moyen Orient à l’heure du Golfe. On lira aussi avec intérêt l’entretien avec Bernard Cornut, autre participant au colloque, sur un sujet proche.

Q°: Quelles sont les ressources énergétiques de la Jordanie aujourd’hui ?

La Jordanie est énergiquement dépendante à 97% de l’extérieur. Face aux difficultés d’importation, le pays cherche aujourd’hui à diversifier ses sources d’approvisionnement, mais aussi à repenser la consommation énergétique nationale.

La situation a beaucoup évolué. Jusqu’en 2003, la Jordanie bénéficiait d’importations d’hydrocarbures à prix réduit de la part de l’Irak. Le pétrole irakien passait par la Jordanie et en contrepartie, l’Irak accordait au pays des prix très faibles. Cet accord a pris fin avec l’invasion américaine en Irak.

La politique énergétique jordanienne a dû alors évoluer. Les importations de pétrole se sont diversifiées : en plus de l’Irak, elles viennent d’Arabie saoudite et d’autres fournisseurs. De plus, elles sont désormais payées à un prix beaucoup plus élevé. Les Jordaniens se sont mis à importer du gaz naturel d’Egypte afin d’assurer leur production d’électricité, via un gazoduc à travers le désert du Sinaï pour alimenter la Jordanie en gaz naturel. Cette nouvelle source d’énergie va cependant se révéler insuffisante. En effet, à partir de 2007, les Egyptiens réduisent leurs exportations de gaz. Depuis 2011, le tube a subi de multiples attaques dans le désert du Sinaï, car il alimente aussi l’Etat d’Israël.

Depuis, la Jordanie doit trouver de nouvelles sources d’alimentation en énergie. De nouveaux oléoducs sont en discussion, en provenance d’Irak notamment. Un terminal de liquéfaction de gaz est actuellement en construction à Aqaba, afin d’accueillir du gaz qatarie. Parallèlement, les découvertes de gaz se sont multipliées en Méditerranée. Israël cherche donc de nouveaux clients en vue de futures exportations, et se tourne donc naturellement vers son voisin jordanien. La compagnie des phosphates jordanienne et le gouvernement jordanien sont donc en train de conclure des accords énergétiques avec Israël. L’émotion est forte en Jordanie, mais la mobilisation limitée. Le gouvernement justifie son rapprochement avec Israël en insistant sur la diminution des coûts de l’énergie qui pourrait résulter de l’opération.

Lire la suite

Les mots de l’image – exposition à l’ENS de Lyon

(c) Bernard Plossu

(c) Bernard Plossu

Profitez des derniers jours de l’exposition Les mots de l’image à l’ENS (jusqu’au 21 mars). A un choix de photographies de Bernard Plossu où figurent lettres et/ou mots, répond une série de petits textes du sociologue Jean-Louis Fabiani.

Au delà de la poésie propre qui fait la force des tirages de Plossu, ce qui a attiré ici mon intérêt est la pertinence ciselée des textes de Fabiani, et leur résonance avec mes thèmes de recherche sur la place et l’imaginaire des réseaux techniques dans la ville. Un grand nombre de ces images sont prises dans le flux, et en l’interrompant, donne à voir les infrastructures bien souvent invisibilisées qui régissent notre quotidien.

En réponse à l’image mise en exergue dans l’affiche de l’exposition, Fabiani souligne ainsi la tension entre la grisaille de ce paysage autoroutier et les connotation du mot SUD : « Le mot Sud qualifie plutôt le nouvel espace des styles de vue d’une classe de loisirs venue du « Nord » qu’une communauté de culture ou de climat. Le Sud désigne ici l’effacement progressif des frontières entre le dedant et le dehors de la maison, l’écoute attentive des manifestations du corps, la sociabilité ludique et festive. Tout ça, évidemment, n’est pas tombé du camion ».

En contrepoint d’une photographie toute en lignes de fuite, au centre de laquelle se détache l’inscription « CENTRO LOGISTICO », Fabiani écrit : « L’organisation du monde contemporain dépend entièrement de capacités logistiques: les flux doivent rester tendus et les connexions ne peuvent pas être interrompues. Dans le cas contraire, la crise survient et le désordre gagne. Plossu n’est pas un photographe de la technologie. Il lui arrive pourtant de la saisir lorsqu’elle s’impose à son regard d’observateur urbain. La ville qu’il décrit est faite de réseaux: rails des tramways, perches des trolleybus, remarques des camions et câbles de l’électricité son omniprésents. Ils structurent l’espace. »

Citons encore ce dialogue de Plossu et du sociologue : soit l’image d’un immeuble de grande hauteur, dans la périphérie de Marseille, au toit duquel s’accroche l’inscription en lettres géantes et lumineuses CONFORAMA, le tout vu d’une autoroute (encore) : « L’usage de l’électricité a profondément transformé les conditions de la vie urbaine. Ce qu’on appelle façade électrique des villes a été puissamment associé à la modernité et à sa vie trépidante : the City of lights (Paris) ou the City that never sleeps (New York) illustrent la part croissante prise par la lumière électrique dans la configuration, matérielle et symbolique, de la cité. C’est particulièrement vrai des enseignes et des publicités dont la forme s’est complètement transformée dès qu’elles ont été éclairées par la lumière artificielle. Les lettres ont eu depuis le débat une importance aussi grande que les images. La nouvelle façade des villes est d’abord une surface textuelle. »

Exposition à la galerie La Librairie, ENS de Lyon, site Descartes, jusquau 21 mars 2014.

Le catalogue de l’exposition est en vente à la galerie Le réverbère de Lyon:Plossu B., Fabiani J.-L., 2014, Les mots de l’image, (Les carnets). Crisnée (Belgique)/Lyon, Yellow Now/ENS de Lyon, 128 p.

Dans cette galerie, on peut voir jusqu’au 12 avril une autre exposition de Bernard Plossu : De l’Atlantique à la Méditerranée, du Portugal à la Grèce (le site web propose un magnifique choix de ses photographies illustrant son regard sur les paysages de la modernité).

 

Eté électrique

Mes longues vacances m’ont fait décrocher de l’actualité électrique de mes terrains favoris, Liban, Jordanie et Tunisie. Il faut dire que le sujet est moins « hot » si j’ose dire que les combats meurtriers à Tripoli, les réfugiés syriens qui arrivent toujours plus nombreux en Jordanie, ce qui entraîne de lourdes tensions, ou les menées salafistes contre le moindre cm² de peau nue en Tunisie ou le moindre manifestation culturelle un tant soi peu critique (sans même parler de la mise en coupe réglée des médias audiovisuels pratiquant la dérision à l’égard du régime nahdaoui).

Avec Gebran Basil, pas d’électricité et pas de lavage! (repris de la page LebanOFF sur Facebook)

Pourtant, l’atmosphère est électrique! Continuer la lecture

Remarques sur La guerre de l’énergie – Israël-Palestine

A propos de : Amsellem David, 2011, La guerre de l’énergie : la face cachée du conflit israélo-palestinien, (Géographies, ISSN 2256-6694). Paris, Vendémiaire, 183 p.

Recension à paraître dans Géocarrefour.

Le conflit israélo-palestinien est généralement abordé par les géographes à partir de deux entrées, la terre et l’eau. L’analyse des rapports de force politico-économiques éclaire alors sur l’appropriation des ressources et les inégalités dans leur utilisation. C’est toute l’originalité de cet ouvrage issu d’une première recherche universitaire que de proposer une nouvelle clé de lecture du conflit. Jusqu’à très récemment, avec la découverte de gisements gaziers en mer, cette région du Proche-Orient était complètement dépendante de l’extérieur pour son approvisionnement en hydrocarbures. Or, la constitution d’une économie israélienne sophistiquée et l’urbanisation croissante rendent l’accès à l’énergie, sous sa forme primaire ou secondaire, indispensable. Inversement, cette question est d’emblée géopolitique car les circuits d’approvisionnement sont liés à l’organisation des territoires et font l’objet de conflits. Continuer la lecture

Electric capitalism. La corporatisation de l’électricité en débat

David McDonald, responsable du Municipal Services Project, dans lequel s’inscrit notre recherche sur la Société tunisienne d’électricité et de gaz (STEG), présente dans cette vidéo quelques éléments du débat concernant la corporatisation des entreprises de fourniture d’électricité, notamment dans les pays émergents et pauvres.

Continuer la lecture

Nucléaire jordanien : nouveau site en vue

Carte du réseau électrique en Jordanie. En jaune, l'ancien et le nouveau site prévu pour la centrale nucléaire.

Le Jordan Times annonce ce matin une modification soudaine du projet de construction d’une centrale nucléaire en Jordanie (« JAEC changes nuclear reactor site« ). Le site initialement prévu était situé près d’Aqaba, non loin de la mer. Mais ce site présentait plusieurs problèmes : proximité de puissants voisins, rareté des espaces libres, concentration urbaine, enjeu de la désalinisation de l’eau de mer, risque potentiel des rejets d’eau de refroidissement (donc très chaude) sur la faune d’un site très touristique, et surtout localisation sur un site à fort risque sismique. Un autre inconvénient de cette localisation est son caractère périphérique qui impliquerait de construire une ligne à très haute tension de 400 km, représentant un surcout important et occasionnant des pertes en ligne.
Le nouveau site choisi est surprenant : situé au nord-est d’Amman, tout près de Zarqa, dans une zone désertique, il pose la question de la disponibilité en eau. Le représentant de l’Autorité jordanienne pour l’énergie nucléaire indique que la centrale utilisera les eaux retraitées d’une station d’épuration des eaux de Zarqa qui doit être agrandie. Le volume disponible à terme serait suffisant pour 3 tranches de 1000 MW. Le représentant de la JAEC évoque le modèle de la centrale de Palo Verde, en Arizona, et le recours à des experts américains.
On peut donc peut être aussi faire une lecture géostratégique de ce changement brutal, et pas seulement technique ou géopolitique. Alors que la France apparaissait bien placée et en tout cas faisait beaucoup d’efforts pour que la consortium AREVA-Mitsubishi obtienne ce contrat, le nouveau site signifie-t-il une réorientation vers la technologie américaine? On se rappelle qu’il y a quelques mois, des rumeurs évoquaient les réticences US à l’égard du projet jordanien (« No problems facing Jordan-US nuclear talks – Sharif « ). A priori, il n’y a pas d’entreprises US en lice, mais est-ce que l’appel d’offre peut continuer alors que le projet se présente sous un jour complètement différent? En tout cas, les concurrents doivent réviser leurs projets, dit l’article. Les choses vont s’éclaircir d’ici quelques mois sans doute.
Par ailleurs, deux autres articles de la même édition du Jordan Times évoque les bons résultats des prospection en vue de l’extraction d’uranium dans le pays et un séminaire de présentation des projets nucléaires du pays (« Jordan’s potential uranium reserves growing » et « Kingdom’s peaceful nuclear power programme showcased « ). La question nucléaire est très importante pour le pays.

Pour lire les autres articles proches, cliquer ici.

Les paysages de l’électricité au Moyen-Orient

Pour rebondir sur le précédent billet et illustrer comment ces paysages de l’électricité pourrait devenir le sujet de nouvelles recherches, voici deux photos brièvement commentées.

L'immeuble de l'EDL à Beyrouth - cliché EV oct. 2005 DR

La première représente le siège de l’EDL, la compagnie Electricité du Liban, à Beyrouth. Il est situé dans le quartier de Gemmayzeh, un vieux quartier qui s’est développé durant la période ottomane et le Mandat français, avant de connaître un certain déclin jusqu’à la fin des années 1990. A cette date, il a connu un double mouvement de patrimonialisation, de gentrification alimentant autant qu’alimenté par sa transformation en disctrict récréatif. Devenu une sorte de symbole du Beyrouth d’antan, c’est là que sont tournés de nombreux films empreints de nostalgie sur le Beyrouth d’avant.

Ce haut immeuble, accolé à l’autoroute, dont la silhouette moderne domine le quartier et en est devenue un repère majeur au fil du temps, a été construit dans un tout autre contexte. La compagnie publique fut créée, en 1954, à la suite de l’interruption de la concession accordée à une compagnie privée pour l’électricité et les tramways, incapable de faire face à l’augmentation de la demande. Cette nationalisation de l’électricité est emblématique de cette période et on la retrouve dans pratiquement tout les pays voisins. Elle illustre la volonté des Etats de la région de lancer des politiques de développement. L’électricité était bien entendu au coeur de ce projet. L’arrivée en 1958 du général Chéhab à la présidence de la République donna au Liban un coup d’accélérateur à une telle visée. Et dans le cadre d’un vaste programme de réorganisation de l’administration, diverses initiatives furent pour construire des nouveaux locaux. L’architecte Pierre Neema joua un rôle important. Il fut le concepteur de la Cité gouvernementale de Bir Hassan et on lui confia également l’immeuble de l’EDL. L’architecture de ce dernier illustre, notamment par le traitement des pare-soleil inspiré des architectes brésiliens, l’essor d’une architecture moderne du Tiers-Monde et il n’est pas indifférent que cette architecture soit placée au service d’un secteur d’activité qui symbolisait l’entrée du Liban dans la modernité.

L'ancienne centrale électrique d'Amman réhabilitée par Rami Daher

L'ancienne centrale électrique d'Amman réhabilitée, vue du sud (2010)

Le deuxième cliché représente le première centrale électrique d’Amman, construite par la Jordan Electric Power Company dans les années 1940. L’usine depuis longtemps désaffectée, est située à proximité du nouvel hôtel de ville d’Amman, dans un vaste site réaménagé à la charnière de l’Amman moderne et de l’Amman populaire, au fond du Wadi Amman. La municipalité, sous l’impulsion de l’architecte Rami Daher (dont j’ai déjà parlé ici), a décidé de conserver ce vestige et a confié à ce dernier son réaménagement. Il pourra abriter un café, des expositions, etc. Le tout n’était pas finalisé lors de mon dernier passage. Pour R. Daher, conserver ce rare témoignage de l’activité industrielle d’Amman, de même que quelques salles de cinéma, participe d’une démarche de sauvegarde des traces de l’entrée dans la modernité de cette ville, traces aujourd’hui frappées d’obsolescence, déconsidérées au regard du développement tertiaire de la ville, évincées par la nouvelle architecture verticale et clinquante de Jordan Gate ou de Abdali, et menacées de disparition par le renouvellement urbain.

Au Moyen-Orient, ce sont souvent les paysages du pétrole qui viennent à l’esprit lorsqu’on évoque l’empreinte de l’énergie sur la société, que ce soit sur le plan économique et politique (comme le fait par exemple Timothy Mitchell dont j’ai parlé ici) ou, donc, sur le plan urbanistique et architectural (ici). Les paysages de l’électricité et ce qu’ils sous-tendent (notamment l’organisation des territoires) constituent toutefois également un légitime objet pour la recherche. Espérons que nous assisterons bientôt à des recherches sur ce sujet.

Forêts de fils électriques à Beyrouth - photo historique à Gemmayzeh, ce bâtiment ayant aujourd'hui disparu (cliché EV 2005)

PS / mise à jour : j’aurais bien sûr du citer aussi le très intéressant travail de Pauline Gabillet dans le récent numéro de Géocarrefour, sur les générateurs électriques au Liban. Elle montre de manière fine, dans le cas de Jbeil, comment la dimension esthétique liée au passage de câbles anarchiquement disposés dans la ville devient un enjeu politique local (couplé à la question du prix de l’énergie). Voir son article Le commerce des abonnements aux générateurs électriques au Liban dans Géocarrefour.

Un désert plein de fils électriques

Des pylônes, des pylônes sur la route de Maan (EV - 12-07-2010)

Tant et si bien que je n’ai pratiquement pas vu un seul dromadaire! C’était sur la route de Maan, au sud de la Jordanie, où je cherchais des signes d’existence des grands projets de centrales électriques solaires annoncées récemment. J’y ai surtout trouvé un maire anxieux de la réalité de ce projet et furieux de n’être nullement associé à la définition du projet…

Pour aller plus loin, voir une première analyse de ce projet solaire de Maan dans ce texte.