Archives par étiquette : Egypte

Révolutions en Tunisie et en Egypte : regards de géographes et d’urbanistes

Après les réactions nombreuses des politologues, plus ou moins inspirés, ainsi que celles d’historiens, comme Henry Laurens dans le Nouvel obs (pas trouvé de lien) (ce dernier, comme toujours, insiste d’abord sur les enjeux démographiques), sur les bouleversements en cours dans le monde arabe, voici plusieurs contributions géographiques ou du moins territoriales.

La révolution tunisienne cartographiée

La diffusion de la révolution tunisienne depuis Sidi Bouzid. Source : GIS Collège International des Sciences du Territoire. Carte réalisée par Giraud T.

Le Collège international des sciences du territoire, consortium de diverses équipes de géographes parisiennes, publie un intéressant dossier interprétant la révolution tunisienne au regard des déséquilibres territoriaux. Une série de planches sur les caractéristiques démographiques (poids de la jeunesse) et socio-économiques aboutit à la mise en évidence de trois Tunisie. La plus marginalisée est la Tunisie rurale de l’intérieur, délaissée par le pouvoir et par les dynamiques économiques récentes qui se sont surtout été perceptibles dans la région littorale, plus urbaine, plus touristique. C’est elle qui a été le point de départ de la révolution. Tout en soulignant ces facteurs d’explication de l’événement, et en l’illustrant de la jolie carte ici présentée de la diffusion de la révolte,  les auteurs de cette page, Claude Grasland et mon collègue de l’université de Sfax Ali Bennasr, soulignent aussi la part d’inattendu et d’imprévisible de cette enchainement de faits:

On aurait pu parier sur Tunis, capitale politique macrocéphale. Ou bien sur Sfax, la grande cité commerçante et intellectuelle du Sud. On aurait également pu parier sur le bastion ouvrier et syndical de Gafsa, ou la vieille taupe de l’histoire avait commencé à gratter le sol en 2008… Mais précisément parce que tous ces points de départ potentiels de la révolution tunisienne étaient prévisibles, ils étaient placés sous haute surveillance par le gouvernement Ben Ali qui y réprimait immédiatement toute ébauche de rébellion. Il fallait donc que ce soit Sidi Bouzid.

Hegel nous apprend que l’on découvre toujours après coup que des événements historiques majeurs avaient été précédés d’avertissements, mais personne ne savait les reconnaître et ce n’est qu’une fois passé l’événement qu’on en reconstitue la logique.

Dans le même dossier, Pierre Beckouche analyse l’évolution des flux d’investissement en Tunisie et montre leur diversification récente, depuis 2000. La prééminence des investissements européens est contestée par la montée des investissements en provenance du Golfe, ainsi que d’autres pays dont, fait notable, la Turquie. On peut penser que cet affaiblissement de la position économique européenne pourrait être renforcé par la mauvaise gestion diplomatique de la révolte tunisienne par les Européens, et au premier chef la France. Il pense que les Etats-Unis, encore peu présent, chercheront à en profiter pour s’implanter plus fortement dans cette région, où les hydrocarbures représentent un enjeu géopolitique majeur (pas tant en Tunisie qu’au Maghreb au sens large). Peut-être.

Pierre Beckouche reprend à son compte l’idée que, avec la fin de la kleptocratie proche du régime, ces investissements vont booster la croissance et aider le pays à dépasser cette période de transition. Il pense surtout aux investissements européens, car il le dit bien, les investissements du Golfe se dirigent peu vers les activités industrielles ou de services et se concentrent dans l’immobilier et le tourisme (voir cet article coécrit avec Pierre-Arnaud Barthel). Mais Beckouche ne mentionne guère les effets sociaux déstabilisateurs de ces flux (hausse des prix immobiliers, précarité de l’emploi). Les chercheurs qui travaillent sur l’urbain ont bien mis en évidence ces inconvénients, qui peuvent également être lus comme l’une des causes des soulèvements arabes, comme je l’indiquai dans mon dernier billet.

Les espaces de la révolte au Caire

C’est aussi un point sur lequel Agnès Deboulet, sociologue urbaniste, et Bénédicte Florin géographe, ont bien insisté dans l’émission Planète Terre de Sylvain Kahn sur France Culture (à écouter ici, et le blog de l’émission pour aller plus loin). Ainsi, une partie des manifestants de ces derniers jours sur la place Tahrir était originaire du quartier de Bulaq, siège d’une grande opération d’urbanisme financées par les capitaux du Golfe qui s’est traduit par des évictions forcées.

Au-delà de cette question, je retiens aussi la position d’Agnès Deboulet sur la question de la violence et des pillages dans la ville. Critiquant une vision selon elle largement médiatique qui voit dans la foule insurgée une promesse de chaos et d’anarchie, elle a souligné qu’en fait, les opérations de pillage restaient relativement limitées, que les magasins des quartiers chics, par exemple, n’avaient pas particulièrement été endommagés (elle parlait mercredi, les choses se sont corsées surtout en fin de journée ce jour-là et le suivant en Egypte). Elle mettait au contraire en avant l’idée d’un peuple calme, contrôlant la situation.

Pour ma part, me référant en effet aux images diffusées par les médias en Tunisie comme en Egypte, ainsi qu’au précédent utile à connaître de la transition politique post-Suharto à Jakarta, j’ai mis en avant que cette question de l’ordre et de la sécurité urbaine risquait de constituer un enjeu majeur de la transition. Difficile de trancher sans y aller voir plus avant.

A défaut, toutes les enquêtes journalistiques ne se valent pas. L’article de Christophe Ayad dans Libération du 5/2/2011 (où on trouve aussi cette carte de la révolution tunisienne) est tout à fait édifiant sur la situation de Kasserine, caractérisée par la vacance du pouvoir et dans une économie très dégradée, où régneraient trafiquants et criminels. Il serait intéressant de voir si nos lecteurs tunisiens confirment cette vision.

MàJ : pour aller dans le même sens, on peut prendre connaissance des événements de ces derniers jours à Sidi Bouzid (policiers soupçonnés de racket sur la population, révolte et incendie du commissariat) et au Kef, plus nord (tirs faisant plusieurs victimes à la suite d’actes similaires de la police).

Villes arabes en révolution

MàJ 7/2/2011 : une version légèrement différente de ce billet est repris par la revue Métropolitiques.

Comme beaucoup d’observateurs, je suis resté bouche bée depuis le 14 janvier devant le spectacle extraordinaire et inattendu de la révolution tunisienne et, depuis cette semaine, devant l’extension de la contestation en Egypte (pays que je connais très mal). Rétrospectivement, quelques petits faits relevés durant mon séjour tunisien cet automne et mes contacts avec des collègues de Sfax auraient dû attirer mon attention, comme cette pétition pour Facebook pour s’opposer à un renouvellement du mandat de Ben Ali signée par un nombre surprenant de personnes vers la fin septembre. L’indignation devant les pratiques de la famille Trabelsi a également constitué le sujet de nombreuses conversations à Sfax en novembre.

Dans ce billet, je voudrais proposer quelques réflexions sur les caractéristiques urbaines de la contestation qui se répand comme une trainée de poudre de la Tunisie à l’Egypte, à la Jordanie ou au Yémen. Remarques d’un géographe familier de plusieurs pays arabes, au regard de travaux et de lectures récents.

Une dramaturgie urbaine

Le premier point à souligner est que nous sommes face à des révoltes ou des révolutions urbaines. Les campagnes qui pourtant sont partout très pauvres paraissent moins impliquées. Est-ce un effet médiatique? Il semble qu’on assiste, comme les commentateurs le soulignent à propos de la Tunisie, à une révolte essentiellement portée par les jeunes urbains éduqués des classes populaires ou moyennes.

Le fait est que les manifestations se déroulent essentiellement dans les villes. En Tunisie, on a assisté à une progressive montée vers la capitale à partir des villes petites et moyennes de l’intérieur tunisien (et il faut rappeler le précédent de Gafsa en 2008). Le mouvement est ensuite monté en puissance et a agrégé les mécontentements et les frustrations dans les villes de la côte (Sfax, Hammamet) puis a culminé dans la capitale sans baisser d’intensité dans les autres villes – mais à distance c’est surtout la capitale qu’on a vue. Les émeutes du quartier de Ettadhamen, grand quartier populaire non-réglementaire du nord ouest de Tunis, ont marqué un tournant avant la cristallisation et la convergence des différents mouvements dans le centre de Tunis.

En Egypte, la capitale a d’emblée été le point focal de la mobilisation qui semble aussi très forte à Alexandrie et Suez. On entend moins parler des villes du Delta ou surtout du sud du pays(en tout cas dans les médias que j’ai pu consulter). Il me semble, pour le peu que j’en sais, que la contestation est surtout urbaine au Yémen aussi. En Jordanie, les manifestations sont concentrées à Amman et semblent moins concerner les autres grandes villes (Zarqa ou Irbid). Certains analystes ont relevé les déplacements récents du roi Abdallah dans des villages de bédouins de la région de Maan, en l’interprétant comme la recherche d’un renouvellement de l’allégeance des tribus transjordaniennes non ou peu urbanisées au régime, par opposition à une contestation sociale croissante dans les villes, largement menée par les islamistes. Mais on peut s’interroger sur la pertinence de cette opposition villes-campagnes. Depuis plus d’un an, on a assisté à de nombreuses éruptions de violence ponctuelle, rurale – ou localisée dans les petites villes périphériques comme Maan, foyer récurrent de contestation violente depuis vingt ans. Ces violences sont présentées comme tribales par les commentateurs et souvent liées à des règlements de compte entre clans. Pour autant, pour le bloggueur Muhammad Nas (Black Iris of Jordan), cette violence répétée peut s’interpréter comme un défi à l’Etat dans sa capacité à faire prévaloir les valeurs civiques, dans un contexte marqué par la corruption et la paupérisation de la population. Autrement dit, dans ces villes, en deça de la politisation, le défi à l’Etat est bien présent .

Manifestation à Tunis le 18 janvier 2011 (cc: Nasser Nouri)

A la différence de mouvements sociaux de protestation de ces dernières années qui étaient restés localisés dans des localités précises (révoltes populaires de Mahalla al-Kubra en Egypte, en réaction aux restructurations affectant l’industrie textile en 2007-2008), la force de ces mouvements et l’ampleur des foules rassemblées leur ont permis d’occuper les espaces centraux des villes et en particulier de converger vers les espaces publics de représentation des régimes en place, comme l’avenue Bourguiba ou, ces derniers jours, la place de Kasbah à Tunis, ou encore la place Tahrir (de la Libération) au Caire. D’où des images saisissantes et inédites dans ces capitales ordinairement policées au sens fort du terme, où l’on observe dans une grande confusion la contestation et la dégradation des symboles du pouvoir (tags, grafitis, incendies des images à la gloire du régime de Ben Ali ou de Moubarak), scènes de violence ou de fraternisation avec des représentants des forces de l’ordre. Un véritable renversement de l’ordre iconique dans ces capitales marquées par le culte de la personnalité.

Une économie urbaine défaillante

Les motifs déclencheurs de la contestation sont multiples, et de surcroît, il est plus que délicat de généraliser d’un pays à l’autre, voire sans doute d’une ville à l’autre. Chômage, conditions de vie urbaine, dénonciation de la corruption et revendications des libertés démocratiques s’entremêlent et se renforcent dans la dynamique contestatrice. Si ces deux dernières motivations apparaissent essentielles, il faut souligner à quel point l’insatisfaction et le mécontentement ont donné lieu, ces dernières années, à de nombreuses éruptions de mécontentement et formes de résistance qui en un sens, préfiguraient les mouvements actuels et, peut-être, leur ont servi de moments et de lieux d’apprentissage.

Les effets de la crise financière de 2008 sont spécifiques dans chaque pays arabe mais des éléments communs apparaissent. En Tunisie, le secteur industriel est orienté vers l’exportation et se révèle très dépendant de la baisse de la consommation européenne. Le tourisme y subit la concurrence d’autres destinations, la baisse du pouvoir d’achat des Européens et surtout une réorientation vers des clientèles originaires d’Europe de l’Est. Tout cela tire les revenus des travailleurs vers le bas. En Egypte, le tourisme subit aussi les effets de la crise (mais ce n’est pas le cas en Syrie, où le tourisme est au plus haut). Partout, les migrations vers l’Europe ou vers le Golfe sont ralenties tandis les investissements extérieurs marquent le pas (notamment en provenance du Golfe pour les années 2009-2010). L’insertion dans la mondialisation libérale a des conséquences cruelles alors que les économies se sont libéralisées et ouvertes aux investisseurs, ce mouvement étant contrôlé par les bourgeoisies liées (de très près dans le cas tunisien – mais ailleurs aussi) aux régimes. Ces évolutions économiques ont été bien analysées dans la récente synthèse Maghreb et Moyen-Orient dans la mondialisation du géographe Bouziane Semmoud (voir ici et ). Salaires plus faibles et chômage en augmentation vont de pair avec des inégalités accrues avec la petite élite enrichie au train de vie m’as-tu-vu forment donc le terreau de la mobilisation des jeunes.

Les tensions sur le marché du logement doivent aussi être particulièrement soulignées. Dans les jours qui ont précédé la chute de Ben Ali, on a pu voir des résidents de quartiers populaires à Tunis ouvrir leurs intérieurs aux caméras de télévision, révélant la grande pauvreté des habitants des périphéries. Qui a voyagé dans les banlieues des villes arabes n’a pu manquer de relever la précarité de cet habitat, souvent bâti en contravention avec les règles de construction et dont la régularisation ne peut s’effectuer qu’aux prix de longues négociations où les habitants restent suspendus à la merci de l’arbitraire des autorités, entre corruption, arbitraire politique et violence sociale. De nombreux travaux de géographes ou d’urbanistes ont bien documenté ces luttes depuis des années (voir Bouchanine au Maroc, Chabbi en Tunisie, Deboulet au Caire, Fawaz au Liban…). Plus récemment, de nouvelles tensions sont apparues. Les nouveaux standards de la régularisation de ces quartiers, marqués par les paradigmes libéraux, visent à les reconnaître et à distribuer des titres fonciers aux habitants. Mais selon un très intéressant travail d’Eric Denis consacrés à la situation du Caire (La marchandisation des ashwayiat(s)), ces politiques conduisent à une inflation des prix du logement et donc renforcent les difficultés résidentielles. D’autre part, le développement de méga projets et des infrastructures et équipements qui les desservent met également sous pression des secteurs urbains jusque là occupés par des classes populaires (voir les contributions sur le monde arabe dans Villes internationales, sous la direction de I. Berry-Chikhaoui, A. Deboulet, L. Roulleau-Berger). Cette compétition foncière produit un effet de chasse et tire les prix immobiliers vers le haut. Les jeunes des classes populaires et moyennes sont particulièrement touchés, notamment parce que la location est peu développée dans les villes arabes et que le mariage et l’installation en couple sont conditionnés par l’acquisition d’un logement (souvent le seul de toute une vie).

Ces enjeux expliquent de ces grandes opérations mais aussi l’inflation des prix ont suscité de nombreuses formes de résistance et de contestation ces dernières années, bien identifies dans des travaux comme Villes internationales, déjà cité ou Participations citadines et action publique. Ces contestations ne constituent-elles pas une sorte de banc d’essai dont les révoltes actuelles seraient le prolongement?

Les transformations et les réformes qui touchent les services publics représentent sans doute une autre composante du malaise des villes du monde arabe. Ces réformes sont de nature diverses : délégations de services publics, rationalisation de la gestion, modernisation technique… (voir Services urbains en réforme dans le monde arabe) Une des motifs principaux de contestation ou de méfiance face à ces réformes est la hausse des tarifs. Celle-ci s’explique également par l’augmentation des du prix du pétrole qui se traduit par des hausses des prix des carburants et donc des transports publics, mais aussi par des hausses du gaz et du diesel utilisé pour la cuisine et le chauffage, ainsi que de l’électricité et de l’eau. Ces hausses des prix des services publics s’inscrivent dans un mouvement inflationniste qui touche aussi les produits alimentaires. Selon les classes sociales, la sensibilité à telle ou telle hausse est diverse. Les classes moyennes sont très sensibles aux hausses de l’essence qui contraignent la mobilité automobile, mais les classes populaires qui empruntent les transports collectifs en subissent bien sûr aussi les conséquences. En Jordanie, en Syrie et au Liban, ces sujets occupent l’actualité. L’insatisfaction à l’égard des services publics est souvent aussi plus basique : les citadins subissent des problèmes d’alimentation électrique et de coupures (qui obligent à accéder à d’autres sources d’énergie, également onéreuses) constituent aussi des motifs de mécontentement récurrents, de même que des problèmes d’eau (coupures fréquentes, nécessité de se tourner vers d’autres sources d’approvisionnement).

Le mécontentement à l’égard des services publics alimente une conflictualité importante depuis plusieurs années, dont divers travaux ont rendu compte : ainsi, sur les émeutes de l’électricité au Liban ou sur la contestation de la réforme de la collecte des déchets dans les grandes villes égyptiennes, qui s’est traduite par des hausses de taxes pour des résultats jugés peu satisfaisants (voir ici – lien payant). Là encore, je m’interroge : ces révoltes ponctuelles ont-elles constitué des antichambres, des répétitions des manifestations ou des contestations en cours? Pour le montrer, il serait intéressant de se pencher sur les leaders de ces mouvements, et d’essayer de cerner si des formes de mobilisation ou de prise de parole, ou de négociations avec les forces de l’ordre qui ont été alors expérimentées, sont présentes dans les soulèvements actuels.

Une conséquence probable des mouvements de contestation actuelle est que les réformes en question vont être mises en pause voire arrêtées. Déjà, les régimes jordaniens et syriens ont annoncé des baisses des tarifs de carburant ou des aides pour certaines catégories sociales. En Jordanie, la hausse du tarif électrique a été brutalement remise en cause en 2009, et de même au Liban. Les autorités sont ici face à un piège économique et social. Elles ont peu de marges de manœuvre car ces services, souvent peu efficaces, sont encore fortement subventionnés et occasionnent de lourds déficits. Or ils apparaissent comme un des derniers symboles d’équité sociale (même si dans les faits, malgré l’existence de tarifs sociaux, ce ne sont pas les plus pauvres qui bénéficient des bas tarifs – voir par exemple la question des tarifs d’eau potable en Tunisie).

Violences urbaines et recomposition de l’ordre urbain

Les premières journées après la fuite de Ben Ali ont été marquées par les pillages de « miliciens » apparemment lié au régime, qui ont également terrorisé la population. On a alors assisté à des formes d’organisation populaires pour sécuriser les quartiers, fondées sur l’interconnaissance et le contrôle social de proximité, qui ont été louées par beaucoup d’observateurs comme une preuve de la « maturité du peuple tunisien ». C’est ce qu’on observe également en Egypte depuis ce week-end avec la « disparition » de la police des rues.

Etant donné la collusion d’une partie de la police avec le régime et la violence de la répression, les forces de maintien de l’ordre apparaissent largement délégitimées et cet état de fait risque de se prolonger pendant toute la période de transition ou de contestation. Dans les semaines et les mois à venir, on peut craindre en outre un accroissement de la crise économique et du chômage, en particulier à cause du marasme touristique et d’un attentisme des investissements, et donc des tensions sociales plus fortes. La recomposition de l’ordre urbain apparaît comme un enjeu majeur du moment qui s’ouvre, alors que les villes arabes étaient jusqu’à présent considérées comme relativement sûres.

La décomposition irakienne constitue une illustration sans doute extrême d’une telle évolution, notamment en raison du contexte d’invasion étrangère. Le travail de Jérôme Tadié en Indonésie fournit un intéressant cadre d’analyse pour penser un tel moment de violence politique et de recomposition de l’ordre urbain (Les territoires de la violence à Jakarta). Analysant les suites de la décomposition du régime de l’Ordre nouveau à Djakarta à la fin des années 1990, il a montré que la violence politique du moment du renversement du régime s’inscrivait dans la continuité de formes de violence sociale (bagarres entre clans, délinquances et contrôle de la rue par des organisations criminelles). Face à ces irruptions de violence, les citadins s’organisent à l’échelle des quartiers, souvent d’ailleurs en symbiose avec les organisations criminelles implantées sur place.

A Tunis, le maintien de l’ordre et la répression s’appuyaient sur la police ou les services de renseignement et sur les antennes du parti dans les quartiers (voir le travail d’Olivier Feneyrol ou celui d’Olivier Legros en Tunisie). Mais ces chefs de quartier ne tirent pas leur force uniquement de leur allégeance au parti mais aussi de leur insertion locale qui passe souvent par un contrôle et une connaissance des rouages sociaux et économiques, y compris de l’économie informelle. Dans une étude consacrée au quartier d’Imbaba au Caire (L’ordre des caïds. Conjurer la dissidence urbaine au Caire, éd. Kartalha), le politologue Patrick Haenni a analysé le rôle des caïds dans la structuration politique des quartiers populaires. On peut penser également au Liban et au contrôle milicien à l’échelle des quartiers qui est réapparu au grand jour après les affrontements de 2008 (voir M. Fawaz, M. Harb & A. Gharbieh, Beirut. Mapping Security). Il est très probable que dans la période de transition qui s’ouvre dans ces deux pays, mais aussi dans les autres qui sont secoués, ces formes d’organisations locales sont appelées à jouer un rôle fondamental, probablement au grand jour, autant ou plus que les mobilisations islamistes (et peut être contre elles).

Conclusion

Les villes arabes entrent en ce mois de janvier dans de profonds bouleversements. Les luttes urbaines en cours illustrent l’enjeu de l’occupation et du contrôle des espaces publics par les opposants aux régimes en place pour changer l’ordre politique. Ces luttes renvoient également aux dysfonctionnements profonds des économies urbaines confrontées à la crise de l’économie mondiale mais aussi des fonctions urbaines de base comme le logement et les services publics. La contestation qui s’élève manifeste un rejet des politiques de libéralisation et/ou de désengagement de l’Etat, dont les effets sont durement ressentis par la population en termes de niveau de vie. Ces enjeux constitueront sans doute un point majeur des débats politiques à venir. Au quotidien, la décomposition de l’ordre policier et l’incertitude sur les moyens d’assurer la sécurité urbaine dans un contexte de crise économique qui va aller croissant vont représenter un défi crucial pour la transition politique et de la réinvention d’un nouvel ordre civique.

L’hyperdensité au Caire

Vue de Zamalek, par P.A. Barthel (2008)

La lettre n°12 du pôle ville du CEDEJ (à télécharger au format PDF) est publiée à l’occasion d’un atelier sur les stratégies de densité de la planification des grandes métropoles (Shanghai, Mumbai, Paris, Le Caire) qui a eu lieu le 6 décembre 2010 (programme ici).
Pierre-Arnaud Barthel y revient dans un texte introductif sur l’hyperdensité au Caire, en miroir d’autres métropoles, livré au titre de « bonne feuille ». Il souligne d’abord l’importance des densités cairotes, et montre ensuite que les élites (politiques, urbanistes) ont sur cette hyperdensité un jugement très négatif pour des raisons esthétiques et hygiéniques, mais aussi politiques (peur de ne pas maîtriser les foules). Les nouvelles urbanisations « planifiées » très consommatrices d’espace dans le désert sont donc en miroir inverse de la densité cairote. Mais aujourd’hui, on assisterait de la part des urbanistes à un retour de balancier et à un regain d’intérêt pour la ville compacte, dans le contexte de la lutte contre le changement climatique. L’enjeu apparaît de revaloriser la ville compacte. Mais ce retour de balancier pourrait avoir des conséquences négatives en urbanisant certains des derniers lambeaux d’espaces agricoles au sein de l’agglomération.
On pourra remarquer – et regretter – que ces discussions ne se sont apparemment guère préoccupées d’identifier le point de vue des citadins cairotes sur la meilleure forme de la ville…

Services urbains en réforme dans le monde arabe – Géocarrefour

J’ai le plaisir d’annoncer la sortie du dossier « Services urbains en réforme dans le monde arabe » dans le vol.85-2 de Géocarrefour que j’ai coordonné.

Ce dossier traite des réformes des services publics en réseau, enjeu essentiel dans la lutte contre la pauvreté. Les pays arabes, moins fréquemment abordés par la littérature sur le sujet, présentent plusieurs spécificités. Ils sont été comparativement moins touchés que d’autres régions par la vague des PPP, qui y ont connu divers déboires. Le caractère relativement centralisé des Etats et la nature des contrats sociaux tissés avec les populations permettent de l’expliquer en partie. Pour autant, diverses réformes n’en ont pas moins marqué les services de distribution de l’eau potable, l’assainissement, la distribution électrique ou encore les déchets, secteurs abordés dans ce dossier à travers cinq études de cas au Maroc, en Egypte, en Palestine et au Liban. En complément des PPP, les réformes territoriales sont aussi un vecteur de transformation de la gestion des services urbains. Mais les exemples de décentralisation s’accompagnent de déconcentration et de reconcentration, autrement dit confortent souvent les services de l’Etat. Les arrangements avec les opérateurs informels ou petits opérateurs marchands, vus parfois comme une solution possible, ne débouchent pas, dans le monde arabe, sur une institutionnalisation. L’ensemble de ces transformations, souvent sur un mode expérimental, aboutit à une imbrication de situations territoriales souvent très différenciés, résultat inattendu de ces réformes.

Le dossier comporte cinq articles et je propose dans une grosse introduction une analyse replaçant les réformes des pays arabes dans un cadre comparatif. Le dossier s’accompagne d’une série de recensions en lien avec le thème. Tous les commentaires pour une discussion sur ce sujet sont les bienvenus.

Comptes-rendus

Le numéro comporte aussi une partie  avec un article de Romain Garcier sur les usages de la pénurie d’eau, qui intéressera plus d’un lecteur de ce blog, et divers comptes rendus. Plusieurs autres CR urbains encore inédits sont à lire aussi sur le site de la revue.

Comptes-rendus

Les articles sont consultables en intégralité uniquement via Cairn (les comptes-rendus étant accessibles sur http://geocarrefour.revues.org). Certains textes sont d’ores et déjà ou seront consultables sur Hal-Shs.  On peut acheter le numéro (15€/10€ pour les étudiants) en s’adressant à la revue ou en librairie, notamment chez Terre des livres. Publicité téléchargeable.


Retour sur les coupures électriques : Jordanie, Egypte, Liban

La crise électrique s’aggrave et les tensions sociales s’enveniment. Après les pays du Golfe au début de l’été, la Jordanie (MaJ 30/8/2010 : ici aussi) que je présentais comme relativement préservée dans mon dernier billet, ainsi que, en plein Ramadan,  l’Egypte et le Liban subissent de très importantes coupures.

Le cas égyptien

En Egypte, il semblerait que soit en cause une production insuffisante, peut être à cause des livraisons de gaz au voisin israélien. Cette explication, qui emplit des rumeurs, nourrit le ressentiment de la population face à l’Etat hébreu, officiellement en paix avec l’Egypte depuis 1977. D’une manière structurelle, comme dans les autres pays de la région, la hausse très sensible de la consommation, imputable à la croissance de la population et aux  nouveaux usages, doit également être mise en avant.

Au Liban, une épreuve de vérité pour le aounisme?

Au Liban, la crise actuelle était annoncée. Mais plus inattendues sont les violentes manifestations qui se sont produites en différents points du pays, banlieue sud, villes du Sud (Saïda, Nabatiyeh, Samsakiyeh), Nord (Tripoli, Akkar, Denniyeh), ainsi que plus étonnement Beyrouth. Alors que le rationnement s’amplifiait partout, Beyrouth subissait également des coupures plus importantes que d’habitude (jusqu’à huit heures certains jours selon la presse). Pour l’instant, elles n’ont pas mené aux dérapages du 27 janvier 2008, où des heurts de manifestants avec l’armée à Chiyah avaient fait plusieurs victimes.

Entrainant de nombreuses surenchères de la part des responsables des différents partis politiques, qui ont notamment attaqué le ministre de l’Energie Gebran Bassil, cette aggravation de la situation s’explique pour de nombreux observateurs par la tension entre le Hezbollah et le 14 mars autour du Tribunal international. Certains y voient même une stratégie délibérée pour provoquer la chute du gouvernement, ce que Nasrallah a réfuté. Mais à un autre niveau, elle révèle aussi, à mon sens, la fragilisation politique des ministres aounistes et leur prise en tenaille sociopolitique entre le 14 mars et leurs alliés chiites.

D’une question confessionnelle à la question sociale, et retour…

Depuis l’arrivée de Alain Tabourian au ministère de l’Energie puis de Gebran Bassil, il semblait qu’un diagnostic relativement partagé sur la crise de l’électricité et les voies d’une solution avait été atteint. Pour résumer, il me semble qu’on peut dire qu’entre 2000 et 2005, l’agenda était dominé par la question de la privatisation, poussée par les milieux d’affaires locaux, les pro-haririens et les bailleurs de fonds internationaux. En arrière plan, l’idée que l’EDL était une entreprise insauvable, complètement pourrie par le clientélisme, dominée par les pro-Lahoud et les proches d’Amal. L’autre point majeur du diagnostic était qu’un des points à améliorer immédiatement était la collecte et la répression du piratage, le non-paiement et le vol étant parmi les principaux responsables de la situation de l’entreprise et de ses pertes. Dans un contexte de grande opacité, ces pratiques délictueuses étaient imputées pour l’essentiel aux quartiers chiites, alors même que les rares informations circulant auraient du conduire à des appréciation beaucoup plus nuancées.

Avec l’arrivée au ministère de Fneish, membre du Hezbollah, puis avec l’intérim assuré par Safadi, plusieurs changements dans le diagnostic sont apparus. D’une part, la hausse du prix de l’énergie durant cette période a mis en évidence que la déficit d’EDL était surtout fonction de la non-indexation du tarif de l’électricité sur le cours du fuel. De ce constat dérive également que la dette de l’Etat a de plus en plus été vue comme une forme de subvention, dont le caractère très antiredistributif (favorable aux gros consommateurs beyrouhins)  a alors été de mieux en mieux perçu, posant la question d’une nouvelle échelle tarifaire. Ensuite, l’affrontement sur la question de la privatisation s’est calmé, d’une part parce qu’il est apparu qu’aucun investisseur ne pouvait être intéressé dans l’immédiat vue la situation du secteur, d’autre part parce que les « opposants » à la privatisation ont fait valoir qu’ils étaient prêts à examiner pragmatiquement des solutions impliquant ponctuellement et à terme la privatisation de certains éléments de la filière.

Le ministère Tabourian a recentré les débats sur les problèmes de capacité de production. Tout le monde a bien compris que le principal problème était d’augmenter la capacité de production. Il est aussi apparu que l’augmentation de la capacité de production par le privé risquait de se payer au prix fort et ne pouvait représenter l’unique solution. En revanche, sur les options techniques pour la production, les propositions de Tabourian ont été très contestées (centrale à charbon, refus des énergies renouvelables). Sur ce point, le plan Bassil propose une approche plus flexible et plus équilibrée. L’adoption à l’unanimité du plan Bassil fin juin semblait avoir montré que ce ministre aouniste avait su convaincre les autres membres du gouvernement de sa compétence technique tout en préservant les intérêts financiers à long terme de l’Etat par rapport à des options de privatisation intégrale dont les haririens ont une approche très dogmatique. On peut sans doute esquisser un parallèle avec les projets pour l’Internet et les négociations sur la question de la privatisation des télécoms gérés par Charbel Nahas.

Le aounisme au prisme confessionnel

On peut se demander si le nouvel épisode de la crise électrique et la réaction de Bassil ne révèlent pas, au delà de cette affirmation de compétences sur les dossiers de service public, les ambiguïtés du positionnement aouniste. Il y a quelques mois, comme j’en discutais dans ce billet, Bassil avait surpris en déclarant vouloir préserver les dossiers de l’eau et de l’électricité de toute « politisation », ie sans doute hors d’un traitement confessionnel. Pourtant, c’est lui qui la semaine dernière, de la manière la plus fracassante, a réintroduit le paramètre confessionnel dans le dossier électrique. Réagissant aux manifestations, il a déclaré selon l’Orient-Le Jour du 20/8/2010, « Dans certaines régions, les protestations contre les coupures du courant sont motivées par des considérations politiques. Seuls les chrétiens ne bronchent pas parce que personne ne les manipule. […]  Il n’est pas permis qu’une région dans laquelle les branchements illicites se multiplient proteste contre les coupures. […] Il est apparu que les régions chrétiennes s’acquittent davantage que d’autres de leurs factures, mais c’est la vérité. Il est apparu que dans ces mêmes régions, les branchements illicites sont moindres qu’ailleurs, mais c’est aussi la réalité. Mais cela ne veut pas dire bien sûr que dans d’autres zones, on ne paie pas ».

Je n’ai pas connaissance des données précises du paiement et du non-paiement par région ces dernières années. Dans les informations datant de 2000-2004 que j’avais utilisé dans mes travaux précédents, la zone de la banlieue-sud était loin d’être la plus mal placée du point de vue du paiement des factures. Certaines régions chrétiennes (Zghorta-Ehden et Marjayoun) étaient très mauvaises payeuses. Du reste, après avoir rencontré une délégation du Hezbollah venue lui demander des comptes, Bassil l’a reconnu, puisque le taux de paiement atteint 93,8% dans la région de la banlieue sud (OJ du 24/8; DS). Le vol de courant est beaucoup plus délicat à appréhender faute de données géographiques fines (il n’y a pas de compteurs à l’entrée de tous les sous-districts géographiques, donc le vol est difficile à localiser précisément). Il est clair que les branchements pirates sont importants dans les camps palestiniens et certaines zones informelles de la banlieue sud. Toutefois, mes interlocuteurs à EDL faisaient aussi observer que, parmi les « piqueurs » , se trouvaient alors aussi de grandes entreprises industrielles situées en zone chrétienne de sorte que, du point de vue du total du courant volé, le déséquilibre confessionnel n’était pas si flagrant. Les choses ont-elles changées? La publication de données précises éclaircirait la question… En tout cas, les réactions des membres du Hezbollah, de Nabi Berry et de Karameh, notamment, ont été très vigoureuses contre la « faute » de Bassil.

La reconfessionnalisation publique de la question électrique par Bassil ne constitue-t-elle pas une sorte de retour aux fondamentaux socio-politiques du mouvement aouniste, aux croyances politiques de sa base chrétienne? N’est-il pas l’expression du ressentiment d’une base chrétienne appartenant majoritairement à la classe moyenne, payant les « quatre factures électriques » évoquées par Jamil Mroueh (celle de l’EDL, celle de l’abonnement au générateur, l’endettement public pour couvrir les avances à l’EDL et le fait d’avoir encore de l’obscurité en plus de tout cela…) et qui s’offusque de la politisation possible de ces manifestations dans le contexte tendu des polémiques sur l’inculpation éventuelle de membres du Hezbollah par le Tribunal pénal international – politisation ressentie comme une trahison? Cette confessionalisation de la question électrique, au déni de sa dimension sociale, n’illustre-t-elle pas le décalage entre le projet aouniste d’alliance avec le Hezbollah et le ressenti de sa base, d’appartenir à un bloc de classes moyennes chrétiennes qui partage peu avec leurs homologues chiites de l’électorat Hezbollah? Je risque cette hypothèse sans doute bien maladroite, mais on manque vraiment beaucoup sur la base aouniste, sa sociologie et ses réactions face à la politique du CPL. D’où cette proposition, à discuter…