Archives par étiquette : Egypte

Proche-Orient : Le pouvoir, la terre et l’eau de Pierre Blanc : un compte rendu

Ouvrage lu : Blanc P., 2012, Proche-Orient : Le pouvoir, la terre et l’eau, Les Presses de Sciences Po, 400 p.

L’ouvrage de Pierre Blanc, issu d’une thèse d’HDR, constitue une synthèse des enjeux géopolitiques de l’agriculture et de l’irrigation au Proche-Orient, entendu comme l’ensemble regroupant le Liban, la Syrie, la Jordanie, Israël et les territoires palestiniens ainsi que l’Egypte. Agronome de formation, l’auteur a exercé dans le domaine de la coopération agricole dans plusieurs de ces pays tout en menant par ailleurs des recherches géopolitiques sur Chypre dans la lignée de l’approche lacostienne. Il offre ici une réflexion inédite sur les fondements géographiques des conflits que connaît cette région : s’attacher à la terre et à l’eau est un moyen de mettre à bonne distance tant la question des identités religieuses et ethniques qu’une lecture en termes de rapports internationaux de puissance, et de réintroduire dans le questionnement d’indispensables dimensions socio-économiques et territoriales qui inscrivent la recherche dans une démarche empirique solide. Continuer la lecture

Fabrique des gouvernements urbains en régime autoritaire. Le cas de la réforme de la gestion des déchets ménagers en Egypte

Une rue de Manchiet Nasr, au Caire, le principal quartier des chiffonniers. Photo E. Verdeil, nov. 2012

Je suis très heureux d’annoncer la soutenance de thèse de doctorat de Lise Debout, qui aura lieu le 22 novembre à l’Institut d’urbanisme de Lyon, 14 av. Berthelot, Lyon 7e arrondissement, salle 101. La soutenance est publique.

Titre de la thèse : Fabrique des gouvernements urbains en régime autoritaire. Le cas de la réforme de la gestion des déchets ménagers en Egypte

Le jury est constitué de Sarah Ben Néfissa, IRD, Le Caire (rapporteur), Sylvy Jaglin, Université Paris-Est Marne la Vallée (rapporteur), Marc Lavergne, CNRS, Lyon (GREMMO), Franck Scherrer Université de Montréal (directeur), Eric Verdeil (co-directeur).

 Résumé

Cette recherche s’inscrit au croisement de deux problématiques des études urbaines : le gouvernement urbain et les services publics en réseau. Elle étudie le cas de la gestion des déchets ménagers en Égypte à travers trois études de cas (Le Caire, Giza et Alexandrie) où la délégation du service à des entreprises européennes a transformé la gestion urbaine. Avant les Révoltes, l’Égypte, malgré des réformes de libéralisation économique et politique de façade, était demeurée un régime autoritaire et centralisé. Dans ce contexte d’une absence a priori de gouvernement urbain, comment assurer l’adaptation locale et la réponse aux besoins locaux d’une politique publique ? Proposant une grille de lecture du gouvernement urbain, nous étudions sa formation et/ou transformation et les conditions de la territorialisation des politiques publiques à travers la réforme de la gestion des déchets. Définissant ce service public comme « réseau mou », nous postulons qu’il a des caractéristiques propres à modeler le gouvernement urbain dans sa dimension institutionnelle et horizontale. Trois résultats peuvent être tirés de cette recherche. Tout d’abord, si l’État, pendant le processus de réforme, jouait un rôle central, une partie du service lui échappe dans l’implantation de la politique. Deuxièmement, ce réseau « mou » peut atteindre des objectifs de service public au même titre que les réseaux « durs » traditionnels (eau, assainissement, etc.) dans le cadre. Troisièmement, que y compris dans un régime autoritaire, ce service public particulier, a stimulé la formation de gouvernements urbains dans une forme d’autonomie vis-à-vis de l’État.

Mots clefs : Réseau ; gouvernement urbain ; Égypte ; régimes autoritaires ; service public ; déchets.

Le bus 678 et la dignité des femmes du Caire

Ce film était encore visible dans une salle obscure hier à Lyon. Je le conseille à tous le monde et aux lecteurs de ce carnet en particulier qui y verront le Caire sous un jour glauque, à travers les yeux de femmes victimes de harcèlement sexuel, des beaux quartiers aux banlieues sordides. La ligne de bus éponyme est le symbole de cette violence faite aux femmes et le lieu de la vengeance de l’une d’elles. Le film dénonce la lâcheté de toute la société qui ne veut pas voir ces agressions répétées, du bas au haut de l’échelle sociale, et inversement. Mais il montre aussi que cette violence impunie et tue pervertit toutes les relations sociales, des femmes avec leurs maris ou fiancés, et réciproquement; avec les supérieurs; les parents; les policiers; les gamins dans la rue, etc. Continuer la lecture

Révoltes arabes : inscription dans les luttes sociales, enjeux de dénomination, lieux de contestation. Une sélection de textes

Manifestants incrédules d'occuper la place Tahrir aux premiers jours de la révolution égyptienne. (c) Jimmy Markoum

Dans le cadre du séminaire Villes, territoires, mondialisations, commun aux masters Systèmes territoriaux, Aide à la décision et développement durable et Ville et Société, que je coordonne avec Myriam Houssay-Holzschuch, l’une des séances portera sur « Villes, contestations et citoyenneté : lecture des révoltes arabes ». Contrairement aux autres séances, qui reposent totalement sur des textes académiques (la plupart volontairement en anglais), j’ai privilégié ici, faute de recul et de production scientifique suffisante, un ensemble de témoignages, tribunes et analyses publiés sur internet par des journalistes, des chercheurs ou des observateurs. Il s’agit d’une sélection, forcément arbitraire, issue de mon propre butinage pour utiliser ce joli terme québécois. Trois thématiques, inégalement représentées, sont proposées. Ce classement résulte pour partie de l’orientation disciplinaire et thématique privilégiée pour le séminaire, destinée à des jeunes géographes et urbanistes. Continuer la lecture

Regards sur la révolution égyptienne, une révolution des villes

Dans Echogéo, les géographes Delphine Pagès-ElKaroui et Leïla Vignal proposent un article qui fait pendant à celui de Abdelkarim Daoud sur la Tunisie dont j’ai déjà parlé, et qui analyse les racines géographiques de la révolution du 25 janvier. Elles soulignent notamment, au-delà de la chronologie politique, le poids de plusieurs révolutions silencieuses, notamment démographiques, éducatives et urbaines qui ont rendues insupportables les pratiques politiques du régime et les conditions de vie imposées à la population. Elles soulignent aussi que, contrairement à ce qu’on a observé en Tunisie, ce sont plutôt les villes du Delta et les populations insérées dans la mondialisation et qui en subissent les dures conséquences (ouvriers de l’industrie, etc.) qui ont été les moteurs de la mobilisation. L’article confirme sur ce point, tout en l’approfondissant, une hypothèse que j’avais émise dans mon papier sur les révolutions arabes dans Métropolitiques. Continuer la lecture

De l’intérêt de la base MENAPOLIS (e-geopolis.eu) pour l’étude de l’urbanisation au Liban

Dans le cadre de mes lectures pour la préparation de ma communication « Délimiter les banlieues de Beyrouth. Noms, périmètres et nombres » au prochain  colloque de la ville aux banlieues à Beyrouth, j’ai pris connaissance d’une nouvelle source estimant l’urbanisation au Liban. Il s’agit des données produites dans le cadre du projet MENAPOLIS, une branche de la base de données Géopolis lancée par F. Moriconi-Ebrard (FME par la suite) depuis près de vingt ans[i]. Certains résultats récents ont été publiés sur le site e-Geopolis, parmi lesquels ceux concernant le Liban (et aussi sur la Jordanie, l’Egypte, la Tunisie et le Maroc). Ces résultats permettent à la fois une mise en jour des données existantes et un renouvellement du questionnement sur l’articulation entre la morphologie urbaine  et la gouvernance urbaine. Mais ils posent aussi des problèmes méthodologiques redoutables, comme à chaque fois qu’on s’intéresse aux questions démographiques au Liban. Continuer la lecture

Révolutions et révoltes arabes, des prémisses aux lendemains douloureux

L’actualité éditoriale sur les révoltes arabes est riche, notamment de contributions de chercheurs. Pourtant, porter un regard de chercheurs sur l’événement est risqué car celui-ci va, le plus souvent, trop vite pour être susceptible d’une observation objectivée en temps réel. Rares sont les collègues qui ont pu, comme Amin Allal – véritable polygraphe de la révolution tunisienne-, prendre le pouls de la révolution sur une barricade ou dans un comité de quartier (voir notamment son texte pour Politique Africaine, résumé ici). Et encore ne s’agit-il pas d’une garantie contre l’erreur de perspective, ce qui se passe ici ne ressemblant pas nécessairement à ce qui se passe là-bas.

Dans cette perspective du regard « à chaud », citons le dossier « Printemps arabes. Comprendre les révolutiosn en marche, sous la direction d’Agnès Deboulet et de Dimitri Nicolaïdis, dans la revue Mouvements (n°66, été 2011, sur Cairn) ainsi que le dossier « En Afrique du Nord, un soulèvement ne fait pas le printemps » sous la direction de Béatrice Hibou (Dossiers du CERI, en ligne) qui entend mettre en avant la dimension socio-économique des revendications par rapport aux débats de nature politique et institutionnelle. Ainsi donc que le dossier Tunisie de Politique africaine, cf. ci dessus.

Autre cas de figure : des publications très avancées ou bouclées avant les révoltes qui se voient « confirmées » ou qui doivent effectuer un petit rétablissement face à la nouvelle actualité. A cet égard, saluons le dossier hors série de Tiers Monde, sous la direction de Sarah Ben Nefissa et Blandine Destremeau, intitulé Protestations sociales, révolutions civiles. Transformations du politique dans la Méditerranée arabe. Ce collectif replace ces bouleversements politiques dans une généalogie de mobilisation : ils ne venaient pas de nulle part et une syntaxte de la politisation de ces revendications s’était construite et affirmée dans les dernières années; par ailleurs, le dossier propose plusieurs articles de réactions à chaud (voir ici, le sommaire et l’introduction).

Autres exemples de la difficulté que les bifurcations du temps court imposent à l’excercice de l’écriture des résultats de recherche, toujours plus ou moins en rupture avec l’actualité, ces deux travaux sur Le Caire et l’Egypte.

Dans Le Caire, réinventer la ville, un ouvrage de la collection Villes en mouvement d’Autrement, Pierre-Arnaud Barthel et Safaa Monqid interrogent, à la veille des événements de janvier-février 2011, une bonne vingtaine de « militants » du développement durable. Celui-ci apparaît alors comme un masque pour des revendications potentiellement fort différentes, entre « utopie réformatrice » au fond assez conservatrice politiquement parlant et « demande pour un changement total », ici fortement prémonitoire. Cette lecture décalée est suggestive et constitue un témoignage utile d’une parole qui se contorsionne face aux contraintes du politiquement correct. Reste que ces voix « bénévolentes » semblent loin de résumer la polyphonie des revendications post-changement de régime. Agnès Deboulet propose dans le numéro de Mouvements d’entendre la voix beaucoup plus radicale de Manal al-Tibi sur le droit au logement, dans une interview réalisée également en décembre 2010 (voir ici).

Citons également l’ouvrage de Vincent Battesti et François Ireton (coordonnateurs) L’Egypte au présent. Inventaire d’une société avant révolution, une mise à jour comparable par son ampleur à celle publié sur la Syrie il y a quelques années. On pourra lire ce livre comme un bilan de l’ère Moubarak.

Enfin, pour finir en beauté, renvoyons au remarquable « Repères » d’Hamit Bozarlsan sur La sociologie politique du Moyen-Orient. Publié en février 2011 et donc bouclé probablement avant le déclenchement de la révolution tunisienne, il propose une lecture en cycles courts (1979-1990; 1990-2001 et 2001-?) qui impliquait précisément le dénouement d’une période et l’entrée dans une autre. Relisant de manière critique quatre grands paradigmes d’interprétation (la modernité, l’islamité ou lislmaisme, les paradigmes emic de la ‘asabiya et de la dawa, ainsi que la question du tribalisme), l’auteur présente une suggestive typologie des Etats (être politique dont il montre que malgré l’instrumentalisation et l’absence de légitimité, la recherche ne peut en faire l’économie). Bozarslan en arrive ensuite à une remarquable analyse des formes de mobilisations politiques qui donne de véritables outils pour penser ce qui se déroule au Moyen-Orient depuis le début de l’année. Sa lecture de la spatialité des mobilisations (entre quartiers comme espace d’autonomie et de mobilisation et  lieux centraux du débordement et de l’accès à la visibilité), à propos de la révolution iranienne de 1979, se révèle extrêmement heuristique pour lire les mobilisations actuelles. L’auteur revient d’ailleurs dans le numéro précité de la revue Mouvements sur ce qui unit la Tunisie et l’Egypte dans leurs soulèvements (cf. ici sur Cairn).

Tahrir Square : histoire et analyse d’un espace reconquis par le public

Tahrir Square, early 1960s; in the background is the Nile Hotel, formerly the Nile Hilton, built under Nasser and designed by the U.S. firm Ellerbe Becket. vintage postcard courtesy of Mohamed Elshahed

Tahrir Square, undated photo; the fence appeared during the Mubarek years, part of the government's policy of discouraging public assembly. postcard courtesy of Mohamed Elshahed

Tahrir Square, Feb. 6, 2011. (C) Mohammed Elshahed

En complément du billet signalé avant-hier de Y. Elsheshtawy sur la place Tahrir au Caire, point crucial de la contestation politique en Egypte, et de mon analyse esquissée sur Métropolitiques sur les lieux urbains des révolutions arabes, il faut absolument lire la très intéressante  analyse que fait Mohammad Elshahed, un doctorant cairote à la New York University, de son organisation physique. Les trois photos qui retracent l’évolution de la place, en vue panoramique, sont très explicites. Elles montrent la présence initiale d’un jardin, puis sa clôture depuis les années 1970 dont la principale justification -en tout cas le principal effet- étant précisément d’empêcher les rassemblements, et enfin la place reconquise par la foule politisée que nous avons connue ces dernières semaines.

L’urbanisme des villes arabes sous le regard de Yasser Elsheshtawy

Yasser ElSheshtawy, professeur à l’Université des Emirats Arabes Unis, a publié à titre personnel ou collectif ces dernières années plusieurs livres marquants qui en font une figure montante des études urbaines dans le monde arabe. Pierre-Arnaud Barthel et moi en avons rendu compte dans Géocarrefour.

Il publie également une chronique des questions urbaines largement centrée sur les villes arabes – mais pas seulement – sur le site d’information basé à Dubai Alrroya.com.

Parmi les derniers sujets de ces chroniques, Beyrouth, Amman, Le Caire, Qatar et bien sûr Dubai, en quelque sorte son port d’attache. Dans ces textes, l’auteur distribue bons et mauvais points sur l’urbanisme officiel et quelques réalisations architecturales marquantes. Plus rarement, il questionne la manière dont cet urbanisme prend en compte les formes d’organisation informelles ou éphémères de ces sociétés urbaines.

On notera que curieusement, curieusement pour un universitaire originaire d’Egypte, il n’y a pas de prise de position ou d’analyse sur le soulèvement en cours dans ce pays. En revanche, on trouvera, daté du 15/2, un billet sur la place Tahrir et ses évolutions morphologico-fonctionnelles dans l’histoire. Y. Elsheshtawy souligne la permanence de son rôle politique de lieu de contestation.

J’en profite pour signaler la traduction en anglais de mon papier sur les révolutions dans les villes arabes, grâce à l’initiative de l’équipe de Métropolitiques que je remercie ici.

Révolutions en Tunisie et en Egypte : regards de géographes et d’urbanistes

Après les réactions nombreuses des politologues, plus ou moins inspirés, ainsi que celles d’historiens, comme Henry Laurens dans le Nouvel obs (pas trouvé de lien) (ce dernier, comme toujours, insiste d’abord sur les enjeux démographiques), sur les bouleversements en cours dans le monde arabe, voici plusieurs contributions géographiques ou du moins territoriales.

La révolution tunisienne cartographiée

La diffusion de la révolution tunisienne depuis Sidi Bouzid. Source : GIS Collège International des Sciences du Territoire. Carte réalisée par Giraud T.

Le Collège international des sciences du territoire, consortium de diverses équipes de géographes parisiennes, publie un intéressant dossier interprétant la révolution tunisienne au regard des déséquilibres territoriaux. Une série de planches sur les caractéristiques démographiques (poids de la jeunesse) et socio-économiques aboutit à la mise en évidence de trois Tunisie. La plus marginalisée est la Tunisie rurale de l’intérieur, délaissée par le pouvoir et par les dynamiques économiques récentes qui se sont surtout été perceptibles dans la région littorale, plus urbaine, plus touristique. C’est elle qui a été le point de départ de la révolution. Tout en soulignant ces facteurs d’explication de l’événement, et en l’illustrant de la jolie carte ici présentée de la diffusion de la révolte,  les auteurs de cette page, Claude Grasland et mon collègue de l’université de Sfax Ali Bennasr, soulignent aussi la part d’inattendu et d’imprévisible de cette enchainement de faits:

On aurait pu parier sur Tunis, capitale politique macrocéphale. Ou bien sur Sfax, la grande cité commerçante et intellectuelle du Sud. On aurait également pu parier sur le bastion ouvrier et syndical de Gafsa, ou la vieille taupe de l’histoire avait commencé à gratter le sol en 2008… Mais précisément parce que tous ces points de départ potentiels de la révolution tunisienne étaient prévisibles, ils étaient placés sous haute surveillance par le gouvernement Ben Ali qui y réprimait immédiatement toute ébauche de rébellion. Il fallait donc que ce soit Sidi Bouzid.

Hegel nous apprend que l’on découvre toujours après coup que des événements historiques majeurs avaient été précédés d’avertissements, mais personne ne savait les reconnaître et ce n’est qu’une fois passé l’événement qu’on en reconstitue la logique.

Dans le même dossier, Pierre Beckouche analyse l’évolution des flux d’investissement en Tunisie et montre leur diversification récente, depuis 2000. La prééminence des investissements européens est contestée par la montée des investissements en provenance du Golfe, ainsi que d’autres pays dont, fait notable, la Turquie. On peut penser que cet affaiblissement de la position économique européenne pourrait être renforcé par la mauvaise gestion diplomatique de la révolte tunisienne par les Européens, et au premier chef la France. Il pense que les Etats-Unis, encore peu présent, chercheront à en profiter pour s’implanter plus fortement dans cette région, où les hydrocarbures représentent un enjeu géopolitique majeur (pas tant en Tunisie qu’au Maghreb au sens large). Peut-être.

Pierre Beckouche reprend à son compte l’idée que, avec la fin de la kleptocratie proche du régime, ces investissements vont booster la croissance et aider le pays à dépasser cette période de transition. Il pense surtout aux investissements européens, car il le dit bien, les investissements du Golfe se dirigent peu vers les activités industrielles ou de services et se concentrent dans l’immobilier et le tourisme (voir cet article coécrit avec Pierre-Arnaud Barthel). Mais Beckouche ne mentionne guère les effets sociaux déstabilisateurs de ces flux (hausse des prix immobiliers, précarité de l’emploi). Les chercheurs qui travaillent sur l’urbain ont bien mis en évidence ces inconvénients, qui peuvent également être lus comme l’une des causes des soulèvements arabes, comme je l’indiquai dans mon dernier billet.

Les espaces de la révolte au Caire

C’est aussi un point sur lequel Agnès Deboulet, sociologue urbaniste, et Bénédicte Florin géographe, ont bien insisté dans l’émission Planète Terre de Sylvain Kahn sur France Culture (à écouter ici, et le blog de l’émission pour aller plus loin). Ainsi, une partie des manifestants de ces derniers jours sur la place Tahrir était originaire du quartier de Bulaq, siège d’une grande opération d’urbanisme financées par les capitaux du Golfe qui s’est traduit par des évictions forcées.

Au-delà de cette question, je retiens aussi la position d’Agnès Deboulet sur la question de la violence et des pillages dans la ville. Critiquant une vision selon elle largement médiatique qui voit dans la foule insurgée une promesse de chaos et d’anarchie, elle a souligné qu’en fait, les opérations de pillage restaient relativement limitées, que les magasins des quartiers chics, par exemple, n’avaient pas particulièrement été endommagés (elle parlait mercredi, les choses se sont corsées surtout en fin de journée ce jour-là et le suivant en Egypte). Elle mettait au contraire en avant l’idée d’un peuple calme, contrôlant la situation.

Pour ma part, me référant en effet aux images diffusées par les médias en Tunisie comme en Egypte, ainsi qu’au précédent utile à connaître de la transition politique post-Suharto à Jakarta, j’ai mis en avant que cette question de l’ordre et de la sécurité urbaine risquait de constituer un enjeu majeur de la transition. Difficile de trancher sans y aller voir plus avant.

A défaut, toutes les enquêtes journalistiques ne se valent pas. L’article de Christophe Ayad dans Libération du 5/2/2011 (où on trouve aussi cette carte de la révolution tunisienne) est tout à fait édifiant sur la situation de Kasserine, caractérisée par la vacance du pouvoir et dans une économie très dégradée, où régneraient trafiquants et criminels. Il serait intéressant de voir si nos lecteurs tunisiens confirment cette vision.

MàJ : pour aller dans le même sens, on peut prendre connaissance des événements de ces derniers jours à Sidi Bouzid (policiers soupçonnés de racket sur la population, révolte et incendie du commissariat) et au Kef, plus nord (tirs faisant plusieurs victimes à la suite d’actes similaires de la police).