Archives par étiquette : déchets

Parution : Circulation des matières, économies de la circularité

J’ai le plaisir de signaler la parution du dernier numéro de Flux, consacré à Circulation des matières, économies de la circularité, que j’ai coordonné avec Romain Garcier et Laurence Rocher, dans la lignée de nos travaux au sein d’ACREOR qu’ils poursuivent avec bonheur au sein de l’Atelier Matières, énergie, déchets: flux et territoires de l’UMR 5600.
Voici le résumé du texte introductif et, ci-dessous, la table des matières.

Ce texte d’introduction au dossier de Flux 2017/2 (N° 108) questionne l’émergence de la thématique de la circularité des matières dans les politiques publiques urbaines contemporaines. Les articles ont en commun de porter une attention minutieuse à la matérialité des flux qui traversent et constituent la ville et aux objets sociaux qui la composent. Ils analysent les modalités et les conséquences de leur mise en circulation, ainsi que les régulations et les conflits qui l’accompagnent. Que l’ensemble des articles traite de pratiques et de politiques ancrées dans l’espace de la région de Lyon résulte moins d’une volonté monographique que d’une rencontre en partie fortuite. Mais cela souligne en tout cas l’importance d’une approche toujours attentive aux faits géographiques et aux effets de lieu dans la diversité de leurs échelles. Trois thématiques transversales sont présentes : d’abord, en identifiant de nouvelles ressources, les articles permettent de réfléchir à l’invention et à la construction de nouveaux circuits pour les matières. Ensuite, la régulation de ces circuits implique l’identification de nouveaux acteurs et la mise en place de nouvelles formes de relations avec les producteurs et gestionnaires des matières, formant donc l’espace d’une gouvernance renouvelée. Enfin, si ces circuits se structurent dans un espace qui est celui de la proximité géographique, ils s’inscrivent néanmoins dans une logique relationnelle qui ne cesse de questionner les normes et les échelles. Ce numéro permet ainsi de nuancer et de re-matérialiser les injonctions à faire advenir l’économie circulaire dans les villes.

Table des matières

Olivier Zeller, Structurations de l’espace fécal à Lyon au XVIIIe siècle

Aurélie DumainLaurence Rocher, Des pratiques citoyennes en régime industriel : les courts-circuits du compost

Pierre Desvaux, Économie circulaire acritique et condition post-politique : analyse de la valorisation des déchets en France

Romain J. GarcierFanny Verrax, Critiques mais non recyclées : expliquer les limites au recyclage des terres rares en Europe

Laëtitia Mongeard, De la démolition à la production de graves recyclées : analyse des logiques de proximité d’une filière dans l’agglomération lyonnaise

De l’impuissance des citoyens libanais face aux crises des services publics – compléments et rebondissements

powerless-orient-xxiJ’ai le plaisir de signaler la parution de mon article De l’impuissance des citoyens libanais face au « système », à travers l’analyse critique du documentaire de Cynthia Choucair « Powerless », sur le site d’information Orient XXI (repris sur Jadaliyya Cities). En voici le « pitch ».

Le délabrement des services publics, du ramassage des ordures aux coupures d’électricité, a suscité de nombreuses mobilisations au Liban. Le documentaire Powerless de Cynthia Choucair en rend compte de manière intéressante, mais, par son apolitisme, le propos perd de sa force.

J’y renvoie directement les lecteurs intéressés, sans le reproduire ici. Toutefois, je tiens à signaler, en complément de cette analyse, un autre petit film de Cynthia Choucair, avec l’aide du très incisif journaliste d’Al Akhbar Mohamed Zbeed, tourné au moment des manifestations de l’été 2015 au moment de la crise des ordures. Elle y interroge des citoyens manifestants sous la forme de quizz humouristiques, en vue de leur faire deviner les intérêts financiers des hommes politiques libanais, et la collusion entre intérêts publics et privés. Beaucoup tombent des nues… et d’une manière générale se montrent très peu au courant, si j’ose dire, des actions publiques ou privées, et même de l’identité des hommes qui les gouvernent (et qui les lient dans l’obscurité, pour paraphraser le Seigneur des anneaux). C’est poser la question de la dépolitisation implicite de la question de la crise électrique, que je discute dans ses choix scénaristiques pour ce scénario, sous un autre angle.

Questions that puzzled the Lebanesehttps://www.facebook.com/road2films/videos/971089022934597/

Pour conclure, signalons le dernier rebondissement de la crise des déchets, à savoir le fait que l’amoncellement des déchets non triés et non traités dans la décharge de Costa Brava à proximité immédiate de la piste maritime de l’aéroport de  Beyrouth attire de nombreux oiseaux qui font craindre un remake de l’accident de l’avion newyorkais contraint d’amerrir sur l’Hudson. Après avoir installé des avertisseurs sonores imitant des cris de rapaces, il semblerait selon Habib Battah (The Beirut Report) que le gouvernement ait décidé un abatage massif des oiseaux.

Les crises infrastructurelles à Beyrouth au prisme de l’écologie politique urbaine

La reprise du remblayage de la mer par les décharges à Borj Hammoud (ici ou à Costa Brava). Image Mohammad Azakir/The Daily Star. Repris sur Beirut Syndrome: http://www.beirutsyndrome.com/articles/burj-hammoud-stinks/

La reprise du remblayage de la mer par les décharges à Borj Hammoud (ici ou à Costa Brava). Image Mohammad Azakir/The Daily Star. Repris sur Beirut Syndrome: http://www.beirutsyndrome.com/articles/burj-hammoud-stinks/

Je présenterai mes recherches en cours sur les coupures d’électricité et la crise des déchets à Beyrouth. Ce sera le 14 décembre à 17h dans le cadre du séminaire Cities are back in town de l’école urbaine de Sciences Po, qui est ma nouvelle affectation professionnelle depuis le 1er septembre dernier. L’accès est libre mais il faut obligatoirement s’inscrire.

Cette présentation est basée sur un suivi depuis une dizaine d’années de la crise libanaise de l’électricité, et une observation à distance de la récente crise des déchets dans la région de Beyrouth. A partir de ces deux cas, je propose un cadre d’analyse des crises infrastructurelles urbaines, prenant en considération les interrelations entre la reconfiguration socio-technique des circuits d’infrastructure et la recomposition des pouvoirs à l’échelle des villes dans des contextes marqués par l’érosion et la mise en cause de la domination étatique et par le très fort dynamisme de la production urbaine.

Pour avoir un avant gout de ce que je vais présenter, on peut se reporter à mes publications les plus récentes, notamment ce chapitre en anglais. Par ailleurs, avec un point de vue théorique très différent (dans le cadre des travaux de la chaire ville dirigée par Dominique Lorrain sur le gouvernement des villes méditerranéennes), j’ai exploré la question des services urbains et de leur crise dans un papier préliminaire. Un chapitre d’ouvrage plus fouillé et détaillé est en préparation.

Les déchets urbains à la une

regard croisé dechetsUne série de travaux collectifs au sujet de la gestion des déchets urbains viennent de paraître. Dans la filiation et le dialogue avec tous les travaux sur les services urbains et les infrastructures, ils poussent la réflexion sur la gouvernance urbaine à partir des enjeux de l’enjeu des infrastructures et de la matérialité urbaine. L’originalité des travaux sur les déchets, toutefois, tient sans doute dans leur attention aux travailleurs de ce secteur, à travers des enquêtes anthropologiques souvent fines, alors que dans les services urbains, c’est généralement l’usager qui est la figure centrale. Autre originalité de ces travaux : ils témoignent d’un impressionnant décloisonnement des aires culturelles traditionnelles. C’est même l’ambition de base de Sociétés urbaines et déchets. Eclairages internationaux, sous la direction de Claudia Cireli et bénédicte Florin, avec des exemples pris au sud de la Méditerranée, en Amérique latine, et Afrique subsaharienne et en Frence. Mais on retrouve cela dans Regard croisés sur le système de gestion des déchets urbains au Maghreb [également en PDF], dont l’une des éditrices Luisa Moretto, qui contribue aussi au volume précédent, a fait auparavant une thèse sur l’accès à l’eau et la participation des usagers au Vénézuela.

Leurs auteurs/éditeurs scientifiques me font l’amitié de me les adresser. Impossible pour l’instant de les lire et encore moins de les présenter en détail. Que ce petit coup de publicité leur donne la lumière méritée, en espérant que les revues s’en saisissent pour recension.

Azaitraoui, Mustapha, et Luisa Moretto, éd. 2013. Regard croisé sur le système de gestion des déchets urbains au Maghreb: le cas de Beni Mellal au Maroc, Sétif en Algérie et Sfax en Tunisie. Reus (Espagne): Ajuntament de Reus.

Moretto, Luisa. 2014. Assessing Urban Governance. The caze of Water service co-production in Venezuela. Bruxelles: Peter Lang.

Cirelli Claudia, FLorin Bénédicte, éds., 2015. Sociétés urbaines et déchets: éclairages internationaux. Tours, France: Presses universitaires François Rabelais, 2015.

Fabrique des gouvernements urbains en régime autoritaire. Le cas de la réforme de la gestion des déchets ménagers en Egypte

Une rue de Manchiet Nasr, au Caire, le principal quartier des chiffonniers. Photo E. Verdeil, nov. 2012

Je suis très heureux d’annoncer la soutenance de thèse de doctorat de Lise Debout, qui aura lieu le 22 novembre à l’Institut d’urbanisme de Lyon, 14 av. Berthelot, Lyon 7e arrondissement, salle 101. La soutenance est publique.

Titre de la thèse : Fabrique des gouvernements urbains en régime autoritaire. Le cas de la réforme de la gestion des déchets ménagers en Egypte

Le jury est constitué de Sarah Ben Néfissa, IRD, Le Caire (rapporteur), Sylvy Jaglin, Université Paris-Est Marne la Vallée (rapporteur), Marc Lavergne, CNRS, Lyon (GREMMO), Franck Scherrer Université de Montréal (directeur), Eric Verdeil (co-directeur).

 Résumé

Cette recherche s’inscrit au croisement de deux problématiques des études urbaines : le gouvernement urbain et les services publics en réseau. Elle étudie le cas de la gestion des déchets ménagers en Égypte à travers trois études de cas (Le Caire, Giza et Alexandrie) où la délégation du service à des entreprises européennes a transformé la gestion urbaine. Avant les Révoltes, l’Égypte, malgré des réformes de libéralisation économique et politique de façade, était demeurée un régime autoritaire et centralisé. Dans ce contexte d’une absence a priori de gouvernement urbain, comment assurer l’adaptation locale et la réponse aux besoins locaux d’une politique publique ? Proposant une grille de lecture du gouvernement urbain, nous étudions sa formation et/ou transformation et les conditions de la territorialisation des politiques publiques à travers la réforme de la gestion des déchets. Définissant ce service public comme « réseau mou », nous postulons qu’il a des caractéristiques propres à modeler le gouvernement urbain dans sa dimension institutionnelle et horizontale. Trois résultats peuvent être tirés de cette recherche. Tout d’abord, si l’État, pendant le processus de réforme, jouait un rôle central, une partie du service lui échappe dans l’implantation de la politique. Deuxièmement, ce réseau « mou » peut atteindre des objectifs de service public au même titre que les réseaux « durs » traditionnels (eau, assainissement, etc.) dans le cadre. Troisièmement, que y compris dans un régime autoritaire, ce service public particulier, a stimulé la formation de gouvernements urbains dans une forme d’autonomie vis-à-vis de l’État.

Mots clefs : Réseau ; gouvernement urbain ; Égypte ; régimes autoritaires ; service public ; déchets.

Crise des déchets à Saïda (Liban)

La décharge de Saïda (cliché EV-avril 2010)

Voilà presqu’un an que je n’ai pas mis les pieds au Liban. J’en suis l’actualité à travers la presse, principalement L’Orient-Le Jour et The Daily Star. Depuis quelques semaines, l’actualité urbaine est dominée par le problème de la mise en décharge des ordures de la région de Saïda, la grande ville du sud du pays. Depuis des années, ces ordures sont (comme pendant longtemps à Beyrouth) déposées sur ce qui est devenu avec le temps un gigantesque dépotoir qui se déverse dans la mer ou brule en dégageant des émanations toxiques. Cette solution « temporaire » devait prendre fin avec l’ouverture d’une usine en projet depuis 1997. Mais les aléas, délais, controverses autour de ce projet ont été très nombreux et l’usine n’est apparemment toujours pas opérationnelle. L’Orient-Le Jour consacre un dossier à cette question aujourd’hui, avec trois articles:
Saïda et ses environs croulent sous les ordures
Quelles perspectives pour la réhabilitation du dépotoir ?
Trier dans les maisons : une solution venant de l’intérieur

(les trois articles au format PDF ici)

Je ne peux guère me prononcer sur la qualité de ces enquêtes mais les articles offrent néanmoins des angles variés et complémentaires. Cette crise renvoie à la fois à l’incapacité de l’Etat à planifier les investissements nécessaires et à réguler le secteur; l’aide internationale est également impliquée (notamment ici, des fonds du gouvernement saoudien) mais la question est depuis longtemps devenue un enjeu local, opposant les municipalités entre elles (en fonction de leurs intérêts et situations urbaines, ainsi bien sûr que de leur affiliation politique contrastée); le conflit donne aussi à voir l’émergence de groupes contestataires locaux, écologistes ou plus largement représentant de la société civile; et enfin, cette affaire est aussi emblématique des difficultés des rapports publics-privés à l’échelle locale, puisque l’opérateur de la nouvelle usine de traitement est un investisseur privé.
En bref, on a là un conflit très révélateur des nouveaux enjeux autour de l’action publique locale et il serait très intéressant qu’une recherche plus approfondie y soit consacrée (idéal pour un sujet de thèse).

Pour mettre cela en perspective, je propose aussi les pistes suivantes :

– sur le lien entre décharges, remblais plus ou moins involontaires et transformations du littoral libanais, voir la section Atteintes à l’environnement du chapitre 4 de notre Atlas du Liban, le chapitre 11 de ma thèse où j’analyse notamment certains précédents à Saïda justement (partiellement repris dans mon livre récemment paru) et mon article centré sur Beyrouth mais qui abordait cette question des empiètements littoraux dans une perspective plus large de mutations urbaines et d’infractions des riches.

– sur les politiques des déchets au Liban il existe peu de travaux à ma connaissance. Avec Eric Huybrechts, nous avions toutefois évoqué ces questions à propos de Beyrouth dans le contexte de la fin des années 1990 (Beyrouuth entre reconstruction et métropolisation).

Les chiffonniers du Caire et la « grippe porcine » sur Visions cartographiques

A lire, le papier de Bénédicte Florin sur le blog Visions cartographiques, où Philippe Rekacewicz du mensuel Le Monde diplomatique invite les géographes et créateurs d’images à communiquer leurs travaux au grand public.

Dans les premiers jours de mai 2009, après un Conseil des ministres réuni le 30 avril et présidé par le chef de l’Etat, M. Hosni Moubarak [1], la police égyptienne et des vétérinaires réquisitionnés procédaient à la capture et à l’abattage de 300 000 porcs élevés par les chiffonniers du pays. L’Egypte a été le seul Etat au monde à prendre une telle décision après l’apparition de la grippe A/H1N1 au Mexique, au printemps 2009, et surnommée « grippe porcine » alors même que les scientifiques ont récusé l’expression et démontré qu’il s’agissait d’une grippe inter-humaine. Au même moment, M. Gezairy, Directeur régional de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) pour la Méditerranée Orientale, annonçait à la presse que l’exposition aux porcs n’était pas un facteur de transmission. Le directeur de la FAO [2] tentera, en vain, de joindre les autorités égyptiennes pour les dissuader. La panique collective qui a saisi l’Egypte, l’absence de contestation dans les médias, le silence des ONG, l’instrumentalisation faite de la « crise des cochons » par le Parti National Démocrate (PND) au pouvoir et par le parti des Frères musulmans, ont rendu irrémédiable l’abattage des cochons.

Ce papier reprend des éléments de son article Réforme de la gestion des déchets et reconfigurations des territoires professionnels des chiffonniers du Caire publié dans Géocarrefour il y a quelques mois, complété par des travaux de Lise Debout (quelques billets de blog). Consultez aussi les travaux du groupe Sociétés urbaines et déchets.