Archives par étiquette : damas

Michel Ecochard à Martigues au miroir de Damas et Beyrouth

© Sylvie Denante, drac paca crmh, 2006 L’école Di Lorto à Martigues, un projet d’Ecochard au sein de la ZUP dont il a établi le plan

En 2013 j’avais participé à une conférence organisée dans le cadre des Mardis du Patrimoine de la ville de Martigues autour de la figure de l’architecte et urbaniste Michel Ecochard. J’ai écrit, en vue d’actes qui semblent pour l’instant en stand-by, un texte qui rassemble les idées présentées. Il est désormais accessible sur Hal, et en voici le résumé.

Michel Ecochard sur l’autre rive de la Méditerranée : Martigues au miroir de Beyrouth et Damas

Résumé : Entre 1962 et 1973, l’architecte et urbaniste Michel Ecochard intervient à Martigues qui connait une rapide urbanisation. Ces réalisations sont représentatives d’un urbanisme d’Etat. Cet urbaniste a alors effectué l’essentiel de son parcours professionnel dans des pays du Tiers Monde. Dans la décennie 1960, il effectue entre autres plusieurs missions au Liban puis en Syrie. Cette communication, présenté lors des Mardi du patrimoine de la ville de Martigues, se demande en quoi ce parcours nourrit sa réflexion d’urbaniste en France et en particulier à Martigues. Le texte est basé sur l’analyse des archives concernant ses interventions au Liban et en Syrie, et non pas de celles qui ont trait aux projets martégaux. Ces éléments ne révèlent guère de connexions directes entre ces expériences parallèles. Toutefois, on peut dégager quelques analogies entre des contextes que par ailleurs tout sépare. Après un bref rappel des principales étapes de la carrière d’Ecochard, les interventions libanaises et syriennes seront examinées plus en détail. Je soulignerai ce qu’elles révèlent des conceptions urbanistiques d’Ecochard au-delà des particularités politiques et sociales des contextes proche-orientaux.

L’urbanisme moderne à Beyrouth et à Damas

Michel Ecochard (c) Cité de l'architecture et du patrimoine

Mon article « Michel Ecochard in Lebanon and Syria (1956–1968). The spread of Modernism, the building of the independent states and the rise of local professionals of planning », repris d’une communication au colloque de l’Association européenne d’histoire urbaine de Lyon en 2008, vient enfin d’être publié dans Planning Perspectives, après une longue série de valse hésitation. En voici le résumé. On peut le consulter ici ou en version d’auteur sur Hal-SHS.

The architect and planner Michel Ecochard has had a long career in developing countries, from its first works in Syria under the French rule, until the 1970s. He represented the modernist and functionalist approach to planning in a time of modernization. In this article, we concentrate on his work in Lebanon and Syria between the end of the 1950s and the 1960s. He prepared the master plans of Beirut and of Damascus. Those works represented the end of an era rooted in colonial planning. It was also the beginning of a new time, with the local planners taking on, sometimes sharing, sometimes contesting Ecochard’s visions. Building on recent scholarship on the circulation of planning ideas, we focus on the reception of Ecochard’s proposals. Though most political elites and planning professionals shared most of Ecochard’s views, the political circumstances and the changing social conditions led to adjustments and reorientations. The new planning framework was also a major factor of change.

Référence:
Verdeil É., 2012, Michel Ecochard in Lebanon and Syria (1956-1968). The spread of Modernism, the Building of the Independent States and the Rise of Local professionals of planning, Planning Perspectives, avril 2012, vol. 27, n°2, p. 243–260. < http://dx.doi.org/10.1080/02665433.2012.646774 >

Voir aussi un précédent billet sur un thème proche : « Circulations urbanistiques : Ecochard comme pivot « 

Révoltes arabes : inscription dans les luttes sociales, enjeux de dénomination, lieux de contestation. Une sélection de textes

Manifestants incrédules d'occuper la place Tahrir aux premiers jours de la révolution égyptienne. (c) Jimmy Markoum

Dans le cadre du séminaire Villes, territoires, mondialisations, commun aux masters Systèmes territoriaux, Aide à la décision et développement durable et Ville et Société, que je coordonne avec Myriam Houssay-Holzschuch, l’une des séances portera sur « Villes, contestations et citoyenneté : lecture des révoltes arabes ». Contrairement aux autres séances, qui reposent totalement sur des textes académiques (la plupart volontairement en anglais), j’ai privilégié ici, faute de recul et de production scientifique suffisante, un ensemble de témoignages, tribunes et analyses publiés sur internet par des journalistes, des chercheurs ou des observateurs. Il s’agit d’une sélection, forcément arbitraire, issue de mon propre butinage pour utiliser ce joli terme québécois. Trois thématiques, inégalement représentées, sont proposées. Ce classement résulte pour partie de l’orientation disciplinaire et thématique privilégiée pour le séminaire, destinée à des jeunes géographes et urbanistes. Continuer la lecture

Migrations, réfugiés et villes au Proche-Orient et au Soudan

La rue principale de Jeramana en 2008 : immeuble en construction à côté d’une des dernières habitations basses de la ville (cliché C. Roussel - RGE)

La Revue géographique de l’Est publie un dossier intitulé Migrations et réfugiés au Proche-Orient et au Soudan, coordonné par Cyril Roussel. En dépit de son titre, il comprend en fait deux articles sur Damas (dont celui de Fabrice Balanche est en marge de la problématique annoncée et propose en fait une synthèse sur le développement de l’habitat non-réglementaire à Damas), deux autres sur la question des réfugiés au Soudan et un dernier sur l’intégration des réfugisés palestiniens au Liban.
Sommaire :