Archives par étiquette : charbon

Quelques notes sur Carbon Democracy. Political Power in the Age of Oil de Timothy Mitchell

Ces notes ont été présentées lors du séminaire ACREOR/EVS du 8 février 2013. On lira sur le carnet du séminaire la suite des échanges et en particulier les intéressantes remarques de Romain Garcier.

Au croisement des sciences politiques, de la sociologie d’inspiration latourienne (attention aux actants non humains) et callonienne (sociologie de la traduction) et de l’histoire du Moyen-Orient, l’œuvre de Timothy Mitchell intéresse également au premier chef les géographes.

Son livre précédent, Rules of Experts, Egypt, Technopolitics, Modernity, s’attachait aux techno-logiques du « développement », à propos des marchés du blé et des œufs en Egypte, et ou à travers le rôle du moustique comme vecteur du paludisme, en lien avec la construction du premier barrage d’Assouan, puis l’invention du DDT ; ou encore à travers l’émergence d’une nouvelle économie coloniale de la canne à sucre, première bénéficiaire des nouveaux dispositifs d’irrigation; des analyses stimulantes étaient aussi consacrées à la naissance du cadastre égyptien et à l’« invention » de l’Egypte via les techniques de la comptabilité nationale1. Ce faisant, Mitchell prête attention aux dispositifs matériels et technologiques, aux calculs et aux outils qui construisent la réalité, et qui contribuent à l’articulation des intérêts. Les agencements de l’humain et du non-humain recomposent dans le même temps les rapports de domination.

Mitchell T., 2011, Carbon democracy : political power in the age of oil, London ; New York, Verso, 278 p.

Le nouvel ouvrage présenté aujourd’hui est consacré à l’analyse du pouvoir politique à l’époque du pétrole. Il met en avant l’idée d’un lien consubstantiel entre les formes d’organisation des sociétés démocratiques et leur approvisionnement énergétique. En perspective, cette analyse pose la question de la transition énergétique actuelle. Continuer la lecture

Notes _____________________
  1. voir la note de lecture rédigée au sujet de ce livre par Michel Callon []