Archives par étiquette : Beyrouth

Soutenance de Thèse: Marie Bonte, Beyrouth, états de fête. Géographie des loisirs nocturnes dans une ville post-conflit

Je participerai demain, vendredi 8 décembre à Grenoble, au jury de la thèse de Marie Bonte. (ses publications via Hal).

Résumé :

Cette thèse porte sur les espaces de la vie nocturne à Beyrouth, entendus comme l’espace physique des bars et des boîtes de nuit et comme un ensemble de pratiques et de sociabilités qui leur sont associées (notamment autour de l’alcool, de la danse, de la musique), regroupant diverses catégories d’acteurs chargés de sa production et de sa régulation. Tout en privilégiant une étude décentrée des concepts, je m’inscris dans le champ récent qui intègre la nuit à la réflexion géographique. Je privilégie l’analyse des usages ludiques de Beyrouth la nuit ainsi que leur portée sociale et politique dans le contexte libanais. J’articule donc les problématiques nocturnes au prisme du post-conflit, qui permet de définir une situation dans laquelle les héritages de différentes périodes de guerre sont encore visibles et opérants tout en se mêlant à d’autres processus plus récents. Le rapport entre vie nocturne et ville post-conflit est à double sens : la situation post-conflictuelle conditionne l’offre, les pratiques et les représentations attachées aux loisirs de nuit qui en retour constituent le lieu d’inscription des héritages, des incertitudes et des possibles de la jeunesse noctambule. Cette recherche s’appuie sur une enquête qualitative mêlant entretiens formels et observation directe. La vie nocturne de Beyrouth y est appréhendée à travers trois lectures de l’espace : l’espace physique et urbain investi par les établissements et les individus, l’espace social des relations entre acteurs, l’espace politique et critique des revendications et des transgressions. Ces trois niveaux de compréhension mobilisent tout en les spatialisant les notions de champ (pour désigner les acteurs chargés de la production de la vie nocturne), de monde (pour désigner les noctambules) et d’ethos (pour désigner l’ensemble des principes et des valeurs qui orientent les comportements.

Jury :

Mme Mona Harb, Professor, American University of Beirut (Rapporteur)

Mme Anna Madoeuf, Professeur, Université François-Rabelais de Tours (Rapporteur)

M. Éric Verdeil, Professeur, Sciences-Po Paris (Examinateur)

M. Franck Mermier, Directeur de Recherches, CNRS, IIAC/LAUM (Examinateur)

M. Jérôme Tadié, Chargé de Recherches, IRDN, URMIS (Examinateur)

Mme Karine Bennafla, Professeure, Université Jean Moulin Lyon 3, (Co-Directrice)

Mme Myriam Houssay-Holzschuch, Professeure, Université Grenoble Alpes (Co-Directrice)

Crise des déchets et fabrique urbaine à Beyrouth

Je poursuis ma série (1, 2) sur les enjeux de la crise des déchets à Beyrouth, en archivant ici ce petit texte publié par la Lettre Cogito n°3 de Sciences Po, dans le cadre d’un dossier plus large : Les métropoles sont elles gouvernables?

La crise des déchets que connaît le Liban depuis l’été 2015 a été fortement médiatisée et a donné lieu à des analyses essentiellement intéressées par sa signification politique. Causée par la saturation de la principale décharge de l’agglomération de Beyrouth et l’incapacité des autorités gouvernementales à adopter une solution pérenne, cette crise a provoqué une forte mobilisation civique.
Au-delà de la question technique de la gestion et du traitement des ordures, les manifestants contestaient un système opaque où l’État, incapable d’assurer le fonctionnement minimal des services publics, ne sert qu’à enrichir une élite politique que seul unit le souci de « se partager le gâteau » et de se maintenir au pouvoir.

Construire sur les décharges de la guerre civile Continuer la lecture

[Archives] Lettres d’information de l’Observatoire de recherche sur Beyrouth et la reconstruction

Le Centre d’études et de recherches sur le Moyen-Orient contemporain (CERMOC) a publié entre 1995 et 2001 14 numéros de la Lettre d’information de l’Observatoire de recherche sur Beyrouth et la reconstruction, détaillant les activités de ce programme de recherche. Outre des informations par nature éphémère, cette lettre comportait des études modestes mais riches d’informations et de résultats d’enquêtes, des comptes rendus d’activités et d’ouvrages, ainsi qu’une chronologie de la reconstruction de Beyrouth qui pourrait présenter une certaine utilité à des chercheurs intéressés par cette période.
L’IFPO, qui a pris la succession du CERMOC, n’a pas jugé utile de numériser cette série malgré mes suggestions en ce sens il y a quelques années. Il se trouve que j’ai dans mes archives quelques numéros en PDF (1 à 5, 10, 13 et 14). J’ai essayé de les déposer sur HAL-SHS mais ce ne serait éventuellement acceptable qu’en distinguant article par article.
J’ai donc déposé ces numéros sur Internet Archive. Voici le lien pour les numéros 1 à 5, vers le 1013 et le 14. Ci-dessous la table des matières du n°14 (2001) que j’avais coordonné.

Des déchets aux remblais: imaginaire aménageur, corruption et dérèglements métaboliques à Beyrouth

Le port de pêche de Borj Hammoud au pied de la « montagne » de déchets accumulés depuis la guerre civile libanaise jusqu’à 1997, avant les récents travaux de démantèlement. Photo Eric Verdeil, CC-ND-NC

Les scandales à répétition qui éclatent à propos de la gestion des déchets au Liban et plus particulièrement dans l’agglomération de Beyrouth mettent en évidence les montants énormes des contrats en question et leur opacité, et donc plus largement la corruption qui joue un rôle déterminant dans l’organisation de l’action publique. Les débats de l’été 2015 ont ainsi permis d’exposer publiquement les zones d’ombre, anomalies et irrégularités concernant les contrats successifs de Sukleen, et de pointer vers un ensemble de bénéficiaires indirects de cette rente. La réorganisation en principe provisoire de la gestion des déchets à Beyrouth et dans le Mont Liban s’est traduite par l’apparition de nouveaux acteurs, bénéficiaires des contrats de collecte ou de construction et de gestion de décharges dont les montants et les modalités techniques posent là encore question. De plus, sans même parler de la décision hautement discutable d’installer des décharges au bord du littoral, diverses anomalies ont été soulignées, comme le fait que le tri et le recyclage–déjà peu ambitieux–sont pour l’instant impossibles à cause de la saturation des installations dédiées pour cause de stockage de déchets, alors que les entreprises sont payées pour un travail qu’elles ne font pas. Enfin, le dévoilement d’une clause permettant de démanteler la décharge de Borj Hammoud pour déposer les ordures stockées là depuis les années 1990 directement dans la mer apparaît comme une provocation environnementale d’un cynisme absolu de la part du CDR–et qui va sans doute avec des contreparties financières. Continuer la lecture

Beyrouth, ville divisée

L’enregistrement de ma conférence « Beyrouth, ville divisée » tenue aux Rendez vous de l’Histoire du Monde arabe, à l’Institut du Monde arabe, le 21 mai dernier, est en ligne. En complément, voici aussi mon support de présentation:

Les autres conférences peuvent être retrouvées ici.

De l’impuissance des citoyens libanais face aux crises des services publics – compléments et rebondissements

powerless-orient-xxiJ’ai le plaisir de signaler la parution de mon article De l’impuissance des citoyens libanais face au « système », à travers l’analyse critique du documentaire de Cynthia Choucair « Powerless », sur le site d’information Orient XXI (repris sur Jadaliyya Cities). En voici le « pitch ».

Le délabrement des services publics, du ramassage des ordures aux coupures d’électricité, a suscité de nombreuses mobilisations au Liban. Le documentaire Powerless de Cynthia Choucair en rend compte de manière intéressante, mais, par son apolitisme, le propos perd de sa force.

J’y renvoie directement les lecteurs intéressés, sans le reproduire ici. Toutefois, je tiens à signaler, en complément de cette analyse, un autre petit film de Cynthia Choucair, avec l’aide du très incisif journaliste d’Al Akhbar Mohamed Zbeed, tourné au moment des manifestations de l’été 2015 au moment de la crise des ordures. Elle y interroge des citoyens manifestants sous la forme de quizz humouristiques, en vue de leur faire deviner les intérêts financiers des hommes politiques libanais, et la collusion entre intérêts publics et privés. Beaucoup tombent des nues… et d’une manière générale se montrent très peu au courant, si j’ose dire, des actions publiques ou privées, et même de l’identité des hommes qui les gouvernent (et qui les lient dans l’obscurité, pour paraphraser le Seigneur des anneaux). C’est poser la question de la dépolitisation implicite de la question de la crise électrique, que je discute dans ses choix scénaristiques pour ce scénario, sous un autre angle.

Questions that puzzled the Lebanesehttps://www.facebook.com/road2films/videos/971089022934597/

Pour conclure, signalons le dernier rebondissement de la crise des déchets, à savoir le fait que l’amoncellement des déchets non triés et non traités dans la décharge de Costa Brava à proximité immédiate de la piste maritime de l’aéroport de  Beyrouth attire de nombreux oiseaux qui font craindre un remake de l’accident de l’avion newyorkais contraint d’amerrir sur l’Hudson. Après avoir installé des avertisseurs sonores imitant des cris de rapaces, il semblerait selon Habib Battah (The Beirut Report) que le gouvernement ait décidé un abatage massif des oiseaux.

Les crises infrastructurelles à Beyrouth au prisme de l’écologie politique urbaine

La reprise du remblayage de la mer par les décharges à Borj Hammoud (ici ou à Costa Brava). Image Mohammad Azakir/The Daily Star. Repris sur Beirut Syndrome: http://www.beirutsyndrome.com/articles/burj-hammoud-stinks/

La reprise du remblayage de la mer par les décharges à Borj Hammoud (ici ou à Costa Brava). Image Mohammad Azakir/The Daily Star. Repris sur Beirut Syndrome: http://www.beirutsyndrome.com/articles/burj-hammoud-stinks/

Je présenterai mes recherches en cours sur les coupures d’électricité et la crise des déchets à Beyrouth. Ce sera le 14 décembre à 17h dans le cadre du séminaire Cities are back in town de l’école urbaine de Sciences Po, qui est ma nouvelle affectation professionnelle depuis le 1er septembre dernier. L’accès est libre mais il faut obligatoirement s’inscrire.

Cette présentation est basée sur un suivi depuis une dizaine d’années de la crise libanaise de l’électricité, et une observation à distance de la récente crise des déchets dans la région de Beyrouth. A partir de ces deux cas, je propose un cadre d’analyse des crises infrastructurelles urbaines, prenant en considération les interrelations entre la reconfiguration socio-technique des circuits d’infrastructure et la recomposition des pouvoirs à l’échelle des villes dans des contextes marqués par l’érosion et la mise en cause de la domination étatique et par le très fort dynamisme de la production urbaine.

Pour avoir un avant gout de ce que je vais présenter, on peut se reporter à mes publications les plus récentes, notamment ce chapitre en anglais. Par ailleurs, avec un point de vue théorique très différent (dans le cadre des travaux de la chaire ville dirigée par Dominique Lorrain sur le gouvernement des villes méditerranéennes), j’ai exploré la question des services urbains et de leur crise dans un papier préliminaire. Un chapitre d’ouvrage plus fouillé et détaillé est en préparation.

L’observatoire urbain de Beyrouth, un outil scientifique en question: petit exercice d’égo-histoire

La vidéo de la table ronde de l’IMA le 5 juin 2015, annoncée dans le dernier billet,  est désormais en ligne. Je profite de la rentrée tardive de ce carnet pour proposer aux lecteurs quelques éléments de mon HDR, enfin terminée, où je reviens sur l’histoire de l’observatoire de Beyrouth. L’analyse pourra de ce fait paraître centrée sur ma personne : c’est un effet de syle lié à l’exercice de l’égo-histoire (ou égo-géographie), et il faut donc relativiser ce biais.

La table ronde rassemblait Mercedes Volait, Julien Loiseau, Eric Denis et moi-même, et fut introduite et animée par Vincent Lemire. (Attention le son est un peu faible.) Vincent Lemire commence à m’introduire pour parler de l’observatoire urbain de Beyrouth vers 24’15 ». Puis vers 34′, j’aborde la mise en réseau des observatoires urbains. C’est sur ces points que revient le texte qui suit. L’idée de développer cette histoire vient tardivement en réponse à un billet de Caecilia Pieri dans Les Carnets de l’IFPO en 2012, pour les 20 ans de l’Observatoire de Beyrouth. Continuer la lecture

Beyrouth, imaginaires urbanistiques (avec la vidéo)

[mis à jour] J’ai participé à cette table ronde à la Cité du Patrimoine et de l’Architecture le jeudi 16 avril 2015, de 18h30 à 20h30.

A partir des ouvrages « Beyrouth sous mandat français. Construction d’une ville moderne » de Marlène Ghorayeb (Éd. Karthala, 2014), « Intensive Beyrouth » de Youssef Tohme (Ed. Norma, 2014) et « Beyrouth et ses urbanistes. Une ville en plans (1946-1975) » d’Eric Verdeil (Presses de l’IFPO, 2010).

L’urbanisme de Beyrouth saisi à trois moments-clés de l’histoire moderne de la ville : la gouvernance mandataire (à partir de 1918), l’euphorie de l’Indépendance (après 1946) et les excès du libéralisme après la fin de la guerre civile en 1990. Plus riches en intentions qu’en réalisations, les successives mises en plan de la capitale libanaise invitent à une réflexion sur les temporalités de l’action publique, ainsi que sur les sédimentations et résiliences qui fondent l’urbanité libanaise; en retour, les plans offrent l’opportunité de s’intéresser aux processus d’internationalisation des concepts, des outils et des milieux professionnels de l’urbanisme au XXe siècle.

En présence des auteurs.
Modératrice: Mercedes Volait, historienne de l’architecture, spécialiste de l’Egypte moderne, directeur de recherche au CNRS et directeur du laboratoire InVisu à l’Institut national d’histoire de l’art.

Voilà la vidéo:

Beyrouth, imaginaires urbanistiques par Cite-architecture

 

Michel Ecochard à Martigues au miroir de Damas et Beyrouth

© Sylvie Denante, drac paca crmh, 2006 L’école Di Lorto à Martigues, un projet d’Ecochard au sein de la ZUP dont il a établi le plan

En 2013 j’avais participé à une conférence organisée dans le cadre des Mardis du Patrimoine de la ville de Martigues autour de la figure de l’architecte et urbaniste Michel Ecochard. J’ai écrit, en vue d’actes qui semblent pour l’instant en stand-by, un texte qui rassemble les idées présentées. Il est désormais accessible sur Hal, et en voici le résumé.

Michel Ecochard sur l’autre rive de la Méditerranée : Martigues au miroir de Beyrouth et Damas

Résumé : Entre 1962 et 1973, l’architecte et urbaniste Michel Ecochard intervient à Martigues qui connait une rapide urbanisation. Ces réalisations sont représentatives d’un urbanisme d’Etat. Cet urbaniste a alors effectué l’essentiel de son parcours professionnel dans des pays du Tiers Monde. Dans la décennie 1960, il effectue entre autres plusieurs missions au Liban puis en Syrie. Cette communication, présenté lors des Mardi du patrimoine de la ville de Martigues, se demande en quoi ce parcours nourrit sa réflexion d’urbaniste en France et en particulier à Martigues. Le texte est basé sur l’analyse des archives concernant ses interventions au Liban et en Syrie, et non pas de celles qui ont trait aux projets martégaux. Ces éléments ne révèlent guère de connexions directes entre ces expériences parallèles. Toutefois, on peut dégager quelques analogies entre des contextes que par ailleurs tout sépare. Après un bref rappel des principales étapes de la carrière d’Ecochard, les interventions libanaises et syriennes seront examinées plus en détail. Je soulignerai ce qu’elles révèlent des conceptions urbanistiques d’Ecochard au-delà des particularités politiques et sociales des contextes proche-orientaux.