Archives par étiquette : Beyrouth

De l’impuissance des citoyens libanais face aux crises des services publics – compléments et rebondissements

powerless-orient-xxiJ’ai le plaisir de signaler la parution de mon article De l’impuissance des citoyens libanais face au « système », à travers l’analyse critique du documentaire de Cynthia Choucair « Powerless », sur le site d’information Orient XXI (repris sur Jadaliyya Cities). En voici le « pitch ».

Le délabrement des services publics, du ramassage des ordures aux coupures d’électricité, a suscité de nombreuses mobilisations au Liban. Le documentaire Powerless de Cynthia Choucair en rend compte de manière intéressante, mais, par son apolitisme, le propos perd de sa force.

J’y renvoie directement les lecteurs intéressés, sans le reproduire ici. Toutefois, je tiens à signaler, en complément de cette analyse, un autre petit film de Cynthia Choucair, avec l’aide du très incisif journaliste d’Al Akhbar Mohamed Zbeed, tourné au moment des manifestations de l’été 2015 au moment de la crise des ordures. Elle y interroge des citoyens manifestants sous la forme de quizz humouristiques, en vue de leur faire deviner les intérêts financiers des hommes politiques libanais, et la collusion entre intérêts publics et privés. Beaucoup tombent des nues… et d’une manière générale se montrent très peu au courant, si j’ose dire, des actions publiques ou privées, et même de l’identité des hommes qui les gouvernent (et qui les lient dans l’obscurité, pour paraphraser le Seigneur des anneaux). C’est poser la question de la dépolitisation implicite de la question de la crise électrique, que je discute dans ses choix scénaristiques pour ce scénario, sous un autre angle.

Questions that puzzled the Lebanesehttps://www.facebook.com/road2films/videos/971089022934597/

Pour conclure, signalons le dernier rebondissement de la crise des déchets, à savoir le fait que l’amoncellement des déchets non triés et non traités dans la décharge de Costa Brava à proximité immédiate de la piste maritime de l’aéroport de  Beyrouth attire de nombreux oiseaux qui font craindre un remake de l’accident de l’avion newyorkais contraint d’amerrir sur l’Hudson. Après avoir installé des avertisseurs sonores imitant des cris de rapaces, il semblerait selon Habib Battah (The Beirut Report) que le gouvernement ait décidé un abatage massif des oiseaux.

Les crises infrastructurelles à Beyrouth au prisme de l’écologie politique urbaine

La reprise du remblayage de la mer par les décharges à Borj Hammoud (ici ou à Costa Brava). Image Mohammad Azakir/The Daily Star. Repris sur Beirut Syndrome: http://www.beirutsyndrome.com/articles/burj-hammoud-stinks/

La reprise du remblayage de la mer par les décharges à Borj Hammoud (ici ou à Costa Brava). Image Mohammad Azakir/The Daily Star. Repris sur Beirut Syndrome: http://www.beirutsyndrome.com/articles/burj-hammoud-stinks/

Je présenterai mes recherches en cours sur les coupures d’électricité et la crise des déchets à Beyrouth. Ce sera le 14 décembre à 17h dans le cadre du séminaire Cities are back in town de l’école urbaine de Sciences Po, qui est ma nouvelle affectation professionnelle depuis le 1er septembre dernier. L’accès est libre mais il faut obligatoirement s’inscrire.

Cette présentation est basée sur un suivi depuis une dizaine d’années de la crise libanaise de l’électricité, et une observation à distance de la récente crise des déchets dans la région de Beyrouth. A partir de ces deux cas, je propose un cadre d’analyse des crises infrastructurelles urbaines, prenant en considération les interrelations entre la reconfiguration socio-technique des circuits d’infrastructure et la recomposition des pouvoirs à l’échelle des villes dans des contextes marqués par l’érosion et la mise en cause de la domination étatique et par le très fort dynamisme de la production urbaine.

Pour avoir un avant gout de ce que je vais présenter, on peut se reporter à mes publications les plus récentes, notamment ce chapitre en anglais. Par ailleurs, avec un point de vue théorique très différent (dans le cadre des travaux de la chaire ville dirigée par Dominique Lorrain sur le gouvernement des villes méditerranéennes), j’ai exploré la question des services urbains et de leur crise dans un papier préliminaire. Un chapitre d’ouvrage plus fouillé et détaillé est en préparation.

L’observatoire urbain de Beyrouth, un outil scientifique en question: petit exercice d’égo-histoire

La vidéo de la table ronde de l’IMA le 5 juin 2015, annoncée dans le dernier billet,  est désormais en ligne. Je profite de la rentrée tardive de ce carnet pour proposer aux lecteurs quelques éléments de mon HDR, enfin terminée, où je reviens sur l’histoire de l’observatoire de Beyrouth. L’analyse pourra de ce fait paraître centrée sur ma personne : c’est un effet de syle lié à l’exercice de l’égo-histoire (ou égo-géographie), et il faut donc relativiser ce biais.

La table ronde rassemblait Mercedes Volait, Julien Loiseau, Eric Denis et moi-même, et fut introduite et animée par Vincent Lemire. (Attention le son est un peu faible.) Vincent Lemire commence à m’introduire pour parler de l’observatoire urbain de Beyrouth vers 24’15 ». Puis vers 34′, j’aborde la mise en réseau des observatoires urbains. C’est sur ces points que revient le texte qui suit. L’idée de développer cette histoire vient tardivement en réponse à un billet de Caecilia Pieri dans Les Carnets de l’IFPO en 2012, pour les 20 ans de l’Observatoire de Beyrouth. Continuer la lecture

Beyrouth, imaginaires urbanistiques (avec la vidéo)

[mis à jour] J’ai participé à cette table ronde à la Cité du Patrimoine et de l’Architecture le jeudi 16 avril 2015, de 18h30 à 20h30.

A partir des ouvrages « Beyrouth sous mandat français. Construction d’une ville moderne » de Marlène Ghorayeb (Éd. Karthala, 2014), « Intensive Beyrouth » de Youssef Tohme (Ed. Norma, 2014) et « Beyrouth et ses urbanistes. Une ville en plans (1946-1975) » d’Eric Verdeil (Presses de l’IFPO, 2010).

L’urbanisme de Beyrouth saisi à trois moments-clés de l’histoire moderne de la ville : la gouvernance mandataire (à partir de 1918), l’euphorie de l’Indépendance (après 1946) et les excès du libéralisme après la fin de la guerre civile en 1990. Plus riches en intentions qu’en réalisations, les successives mises en plan de la capitale libanaise invitent à une réflexion sur les temporalités de l’action publique, ainsi que sur les sédimentations et résiliences qui fondent l’urbanité libanaise; en retour, les plans offrent l’opportunité de s’intéresser aux processus d’internationalisation des concepts, des outils et des milieux professionnels de l’urbanisme au XXe siècle.

En présence des auteurs.
Modératrice: Mercedes Volait, historienne de l’architecture, spécialiste de l’Egypte moderne, directeur de recherche au CNRS et directeur du laboratoire InVisu à l’Institut national d’histoire de l’art.

Voilà la vidéo:

Beyrouth, imaginaires urbanistiques par Cite-architecture

 

Michel Ecochard à Martigues au miroir de Damas et Beyrouth

© Sylvie Denante, drac paca crmh, 2006 L’école Di Lorto à Martigues, un projet d’Ecochard au sein de la ZUP dont il a établi le plan

En 2013 j’avais participé à une conférence organisée dans le cadre des Mardis du Patrimoine de la ville de Martigues autour de la figure de l’architecte et urbaniste Michel Ecochard. J’ai écrit, en vue d’actes qui semblent pour l’instant en stand-by, un texte qui rassemble les idées présentées. Il est désormais accessible sur Hal, et en voici le résumé.

Michel Ecochard sur l’autre rive de la Méditerranée : Martigues au miroir de Beyrouth et Damas

Résumé : Entre 1962 et 1973, l’architecte et urbaniste Michel Ecochard intervient à Martigues qui connait une rapide urbanisation. Ces réalisations sont représentatives d’un urbanisme d’Etat. Cet urbaniste a alors effectué l’essentiel de son parcours professionnel dans des pays du Tiers Monde. Dans la décennie 1960, il effectue entre autres plusieurs missions au Liban puis en Syrie. Cette communication, présenté lors des Mardi du patrimoine de la ville de Martigues, se demande en quoi ce parcours nourrit sa réflexion d’urbaniste en France et en particulier à Martigues. Le texte est basé sur l’analyse des archives concernant ses interventions au Liban et en Syrie, et non pas de celles qui ont trait aux projets martégaux. Ces éléments ne révèlent guère de connexions directes entre ces expériences parallèles. Toutefois, on peut dégager quelques analogies entre des contextes que par ailleurs tout sépare. Après un bref rappel des principales étapes de la carrière d’Ecochard, les interventions libanaises et syriennes seront examinées plus en détail. Je soulignerai ce qu’elles révèlent des conceptions urbanistiques d’Ecochard au-delà des particularités politiques et sociales des contextes proche-orientaux.

Méditerranéité – de Beyrouth à Marseille

med-libSollicité par l’équipe de consultants IntraDev pour réfléchir sur l’urbanisme de la métropole marseillaise à partir d’une perspective beyrouthine, j’ai relu l’opuscule La Méditerranée libanaise, éditée en 1999 sous la houlette de Thierry Fabre dans un coffret de textes intitulé Les représentations de la Méditerranée, chez Maisonneuve et Larose, éditeur aujourd’hui disparu. Cet opuscule comprend deux textes: le premier, plutôt littéraire et politique, est de l’écrivain Elias Khoury et s’intitule « Beyrouth et la Méditerranée. Langue double, langue plurielle » ;  L’autre, de l’historien (et très belle plume) Ahmad Beydoun, « Extrême Mediterranée. Libanisme contemporain à l’épreuve de la mer ». L’un comme l’autre, par des chemins différents, démontent cette évidence apparente d’une « méditeranéité libanaise ». Cela m’a inspiré les réflexions suivantes, à poursuivre peut être.

La « méditerranéité » de Beyrouth et ce qu’elle peut nous dire de celle de Marseille

Le discours sur la méditerranéité des villes du pourtour méditerranéen doit toujours être compris comme une construction idéologique, souvent promue par les autorités politiques, dans un jeu de tensions identitaires. Dans le cas de Beyrouth, la méditerranéité est un discours qui a pour fonction de masquer et de rejeter d’autres mythes politiques non consensuels, en l’occurrence le discours sur l’appartenance du Liban à l’ensemble arabe, notamment à partir de la fin du XIXe siècle. Le discours sur l’appartenance méditerranéenne du Liban, ultérieurement, a aussi pour fonction de conjurer d’autres identités qui s’imposent à ce pays, notamment les identités confessionnelles, volontiers présentées comme des discours montagnards. Beyrouth, ville portuaire, incarne par excellence cette vocation méditerranéenne en tant qu’ancienne échelle du Levant.

Cette idée d’une ville méditerranéenne, ou plutôt d’une méditerranéité à révéler, a plusieurs fois animé les politiques urbanistiques: la première fois dans les années 1960, notamment dans lors des travaux commandés par le général Chéhab à l’urbaniste Michel Ecochard, qui célébrait Beyrouth comme une capitale de la Méditerranée (voir ici) ; la seconde lors de la reconstruction de 1977 (chapitre 9 de ma thèse) ; et de nouveau, quoique plus discrètement, lors de la reconstruction des années 1990. Mais ce discours urbain se voulant réconciliateur, mettant en avant le commerce comme facteur de paix, a toujours eu du mal à réellement modeler la cité et à suturer ses blessures. Paradoxalement même, il a été mis en avant à un moment où, comme l’ont observé plusieurs analystes critiques (dont Elias Khoury et avant lui Jad Tabet), la ville en un sens tournait le dos à la mer, et où les appropriations privées du littoral en séparaient la majorité des Beyrouthins.

De cet usage et de cette rhétorique superficiellement consensuels de la notion de Méditerranée, Marseille et son projet métropolitain doivent se méfier et ne doivent pas abuser, nous suggère l’exemple beyrouthin. Surtout que la réalité de la diversité culturelle d’une ville comme Beyrouth – et sans doute pourrait-on faire une observation similaire pour Marseille – dépasse en fait largement la Méditerranée. Ainsi, le bouillonnement culturel beyrouthin des années 1960, tant vanté, était en fait largement un bouillonnement arabe, avec la présence d’intellectuels irakiens, égyptiens, palestiniens, syriens qui se reconnaissaient peu dans la Méditerranée. De nos jours, la diversité arabe reste forte, mais elle se double d’une dimension spécifique à la diaspora libanaise, reliée à New York, Londres, Sao Paulo, Montréal, Paris bien sûr, voire Sidney, sans parler de Dubai et Riyadh… ce qui finalement relativise la méditerranéité…

Mutatis mutandis, si l’on pense à Marseille, n’est elle pas autant ou plus en relation avec des villes d’Europe, d’Afrique noire, d’Asie qu’avec ses voisines méditerranéenne? y compris au niveau des coopérations urbanistiques? Ici, les pratiques sont en fait plus diverses que le discours officiel, y compris culturel. C’est ce que suggérait Boris Grésillon dans son petit ouvrage sur MP 2013 (voir mon commentaire), où il regrettait que cet événement et son insistance sur la vocation méditerranéenne de Marseille laissaient au second plan, voire même délaissaient, les ancrages européens de la cité phocéenne.

 

La reconstruction entre politiques et cultures urbanistiques. Réflexions à partir de l’exemple de Beyrouth

Le plan des immeubles reconstruits (source: Waad)

Le plan des immeubles reconstruits (source: Waad)

Vient de paraître, cette communication au colloque Waad, l’expérience unique, qui s’est tenue en juillet 2012 à Beyrouth, au sujet de la reconstruction de la banlieue sud suite aux bombardements israéliens de 2006. J’avais rendu compte de ce colloque dans un texte paru sur Les Carnets de l’IFPO en septembre 2012.
Voici la référence complète de mon intervention (version d’auteur en libre accès):
Verdeil Eric, 2013, « La reconstruction entre politiques et cultures urbanistiques. Réflexions à partir de l’exemple de Beyrouth », in Majalat al-mi’mar al ‘arabi (revue d’architecture arabe), Actes du colloque : Waad, une expérience unique?, Beyrouth, p. 175‑189.
Et le résumé :

Les reconstructions urbaines sont des moments où les rapports de force politiques sont très visibles. Mais ces projets comportent également une très forte dimension technique. L’objectif de cet article est d’articuler ces deux dimensions de ces opérations d’urbanisme, en construisant une grille de lecture basée sur deux axes eux-mêmes décomposés en une série de critères : le premier axe renvoie aux politiques de reconstruction, et le second aux cultures de l’urbanisme. Cette grille est ensuite appliquée à l’urbanisme libanais. Sont ainsi analysés quatre épisodes de reconstruction à Beyrouth : les projets de 1977 et 1982-83 et l’opération Solidere (démarrée en 1991) puis, plus en détail, l’opération Waad dans la banlieue sud de Beyrouth à la suite de la guerre de 2006. La mise en série de ces opérations permet de dégager les caractéristiques de chaque projet/opération et d’identifier, in fine, les caractères originaux de la reconstruction de la banlieue sud, notamment les choix spatiaux (reconstruction à l’identique), la temporalité très rapide des opérations, le financement endogène du projet (sans recours au marché) et la culture urbanistique à la fois locale et partisane, de type municipale, développée par le Hezbollah.

Sur le même sujet, il faut signaler la dernière publication de Mona Fawaz (qui développe un point de vue très critique sur cette opération):

Fawaz M., 2014, The Politics of Property in Planning: Hezbollah’s Reconstruction of Haret Hreik (Beirut, Lebanon) as Case Study, International Journal of Urban and Regional Research, 2014, OnlineFirst.

Des banlieues à la ville ; Beyrouth et ses périmètres

A signaler la parution des actes électroniques du colloque Des banlieues à la ville. Espaces et acteurs de la négociation urbaine, coordonnée par Elibabeth Longuenesse et Caecilia Pieri. En texte intégral.

On retrouvera dans cet ensemble mon intervention Délimiter les banlieues de Beyrouth. Des noms et des périmètres, dont voici le résumé :

Cette communication propose l’analyse de quelques découpages et délimitations des banlieues de Beyrouth et de leurs dénominations, avec pour objectif de mettre au jour leurs enjeux cognitifs et politiques. Dans le cas libanais, elle renvoie à l’existence d’un conflit entre l’État central, principal détenteur des compétences urbanistiques, et différents acteurs et pouvoirs locaux, en particulier les municipalités.

On lira également avec un intérêt particulier la note que Mona Fawaz consacre à un important chantier de recherche lancé dans la première moitié des années 2000 et interrompu par la guerre de 2006, dont on souhaite que l’auteur parvienne à produire un ouvrage qui serait assurément novateur, comme on pourra en juger à travers cette ébauche.

Notes on Beirut’s Historiography: Towards a People’s History of the City

My presentation is part of an ongoing research project which aims to map and narrate the city’s recent history, particularly the 1950-1975 period, from the vantage point of its peripheries. I do not present here the full elements of an alternative narrative of the city. Instead, I outline the main guidelines and methods, illustrated through a number of stories that I have unraveled in the course of my research.

A noter également, parmi plusieurs communications de qualité, la retranscription-traduction des débats des acteurs municipaux élus, qui n’est que trop rares au Liban.

Géographie de l’éclairage public dans les villes du Sud : quelques exemples arabes

Un récent billet de blog qui est plus que cela attire mon attention sur la question de la lumière dans la ville et me suggère une variété de pistes de recherche qui me font revenir sur quelques matériaux de recherche non exploités.

Affiche vantant le Plan Lumière pour Beyrouth par la municipalité de Beyrouth – via Marie Bonte

Brilliant Beirut est un texte brillant de Marie Bonte, jeune géographe lyonnaise sur le point de s’engager en thèse sur la thématique de la fête à Beyrouth, question qui dévoile entre autres une territorialité de la nuit. Dans ce billet, paru sur le site de Tim Edensor Lighting Research @ MMU, elle explore les territoires de la lumière la nuit dans Beyrouth. Pour cela, elle examine les inégalités et les dysfonctionnements de l’éclairage public qui laissent de nombreuses rues dans l’obscurité, notamment en raison d’un défaut d’entretien chronique – on ne parle pas ici des coupures de courant qui touchent peu le territoire municipal de Beyrouth. Inversement, les secteurs éclairés sont largement ceux de la fête et des loisirs nocturnes, comme dans la zone de Solidere, à Gemmayzeh ou encore à Hamra… En fin de billet, elle montre aussi que cette question de l’éclairage public devient à un enjeu de politique publique. Elle analyse par exemple, à travers cette affiche vantant l’illumination de Beyrouth, le Plan Lumière récemment mis en place par cette municipalité qui s’est lancé, avec l’appui parisien, dans une politique d’éclairage et de mise en valeur de son patrimoine architectural. Elle fournit aussi une très belle carte de synthèse à la fin de son billet qui montre que cette géographie de la lumière est très inégalitaire. Il faudrait en complément s’intéresser aux projets de SOLIDERE qui a également entrepris une politique de mise en valeur de ses bâtiments (Lighting Beirut Architecture). Ces politiques de la lumière représentent un nouveau type de politique publique au Liban, à analyser dans une perspective mêlant transfert de modèles, marketting urbain et partenariats public-privé. Cette approche du cas beyrouthin est paradoxale puisqu’on peut aussi – voire plutôt – considérer cette ville comme une métropole de l’obscurité en s’intéressant à la thématique des coupures de courant, comme je le fais dans mes recherches de mes dernières années – et ce sera justement le thème d’un papier que je prépare pour le prochain congrès de la RGS. Continuer la lecture

Domaine public, espace public et espaces verts : rapports de classe et espace urbain à Beyrouth

De retour d’une dizaine de jours à Beyrouth, je voudrais revenir sur deux questions abordées auparavant sur ce carnet, notamment dans le billet Lutter pour l’espace public : Beirut, the Space In Between Hope and the Public et dans la note de lecture Beyrouth : les nouvelles lignes de front de la recherche urbaine. Mes rencontres et observations sur place me permettent d’y apporter quelques compléments.

Domaine public

Arrivée d’une manifestation des travailleurs pour la hausse des salaires de la fonction publique sur Zaytouna Bay (Photo Marwan Tahtah pour Al Akhbar, 14/3/2013)

Mon arrivée à Beyrouth a coïncidé, jeudi 21 mars, avec la dernière grande journée de mobilisation des fonctionnaires pour obtenir que le projet de loi révisant l’échelle des salaires dans la fonction publique soit transmis au Parlement par le Conseil des ministres. Jusqu’alors, le gouvernement s’y refusait, sous la pression du patronat, bien représenté au sein du même conseil par une pléthore  d’hommes d’affaires, au nom de la catastrophe économique que cela représenterait, à cause notamment des ponctions fiscales à opérer. Ce mouvement des fonctionnaires, auquel se sont joint les enseignants des écoles privés, constitue le plus grand mouvement social de ces dernières années.  Malgré les nombreuses tentatives de le diviser et les menaces contre ses leaders et ses participants, cette vaste mobilisation a battu le pavé depuis plusieurs semaines, perturbant fortement l’enseignement et l’activité administrative. Jeudi, enfin, le Premier ministre, sous la pression de Nabih Berri et de plusieurs politiciens du 8 mars directement exposés aux revendications de plus en plus véhémentes de leurs bases, a cédé et un accord pour financer cette hausse des salaires a été trouvé (voir ici). Le lendemain, le Premier ministre a démissionné, dans une décision qui paraît avoir été longuement murie et préparée (ici une intéressant analyse) – tout a été fait pour que le gouvernement sortant donne au moins l’impression d’avoir écouté et partiellement satisfait les revendications des travailleurs. Continuer la lecture