Archives par étiquette : banlieue sud

L’image manquante dans le cinéma libanais

Ce billet, coécrit avec Chantal Verdeil, est aussi publié sur HMO. Histoire du Monde Arabe et du Moyen-Orient Contemporain à l’INALCO.

Vendredi 23 novembre, dans le cadre du mois du film documentaire, la bibliothèque de la Part-Dieu et l’association Cine(m)assalia proposaient une soirée intitulée L’image manquante, parcours autour du cinéma libanais à travers la projection de trois courts métrages, Trains-trains, Wayn essekeh ? de Rania Stephan (1999, 33 mn), Le Trou/In this house (extraits) de Akram Zaatari (2005, 30 mn), et (Posthume) de Ghassan Salhab (2007, 28 mn). Voilà comment les organisateurs présentaient la soirée :

Il y sera question de l’après-guerre au Liban, de la mémoire, de l’histoire et de la dislocation du récit, de la prolifération des images médiatiques qui accompagne l’épreuve de la guerre et des limites incertaines entre la fiction et la vérité documentaire, laissant place à une recomposition narrative, mixant les images et les sons, poétique, instable, fragile, mais néanmoins vitale.

Le titre de cette séance renvoie, ont expliqué les organisateurs, à “l’absence de père” dans le cinéma libanais au sens de généalogie où les réalisateurs contemporains puissent s’inscrire. En tout cas est-ce le sentiment qu’expriment chacun séparément Akram Zaatari et Ghassan Salhab dans les entretiens avec l’association CinéMassalia livrés en complément de la séance et accessibles sur son site. L’image manquante, c’est aussi celle du train ou des voies que l’on suit en pointillé dans le premier film, celle des protagonistes cachés de l’histoire du trou dans le second, celle enfin des destructions de la guerre de 2006 impossibles à montrer car situées dans les « restricted areas » de la banlieue sud dominée par le Hezbollah. Ce manque suscite chez ces cinéastes libanais des désirs de redécouverte d’un espace longtemps morcelé et en partie inaccessible en raison de la guerre civile puis des occupations israélienne (jusqu’en 2000) et syrienne (jusqu’en 2005).  Mais faire voir ce manque, alors que fait défaut un récit partagé des événements et que les Libanais divergent sur ce que doit être l’avenir de leur pays, renvoie à une forme d’impuissance, qui suscite de la part de ces cinéastes un travail complexe sur les images.

L’image, le territoire, l’histoire

En suivant la voie ferrée Beyrouth-Alep via Rayaq, construite par une entreprise française dans le cadre d’une concession ottomane à la fin du XIXe siècle et abandonnée pendant la guerre civile, Rania Stephan part à la redécouverte du territoire libanais et de son histoire. Au fil du rail, elle fait halte dans les villages qui ponctuaient la ligne, dont les habitants, riverains ou anciens conducteurs, évoquent leurs souvenirs du train, souvent empreints de nostalgie. Cet itinéraire est aussi l’occasion d’un voyage dans le temps à la recherche du mandat français et de l’époque ottomane finissante. Du train, on ne verra que quelques vieux wagons qui regardent le temps passer dans un terrain vague de Beyrouth.

The House

Le Trou évoque une histoire plus récente : la guerre civile, l’occupation israélienne (1978-2000) et le retour des déplacés à travers une lettre cachée par un combattant dans le terrain qu’il occupait pour défendre sa position contre les Israéliens. Ce “résistant” musulman appartient à une organisation de gauche qui se fait fort d’avoir combattu Israël pendant la guerre civile à Ayn al-Mîr (Liban Sud) et non d’autres factions libanaises : quand il a quitté la maison que son groupe occupait, il a enfoui dans le sol une lettre destinée à ses propriétaires pour justifier sa présence et leur faire part de ses efforts pour préserver leurs biens. L’image manquante, c’est celle d’une partie des protagonistes (la famille des réfugiés revenus chez eux, les policiers ou les militaires qui supervisent la fouille) qui refusent d’être filmés alors que l’ancien combattant résistant donne une interview en bonne et due forme. On devine que dans cette région longtemps sous le feu d’Israël, les propriétaires, chrétiens, ne sont revenus qu’à la fin des années 1990 ou au début des années 2000, quelques temps avant le tournage du film (en 2002). Tout en montrant (et en filmant) un ouvrier qui creuse “le trou”, Akram Zaatari met en image la complexité des relations intercommunautaires et une figure originale et positive du combattant résistant à Israël sans appartenir au Hezbollah.

Image de (Posthume)

Point de personnages ni de récit dans (Posthume) (2007) de Ghassan Salhab, le plus hermétique ou le plus poétique des trois films (les avis étaient partagés dans la salle) : la caméra filme les autoroutes urbaines de la banlieue sud pour buter sans cesse sur les “restricted areas” qui empêchent de prendre la mesure des destructions résultant des bombardements israéliens de l’été 2006. De cette guerre, on ne voit que des amas de décombres, déblayés par le va et vient lancinant d’une pelleteuse puis amoncelés dans le long de la mer au sud de Beyrouth/Khaldé. Des gravats dans une banlieue sud étonnamment vide (telle une ville morte), voilà ce qui reste de la “victoire divine” du Hezbollah dont l’hégémonie politique est désormais contestée par une large partie de la population.

Impuissance et complexité des images

Présentés dans le cadre du mois du film documentaire, les trois courts-métrages libanais ont laissé une partie de l’assistance perplexe tant ils s’éloignent du genre documentaire pour se présenter comme des objets artistiques à part entière. Au plan formel, les trois films superposent, juxtaposent, entrelacent des images, tout en combinant de manière diverse images animées et images fixes.

Dans Trains-trains, ces images sont le plus souvent tirées de l’histoire du cinéma américain (Le train sifflera trois fois, 1952) ou libano-égyptien (Saferbalik, 1966, de l’égyptien Henry Barakat, mais écrit par les frères Rahbani et avec Fairuz dans le rôle principal). Le trou juxtapose sur la pellicule deux images en parallèle : celle de la fouille, où seules sont montrées les parties inférieures des corps des protagonistes qui refusent souvent d’être filmés, et l’autre, image fixe, parfois absente, représentant différents documents d’archives jouant un rôle dans l’histoire, alternant avec l’interview du combattant devenu journaliste. Dans (Posthume) l’image ne s’anime que lorsqu’il s’agit de capture d’écrans de journaux télévisés ou lors de quelques rares plans tournés dans la banlieue sud, mais n’en dévoilant que des fragments prétextes et des rues vides pour l’essentiel. Des personnages, filmés en plan fixe devant la mer bleue, semblent regarder le téléspectateur qui se perd dans leurs  yeux fatigués. Et une pelleteuse revient, déblayant sans relâche les décombres d’un immeuble détruit par les bombes israéliennes – décombres qu’on retrouvera déversées dans la mer où elles forment l’un de ces remblais sauvages qui défigurent la côte libanaise.

Aucun souci didactique dans ces trois films, même si le connaisseur du Liban reconnaîtra avec plaisir le train-train de nombreux Libanais (de tous milieux et de toutes régions) dans le premier, observera avec attention la rencontre virtuelle (via la lettre déterrée) entre les ex-réfugiés d’une région et un des combattants qui l’occupait, et se perdra dans une banlieue sud improbable sur les pas de Ghassan Salhab. Courts métrages de recherche où le formalisme et la virtuosité technique du montage des images semblent avoir pour finalité de ne surtout pas chercher à expliquer le Liban mais d’instiller plutôt un sentiment de perplexité et de confusion qui va crescendo au fil des projections. Sans doute cette sélection est-elle représentative non seulement d’une partie du cinéma libanais mais plus largement aussi de celle de la production artistique contemporaine dans ce pays : protéiforme, ingénieuse, extrêmement branchée sur les circuits internationaux, ironique, provocante… et un brin désespérante, à l’image du pays. Pour autant, elle ne la résume pas complètement et l’on pourrait espérer, dans une prochaine session, voir des œuvres plus “documentaires” justement, il y en a aussi, qui donnent la parole aux habitants, font voir le pays et ses transformations sans que leurs auteurs ne se sentent obligés à mettre en scène à travers les images leur pathos.

Certains de ces films et d’autres sur le Liban seront prochainement montrés à Marseille dans le cadre de Marseille Provence 2013. Capitale européenne de la culture.

Akram Zaatari expose ses recherches plastiques, iconographiques et filmiques sous le titre Aujourd’hui à 10 ans à Grenoble au Magasin-CNAC (jusqu’au 6 janvier 2013).

Retour sur la reconstruction de la banlieue sud de Beyrouth dans les Carnets de l’IFPO

Rumor délocalisé! A la suite de ma participation, les 12 et 13 juillet, à « l’atelier de travail » intitulé « Waad: Une expérience unique » organisé par la municipalité de Haret Hreik et la structure d’aménagement Waad avec l’appui d’universitaires de l’Université Libanaise et de la Lebanese American University, Les Carnets de l’IFPO m’ont invité à en présenter un compte rendu. L’occasion peut-être pour les lecteurs qui ne connaissent pas ce carnet de haute tenue d’y jeter un œil. L’occasion pour moi aussi d’être connu par de nouveaux lecteurs. Continuer la lecture

Tensions foncières à Hadath (banlieue sud de Beyrouth)

Affiche de la municipalité de Hadath enjoignant les propriétaires à ne pas vendre leurs terrains

Hadath, une banlieue de Beyrouth à population majoritairement chrétienne, mais proche de la banlieue sud chiite en fort développement, connaît depuis la fin de la guerre civile une urbanisation importante sur ses terres agricoles. Cette pression urbaine est en bonne partie due à des chiites. L’anthropologue Annie Tohmé y a consacré diverses études à la fin des années 1990 [Tohmé, 1999]. L’Orient-Le Jour a publié à ce sujet un long reportage dans son édition d’hier : Hadath résiste difficilement aux »visées immoblières » du Hezbollah (voir ici ou en PDF). Ce type de polémiques est fréquent au Liban, et n’est pas propre à la banlieue-sud. Au même moment, les députés du 14 mars s’insurgent aussi contre l’occupation d’un bien-fonds de l’Eglise maronite à Lassa dans la région de Jbeil, un village majoritairement chiite de ce caza et agitent la menace de l’établissement d’une tête de pont du Hezbollah, en continuité territoriale avec les zones chiites de la Beqaa. D’ailleurs, dans les années récentes, Walid Joumblatt a également agité le spectre d’une colonisation chiite dans le sud du Chouf, ce qui montre que ce discours n’est pas propre à certaines factions chrétiennes.

Je reproduis ci-dessous une réaction intéressante à cet article de Jihad Farah, auteur d’une récente thèse sur l’urbanisation des banlieues sud et sud-est de Beyrouth.

Cet article est assez typique de la façon la presse libanaise aborde la question de l’immobilier dans les zones pluri-communautaires. Je pense qu’il y a plus d’un facteur qui font qu’on s’intéresse à la question aujourd’hui:

1. Le retour des grands partis communautaires chrétiens après 2005 et leur compétition pour la prééminence politique au sein des communautés chrétiennes

Comme d’habitude le moyen le plus rapide de le faire c’est de s’ériger en « défenseur de la communauté » contre les « exactions » des autres communautés. Ce n’est pas nouveau spécialement dans cette zone du Sahel. Déjà dans les années 70, Hadath avait la plus grande permanence Kataëb dans la région (900 affiliés à Hadath). Un des principaux aspects de sa réthorique à l’époque face à ses opposants locaux prinicipalement les Chamounistes et PSNS était la surenchère communautaire et « libaniste » face aux palestiniens des camps de Bourj AlBarajné et Chatila. Mohammad Abi Samra (du Nahar) rapporte dans une série d’articles – bien que sous la forme de « récits de vieilles personnes originaires de la région » – comment Haret Hreik qui ne connaissait pas dans l’avant-guerre une forte implantation Kataëb s’est retrouvée prise en étau dès 1969 entre les milciens Kataëb venant de Hadath et les factions palestiniennes des camps. Que se soit au début de la guerre avec les Kataëb ou plus tard avec le général Aoun, Hadath a toujours été présentée,  comme Aïn AlRemméné, par les partis communautaires chrétiens comme un “rempart face aux chiites”. L’après-guerre a propulsé à l’avant-plan de nouveaux acteurs à Hadath notamment Elie Hobeika et le député Dakkach. Ce dernier surtout avait une position moins radicale et a cherché à développer des ponts entre les deux parties de la ligne de démarcation notamment à Hadath et Haret Hreik. A Haret Hreik c’est lui qui parraina l’accord entre le Hezbollah et les clans familiaux chrétiens pour les élections municipales de 1998 (un accord qui tient toujours, puisque repris par les Aounistes). Ainsi pour les Forces Libanaises et les Kataëb après 2005, le retour en force ne peut se faire qu’en se présentant comme les défenseurs de la communauté face aux chiites – surtout qu’Aoun a réussi à remporter une grande victoire électorale en s’attaquant à « la mainmise des sunnites sur le pays » via l’ex-president du conseil des ministres Saad Hariri et son movement du Futur. Toutefois ce qui est surprenant – mais pas vraiment – dans le cas de Hadath c’est que la municipalité est tenue par les Aounistes, alliés du Hezbollah, et c’est eux qui lèvent ce slogan qui vise principalement la communauté chiite. Je pense bien que débordé à sa droite, pour se maintenir à Hadath (une base historique de son mouvement), Aoun ne prive pas sa base locale – qui partage largement d’ailleurs les mêmes valeurs que les Kataëb et les FL – de porter un tel discours.

2. La hausse de la valeur foncière dans les cinq ou six dernières années

Une hausse qui fait que cette plaine au milieu de l’agglomération beyrouthine gagne un intérêt capital. On est à l’opposé de la situation autour des années 2000 décrite en détail dans un mémoire de Pierre Minier (2000). Ainsi dans l’après-guerre et après une tentative du conseil municipal de l’avant-guerre, toujours actif, de freiner l' »étalement chiite », à travers un schéma directeur qui restreint les COS et les coefficients d’exploitation à l’échelle de petites maisons – une tentative bloquée après deux ans par le president du parlement Nabih Berri – on change catégoriquement de logique. Minier décrit un marché qui se met en place où les principaux notables de Hadath se trouvent dans une logique de complémentarité avec des promoteurs immobiliers chiites. A cette époque et vu la crise immobilière depuis 1998, la spéculation immobilière était à son plus bas. Hadath n’était pas assez intéressante pour attirer des grands acteurs métropolitains. Toutefois, la vente de terrains permettait aux notables de Hadath de retirer des liquidités pour investir dans d’autres secteurs, et pour d’autres familles chrétiennes qui ont quitté Hadath depuis longtemps ou qui ont payé lourdement le tribut de la guerre, la vente représentait un moyen de refaire sa vie. En fait comme l’explique Minier, beaucoup de gens de Hadath voulaient vendre. Ce n’est pas spécial à Hadath partout au Liban dans les zones qui ont connu les moments les plus difficiles de la guerre, les gens cherchaient à vendre dans l’après-guerre pour se faire une vie. La « singularité » de Hadath c’est qu’elle se trouve près de la banlieue sud et la ligne de demarcation et que les acheteurs sont d’une communauté différente. D’autre part, il est clair que les enjeux ont fortement changé depuis 2000. Comme me l’ont souligné certains de mes interlocuteurs locaux à Chiyah lors de mon travail de terrain pour ma thèse, des entrepreneurs chrétiens cherchent à profiter du boom immobilier de ces dernières années en reprenant les choses en main dans leurs « zones » notamment en mobilisant deux leviers essentiels: les municipalités et le discours communautariste. Toutefois, à Chiyah par opposition à la situation de Hadath, la question ne fait pas l’unanimité chez les partis politiques chrétiens.

3. La banlieue sud connaît dans l’après-guerre une forte densification poussant vers l’étalement

On voit ainsi les quartiers irréguliers se densifier et s’étaler sur les sables. Toutefois la mise en place d’Elyssar et la montée du prix du foncier et de l’immobilier (non-informel) dans cette zone freine l’étalement de la banlieue sud populaire dans ce sens. Clairement Saqi AlHadath, ligne de démarcation de la guerre, comme Sahra Choueifet représentent un horizon possible. Comme le décrivent Mona Fawaz et Hiba Bou Akar, la banlieue sud comprend un grand nombre d’entrepreneurs de tout genre, pas forcément rattachés au Hezbollah, mais aussi pas très loin de ses cercles. Elles décrivent très bien ces stratégies immobilières et notamment à Sahret Choueifet. Cependant un changement de taille arrive avec la guerre de 2006. Beaucoup de ménages de la classe moyenne dans la communauté chiite veulent sortir de la banlieue sud pour des espaces plus sûrs. Et ce n’est même pas forcément des anciens habitants de la banlieue sud, c’est aussi des émigrés d’Afrique qui comme beaucoup d’expatriés libanais voient dans l’immobilier un placement rentable avec la hausse des prix surtout après 2008, ce qui renforce la dynamique d’étalement. La construction bât son plein. Les entrepreneurs chiites passent la ligne de démarcation et construisent dans des zones qu’on imaginait pas avant comme Aïn AlRemméné.

4. La diabolisation du Hezbollah

L' »Orient-Lejour » est clairement un journal fortement ancré dans le camp du 14 mars. Depuis 2005 et surtout dans les trois dernières années, on peut bien voir que quand on traite de questions en rapport  avec la communauté chiite et plus précisemment le Hezbollah, dans ce journal, comme pratiquement tous ceux du 14 mars, on perd tout sens de professionnalisme et on verse dans un discours que je peux pour le moins qualifier de « racisme cru » (on peut voir aussi le cas inversé parfois quand on traite de la communauté Sunnite et du movement du Futur dans ceux du 8 mars). Bien sûr, la communauté chiite comme toutes les communautés est loin de ne comprendre que des anges et la politique du Hezbollah sur nombre de dossiers politiques est bien sûr aussi débatable, mais quand je lis un tel article qui lit les choses avec le prisme communautaire où une communauté est présentée comme un grand méchant loup essayant de déposséder une autre communauté de « ses biens », je suis assez triste. L’article est bien journalistique (dans le sens léger du mot). Il cherche le sensationnel, et ne cherche pas à décortiquer les discours, il utilise les dits pour des faits et surtout il n’essaie aucunement d’avoir une autre version des faits. Je pense que dire « Nous avons tenté d’appeler les responsables du parti pour vérifier l’authenticité des faits. En vain. » est trop facile. C’est d’abord concorder en amont la thèse que le Hezbollah est l’acteur derrière la scène qui avance ces entrepreneurs en pions et qui envoie des gens squatter des terrains. Comme on pourrait retirer des nombreux travaux sur le Hezbollah et sur l’urbanisation de la banlieue sud, ceci est une grotesque simplification. Comme j’ai dit plus haut, les cercles des entrepreneurs chiites ne sont pas forcément très loins du Hezbollah mais ils sont loins d’en être que les pions. L’apât du gain, dans un secteur forcément très rentable, n’a pas de communauté et n’a besoin de s’appuyer sur aucune stratégie politique. Ainsi, je pense que c’est les entrepreneurs que l’auteur devait contacter, et de mon expérience ils sont bien accessibles et ne se privent pas de s’exprimer.

Voilà en gros mes idées sur cet article. Je pense que lire le fait urbain, d’ailleurs comme tout au Liban, hors du carcan communautaire – même si je ne dis pas que la question communautaire n’a pas de poids – n’est pas pour demain dans nos médias, mais j’espère du moins que cela se maintiendra pour la recherche sur le Liban… chose qui n’est pas sûre quand j’entends toujours certains auteurs s’appuyer toujours sur  la communauté comme le référentiel primaire expliquant les phénomènes sociaux au Liban et où toutes les autres variables ne seront que des variables secondaires permettant de comprendre certaines dynamiques… mais dans chaque communauté à part!

Jihad Farah, Université de Liège

Références citées

BOU AKAR H. “Displacement politics and governance: access to low-income housing in a Beirut suburb”, mémoire de recherche en urbanisme à MIT, Cambridge, 2005

FARAH J. “Différenciations sociospatiales et gouvernance municipal dans les banlieues de Beyrouth: à travers l’exemple du Sahel AlMatn AlJanoubi et des municipalité de Chiyah, Ghobeiri et Furn AlChebbak”, Thèse de doctorat en urbanisme à l’université de Liège, Liège, 2011

FAWAZ M. “An unusual clique of city-makers: social networks in the production of a neighborhood in Beirut” in International Journal of urban and regional research, Vol 32.3, sept. 2008, pp. 565-85

FAWAZ M. “Hezbollah as an urban planner? Questions to and from planning theory” in Planning theory, vol 8-4, 2009, 323-334

HARB M. “Le Hezbollah à Beyrouth (1985-2005): de la banlieue à la ville”. Karthala/Ifpo, Paris, 300p

MINIER P. “Jeux et enjeux de la croissance urbaine: la reconquête de la ligne de demarcation à Hadath, banlieue de Beyrouth”. Mémoire de géographie à l’Université François Rabelais, Tours, 2000

TOHMÉ A. « L’urbanisation de la plaine de Hadath à la fin de la guerre :  recompositions sociales à Hay el-Amercan ». In : HUYBRECHTS E, DOUAYHI, ÉD. Reconstruction et réconciliation au Liban. Négociation, lieux publics, renouement du lien social.  Beyrouth : CERMOC, 1999.  p. 45-65.

MàJ le 25/8/2011: voir un nouvel article sur cette question, avec des projets de changement dans le plan d’occupation des sols et donc dans les prix des terrains.

La reconstruction post-2006 au Liban : un laboratoire pour de nouvelles pratiques de l’urbanisme

Cliquer pour accéder à la présentation du livre sur le site de Rouledge

La revue Métropolitiques, dont je suis devenu correspondant pour le Moyen-Orient, vient de publier mon commentaire sur l’ouvrage de Al-Harithy, Howayda (dir.) 2010. Lessons in post-war reconstruction. Case studies from Lebanon in the aftermath of the 2006 war, Londres : Routledge, 218 p. Ce compte rendu est également publié, dans une version légèrement différente et en arabe, dans le numéro 15, summer 2011 de Idafat, la revue arabe de sociologie (cf. ici le texte en arabe en PDF). Je remercie Sari Hanafi qui est à l’origine de cette initiative, ainsi que Mona Fawaz avec qui je poursuis la discussion sur ces questions (ici par exemple).

Voilà le résumé et le lien vers le texte sur le site de Métropolitiques.

Les reconstructions sont souvent des moments d’accélération de l’évolution des modes d’intervention urbanistique. Le cas du Liban post-2006 en est un exemple. Cet ouvrage présente l’analyse par des urbanistes et universitaires de leur propre intervention, dans un contexte marqué par le retrait de l’État et l’implantation locale forte du Hezbollah.

Violences et polémiques autour d’une poussée de la construction illégale au Liban

Toujours loin du Liban,  j’en suis l’actualité par le reflet déformant et appauvri de la presse. Après la crise des déchets à Saïda, et dans une situation de vide politique persistant (dans l’attente de la formation d’un nouveau gouvernement) renforcée par les événements en Syrie, les semaines qui viennent de passer ont été marquées par des heurts et des violences autour de chantiers de construction illégaux en divers points du pays.

L’enchainement de la violence, de la répression aux réactions des habitants

Photo The Daily Star (22/4/2011)

Les infractions en cause semblent principalement concerner l’occupation illégale de biens-fonds du domaine public, notamment sur le littoral mais également d’autres terrains publics appartenant à des administrations. Des terrains waqf gérés par Dar al Fatwa ont été également concernés à Ouzaï, ainsi que des terrains appartenant au Vatican et d’autres terrains privés sont mentionnés. Deux régions sont principalement touchées : la banlieue sud de Beyrouth où se localisent déjà les plus grandes concentrations de logement irréguliers au Liban et le littoral entre Zahrani et Tyr, au sud du pays. Près de l’aéroport, ces constructions pourraient constituer une menace pour le trafic aérien.

Le ministère de l’Intérieur et une institution appelée le Conseil central de sécurité (mais dans certains articles on parle du Conseil régional de sécurité ou du Sud) ont entrepris depuis le début du mois (première occurence dans la presse : le 7 avril dans le Daily Star) d’empêcher ces constructions, sans qu’on sache clairement si cette décision est liée à une recrudescence effective des chantiers illégaux ou à une autre autre raison. L’Orient-Le Jour parle de 3000 cas d’empiétements mais sans pouvoir vérifier ce chiffre. Dans les différents sites, les habitants se sont opposés aux forces de l’ordre venues interrompre les chantiers et dans certains cas détruire les constructions frauduleuses. Manifestations, sit-in, jets de pierre, blocages des rues par des pneus ou des poubelles incendiés, ainsi que violences contre leurs véhicules (3 chars des FSI ont été incendiés à Tyr) ont conduit à des épreuves de force. A Tyr, deux personnes ont été tuées, semble-t-il par des balles perdues. L’Orient-Le Jour (22 avril) a rapporté que des snipers tiraient sur les policiers. 6 policiers au moins ont été blessés.

Enjeux politiques et confessionnels

Photo publiée sur le site de Now Lebanon, et reprise sur L'Orient-Le Jour, tous deux proches du 14 mars. La photo suggère clairement l'instrumentalisation de la question des constructions illégales par le Hezbollah (portait de Hassan Nasrallah au premier plan)

Cette explosion de violence combine répression par les forces gouvernementales, mobilisation de type insurrectionnel voire même engagement milicien. Dans L’Orient-Le Jour et The Daily Star, proches du 14 mars, cette crise est interprétée comme un défi au gouvernement sortant de Saad Hariri et au ministre de l’Intérieur Ziyad Baroud, proche du Président Michel Sleimane et candidat à sa reconduction. Mais il s’agirait également d’un moyen de pression sur Najib Mikati chargé de la formation du nouveau gouvernement, qui fait montre d’indépendance par rapport au 8 mars. A l’appui de cette interprétation est avancé le constat que ces violations se produisent dans des régions qui tombent sous le contrôle du Hezbollah et de Amal, qui les auraient donc encouragées. De leur côté, ces deux partis dénoncent ces violences et ces violations, et apportent leur soutien aux forces de l’ordre (Al Manar, la télévision du Hezbollah indique que « le Hezbollah a affirmé que les forces de l’ordre doivent « réprimer sévèrement » les violations »). Un député du Hezbollah interprète même l’affaire en sens inverse, comme une volonté de nuire au 8 mars. Ces partis déplorent par ailleurs l’absence d’Etat (notamment par la voix de Nabih Berry, le Président du Parlement : cf. la polémique entourant ses propos). Certains protagonistes soulignent aussi que les violations des propriétés publiques ont commencé dans un village sunnite et seraient des proches de Bahia Hariri, ce que cette dernière a nié. D’autres soulignent les empiètements littoraux à finalité balnéaire, tolérés ou autorisés, bénéficiant à des proches du 14 mars : voir notamment cet article sur Al Manar). Comme souvent, il serait réducteur de limiter la question à un enjeu confessionnel.

L’approfondissement de la crise sociale dans le contexte des révolutions arabes

Force est de constater que ces dénonciations ne suffisent pas à interrompre les violations ni à faire en sorte que les habitants consentent à abandonner leurs constructions. Faut-il y voir la preuve de la duplicité de ces partis? ou bien le signe de leurs difficultés à contrôler leurs « troupes » supposées? Le scénario rappelle les émeutes de l’électricité en janvier 2008 qui avaient également été interprétées comme une instrumentalisation politique contre le gouvernement mais qu’on pouvait aussi également comprendre comme un ras-le-bol contre les insupportables coupures électriques dans un contexte de pauvreté croissante. J’avais ici proposé une interprétation de cette éruption de violence. Aujourd’hui, ces violations interviennent dans un contexte économique tout aussi tendu, marqué par la hausse du prix de l’essence en particulier. Et on ne peut bien sûr s’empêcher de faire le lien avec les révoltes et révolutions arabes dont une des motivations a été la protestation contre les mauvaises conditions de vie et les difficultés de logement, et dans le cas égyptien, les menaces d’éviction notamment dans le quartier de Bulaq au Caire.

Ces violations s’enracinent en particulier dans un contexte de crise du logement, comme le reconnait d’ailleurs implicitement le Conseil central de sécurité dans un communiqué du 7 avril. Il y est affirmé qu’il faut, en même temps qu’empêcher les occupations sur le domaine public, faciliter la construction sur les terrains privés  en autorisant dans les zones rurales des surfaces inférieurs à 120 m² (en faisant donc abstraction de la loi sur le permis de construire) et en débloquant les problèmes liés à la reconstruction des logements suite à la guerre de 2006.

Ressources et éléments bibliographiques

On trouvera ici une chronologie des événements sur cette question depuis le 7 avril à partir des articles du Daily Star (c’est en fait une requête sur le mot-clé illegal construction que j’archive ici (Chronologie de la crise de la construction illégale au Liban)- impossible de faire la même chose pour l’Orient-Le Jour dont les articles ne restent en accès libre que pour deux jours)

Plus largement, il est important de souligner que cette question des violations de la loi de la construction et de la construction sur des terrains illégaux s’inscrit dans la longue durée, en lien avec la guerre du Liban et avec les mouvements de population vers le littoral. A ce titre, on peut renvoyer aux travaux suivants :

– sur l’illégalité dans la banlieue sud de Beyrouth :

CLERC-HUYBRECHTS V. Les quartiers irréguliers de Beyrouth : Une histoire des enjeux fonciers et urbanistiques dans la banlieue sud. Beyrouth : Institut Français du Proche-Orient, 2008. Disponible sur : http://ifpo.revues.org/63.
CLERC-HUYBRECHTS V. « Beyrouth: l’influence du foncier et des plans d’urbanisme sur la formation des quartiers irréguliers de la banlieue sud ». M@ppemonde [En ligne]. 2006,. Vol. 84, n°4,. Disponible sur : < http://mappemonde.mgm.fr/num12/articles/art06406.html >
FAWAZ M. « An Unusual Clique of City-Makers: Social Networks in the Production of a Neighborhood in Beirut (1950-75) ». International Journal of Urban and Regional Research [En ligne]. 2008,. Vol. 32, n°3, p. 565-585. Disponible sur : < http://dx.doi.org/10.1111/j.1468-2427.2008.00812.x >
– sur l’occupation du littoral
La question des empiétements sur le domaine public maritime est ancienne. Dans le texte suivant, j’analysais il y a plus de 13 ans le développement des complexes balnéaires datant de la guerre civile pour lequel aucune régularisation ni démolition n’a jamais eu lieu (du moins à l’époque, et pas depuis à ma connaissance). La violation du domaine public renvoie donc aussi à un urbanisme illégal des « riches », en zone chrétienne notamment.
VERDEIL É. « Entre guerre et reconstruction : remblais et empiétements littoraux à Beyrouth ». In : BARON-YELES N, Goeldner-Gianella, VELUT S, ÉD. Le Littoral, regards, pratiques et savoirs, Etudes offertes à F. Verger, Editions Rue d’Ulm, 1999. p. 319-335. Disponible sur : < http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00003471 >
Sur l’artificialisation du littoral libanais, voir le chapitre 4 de l’Atlas du Liban, qui inclut aussi une analyse de W. Bakhos  sur le cas de Sarafand, particulièrement concerné par les empiétements.

VERDEIL É., FAOUR G. et VELUT S. , avec la coll. de BAKHOS W., « Chapitre 4 : Les mutations territoriales », in Atlas du Liban, Beyrouth, Liban, Institut français du Proche-Orient / CNRS Liban (« Études contemporaines »), 2007, [En ligne],  URL : http://ifpo.revues.org/419

Cette analyse de Sarafand est mise en perspective dans cet article :

BAKHOS W. « Le rôle de la puissance publique dans la production des espaces urbains au Liban ». M@ppemonde [En ligne]. 2005,. Vol. 80, n°4,. Disponible sur : < http://mappemonde.mgm.fr/num8/articles/art05403.html >