Archives par étiquette : architecture

Du béton dans le souffle chaud du désert

La Sorbonne d'Abu Dhabi

La Sorbonne d’Abu Dhabi

J’ai passé quelques jours à Abu Dhabi, comme professeur invité au master of Urban Planning à Paris Sorbonne University at Abu Dhabi (PSUAD), ce « pont entre les civilisations ». De fait, ma classe présentait une belle diversité (une majorité d’Emiriennes et d’Emiriens, mais aussi des Indiens, un Ukrainien, un Koweitien, un Syrien et une Libanaise) et nous avons notamment réfléchi sur la notion de cosmopolitisme…

J’ai profité de quelques heures libres pour mettre en pratique les conseils de mes collègues d’une autre antenne d’une prestigieuse université occidentale, en l’occurrence New York University in Abu Dhabi, et notamment Pascal Menoret, sur le site FIND où l’on trouve une stimulante introduction à l’histoire récente de l’architecture à Abu Dhabi: quitter l’air conditionné, défier l’air brulant (42°C dans une impressionnante humidité) et arpenter cette ville dont j’avais déjà parcouru certaines parties en 2008, à la recherche de ses perles architecturales – dont certaines déjà menacées de démolition et de remplacement -, de ses ambiances, pour se laisser surprendre.

Voilà quelques photos représentatives d’une ville à l’urbanisme spectaculaire, en constant renouvellement et en pleine extension. Par contre, dans ce court laps de temps et sous cette canicule, je n’ai pas vu beaucoup d’habitants. Mes principaux interlocuteurs ont été des chauffeurs de taxis (indien, pakistanais, népalais) qui m’ont un peu parlé de leurs vies suspendues entre leur voiture climatisée, leurs logements à 35 km du centre-ville, et une famille lointaine retrouvée quelques semaines par an et encore…

Un centre-ville orthogonal, vertical, aux larges avenues, mais en constant renouvellement

Un urbanisme vertical et fondé sur l'automobile

Un urbanisme vertical et fondé sur l’automobile

La corniche du front de mer, avec sa vaste promenade fleurie - déserte à cette heure

La corniche du front de mer, avec sa vaste promenade fleurie – déserte à cette heure

A l'intérieur des ilots, des typologies architecturales complexes témoins de générations successives de construction. Le renouvellement a commencé, comme l'indique une grue à l'arrière plan.

A l’intérieur des ilots, des typologies architecturales complexes témoins de générations successives de construction. Le renouvellement a commencé, comme l’indique une grue à l’arrière plan.

Le world trade center, récemment ouvert, remplace un ancien marché très fréquenté des années 1970. La nouvelle construction comprend un énorme mall et un souk, très kitch, et qui peinent encore semble-t-il à trouver leur clientèle.

Le world trade center, récemment ouvert, remplace un ancien marché très fréquenté des années 1970. La nouvelle construction comprend un énorme mall et un souk, très kitch, et qui peinent encore semble-t-il à trouver leur clientèle.

Abu Dhabi Mall, autre gigantesque centre commercial

Abu Dhabi Mall, autre gigantesque centre commercial

 Les extensions urbaines

Sur l'autoroute, en longeant les banlieues résidentielles, vastes lotissements (souvent fermés) de villas.

Sur l’autoroute, en longeant les banlieues résidentielles, vastes lotissements (souvent fermés) de villas.

Masdar City, à 25 km du centre-ville, écoville modèle. Largement alimentée par les énergies renouvealbles (les panneaux photovoltaïques), attentive aux économies d'énergie (isolation) et cherchant à créer un climat urbain plus supportable (ombres, espaces verts, tour à vent pour rafraichir l'atmosphère, ailleurs aussi des jeux d'eau)

Masdar City, à 25 km du centre-ville, écoville modèle. Largement alimentée par les énergies renouvelables (les panneaux photovoltaïques), attentive aux économies d’énergie (isolation) et cherchant à créer un climat urbain plus supportable (ombres, espaces verts, tour à vent pour rafraichir l’atmosphère, ailleurs aussi des jeux d’eau).

Mais le projet, qui peine à trouver son modèle économique et est encore balbitiant, se limite à un ilot hébergeant un institut universitaire consacré aux énergies renouvelables, et apris beaucoup de retard par rapport aux ambitions affichées. A l'horizon on devine un champ de panneaux solaires, et on voit surtout la poussière des lots à bâtir...

Mais le projet, qui peine à trouver son modèle économique et est encore balbutiant, se limite à un ilot hébergeant un institut universitaire consacré aux énergies renouvelables, et a pris beaucoup de retard par rapport aux ambitions affichées. A l’horizon on devine un champ de panneaux solaires, et on voit surtout la poussière des lots à bâtir…

On se déplace en sous-sol, grâce à cette petite voiture électrique (Personal vehicule transit), commandé automatiquement. Mais pour l'instant, on ne peut accéder à Masdar qu'en voiture. A terme, il est prévu de construire un métro, comme à Dubai où il paraît que cela fonctionne très bien.

On se déplace en sous-sol, grâce à cette petite voiture électrique (Personal vehicule transit), commandé automatiquement. Mais pour l’instant, on ne peut accéder à Masdar qu’en voiture. A terme, il est prévu de construire un métro, comme à Dubai où il paraît que cela fonctionne très bien.

Abu Dhabi colonise aussi les iles qui l'entourent. Face aux grands hôtels qui ont les pieds dans l'eau, une nouvelle promenade aménagée sur Reem Island.

Abu Dhabi colonise aussi les iles qui l’entourent. Face aux grands hôtels qui ont les pieds dans l’eau, une nouvelle promenade aménagée sur Reem Island.

Sur dalle, d'immenses immeubles consacrés aux affaires ou dévolus à un hôpital commencent à occuper Reem Island.

Sur dalle, d’immenses immeubles consacrés aux affaires ou dévolus à un hôpital commencent à occuper Reem Island.

Un urbanisme hors-sol tendu vers l'avenir...

Un urbanisme hors-sol tendu vers l’avenir…

 Quelques références pour aller plus loin

Cadène, P. & Dumortier, B., 2011. Atlas des pays du Golfe, Paris, France: PUPS : RFI.

Elsheshtawy Y., 2008, Cities of Sand and Fog: Abu Dhabi’s Arrival on the Global Scene, in Elsheshtawy Y. (éd.), Evolving Arab city: tradition, modernity and urban development, London, Routledge,

Menoret P., 2014, Introduction to The Abu Dhabi Guide: Modern Architecture, 1950s-1990s

Suspended Architecture in Lebanon : la foire de Tripoli

foire-tripoli

Suspended Spaces est un collectif international d’artistes, plasticiens, vidéastes, chercheurs… dont l’objectif est « de développer une recherche
artistique et théorique sur les héritages contemporains de la modernité à partir de sites spécifiques. ». Après des travaux qui ont porté sur Famagouste, des villes françaises, puis Beyrouth, ils organisent un symposium qui portera sur le site de la Foire internationale d’Oscar Niemeyer à Tripoli au Liban.  « Ce site est envisagé comme un espace qui ne parle plus une langue fonctionnelle mais résiste sourdement, un suspended
space. Il nous intéresse par sa présence même, l’insistance de sa structure à se maintenir debout, et à lutter passivement contre l’effacement en
restant énigmatique dans son « être-là » tout en reposant sans cesse une question à l’Histoire. Objet de désir abandonné à un destin trop complexe, ce lieu a une force muette qui poussera à la modestie, à l’interrogation, au suspens du jugement. Le travail commencera là. »

Ce symposium aura lieu à Beyrouth (Galerie Ashkal Alwan / Beirut Art Center / Mansion – Zarif) et sur place à Tripoli, du 18 au 21 avril 2013.

Le programme est téléchargeable ici et plus d’informations sur le travail du groupe sont disponibles sur leur site Suspended Spaces.

Voici quelques liens vers des ressources en ligne relatives à la Foire et à son environnement social, économique et urbain.

Tout d’abord un article de Jad Tabet sur la Foire de Tripoli dans le précédent opus Suspended Spaces #2 :

  • Tabet J., 2012, Le projet d’Oscar Niemeyer, in Suspended spaces#2 – une expérience collective, Paris, Editions BlackJack, p. 22‑27. En ligne 

Un article de Mousbah Rajab qui replace le projet dans l’histoire des projets urbains de Tripoli :

  • Rajab M., 2006, Les grands projets de Tripoli. Systèmes de décisions et besoins de réappropriation., in Conquérir la ville. Réappropriation urbaine : Acteurs, mécanismes, enjeux, Conquérir la ville. Réappropriation urbaine : Acteurs, mécanismes, enjeux, p. 5‑20. En ligne.

Un texte fondamental de Charbel Nahas pour comprendre les déséquilibres socio-économiques de Tripoli et une prospective sur le rôle possible que la foire pourrait jouer dans ce cadre :

  • Nahas C., 2007, La Foire internationale et Tripoli, quel avenir ?, in Conférence à la Fondation Safadi, centenaire d’Oscar Niemeyer, Tripoli, En ligne (PDF)
Article de Bruno Dewailly analysant la genèse de l’environnement urbain immédiat de la foire, la fameuse extension sud-ouest de la ville connue sous le nom de dam wa farez (le remembrement):

  • Dewailly B., 2001, La municipalité de Tripoli : entre pouvoirs locaux et services de l’État, Les Cahiers du CERMOC, 2001, n°24, p. 295‑318. En ligne.

Voici aussi quelques liens vers des billets sur Tripoli sur ce blog.

Un lexique arabe-français-anglais pour l’urbanisme et l’architecture – Urbamed.fr

Fouad Awada, urbaniste franco-libanais en poste à l’IAU-IdF (l’Institut d’aménagement et d’urbanisme de la région Ile-de-France) met en accès libre en ligne sur son site personnel Urbamed un lexique arabe-français-anglais des termes de l’architecture et de l’urbanisme. Il s’agit d’un travail né des besoins de traduction qu’il a rencontré dans sa pratique professionnelle lors de nombreuses missions de coopération et d’expertise notamment au Liban, au Maroc, en Libye et ailleurs (pour l’IAU-IdF ou comme consultant indépendant). En effet, les traducteurs des études d’urbanisme rédigées initialement en français ou en anglais expérimentent très souvent de grandes difficultés de traduction d’un vocabulaire très spécialisé et pas toujours stabilisé, renvoyant aussi à des traductions administratives nationales distinctes. Pour prendre un seul exemple, le mot urbanisme peut recevoir en arabe plusieurs traductions dans les administrations du Maroc à la Syrie, en passant par l’Algérie, l’Egypte et le Liban : je renvoie ici à un texte co-écrit avec Elisabeth Longuenesse, encore en attente de publication. Or, il semble qu’il n’existe pas aujourd’hui de lexiques ou de dictionnaires spécialisés véritablement satisfaisants. Au-delà des professionnels, le travail sera d’une évidente utilité aux chercheurs et aux étudiants arabophones ou devant travailler en langue arabe.

Le lexique compilé par Fouad Awada se présente pour l’instant (il s’agit d’une version temporaire) sous la forme de chapitres au format PDF, structurés par thèmes et sous-thèmes, ce qui « permet de constituer des mini-corpus de termes particuliers à chaque sous-thème directement dans la langue arabe. » (extraits de correspondance au sujet de ce travail avec F. Awada). Les thèmes sont les suivants : nature et environnement, développement urbain, transport, infrastructure, planification urbaine, architecture, construction, promotion immobilière et construction. Il n’est pour l’instant possible de chercher directement un terme français ou anglais que par la fonction de recherche plein texte.

Cette présentation renvoie à l’originalité du projet, que Fouad Awada n’a pas (encore?) explicité sur son site mais qu’il a partagé avec moi lors d’échanges réguliers notamment durant nos contacts au Liban ou à propos de ce pays. En partant de la langue arabe, son idée est de valoriser la manière dont cette langue saisit et découpe le réel, à partir d’un lexique extrêmement riche et varié, plutôt que de lui imposer des catégories et des concepts venant de l’extérieur par des chemins complexes nuisant à l’émergence d’un vocabulaire unifié. Pour en rester au mot urbanisme, lui-même un néologisme en français, diversement traduit comme on l’a vu par des expressions et des assemblages variés visant à reproduire cet effet de néologisme et le volontarisme planificateur des autorités (tanzîm al-hadari, takhtît al madani, etc.), pourquoi ne pas utiliser, tout simplement, le mot ‘umran qui rend bien, justement, l’amplitude du terme et des pratiques qu’il recouvre, tout en l’ancrant dans un long héritage de pratiques et de pensées dans la langue arabe?

Le projet est encore en cours de développement, Fouad Awada étant conscient de certains « trous » et ayant par ailleurs la volonté de le compléter par des illustrations qui permettraient, comme dans les planches du dictionnaire Larousse, de visualiser certains objets et composantes architecturales, ainsi que les types d’organisation spatiale que désignent les mots de ce lexique. D’autre part, il est possible que professionnels et érudits de l’urbanisme et de l’architecture souhaitent émettre des commentaires.  Ils peuvent le faire en écrivant à Fouad Awada à l’adresse suivante : contact _at_ urbamed.fr