Archives de catégorie : revues

Nouvelles revues d’études urbaines en ligne

Grâce aux précieux pointages du Crévilles, et notamment grâce à la récente mais très productive extension de leur activité aux ressources en langue anglaise, il me paraît utile de relayer l’information concernant l’existence de plusieurs nouvelles revues spécialisées en études urbaines en ligne.

MU.DOT Magazine for urban documentation – opinion – theory : à vrai dire, on ne sait pas trop comment les articles sont sélectionnés et si on a affaire à une revue scientifique ou à un magazine…

The Open Urban Studies Journal, édité par le groupe Bentham : il s’agit d’une revue scientifique (peer review), dont la particularité est d’être gratuit pour la consultation. En revanche, la publication est payante : un article scientifique coûte 900 $, un compte-rendu 450 $… C’est le modèle PubMed qui se diffuse, et il faut donc avoir des institutions ou des financeurs pour payer. Il est déjà difficile de faire de la recherche sans contrat, on ne pourra bientôt même plus publier sans contrat ou subvention.

Weimaropolis, Multi-disciplinary Journal of urban Theory and Practice est une revue scientifique (peer review) éditée par l’Université de Weimar. Elle accepte des articles en anglais et en allemand. La publication n’est pas payante, à la différence du précédent.

A suivre… mais aucun d’eux ne fournit de flux RSS. Dommage!

Rencontre sur les enjeux de l’édition électronique à Lyon

A signaler, cette rencontre que j’aurais le plaisir d’introduire, organisée par l’excellente librairie Terre des livres à Lyon

Mercredi 16 juin, 18 h-20 h
LES ENJEUX DE L’EDITION ELECTRONIQUE
Lecteurs, éditeurs, libraires
Rencontre-débat à l’occasion de la parution du livre de Marin Dacos et
Pierre Mounier : L’édition électronique, La Découverte, collection Repères
avec :
Pierre MOUNIER, du Centre pour l’édition électronique (CNRS-EHESS)
Erik FITOUSSI, de la librairie Passages et (sous réserve) Françoise
CHARRIAU, Vice-présidente du Syndicat de la Librairie Française
Le débat sera animé par Eric VERDEIL (CNRS, Lyon) éditeur de la revue
papier et numérique Géocarrefour.

L’apparition du iPad et de nombreux autres supports de lecture attire l’attention sur la mutation irréversible de l’édition vers l’électronique. S’il est bien clair que l’électronique n’éliminera pas le papier, ni à court, ni à moyen terme, il n’en reste pas moins que les usages vont connaître de grandes évolutions. L’édition universitaire est déjà avancée sur la voie la dématérialisation du texte. C’est notamment le cas pour les articles de revues mais aussi à travers la naissance de nouveaux modes de communication, comme les blogs scientifiques. Les métiers du livre, éditeurs et libraires, paraissent à la veille de changements importants également dans leurs contenus et leurs modèles économiques.

Entrée libre

Librairie TERRE DES LIVRES
86, rue de Marseille 69007 Lyon
Tel & fax : 04 78 72 84 22 – http://terre.des.livres.free.fr

Les effets territoriaux des politiques publiques dans les périphéries urbaines au Maghreb

Dans le cadre du numéro à paraître bientôt dans Géocarrefour sur les services urbains en réforme dans le monde arabe, je viens de publier une petite recension.

Cliquer pour accéder à la version PDF du cahier d'EMAM n°17

Les Cahiers d’EMAM, revue à périodicité non définie, reprennent le flambeau des Cahiers d’URBAMA, édités depuis 1988 par le laboratoire tourangeau bien connu pour ses recherches sur l’urbanisation dans le monde arabe. Trois nouveaux numéros, 16, 17 et 18 sont parus depuis 2008, sous forme imprimée et électronique. On ne peut que s’en réjouir, même si l’on souhaiterait que l’édition numérique adopte les standards de la publication électronique en termes de documentation des textes et de référencement, alors que seules les versions PDF sont aujourd’hui disponibles. Ces trois volumes correspondent à des extraits sélectionnés du projet de recherche « Faire la ville en périphérie(s). Territoires et territorialités dans les grandes villes du Maghreb », financé par le Fonds de solidarité prioritaire du ministère des Affaires étrangères « Coopération pour la recherche en sciences humaines et sociales ». L’ensemble de ce travail est d’ailleurs également disponible en ligne sur le portail des publications électroniques de l’équipe CITERES-EMAM (ex.-URBAMA).

Lire la suite sur Géocarrefour.

Les études urbaines au Maghreb et en Afrique arabe

Le portail québecois VRM (Ville Région Monde) qui édite, entre autres, la revue Environement Urbain/Urban Environement (UEU), présente un état des lieux de la littérature, de la recherche et de la formation dans le domaine des études urbaines au Maghreb et dans l’Afrique Arabe. Il s’insère dans une série de zooms sur d’autres régions du monde, comme l’Afrique anglophone dont on peut supposer qu’elle a vocation à s’élargir.

Le document est structuré en une introduction qui propose un survol de l’état du fait urbain urbanisation dans la région considéré, et une brève présentation des tendances et de l’évolution de la littérature scientifique disponible. Il est un peu dommage à ce sujet que la rédactrice ne mentionne pas l’énorme acquis d’URBAMA, même si EMAM est citée en fin de document. Pierre Signoles, ancien directeur d’URBAMA, apparaît comme l’arbre qui cache la forêt des travaux (même s’il a beaucoup porté) – de surcroît en se voyant attribué par erreur une publication sur le micro-crédit en Tunisie. Pourtant, grâce au Crévilles, on dispose depuis peu d’une numérisation d’une bonne partie de ce patrimoine scientifique (en cours d’accroissement : thèses, cahiers d’Urbama).

Plus intéressante est la description des ressources universitaires des différents pays concernés, à travers sites web, revues, identification de formations et de centres de recherche. On y reviendra. Une sélection bibliographique (assez arbitraire) est présentée.

On regrette qu’un certain nombre de ressources électroniques disponibles, comme les archives de la Revue du monde musulman et de la Méditerranée ou celles de l’Annuaire de l’Afrique du Nord soient omises.

En tout cas, une initiative intéressante qui a sans doute vocation à être actualisée, l’auteure demandant qu’on lui communique toute remarque. Ce billet et ses critiques/suggestions sont donc faits à titre confraternel.

Formation doctorale sur la publication SHS à l’époque du numérique

J’ai donné la semaine dernière dans le cadre de l’école doctorale SHS de Lyon une session sur ce thème de la publication en SHS à l’ère numérique. Il me paraît utile d’en dresser un petit bilan à vocation prospective, alors que les formations des écoles doctorales font l’objet d’interrogations, par exemple sur le blog de Pierre Dubois, ici et .

En premier lieu, je prie les lecteurs habituels de ce blog, que je suppose plus intéressés par les villes et le Moyen-Orient, de pardonner cette incursion vers d’autres territoires de mon activité de chercheur, également enseignant à certaines heures. De fait, à travers mon implication comme codirecteur de Géocarrefour, comme artisan de l’édition électronique de cette revue grâce aux outils développés par Revues.org et comme numérisateur de papier dans le cadre de Persée, puis comme récent bloggeur, j’ai été conduit à une veille à la fois technique et scientifique sur ces thématiques. Lors de ma participation à l’Université d’été du Centre pour l’édition électronique ouverte à Marseille en septembre dernier, j’ai rencontré un grand nombre d’autres acteurs de l’édition électronique en SHS dans une atmosphère enthousiaste de curiosité et d’échange. Toutefois, je suis frappé de voir que de nombreux collègues chercheurs et enseignants-chercheurs restent peu sensibilisés à ces questions, mal informés et souvent peu formés. Il en résulte aussi pour les jeunes chercheurs et de nombreux doctorants un certain désarroi. Malgré la curiosité et une maîtrise des outils de base de l’informatique, il me semble qu’il y a un clair déficit de formation sur ces enjeux, à la fois techniquement et scientifiquement. C’est dans cet état d’esprit que j’ai proposé cet automne à l’école doctorale de Lyon cette thématique, idée qui a été très bien accueillie. L’école doctorale doit en effet proposer une formation professionnalisante aux doctorants, à hauteur de 80 heures sur la durée de la préparation de la thèse. Il semblerait que l’offre disponible ne soit pas toujours très adaptée aux doctorants SHS; aussi une proposition ciblée pour ce public était-elle bienvenue.

Les quinze participants se sont en fait répartis sur quatre écoles doctorales : Sciences sociales (3 historiens, 2 géographes, 1 science po, 1 anthropologie, 1 histoire des sciences), Lettres, langues linguistique et arts (1), Science économique et gestion (2), Sciences de l’éducation, psychologie, information et communication (5). Du point de vue de l’avancement de leur travail, ils étaient 2 en première année, 5 en deuxième année, 7 en troisième année et deux autres au-delà. Selon leurs dires, ils ne cherchaient pas spécifiquement un module consacré à ce sujet mais ont choisi cette session par intérêt à la lecture de la description proposée, soit en raison d’autres contraintes de disponibilité.

Extrait du descriptif de la formation diffusé par l’ED

Les publications en sciences sociales connaissent des bouleversements majeurs, à la fois économiques et technologiques. En même temps, l’évaluation de la recherche évolue vers un modèle quantitatif qui impose ou du moins survalorise certains formats éditoriaux, sans prendre en compte correctement les spécificités disciplinaires et les pratiques de diffusion de leurs travaux des chercheurs. De grands débats animent le milieu universitaire sur ces questions, mais l’information précise et indispensable sur ces pratiques en évolution fait le plus souvent défaut. C’est l’objectif de cette formation que de proposer un panorama de ces enjeux et de ces évolutions.

La formation est assurée par un chercheur en sciences sociales, plus précisément géographe. Il est en effet important que les questions techniques de l’édition scientifique soit appréhendée et discuté de l’intérieur du monde de la recherche et non pas uniquement par des techniciens ou des spécialistes de la documentation et de l’édition. Sans remettre en cause ces métiers, il s’agit de montrer, à partir d’exemples concrets liés à un investissement personnel dans la publication, dans l’animation et dans l’édition scientifique, comment les chercheurs peuvent se saisir des outils existants pour tenter de mieux contrôler leur stratégie personnelle et collective de publication.

Syllabus

Le caractère très condensé de la session, 20 h en 3 jours, m’a conduit à trouver une organisation pédagogique alternant présentation de type cours, exercices et manipulation d’outils, ainsi que moments de discussion et de débat, à partir de lectures. Je propose ci-dessous une sorte de syllabus avec les principaux enchainements et les références utilisées. M’étant inspiré de nombreuses ressources sur le web, cette trace constitue un renvoi d’ascenseur. Les éventuels commentaires des sagaces lecteurs pourront enrichir la prochaine session.

En introduction, j’ai proposé la lecture de Pierre Mounier sur l’édition électronique, nouvel Eldorado pour les SHS. J’ai aussi présenté Zotero et Delicious en proposant de les utiliser pour l’appropriation des références et exemples vus au cours des séances. La bibliographie et les références du cours ont été partagées grâce à la fonction Group Library de Zotero (consultable et récupérable ici). L’un des fils directeurs a été la présentation de situations éditoriales dans lesquelles j’ai été personnellement impliqué: publications d’articles et d’ouvrages et édition de Géocarrefour en particulier.

J’ai d’abord présenté des éléments de synthèse sur la crise des SHS dans l’édition, à partir de discussions et de données chiffrées reprises de rapports récents et de lectures plus générales sur ce thème. J’ai notamment essayé de présenter les données économiques sur l’édition universitaire (notamment le rapport du GFII paru en novembre 2009), en soulignant les formes complexes d’articulation entre évaluation par les pairs et contraintes économiques.

Le deuxième grand thème abordé a été la transformation de l’écosystème du livre et de l’édition à l’époque numérique, en présentant successivement les nouveaux supports et formats du livre électronique (Lecture : Dacos Marin, 2008, « Livre numérique : la révolution attendra encore un peu », Blogo Numericus), puis les enjeux de la numérisation de masse et ceux de la numérisation des corpus scientifiques (des revues jusqu’aux corpus de sources) (Lectures : Darnton Robert, 2009, « La bibliothèque universelle, de Voltaire à Google », Le Monde Diplomatique et Erzscheid Olivier, 2010, « Réponse à Bruno Racine (Google-BnF) », Affordance). Nous avons exploré différents outils, de Google Livres à Persée, en passant par le projet Gutenberg.

Le thème suivant était une présentation de l’édition numérique aujourd’hui, notamment les modèles économiques de l’édition scientifique, du modèle Elsevier à l’Open Access, avec une présentation plus détaillée des outils disponibles en France. Les outils présentés ont été : les revues électroniques de la BIU, BiblioSHS, Scirus, Crossref et les DOI, HAL, OAISTER, ainsi que Lodel et Revues.org.

Le hall de la BIU Denis Diderot de Lyon

De l’exploration de ces deux volets et des discussions qui les ont entourés sont ressorties deux remarques. Tout d’abord, l’accès aux livres par le Net implique une déterritorialisation des pratiques de lecture et pose clairement la question du statut futur des bibliothèques, en tant que lieu. Question qui a résonné puissamment dans cette belle bibliothèque Denis Diderot de Gerland que j’aime fréquenter, mais connue et décriée pour une fréquentation très faible (même si cela semble s’être amélioré)… Une étudiante s’est interrogée sur la mutualisation des outils de médiation d’accès aux ressources électroniques : voilà bien un travail qui théoriquement ne devrait plus être à faire à l’échelle de chaque bibliothèque. Qu’en est-il concrètement ? Quelles implications pour l’activité des bibliothèques ?

Autre question, surgie je crois lors d’une démonstration d’un corpus numérisé présenté en ligne (sur le site du Telma) : en quoi l’émergence de ces nouvelles pratiques serait-elle susceptible de modifier les exigences scientifiques d’une recherche, par exemple doctorale. Il me semble que dans le cadre d’une thèse, à plus ou moins brève échéance, on peut s’attendre à l’exigence d’une numérisation voire à une demande d’accessibilité en ligne aux sources de la recherche. Ce qui impliquerait la numérisation conforme aux normes et format de l’édition électronique scientifique (OAI-PMH et TEI). Du boulot en perspective… et de nombreuses questions de méthode à aborder non seulement pas les historiens mais aussi les autres sciences sociales.

J’ai ensuite proposé une analyse des enjeux de la bibliométrie pour l’évaluation de la recherche en passant par les classements de revues. Lecture : Piron Sylvain, 2008, « Lisons Peter Lawrence, ou les implications morales de l’évaluation bibliométrique », Évaluation de la recherche en SHS. Outils présentés : Web of Knowledge, Journal Citation Reports, Scopus, Google Scholar, Publish or Perish.

Le dernier thème, sans doute trop partiellement exploré, portait sur les potentiels de transformation de l’écriture scientifique avec l’irruption des pratiques du web 2.0, des réseaux sociaux autour du livre (The Library Thing, Book Glutton, connus grâce à la présentation de Hubert Guillaud lors de l’Université d’été du Cléo) et du blogging (Gunthert André, 2010,« Why Blog ? », The Read/Write Book, Marseille, CLEO, p. 167-171 ). La discussion a mis en évidence que le blog (à titre universitaire du moins) reste une pratique minoritaire et intimidante pour la plupart des étudiants mais aussi dans leurs laboratoires et leur milieu de recherche. Les listes de discussion fermées apparaissent en revanche comme des pratiques suivies et intenses.

Pour conclure

Voici quelques remarques à caractère prospectif.

J’ai été particulièrement étonné de la méconnaissance des moteurs de recherche scientifiques spécialisés ou de portails comme celui des ressources électroniques de la BIU de Gerland ou de BiblioSHS, ou encore de Scirus.

Autre constat, seuls deux des doctorants (dont la majorité était pourtant en 3èmle année ou au-delà) utilisaient un gestionnaire des références bibliographiques et la plupart ignoraient les outils de taggage type Delicious. Ce n’est bien sûr pas un véritable étonnement, l’adoption d’une telle pratique étant récente pour moi aussi. De toute façon, il n’est pas trop tard pour s’y mettre. Mais les doctorants ont exprimé un grand besoin de formation dans ce domaine et une certaines frustration face à l’offre de l’école doctorale. Des formations en profondeur sur les logiciels de gestion bibliographique et sur les moteurs de recherche apparaissent particulièrement nécessaires dès la première année de formation doctorale, voire en M2 recherche. Il semblerait que les difficultés se situent à plusieurs niveaux:

  • au niveau général d’une école doctorale comme de Lyon, ces formations sont seulement en train de se mettre en place. On débute. L’identification des doctorants par les différentes écoles doctorales semble vraiment problématique – et d’ailleurs, elle l’est également au simple niveau des laboratoires (si tant est que les laboratoires éclatés de SHS puissent être considérés comme des institutions « simples »). Donc la diffusion de l’information sur ce qui existe et est proposé est problématique ;
  • selon leurs témoignages, les doctorants ont par ailleurs beaucoup de mal à accéder à l’information sur les formations offertes, notamment en raison de la dispersion entre l’école doctorale au niveau lyonnais et les écoles doctorales disciplinaires. Toutefois, les choses semblent en voie d’amélioration puisque l’école doctorale SHS a mis en place un site apparemment assez actif relayant les informations dans ce domaine. Encore faut-il que les doctorants et les encadrants en aient connaissance pour que l’information soit connue et utilisée.

Par la force des choses, cette session a donc été une session d’initiation à ces nouveaux outils, mais une initiation de facto bien limitée. La complémentarité avec les offres d’acteurs comme les URFIST et les bibliothèques universitaires devrait à l’évidence être recherchée et promue. J’ai notamment renvoyé vers le manuel diffusé par l’ENSSIB dont aucun doctorant n’avait eu connaissance. Au delà de l’école doctorale, la question de la circulation des offres autour des outils d’information pose problème. Mais la difficulté pour ces organismes à jouer leur rôle de médiateur n’est pas nouvelle.

Par rapport à des présentations détaillées de ces outils de l’édition numérique ou électronique offertes par les professionnels, quel peut être l’apport d’une formation comme celle que j’ai présentée? Il me semble résider principalement dans un témoignage concret et pratique sur l’utilisation d’une telle boîte à outils en fonction des différents contextes et étapes de l’activité de recherche et de publication.

Un autre ressort pédagogique de cette intervention a consisté à dégager les différents rôles liés à la pratique éditoriale qu’un chercheur endosse dans son activité: auteur de publication confronté aux enjeux de l’évaluation, en recherche d’un éditeur pour ses travaux spécialisés et de subventions pour financer ses projets d’ouvrages, éditeur scientifique d’une revue, etc… Il est alors moins question d’outils que d’une réflexion sur les contraintes techniques, économiques et scientifiques à gérer dans ces différentes facettes du métier.

L’édition électronique

A titre personnel, l’expérience fut très positive, à la fois dans les échanges avec les doctorants de différents horizons et par l’intense préparation de ces séances qui m’ont permis de clarifier toute une série de questions. Je dois à cet égard signaler ma grande dette au livre L’édition électronique que viennent de publier Marin Dacos et Pierre Mounier, lu juste à sa parution. De nombreux éléments en avaient été divulgué sur Blogo Numericus ou ailleurs mais la construction du livre en elle-même m’a été très utile pour structurer mon propos, notamment la distinction entre l’édition face aux défis du numérique (le passage du papier au numérique), l’édition numérique et les nouveaux usages et pratiques éditoriales qui transforment le livre aujourd’hui. Par ailleurs, une partie des textes cités ici sont repris dans le Read/Write Book, paru ces jours-ci également.

Reviews online sur les villes du Moyen-Orient

The Urban Social History of the Middle East (1750-1950)

Le site britannique Reviews in History publie plusieurs comptes rendus sur des livres consacrés aux villes du Moyen-Orient. Notamment une histoire urbaine du Moyen-Orient dirigée par P. Slugett (The Urban Social History of the Middle East, 1750-1950). Elle est écrite par une collection de spécialistes de pays souvent étudiés séparément les uns des autres et de diverses nationalités, ce qui promet le recours à une bibliographie très riche. Par ailleurs deux ouvrages sur l’histoire de Manama (Bahrein) et sur les murs d’Alger. Il existe aussi un dossier « Urban History » mais curieusement, ni Manama ni l’histoire urbaine du Moyen-Orient n’y figurent. Heureusement qu’un outil décelant des proximités nous suggèrent ces liens.

Outre ces analyses-discussions fouillées, on remarquera que le site a visiblement adopté pour politique de solliciter systématiquement les réponses des auteurs des livres recensés à leurs critiques, avec un lien Author’s Answer. La possibilité n’est pas toujours (encore?) utilisée mais son existence est intéressante. Certes, un tel dispositif dialogique s’inscrit dans la continuité des classiques réponses aux Comments qu’on trouve les revues. Pour autant, ils ne sont pas si fréquents les sites de recensions d’ouvrage où s’ouvre une véritable discussion autour d’un ouvrage. Par exemple, il ne me semble pas en avoir beaucoup vu sur NonFiction.fr ou sur La vie des idées. Et cela ne me semble pas non plus très fréquent dans les revues de sciences sociales françaises, sur papier ou sur internet (et mea culpa, y compris sur Géocarrefour). Il me semble que développer cet usage contribuerait à rendre les recensions plus stimulantes et engagerait autour des livres des débats scientifiques auxquels il n’est finalement pas si fréquent d’assister. Sans renoncer aux garde-fou du contrôle par le comité de rédaction, on pourrait utiliser la rapidité de mise en ligne du web pour aller dans cette direction.

The Urban Social History of the Middle East, 1750-1950

Bilan quadriennal : quatre points forts

Comme beaucoup de chercheurs CNRS actuellement, je prépare mon bilan quadriennal (2007-2010). Je pense mettre en avant quatre points forts dont je livre ici une première esquisse.

Publication de Atlas du Liban.  Territoires et société (2007)

Atlas du Liban. Territoires et société, Presses de l'IFPO, Beyrouth, 2007

Atlas du Liban. Territoires et société, Presses de l'IFPO, Beyrouth, 2007

Cet ouvrage est le résultat du travail mené avec Ghaleb Faour du CNRS Liban et de Sébastien Velut, alors ENS-IRD, avec la collaboration de différents collègues dont principalement Walid Bakhos. Cette publication constitue l’achèvement d’un programme de longue durée, lancé en 1999 par Ghaleb Faour et Eric Huybrechts. Il a profondément bénéficié, de 2002 à 2004, de la collaboration avec l’IAURIF mais cette collaboration nous a obligé, en fait, à profondément transformé le projet de publication puisque l’IAURIF a établi et publié en 2005, dans le cadre du projet d’aménagement du territoire libanais, un premier atlas du Liban dont il nous a fallu nous démarquer. Cela a été fait notamment en introduisant des dimensions absentes de ce premier opus: géopolitique régionale et interne du Liban, approfondissement des mutations environnementales du Liban, introduction de la dimension confessionnelle. De surcroît, la guerre de juillet-aout 2006 nous a obligé à réaliser, dans l’urgence, un dernier chapitre de mise à jour réalisant un premier bilan compte des dommages subi par le Liban à cette occasion. Cet atlas constitue une introduction de niveau académique au Liban contemporain, tout en relevant le double défi de proposer une cartographie innovante, allant de l’échelle des villages à celle du monde, et de recourir à des sources statistiques variées, dont les apports sont soulignés sans sacrifier leur nécessaire critique.

L’ouvrage paru à l’automne 2007 a bénéficié d’un intérêt notable au Liban aussi bien qu’en France. 11 comptes-rendus lui ont été consacrés, dont 7 dans des revues spécialisées. J’ai eu l’occasion de le présenter lors de plusieurs conférences publiques et rencontres avec le public aussi bien en France qu’au Liban, en Syrie et en Jordanie. Compte tenu des difficultés de vente en France d’un ouvrage publié au Liban, les ventes semblent avoir été très satisfaisantes aux dires de l’IFPO. La diffusion scientifique est rendue plus facile grâce à une édition électronique en ligne gratuite (ou payante pour accéder à la version PDF) dans les collections de l’IFPO en ligne.

A paraître : Beyrouth et ses urbanistes: une ville en plans

Elevation d'un projet de rénovation pour le quartier de Ghalghoul, P. el-Khoury et A. Salam, archs. (cliché E.Verdeil, 1999, coll. part.)

Elevation d'un projet de rénovation pour le quartier de Ghalghoul, P. el-Khoury et A. Salam, archs. (cliché E.Verdeil, 1999, coll. part.)

Réticent à accepter de toucher à la cohérence de ma thèse, j’ai longtemps hésité à la remanier en un livre de format acceptable par un éditeur. Les pressions amicales de collègues et surtout la guerre de 2006 au Liban m’ont conduit à changer d’avis. En effet, une nouvelle reconstruction touche Beyrouth. Mes analyses de la situation dans les années 1990 se transforment en faits historiques, qui prennent avec la nouvelle reconstruction une signification autre qui mériterait d’être analysée. En revanche, l’histoire des politiques urbaines au Liban de l’Indépendance à la guerre civile s’évanouit de la mémoire des acteurs de l’urbanisme libanais tandis que ses témoins directs disparaissent petit à petit (par ex. Joseph Naggear), alors qu’elle continue à mon sens de déterminer de manière souterraine l’aménagement de la ville. J’ai donc décidé de remanier les éléments relatifs à cette période dans un ouvrage. Après que des éditeurs commerciaux ont hésité à l’accepter avant de le considérer comme trop spécialisé, j’ai estimé que les Presses de l’IFPO constituaient, comme pour l’Atlas, un éditeur totalement légitime bien que « non-commercial ». Cet éditeur permet en effet de toucher directement et efficacement le public libanais, tandis que sa politique d’édition électronique assurera une bonne diffusion internationale du livre (le tout, bien sûr, sans droits d’auteur).

Elargissement thématique et géographique de mes recherches: services urbains, électricité, Jordanie, Tunisie

Réparation sur un cable électrique à Amman (E.Verdeil, 2008)

Réparation sur un cable électrique à Amman (E.Verdeil, 2008)

En lien avec les thèmes de recherche développés dans le laboratoire Environnement Ville Société et en particulier avec l’axe Action/territorialisation, je me suis attaché à un nouvel objet, les politiques de réforme de l’électricité dans les pays du Moyen-Orient, en explorant notamment les enjeux liés à leur territorialisation. Cela m’a conduit à explorer la question électrique dans une double perspective: en tant que service urbain en réseau d’une part, et dans la perspective des enjeux de la transition énergétique dans les pays émergents et en développement d’autre part. L’approche de ce nouveau thème a été pour moi l’occasion, en participant à diverses actions de recherche, d’élargir mes terrains d’investigation. En plus du Liban que j’ai analysé sous cet angle, j’ai effectué plusieurs séjours en Jordanie pour commencer à creuser cette question. D’autre part, une coopération de recherche réalisée avec Ali Bennasr de l’Université de Sfax sur la thématique des services urbains en réseau, avec une première application à la question de l’eau potable, va évoluer vers une recherche sur les politiques d’efficacité énergétique et les villes en Tunisie. En prime, j’ai fait aussi un petit détour par l’Allemagne. Des recherches de financement sont en cours pour développer ces travaux, dont quatre publications apportent les premiers résultats.

Bennasr Ali et Verdeil Éric, 2009, « Gestion publique de l’eau potable, développement urbain durable et Majel-s (citernes d’eau pour l’eau de pluie) à Sfax en Tunisie », Flux, vol. , n° 76-77, p. 38-50. En ligne.

Verdeil Eric, 2009, « Electricité et territoires : un regard sur la crise libanaise », Revue Tiers Monde, vol. 198, p. 421-436. En ligne.

Verdeil Eric, 2008, « Géopolitiques de l’électricité au Machrek », Maghreb Machrek, 195, pp.106-128. En ligne.

Verdeil Eric, Féré Cécile et Scherrer Franck, 2009, « De la rétroaction entre différenciation territoriale et modèle universel des services urbains en réseau : les enseignements du cas libanais », Flux, vol. 75. En ligne.


bloc-geocarrefourImplication dans l’édition électronique en SHS

L’édition des SHS constitue le dernier point fort de mes activités de ces quatre dernières années. Depuis 2005, je participe au comité de rédaction de Géocarrefour et depuis 2007, j’en suis l’un des co-directeurs avec Christian Montès et Anne Honegger. Dans ces fonctions, outre le suivi des numéros, ma principale contribution a été le pilotage de la rétro-numérisation de la revue sur Persée (80 ans d’archives, depuis le Bulletin de géographie rhodanienne à Géocarrefour, en passant par la Revue de géographie de Lyon), puis la mise en ligne sur Revues.org et la diffusion payante de la revue sur Cairn. La revue reste fidèle au papier mais propose désormais des inédits, principalement des comptes rendus d’ouvrages qui sont publiés sur papier ultérieurement. Cette plongée dans l’édition électronique m’a conduit à suivre de plus près les débats liés à ce grand tournant que connaissent les SHS, y compris la polémique sur l’évaluation des revues par l’AERES (et ) et celle, distincte mais liée, sur les publiants. Dans cette perspective, j’ai participé à l’Université d’été de l’édition électronique organisée par le CLEO. L’ouverture de mon carnet de recherche Rumor s’inscrit en droite ligne de cette évolution, de même que mon investissement dans des enseignements sur cette thématique dans l’année universitaire 2009-2010. Dans le même esprit de saisir les bénéfices de cette mutation technologique et intellectuelle, j’ai modifié mes méthodes de travail et surtout de collecte d’information, notamment en utilisant le logiciel Zotero pour mes compilations de presse et ma documentation internet et la gestion de mes références bibliographiques.

Carnets de géographes

Pour commencer l’année, signalons le lancement d’une nouvelle revue de géographie, Carnets de géographes, animée par trois jeunes collègues de Nanterre, Karine Ginisty, Amandine Spire et Jeanne Vivet.

carnetsgeog

Leur projet : contribuer à l’émergence de nouvelles problématiques à travers une écriture plus libre des canons disciplinaires, et en clair refus de l’AERES et de sa logique d’homologation-homogénéisation:

Trois jeunes géographes du laboratoire Gecko de l’Université Paris-Ouest Nanterre la Défense proposent un nouvel espace de publication en géographie. La difficile conciliation de la valorisation des recherches avec les exigences actuelles du monde scientifique (classement AERES, format et style académique, calendrier des revues) a incité à la création d’une nouvelle interface supportant une écriture plus libre, en termes de formats, de sujets et de tons. Pour le géographe-chercheur, la publication doit rester un moment privilégié d’échanges où émergent de nouvelles idées relatives aux dimensions épistémologiques, théoriques et empiriques de la discipline.
L’objectif de la revue consiste avant tout à transmettre de nouvelles problématiques de recherche, à poser des problèmes de méthodes et de terrain, à communiquer la diversité des positionnements novateurs, et non à répondre aux exigences d’une évaluation qui vise à l’homologation, et quelque part à l’homogénéisation des pratiques de recherches. C’est pourquoi la revue s’inscrit dans un mouvement de refus du classement de l’AERES, tel qu’il est conçu aujourd’hui.

Bienvevue à la nouvelle revue, bon vent aux collègues, et bon courage pour l’exaltant mais souvent lourd travail de rédaction et de publication d’une revue. Pour autant, quelques questions.

L’organisation proposée évoque fortement celle de la revue Echogéo, qui en à peine deux ans, a fait preuve d’un grand dynamisme. Certains nanterriens du comité de rédaction sont aussi impliqués dans le lancement de la revue Justice spatiale/Spatial Justice. Plus largement, le nombre de supports modernisés et publiés en ligne n’a cessé d’augmenter ces derniers temps, en particulier en géographie. Je m’interroge donc sur le constat de départ. Manque-t-on réellement d’espace? Constate-t-on une censure sur de nouveaux objets ou formes d’écriture? Le renouvellement ne pourrait-il pas très aisément passer par les revues existantes? Mon expérience à Géocarrefour me montre que notre grande difficulté est plutôt d’assurer un flux régulier de textes originaux et de qualité, surtout en dehors des dossiers. On aimerait en recevoir beaucoup plus.

D’autre part, pourquoi rester dans une logique de numéro plutôt que une logique de flux, qui n’exclut pas des dossiers : en effet, seules Cybergéo et Développement durable et territoires ont adopté un tel changement de rythme qui libère du carcan des numéros. A Géocarrefour, nous nous y essayons aussi à travers notre rubrique de textes inédits, publiés en avance sur le papier, essentiellement des comptes rendus ou notes.

Quant à une nouvelle écriture, plus personnelle, plus proche de terrain ou du travail en train de se faire, j’en perçois bien l’intérêt en tenant un blog : mais pourquoi alors ne pas tenter une formule telle qu’un agrégateur de blog, comme l’a fait l’équipe d’André Gunthert avec son groupe de recherche sur la Culture visuelle? Un tel outil peut d’ailleurs être modéré par un comité et dépasser donc le statut d’une écriture purement individuelle.

Le lancement du site des Carnets de géographes valant appel à contribution (pour le 15 mars), on ne peut préjuger du résultat et j’espère que la parution prochaine du premier numéro rendra ces questions sans objet en dévoilant l’esprit que ces promotrices entendent y insuffler.

Karine Ginisty
Doctorante en géographie, Université Paris Ouest Nanterre La Défense / IFAS (Institut Français d’Afrique du Sud), laboratoire GECKO
Amandine Spire
Docteur en géographie, Université de Paris Ouest Nanterre La défense, laboratoire GECKO, ATER à l’Université Paris-Sorbonne-Paris IV
Jeanne Vivet

Nouvelle liste de référence des revues de géographie

revues-geoL’AERES a publié le 9/11/2009 une nouvelle liste de référence des revues en géographie, aménagement et urbanisme. Comme dans les autres disciplines, la première liste hiérarchisée avait suscité les sarcasmes, l’incompréhension et les protestations tant elle paraissait arbitraire et tans les procédures de sélection avaient été entachées d’arbitraire pour ne pas dire plus. Nous étions nombreux à appeler une révision.

Un comité composé de délégués de l’AERES, du Comité national de la section 39 (Milieux espaces société) et de la section 31 (Hommes et milieux: évolution, interaction), des CNU 23 (Géographie) et 24 (Urbanisme), et de l’IUF a pris le temps de faire un travail collectif, en concertation avec la communauté scientifique.

Le principe d’une liste de référence s’est imposé avec sagesse ou du moins pour limiter la déraison. Reste quand même une liste complémentaire, reliquat de la catégorie C, de revues dans lesquelles publier ne signifiera pas publier pour l’AERES. Ces dernières sont invitées, si elles le souhaitent, à rapprocher leurs pratiques de publication des pratiques scientifiques fondées sur l’évaluation par les pairs, le rejet du localisme et l’amélioration de leur diffusion.

Le cas des revues professionnelles, comme Urbanisme ou Pouvoirs locaux, est reporté à une décision en 2010. De facto, la liste de référence montre le très faible nombre de revues d’urbanisme en langue française. C’est une question qui renvoie à l’organisation spécifique de cette discipline comme espace de conjonction de plusieurs spécialités universitaires, dont le statut épistémologique reste contesté. Il n’existe pas réellement en France l’équivalent d’un champ « études urbaines » qu’on trouve dans d’autres pays.

Ma réticence à l’égard de ce classement (grandement amélioré, reconnaissons-le sans ambage), reste notamment motivée par la différence de traitement entre livres et revues. Tout livre ou chapitre d’ouvrage est a priori comptabilisé comme publication. Il faut s’en réjouir, faute de critères objectifs de comparaison, mais en même temps, nous savons que de nombreux ouvrages ne sont rien d’autres que de l’autopublication, grâce aux grasses subventions des contrats de recherche, des laboratoire ou d’universités, par des éditeurs qui éditent d’ailleurs assez peu! La seule solution recevable ne peut être que la lecture des travaux, comme le suggèrent ces collègues expatriés, mais hélas, le temps fait défaut…

Reste un bug! La page du classement initial des revues reste en ligne comme si de rien n’était. La chose a déjà été signalée pour l’histoire, sans effet. C’est un brouillage gênant, pour le moins. On se demanderait presque si les représentants SHS ont peur de dévoiler au grand jour des pratiques qui vont contre la doxa du classement A, B, C!

Satisfaction en tout cas de voir que Géocarrefour est désormais reconnue à ce que je crois être sa juste place. Nous avions dument protesté alors. Espérons que les géographes comprendront que la valeur de leurs articles vient d’abord de leur contenu et non pas de la réputation de la revue ou de son nombre de citations… Mais il est vrai que le travail du comité de rédaction et du comité de lecture est aussi un élément majeur qui contribue à l’amélioration des articles, comme nous le disent d’ailleurs de très nombreux auteurs publiés dans Géocarrefour… Un vrai travail scientifique, exigeant mais passionnant!

30 revues de géographie sur Revues.org

Revues.org sur son nouveau portail propose un classement des revues (et collections d’ouvrages) diffusées par discipline. Le regroupement consacré à la géographie comprend 30 revues (dont certaines en cours de mise en ligne). Une petite partie d’entre elles sont pluri-disciplinaires (et on peut penser que la liste n’est pas complète à cet égard, puisqu’on trouverait des articles de géographes ailleurs sur le portail). Si l’on ajoute Cairn (58 revues en histoire et géographie), Erudit (6 revues de géographie et d’études urbaines), les revues suisses (5) et toutes les autres qui restent à identifier, quel bouleversement de l’édition géographique!