Archives de catégorie : revues

Parution : Villes arabes, villes durables ?

J’ai le plaisir d’annoncer la parution longuement attendue du dossier Ville arabes, villes durables ? Enjeux, circulations et mise à l’épreuve de nouvelles politiques urbaines , à la suite d’un programme de recherche AUF lancé et piloté par Pierre-Arnaud Barthel qui m’a fait l’amitié de me demander de coordonner avec lui son édition scientifique élargie suite à un appel à contribution dans la revue canadienne Environnement Urbain / Urban Environment.

En voici le sommaire, et en dessous le début du liminaire, dont la suite est disponible en libre accès. Continuer la lecture

La publication SHS au regard de la publication en sciences dures : spécificité, standardisation et promesses d’avenir

Voici quelques réflexions à l’issue de la journée La publication scientifique pendant et après la thèse : Regards croisés entre SHS et STM qui s’est tenue le 19 octobre à l’URFIST de Lyon, destinés surtout aux doctorants et jeunes docteurs, dont un compte rendu devrait être très bientôt disponible. On jouait à guichet fermé même si en fait de quelques places sont restées vides : un gros tiers de SHS, et deux petits tiers répartis équitablement entre sciences médicales et sciences dures.

Project NECOBELAC – Scientific writing (CC-BY-NC-SA)

Continuer la lecture

La publication scientifique pendant et après la thèse : Regards croisés entre SHS et STM

Je participerai le 19 octobre à l’URFIST de Villeurbanne à cette conférence dont voici la présentation:

Cette journée, organisée par l’URFIST de Lyon, en partenariat avec le CCSD et le laboratoire ELICO, vise à présenter aux jeunes chercheurs – doctorants, docteurs et jeunes recrues de l’enseignement et de la recherche – l’arrière scène de la publication scientifique, à laquelle ils ne sont pas associés et dont ils ignorent souvent les principes et les fondements. Les retours d’expériences des acteurs mobilisés (Rédacteur en chef d’une revue, évaluateur, membre d’une commission du CNU,…) au plus près du processus de la publication scientifique permettront de dresser un état des lieux du processus éditorial.

Le but de la journée est également de faire prendre conscience aux jeunes chercheurs de leurs erreurs les plus récurrentes, identifiées à leur manque d’expérience. Les intervenants insisteront sur les « pièges » à éviter, les « bonnes pratiques » à retenir, et les caractéristiques d’un « bon manuscrit » susceptible d’être évalué en « priorité » dans l’afflux des soumissions à publication. Ceci dans le respect des droits d’auteur et des règles éthiques de la publication scientifique.

Dans le même temps, l’objectif de la journée est de sensibiliser les jeunes chercheurs à l’évolution des pratiques de recherches, de publication et par là même d’évaluation des résultats de la science, en lien avec le contexte numérique. La question de la gestion des données de la recherche, de ses documents, de leur circulation, de leur partage, voire de leur dépôt dans des archives ouvertes seront abordés pour illustrer le glissement qui s’opère autour de la notion de publication.

Plus d’information et inscription obligatoire en ligne : http://publ-sci.sciencesconf.org/. Programme détaillé

Je synthétiserai des éléments de mon enseignement méthodologique pour l’école doctorale de Lyon Publications scientifiques en sciences humaines et sociales à l’ère du numérique : enjeux pour les chercheurs dont un compte rendu est lisible ici (les inscriptions doivent d’ailleurs reprendre prochainement).

L’Equipex du CLEO et les perspectives de l’édition numérique : un regard lyonnais

Un Equipex contre la fracture du territoire universitaire

Petit rebond sur l’annonce de l’Equipex attribué au CLEO et à ses partenaires. En tant que partenaire et utilisateur (auteur et surtout lecteur des contenus diffusés par le CLEO), je m’associe à leur joie et à leur satisfaction. Dans le contexte de l’évolution brutale et souvent contre-productive pour la collectivité universitaire que représentent les IDEX et LABEX et je suppose aussi, EQUIPEX (même si je ne connais pas d’autres cas), dont les coups de gueule de JFM ou d’Irnerius rendent bien compte, il faut saluer un projet qui me paraît aller à contre-courant. Continuer la lecture

Justice Spatiale – Une nouvelle revue de géographie en ligne représentative des mutations dans la discipline

Justice Spatiale / Spatial Justice est une revue de géographie entièrement électronique, née il y a environ deux ans. Elle fait partie d’un ensemble de nouvelles revues électroniques dans cette discipline qui témoignent de plusieurs mutations. Continuer la lecture

Michel Coquery, bref souvenir d’un géographe des villes du Sud

DR - Via Le Monde.fr

L’ENS de Lyon, héritière de Fontenay Saint Cloud, a récemment annoncé la mort de Michel Cocquery qui fut son directeur entre 1990 et 1995 (mise à jour : voir la notice d’hommage de Yann Calbérac et Olivier Faron)). Armand Frémont lui consacre aujourd’hui une notice nécrologique dans Le Monde. Je l’ai très peu connu puisque j’ai fait mon DEA à l’Institut Français d’Urbanisme alors qu’il était encore directeur de l’ENS. Ses interventions étaient réduites au minimum. A l’époque d’ailleurs, je ne me destinais pas aux villes du Sud. Qu’il me soit permis néanmoins de saluer sa mémoire à travers un souvenir : il animait un séminaire de DEA dont je me souviens fort bien, d’autant qu’il a été une de mes sources d’inspiration pour le séminaire Villes Territoires Mondialisations que nous organisons avec Myriam Houssay-Holzschuch. Continuer la lecture

Faut-il mieux diriger des livres collectifs ou des dossiers thématiques dans des revues?

Sur le réseau social Academia.edu, Cameron Walker se demande si, en vue de l’évaluation de son dossier pour la tenure, il vaut mieux diriger des livres collectifs ou des dossiers thématiques dans des revues.

Sa question suscite de nombreuses réponses, assez variées mais dont la majorité penchent plutôt vers un dossier dans un revue peer reviewed, avec un editorial lui-même peer reviewed. Les arguments s’inscrivent dans différents registres.

En faveur de l’édition dans une revue :

– Les publications qui comptent dans un dossier sont celles qui sont peer reviewed. La plupart des éditeurs, en particulier les éditeurs commerciaux, n’organisent pas une « vraie » évaluation par les pairs, dans laquelle par exemple l’éditeur scientifique pourrait avoir son texte introductif refusé.

– L’édition d’un livre prend trop de temps, avec une revue cela va plus vite.

Par exemple, cette remarque conclusive de Rosemary Joyce :

I counsel all untenured scholars to publish your own work first; publish in peer-reviewed journals first, and university press books second; avoid the time sink of editing a volume, and decide which way to go if you do edit one based on how quickly it will be in print, since that is all that matters.

L’enjeu est aussi celui des citations, comme le remarque non sans cynisme Kim Cohen, un géographe (physicien, ce n’est pas sans importance) d’Utrechts:

Edit a special issue of a journal. Add a first ‘editorial paper’ on the contents of the issue, authored by the volume editors (and reviewed by someone you suggest to the regular editor of the journal), include references to the papers in the issue and as the special issue stimulate cross-referencing between papers in your issue. Everybody happy. Journal gets its citations boosted; author has ‘edited volume’ and ‘a paper’; Readers know ‘what they gonna get’; faculty citation bean counters can tick their boxes.

Certains nuancent: à condition que le dossier de tenure comprennent déjà les basics, c’est à dire une monographie et plusieurs articles dans de bonnes revues (peer reviewed, of course), quelques ouvrages collectifs ne sont pas mal venus. D’autres soulignent que tout cela varie selon les disciplines. Les historiens sont plus attachés aux livres que les politologues.

La question de la visibilité respective des deux types de publications est controversée. Pour certains, les revues et les presses universitaires ne diffusent pas assez, alors qu’un livre collectif peut devenir une référence (landmark) dans un domaine. Pour d’autres, grâce à Jsor et aux autres systèmes d’indexation, la visibilité des dossiers devient aujourd’hui supérieure à celle des livres.

Un point est clair pour tous : ne faîtes pas de recension, c’est complètement inutile pour votre avancement, puisqu’elles ne sont pas peer reviewed, idiot!

Tout cela vaut pour la tenure. Une fois qu’elle est obtenue, plus de censure : écrivez des comptes rendus de livres, publiez des livres commerciaux susceptibles de vous mettre en relation avec d’autres auteurs et d’autres lecteurs, susceptibles aussi d’intéresser des étudiants undergraduate, en un mot, « be creative »!

Et en France alors? D’abord, il est évident que la question ne se pose pas dans les mêmes termes. La titularisation d’un chercheur intervient en général par son recrutement comme MCF ou comme CR, à un stade où déjà une monographie et quelques articles représentent un dossier de valeur. D’autre part, en raison du faible référencement des publications en français dans les bases internationales, la question des citations est également moins centrale (même si cela commence). Mais dans plusieurs disciplines, la tyrannie des revues A, B etc se fait ressentir, et l’AERES pouse à la roue (voir les débats dans Evaluation de la recherche en SHS sur la bibliométrie et sur les revues, par exemple). J’aurais donc tendance à dire que l’édition de livres collectifs est beaucoup moins valorisée aujourd’hui que cela n’était le cas il y dix ans. Les livres collectifs (et les dossiers de revues) n’ont d’intérêt que s’ils reflètent une vraie sélection et un travail de mise en commun qui va au delà du seul agrégat de communications. Les actes de colloque, sauf événement scientifique majeur, c’est fini.

En revanche, sur le comment faire et les avantages respectifs des deux solutions, il y a beaucoup à dire sur la situation française, et ce ne sont pas les mêmes conditions que dans l’Academy anglophone. En quelques mots, juste pour lancer le débat :

– publier un livre chez un éditeur universitaire ou commercial demande le plus souvent de mettre sur sur la table une somme variable comme subvention. En général, au minimum, dans ce que j’entends autour de moi, 2 à 3000 euros. Pour un livre chez Economica, l’éditeur avait commencé par nous demander 9000 euros pour 1000 exemplaires. Puis s’était contenté de 4500 pour 600 exemplaires, sachant qu’une partie (250) était en fait achetée pour diffusion au Liban et par échange par l’IFPO, et que nous en récupérions un certain nombre d’exemplaires pour assurer des hommages et des remerciements. Le livre a été vendu par Economica à 291 exemplaires (en avril 2010). Il  n’a eu qu’un seul compte rendu.

– la promotion et la distribution de ce livre, chez la plupart des éditeurs, sont catastrophiques. Le tirage, très faible, n’assure guère sa visibilité en librairie et il faut un coup de chance, ou une bonne autopromotion, pour que les bibliothèques universitaires l’achètent.

– le soutien à la fabrication du livre sera faible voire nul. Le plus souvent, vous devrez donner un fichier prêt à tirer.

– le passage à l’électronique n’améliore guère la situation. Dans l’Harmathèque par exemple, mais la même chose vaut pour Karthala, les auteurs de chapitre n’apparaissent pas dans les index. Ici, c’est aussi l’intérêt des auteurs de chapitre de ne pas être publiés dans ce type d’ouvrage. Essayez par exemple de trouver mes chapitres dans des ouvrages parus chez l’Harmattan.

– je connais très peu d’éditeurs français, publiant des livres universitaires, qui pratiquent le peer reviewing. C’est le cas, je pense, (c’était en tout cas) des éditions du CNRS, des Presses universitaires de Rennes, autrement dit de quelques éditeurs universitaires, mais sans doute pas de tous. Je n’ai jamais entendu dire que des éditeurs commerciaux (Armand Colin, PUF, …) le faisaient. Et encore, il faudrait se demander quelles sont vraiment les pratiques?

– il faut reconnaître toutefois que certains éditeurs sont plus sérieux sur le travail éditorial – ou ont cette réputation, je n’ai pas d’expérience personnelle pour tous :  par exemple La Découverte ou Les presses universitaires de Rennes, ou l’IFPO (mais la diffusion papier est limitée). Par contre, si vous avez les poches vides, il est peu probable qu’ils vous éditent.

– en revanche, côté arguments positifs à prendre en compte, il faut noter qu’un livre permet de publier des écrits d’un format potentiellement plus original, que le strict peer reviewing pourrait conduire à retoquer. Par exemple, dans un livre dont je reparlerai très prochainement sur Expérimenter le développement urbain durable au Sud de la Méditerranée, Pierre-Arnaud Barthel et Lamia Zaki ont rassemblé à la fois des chapitres écrits par des universitaires qui sont passés par l’évaluation de pairs (pas complètement à l’aveugle d’ailleurs – c’est un autre débat) et des textes de professionnels (8 au total, principalement des entretiens). Ce ne serait pas évident à faire dans une revue, ne serait-ce que pour des raisons de taille.

Et, globalement justement, les revues, est-ce mieux?

– pour l’évaluation par les pairs, cela a beaucoup évolué et c’est une pratique devenue majoritaire (je ne dirai quand même pas généralisée, d’après mon expérience personnelle). Certaines revues (comme Géocarrefour) n’acceptent pas d’éditer des dossiers clés en main et imposent d’en passer par un appel à contribution public. Autrement dit, la rédaction joue un rôle moteur dans la sélection des textes.

– pour le financement : là aussi, beaucoup de revues acceptent de publier un dossier sans apport financier. C’est un gage de liberté académique. Mais des tensions existent et parfois, une petite aide permet de financer des illustrations (en couleur).

– pour la diffusion en librairie et sous forme papier dans les bibliothèques : de ce point de vue, la plupart des revues, surtout lorsqu’elles ne sont pas adossées à un éditeur commercial, connaissent une diffusion faible. Elles sont souvent difficiles à trouver en librairie. Si une bibliothèque n’est pas abonnée, il ne sera pas très facile d’acquérir un numéro spécial de revue. Quant aux comptes rendus, il est très rare qu’un dossier de revue en bénéficie, surtout que la recension n’est pas vraiment considérée comme une publication scientifique (d’ailleurs, c’est toujours embêtant de déposer une recension sur HAL-SHS car ce n’est pas prévu). Du coup, saluons l’initiative de la revue Lectures, qui propose justement un espace spécifique pour la recension des dossiers thématique de revues.

– en revanche, la publication numérique aide grandement à leur visibilité, en particulier si l’on est diffusé par des portails comme Cairn ou Revues.org, désormais parfaitement indexé par Isidore. L’indexation dans des bases internationales est par contre fort médiocre, notamment du point de vue de Scopus ou de l’ISI. Mais le risque, c’est alors surtout que la cohérence d’un dossier thématique s’évanouisse au profit de l’article individuel. D’où l’intérêt, dans le travail éditorial, d’inciter les auteurs à introduire des références aux autres élements d’un dossier – ou de le faire soi-même en tant qu’éditeur scientifique.

N’hésitez pas à poursuivre le débat.

Révolutions et révoltes arabes, des prémisses aux lendemains douloureux

L’actualité éditoriale sur les révoltes arabes est riche, notamment de contributions de chercheurs. Pourtant, porter un regard de chercheurs sur l’événement est risqué car celui-ci va, le plus souvent, trop vite pour être susceptible d’une observation objectivée en temps réel. Rares sont les collègues qui ont pu, comme Amin Allal – véritable polygraphe de la révolution tunisienne-, prendre le pouls de la révolution sur une barricade ou dans un comité de quartier (voir notamment son texte pour Politique Africaine, résumé ici). Et encore ne s’agit-il pas d’une garantie contre l’erreur de perspective, ce qui se passe ici ne ressemblant pas nécessairement à ce qui se passe là-bas.

Dans cette perspective du regard « à chaud », citons le dossier « Printemps arabes. Comprendre les révolutiosn en marche, sous la direction d’Agnès Deboulet et de Dimitri Nicolaïdis, dans la revue Mouvements (n°66, été 2011, sur Cairn) ainsi que le dossier « En Afrique du Nord, un soulèvement ne fait pas le printemps » sous la direction de Béatrice Hibou (Dossiers du CERI, en ligne) qui entend mettre en avant la dimension socio-économique des revendications par rapport aux débats de nature politique et institutionnelle. Ainsi donc que le dossier Tunisie de Politique africaine, cf. ci dessus.

Autre cas de figure : des publications très avancées ou bouclées avant les révoltes qui se voient « confirmées » ou qui doivent effectuer un petit rétablissement face à la nouvelle actualité. A cet égard, saluons le dossier hors série de Tiers Monde, sous la direction de Sarah Ben Nefissa et Blandine Destremeau, intitulé Protestations sociales, révolutions civiles. Transformations du politique dans la Méditerranée arabe. Ce collectif replace ces bouleversements politiques dans une généalogie de mobilisation : ils ne venaient pas de nulle part et une syntaxte de la politisation de ces revendications s’était construite et affirmée dans les dernières années; par ailleurs, le dossier propose plusieurs articles de réactions à chaud (voir ici, le sommaire et l’introduction).

Autres exemples de la difficulté que les bifurcations du temps court imposent à l’excercice de l’écriture des résultats de recherche, toujours plus ou moins en rupture avec l’actualité, ces deux travaux sur Le Caire et l’Egypte.

Dans Le Caire, réinventer la ville, un ouvrage de la collection Villes en mouvement d’Autrement, Pierre-Arnaud Barthel et Safaa Monqid interrogent, à la veille des événements de janvier-février 2011, une bonne vingtaine de « militants » du développement durable. Celui-ci apparaît alors comme un masque pour des revendications potentiellement fort différentes, entre « utopie réformatrice » au fond assez conservatrice politiquement parlant et « demande pour un changement total », ici fortement prémonitoire. Cette lecture décalée est suggestive et constitue un témoignage utile d’une parole qui se contorsionne face aux contraintes du politiquement correct. Reste que ces voix « bénévolentes » semblent loin de résumer la polyphonie des revendications post-changement de régime. Agnès Deboulet propose dans le numéro de Mouvements d’entendre la voix beaucoup plus radicale de Manal al-Tibi sur le droit au logement, dans une interview réalisée également en décembre 2010 (voir ici).

Citons également l’ouvrage de Vincent Battesti et François Ireton (coordonnateurs) L’Egypte au présent. Inventaire d’une société avant révolution, une mise à jour comparable par son ampleur à celle publié sur la Syrie il y a quelques années. On pourra lire ce livre comme un bilan de l’ère Moubarak.

Enfin, pour finir en beauté, renvoyons au remarquable « Repères » d’Hamit Bozarlsan sur La sociologie politique du Moyen-Orient. Publié en février 2011 et donc bouclé probablement avant le déclenchement de la révolution tunisienne, il propose une lecture en cycles courts (1979-1990; 1990-2001 et 2001-?) qui impliquait précisément le dénouement d’une période et l’entrée dans une autre. Relisant de manière critique quatre grands paradigmes d’interprétation (la modernité, l’islamité ou lislmaisme, les paradigmes emic de la ‘asabiya et de la dawa, ainsi que la question du tribalisme), l’auteur présente une suggestive typologie des Etats (être politique dont il montre que malgré l’instrumentalisation et l’absence de légitimité, la recherche ne peut en faire l’économie). Bozarslan en arrive ensuite à une remarquable analyse des formes de mobilisations politiques qui donne de véritables outils pour penser ce qui se déroule au Moyen-Orient depuis le début de l’année. Sa lecture de la spatialité des mobilisations (entre quartiers comme espace d’autonomie et de mobilisation et  lieux centraux du débordement et de l’accès à la visibilité), à propos de la révolution iranienne de 1979, se révèle extrêmement heuristique pour lire les mobilisations actuelles. L’auteur revient d’ailleurs dans le numéro précité de la revue Mouvements sur ce qui unit la Tunisie et l’Egypte dans leurs soulèvements (cf. ici sur Cairn).

Les nouveaux modèles économiques de l’édition électronique et les droits d’auteur

J’apprends en dernière minute l’organisation d’une journée d’études sur l’édition électrique à l’ENS de Lyon, où Pierre Mounier viendra présenter la démarche qui a amené le CLEO à proposer un nouveau « modèle d’affaire » de l’édition électronique, l’OpenEdition Freemium, qui va chercher à combiner accès libre aux textes scientifiques en SHS et services à l’accès et à la lecture, à destination des bibliothèques universitaires (et autres?) et de leurs lecteurs. Initiative originale, dont il sera intéressant de voir quel intérêt elle suscite de la part des bibliothécaires et si ces derniers déplacent leurs préoccupations de l’acquisition à l’accès (se reconnaissent-ils dans ce changement d’enjeu qui est à la base du diagnostic du CLEO et de la proposition d’OpenEdition Freemium?).

En tout état de cause, cette évolution me conduit à m’interroger sur un point particulier : dans ce nouveau modèle, quelle place sera attribuée à l’auteur et en particulier à l’auteur de monographies scientifiques? La question surgit dans un contexte où l’édition universitaire (qu’elle soit le fait d’éditeurs privés ou publics) a progressivement et majoritairement adopté un modèle économique qui, au nom de la diffusion, a sinon supprimé du moins limité la rémunération des auteurs (idée d’un seuil minimal de vente) tout en multipliant les exigences à leur égard (soit : apports de subventions, achat d’un minimum d’exemplaires, fourniture d’un fichier prêt à imprimer, absence de services à l’édition, conditions variables d’un éditeur et d’un ouvrage à l’autre). En caricaturant (j’en suis conscient), on peut dire que c’est le modèle L’Harmattan (ici et ).

Disons d’emblée que je comprends bien que là n’est pas le problème du CLEO, qui discute avec des bibliothèques d’une côté, et des éditeurs de contenu électronique de l’autre. La question est plutôt posée à ces derniers, en fait. D’autre part, la question dépasse la présente initiative du CLEO et se pose aussi pour les projets d’impression à la demande, les ventes de fichiers numériques, etc. Parmi le questions préalables que soulève aussi mon billet, on pourrait s’interroger sur l’arbitraire de la séparation entre monographies et textes courts, séparation qui reproduit directement une particularité de l’édition papier (entre auteurs de monographie et auteurs dans des revues ou des ouvrages collectifs, pour lesquels la question d’une rémunération avaient depuis longtemps été résolue par la cession gratuite). Doit-on en fait généraliser cette dernière solution, c’est à dire affirmer que les producteurs de savoir renoncent à l’idée d’une rémunération (de toute façon fort limitée) lorsqu’ils rentrent dans une logique d’édition scientifique? Universitaires, donc fonctionnaires et déjà payés pour publier? Ne serait-ce pas aller un peu vite en oubliant qu’une partie des auteurs ne sont justement pas (encore?) titulaires?

Pourtant, divers éditeurs universitaires, comme les Presses universitaires de Rennes, semblent s’engager, à titre expérimental, dans l’idée d’un modèle de rémunération des auteurs au-delà d’un seuil de vente minimum (vente d’exemplaires papier et numérique à l’unité). Quid lorsqu’on s’engage dans un modèle qui se rapproche de celui de l’abonnement? On notera d’ailleurs que si les portails Cairn ou Springerlink proposent désormais des accès à des livres électroniques, c’est uniquement à travers des ventes à l’unité et non en abonnement, peut être bien parce que les contrats avec les auteurs de livres ne se prêtent pas à ce nouveau modèle.

Il faut replacer ce questionnement dans les débats qui agitent l’ensemble de l’édition face à l’émergence de l’édition numérique. D’un côté, en France, le Syndicat national de l’édition, au nom de l’unité du produit livre, promeut une vision très conservatrice de la rémunération des auteurs pour la vente de livres numériques. Des auteurs s’en alarment, ainsi que d’autres acteurs éditoriaux. De l’autre côté, quelques initiatives spectaculaires comme celle de Marc-Edouard Nabe ou de Daniel Schneidermann illustrent le court-circuitage de l’édition traditionnelle et de sa lourde et onéreuse chaîne de distribution (fort rémunératrice pour les actionnaires des maisons d’édition qui possèdent aussi ces circuits de la diffusion du livre). Enfin, des initiatives comme Amazon Singles semblent constituer la logique ultime de cette désintermédiation et peuvent paraître offrir de nouvelles perspectives de rémunération pour des auteurs numériques – et pourquoi pas des scientifiques?

Face à ces évolutions, je me demande donc si, en tant qu’auteurs de livres voire aussi d’articles, nous devons nous résigner à abandonner toute prétention à une rémunération indexée sur la diffusion payante de nos travaux. Devons nous céder (gratuitement donc?) l’exploitation de nos droits d’auteur pour une durée quasi-illimitée ou, au contraire, seulement pour des durées courtes (par exemple trois, cinq ans?) puis retrouver la possibilité d’exploiter ces droits sous d’autres supports, tels qu’Amazon? Certes, dans la grande majorité des cas, on ne parle ici que d’un potentiel commercial très limité mais le web et le monde numérique nous montre qu’il est parfaitement possible de concilier accès libre et diverses formes de rémunérations : pourquoi les auteurs de SHS devraient ils renoncer à cette possibilité? La prudence face à des évolutions des pratiques qui sont à l’heure actuelle indiscernables ne devrait-elle pas justement nous conduire à des cessions de droit pour des durées limitées?

Certains ne manqueront pas de trouver cette tribune ridicule voire choquante, et exempte du désintéressement qui sied à un scientifique payé par l’Etat, surtout vu l’étroitesse des recettes qu’on peut envisager. Il me semble pourtant que la question posée va au delà de cela. Nous sommes dans un système où l’investissement de l’auteur ne s’arrête pas à l’instant où il a écrit un point final de son texte mais se poursuit par un travail de propulsion (comme le dit Thierry Crouzet) rendu indispensable par les nouvelles exigences de l’économie de l’attention (Voir M. Dacos : Comment mieux faire connaître mes recherches). L’idée d’une rémunération des auteurs, fût-elle économiquement symbolique, est-elle absurde dans ce nouveau contexte?

Un nouveau type de presses universitaires

Marin Dacos partage ses signets sur l’édition électronique. Dans 12 suggestions d’un chercheur à ses amis bibliothécaires (reprise de Peter Murray-Rust), je relève celle-ci:

Mettre en place un nouveau type de presses universitaires
C’est une des plus grosses occasions manquées du siècle. Les universités auraient pu créer de nouveaux modes de publication académique. Les coûts sont bien moindres maintenant – ce n’est peut-être pas trop tard. Avant que, dans 5 ans, Google ou son successeur gère les systèmes d’information universitaires.

qui fait écho à mes remarques de l’autre jour sur le développement nécessaire de l’accès libre pour nos livres universitaires