Archives de catégorie : ressources en ligne

[Archives] Lettres d’information de l’Observatoire de recherche sur Beyrouth et la reconstruction

Le Centre d’études et de recherches sur le Moyen-Orient contemporain (CERMOC) a publié entre 1995 et 2001 14 numéros de la Lettre d’information de l’Observatoire de recherche sur Beyrouth et la reconstruction, détaillant les activités de ce programme de recherche. Outre des informations par nature éphémère, cette lettre comportait des études modestes mais riches d’informations et de résultats d’enquêtes, des comptes rendus d’activités et d’ouvrages, ainsi qu’une chronologie de la reconstruction de Beyrouth qui pourrait présenter une certaine utilité à des chercheurs intéressés par cette période.
L’IFPO, qui a pris la succession du CERMOC, n’a pas jugé utile de numériser cette série malgré mes suggestions en ce sens il y a quelques années. Il se trouve que j’ai dans mes archives quelques numéros en PDF (1 à 5, 10, 13 et 14). J’ai essayé de les déposer sur HAL-SHS mais ce ne serait éventuellement acceptable qu’en distinguant article par article.
J’ai donc déposé ces numéros sur Internet Archive. Voici le lien pour les numéros 1 à 5, vers le 1013 et le 14. Ci-dessous la table des matières du n°14 (2001) que j’avais coordonné.

Parution : Circulation des matières, économies de la circularité

J’ai le plaisir de signaler la parution du dernier numéro de Flux, consacré à Circulation des matières, économies de la circularité, que j’ai coordonné avec Romain Garcier et Laurence Rocher, dans la lignée de nos travaux au sein d’ACREOR qu’ils poursuivent avec bonheur au sein de l’Atelier Matières, énergie, déchets: flux et territoires de l’UMR 5600.
Voici le résumé du texte introductif et, ci-dessous, la table des matières.

Ce texte d’introduction au dossier de Flux 2017/2 (N° 108) questionne l’émergence de la thématique de la circularité des matières dans les politiques publiques urbaines contemporaines. Les articles ont en commun de porter une attention minutieuse à la matérialité des flux qui traversent et constituent la ville et aux objets sociaux qui la composent. Ils analysent les modalités et les conséquences de leur mise en circulation, ainsi que les régulations et les conflits qui l’accompagnent. Que l’ensemble des articles traite de pratiques et de politiques ancrées dans l’espace de la région de Lyon résulte moins d’une volonté monographique que d’une rencontre en partie fortuite. Mais cela souligne en tout cas l’importance d’une approche toujours attentive aux faits géographiques et aux effets de lieu dans la diversité de leurs échelles. Trois thématiques transversales sont présentes : d’abord, en identifiant de nouvelles ressources, les articles permettent de réfléchir à l’invention et à la construction de nouveaux circuits pour les matières. Ensuite, la régulation de ces circuits implique l’identification de nouveaux acteurs et la mise en place de nouvelles formes de relations avec les producteurs et gestionnaires des matières, formant donc l’espace d’une gouvernance renouvelée. Enfin, si ces circuits se structurent dans un espace qui est celui de la proximité géographique, ils s’inscrivent néanmoins dans une logique relationnelle qui ne cesse de questionner les normes et les échelles. Ce numéro permet ainsi de nuancer et de re-matérialiser les injonctions à faire advenir l’économie circulaire dans les villes.

Table des matières

Olivier Zeller, Structurations de l’espace fécal à Lyon au XVIIIe siècle

Aurélie DumainLaurence Rocher, Des pratiques citoyennes en régime industriel : les courts-circuits du compost

Pierre Desvaux, Économie circulaire acritique et condition post-politique : analyse de la valorisation des déchets en France

Romain J. GarcierFanny Verrax, Critiques mais non recyclées : expliquer les limites au recyclage des terres rares en Europe

Laëtitia Mongeard, De la démolition à la production de graves recyclées : analyse des logiques de proximité d’une filière dans l’agglomération lyonnaise

Luttes urbaines autour de l’électricité à Beyrouth

J’ai le plaisir de signaler la parution du livre Energy, Power and Protest on the Urban Grid. Geographies of the Electric City, dirigé par Andres Luque Ayala et Jonathan Silver, chez Routledge. On trouvera l’introduction et la table des matières en ligne sur Academia et voici la quatrième de couverture:

Providing a global overview of experiments around the transformation of cities’ electricity networks and the social struggles associated with this change, this book explores the centrality of electricity infrastructures in the urban configuration of social control, segregation, integration, resource access and poverty alleviation. Through multiple accounts from a range of global cities, this edited collection establishes an agenda that recognises the uneven, and often historical, geographies of urban electricity networks, prompting attempts to re-wire the infrastructure configurations of cities and predicating protest and resistance from residents and social movements alike. Through a robust theoretical engagement with established work around the politics of urban infrastructures, the book frames the transformation of electricity systems in the context of power and resistance across urban life, drawing links between environmental and social forms of sustainability. Such an agenda can provide both insight and inspiration in seeking to build fairer and more sustainable urban futures that bring electricity infrastructures to the fore of academic and policy attention.

Je publie dans ce livre un chapitre intitulé: Beirut, metropolis of darkness and the politics of urban electricity grids. En voici les premiers paragraphes à titre de résumé. Le fichier pour être lu sur ResearchGate, Academia ou Hal (en attente). Continuer la lecture

Doper HAL face aux réseaux sociaux académiques

Je reviens avec un peu de retard sur mon intervention lors de la journée organisée le 18 décembre dernier par le CCSD et l’InSHS, consacrée aux 10 ans de HALSHS. En raison de mes états de service antérieurs sur la question, notamment lors d’une précédente journée en 2013, il m’avait été demandé de présenter quelques réflexions sur l’identité numérique du chercheur et en particulier la place que pouvait y tenir HAL. Les amateurs de vidéo peuvent regarder mon intervention, qui dure une dizaine de minutes. Pour les autres, je voudrais surtout insister sur deux points qui ne touchent guère à la question de l’identité numérique proprement dite, mais d’une part à une comparaison certes limitée mais instructive de la visibilité des travaux via HAL-SHS et quelques réseaux sociaux académiques, et d’autre part à une prise de position sur la manière d’encourager, fut-ce au détriment du droit des éditeurs, les dépôts en archives ouvertes. Continuer la lecture

[Pour mémoire] Comptes rendus sur Concevoir et gérer les villes : milieux d’urbanistes du sud de la Méditerranée et travaux liés

couvSur le même modèle que les autres pages (1 & 2) de ce carnet qui gardent la trace des comptes rendus de mes ouvrages, voici quelques liens consacrés à notre livre Concevoir et gérer les villes: milieux d’urbanistes du sud de la Méditerranée, Paris, Anthropos-Economica, 2006, coord. par Taoufik Souami et moi-même. La présentation du livre et sa table des matières sont sur le site de l’IFPO.

Sa réception publique a été relativement limitée : j’ai identifié deux comptes-rendus, en plus d’un débat public, organisé par l’Association des professionnels pour le développement (ADP), et dont un compte-rendu a été conservé. Continuer la lecture

L’epub, nouveau format pour les revues électroniques. Quelques conséquences pratiques

Le format epub est présenté aujourd’hui comme la meilleure solution pour l’édition électronique, à la fois en raison de ses caractéristiques techniques (notamment le caractère reflowable / reconfigurable du texte qui n’est pas asservi à un seul type d’écran) mais aussi politiques et institutionnelles. L’epub est en effet un standard ouvert, neutre, qui n’est pas verrouillé, contrairement aux formats propriétaires comme le format mobi utilisé par Amazon. Mais contrairement aux livres, où les formats mobi et epub ont pratiquement complètement détrôné le PDF, les articles de la plupart des revues électroniques scientifiques restent encore aujourd’hui pratiquement uniquement disponibles  en PDF, et souvent (de plus en plus) en html. Rappelons que le principal problème du PDF vient de sa mise en page figée, non reconfigurable en fonction de la taille et de la forme de l’écran. Bien que mis au point par Adobe à l’origine, il n’est pas propriétaire et est devenu un standard. Continuer la lecture

Les réseaux sociaux scientifiques : visibilité et open access dans Arabesques

Mon billet publié à la suite de la journée des CoRIST en novembre dernier avait attiré l’attention et suscité des commentaires et reprises/retweets relativement nombreux. A la demande de l’agence bibliographique de l’enseignement supérieure (ABES), j’en ai tiré une nouvelle version un peu plus resserrée et plus précise sur certains points, pour son magazine Arabesques (n°74, avril-juin 2014). L’ensemble du dossier « Paysages et réseaux de l’IST en mouvement » est à télécharger librement (l’article seul est sur Hal). Merci à Béatrice Pédot pour son travail éditorial.

Introduction:

Selon une enquête récente du CNRS, les chercheurs font un usage massif des réseaux sociaux qui sont intégrés au coeur de leurs pratiques professionnelles. Ces réseaux permettent une meilleure visibilité des travaux et démultiplient les possibilités d’identifier les ressources dont les scientifiques ont besoin pour poursuivre et étendre leur activité.

Les réseaux sociaux scientifiques, la visibilité et l’open access

J’ai participé, le 19 novembre, à la journée d’étude des correspondants IST (CorIST) de l’InSHS. Je n’ai pu assister qu’à une partie de la journée mais ce que j’ai pu voir, notamment la table-ronde sur Wikipédia comme outil de la valorisation de la recherche, était intéressant et fera j’espère l’objet d’un compte rendu. On trouvera un cadrage des thèmes traités ici, ainsi qu’un compte-rendu de chaque intervention ici.

J’intervenais pour ma part dans une table ronde sur les réseaux sociaux scientifiques et leurs usages par les chercheurs. Au-delà du constat d’un usage intensif de ces outils il est vrai très divers, deux enjeux transversaux apparaissent. Les réseaux transforment et à priori améliorent la visibilité des chercheurs ainsi que celle des travaux dont ils ont besoin pour poursuivre et étendre leur activité. A travers cet enjeu de la visibilité, c’est aussi celle de l’accès libre aux publications qui est en voie de transformation, non sans contradiction avec les politiques poursuivies par nos tutelles pour développer l’Open Access notamment par le biais de Hal. Continuer la lecture

Une page Cities sur Jadaliyya

city_scape_banner_1

Depuis trois ans, Jadaliyya s’est imposé comme un site de référence sur l’actualité du monde arabe (et de sa marge turque). Mêlant journalisme d’investigation, textes de diffusion de travaux scientifiques, prises de position politiques et sociales, il émane des interactions d’un collectif divers largement composé de personnes originaires de la région ou y vivant. Au départ écrit en anglais et arabe, il s’ouvre aujourd’hui à d’autres langues, notamment le turc et le français.
Je suis heureux d’annoncer le lancement, ce 30 septembre, d’une page Cities, animée par une équipe éditoriale qui se compose de Mona Harb (rédactrice en chef), Hiba Bou Akar, Farah Nakib,Farha Ghannam, Ozan Karaman et moi-même. Voici les objectifs de la page. Continuer la lecture

De la troisième vie d’un livre

Le projet OpenbookEdition, auquel se sont associées les Presses de l’IFPO, offre une troisième vie à un ouvrage paru tout d’abord à Erlangen, en 1969 : Beirut, eine westlich geprägte Stadt des Orients, du géographe Helmut Ruppert (Erlanger Geographische Arbeiten, Heft 27, 1969). Ce livre avait été alors largement ignoré par ses potentiels lecteurs beyrouthins, langue allemande puis guerre civile obligent. J’ai contribué, avec Laurent Combes alors coopérant au CERMOC de Beyrouth, à sa deuxième vie, en le présentant lors du colloque Beyrouth, Grand Beyrouth, en 1996 (également en ligne grâce à OpenbookEdition!), puis en le traduisant et le préfaçant : Helmut Ruppert : Beyrouth, une ville d’orient marquée par l’Occident, Cahiers du CERMOC, n°21, Beyrouth, 1999, 169 p. Je suis heureux d’indiquer le lien où l’on pourra constater et profiter de sa troisième vie, qui s’apparente à une promesse d’éternité (pour un livre qui n’était peut être pas éternel, après tout…) !

Voilà le début de la présentation, en 1999 :

L’ouvrage Beyrouth, une ville d’Orient marquée par l’Occident, de Helmut Ruppert, est singulier à plus d’un titre. Il s’agit de la thèse de doctorat de l’auteur, soutenue en 1968 et publiée par la société franconienne de géographie à Erlangen en 1969. Une branche de la géographie allemande, autour de Eugen Wirth, était alors très active au Moyen-Orient et plusieurs travaux portèrent sur les villes de la région, dont celui de Klaus Dettman sur Damas, auquel il est fait allusion dans le texte traduit ici. Cet intérêt de la géographie allemande pour la région s’est d’ailleurs longtemps poursuivi, comme en témoignent les travaux monumentaux de l’atlas du Moyen-Orient menés à Tübingen ou, plus récemment, le travail de Eugen Wirth et Horst Kopp sur Sanaa1. Dans cet ensemble, la singularité d’Helmut Ruppert est double. Tout d’abord, une fois son ouvrage sur Beyrouth achevé, Helmut Ruppert, qui occupe aujourd’hui de hautes fonctions à l’université de Bayreuth en Allemagne, n’a plus rien écrit sur le Liban, tout en poursuivant une activité scientifique sur certains pays du Moyen-Orient. Or son livre, et c’est la seconde singularité, était en 1969 une des premières tentatives d’étude géographique globale de la ville de Beyrouth, après l’ouvrage pionnier de Chehab ed-Dine écrit en 1953 et remanié pour la publication en 1960. Toutefois, sa rédaction en allemand a eu pour effet d’empêcher sa reconnaissance. Il en existe certes une traduction en arabe, grâce au travail d’un étudiant de l’université libanaise2. Travail qui n’a jamais été publié et qui est au demeurant incomplet, car l’illustration cartographique du livre, qui en constitue pourtant une des richesses, n’a pas été reproduite. A quelques exceptions près, Beyrouth, une ville d’Orient marquée par l’Occident a donc été largement ignoré par la suite et n’est que rarement cité dans la littérature scientifique.

Mon seul regret, c’est qu’il était accompagné d’une superbe carte d’au moins un mètre de large, en couleur, recensant un par un les commerces et établissements de la ville de Beyrouth et, hélas, la numérisation de cette carte a été omise lors de cette mise en ligne!