Archives de catégorie : recension bibliographique

La Planète des Z’u. Des univers s’y terrent. Compte rendu de Franck Mermier

livre troinJ’ai le plaisir d’accueillir ce compte rendu de Franck Mermier sur le roman de Jean-François Troin, La Planète des Z’u. Des univers s’y terrent, Saint-Jean des Mauvrets, Editions du Petit Pavé, 2014, 278 pages, ISBN : 978-2-84712-398-2, 25 euros.

Profession universitaire, ou enseignant-chercheur, soit l’habitant de la Planète des Z’u habitée par de drôles d’énergumènes. L’auteur, qui fut professeur de géographie à l’université de Tours, est connu pour ses travaux sur le Maroc avec, notamment, sa thèse d’Etat monumentale sur les souks ruraux du Maroc. Cette qualité d’enquêteur de terrain, Jean-François Troin l’a exercée sur les habitants de sa planète. A la lecture de ce roman, le « petit monde » de David Lodge vient certes à l’esprit si ce n’est que, dans le livre de Jean-François Troin, le protagoniste principal promène son regard d’entomologiste dans ces différents univers qui façonnent les manières d’être de l’Homo Academicus, soit le campus de Sélant, en France, celui de Slow Coast aux Etats-Unis, et l’université d’Al-Batî’a (La lente) dans un pays arabe non précisé. Ces noms sonnent comme une référence peut-être involontaire au mouvement de Slow Science qui tente de sauver ce qui reste de bénéfique dans le métier de chercheur en proie à la récurrence frénétique des appels à projets, seul moyen de financement. On pourrait aussi penser aux livres iconoclastes de Nigel Barley qui, sous une forme romancée, relate ironiquement les aventures d’ « un anthropologue en déroute » en Afrique. Jean-François Troin ne se contente cependant pas de pointer les travers de la profession d’universitaire sur ces trois sites régis par des traditions si contrastées, il en montre aussi l’abnégation, voire le sacerdoce un peu absurde quand on connaît l’étroitesse de certains enjeux. Son récit du déroulement d’une soutenance de thèse est un morceau d’anthologie criant de vérité, parce qu’il est fictif. Qui n’a jamais saisi ce contraste parfois scandaleux entre les efforts prodigués par le directeur de thèse pour constituer un jury idéal à la mesure du travail acharné de son doctorant et les négligences de certains membres du jury venant juste de parcourir la thèse dans le TGV. Mais, on se doit d’insister, ce livre est un roman, servi par la force incisive d’un récit sans rature, qui transporte le lecteur dans des zones de gravité affective où se mêlent ambitions et désirs. C’est que la Planète des Z’u, sous ses airs parfois débraillés, est un monde fortement hiérarchisé, avec des codes très différents selon que l’on se trouve à Sélante, à Slow Coast ou à Al-Batî’a. Clin d’œil à l’éditeur, ce pavé dans la mare universitaire n’est cependant ni un pamphlet, ni une satire, mais une fiction informée et sensible qui redonne de la chair à un milieu souvent perçu comme sec, aride, ou cérébral, alors que son obsession et sa quête parfois vaine de la reconnaissance semblent isoler cette planète au sein de son système solaire.

 

 

Les villes petites et moyennes dans les révoltes arabes: un état des lieux

confl-med-conflits-cutCompte rendu de: Karine Benafla (dir.), Dossier « Villes Arabes : Conflits et Protestations », Confluences Méditerranée, 85 (2013), 9-164.
Publié sur Jadaliyya Cities

Une des dimensions singulières des révoltes arabes est leur territorialité, qui a d’emblée constitué une clé de leur interprétation. Or, cette territorialité est plurielle et se décline en plusieurs moments. Aux révoltes des petites et moyennes villes tunisiennes (Sidi Bouzid, Kasserine), libyennes (Misrata et Benghazi) ou syriennes (Deraa, Homs), et des villes industrielles secondes comme Mahalla al-Koubra ou Suez en Egypte, se sont d’abord agrégés les soulèvements des quartiers populaires des métropoles. Puis, s’est produite une convergence, parfois brève, avec les jeunesses protestataires plus favorisées, sur les grandes places des capitales. C’est alors que le mouvement a gagné sa visibilité médiatique et qu’il a acquis une force qui a précipité la chute des régimes (voir, par exemple, Ayeb 2011). De cette chorégraphie à trois temps, c’est souvent la dernière scène, dramatique, que de nombreux observateurs ont privilégiée, laissant les autres dans une semi-pénombre qui ne commence que maintenant à être véritablement explorée (voir néanmoins Beware of Small Cities, par Deen Sharp). L’analyse proposée ici ne portera pas sur les quartiers des périphéries des grandes villes, pourtant essentiels pour comprendre les recompositions en cours, comme l’illustre le récent collectif piloté par Pierre-Arnaud Barthel avec l’appui de Sylvy Jaglin auquel j’ai modestement participé. Je voudrais plutôt m’intéresser à la place des villes petites et moyennes dans les conflits et protestations en cours, qu’aborde un numéro thématique de la revue Confluences Méditerranée, partiellement issu d’un colloque tenu à Lyon en octobre 2012, à l’initiative des géographes du GREMMO, notamment son directeur, Fabrice Balanche, et Karine Bennafla, qui le coordonne. Continuer la lecture

Le soleil en face : des utopies dont les énergies nouvelles seraient les promesses

A propos de : Gaillard F., 2012, Le soleil en face: rapport sur les calamités de l’industrie solaire et des prétendues énergies alternatives, (Négatif (Montreuil), ISSN 1965-8672). Montreuil, France, L’Échappée, 157 p.

Dans le projet de recherche en cours Collener (Collectifs socio-techniques et transition énergétique), auquel je participe, mes collègues Alain Nadai et Olivier Labussière mettent en garde contre l’idée que la transition énergétique serait porteuse de potentiels, technologiques ou politiques, vecteurs majeurs de changement social. Pour eux, les potentiels et les promesses qui sont souvent attribués à la transition énergétique en cours vers les énergies renouvelables, ne préexistent pas, en soi,  à l’introduction de ces innovations technologiques. La non-réalisation de ces potentiels n’est pas le résultat d’un blocage par des barrières sociétales que la recherche se devrait d’identifier, résistances des habitants ou cupidité des lobbys économiques en place. En fait, le potentiel de ces nouvelles technologies est à construire, par des interactions multiples entre nouvelles technologies et sociétés. L’ouvrage dont il est question ici fournit un cas intéressant pour réfléchir aux promesses et aux déceptions que les énergies alternatives font naître. S’il développe une critique acérée de ces dernières, il n’en reproduit pas moins en même temps un tel schéma de pensée, en postulant le potentiel de libération et de décentralisation politique porté par le solaire – postulat en ce sens que précisément, le livre fait l’impasse de son examen concret dans les quelques cas où son actualisation a(urait) été mise en œuvre ou tenté. Continuer la lecture

Proche-Orient : Le pouvoir, la terre et l’eau de Pierre Blanc : un compte rendu

Ouvrage lu : Blanc P., 2012, Proche-Orient : Le pouvoir, la terre et l’eau, Les Presses de Sciences Po, 400 p.

L’ouvrage de Pierre Blanc, issu d’une thèse d’HDR, constitue une synthèse des enjeux géopolitiques de l’agriculture et de l’irrigation au Proche-Orient, entendu comme l’ensemble regroupant le Liban, la Syrie, la Jordanie, Israël et les territoires palestiniens ainsi que l’Egypte. Agronome de formation, l’auteur a exercé dans le domaine de la coopération agricole dans plusieurs de ces pays tout en menant par ailleurs des recherches géopolitiques sur Chypre dans la lignée de l’approche lacostienne. Il offre ici une réflexion inédite sur les fondements géographiques des conflits que connaît cette région : s’attacher à la terre et à l’eau est un moyen de mettre à bonne distance tant la question des identités religieuses et ethniques qu’une lecture en termes de rapports internationaux de puissance, et de réintroduire dans le questionnement d’indispensables dimensions socio-économiques et territoriales qui inscrivent la recherche dans une démarche empirique solide. Continuer la lecture

Marseille capitale? Du tourisme culturel comme adjuvant métropolitain

Réflexions sur : Boris Grésillon, 2011, Un enjeu « capitale » Marseille-Provence 2013, (Monde en cours. Série Essais, ISSN 1630-5612). La Tour d’Aigues, France, Éditions de l’Aube, 171 p.

Cet article est également publié sous une forme légèrement modifiée, avec la référence suivante qu’il est préférable de citer : Éric Verdeil, « Marseille, capitale de la culture 2013 – et après ? », Métropolitiques, 8 février 2013. URL : http://www.metropolitiques.eu/Marseille-capitale-de-la-culture.html

Le petit essai de Boris Grésillon, paru en 2011, mérite qu’on revienne un instant sur son propos alors que débutent les festivités de l’année Marseille 2013 Capitale européenne de la culture, suscitant dans la presse des appréciations très contrastées. On connaît les travaux précédents de ce géographe, notamment consacrés à Berlin, aux villes d’Allemagne orientale ou déjà, aux villes culturelles de la Méditerranée (Grésillon 2002, 2010, 2011). Il y interroge la fonction de la culture dans son rapport à la métropolisation et aux politiques urbaines : à la fois critère de distinction dans les stratégies désormais convenues de la ville créative, mais aussi, de manière plus originale, analyseur des recompositions socio-spatiales et révélateur de lignes de fracture. Continuer la lecture

Le Dictionnaire critique de la mondialisation : une refonte éditoriale (mise à jour)

(MAJ : CGG m’envoie deux fichiers, l’introduction et la liste des auteurs, téléchargeables sur Rumor au fil du texte de ce billet)

Sous la direction de Cynthia Ghorra-Gobin paraît le Dictionnaire critique de la mondialisation, qui est une large refonte du Dictionnaire des mondialisations, paru en 2006 chez le même éditeur, Armand Colin. Voici la présentation qui en est faite sur le site et qui reprend la quatrième de couverture:

Globalisation du capitalisme, accélération et diffusion des échanges, uniformisation des modes de vie, internationalisation de la gouvernance, abolition des frontières grâce aux nouvelles technologies… la mondialisation est au cœur des mutations qui bouleversent la planète. Tantôt haïe, tantôt prônée, mal du siècle ou destin de l’humanité, la notion même semble être devenue dans la sphère publique l’unique clé de compréhension des enjeux du monde contemporain.
Et pourtant, derrière ce terme, quelle(s) réalité(s) ?
Revenir sur les mots, les concepts et les processus qui définissent la mondialisation dans toute sa complexité, son caractère multidimensionnel et sa perpétuelle évolution : telle est l’ambition de ce dictionnaire. Loin de toute vision doctrinale ou caricaturale, une soixantaine d’auteurs (géographes, sociologues, historiens, économistes, anthropologues, architectes…) livrent leur expertise et leurs analyses, volontairement critiques, pour rendre accessible au plus grand nombre des phénomènes encore méconnus et mal compris.
Une source d’information et un outil de réflexion incomparables. Continuer la lecture

Le nouvel urbanisme militaire – compte rendu critique de l’ouvrage de S. Graham

Compte rendu de : Stephen Graham, Villes sous contrôle. La militarisation de l’espace urbain, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2012, paru dans Lectures

Stephen Graham est un géographe britannique spécialisé dans les études urbaines. Il s’est fait notamment connaître par un livre copublié avec Simon Marvin, Splinterring Urbanism, qui proposait une lecture néomarxiste des effets de la privatisation de la gestion des infrastructures urbaines sur la fragmentation sociale et spatiale. Cet ouvrage a eu un important retentissement. Le présent livre s’inscrit dans la continuation de cette veine critique, mais l’analyse des transformations sociales induites par le néolibéralisme est ici déplacée vers les nouvelles formes de l’action militaire dans l’espace urbain dans la foulée des attentats du 11 septembre 2001 et de la guerre contre la terreur lancée alors par les responsables américains.

Lire la suite sur le site de Lectures :

Eric Verdeil, « Stephen Graham, Villes sous contrôle. La militarisation de l’espace urbain », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 25 août 2012, consulté le 25 août 2012. URL : http://lectures.revues.org/9021

Remarques sur La guerre de l’énergie – Israël-Palestine

A propos de : Amsellem David, 2011, La guerre de l’énergie : la face cachée du conflit israélo-palestinien, (Géographies, ISSN 2256-6694). Paris, Vendémiaire, 183 p.

Recension à paraître dans Géocarrefour.

Le conflit israélo-palestinien est généralement abordé par les géographes à partir de deux entrées, la terre et l’eau. L’analyse des rapports de force politico-économiques éclaire alors sur l’appropriation des ressources et les inégalités dans leur utilisation. C’est toute l’originalité de cet ouvrage issu d’une première recherche universitaire que de proposer une nouvelle clé de lecture du conflit. Jusqu’à très récemment, avec la découverte de gisements gaziers en mer, cette région du Proche-Orient était complètement dépendante de l’extérieur pour son approvisionnement en hydrocarbures. Or, la constitution d’une économie israélienne sophistiquée et l’urbanisation croissante rendent l’accès à l’énergie, sous sa forme primaire ou secondaire, indispensable. Inversement, cette question est d’emblée géopolitique car les circuits d’approvisionnement sont liés à l’organisation des territoires et font l’objet de conflits. Continuer la lecture

Vivre sous occupation. Quotidiens palestiniens de Véronique Bontemps et Aude Signoles

Ce petit ouvrage entend offrir à ses lecteurs, sous une forme très vivante, une réflexion sur les conditions de vie concrètes des Palestiniens sous occupation. En même temps, il laisse entrevoir certains dessous de la recherche sur un terrain difficile. Véronique Bontemps, actuellement chercheuse associée à l’IFPO, et Aude Signoles, enseignante-chercheuse à Galatasaray, ont toutes deux effectué de longues recherches dans les Territoires Palestiniens sous occupation : la première en s’intéressant dans une perspective anthropologique à une savonnerie de Naplouse, vue comme un observatoire de la condition urbaine en Palestine, puis en travaillant sur les liens entre les territoires palestiniens et la Jordanie (ici). La seconde a travaillé sur les municipalités palestiniennes (voir ce fascicule) puis sur les mobilisations et notamment l’action du Hamas. Continuer la lecture

Beyrouth : les nouvelles lignes de front de la recherche urbaine

Lecture croisée, pour la revue Métropolitiques, de :

  • Bou Akar, Hiba et Hafeda, Mohamed. 2011. Narrating Beirut from its Borderlines, Beyrouth : Heinrich Böll Stiftung – Middle East Office.
  • Shayya, Fadi. 2010. At the Edge of the City. Reinhabiting Public Space Toward the Recovery of Beirut’s Horsh Al-Sanawbar, Beyrouth : Discursive Formations/Heinrich Böll Stiftung – Middle East Office.

À Beyrouth, les mutations extrêmement rapides des espaces urbains comme des politiques urbaines nourrissent les interrogations et les travaux des chercheurs. Deux ouvrages collectifs récemment publiés témoignent de la vitalité de la recherche urbaine beyrouthine et du renouveau de la critique urbaine. Continuer la lecture