Archives de catégorie : recension bibliographique

Compte rendu de Beyond the Networked City: Infrastructure Reconfigurations and Urban Change in the North and South, livré dirigé par Olivier Coutard et Jonathan Rutherford

Ma recension du livre Beyond the Networked City: Infrastructure Reconfigurations and Urban Change in the North and South dirigé par Olivier Coutard et Jonathan Rutherford vient d’être publiée. Référence complète:

Verdeil, Eric. 2017. ‘Oliver Coutard and Jonathan Rutherford (Eds.) 2016: Beyond the Networked City: Infrastructure Reconfigurations and Urban Change in the North and South. London: Routledge’. International Journal of Urban and Regional Research 41 (6):1031–32. https://doi.org/10.1111/1468-2427.12573.

This collection comprises eleven chapters exploring the post-network city hypothesis. Editors Olivier Coutard and Jonathan Rutherford––both from LATTS, a research unit at Paris-Est University––began developing this idea a decade or so ago. The book represents a collective, sometimes contradictory, effort to explore and discuss the scope of a set of interrelated transformations affecting infrastructure and cities. All the chapters seek to challenge the domination of the network as a material infrastructure, an ideology and the object of political economy. According to the editors, the currently observed changes helping to define the post-networked city comprise ‘a shift from … homogeneity’ to ‘diversity (and targeted selectivity) of infrastructural spaces; reconfigurations and rescalings in the “spaces of solidarity” … (large scale solidarities are recombining with forms of local “autonomy”); socio-spatial solidarity increasingly based on the division of resources …; a shift from collective to more individualised or diversified practices, norms and expectations’ (which leads to ‘customized infrastructure’); ‘the rise of new forms of individual and collective appropriation of infrastructure’; and ‘international and interurban circulation of models supporting these shifts’ (p. 7).

This research endeavor largely unfolds from debates initiated by the book Splintering Urbanism. Many authors who took part in those discussions, including Stephen Graham and Simon Marvin, feature in this book. The book comes back in a way to the interpretation of the causal link between the neoliberalization of infrastructure and urban fragmentation. The literature on global South cities highlights the fact that the modern infrastructural ideal was barely implemented in such cities and points instead to the prevailing infrastructural diversity. Research on urban environmental change and urban political ecology has also emphasized that the production of infrastructure is a strongly politically contested process which may result in unexpected changes in the way infrastructures are conceived and implemented, and in their urban impact. Specifically, environmental concerns for the preservation of resources and a more circular economy have garnered support in many cities. This, in turn, is believed to favor the advent of a post-network city.

A strength of the book is the wide diversity of case studies it uses to discuss this hypothesis. Regarding infrastructure, we find case studies on water supply, sanitation, waste collection and treatment, electricity and heat supply, as well as roads and (more surprisingly) volumetric urbanism (i.e. domes or––to use a phrase of Simon Marvin’s––‘domic ecologies’). Geographically, the case studies located in the global South (Vietnam, India, Brazil and Columbia, plus a broader review of sub-Saharan African cases) balance out those located in Europe (Paris, Berlin, Manchester, Birmingham and Aberdeen) and the US.

The main development emergent from the chapters is a shift from the post-network city hypothesis to what is encapsulated by the book’s title: ‘beyond the networked city’. ‘Shifting forms of infrastructure never consist of big, paradigm-busting transitions from one large technical network to another’ (p. 6), observe the editors. Instead, the authors depict incremental changes, small-scale adjustments and repairs, experiments and sometimes failures. The hypothesis helps us to properly address the diversity and coexistence of infrastructural systems that the chapters identify, illustrating the waning of exclusive belief in the network as the sole way to legitimately access urban services. In this respect, the experience of infrastructural diversity in the global South is very illuminating, at a time when many local authorities are beginning to recognize the contribution of non-networked solutions to resource delivery imagined by urban dwellers themselves. But what Sylvy Jaglin describes as ‘a pragmatic turn’ (that she identifies in African cities) doesn’t mean that the network disappears from the aspirations of urban dwellers and city officials.

This trend towards diversity of infrastructural systems is also evident in cities of the global North, albeit less strikingly so than in the global South. There is, for instance, the recent promotion of heating districts in the UK, or the rediscovery of the value of the non-potable water network in Paris. In the UK, as well as in Berlin, the promotion of shorter circuits connects two arguments: one that envisions energy decentralization as a democratic development empowering local actors; and one that sees these new circuits as more environmentally sound. This argument is to be found in the European case studies alone. These examples also demonstrate how misleading the notion of post-network can be, since all these infrastructural systems still rely on networks: some at a meso-scale (heating districts), others still at city scale (Paris, Berlin). Barles et al. even propose the notion of ‘the hyper-networked city’ to acknowledge this fact. Other chapters also point to the fact that these networks in fact exceed the scale of the city, rendering the study of ‘infrastructural hinterlands’ essential.

On a final note, the editors stress that ‘the socio-political significations of ongoing urban infrastructural transitions [are] fundamentally ambivalent’ (p. 21). In some cases, they seem to reinforce neoliberal trends and social polarization, while in others they are seen as serving progressive agendas. Taking the case of Mumbai, Graham et al. analyze hydropolitics as the expression of a ‘revanchist urbanism’ by urban elites targeting illegal, as well as legal but provisory, connections in slum areas. De-networking the poor is the counterpoint of strategies of infrastructural secession among the middle and upper classes, thanks to rainwater harvesting and grey-water recycling. Jaglin interprets the African ‘infrastructural pragmatic turn’ in less dramatic terms. For her, legalizing ‘hybrid delivery configurations [is] a way for African state authorities to negotiate the urban transition: a partial regularisation of the informal sector facilitates the provision of essential services, in exchange for a civil order that also benefits the urban elites and dominant classes’ (pp.193–4), because they are among the customers of the new hybrid infrastructures. Several chapters also highlight (in contrast to the trend towards privatization) the increased role for public authorities in dealing with and planning for more diverse infrastructural systems.

Soundly grounded in theory, this book builds on rigorous and diverse case studies. It innovatively highlights the mutually constituting relations between changing infrastructure and urban environments. Its prudent conclusions open up avenues for future research focusing on the global inflexions of urban paradigms while also willing to grant due consideration to situated and contextualized trends.

Comptes rendus de l’Atlas du Liban: les nouveaux défis (2016)

Comme je l’ai fait pour les autres ouvrages que j’ai publiés, voici une liste (évolutive je l’espère) des comptes rendus et recension de l’Atlas du Liban : les nouveaux défis publié par les Presses de l’IFPO.

Compte rendu de Cynthia Ghorra Gobin dans La Revue Urbanisme, n°404, printemps 2017 (PDF)

Compte rendu de Malak Makki: أطلس لبنان: تحدّيات جديدة في البيئة والعمران والجغرافيا السياسية, Al Safir, 26/12/2016 (site du journal, qui a cessé sa parution; PDF)

Signalement dans Le Petit Journal (17 janvier 2017), Hélène Boyé

Signalement dans Moyen Orient, n°36 (octobre 2017), par Guillaume Fourmont (atlas du Liban-note Moyen Orient)

Roman Foy, «  Verdeil Éric, Faour Ghaleb, Hamze Mouïn (dir.), Atlas du Liban. Les nouveaux défis, Beyrouth, Presses de l’IFPO, 2017, 111 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 06 décembre 2017.

Compte rendu de : Henri Desbois, 2015, Les mesures du territoire et les mutations de la carte topographique

A propos de : Henri Desbois, 2015, Les mesures du territoire: aspects techniques, politiques et culturels des mutations de la carte topographique, Villeurbanne, Presses de l’ENSSIB, 240 p.

(paru dans Géocarrefour)

L’essai que propose le géographe Henri Desbois, tiré de son habilitation à diriger les recherches, se présente sous la forme d’une histoire de la cartographie, à travers le cas particulier de la carte topographique, excluant donc notamment la cartographie thématique et la cartographie marine. Mais plus fondamentalement, c’est une réflexion critique sur la numérisation de la géographie, cette expression devant être entendue au double sens de la place accrue qu’occupent aujourd’hui les techniques quantitatives dans notre discipline, et de la colonisation de nos pratiques quotidiennes et de nos imaginaires par des modes de représentation du territoire dérivés de techniques cartographiques informatisées devenues quasiment hégémoniques. En opérant une déconstruction de l’histoire de la carte topographique sous ses dimension technique, plus exactement scientifique, politique et culturelle, Henri Desbois s’inscrit dans les courants critiques de la géographie. Son propos n’est pas simplement de montrer que la carte traduit, voire impose, une vision normative et informée par la logique du pouvoir étatique – et singulièrement la puissance des Etats-Unis – sur les formes de représentation du monde. Pour lui, il est impossible de mettre en question radicalement les bases scientifiques de la cartographie, dont « les triomphes sont trop éclatants pour qu’on puisse en ébranler la domination », et dont « l’efficacité pratique est démontrée quotidiennement » (p.202). En fait, c’est le monopole que cette hégémonie tend à conférer à ce mode de connaissance que conteste Henri Desbois. En  mettant en évidence ce qu’il dénomme les imaginaires cartographiques, c’est-à-dire « les idées et les sentiments communément associés aux cartes » (p.19), il entend « aborder le discours scientifique par l’extérieur et lui contester la prétention à être le seul régime de connaissance valide », ainsi que « réhabiliter des modes alternatifs d’appréhension du monde » (p.202). Cette forte ambition rappelle que ce géographe au parcours singulier n’est pas uniquement un spécialiste de géographie numérique, d’internet et de cartographie (il s’est familiarisé à ces techniques au sein d’un service spécialisé de l’armée, alors qu’il utilisait en parallèle un SIG dans sa thèse sur la géographie urbaine de Tokyo). Il est également le tenant d’une géographie littéraire qui s’est illustré par des analyses savantes de l’Ulysse de Joyce, dont cet ouvrage comprend d’ailleurs un aperçu (une publication plus poussée sur Joyce est à paraître parue). Continuer la lecture

Les territoires de Marcel Roncayolo ont-ils fait école?

Marcel Roncayolo (dir.), Territoires, Paris : Editions Rue d’Ulm, 2016, 206 p.

Alors que Marcel Roncayolo publie, en collaboration avec Sophie Bertran de Balanda, un nouvel ouvrage [j’en parlerai prochainement à Marseille], plusieurs de ses travaux des années 1980 sont réédités. Après L’Imaginaire de Marseille, l’an dernier, voici Territoires. Ce dernier est en fait le recueil des actes d’un séminaire animé par Marcel Roncayolo de 1981 et 1983, rassemblés à l’époque sous forme multigraphiée et qui avait alors peu  circulé: le SUDOC en identifie six exemplaires seulement dans les bibliothèques universitaires françaises. Il s’agit d’un objet éditorial peu commun, très peu remanié par rapport aux matériaux présentés et discutés en séances. Sa première partie, sous le titre Territoire et territorialité, se compose en fait d’un texte principal de Marcel Roncayolo, intitulé Territoire, et des réactions à ce dernier d’une dizaine de participants. La deuxième partie du recueil réédité, sous le titre de Récits de voyages et perception du territoire. La Provence (XVIIIe-Xxe s.) se compose d’une étude originale de Jean-Claude Chamboredon et Annie Méjean et d’un texte de Daniel Nordmann qui la prolonge. Le recueil est préfacé par Marie-Vic Ozouf-Marinier, qui en fournit une excellente analyse et mise en contexte.

L’édition de ce séminaire répond, selon la préfacière, à l’objectif de porter témoignage pour l’histoire des sciences sociales, d’une étape significative de leur inflexion vers l’espace et du rôle qu’y a joué Roncayolo. Marie-Vic Ozouf-Marinier souligne que ce séminaire ne prétendait pas fonder une « école de pensée ». La plupart des participants, chercheurs confirmés mais pour la plupart encore dans la première partie de leur carrière, gravitaient autour de l’ENS et de l’EHESS (Roncayolo étant alors directeur d’études à l’EHESS et directeur adjoint de l’ENS).  Certes, ce séminaire (et l’article qui en est le prétexte) peuvent être considérés comme un moment justement « séminal ». Mais les inscriptions disciplinaires multiples et les trajectoires ultérieures des participants ne permettent nullement d’identifier à une commune école de pensée, et aucune institutionnalisation ni même série de publications n’a suivie ce moment. Nonobstant, ce débat présente l’intérêt de mettre en valeur – et de réhabiliter – un travail mené aux limites des disciplines, qui accrédite l’idée que dans les sciences sociales commençait à manifester une attention nouvelle au thème de l’espace. Autour du thème du territoire (et à un degré moindre autour de celui du paysage), se donne à voir une convergence, une rencontre interdisciplinaire prudente et nuancée. L’appropriation de la notion de territoire par la géographie française des années 1990-2000 a sans doute éclipsé l’originalité de cet apport resté une rareté de bibliothèqe, tout comme la consécration ulérieure du « spatial turn » (terme dont on attribue souvent la paternité – ou du moins l’esprit – à Edward Soja en 1989 dans Postmodern geographies).

Particulièrement intéressante à relever est la méfiance que les auteurs manifeste à l’égard d’une compréhension normative du territoire, en réaction aux travaux d’Henri Lefebvre ou Michel Foucault. Roncayolo évoque « l’enracinement de nos questions d’urbanisme dans la rationalisme classique, l’utilitarisme et le fonctionnalisme du XVIIIe siècle », et souligne les nouvelles lectures

« des réformateurs sociaux auteurs de Constitution et des architectes. On a reporté sur cette période charnière nos interrogations sur la socialisation, l’alignement social, la normalisation, la « police ». Henri Lefebvre avait rapporté le fonctionnalisme urbain, la décomposition analytique de la ville à l’essor d’une bourgeoisie productiviste. Par ces travaux, l’identité entre contrôle social et contrôle territorial, déjà introduite par les recherches d’anthropologie et de géographie, est posée comme élément majeur d’explication de phénomènes qui vont de l’idéologie hygiéniste aux utopies urbanistiques, du logement social à la définition des « microstructures » dans l’aménagement des lieux de travail ou d’habitat, enfin du traitement de la ville (spécialisation, ségrégation, transparence, repérage) au traitement des petites collectivités (hôpital, clinique, établissements scolaires) [réf. à M. Foucault et al., Les Machines à guérir, aux origines de l’hôpital moderne]. Le regain essentiel de l’intérêt porté aux dispositifs territoriaux et, en particulier, aux dispositifs de « détail » est à mettre au crédit de cet éclairage renouvelé. L’interprétation, en revanche, est « finalisée » peut être à l’excès, établissant une cohésion elle-même contrainte entre des tendances plus ambigües. Un seul exemple : le reproche classique adressée à la ville du XIXe siècle, touchée par l’industrialisation, est d’avoir toléré le plus grand désordre et laissé l’habitat des pauvres à l’abandon ou au libre jeu des propriétaires. C’est l’excès d’ordre et de contraintes « spatiales » que l’on met actuellement en valeur. Ce double regard mérite au moins débat. Le discours idéologique, correctif, « normatif » par nature, n’est pas la seule réalité historique. Le « territoire » est pris entre des discours, des institutions et des intérêts, dont l’accord n’est pas d’emblée assuré ni les effets directement « contrôlées ». (p.48)

Cette citation est typique d’un aspect de la démarche roncayolienne qu’on pourrait qualifier de recherche du contre-pied, refusant les théorisations trop enfermantes et mettant en valeur les petits espaces de jeu entre l’argumentation et les faits (particulièrement dans leur dimension historique). Ce faisant, Roncayolo se distancie des apports de Foucault et Lefebvre, jugés en quelque sorte à côté du sujet. Cette méfiance – sans doute liée aux rapports entre eux à l’ENS (où Roncayolo fut élève en même temps que Foucault) et à l’EHESS (où il fréquenta de près Lefebvre) – éclaire ce qui apparaît rétrospectivement, alors que les deux auteurs ont été canonisés par leur détour américain, comme une rencontre manquée autour d’un virage plus politique de la géographie1.

A l’opposé de ce type d’interprétation, les auteurs font valoir l’importance du culturel et appellent à ne pas sous-estimer l’économique. Ils récusent aussi la réduction du territoire à l’enracinement pour souligner la légitimité de la notion de territorialité pour rendre compte des migrations, du nomadisme ou des fronts pionniers. Une fine réflexion sur les rapports entre territorialité animale et humaine permet de réfléchir sur la circulation des modèles entre l’éthologie et la biographie. La question de la perception, entre mécanisme individuel et construction collective, conduit à une réflexion rare – et où les positions sont d’ailleurs assez variées – sur l’apport de la psychologie pour la géographe et la sociologie. C’est du reste à ce questionnement sur la perception qu’entend contribuer l’analyse des guides de voyage qui constitue la deuxième partie de l’ouvrage.

Malgré ces éléments de réflexion, cette réédition pourra paraître surprenante à plusieurs titres. D’abord, si l’objectif était de palier la médiocre diffusion des actes initiaux, pourquoi ne pas avoir choisi une édition électronique en accès libre? L’ouvrage est diffusé en papier et sous un format PDF payant qui risque de ne pas faire facilement son chemin vers les écrans, d’autant que le statut hybride des textes présentés pourrait susciter des interrogations sur l’apport réel de cette réédition.  En effet, la pièce centrale du recueil, l’article de Roncayolo, écrit pour l’Encyclopedia Einaudi (1981), un texte véritablement séminal, a été ultérieurement intégré au livre La ville et ses territoires, publié en Folio en 1990, réédité à plusieurs reprises et a donc connu une grande circulation. Les réponses qu’il suscite ont quant à elles un caractère éclaté et hétérogène, très inégalement abouti. Si elles donnent à voir la richesse des débats dont le séminaire fut l’occasion, elles n’en demeurent pas moins un matériau en construction et à ce titre un peu frustrant. En somme, ce livre est le témoignage d’un moment de débat plus qu’une référence ayant fait date, au sein d’une œuvre vaste dont les apports irriguent encore la géographie et les sciences sociales.

(Recension soumise à Géocarrefour).

Notes _____________________
  1. Marie-Vic Ozouf-Marinier souligne le décalage entre cette analyse teintée de méfiance et les travaux menés autour de Claude Raffestin, où la référence à Foucault, en particulier, est davantage assumée. []

France-Etats Unis : la métropolisation en question. Une recension

Recension à paraître dans Géocarrefour de : Ghorra-Gobin Cynthia, 2015, La métropolisation en question, Paris, France, Presses universitaires de France, 116 p.

Dans ce petit ouvrage, la géographe et américaniste Cynthia Ghorra-Gobin propose une lecture décentrée de la question de la métropolisation en mettant à profit son regard « multisitué ». Elle postule que le détour américain est de nature à dépasser les controverses franco-françaises, telle que celle soulevée par les travaux de Christophe Guilly sur les fractures entre les métropoles et la France périphérique.

Sa méthode consiste à coupler l’examen des travaux scientifiques sur la question métropolitaine aux USA et en France et celui de sa constitution en enjeu politique. Cela la conduit, dans les deux premiers chapitres qui procèdent à cet examen des cas américain et français d’abord en parallèle, à identifier des convergences académiques malgré les différences de culture et de morphologie urbaine. Aux USA, la métropolisation est d’abord « une subversion économique du territoire » (titre du premier chapitre). On assiste à un renversement des dynamiques spatiales, les inner cities se vidant de leur emplois qui s’implantent dans les périphéries où se développent les désormais bien connues edge cities. Cette évolution appelle, selon de nombreux chercheurs dont Cynthia Ghorra-Gobin met notamment en avant Myron Orfield, « une révolution métropolitaine ». L’Etat fédéral et les Etats fédérés sont appelés à reconnaître le rôle de locomotive économique des métropoles, et pour cela une transformation de la gouvernance est requise, faisant plus de place aux élus locaux, pour répondre à la fois eux enjeux de compétitivité économique et aux enjeux sociaux, très accentués avec la montée des inégalités et du chômage dans les inner cities. En France, la métropolisation est bien identifiée comme processus économique affectant les plus grandes villes dans les années 1990. Elle devient progressivement un enjeu politique, consacré par l’Acte III de la décentralisation qui consacre le statut de métropole en faisant le constat de l’échec ou de l’insuffisance de la loi Chevènement, dont la stratégie de l’intercommunalité a été mise en échec, notamment à Paris.

Le troisième chapitre met en parallèle les critiques portées par les chercheurs sur l’accentuation des inégalités entraînées aux Etats-Unis comme en France par la montée du phénomène métropolitain, et les réponses divergentes qui sont proposées. Aux Etats-Unis, les tentatives de l’Etat fédéral, dès les années 1960, d’organiser le développement métropolitain, en particulier à travers les transports, ont fait long feu notamment en raison de la dynamique de sécession municipale, construite sur une logique de ségrégation socio-ethnique et de captation des financements des services urbains au bénéfice des plus aisés. Ces problèmes suscitent une critique de la théorie du choix public pour les effets pervers que son application au niveau des municipalités a entraînés. En France, et c’est notamment la critique de Guilluy, la consécration politique du fait métropolitain s’effectuerait au détriment de la « souffrance spatiale » (terme que l’auteur reprend à Bruno Latour) des habitants « périphériques ». Mais Cynthia Ghorra-Gobin considère que cette critique manque son objectif en n’accordant pas assez d’attention aux inégalités internes aux agglomérations. Dans la deuxième partie du chapitre 3, elle revendique une approche « normative » et insiste sur le statut de « glocalité » propre aux métropoles, dont elle souligne le caractère inédit. Il s’agit de comprendre la métropole à la fois dans sa relation multi-niveau avec les institutions d’échelle nationale et régionale mais aussi dans ses liens économiques et politiques au-delà de l’espace national. L’enjeu métropolitain consiste donc selon elle à articuler l’enjeu de la solidarité intramétropolitaine et celui de l’insertion dans la mondialisation, à travers un rééchelonnement nécessaire de l’Etat.

Dans le détail, on notera dans la démonstration une plus grande maîtrise des enjeux américains, notamment dans l’analyse des stratégies politiques locales, et une lecture moins fouillée des contradictions françaises. Alors que le rôle de pionnier de la métropolisation de Gérard Collomb, maire de Lyon et président de la métropole de Lyon, est cité, il aurait été intéressant de souligner les limites de sa stratégie métropolitaine, davantage intéressée par les bénéfices politiques immédiats que par les enjeux sociaux. A la suite de ce qui ressemble beaucoup à un Yalta électoral avec le président du Conseil général du Rhône, élu des campagnes rhodaniennes quand Collomb maîtrisait les réseaux politiques du Grand Lyon, la nouvelle institution métropolitaine lyonnaise ressemble à une cote mal taillée (voir entre autres ici et quelques éléments factuels ). Elle laisse de côté des populations pourtant largement métropolisées en termes économiques et de modes de vie, notamment les nouveaux périurbains qui cherchent en lointaine périphérie un foncier moins cher, au risque du piège de la précarité énergétique et de la dépendance automobile. Si le débat avec C. Guilluy est certainement nécessaire, les exemples français mobilisés dans le livre, qu’ils soient lyonnais ou bordelais, ne convainquent pas toujours. Il n’en reste pas moins que ce plaidoyer pour une lecture décentrée n’est pas sans vertu et réussit à apporter un éclairage utile pour une nécessaire prise de recul.

L’énergie des sciences sociales: un bref compte rendu

Voici en avant première avant sa publication par la revue Flux un petit compte rendu de NADAÏ A., LABUSSIÈRE O. (éd.), 2015, L’énergie des sciences sociales, Paris, Athéna, 156 p. Ce compte rendu prolonge nos échanges dans le cadre du projet COLLENER qui s’achève ces jours-ci.

Ce petit ouvrage, dont la diffusion papier confidentielle est heureusement compensée par sa publication en ligne, est issu d’un rapport d’un groupe de travail piloté initialement par Sandra Laugier et Sébastien Velut pour l’Alliance Athéna dont l’objectif est de susciter la mobilisation des sciences sociales françaises autour de nouveaux objets, en dialogue autant que faire se peut avec les autres domaines de la connaissance. Coordonné et révisé par le sociologue de la technique Alain Nadaï et le géographe Olivier Labussière, a fini par prendre la forme d’un manifeste pour des sciences sociales de l’énergie et propose un balisage des chantiers à ouvrir dans ce champ. Le propos tenu est ambitieux: les auteurs rejettent la relégation usuelle des sciences sociales dans « l’aval » des politiques énergétiques, dans l’étude des impacts, de l’acceptabilité et des comportements déviants mal anticipés, à corriger ou éduquer. Ils revendiquent au contraire pour elles un rôle en amont des processus décisionnels, à travers la prise en compte de la manière dont les valeurs, les pratiques et les processus d’appropriation des technologies existants, les débats ou les instruments techniques ou politiques donnent forme aux choix technologiques et énergétiques. Les auteurs inscrivent leur plaidoyer dans une approche socio-technique. Ils proposent pour identifier les questions et les pistes de recherche possibles le concept d’entrelacs des faits scientifiques et technologiques, de l’économie et de la politique, en soulignant que la technologie est inscrite dans le social et ne le détermine pas mécaniquement. Inversement, ce qu’il faut étudier, ce sont des encastrements entre les technologies énergétiques et différentes dimensions du social. Continuer la lecture

L’imaginaire de Marseille: comptes rendus

Alors que j’étais tellement déçu du retard de la nouvelle édition de L’Imaginaire de Marseille, de Marcel Roncayolo, que j’ai attendue toute l’année 2013, et que j’ai annoncée à l’avance sur ce blog, j’ai finalement oublié de signaler sa parution effective, il y a maintenant un an. Le livre est librement accessible en ligne sur le site de la Bibliothèque idéale des Sciences sociales, dont le volet Géographie s’est d’ailleurs entretemps enrichi des Principes de géographie humaine de Vidal de la Blache.
Je profite de la parution d’un premier compte rendu (à ma connaissance) pour y consacrer ce billet. Voilà le compte rendu en question. Je posterai les (éventuels) suivants ici aussi.

Douay, Nicolas, ‘Marcel Roncayolo, L’imaginaire de Marseille. Port, ville, pôle’, Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement. 2015

Thibault Bechini, « Marcel Roncayolo, L’imaginaire de Marseille. Port, ville, pôle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 13 janvier 2015.

[Pour mémoire] Comptes rendus sur Concevoir et gérer les villes : milieux d’urbanistes du sud de la Méditerranée et travaux liés

couvSur le même modèle que les autres pages (1 & 2) de ce carnet qui gardent la trace des comptes rendus de mes ouvrages, voici quelques liens consacrés à notre livre Concevoir et gérer les villes: milieux d’urbanistes du sud de la Méditerranée, Paris, Anthropos-Economica, 2006, coord. par Taoufik Souami et moi-même. La présentation du livre et sa table des matières sont sur le site de l’IFPO.

Sa réception publique a été relativement limitée : j’ai identifié deux comptes-rendus, en plus d’un débat public, organisé par l’Association des professionnels pour le développement (ADP), et dont un compte-rendu a été conservé. Continuer la lecture

Dette de lecture 2 : Le journal du Père Lebret au Liban

malsagne book coverLe journal du Père Lebret au Liban et au Moyen-Orient (1959-1964), publié par Stéphane Malsagne sous le titre de Chronique de la construction d’un Etat, et qu’il m’a amicalement adressé, est une autre dette de lecture de l’année qui vient de passer. Le Père Lebret, dominicain, engagé en faveur du développement du Tiers Monde, fondateur à cette fin de l’IRFED (Institut de recherche et de formation en vue du développement), et par ailleurs l’un des acteurs majeurs du Concile, a joué un rôle majeur dans l’histoire du Liban et la présidence de Fouad Chéhab. Ce journal en livre les dessous. A vrai dire, sa lecture seule peut être malaisée pour à qui ne connait pas un minimum la chronologie de la période et les grands traits de l’œuvre réformatrice menée par Fouad Chéhab. Evidemment, je ne saurai trop recommander de lire en parallèle la biographie de Fouad Chéhab publiée par ailleurs par S. Malsagne, notamment alimentée, pour la période présidentielle, par la lecture de ce journal et des autres sources de l’IRFED. Mes réflexions suivantes s’appuient de ces deux documents.

Lebret dans ses cercles

Ce journal est véritablement une source exceptionnelle pour comprendre cette période. L’appareil éditorial fourni par S. Malsagne, notamment l’excellente introduction (une présentation raccourcie en a été publiée sur Jadaliyya récemment), les de notes et les index, sans parler des documents cartographiques d’origine1 ou de synthèse, tout cela constitue une fort utile et commode boussole pour se repérer dans cet ensemble hétéroclite, de notations très diverses, parfois d’ordre télégraphique, à d’autres moments d’une rédaction plus aboutie et plus surplombante. De surcroit, le statut du journal est complexe puisque destiné à être reproduit partiellement pour ses collaborateurs, il est voué à la communication et n’est pas un espace d’épanchement.

Carte touristique du Liban sur laquelle sont reportées les itinéraires des visites de terrain du Père Lebret (source : CD Rom accompagnant le le livre (c) Geuthner)

Carte touristique du Liban sur laquelle sont reportés les itinéraires des visites de terrain du Père Lebret (source : CD Rom accompagnant le le livre (c) Geuthner)

La personnalité du Père Lebret s’y dévoile néanmoins: passionné par le Liban et par l’œuvre de développement entreprise, il consacre beaucoup de temps au travail administratif et politique visant à faire valider sa vision et à créer les conditions de sa mise en œuvre. Homme âgé et fatigué, souvent malade, il brûle son énergie et sa santé dans des tâches qui lui inspirent beaucoup de frustration et d’amertume. Le Père est aussi un religieux, qui porte sur la société libanaise et les personnes rencontrées un regard constamment marqué par ses catégories spirituelles et religieuses. Son engagement auprès du concile n’apparaît cependant qu’en pointillé ; du moins le journal libanais ne permet-il pas de s’en faire une idée très construite, peut être par un effet de sélection des extraits.

Sur un autre plan, il est frappant d’observer combien le Liban de cette époque est encore étroitement uni avec la France, du moins une certaine société libanaise que fréquente Lebret. Les cercles d’expatriés sont très nombreux et semblent instaurer une certaine distance avec le reste de la population.

Le journal est un révélateur très éclairant de la proximité entre Chéhab et Lebret et de la manière dont le président s’appuie fortement sur ce dernier pour mener ses réformes. En revanche, il n’est pas très explicite sur les profondes oppositions politiques qu’a suscité ces réformes et cette politique chéhabiste. Si certains adversaires sont parfois nommés, et des confrontations, plutôt détendues d’ailleurs, rapportées (par exemple avec Pierre Eddé), cette adversité passe surtout par la presse et des jeux politiques qui sont lointains et n’est pas analysées avec précision.

Les relations avec les collaborateurs libanais de l’IRFED

Ayant, dans mon livre Beyrouth et ses urbanistes: une ville en plans, largement étudié les réalisations chéhabistes concernant l’urbanisme et l’aménagement du territoire, c’est avec délectation que j’ai utilisé cet ouvrage pour vérifier certaines conjectures élaborées sur la base de mes propres sources. A mon avis, c’est là une des grandes utilités du document livré par S. Malsagne. On peut relever plusieurs points.

Le premier concerne le rapport entre le groupe de l’IRFED, Lebret et ses équipiers, et le groupe des collaborateurs libanais, souvent eux-mêmes favorables aux réformes mais en désaccord voire en conflit avec les mesures prônées dans le détail. Par rapport à ma lecture (voir notamment ce chapitre), le journal de Lebret permet de restituer des nuances dans l’évolution des positions. S. Malsagne a bien en évidence dans ses travaux et repris dans la biographie de Chéhab, l’émergence d’une technocratie d’ingénieurs et de bureaucrates chéhabistes, qui vont d’ailleurs durablement structurer l’administration libanaise et contribuer à la persistance de pratiques et d’intentions réformistes et volontaristes dans un environnement politique devenu contraire après 1965-67. Mais à côté de cette catégorie, j’ai souligné qu’un certain nombre de techniciens et d’experts libanais avaient critiqué l’IRFED. On retrouve ces oppositions dans le journal, par exemple les cas de Joseph Naggear ou Henri Eddé. Toutefois, on constate aussi l’adoucissement de ces oppositions au fil du temps. Naggear semble plus ouvert et facilite le travail de la mission en 1964, quand il est devenu ministre, alors que plusieurs désaccords sont mentionnées en 1960-61-62. Un des enjeux concernait finalement la reconnaissance des idées et des premières tentatives de l’élite libanaise, dans les années 1950-58, notamment l’élaboration d’une première mouture du plan, et leur inclusion dans la poursuite des travaux.

C’est sans doute ainsi qu’il faut comprendre les rapports complexes avec des personnalités considérées comme proche de la mission IRFED, comme les économistes Pierre Ganagé ou Mohammed Atallah, qui entrent dans un rapport de concurrence avec les experts français, tout en cherchant en même temps des bénéfices économiques de leur collaboration.  Lebret livre ici une étonnante anecdote, à travers une conversation qu’il a avec Gannagé, où ce dernier cherche à évincer son collègue Attalah de la présidence ou de direction de la Commission de la planification – alors qu’en fait, il veut le poste pour lui (20 octobre 1963, p.296). Mais rien ne permet d’y lire une dimension politique au-delà de la concurrence individuelle. S. Malsagne indique que le journal révèle les difficultés de construction de l’Etat mais au fond, en le lisant, on voit peu le clientélisme ou le communautarisme dont il dénonce par ailleurs la persistance, en tout cas pas à travers des faits aussi concrets que dans cette anecdote.

Par ailleurs, Corm, dans la préface à la biographie de Chéhab, se plaint des difficultés d’accès des collaborateurs libanais au Père Lebret et suggère en fait une certaine coupure, voire un certain aveuglement, face à certaines réalités. C’est à mon sens un point qu’il serait nécessaire d’explorer davantage.

L’IRFED Liban, monstre administratif?

Un deuxième point que le journal permet de documenter, et qui correspond à l’une des difficultés majeures qu’a rencontré l’IRFED, paradoxalement peu soulignée par Malsagne, tient aux hésitations sur son statut administratif, et aux inconvénients de la solution choisie.

L’itinéraire de Mohammed Atallah peut illustrer ce point. Cet économiste en poste à l’AUB était pressenti pour diriger la direction de la planification en préfiguration, ce qui finalement ne se fit pas. Il me semble que dans la biographie de Chéhab, S. Malsagne ne souligne pas assez son importance et notamment omet le fait qu’il deviendra le premier président du CDR, en 1977, après sa création par le Président du Conseil Sélim Hoss. Cela met en évidence la continuité entre l’IRFED et cette institution toujours centrale aujourd’hui. Mais en fait, cette continuité n’en est pas totalement une, notamment sur le plan de la structure administrative, puisque la création du CDR constitue une liquidation du ministère du Plan tel que conçu et construit par Lebret et son équipe. En effet,  après la première étude, en 1959-60, qui avait dégagé la diagnostic de la situation socio-économique du Liban, Chéhab confie à Lebret une deuxième mission consistant à élaborer un plan des investissements publics. En pratique, cette deuxième mission, composée d’experts français, libanais et d’autres nationalités, constitue la colonne vertébrale du ministère du Plan, qui existait déjà mais sans administration propre. Le journal montre que le Père Lebret a par moment rêvé d’une autre structure, plus proche d’une administration de mission, sur le modèle du Commissariat au Plan, ce que fut la DATAR fondée d’ailleurs en 1963 en France, et ce que  fut plus ou moins le CDR fondé en 1977.

En effet le journal montre que cette organisation et cette intégration dans l’administration libanaise fut loin d’être aisée : du recrutement du personnel aux règles d’engagement des crédits, sans parler même du problème des locaux, tout est en permanence objet de négociations, de réunions avec les directeurs généraux, les ministres, etc. Une énergie considérable fut perdue ici. Du reste, le journal montre aussi que vers la fin de la mission, le Père Lebret réalise la nécessité d’une transition vers les experts libanais, transition qui n’est pas aisée car tous les instruments sont dans les mains et dans la tête des experts français, ce qui explique aussi en bonne partie l’animosité ou du moins les frictions avec les potentiels relais libanais. De ce point de vue, l’héritage de l’IRFED est sans doute plus problématique que bénéfique, et cela a pu expliquer, outre les oppositions politiques et le retour des « fromagistes », l’abandon d’une partie du projet chéhabistes. En ce sens, la mission IRFED fut bien une sorte de « monstre administratif », un point que Georges Corm avait bien mis en avant au sujet de l’administration régionale dans son ouvrage de 1964, écrit après avoir travaillé deux ans dans l’équipe de l’IRFED. Curieusement, que ce soit dans les entretiens qu’il m’a accordé lors de ma recherche ou dans sa préface à la biographie de Malsagne, Corm modère les critiques contenues dans son ouvrage sur ces aspects administratifs (voir dans mon livre). Lebret lui-même semble n’y voir que des « réserves d’usage » (1er novembre 1964, p. 345).

Les politiques du développement au Moyen Orient

Un troisième aspect très intéressant du journal concerne les missions du Père Lebret en Jordanie, en Syrie et au Koweit où il cherche à comprendre l’économie et les politiques de développement des autres pays de la région, et les liens qui pourraient se nouer entre eux et le Liban. Par exemple, il indique tous les avantages qui pourraient naître d’une bonne articulation commerciale et financière entre le Koweit en plein boom et le Liban. Il se montre aussi très intéressé par l’expérience de développement jordanienne et notamment le Planning Board. Dans un commentaire du livre de Paul Kingston sur les politiques de développement en Jordanie et en Irak, j’avais fait un petit parallèle entre les deux expériences, et souligné aussi les différences. Les annotations de Lebret permettent d’identifier d’autres différences : par exemple, le Planning Board jordanien est une institution à la fois plus flexible et réactive, plus ouverte aussi, que le monstre administratif créé au sein  du ministère du Plan libanais, et Lebret fait part de son approbation pour cette formule, et semble regretter la voie choisie / imposée au Liban. Je renvoie à cette note sans développer plus avant ce point, mais il y a là aussi des matériaux utiles pour entreprendre une histoire comparée des politiques de développement dans la région.

Pour conclure

Pour finir, la lecture du journal m’a laissé sur ma faim sur un dernier point: les rapports entre Michel Ecochard et Lebret, qui semblent avoir réellement été ténus. Et si les questions d’urbanisme préoccupent beaucoup Lebret, son interlocuteur principal paraît surtout avoir été André Bricet, un expert des Nations Unies détaché auprès de la direction générale de l’urbanisme en 1964, et rarement Ecochard, mentionné seulement en 1960 et 1961. Par contraste avec le désordre beyrouthin, il faut citer l’admiration – ou simplement l’ébahissement – de Lebret pour Koweit City, une ville si moderne, aux rues si larges, bordées de tant de magasins si pleins de richesse. La fascination pour le Golfe, contrepoint de la frustration face aux impasses libanaises : un motif devenu récurrent dans l’histoire économique et urbaine du Liban?

Notes _____________________
  1. luxe rare dans l’édition aujourd’hui, un CD ROm accompagne le Journal, où sont reproduites des cartes d’époque au 1/50 000 []

Dette de lecture : Marges urbaines et néolibéralisme en Méditerranée

En ces derniers instants de suspension temporelle avant la reprise du manège et de son rythme endiablé, je voudrais profiter d’un peu de loisir pour reconnaître quelques dettes intellectuelles et plaisirs de lecture de l’année passée, durant laquelle la tenue de ce carnet de recherche aura été singulièrement moins régulière.

La première de ces lectures est celle de l’ouvrage Marges urbaines et néolibéralisme en Méditerranée, que m’ont amicalement adressé ses auteurs-coordinateurs Nora Semmoud, Bénédicte Florin, Olivier Legros et Florence Troin. Ce livre témoigne du dynamisme retrouvé de l’équipe des géographes et spécialistes des études urbaines de Tours, avec leur focalisation privilégiée sur le Monde arabe. Avec cet ouvrage et les Cahiers d’EMAM, publiés depuis 2009, ils redonnent vigueur à l’héritage de l’équipe d’URBAMA, carrefour d’idées et de recherche entre la France et le Maghreb et plus largement le monde arabe depuis les années 1980. Avec ces publications collectives, il me semble aussi qu’ils renouent avec ce qui avait fait la force de ce laboratoire, c’est-à-dire la construction d’un espace de dialoque et d’échanges entre les deux rives, dans un véritable esprit d’équipe, dont la construction du collectif constitue un véritable projet soutenu dans la durée – ambition qui doit être saluée dans un contexte où les pressions managérialo-universitaires ont plus souvent pour effet, au nom d’improbables convergences et exigences de visibilité, de brouiller l’identité intellectuelle des collectifs de recherche.

Les travaux publiés, désormais en ligne comme une partie de l’héritage des publications d’URBAMA, donne visibilité à l’équipe Monde arabe Méditerranée (EMAM), tout en montrant ses ouvertures et volonté de dialogue par delà la aire culturelle arabe. La présente publication en porte témoignage, s’ouvrant à un ensemble de chercheurs méditerranéens (espagnols et italiens en particulier), du nord comme du sud, de l’est et de l’ouest. De surcroit, par le jeu des références à l’Amérique latine ou à l’Afrique, par la préface accordée par Philippe Gervais Lambony, et par la mise en dialogue avec un certain nombre d’auteurs majeurs de la géographie et des études urbaines anglophones, ce travail fait œuvre d’un désenclavement intellectuel véritablement salutaire qu’il faut saluer et dont il faut espérer la poursuite et l’élargissement.

Ces quelques lignes n’ont pas l’ambition d’être une véritable recension car, je l’avoue piteusement, je n’ai pas lu l’ensemble  des textes proposés. Mais j’ai d’autant plus à coeur de les écrire que les auteurs me font l’honneur et l’amitié de citer quelques-uns de mes écrits et de m’associer ainsi à leur réflexion. Je retiens ainsi plusieurs éléments de ma lecture partielle.

Le premier est le plaisir de trouver, dans l’introduction du volume par Bénédicte Florin et Nora Semmoud, une sorte d’inventaire des principaux travaux d’URBAMA, où donc l’héritage de cet équipe est présenté à travers une récapitulation de ces principaux objets, définis au départ comme des espaces et progressivement conceptualisés de manière transversale, grâce à la construction comme objets scientifiques des notions de politiques urbaines, d’acteurs, et de citadinité. Sur la base de cette relecture, les auteures identifient la la spécificité du moment présent et de leur posture de recherche dans l’articulation de deux dimensions : une intensification du capitalisme mondialisé ou, pour le dire autrement, néolibéral ; et l’évidence des capacités de résistance des habitants et des dominés, que symbolisent les soulèvements populaires de l’année 2011 (mais qui existaient antérieurement et se poursuivent, quoique peut être sous d’autres formes et moins spectaculairement – quant à parler de succès…). Les études présentés peuvent alors être lues à partir de trois axes. Tout d’abord, les transformations urbaines se singularisent avec les grands projets qui introduisent des logiques d’action, déjà abondamment décrites; deuxièmement, ces nouvelles politiques urbaines produisent un ensemble d’effets socio-spatiaux caractérisés par l’accroissement des écarts et des contradictions; troisièmement, les habitants font montre de capacités d’ajustement et de résistance, qui constituent de nouveaux objets pour la recherche.

Les réflexions conclusives d’Olivier Legros constituent un autre passage stimulant de cet ouvrage. Prenant le contrepied d’un certain grégarisme académique qui consisterait à accepter sans précaution les thèses et les idées des tenants de la géographie critique ou radicale (et je ne rentre pas ici dans les détails de ces distinctions : voir plutôt le beau travail mené par M. Morange et Y. Calbérac dans les Carnets de géographes), Olivier Legros questionne la nouveauté des pratiques qu’on regroupe derrière le paradigme du néolibéralisme ainsi que des formes de résistance qu’il suscite. Il évoque aussi les limites de la diffusion de ce modèle d’action dont certains pays restent relativement préservés, et les différences entre Nord et Sud de la Méditerranée. En outre, il rappelle le rôle central de l’Etat dans la mise en œuvre des politiques usuellement regroupées sous ce nom. Enfin, il souligne les incertitudes et les inflexions actuelles qu’on peut observer qui pourraient conduire à penser que le néolibéralisme est aujourd’hui moins flambant qu’on ne pourrait croire, et qu’il serait même en berne. Il appelle donc à un examen minutieux, circonstancié et critique de ces notions, posture où nombre de géographes de tradition francophone se retrouveront, quand bien même le risque pour eux, à trop décortiquer cet outillage conceptuel pour en éprouver la solidité, serait de rater la/les prochaine(s) vague(s) paradigmatique(s) propulsée(s) par la machine académique anglo-américaine et de son moteur à fabriquer frénétiquement de la distinction individuelle…

Il me reste, au terme de ces quelques réflexions, à exprimer l’ombre d’un doute concernant l’intérêt de la notion de marge urbaine telle qu’elle est, ici en particulier, proposée. Refusant une définition spatiale de la marge par une position spécifique dans l’espace urbain (la périphérie), tout autant qu’une définition sociale (par la pauvreté), les auteurs utilisent le sociologue Robert Castel dont la définition de la marginalité revient à insister sur des processus de marginalisation, liés à l’organisation du travail et au système des valeurs dominantes. La dimension de stigmatisation est ainsi mise en avant. La notion de marge est donc avant tout relationnelle, et éminemment contextuelle. Mais, de ce point, un collectif socio-spatial n’est il pas toujours susceptible de devenir la marge d’un autre? Il me semble que la notion perd en spécificité et en intérêt ce qu’elle gagne en flexibilité. Au fond, ce dont traitent les auteurs, c’est bien plutôt de la ville et des sociétés urbaines dans leur ensemble confrontées aux dynamiques spatiales du capitalisme. La notion de marge introduit alors une focalisation ou une réduction de périmètre qui ne paraît guère justifiée. Débat à poursuivre ?