Archives de catégorie : patrimoine urbain

L’urbanisme moderne à Beyrouth et à Damas

Michel Ecochard (c) Cité de l'architecture et du patrimoine

Mon article « Michel Ecochard in Lebanon and Syria (1956–1968). The spread of Modernism, the building of the independent states and the rise of local professionals of planning », repris d’une communication au colloque de l’Association européenne d’histoire urbaine de Lyon en 2008, vient enfin d’être publié dans Planning Perspectives, après une longue série de valse hésitation. En voici le résumé. On peut le consulter ici ou en version d’auteur sur Hal-SHS.

The architect and planner Michel Ecochard has had a long career in developing countries, from its first works in Syria under the French rule, until the 1970s. He represented the modernist and functionalist approach to planning in a time of modernization. In this article, we concentrate on his work in Lebanon and Syria between the end of the 1950s and the 1960s. He prepared the master plans of Beirut and of Damascus. Those works represented the end of an era rooted in colonial planning. It was also the beginning of a new time, with the local planners taking on, sometimes sharing, sometimes contesting Ecochard’s visions. Building on recent scholarship on the circulation of planning ideas, we focus on the reception of Ecochard’s proposals. Though most political elites and planning professionals shared most of Ecochard’s views, the political circumstances and the changing social conditions led to adjustments and reorientations. The new planning framework was also a major factor of change.

Référence:
Verdeil É., 2012, Michel Ecochard in Lebanon and Syria (1956-1968). The spread of Modernism, the Building of the Independent States and the Rise of Local professionals of planning, Planning Perspectives, avril 2012, vol. 27, n°2, p. 243–260. < http://dx.doi.org/10.1080/02665433.2012.646774 >

Voir aussi un précédent billet sur un thème proche : « Circulations urbanistiques : Ecochard comme pivot « 

Appel à contribution : La « ville durable » au sud de la Méditerranée. Enjeux, circulations et mise à l’épreuve de nouvelles pratiques urbaines

Pierre-Arnaud Barthel et moi lançons, pour un dossier thématique de la revue canadienne Environnement Urbain/Urban Environment, un appel à contribution sur le thème : La « ville durable » au sud de la Méditerranée. Enjeux, circulations et mise à l’épreuve de nouvelles pratiques urbaines.

La date limite pour soumettre un résumé au directeur de la revue est le 30 octobre 2011. Les articles doivent être remis avant le 30 janvier 2012 [ce qui est surtout important, c’est de remettre l’article. Le résumé, c’est indicatif. Nous serons ravis d’avoir de bonnes surprises]. Veuillez nous envoyer les manuscrits par voie électronique à l’adresse suivante : EnvUrb@ucs.inrs.ca.

Site de la revue (normes, politique éditoriale, etc.). Appel à contributions détaillé en français ci-dessous ou version PDF Continuer la lecture

La reconstruction post-2006 au Liban : un laboratoire pour de nouvelles pratiques de l’urbanisme

Cliquer pour accéder à la présentation du livre sur le site de Rouledge

La revue Métropolitiques, dont je suis devenu correspondant pour le Moyen-Orient, vient de publier mon commentaire sur l’ouvrage de Al-Harithy, Howayda (dir.) 2010. Lessons in post-war reconstruction. Case studies from Lebanon in the aftermath of the 2006 war, Londres : Routledge, 218 p. Ce compte rendu est également publié, dans une version légèrement différente et en arabe, dans le numéro 15, summer 2011 de Idafat, la revue arabe de sociologie (cf. ici le texte en arabe en PDF). Je remercie Sari Hanafi qui est à l’origine de cette initiative, ainsi que Mona Fawaz avec qui je poursuis la discussion sur ces questions (ici par exemple).

Voilà le résumé et le lien vers le texte sur le site de Métropolitiques.

Les reconstructions sont souvent des moments d’accélération de l’évolution des modes d’intervention urbanistique. Le cas du Liban post-2006 en est un exemple. Cet ouvrage présente l’analyse par des urbanistes et universitaires de leur propre intervention, dans un contexte marqué par le retrait de l’État et l’implantation locale forte du Hezbollah.

Les paysages de l’électricité au Moyen-Orient

Pour rebondir sur le précédent billet et illustrer comment ces paysages de l’électricité pourrait devenir le sujet de nouvelles recherches, voici deux photos brièvement commentées.

L'immeuble de l'EDL à Beyrouth - cliché EV oct. 2005 DR

La première représente le siège de l’EDL, la compagnie Electricité du Liban, à Beyrouth. Il est situé dans le quartier de Gemmayzeh, un vieux quartier qui s’est développé durant la période ottomane et le Mandat français, avant de connaître un certain déclin jusqu’à la fin des années 1990. A cette date, il a connu un double mouvement de patrimonialisation, de gentrification alimentant autant qu’alimenté par sa transformation en disctrict récréatif. Devenu une sorte de symbole du Beyrouth d’antan, c’est là que sont tournés de nombreux films empreints de nostalgie sur le Beyrouth d’avant.

Ce haut immeuble, accolé à l’autoroute, dont la silhouette moderne domine le quartier et en est devenue un repère majeur au fil du temps, a été construit dans un tout autre contexte. La compagnie publique fut créée, en 1954, à la suite de l’interruption de la concession accordée à une compagnie privée pour l’électricité et les tramways, incapable de faire face à l’augmentation de la demande. Cette nationalisation de l’électricité est emblématique de cette période et on la retrouve dans pratiquement tout les pays voisins. Elle illustre la volonté des Etats de la région de lancer des politiques de développement. L’électricité était bien entendu au coeur de ce projet. L’arrivée en 1958 du général Chéhab à la présidence de la République donna au Liban un coup d’accélérateur à une telle visée. Et dans le cadre d’un vaste programme de réorganisation de l’administration, diverses initiatives furent pour construire des nouveaux locaux. L’architecte Pierre Neema joua un rôle important. Il fut le concepteur de la Cité gouvernementale de Bir Hassan et on lui confia également l’immeuble de l’EDL. L’architecture de ce dernier illustre, notamment par le traitement des pare-soleil inspiré des architectes brésiliens, l’essor d’une architecture moderne du Tiers-Monde et il n’est pas indifférent que cette architecture soit placée au service d’un secteur d’activité qui symbolisait l’entrée du Liban dans la modernité.

L'ancienne centrale électrique d'Amman réhabilitée par Rami Daher

L'ancienne centrale électrique d'Amman réhabilitée, vue du sud (2010)

Le deuxième cliché représente le première centrale électrique d’Amman, construite par la Jordan Electric Power Company dans les années 1940. L’usine depuis longtemps désaffectée, est située à proximité du nouvel hôtel de ville d’Amman, dans un vaste site réaménagé à la charnière de l’Amman moderne et de l’Amman populaire, au fond du Wadi Amman. La municipalité, sous l’impulsion de l’architecte Rami Daher (dont j’ai déjà parlé ici), a décidé de conserver ce vestige et a confié à ce dernier son réaménagement. Il pourra abriter un café, des expositions, etc. Le tout n’était pas finalisé lors de mon dernier passage. Pour R. Daher, conserver ce rare témoignage de l’activité industrielle d’Amman, de même que quelques salles de cinéma, participe d’une démarche de sauvegarde des traces de l’entrée dans la modernité de cette ville, traces aujourd’hui frappées d’obsolescence, déconsidérées au regard du développement tertiaire de la ville, évincées par la nouvelle architecture verticale et clinquante de Jordan Gate ou de Abdali, et menacées de disparition par le renouvellement urbain.

Au Moyen-Orient, ce sont souvent les paysages du pétrole qui viennent à l’esprit lorsqu’on évoque l’empreinte de l’énergie sur la société, que ce soit sur le plan économique et politique (comme le fait par exemple Timothy Mitchell dont j’ai parlé ici) ou, donc, sur le plan urbanistique et architectural (ici). Les paysages de l’électricité et ce qu’ils sous-tendent (notamment l’organisation des territoires) constituent toutefois également un légitime objet pour la recherche. Espérons que nous assisterons bientôt à des recherches sur ce sujet.

Forêts de fils électriques à Beyrouth - photo historique à Gemmayzeh, ce bâtiment ayant aujourd'hui disparu (cliché EV 2005)

PS / mise à jour : j’aurais bien sûr du citer aussi le très intéressant travail de Pauline Gabillet dans le récent numéro de Géocarrefour, sur les générateurs électriques au Liban. Elle montre de manière fine, dans le cas de Jbeil, comment la dimension esthétique liée au passage de câbles anarchiquement disposés dans la ville devient un enjeu politique local (couplé à la question du prix de l’énergie). Voir son article Le commerce des abonnements aux générateurs électriques au Liban dans Géocarrefour.

Architecture traditionnelle et urbanisme contemporain dans le monde arabe

Signalons sous ce titre diverses publications et réflexions dont la concomitance produit un effet d’écho qui ne manque pas d’intérêt.

Tout d’abord, viennent de paraître les actes du Colloque international « Les héritages culturels dans l’architecture et l’urbanisme au XXIe siècle », organisé en 2008 par la Sorbonne Abu Dhabi, sous le titre Espaces urbains à l’aube du XXIe siècle. Patrimoine et héritages culturels. J’avais eu la chance d’en être, invité tous frais payés avec les nombreux autres intervenants. La présentation des actes dit assez l’intention qui avait présidé à l’organisation de cette manifestation où l’on retrouve l’esprit de résistance de Jean-Robert Pitte (président fondateur de la Sorbonne AD) à une certaine mondialisation, au nom de la fidélité aux valeurs du passé.

Quand l’urbanisme est au service d’une certaine philosophie de la ville engagée dans la préservation des héritages culturels, la conservation traditionnelle mais aussi la production d’un patrimoine architectural rénové prennent le pas sur d’autres forces de progrès. Ainsi, les mécanismes d’intégration ou de rejet du passé, la mémoire collective et les enjeux de pouvoirs, la valorisation des pratiques sociales traditionnelles et les icônes architecturales, la réhabilitation et la production d’espaces patrimoniaux jusqu’au rang de patrimoine mondial sont autant de questions d’actualité que cet ouvrage aborde, proposant, à travers un large panorama illustré, la découverte de différentes expressions d’aménagement urbain.

Entre l’Europe, l’Afrique du Nord, le Moyen-Orient, l’Asie et le Pacifique on peut être étonné de rencontrer une certaine cohérence urbanistique qui concilie la prise en compte des facteurs géographiques, le développement architectural et la préservation des héritages culturels.

Secteur historique reconstruit. Remarquer les fameuses tours à vents qui servent à aérer les intérieurs (Bardaweel), emblème patrimonial

A vrai dire, le plus fascinant du colloque fut pour moi la visite d’Abu Dhabi ainsi que celle de Dubaï, y compris les quartiers « historiques » reconstruits. Ma communication qui portait sur Beyrouth (au format hélas fortement raccourcie) se trouve ici [mise à jour : ici aussi sur le site e.sorbonne ). Ce texte manque d’approfondissement, j’en suis bien conscient. (Sur le cas Bint Jbeil, voir les chapitres de Habib Debs et Howaida Harithy dans ce Lessons in Post-War Reconstruction)
En contrepoint de cette parution, il est tentant de signaler sur la liste de discussion H-Urban un compte rendu thématique de Colette Apelian consacré à quelques publications récentes qui traitent de la même tension dans le monde arabe.

[Colette Apelian. Review of Elsheshtawy, Yasser, ed., _The Evolving Arab City: Tradition, Modernity and Urban Development_ and Hakim, Besim S., _Sidi Bou Sa’id, Tunisia: Structure and Form of a Mediterranean Village_ and Hakim, Besim S., _Arabic-Islamic Cities: Building and Planning Principles_. H-Urban, H-Net Reviews. September, 2010. URL: https://www.h-net.org/reviews/showrev.php?id=30659]

Les travaux de Yasser ElSheshtawy et surtout cet ouvrage et un précédent, proposent une synthèse sur l’évolution des principales villes arabes jusqu’à aujourd’hui, en insistant sur les formes de dépossession des citadins par la mondialisation et la néolibéralisation, aussi bien dans les formes produites que dans l’accès aux espaces et aux richesses produits par la modernité. Le ton des textes est très critique. Pierre-Arnaud Barthel et moi-même avons également rendu compte de ses travaux dans Géocarrefour, ici et . Signalons du coup aussi le numéro de Built Environment Arab Mega Projects qu’a récemment dirigé Pierre-Arnaud.

Je ne connais pas les ouvrages de Besim Hakim mais ils proposent de revisiter les principes génératifs de l’architecture traditionnelle arabe pour s’en inspirer. Les commentaires de Colette Apelian sont assez flatteurs. En prolongement de cette discussion, on pourra lire, sur une thématique proche, le compte rendu critique que fit Joe Nasr d’un livre de Stefano Bianca, 2000, Urban Form in the Arab World: Past and Present. Zürich: vdf, 348 pp.

La discussion d’Apelian se conclut par une question sur la manière de faire la ville arabe autrement, en explorant les formes de résistance à ces modèles urbanistiques. Elle part du constat, assez naïf selon moi, que ces ouvrages ont identifié ce qui ne va pas et ont mis ce savoir en circulation. Faut-il rejeter l’impérialisme culturel que dénonce Elsheshtawy (dans une posture qui pose de nombreux problèmes, comme souligné dans nos recensions) ou accepter certaines formes d’échanges, comme semble le suggérer Hakim? Dans quelle mesure l’héritage architectural musulman constitue-t-il d’ailleurs véritablement une alternative? Le débat rebondit ici avec une interpellation de Michael Smith à propos de l’utilisation que Norman Foster fait de cet héritage, au moins en parole (cf. article du New York Times et la discussion sur H-Urban).

Immeuble en cours de démolition à Tripoli sur place du Tell (septembre 2009). L'ensemble architectural d'époque ottomane dans lequel s'inscrit le théâtre défendu par la pétition est frappé d'obsolescence par manque d'entretien.

MàJ : un avatar de cette discussion avec la pétition lancée ce jour contre la démolition d’un théatre ottoman sur la place du Tell à Tripoli (voir deux précédent billets sur cette ville ici et ). Un patrimoine très endommagé (cf. photo) mais qui témoigne du caractère réducteur de l’opposition traditionnel / moderne puisque le moderne se caractérise par une grande profondeur historique et une remarquable variété stylistique, produits d’interactions multiples qui témoignent des circulations et des échanges autant que des dominations et colonisations qu’ont subi les sociétés de la région. C’est l’occasion de renvoyer à l’ouvrage électronique Patrimoines en situation, déjà signalé sur ce carnet : il fournit sur ces questions quelques outils utiles.

MàJ2: Un article un peu plus détaillé sur cette lutte patrimoniale tripolitaine, par May Makarem dans L’Orient-Le Jour (5 octobre 2010). Mais on observera que cette affaire n’occupe que modérément l’auteur par rapport à la publicité faite au dernier ouvrage de Badr El-Hage (cartes postales et anciennes photographies : Trablous Al-Cham)

L’eau dans la ville, du Maghreb au Moyen-Orient : programme du colloque

Noria à Hama (photo M. Dbiyat (c))

Je signalais il y a quelques mois l’appel à contribution du colloque du SEDET (U. Paris 7 Denis Diderot) et l’U. de Tlemcen L’eau dans la ville, du Maghreb au Moyen-Orient : accès, gestion et usages organisé par Chantal Chanson-Jabbeur et SId Ahmed Souiah.

Il aura lieu les 7 et 8 octobre Salle des thèses, Université Paris 7, Dalle « Les Olympiades »,103 rue de Tolbiac ou 59 rue Nationale 75013 PARIS.

5 sessions se tiendront en 4 demi-journées:

Jeudi 7 octobre 2010

10h30 – 12h30

Axe 1 : Accès à l’eau, pratiques citadines et inégalités socio-spatiales

Atelier 1 : 14h15- 18h (salle Jean Dresch, 2e étage)

Axe 2 : Eau, tourisme, ambiances urbaines et paysages

Atelier 2 : 14h15 – 18h (salle des thèses, 2e étage)

Axe 3 : Eau, environnement et santé

Vendredi 8 octobre : 9h – 12h15 (salle des thèses)

Axe 4 : Modes de gestion et réformes institutionnelles

14h-18h (salle des thèses)

Axe 4 : Modes de gestion et réformes institutionnelles (suite)

affiche colloque eau 7 8 oct 20101 (PDF)

Programme provisoire (21 septembre) à télécharger (PDF)

Pour ma part, j’y présenterai une analyse centrée sur un bilan des opérations de partenariats publics privés dans les pays du Maghreb et du Machrek, en montrant la spécificité du secteur de l’eau. Je m’appuierai en partie sur des données exploitées dans mon introduction au dossier de Géocarrefour sur les services urbains en réforme dans le monde arabe (à paraître ces jours-ci avec un retard certain).

Patrimoines en situation. Constructions et usages en différents contextes urbains

Les Presses de l’IFPO publient, exclusivement sous forme électronique (et pourquoi pas aussi en impression à la demande d’ailleurs?), un ouvrage issu d’un colloque tenu en 1997 à Rabat, dans le cadre des activités de l’observatoire urbain du Centre Jacques Berque, sous l’impulsion de Pascal Garret, et avec Rafaele Cattedra et Mercedes Volait. Quelques années plus tard et alors qu’on n’y croyait plus, les organisateurs en lien avec le Centre Jacques Berque, ont repris le dossier et livre à la lecture cet ensemble de textes, dont certains sont datés mais qui, comme ils l’indiquent, apportent « un témoignage clef du développement de la recherche sur ce thème » de la construction du patrimoine en ville. Et à vrai dire, dans ce domaine des colloques scientifiques, mieux vaut des archives électroniques accessibles du monde entier que des livres papier publiés confidentiellement qui prennent la poussière dans des entrepôts…

Patrimoines en situation. Constructions et usages en différents contextes urbains. Exemples marocains, libanais, égyptien et suisse

Sous la direction de Raffaele Cattedra, Pascal Garret, Catherine Miller et Mercedes Volait

Avec la collaboration de Hélène Vacher, Rima Fadili-Toutain, Jocelyne Dakhlia, Stéphane Loret, Simon Lévy, Naïma Lahbil Tagemouati, Romeo Carabelli, Françoise Navez-Bouchanine, Alain Roussillon, Ola Söderström et Charlotte Jelidi

Texte de présentation

Cet ouvrage trouve son origine dans un colloque, Les patrimoines dans la ville : de la construction des savoirs aux politiques de sauvegarde au Maroc et dans le Monde arabe, organisé les 18, 19 et 20 décembre 1997 à Rabat (Maroc).

Jusqu’aux années 1990, l’essentiel des recherches menées sur le patrimoine bâti au Maghreb et au Moyen-Orient portait sur la formation des quartiers historiques, l’architecture domestique des médinas et des centres pré-coloniaux, ainsi que les problèmes posés par leur sauvegarde.

Les contributions rassemblées dans cet ouvrage reflètent le changement qui s’est alors opéré dans ce domaine, avec l’ouverture à d’autres approches et d’autres terrains, afin de questionner, dans une optique philosophique, anthropologique ou politique, la notion même de patrimoine, depuis son émergence dans les sociétés européennes jusqu’à sa diffusion planétaire au cours de la seconde moitié du XXe siècle.

Couvrant principalement le Maghreb et le Moyen-Orient, les textes proposés ici re-situent l’état du débat sur les questions de patrimoine à la fin des années 1990, l’attention accordée au legs architectural du passé et à la matérialité des objets s’étant progressivement déplacée vers les processus de patrimonialisation et les constructions culturelles, historiques, politiques, sociales et juridiques qui produisent ces processus.

Entre la fin des années 1990 et 2010, la réflexion sur les processus de patrimonialisation a continué de progresser. Cet ouvrage apporte un témoignage clef du développement de la recherche sur ce thème.

Accès au livre en texte intégral.

Une maquette de la ville d’Amman

The Amman Model. Vue à partir du nord-ouest avec les deux repères que sont la Jordan Gate en cours de construction sur la droite et le quartier d'Abdali sur la gauche (il n'est pas aussi avancé en réalité).

J’ai rendu visite lundi dernier au Amman Institute. Ce think tank a pour slogan, en toute modestie, « Independent, Global Thninking, Adapted Locally ». Il se présente comme une sorte d’agence d’urbanisme au service de la municipalité du Grand Amman, et d’autres administrations jordaniennes et même dorénavant, dans d’autres pays. C’est une expérience très intéressante et originale de construction d’une expertise locale, dans le prolongement du travail du bureau d’étude canadien Planning Alliance. On trouvera sur leur site une étude que leur a consacré le Middle East Research Center de Columbia University. A défaut de démontrer un grand recul sur sur l’objet étudié, on y trouvera néanmoins une analyse riche de l’histoire, des objectifs et des méthodes urbanistiques originales de cette institution.
Entre autres produits de communication, le Amman Institute a agi pour aménager, dans un espace donnant sur l’esplanade de la municipalité (un jardin agréable par ailleurs hélas envahi de voitures), une exposition permanente sur la capitale jordanienne, composée d’une grande et magnifique maquette d’environ 5x5m, qui fait admirablement voir le relief de la ville et la morphologie urbaine, notamment les différences de densités entre les camps palestiniens et les zones plutôt classes moyennes, ou encore les secteurs qui se hérissent de tours. J’adore les maquettes de ville!
L’exposition comporte aussi une série de panneaux, dus à l’incontournable Rami Daher, sur l’histoire d’Amman, ses habitants illustres et moins illustres, sur les pratiques sociales, et sur les projets actuels. Le tout constitue un musée urbain comparable dans son esprit à ce qu’on trouve au Pavillon de l’arsenal. Contrairement à Beyrouth où seul le secteur sous la juridiction de Solidere est exposé au regard. L’ouverture officielle n’a pas encore eu lieu mais on peut déjà accéder en parlementant avec le gardien… A voir absolument si vous passez par Amman.

Salt (Jordanie) : une réhabilitation pour quel développement touristique?

Le souq : c'était vendredi en fin d'après midi, donc toutes les boutiques étaient fermées.

Je suis actuellement en Jordanie pour poursuivre mon travail sur l’électricité. J’ai profité de la pause du vendredi pour visiter Salt. Cette petite ville (environ 60.000 habitants) qui fut la plus importante ville de Transjordanie à l’époque ottomane avant l’essor d’Amman, possède un important patrimoine architectural de cette époque, liée à sa prospérité commerciale.
La ville est aujourd’hui très appauvrie mais un programme de la Banque mondiale, assez similaire dans son principe à celui dont bénéficie Tripoli au Liban par exemple (voir ici). Voici quelques photos qui montre l’avancement de ce projet ainsi que ses limites, très visibles in situ. J’ai croisé 3 autres touristes…

Une petite place animée par les jeux de quelques enfants

En haut des escalliers, le revêtement pavé cède vite la place au bitume

Immeuble Abu Jaber, réhabilité par Rami Daher (Turath)

Voici ce que disait Rami Daher, universitaire jordanien et par ailleurs l’un des architectes qui ont participé à la réhabitation (notamment avec l’immeuble Abu Jaber qui abrite un musée de la ville), dans un papier paru en 2005 (Urban Regeneration/Heritage Tourism Endeavours: The Case of Salt, Jordan ‘Local Actors, International Donors, and the State’, International Journal of Heritage Studies, Volume 11, Issue 4 September 2005 , pages 289 – 308 )

Les escaliers grimpent sur la colline couverte de vieilles maisons, mais la réhabilitation s'est arrêtée aux boutiques du souq.

This paper focuses on several urban regeneration/heritage tourism projects in Jordan funded and orchestrated by international donor agencies in the 1990s. The research attempts to understand the mechanisms, rationales, internal and external forces, actors, experts, and power networks that privileged a particular discourse on urban generation based on a particular case study (Historic Old Salt Development Project). Discourse analysis and ethnographic encounters enabled the researcher to situate the Historic Old Salt Development Project as part of the overall strategy to upgrade the tourism sector and not out of a conscious motivation of urban regeneration and heritage management. The practice of urban regeneration/heritage management in Salt is tied to sporadic agents of power that generate shock treatments and very modest outcomes in the form of architectural cosmetics rather than an institutionalised practice.

Voici ce que disait Rami Daher, universitaire jordanien et par ailleurs l’un des architectes qui ont participé à la réhabitation (notamment avec l’immeuble Abu Jaber qui abrite un musée de la ville), dans un papier paru en 2005 (Urban Regeneration/Heritage Tourism Endeavours: The Case of Salt, Jordan ‘Local Actors, International Donors, and the State’, International Journal of Heritage Studies, Volume 11, Issue 4 September 2005 , pages 289 – 308 )

Les escalliers grimpent à l’assaut de la colline et de ses vieilles maisons mais la réhabitation s’est arrêtée aux boutiques du souq.

This paper focuses on several urban regeneration/heritage tourism projects in Jordan funded and orchestrated by international donor agencies in the 1990s. The research attempts to understand the mechanisms, rationales, internal and external forces, actors, experts, and power networks that privileged a particular discourse on urban generation based on a particular case study (Historic Old Salt Development Project). Discourse analysis and ethnographic encounters enabled the researcher to situate the Historic Old Salt Development Project as part of the overall strategy to upgrade the tourism sector and not out of a conscious motivation of urban regeneration and heritage management. The practice of urban regeneration/heritage management in Salt is tied to sporadic agents of power that generate shock treatments and very modest outcomes in the form of architectural cosmetics rather than an institutionalised practice.

Séminaires de recherche urbaine à Beyrouth

Séminaires organisés par

L’IFPO, Département d’Etudes Contemporaines, Beyrouth

Observatoire urbain

Et

Le CERDA, Centre de recherche du Département d’Urbanisme de l’Université Libanaise.

Le lundi, de 16h à 18h

Salle de conférence, Rectorat de l’Université Libanaise,

Carrefour du Musée

–          le lundi 29 mars

Le projet CHUD (Cultural Heritage and Urban Development) entre intention et réalité.

Le cas de Tripoli

avec Mousbah Rajab, urbaniste, enseignant chercheur à l’Université Libanaise,

Samira Baghdadi, universitaire et élue municipale à Tripoli,

Habib Debs, architecte urbaniste, responsable de l’équipe consultante,

Nabil Itani, architecte-restaurateur, membre de l’unité responsable du projet au CDR,

–          le lundi 19 avril

 » Zokak El Blat, ou le rôle de la culture dans la régénération urbaine »

avec Serge Yazigi, architecte urbaniste, professeur à l’Académie Libanaise des Beaux-Arts,

et Liliane Barakat, géographe, professeur à l’Université Saint-Joseph

–          le lundi 24 mai

Beirut: Mapping Security

avec Mona Fawaz, Ahmad Gharbieh et Mona Harb, enseignants au Département d’Architecture et de Design, Université Américaine de Beyrouth

–          le lundi 21 juin

Les espaces commerciaux à Alep

avec Thierry Boissière, anthropologue, maître de conférence à l’Université Lyon 2, chercheur à l’IFPO