Archives de catégorie : patrimoine urbain

L’imaginaire de Marseille: comptes rendus

Alors que j’étais tellement déçu du retard de la nouvelle édition de L’Imaginaire de Marseille, de Marcel Roncayolo, que j’ai attendue toute l’année 2013, et que j’ai annoncée à l’avance sur ce blog, j’ai finalement oublié de signaler sa parution effective, il y a maintenant un an. Le livre est librement accessible en ligne sur le site de la Bibliothèque idéale des Sciences sociales, dont le volet Géographie s’est d’ailleurs entretemps enrichi des Principes de géographie humaine de Vidal de la Blache.
Je profite de la parution d’un premier compte rendu (à ma connaissance) pour y consacrer ce billet. Voilà le compte rendu en question. Je posterai les (éventuels) suivants ici aussi.

Douay, Nicolas, ‘Marcel Roncayolo, L’imaginaire de Marseille. Port, ville, pôle’, Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement. 2015

Thibault Bechini, « Marcel Roncayolo, L’imaginaire de Marseille. Port, ville, pôle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 13 janvier 2015.

Michel Ecochard à Martigues au miroir de Damas et Beyrouth

© Sylvie Denante, drac paca crmh, 2006 L’école Di Lorto à Martigues, un projet d’Ecochard au sein de la ZUP dont il a établi le plan

En 2013 j’avais participé à une conférence organisée dans le cadre des Mardis du Patrimoine de la ville de Martigues autour de la figure de l’architecte et urbaniste Michel Ecochard. J’ai écrit, en vue d’actes qui semblent pour l’instant en stand-by, un texte qui rassemble les idées présentées. Il est désormais accessible sur Hal, et en voici le résumé.

Michel Ecochard sur l’autre rive de la Méditerranée : Martigues au miroir de Beyrouth et Damas

Résumé : Entre 1962 et 1973, l’architecte et urbaniste Michel Ecochard intervient à Martigues qui connait une rapide urbanisation. Ces réalisations sont représentatives d’un urbanisme d’Etat. Cet urbaniste a alors effectué l’essentiel de son parcours professionnel dans des pays du Tiers Monde. Dans la décennie 1960, il effectue entre autres plusieurs missions au Liban puis en Syrie. Cette communication, présenté lors des Mardi du patrimoine de la ville de Martigues, se demande en quoi ce parcours nourrit sa réflexion d’urbaniste en France et en particulier à Martigues. Le texte est basé sur l’analyse des archives concernant ses interventions au Liban et en Syrie, et non pas de celles qui ont trait aux projets martégaux. Ces éléments ne révèlent guère de connexions directes entre ces expériences parallèles. Toutefois, on peut dégager quelques analogies entre des contextes que par ailleurs tout sépare. Après un bref rappel des principales étapes de la carrière d’Ecochard, les interventions libanaises et syriennes seront examinées plus en détail. Je soulignerai ce qu’elles révèlent des conceptions urbanistiques d’Ecochard au-delà des particularités politiques et sociales des contextes proche-orientaux.

Jérusalem. Bâtir deux villes en une

Couv-Salenson-Jérusalem-bâtir-deux-villes-en-uneIrène Salenson vient de publier  Jérusalem. Bâtir deux villes en une aux éditions de l’Aube-Bibliothèque des territoires. J’avais eu le plaisir de participer à la soutenance de la monumentale thèse qui est à l’origine de ce livre. Irène m’a fait l’honneur de me demander d’en écrire la préface, que je reproduis ici.

*

*   *

Jérusalem incarne par excellence la coexistence difficile des grandes trois religions monothéistes et leurs affirmations superposées et concurrentes sur un même espace. Mais elle est aussi un désespérant symbole du conflit israélo-palestinien et de ses impasses meurtrières. La ville est revendiquée par Israël comme sa capitale, au mépris du droit international qui condamne l’annexion de Jérusalem-Est. Al Quds est également la capitale dont les Palestiniens rêvent pour leur futur Etat. Depuis le début des années 2000, le mur de séparation et l’accélération de la colonisation à Jérusalem-Est comme en Cisjordanie illustrent les dimensions schizophrènes du projet israélien cherchant à étendre et à consolider le territoire annexé tout en refusant le contact avec les Palestiniens.

Sur un tel sujet, où les écrits antagonistes ne manquent pas, il est difficile de poser un regard équilibré qui sans faire nécessairement droit à des revendications contradictoires et passionnelles, cherche du moins à les examiner avec distance critique. C’est cet objectif immensément ambitieux que s’est donné Irène Salenson. Il lui vaudra nécessairement quelques volées de bois vert. Ce petit livre courageux synthétise une thèse très dense, soutenue en 2007 au terme d’un travail de terrain long et méticuleux, et actualisée ici sur certains points. L’auteure fréquente Jérusalem depuis quinze ans. Elle parle l’hébreu, comprend l’arabe, a travaillé dans divers organismes publics israéliens d’aménagement, des structures officielles palestiniennes en charge de projets urbains, avec des ONG arabes et israéliennes, en contact avec des habitants israéliens et palestiniens. S’il est toujours vain, comme elle l’indique, de revendiquer une quelconque « neutralité » et si d’ailleurs sa subjectivité d’urbaniste et d’observatrice engagée affleure dans ce livre, du moins dispose-t-elle comme peu de personnes du recul et de la connaissance nécessaires pour délivrer une analyse dépassionnée des politiques et stratégies urbaines qui se déploient dans cette ville et qui la façonnent.

Si la ville attire quantité de géopolitologues obsédés par les dimensions ethniques et religieuses du conflit, il est beaucoup plus rare de lire cette lutte pour l’espace à partir de cette grille d’analyse plus technocratique en apparence. Elle se révèle pourtant à l’usage très heuristique pour à la fois et approfondir la compréhension des mécanismes à l’œuvre sur le terrain et dépasser certains clichés. Irène Salenson a bénéficié, durant son parcours, de la bourse Michel Seurat, octroyée chaque année par le CNRS à de jeunes chercheurs qui enquêtent sur des terrains du Moyen Orient en souvenir de l’œuvre de ce sociologue mort en captivité pendant la guerre du Liban. Seurat est notamment connu pour ses travaux sur les politiques urbaines au Proche Orient. Il y mettait en garde contre la pensée urbanistique et aménageuse, porteuse d’un risque de réification de l’urbain dans sa matérialité technique, « à l’aune du kilomètre de trottoir », écrivait-il. Le risque, pour lui, était de perdre de vue la réalité des pouvoirs et la dynamique des mobilisations sociales qui s’y inscrivent et qui font de la ville l’enjeu même des luttes. Dans cet ouvrage, Irène Salenson ne tombe pas dans cette ornière même si elle étudie très sérieusement les instruments et les justifications des urbanistes qu’elle a longuement côtoyés et interrogés – mais aussi les visions et revendications des ONG et des habitants – palestiniens et israéliens – qui les contestent, les négocient, ou y résistent.

L’un de ses apports est de montrer à la fois la réalité du rapport de force très défavorable aux Palestiniens mais aussi un ensemble d’autres déterminations et controverses secondaires, parfois orthogonales à cette ligne d’analyse majeure. Ainsi cette lecture urbanistique renvoie-t-elle à des enjeux rarement présentés dans le cas de Jérusalem, qui rapprochent la situation de cette ville d’autres métropoles. La mise en évidence du manque d’attractivité, sur le plan démographique, de la métropole de l’intérieur par rapport à sa concurrente Tel Aviv, fait partie de ces éléments méconnus, qui justifient certaines actions d’aménagement.

A un autre niveau, l’ouvrage retrouve également, dans ce contexte si particulier, les impasses d’un mode d’action publique naguère paré des vertus de la modernité et de la rationalité et aujourd’hui contesté pour son caractère hiérarchique et autoritaire, et critiqué pour les effets pervers qu’il génère sur le plan social et politique. La planification urbaine yérosalémitaine, puisque c’est de cela qu’il s’agit, et ses schémas directeurs, sont pris en défaut à la fois face aux revendications et critiques venant de la société civile israélienne – et sans doute aussi de pratiques spéculatives qui auraient pu être davantage éclairées dans l’ouvrage – et face aux besoins ignorés et niés des habitants palestiniens de la ville. De sorte que, comme dans de nombreux autres contextes, cet urbanisme officiel est pris de court, controversé et contourné par de multiples pratiques. Les unes, militaires et de type colonial, visent à étendre et à renforcer l’assise territoriale israélienne et enrôlent les instruments urbanistiques à leur service – en dehors d’une planification approuvée. Les autres relèvent de la dignité du fait accompli face au déni et à l’oubli, ou encore de microstratégies de résistance – parfois conçues et mises en œuvre par l’association d’habitants palestiniens et de professionnels israéliens.

Au total, le livre révèle une multiplicité de formes de mobilisations et d’interactions qui, dans le cadre d’un rapport de force – de plus en plus ? – déséquilibré, illustrent néanmoins l’existence et la conquête de marges d’action alternatives, autonomes ou semi-autonomes. A cet égard, le livre n’apporte pas seulement une connaissance plus fine des formes de production de la ville à Jérusalem, il illustre bien, plus largement, certaines des inflexions majeures de l’urbanisme contemporain, notamment en situation asymétrique. Irène Salenson, en urbaniste critique et engagée, offre ainsi aux professionnels de l’aménagement urbain des éléments pour repenser leurs pratiques en lien avec les habitants et les ONG – qu’on pense aux bidonvilles des villes émergentes ou aux Roms en France.

Alors que l’avenir de Jérusalem et de l’ensemble Israël/Territoires palestiniens est essentiellement envisagé à travers le prisme de la géopolitique, la prise en compte de ces pratiques et fabriques territoriales fines est essentielle. Car ces expériences, pour ténues, fragiles et limitées qu’elles soient, inscrivent modestement sur le terrain d’autres modalités possibles de coexistence ou du moins d’interactions, qui compteront dans le futur peut être plus qu’on n’ose l’espérer en regardant les choses d’en haut.

 

Entretien avec Marcel Roncayolo sur les grands événements culturels

En attendant la parution désormais imminente de L’Imaginaire de Marseille de Marcel Roncayolo sur la BI2S, j’ai le plaisir de signaler la parution en ligne d’un entretien que le géographe de Marseille avait accordé en mars 2013, à Boris Grésillon et moi-même, à son domicile marseillais. Il s’inscrit dans le dossier « Faire durer l’événement« , coordonné par Pascale Froment et Boris Grésillon pour la revue Rives méditerranéennes.

L’entretien n’est actuellement disponible en ligne que pour les abonnés à Cairn ou les acheteurs (elle sera en Open Access en janvier 2018). Je me permets donc d’en extraire le fragment suivant où, après une discussion très critique sur les réalisations de Marseille 2013, il revient sur l’enjeu métropolitain dans son rapport à l’événement culturel.

EV : Mais pour revenir à une période plus récente, peut-on dire que le meilleur usage possible que l’on pourrait faire de Marseille Provence capitale européenne de la culture serait d’en faire un accélérateur de métropole ?

M. Roncayolo : D’abord il faudrait concevoir la métropole non plus comme un espace organisé à la façon d’un territoire simplement plus grand que la ville avec ses banlieues, ce qui est la définition initiale de l’aire métropolitaine américaine. Il faut voir la métropole comme quelque chose qui anime un espace à géométrie variable et qui ne s’inscrit pas ou de moins en moins – avec les moyens de communication actuels – dans un territoire préalablement délimité. La notion même de métropole au sens de métropole régionale c’est-à-dire la capitale d’un espace lui-même limité, perd en partie de sa cohérence. D’autre part, le concept de métropole régionale n’est pas à mon avis dans l’ADN marseillais. Cet ADN est plutôt en relation, via la mer, la Méditerranée, et la terre, avec des pays relativement lointains qu’avec des pays frontaliers, et il exerce moins des influences directrices que le rôle d’un élément de liaison. Marseille, c’est avant tout un lieu d’échanges, un lieu de rencontre, un lieu à la fois de convergence et de dispersion. C’est ça qui est important parce qu’elle a d’un côté la Méditerranée et de l’autre le continent. Autrement dit, il faut penser « anti-régionalement » et à mon avis, la grande liaison qui est nécessaire, c’est avec Lyon. Il faut une politique commune à Lyon et à Marseille, beaucoup plus qu’une politique qui serait une politique d’organisation de tout l’espace qui se situe entre la région lyonnaise et la région marseillaise. Dans le même élan, on pourrait aussi créer des liens avec Montpellier.

En résumé, je crois que l’ADN de Marseille est d’être un point d’articulation beaucoup plus qu’une métropole. Elle n’est pas capitale pour un tas de raisons. Elle n’a pas la société d’une capitale car une société de capitale, ça se forge et s’accumule dans le temps. Mais elle reste un admirable point d’articulation et de porosité possible.

EV : Du coup, quelle lecture faites-vous du projet de Métropole marseillaise porté par l’Etat actuellement ?

M. Roncayolo : On ne peut pas faire une politique qui s’enferme dans les moyens – qui sont d’ailleurs faibles – de Marseille. Marseille, d’un point de vue fiscal, est un vide par rapport aux villes de sa périphérie, Aix, Istres ou Martigues. Martigues a beaucoup plus de revenus par habitant que Marseille. Mais les communes de banlieue ne veulent pas entendre parler d’alliance, a fortiori de fusion, avec Marseille ! Plutôt qu’une Métropole institutionnelle, imposée d’en haut et figée dans des limites administratives intangibles, ce sont des territoires et des alliances par rapport à chaque projet qu’il faut constituer. Une sorte de métropole par projet (même si c’est un peu utopique), comme on a inventé un urbanisme par projet en réaction à l’urbanisme planificateur.

La reconstruction entre politiques et cultures urbanistiques. Réflexions à partir de l’exemple de Beyrouth

Le plan des immeubles reconstruits (source: Waad)

Le plan des immeubles reconstruits (source: Waad)

Vient de paraître, cette communication au colloque Waad, l’expérience unique, qui s’est tenue en juillet 2012 à Beyrouth, au sujet de la reconstruction de la banlieue sud suite aux bombardements israéliens de 2006. J’avais rendu compte de ce colloque dans un texte paru sur Les Carnets de l’IFPO en septembre 2012.
Voici la référence complète de mon intervention (version d’auteur en libre accès):
Verdeil Eric, 2013, « La reconstruction entre politiques et cultures urbanistiques. Réflexions à partir de l’exemple de Beyrouth », in Majalat al-mi’mar al ‘arabi (revue d’architecture arabe), Actes du colloque : Waad, une expérience unique?, Beyrouth, p. 175‑189.
Et le résumé :

Les reconstructions urbaines sont des moments où les rapports de force politiques sont très visibles. Mais ces projets comportent également une très forte dimension technique. L’objectif de cet article est d’articuler ces deux dimensions de ces opérations d’urbanisme, en construisant une grille de lecture basée sur deux axes eux-mêmes décomposés en une série de critères : le premier axe renvoie aux politiques de reconstruction, et le second aux cultures de l’urbanisme. Cette grille est ensuite appliquée à l’urbanisme libanais. Sont ainsi analysés quatre épisodes de reconstruction à Beyrouth : les projets de 1977 et 1982-83 et l’opération Solidere (démarrée en 1991) puis, plus en détail, l’opération Waad dans la banlieue sud de Beyrouth à la suite de la guerre de 2006. La mise en série de ces opérations permet de dégager les caractéristiques de chaque projet/opération et d’identifier, in fine, les caractères originaux de la reconstruction de la banlieue sud, notamment les choix spatiaux (reconstruction à l’identique), la temporalité très rapide des opérations, le financement endogène du projet (sans recours au marché) et la culture urbanistique à la fois locale et partisane, de type municipale, développée par le Hezbollah.

Sur le même sujet, il faut signaler la dernière publication de Mona Fawaz (qui développe un point de vue très critique sur cette opération):

Fawaz M., 2014, The Politics of Property in Planning: Hezbollah’s Reconstruction of Haret Hreik (Beirut, Lebanon) as Case Study, International Journal of Urban and Regional Research, 2014, OnlineFirst.

Suspended Architecture in Lebanon : la foire de Tripoli

foire-tripoli

Suspended Spaces est un collectif international d’artistes, plasticiens, vidéastes, chercheurs… dont l’objectif est « de développer une recherche
artistique et théorique sur les héritages contemporains de la modernité à partir de sites spécifiques. ». Après des travaux qui ont porté sur Famagouste, des villes françaises, puis Beyrouth, ils organisent un symposium qui portera sur le site de la Foire internationale d’Oscar Niemeyer à Tripoli au Liban.  « Ce site est envisagé comme un espace qui ne parle plus une langue fonctionnelle mais résiste sourdement, un suspended
space. Il nous intéresse par sa présence même, l’insistance de sa structure à se maintenir debout, et à lutter passivement contre l’effacement en
restant énigmatique dans son « être-là » tout en reposant sans cesse une question à l’Histoire. Objet de désir abandonné à un destin trop complexe, ce lieu a une force muette qui poussera à la modestie, à l’interrogation, au suspens du jugement. Le travail commencera là. »

Ce symposium aura lieu à Beyrouth (Galerie Ashkal Alwan / Beirut Art Center / Mansion – Zarif) et sur place à Tripoli, du 18 au 21 avril 2013.

Le programme est téléchargeable ici et plus d’informations sur le travail du groupe sont disponibles sur leur site Suspended Spaces.

Voici quelques liens vers des ressources en ligne relatives à la Foire et à son environnement social, économique et urbain.

Tout d’abord un article de Jad Tabet sur la Foire de Tripoli dans le précédent opus Suspended Spaces #2 :

  • Tabet J., 2012, Le projet d’Oscar Niemeyer, in Suspended spaces#2 – une expérience collective, Paris, Editions BlackJack, p. 22‑27. En ligne 

Un article de Mousbah Rajab qui replace le projet dans l’histoire des projets urbains de Tripoli :

  • Rajab M., 2006, Les grands projets de Tripoli. Systèmes de décisions et besoins de réappropriation., in Conquérir la ville. Réappropriation urbaine : Acteurs, mécanismes, enjeux, Conquérir la ville. Réappropriation urbaine : Acteurs, mécanismes, enjeux, p. 5‑20. En ligne.

Un texte fondamental de Charbel Nahas pour comprendre les déséquilibres socio-économiques de Tripoli et une prospective sur le rôle possible que la foire pourrait jouer dans ce cadre :

  • Nahas C., 2007, La Foire internationale et Tripoli, quel avenir ?, in Conférence à la Fondation Safadi, centenaire d’Oscar Niemeyer, Tripoli, En ligne (PDF)
Article de Bruno Dewailly analysant la genèse de l’environnement urbain immédiat de la foire, la fameuse extension sud-ouest de la ville connue sous le nom de dam wa farez (le remembrement):

  • Dewailly B., 2001, La municipalité de Tripoli : entre pouvoirs locaux et services de l’État, Les Cahiers du CERMOC, 2001, n°24, p. 295‑318. En ligne.

Voici aussi quelques liens vers des billets sur Tripoli sur ce blog.

L’urbanisme de la région marseillaise, entre célébration, justifications et perceptions habitantes(1)

Invité à Martigues pour une table-ronde des Mardis du Patrimoine consacré à l’œuvre de l’architecte et urbaniste Michel Ecochard dans cette ville, j’en ai aussi profité pour visiter  l’exposition de l’agence d’urbanisme de Marseille, l’AGAM, « Marseille : de la ville à la métropole« . Si l’on ajoute à cela les réflexions sur l’Imaginaire de Marseille, de Marcel Roncayolo, et sur l’actualité de Marseille Provence Capitale de la Culture 2013, c’est pour moi comme une sorte de retour aux sources, la région marseillaise ayant été non seulement mon berceau mais aussi mon premier objet d’étude… Cela m’a toujours placé dans une situation inconfortable, à voir des beautés ou des réussites là où les habitants ordinaires ressentaient plutôt gêne, inconfort ou insatisfaction quotidienne. Ces deux événements, justement, sous des formes évidemment différentes, m’ont interrogé par la tension qui s’y dévoile entre une mise en histoire plutôt auto-satisfaite de l’urbanisme régional et une vision bien plus critique qui émerge des discours et des pratiques des habitants. Ce premier billet traite de Martigues, et présente en miroir l’étonnante continuité d’un dessein urbanistique défini par Ecochard, porté par sa municipalité depuis cinquante ans, et les réactions de quelques habitants. Un second billet à venir rendra compte de ma visite à l’exposition « Marseille: de la ville à la métropole », consacrée à l’histoire de l’urbanisme de la région. Continuer la lecture

Assem Salam, disparition d’une figure majeure de l’architecture et de l’urbanisme au Liban

Assem Salam chez lui, photo par Jens Schwarz (c) pour GéoMagazine 2010

Assem Salam, né en 1924, est décédé le 5 novembre 2012 à Beyrouth. La presse libanaise consacre quelques articles à ce triste événement (notamment Al Akhbar English), mais sans se hisser à la hauteur du défunt. J’ai eu la chance de rencontrer A. Salam à diverses reprises durant ma thèse, lorsque je travaillais à l’IFPO Beyrouth. Il était en effet très accessible et recevait facilement les chercheurs. S’il n’aimait pas employer le français en public, il le parlait pourtant très bien. Je l’avais brièvement revu tout récemment, en juillet 2012, lors de l’atelier consacré au projet Waad de reconstruction de la banlieue-sud de Beyrouth. Opposant ce dernier à l’opération Solidere dans le centre-ville de Beyrouth, il avait mis en avant les réussites d’une reconstruction qui a permis en quelques années de faire revenir les habitants de son quartier sur leurs lieux de vie. A. Salam s’était en effet engagé de toutes ses forces contre Solidere, et plus largement la politique urbaine de Rafic Hariri à Beyrouth et au Liban, notamment à cause de leurs impacts sociaux, environnementaux et patrimoniaux, sans parler du problème de l’expropriation qu’il considérait comme anticonstitutionnelle malgré les jugements rendus. C’est dans ce contexte qu’il avait été élu, en 1996, Président de l’Ordre des ingénieurs et architectes de Beyrouth. Régulièrement sollicité sur les problèmes d’urbanisme au Liban, il répondait avec vivacité pour souligner les carences de la gestion publique comme la lutte contre les abus, par ex. dans cet entretien suivant le drame de l’immeuble Fassouh à Achrafieh. Si cet aspect de son engagement urbain et politique est bien connu, d’autres épisodes  méritent également d’être évoqués. Continuer la lecture

Retour sur la reconstruction de la banlieue sud de Beyrouth dans les Carnets de l’IFPO

Rumor délocalisé! A la suite de ma participation, les 12 et 13 juillet, à « l’atelier de travail » intitulé « Waad: Une expérience unique » organisé par la municipalité de Haret Hreik et la structure d’aménagement Waad avec l’appui d’universitaires de l’Université Libanaise et de la Lebanese American University, Les Carnets de l’IFPO m’ont invité à en présenter un compte rendu. L’occasion peut-être pour les lecteurs qui ne connaissent pas ce carnet de haute tenue d’y jeter un œil. L’occasion pour moi aussi d’être connu par de nouveaux lecteurs. Continuer la lecture

City Debates : Re-Conceptualizing Boundaries: Urban Design in the Arab World

Les conférences City Debates de l’AUB (Université américaine de Beyrouth) sont devenues des rendez vous importants de la recherche urbaine au Liban et plus largement au Moyen-Orient. Voici l’argumentaire et le programme de cette nouvelle session, qui a lieu les 3 et 4 mai. Plus d’information sur les participants et les résumés de leurs interventions en suivant ce lien. Continuer la lecture