Archives de catégorie : art/littérature

Le genre de l’atlas, l’atlas comme genre

En complément de ce billet, je publie ici, pour mémoire, ce texte qui était une proposition d’un axe de travail pour le projet de réponse à l’ANR « médiations géographiques ». J’aurais voulu le déposer dans Hal-SHS, mais assez logiquement, il n’a pas été accepté. Je le dépose le 1er mai 2012, mais ce billet est anti-daté (notamment pour ne pas apparaître en une). Sa date de rédaction initiale était fin 2007-début 2008.

 Contexte

Depuis les années 90, la production éditoriale en géographie s’est distinguée par une floraison de collections d’atlas géographique d’un genre nouveau, parmi lesquels on peut citer, sans volonté d’exclusivité et en se limitant à quelques références françaises, la collection Dynamiques du territoire coéditée par le GIP Reclus et la Documentation française, les Atlas d’Autrement ou ceux, annuels, publié par le Monde diplomatique. Reposant sur une nouvelle esthétique de la carte et de l’infographie, usant des ressources de l’informatique, de cartographie statistique et des systèmes d’information géographique, ces atlas articulent de manière originale leur riche iconographie avec le texte, que ce soit sous la forme de planches thématiques ou d’un récit géographique qui, tous deux, rompent avec la sècheresse de notices descriptives se retranchant derrière l’image qui constituaient pour l’essentiel le style des anciens atlas.

Si Lyon n’est pas Montpellier, capitale du GIP Reclus, il se trouve néanmoins que l’on y observe différentes productions relevant du genre de l’atlas. Au sein même de l’UMR, on citera notamment les Atlas de Roumanie (Rey et alii) et du Liban (Verdeil, Faour, Velut), et les réflexions sur les outils de la cartographie récemment structurées dans la plateforme ISIG. Par ailleurs, le GREMMO (UMR n°5195 de la Maison de l’Orient) prépare un atlas du Syrie en lien avec l’IFPO, qui était le partenaire de l’Atlas du Liban, et ce même IFPO a lancé un autre projet d’Atlas de Jordanie. On notera également que les projets d’Atlas ne sont pas cantonnés à la discipline géographie. Le Laboratoire d’analyse historique Rhône Alpes, sous la conduite de Jean-Luc Pinol, autrefois responsable de la collection des Atlas des villes de France, étant également engagés dans divers projets similaires.

 Questionnements

En proposant une réflexion sur le genre de l’atlas ou sur l’atlas comme genre, notre propos vise deux questionnements complémentaires.

Les conventions d’écriture dans les atlas

Une première interrogation porte sur les conventions d’écriture de ces atlas. Elles sont tout d’abord redevables à la révolution informatique, géostatistique et des systèmes d’information géographique. Toutefois, la géographie française semble particulièrement marquée par les codifications théorisée par J. Bertin et systématisés, voire déclinées en un style cartographique singulier par Roger Brunet et le GIP Reclus. Même si les Atlas Autrement ou les produits du Monde diplomatique s’en dégagent aujourd’hui, on peut faire l’hypothèse d’une empreinte disciplinaire forte et durable de ces maîtres. Les comparaisons étrangères et avec d’autres disciplines (par ex. l’histoire, l’environnement ou l’urbanisme et l’aménagement- pensons aux atlas de l’IAURIF) pourraient permettre de saisir et d’identifier les principaux éléments d’un tel style ou écriture cartographique. Mais le renouvellement des atlas ne se limite pas aux transformations esthétiques et typologiques de l’iconographie, elle va de pair avec une nouvelle relation aux textes. D’une part, les cartes et diagrammes produits par ordinateur sont, peut être plus que par le passé, le résultat d’un code ou d’un programme : ils diffèrent peu, en nature, de textes produit selon des procédures formalisées (voir E. Guichard). D’autre part, et cette fois-ci selon une perspective plus classique bien analysée par C. Jacob par exemple dans l’Empire des cartes, les cartes de l’atlas ne sont pas séparables de leur commentaire, qui commence avec le texte même qui est inscrit dans la carte (légende, toponymie) mais se prolonge dans le texte qui accompagnent l’iconographie, dans une planche voire un chapitre. Enfin, c’est la forme même de ce texte, son plan et ses motifs répétitifs ou singuliers, qui constituent un dernier élément pour aborder la question du genre de l’atlas.

Le genre comme réponse à une demande sociale

Une deuxième grande perspective induite par l’interrogation sur le genre porte sur le contexte de production et de réception, non pas au sens étroit du milieu disciplinaire, mais au sens de contexte produit par une certaine demande sociale. Du côté des éditeurs, l’atlas semble représenter un produit grand public prisé (cf. la collection Autrement). C’est sans doute aussi vrai du côté des pouvoirs publics. Pour eux, les atlas représenteraient une manière relativement « neutre », par sa codification notamment, de poser des diagnostics territoriaux. Ils seraient ainsi l’expression d’une « transaction » entre des géographes soucieux de mieux prendre en compte la demande sociale et politique et de valoriser leur discipline et des « décideurs » ou un « public » pour qui les conventions d’écriture et de représentation propres à l’atlas faciliteraient l’appropriation de la production scientifique des géographes.

Au-delà des expériences des grandes collections récentes d’atlas en France, et des témoignages d’auteurs, il serait intéressant d’analyser d’autres expériences nationales : ici, les cas roumain et libanais, pour commencer, pourraient être soumis à ce questionnement.

Références citées

Rey Violette et alii, Atlas de la Roumanie, GIP Reclus/La Documentation française, 2007

Verdeil Eric, Faour Ghaleb, Velut Sébastien, Atlas du Liban : territoires et société, Beyrouth : IFPO/CNRSL, 210 p.

Guichard Eric, « L’internet : retrouvailles de l’écriture et de la cartographie », in dossier « La cartographie », Revue de la bibliothèque nationale de France, n°24, 2006, pp.51-56.

Jacob Christian, L’empire des cartes  : approche théorique de la cartographie à travers l’histoire,  Paris : A. Michel, 1992,  537 p.

Un être cher a publié…

Je m’associe à la satisfaction de ma chère moitié, dont les efforts débouchent sur deux livres hautement recommandables

Le Moyen-Orient par les textes, de Anne-Laure Dupont, Catherine Jaouen-Mayeur et Chantal Verdeil (A. Colin)

L’expression Moyen-Orient est récente, son acception changeante. Le présent recueil couvre les actuels Turquie, Iran, États arabes orientaux (Égypte, États de la péninsule Arabique, Syrie, Liban, Jordanie, Irak), Israël et territoires palestiniens. Les textes réunis en racontent l’histoire sur plus de deux siècles, en tenant compte des événements les plus récents. Ils témoignent non seulement des bouleversements politiques, mais aussi des transformations économiques, sociales, religieuses et culturelles et des réalités vécues. Ce sont les intéressés eux-mêmes, Arabes, Turcs, Iraniens et d’autres, qui prennent la parole, donnant à voir de l’intérieur une région souvent analysée au seul prisme des relations internationales.
Collectés depuis plus de vingt ans par les auteurs du recueil, ces textes ont fait l’objet d’un enseignement dans différents cursus de licence d’histoire et d’arabe. Tous précédés d’une introduction, ils sont destinés aux étudiants, aux professeurs désireux de disposer d’un support pédagogique sur des sujets difficiles et passionnants, et à tout lecteur soucieux d’en apprendre davantage et autrement sur le Moyen-Orient.

Plus d’informations

On y trouvera un peu d’urbain, notamment la reprise d’un entretien avec l’architecte jordanien Jafar Tukan, initialement publié dans Amman, de pierre et de paix, par Myriam Ababsa chez Autrement (en bonnes feuilles ici), ainsi qu’un texte Yachar Kemal sur l’expulsion d’un gecekondu en 1982 à Istanbul, initialement publié dans Istanbul. Histoires, promenades, anthologie, dictionnaire, de N. Monceau (Bouquins, R. Laffont). Pour le reste, quelques textes diplomatiques mais aussi beaucoup d’extraits de romans offrant des tranches de vie et des témoignages d’une grande diversité sociale et géographique, et un peu de culture arabe actuelle en suivant un remarquable guide (CPA/YGQ, c’est par ici).

Et aussi:

La mission jésuite du Mont-Liban de Syrie (1830-1864), de Chantal Verdeil (Les Indes Savantes)

Créée à Beyrouth dans le dernier quart du XIXe siècle, l’Université Saint-Joseph reste l’œuvre la plus prestigieuse de la mission jésuite de Syrie. Ce  « phare spirituel de la Méditerranée », selon l’expression de Maurice Barrès, symbolise à la fois son rayonnement, la présence française au Levant, et les rivalités entre les puissances occidentales au Proche-Orient.

Cet ouvrage retrace la genèse de cet établissement en étudiant le développement de la mission jésuite au Mont-Liban puis en Syrie dans une période troublée, celle de la Question d’Orient, marquée notamment par l’occupation égyptienne et les massacres de 1860.

De plus en plus nombreux, soutenus par la France impériale, les religieux de la Compagnie de Jésus ne cherchent pas à convertir les musulmans et se consacrent surtout à l’instruction, religieuse et profane, des catholiques orientaux. Leur action s’inscrit ainsi dans l’histoire des différentes Eglises chrétiennes du Proche-Orient et plus généralement dans celle de l’empire ottoman.

Pour plus d’information.

 

Quand l’électricité arrive au village (anatolien)

A propos de :
MAKAL Mahmout. Un Village anatolien : récit d’un instituteur paysan. Paris : Plon, 1978. 287 p. – [16] p. de pl. (Terre Humaine).

Ce livre dont la première version fut publiée en 1948 est le témoignage d’un jeune instituteur sur la vie d’un village anatolien en 1947-48. L’auteur évoque la vie difficile des paysans, soumis à un climat très rude : exploitations non-mécanisées, surpeuplement et insuffisance des rendements, autarcie alimentaire, pauvreté, maladies, extrême dénuement matériel, éloignement des villes et des services commerciaux et administratifs. Non dénué d’un regard misérabiliste, et armé de ses convictions progressistes, l’instituteur montre l’archaïsme de cette société, les superstitions, la condition très dominée des femmes et les dénonce comme une conséquence du pouvoir des religieux. Ces faits prennent place dans un contexte de libéralisation politique, après la Deuxième Guerre Mondiale, qui se traduit par la montée du Parti Démocrate de Menderès. C’est un moment de contestation de la ligne kémaliste (notamment la question de l’alphabétisation en caractère latin) et de renforcement des notables des campagnes, aghas et religieux. Le livre comporte deux chapitres de mise à jour : le premier publié en 1962 et le second en 1975, qui permettent de mesurer les changements sur une période de vingt-cinq ans.

S’éclairer et se chauffer au village

Curiosité énergétique oblige, j’ai été très intéressé par la question de l’installation de l’électricité, en 1960. Dans la première partie, l’auteur consacre de longues pages à décrire la vie quotidienne des villageois et leurs problèmes matériels, et il évoque en particulier les questions de chauffage et d’éclairage. Ouvert sur le progrès et grand lecteur, il utilise une lampe à pétrole. Il en offre une à ses parents – qui partagent la condition paysanne dans un village voisin – mais ils ne l’utilisent qu’en sa présence de peur de la casser (et pour économiser le pétrole). Les paysans utilisent plutôt des torches. Les habitations n’ont que très peu d’ouvertures, colmatées en hiver par divers matériaux . Elles sont donc très sombres. De plus, on tient la porte fermée pour que la volaille n’entre pas. Le grand problème est le chauffage. De nombreuses pages sont consacrées à expliquer l’organisation du foyer (tandir) et son alimentation, essentiellement par des bouses ramassées par les paysannes qui gardent les troupeaux. Collées sur les murs des habitations pour sécher, ces bouses sont ensuite entassées pour constituer une réserve à brûler durant l’hiver. La maison est emplie d’une atmosphère de suie et de poussière, sans compter les insectes qui nichent dans tous les orifices et se nourrissent justement des bouses. Malgré cela, il faut grand froid tout l’hiver et assez tard dans le printemps, il faut veiller à ce que les enfants (dont beaucoup vont pieds nus) ne prennent pas froid pour ne pas mourir de pneumonie. Notre instituteur fait un brin de toilette dans l’étable où, grâce aux bêtes, il faut tiède, mais les pieds dans la boue. Il est alors l’un des seuls du village à utiliser un poêle où il brûle, comme les autres, de la bouse.

Electricité, endettement et assujettissement

Onze ans après son départ du village, dont il a été muté, l’auteur y revient. Les habitants sont dans un état de dénuement qui ne semble s’être amélioré en rien, et sont même aux abois. En effet, l’électricité vient d’être installée au village, sous la forme d’un générateur diesel et de quelques poteaux desservant les maisons. C’était un cadeau du gouvernement :

 » Un beau jour, le gouverneur s’est amené avec le sous-préfet.[…] le gouverneur a dit : « J’ai une bonne nouvelle à vous annoncer » et le sous-préfet a dit : « Chers compatriotes paysans, […] pour la première fois au monde, on mettra l’électricité dans un village, et ce village, c’est le vôtre… ». Le mouhtar intervient à son tour : […] » On va vous installer un moulin qui marchera à l’électricité ». Alors on a répondu : mais nous n’en voulons pas : le moulin à eau, ça nous suffit ». – « Ne jouez pas aux idiots: l’Etat vous fait un cadeau et vous voulez le refuser, quelle drôle d’histoire ». Juste à ce moment-là, le chef de la section du parti Démocrate du village est arrivé; il s’est empressé d’offrir des cigarettes aux hôtes! Il a parlé au gouverneur et lui a dit: « Mon pacha, ces gens-là ne comprennent rien, ils sont d’un autre temps, leur tête est vieille. Un bien sacré comme l’électricité va être installé, le gouvernement va en faire les frais, donner le moteur, le mazout. Et eux, sans réfléchir, disent non! ». Ensuite, […] le gouverneur a dit : « Non, l’électricité nous allons vous la donner et vous allez la prendre ».

Finalement, une requête au nom du village a été rédigée par l’administration. Le Conseil du village signe ce qui est présenté comme l’acte de donation du gouvernement. Une fois l’installation réalisée, les villageois se rendent d’abord compte que le moteur ne fonctionne pas bien; il requiert un « maître », un mécanicien qu’il faudrait payer. Surtout, l’électricité ne sert à rien, car pas un villageois ne peut se permettre d’installer l’électricité (« Ne crois pas que nous voulons avoir l’électricité et nous en servir. D’ailleurs, même ceux qui voulaient l’avoir n’ont pas dit qu’ils s’en serviraient »). Or, les villageois apprennent soudain qu’ils sont redevables auprès de la Banque des provinces d’une dette :

« C’est après le 27 mai [1960= coup d’état mettant à l’écart le parti Démocrate] qu’on nous a appris tout ça. Avant le 27 mai, c’était un cadeau. Après, c’était une dette, un malheur.[…] Sans le savoir, on avait fait une demande de crédit à la banque. »

Et les villageois n’ont pas du tout les moyens de payer le terme. La finalité électoraliste de ce cadeau est identifiée par un paysan : « C’était de la poudre aux yeux. C’était pour nous éloigner du parti de l’opposition. » Et les villageois d’exprimer leur déception: « Nous, on croyait que le gouvernement, ça aide les populations ».

Electricité et développement

L’épisode est très intéressant, en particulier parce qu’il bat en brèche la conception que se fait l’instituteur du progrès. L’électricité ne correspond pas à une demande de la population, en tout cas pas de la plupart des villageois. En revanche, elle apparaît comme un instrument politique, visant à placer les paysans dans une relation de dépendance et donc de redevabilité électorale à l’égard du parti Démocrate. D’autre part, à travers l’exigence du remboursement, les villageois se retrouvent face à une dette financière : l’électricité est ainsi un moyen de lier les villageois à l’Etat, de rogner leur autonomie de décision. On imagine qu’une nouvelle fiscalité s’impose désormais à eux (l’ouvrage ne développe pas ce point mais évoque, au début, la question de la fiscalité locale et le rôle clé du secrétaire qui tient les registres et en profite pour multiplier les prélèvements arbitraires). L’épisode montre que le « développement » se manifeste d’abord comme une nouvelle forme d’assujettissement à l’Etat et non comme un progrès social.
En revanche, 15 ans après (en 1975), les choses ont changé. Lors d’une nouvelle visite au village, l’ancien instituteur observe de très grandes mutations. Le village connaît désormais une prospérité visible. En particulier, les deux tiers des habitants ont une radio; on compte 7 postes de télévisions; un cinéma est installé; de même que le téléphone. Plusieurs restaurants ont ouvert. Cette aisance est largement due aux remises des émigrés en Allemagne, nous dit l’auteur. L’électricité n’est plus un problème mais une évidence. Elle semble installée chez une bonne partie des habitants. Autrement dit, c’est l’enrichissement qui permet l’appropriation de l’électricité plus que celle-ci qui, par effet quasi-magique, changerait les modes de vie.

Chers lecteurs, j’apprécierais beaucoup si vous aviez des suggestions de lecture relatant les modalités de l’électrification dans la vie quotidienne (à la campagne ou en ville d’ailleurs) sur mes autres terrains ou même plus largement : Liban, Jordanie, Tunisie, mais aussi Syrie, Palestine, Egypte, Maroc, Algérie… Merci d’avance.

Rencontre sur les enjeux de l’édition électronique à Lyon

A signaler, cette rencontre que j’aurais le plaisir d’introduire, organisée par l’excellente librairie Terre des livres à Lyon

Mercredi 16 juin, 18 h-20 h
LES ENJEUX DE L’EDITION ELECTRONIQUE
Lecteurs, éditeurs, libraires
Rencontre-débat à l’occasion de la parution du livre de Marin Dacos et
Pierre Mounier : L’édition électronique, La Découverte, collection Repères
avec :
Pierre MOUNIER, du Centre pour l’édition électronique (CNRS-EHESS)
Erik FITOUSSI, de la librairie Passages et (sous réserve) Françoise
CHARRIAU, Vice-présidente du Syndicat de la Librairie Française
Le débat sera animé par Eric VERDEIL (CNRS, Lyon) éditeur de la revue
papier et numérique Géocarrefour.

L’apparition du iPad et de nombreux autres supports de lecture attire l’attention sur la mutation irréversible de l’édition vers l’électronique. S’il est bien clair que l’électronique n’éliminera pas le papier, ni à court, ni à moyen terme, il n’en reste pas moins que les usages vont connaître de grandes évolutions. L’édition universitaire est déjà avancée sur la voie la dématérialisation du texte. C’est notamment le cas pour les articles de revues mais aussi à travers la naissance de nouveaux modes de communication, comme les blogs scientifiques. Les métiers du livre, éditeurs et libraires, paraissent à la veille de changements importants également dans leurs contenus et leurs modèles économiques.

Entrée libre

Librairie TERRE DES LIVRES
86, rue de Marseille 69007 Lyon
Tel & fax : 04 78 72 84 22 – http://terre.des.livres.free.fr

(IN)VISIBLES CITES COLONIALES / COLONISEES

A signaler, cette annonce de colloque. Les axes 1 et 4 me paraissent les plus novateurs. (MàJ le 14 mai)

(IN)VISIBLES CITES COLONIALES
Stratégies de domination et de résistance
de la fin du XIXe siècle à nos jours.
Colloque international et pluridisciplinaire
24 et 25 mars 2011
Ce colloque est organisé dans le cadre du programme de la Maison Interuniversitaire des
Sciences de l’Homme – Alsace (MISHA) « Villes invisibles et écritures de la modernité : vers
une nouvelle géographie de l’identité » (http://villesinvisibles.misha.fr), en partenariat avec le
département d’architecture de l’Institut National des Sciences Appliquées (INSA) de
Strasbourg, le laboratoire « Cultures et Sociétés en Europe » (FRE 3229) et l’équipe d’accueil
en études germaniques « Mémoires et frontières » (EA 1341) de l’Université de Strasbourg
« Gardez-vous bien de leur dire que parfois des villes différentes se
succèdent sur le même sol et sous le même nom, naissent et meurent
sans être connues, sans jamais avoir communiqué entre elles.
» (Italo
Calvino, Les villes invisibles, 1974)
Le colloque se propose de mettre en lumière les relations entre processus de
colonisation et d’urbanisation à travers les notions de visibilité / invisibilité. La colonisation
fait intervenir systématiquement des rapports de pouvoir et la substitution d’un ordre par un
autre de façon plus ou moins violente ou radicale. Il s’agira non seulement d’étudier les
pratiques urbanistiques qui se caractérisent par une forme de domination, de cécité,
d’incompréhension par rapport à un territoire urbain, mais également les résistances à cette
domination et leurs manifestations culturelles (usages, événements, …) et objectales (spatiales

1) Villes-strates : superpositions spatiales et temporelles

La ville visible se présente comme une surface reposant sur diverses couches ou strates
temporelles. Elle n’est jamais une dans l’instant, « synchrone avec elle-même » (Marcel
Roncayolo, La Ville et ses territoires, 1990), car l’espace « se verticalise » dans le temps. Le
lieu urbain étant « un feuilleté d’Histoire » (Henri Lefebvre, La production de l’espace, Paris,
1974), l’identité d’une ville réside dans la profondeur, dans la diachronie qui s’exprime dans
les strates historiques, réelles, imaginaires ou symboliques, qui fondent les lieux. Or, les
processus de colonisation dénient la présence de strates invisibles sous ou dans la ville
visible : la ville coloniale se construit sur un lieu (ou non loin d’un lieu) déjà occupé
précédemment, lui déniant toute épaisseur, profondeur historique et diversité sociale.

2) La question du mimétisme colonial

La construction d’une ville coloniale vise le plus souvent à reproduire, à « dupliquer »
la ville métropolitaine, mettant en œuvre un phénomène de « mimétisme » (Homi Bhabha,
The Location of Culture, 1994) élevé au rang urbain. Cette colonisation urbanistique reste
centrée sur la question de la reproduction, elle-même ancrée dans l’idée de modèle et de
copie, d’authenticité et de pastiche, dont il conviendra de mettre en avant l’ambivalence en
posant la question des limites de toute re-production architecturale. L’invisibilité se situe alors
au sein d’un « espace-tiers », dans le décalage plus ou moins perceptible entre la copie et

3) Laboratoires d’idées nouvelles et projections utopiques

La ville coloniale peut également être abordée comme une projection utopique qui se
prend dans le rêve de la cité idéale : les représentations de l’espace urbain se superposent
alors à l’élaboration de modèles sociaux. Ainsi, les « fronts pionniers », compris comme un
mouvement de colonisation d’une société à l’intérieur de ses propres frontières politiques,
impliquent la conquête d’un espace tenu pour neuf et « vierge » et la négation des cultures
existantes. Ces terres que l’on cherche à s’approprier servent de surface de projection à des
villes imaginées/imaginaires, dont la réalisation effacera toute réalité antérieure. A
l’invisibilité d’un espace perdu, se superpose l’invisibilité de la ville en devenir, bâtie parfois
seulement dans le rêve des pionniers. Toutes ces villes en devenir ne sont pas promises au
futur brillant qu’ambitionnent pour elles leurs bâtisseurs. Si certaines parviennent à se
structurer et perdurer, d’autres végètent, voire tendent à devenir des « villes-fantômes »,
comme celles de l’Ouest américain.

4) Stratégies de résistance

Dans tous les cas, la colonisation cherche à transformer l’existant, à l’englober, à le
recomposer selon l’ordre établi par les colons. Elle génère l’invisibilité dans la ville par la
fusion ou par l’occultation, voire le camouflage des populations autochtones. L’on pourra
s’interroger sur les rapports de domination et de résistance entre les colons et les autochtones,
sur la place accordée à ces derniers au sein de l’espace physique, géographique et social : en
périphérie, dans les interstices, hors des limites de la ville ? L’on pourra également
questionner les stratégies de résistance à la mise en conformité coloniale élaborées par ces
derniers, ainsi que les directions et les formes diverses qu’elles ont pu prendre.
Ce colloque étant pluridisciplinaire, les contributions attendues pourront concerner
aussi bien la littérature que la sociologie, l’ethnologie, la géographie, l’urbanisme, etc. et
porter sur des supports divers (architecture, peinture, cinéma, romans, bande dessinée…).
Contacts / Comité scientifique :
Aurélie Choné, Mcf études germaniques, Responsable du programme MISHA « Villes
invisibles et écritures de la modernité : vers une nouvelle géographie de l’identité », équipe
d’accueil « Mémoires et frontières » (EA 1341) : achone@unistra.fr
Karine Dupré, Mcf architecture, Directrice du département Architecture INSA de
Strasbourg : karine.dupre@insa-strasbourg.fr
Laurence Granchamp Florentino, Mcf sociologie, Laboratoire « Cultures et Sociétés en
Europe » (FRE 3229) : laurence.granchamp@misha.fr
Catherine Repussard, Mcf études germaniques, équipe d’accueil « Mémoires et frontières »
(EA 1341) : repussardcatherine@wanadoo.fr
Frais d’inscription au colloque : 50 euros (tarif normal) ; 20 euros (doctorants).
Soumission des propositions et des articles :
Les titres et résumés de 1.500 mots, accompagnés des coordonnées, statut et adresse
administrative des conférenciers, sont à envoyer pour le 1/9/2010 à l’adresse mail suivante :
Les articles, d’un maximum de 40.000 signes (espaces non compris), mis aux normes
comme indiqué sur le site http://villesinvisibles.misha.fr à la rubrique « Publications », sont à
retourner pour le 30/4/2011 par voie postale à l’adresse suivante :
Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme – Alsace (MISHA)
5 allée du Général Rouvillois – CS 50008 – 67083 Strasbourg cedex
et par voie électronique à l’adresse suivante : citescoloniales@misha.fr
Langues du colloque : allemand, anglais, français, avec une préférence pour la langue
française, y compris pour les articles écrits.

De quelques lieux d’une jeunesse beyrouthine

daliaJe viens seulement de lire Balcons et abris, de Dalia Fathallah, paru en 2003. J’ai connu l’auteure à l’Académie libanaise des Beaux Arts vers 1996-97, où elle suivait une formation en urbanisme – domaine dans lequel elle n’a je crois jamais exercé, étant par ailleurs employée à la Banque centrale du Liban. Par contre, j’avais vu un documentaire sur la libération du Sud Liban qu’elle avait réalisé en 2002 (Mabrouk al-Tahrir, présenté ici) , qui m’avais paru très authentique, en comparaison d’autres films parus à la même époque. Je ne l’ai recroisé que deux fois ces dernières années, sur les trottoirs de la rue Hamra.

dalia2Dans cet ouvrage, présenté comme un roman, il s’agit du récit largement autobiographique d’une famille de 4 enfants (1 garçon, 3 filles) qui réside rue Caracas à Beyrouth-Ouest. A travers les yeux de Maya, la narratrice, une fille rousse comme l’auteure, qui grandit durant toute ces années, se déroule la vie de cette famille durant la guerre. La description minutieuse et fine des espaces du quotidien est une grande force de ce texte.

Le titre Balcons et abris renvoie à deux lieux qui organisent sa vie de petite fille et d’adolescente, confinée par ses parents dans des lieux sûrs. Le balcon, plein de plantes, est l’endroit où l’on se repose dans l’atmosphère si souvent plaisante du climat, et d’où l’on observe le spectacle de la rue et ce qui se passe chez les voisins ou sur leurs propres balcons. C’est aussi un lieu dangereux d’où l’on se retire en cas de bombardements ou de mitraillage dans le quartier, pour se réfugier au centre de la maison et puis, en cas de bombardements intenses, comme en 1982 lors de l’invasion israélienne, ou pendant les guerres d’Aoun en 1989-90, dans un abri souterrain, où se nouent des relations de solidarité inédites entre gens de l’immeuble ou de la rue.

L’escalier de l’immeuble est un autre espace de sociabilité remarquable dans ce récit, espace d’échange entre les femmes en particulier – les nouvelles, la cuisine, autour d’une tasse de café-, parfois espace de jalousie et de concurrence. Hors de l’immeuble, Dalia Fathallah s’attache à décrire la rue, tenue par des miliciens (ici, des druzes affiliés au PSP, fils des familles de la rue, qui s’engagent pour un salaire  et pour conduire une grosse moto) qui sont avant tout des voisins, et qui apparaissent plus souvent protecteurs que violents ou prédateurs. Certes, la narratrice relate la réquisition d’un appartement de l’immeuble, dont les locataires européens ont quitté le pays, et son pillage. Dans cette scène, elle souligne la collusion des voisins, qui se joignent au pillage, avec ces miliciens. A partir de 1984, des militaires syriens prennent aussi position devant l’immeuble : ils sont avenants, aident les vieilles femmes à monter leurs courses, et dissuadent les maraudeurs de perpétrer vols et intimidations. Ce regard sur le microcosme symbiotique du quartier où tout le monde se connaît tranche avec d’autres récits plus dramatiques de la période.

L’immeuble et le quartier sont des lieux de mixité confessionnelle. La famille de la narratrice est sunnite. La meilleure amie de la mère est chrétienne orthodoxe de Khiam, au sud Liban, lieu inaccessible puisqu’occupé par les Israéliens. La cuisine, l’éducation des enfants, les potins de l’immeuble, parfois la comparaison de leurs religions, forment l’ordinaire de leur conversation. Dans la rue, la tonalité est majoritairement druze. Mais progressivement, les chrétiens quittent le quartier, surtout après 1984. Juste après la fin de la guerre, une famille chiite s’installe et son comportement nouveau riche et sans gêne lui vaut l’hostilité des voisins, même si certains les admirent aussi, et les courtisent… Dans l’abri du temps des guerres d’Aoun, une famille chiite est là aussi. Entre les enfants et adolescents, jeux et tentatives de séduction buttent sur des réticences ou des incompréhensions à base religieuse, importées du monde des adultes.

La vie de la narratrice ne dépasse guère cet espace restreint. Deux autres lieux de la ville reviennent toutefois à plusieurs reprises au fil des pages et des saisons de Maya. L’école, tenue par des religieuses chrétiennes, où l’on apprend le français (aussi parlé à la maison dans cette famille éduquée et « moderne »), est régulièrement perturbée par la violence et les combats. De là aussi, les chrétiens refluent progressivement, avant de revenir provisoirement, l’année des guerres d’Aoun. La corniche et son prolongement l’Université américaine où l’on fait du patin à roulettes, offrent un lieu de promenade, une échappée avec un petit copain qui hélas, ne déclare pas sa flamme.

Au total, cette enfance dans la guerre est marquée par le confinement dans Beyrouth-Ouest et surtout, dans le quartier et les espaces clos de l’intimité familiale ou de la sociabilité de l’immeuble. Les sœurs de la narratrice, plus âgées, parviennent, elles, à s’en échapper. La première part étudier à Paris, et y fera sa vie. La seconde, secrètement engagée dans une organisation progressiste, finit par partir aussi en France puis aux Etats-Unis. Lorsque Maya, après la guerre, part visiter sa sœur à Paris, elle réalise justement à quel point son enfance a été marquée – et gâchée – par cet enfermement spatial. Quant au frère, ingénieur, il part pour l’Arabie Saoudite où il semble bien malheureux. Dans les dernières pages, après guerre, la narratrice découvre Beyrouth-Est, c’est-à-dire Jounieh, son autostrade et les embouteillages, ses signes religieux sur les hauteurs, ses immeubles neufs : quelle révélation alors! mais plutôt sidération qu’envie (comme on la comprend!)

Un autre aspect très bien rendu de la vie quotidienne durant la guerre est l’évocation des pénuries d’eau, d’électricité et de téléphone. Maya raconte les bricolages familiaux, puis dans l’immeuble, puis entre voisins de la rue, pour s’entraider. On assiste ainsi à l’invention progressive de ces palliatifs qui structurent aujourd’hui encore la vie quotidienne mais dont on a oublié qu’ils résultent d’un ajustement par étapes entre des bricolages techniques et des négociations collectives. Car ces palliatifs à la pénurie entraînent aussi parfois des conflits : l’eau ne monte pas jusqu’au dernier étage faute de pression ou si l’électricité est coupée; la fumée des générateurs indisposent les voisins du dessus; leur bruit peut être rassurant mais gêner les voisins; etc.

Ce roman a donc une vraie qualité documentaire et il constitue un témoignage fort utile sur le quotidien de la guerre civile au Liban. Agréable à lire, fin, original et authentique, il mérite mieux que l’oubli où il est manifestement en train de tomber: terrible silence du web, sauf , et encore si brièvement…

(Photo et graphisme de couverture Salwa Fathallah Menard)