Archives de catégorie : art/littérature

Compte rendu de : Henri Desbois, 2015, Les mesures du territoire et les mutations de la carte topographique

A propos de : Henri Desbois, 2015, Les mesures du territoire: aspects techniques, politiques et culturels des mutations de la carte topographique, Villeurbanne, Presses de l’ENSSIB, 240 p.

(paru dans Géocarrefour)

L’essai que propose le géographe Henri Desbois, tiré de son habilitation à diriger les recherches, se présente sous la forme d’une histoire de la cartographie, à travers le cas particulier de la carte topographique, excluant donc notamment la cartographie thématique et la cartographie marine. Mais plus fondamentalement, c’est une réflexion critique sur la numérisation de la géographie, cette expression devant être entendue au double sens de la place accrue qu’occupent aujourd’hui les techniques quantitatives dans notre discipline, et de la colonisation de nos pratiques quotidiennes et de nos imaginaires par des modes de représentation du territoire dérivés de techniques cartographiques informatisées devenues quasiment hégémoniques. En opérant une déconstruction de l’histoire de la carte topographique sous ses dimension technique, plus exactement scientifique, politique et culturelle, Henri Desbois s’inscrit dans les courants critiques de la géographie. Son propos n’est pas simplement de montrer que la carte traduit, voire impose, une vision normative et informée par la logique du pouvoir étatique – et singulièrement la puissance des Etats-Unis – sur les formes de représentation du monde. Pour lui, il est impossible de mettre en question radicalement les bases scientifiques de la cartographie, dont « les triomphes sont trop éclatants pour qu’on puisse en ébranler la domination », et dont « l’efficacité pratique est démontrée quotidiennement » (p.202). En fait, c’est le monopole que cette hégémonie tend à conférer à ce mode de connaissance que conteste Henri Desbois. En  mettant en évidence ce qu’il dénomme les imaginaires cartographiques, c’est-à-dire « les idées et les sentiments communément associés aux cartes » (p.19), il entend « aborder le discours scientifique par l’extérieur et lui contester la prétention à être le seul régime de connaissance valide », ainsi que « réhabiliter des modes alternatifs d’appréhension du monde » (p.202). Cette forte ambition rappelle que ce géographe au parcours singulier n’est pas uniquement un spécialiste de géographie numérique, d’internet et de cartographie (il s’est familiarisé à ces techniques au sein d’un service spécialisé de l’armée, alors qu’il utilisait en parallèle un SIG dans sa thèse sur la géographie urbaine de Tokyo). Il est également le tenant d’une géographie littéraire qui s’est illustré par des analyses savantes de l’Ulysse de Joyce, dont cet ouvrage comprend d’ailleurs un aperçu (une publication plus poussée sur Joyce est à paraître parue). Continuer la lecture

Le géographe dans sa ville. Présentation du nouveau livre de Marcel Roncayolo et Sophie Bertran de Balanda

ronca-couvJe participerai le 10 septembre prochain au musée de la ville de Marseille à une table ronde organisée par les Editions Parenthèses à l’occasion de la sortie du livre de Marcel Roncayolo et Sophie Bertran de Balanda : Le géographe dans sa ville. De ce dialogue mené sur plus d’une décennie sont issus un texte autobiographique et réflexif sur la manière dont la ville natale (Marseille) a façonné l’expérience et informé la réflexion ultérieure de Marcel Roncayolo, et une série de dessins croqués par Sophie Bertran de Balanda lors de multiples promenades dans le Marseille actuel, dessins que les deux auteurs commentent et qui ont fonctionné comme des madeleines proustiennes pour faire surgir les souvenirs qui structurent le texte de Roncayolo.

affiche roncaLa table ronde aura lieu de 14h30 à 17h30 environ. Elle sera lancée par la projection du film Marcel Roncayolo : interprète de ville de Herta Alvarez-Escudero (2009 – 53 min). Lieu : Musée d’histoire de Marseille, 2  Rue  Henri Barbusse – 13001 Marseille.

Elle s’insère dans un ensemble de manifestations, balades, projections qui durera jusqu’au mois d’octobre.

Brochure du programme et présentation du livre à télécharger.

 

Méditerranéité – de Beyrouth à Marseille

med-libSollicité par l’équipe de consultants IntraDev pour réfléchir sur l’urbanisme de la métropole marseillaise à partir d’une perspective beyrouthine, j’ai relu l’opuscule La Méditerranée libanaise, éditée en 1999 sous la houlette de Thierry Fabre dans un coffret de textes intitulé Les représentations de la Méditerranée, chez Maisonneuve et Larose, éditeur aujourd’hui disparu. Cet opuscule comprend deux textes: le premier, plutôt littéraire et politique, est de l’écrivain Elias Khoury et s’intitule « Beyrouth et la Méditerranée. Langue double, langue plurielle » ;  L’autre, de l’historien (et très belle plume) Ahmad Beydoun, « Extrême Mediterranée. Libanisme contemporain à l’épreuve de la mer ». L’un comme l’autre, par des chemins différents, démontent cette évidence apparente d’une « méditeranéité libanaise ». Cela m’a inspiré les réflexions suivantes, à poursuivre peut être.

La « méditerranéité » de Beyrouth et ce qu’elle peut nous dire de celle de Marseille

Le discours sur la méditerranéité des villes du pourtour méditerranéen doit toujours être compris comme une construction idéologique, souvent promue par les autorités politiques, dans un jeu de tensions identitaires. Dans le cas de Beyrouth, la méditerranéité est un discours qui a pour fonction de masquer et de rejeter d’autres mythes politiques non consensuels, en l’occurrence le discours sur l’appartenance du Liban à l’ensemble arabe, notamment à partir de la fin du XIXe siècle. Le discours sur l’appartenance méditerranéenne du Liban, ultérieurement, a aussi pour fonction de conjurer d’autres identités qui s’imposent à ce pays, notamment les identités confessionnelles, volontiers présentées comme des discours montagnards. Beyrouth, ville portuaire, incarne par excellence cette vocation méditerranéenne en tant qu’ancienne échelle du Levant.

Cette idée d’une ville méditerranéenne, ou plutôt d’une méditerranéité à révéler, a plusieurs fois animé les politiques urbanistiques: la première fois dans les années 1960, notamment dans lors des travaux commandés par le général Chéhab à l’urbaniste Michel Ecochard, qui célébrait Beyrouth comme une capitale de la Méditerranée (voir ici) ; la seconde lors de la reconstruction de 1977 (chapitre 9 de ma thèse) ; et de nouveau, quoique plus discrètement, lors de la reconstruction des années 1990. Mais ce discours urbain se voulant réconciliateur, mettant en avant le commerce comme facteur de paix, a toujours eu du mal à réellement modeler la cité et à suturer ses blessures. Paradoxalement même, il a été mis en avant à un moment où, comme l’ont observé plusieurs analystes critiques (dont Elias Khoury et avant lui Jad Tabet), la ville en un sens tournait le dos à la mer, et où les appropriations privées du littoral en séparaient la majorité des Beyrouthins.

De cet usage et de cette rhétorique superficiellement consensuels de la notion de Méditerranée, Marseille et son projet métropolitain doivent se méfier et ne doivent pas abuser, nous suggère l’exemple beyrouthin. Surtout que la réalité de la diversité culturelle d’une ville comme Beyrouth – et sans doute pourrait-on faire une observation similaire pour Marseille – dépasse en fait largement la Méditerranée. Ainsi, le bouillonnement culturel beyrouthin des années 1960, tant vanté, était en fait largement un bouillonnement arabe, avec la présence d’intellectuels irakiens, égyptiens, palestiniens, syriens qui se reconnaissaient peu dans la Méditerranée. De nos jours, la diversité arabe reste forte, mais elle se double d’une dimension spécifique à la diaspora libanaise, reliée à New York, Londres, Sao Paulo, Montréal, Paris bien sûr, voire Sidney, sans parler de Dubai et Riyadh… ce qui finalement relativise la méditerranéité…

Mutatis mutandis, si l’on pense à Marseille, n’est elle pas autant ou plus en relation avec des villes d’Europe, d’Afrique noire, d’Asie qu’avec ses voisines méditerranéenne? y compris au niveau des coopérations urbanistiques? Ici, les pratiques sont en fait plus diverses que le discours officiel, y compris culturel. C’est ce que suggérait Boris Grésillon dans son petit ouvrage sur MP 2013 (voir mon commentaire), où il regrettait que cet événement et son insistance sur la vocation méditerranéenne de Marseille laissaient au second plan, voire même délaissaient, les ancrages européens de la cité phocéenne.

 

La Planète des Z’u. Des univers s’y terrent. Compte rendu de Franck Mermier

livre troinJ’ai le plaisir d’accueillir ce compte rendu de Franck Mermier sur le roman de Jean-François Troin, La Planète des Z’u. Des univers s’y terrent, Saint-Jean des Mauvrets, Editions du Petit Pavé, 2014, 278 pages, ISBN : 978-2-84712-398-2, 25 euros.

Profession universitaire, ou enseignant-chercheur, soit l’habitant de la Planète des Z’u habitée par de drôles d’énergumènes. L’auteur, qui fut professeur de géographie à l’université de Tours, est connu pour ses travaux sur le Maroc avec, notamment, sa thèse d’Etat monumentale sur les souks ruraux du Maroc. Cette qualité d’enquêteur de terrain, Jean-François Troin l’a exercée sur les habitants de sa planète. A la lecture de ce roman, le « petit monde » de David Lodge vient certes à l’esprit si ce n’est que, dans le livre de Jean-François Troin, le protagoniste principal promène son regard d’entomologiste dans ces différents univers qui façonnent les manières d’être de l’Homo Academicus, soit le campus de Sélant, en France, celui de Slow Coast aux Etats-Unis, et l’université d’Al-Batî’a (La lente) dans un pays arabe non précisé. Ces noms sonnent comme une référence peut-être involontaire au mouvement de Slow Science qui tente de sauver ce qui reste de bénéfique dans le métier de chercheur en proie à la récurrence frénétique des appels à projets, seul moyen de financement. On pourrait aussi penser aux livres iconoclastes de Nigel Barley qui, sous une forme romancée, relate ironiquement les aventures d’ « un anthropologue en déroute » en Afrique. Jean-François Troin ne se contente cependant pas de pointer les travers de la profession d’universitaire sur ces trois sites régis par des traditions si contrastées, il en montre aussi l’abnégation, voire le sacerdoce un peu absurde quand on connaît l’étroitesse de certains enjeux. Son récit du déroulement d’une soutenance de thèse est un morceau d’anthologie criant de vérité, parce qu’il est fictif. Qui n’a jamais saisi ce contraste parfois scandaleux entre les efforts prodigués par le directeur de thèse pour constituer un jury idéal à la mesure du travail acharné de son doctorant et les négligences de certains membres du jury venant juste de parcourir la thèse dans le TGV. Mais, on se doit d’insister, ce livre est un roman, servi par la force incisive d’un récit sans rature, qui transporte le lecteur dans des zones de gravité affective où se mêlent ambitions et désirs. C’est que la Planète des Z’u, sous ses airs parfois débraillés, est un monde fortement hiérarchisé, avec des codes très différents selon que l’on se trouve à Sélante, à Slow Coast ou à Al-Batî’a. Clin d’œil à l’éditeur, ce pavé dans la mare universitaire n’est cependant ni un pamphlet, ni une satire, mais une fiction informée et sensible qui redonne de la chair à un milieu souvent perçu comme sec, aride, ou cérébral, alors que son obsession et sa quête parfois vaine de la reconnaissance semblent isoler cette planète au sein de son système solaire.

 

 

Un roman saoudien sur Jeddah – Les basses oeuvres de Abduh Khal

Alain Gresh a récemment mis en ligne sa préface au roman de Abduh Khal Les basses oeuvres, m’incitant à lire ce roman qui propose une réflexion sur les mutations sociales que connaît l’Arabie Saoudite, à travers une histoire qui se passe à Jeddah, le grand port de la Mer Rouge. Alain Gresh insiste à juste titre dans sa préface sur les mutations spatiales qui touche la ville avec l’arrivée de l’argent du pétrole. Le mode de vie traditionnel, notamment la pêche, disparaît en même temps que la côte est remblayée comme on peut le voir à travers une visite sur Google Earth.

La baie de Jeddah dont les îles et le littoral ont été remblayés. Au centre de la baie, la construction munumentale est sans doute le palais où se déroule une partie du roman.

La baie de Jeddah dont les îles et le littoral ont été remblayés. Au centre de la baie, sur une île aux contours régularisés, la construction monumentale qui a sans doute inspiré le palais où se déroule une partie du roman. Enclavés aujourd’hui entre des autoroutes, on distingue les quartiers anciens au tissu plus dense.

Continuer la lecture

Les mots de l’image – exposition à l’ENS de Lyon

(c) Bernard Plossu

(c) Bernard Plossu

Profitez des derniers jours de l’exposition Les mots de l’image à l’ENS (jusqu’au 21 mars). A un choix de photographies de Bernard Plossu où figurent lettres et/ou mots, répond une série de petits textes du sociologue Jean-Louis Fabiani.

Au delà de la poésie propre qui fait la force des tirages de Plossu, ce qui a attiré ici mon intérêt est la pertinence ciselée des textes de Fabiani, et leur résonance avec mes thèmes de recherche sur la place et l’imaginaire des réseaux techniques dans la ville. Un grand nombre de ces images sont prises dans le flux, et en l’interrompant, donne à voir les infrastructures bien souvent invisibilisées qui régissent notre quotidien.

En réponse à l’image mise en exergue dans l’affiche de l’exposition, Fabiani souligne ainsi la tension entre la grisaille de ce paysage autoroutier et les connotation du mot SUD : « Le mot Sud qualifie plutôt le nouvel espace des styles de vue d’une classe de loisirs venue du « Nord » qu’une communauté de culture ou de climat. Le Sud désigne ici l’effacement progressif des frontières entre le dedant et le dehors de la maison, l’écoute attentive des manifestations du corps, la sociabilité ludique et festive. Tout ça, évidemment, n’est pas tombé du camion ».

En contrepoint d’une photographie toute en lignes de fuite, au centre de laquelle se détache l’inscription « CENTRO LOGISTICO », Fabiani écrit : « L’organisation du monde contemporain dépend entièrement de capacités logistiques: les flux doivent rester tendus et les connexions ne peuvent pas être interrompues. Dans le cas contraire, la crise survient et le désordre gagne. Plossu n’est pas un photographe de la technologie. Il lui arrive pourtant de la saisir lorsqu’elle s’impose à son regard d’observateur urbain. La ville qu’il décrit est faite de réseaux: rails des tramways, perches des trolleybus, remarques des camions et câbles de l’électricité son omniprésents. Ils structurent l’espace. »

Citons encore ce dialogue de Plossu et du sociologue : soit l’image d’un immeuble de grande hauteur, dans la périphérie de Marseille, au toit duquel s’accroche l’inscription en lettres géantes et lumineuses CONFORAMA, le tout vu d’une autoroute (encore) : « L’usage de l’électricité a profondément transformé les conditions de la vie urbaine. Ce qu’on appelle façade électrique des villes a été puissamment associé à la modernité et à sa vie trépidante : the City of lights (Paris) ou the City that never sleeps (New York) illustrent la part croissante prise par la lumière électrique dans la configuration, matérielle et symbolique, de la cité. C’est particulièrement vrai des enseignes et des publicités dont la forme s’est complètement transformée dès qu’elles ont été éclairées par la lumière artificielle. Les lettres ont eu depuis le débat une importance aussi grande que les images. La nouvelle façade des villes est d’abord une surface textuelle. »

Exposition à la galerie La Librairie, ENS de Lyon, site Descartes, jusquau 21 mars 2014.

Le catalogue de l’exposition est en vente à la galerie Le réverbère de Lyon:Plossu B., Fabiani J.-L., 2014, Les mots de l’image, (Les carnets). Crisnée (Belgique)/Lyon, Yellow Now/ENS de Lyon, 128 p.

Dans cette galerie, on peut voir jusqu’au 12 avril une autre exposition de Bernard Plossu : De l’Atlantique à la Méditerranée, du Portugal à la Grèce (le site web propose un magnifique choix de ses photographies illustrant son regard sur les paysages de la modernité).

 

Le Tigre : regards décalés sur l’urbanisme

letigreLe Tigre est une étonnante aventure littéraire et journalistique qui, depuis 2006, sous la houlette de Raphaël Meltz et de Laetitia Bianchi, s’essaie à défendre une autre conception de la presse, sans publicité et utilisant pour sa fabrication des logiciels libres. Éclectique, ouvert sur le monde et curieux, promouvant la création et l’ironie critique, ce magazine représente une bouffée de liberté qui a surmonté plusieurs crises de croissance et menaces contre son existence, renaissant sous des formes chaque fois différentes mais dans la fidélité au projet d’origine. Actuellement, c’est un journal mensuel, en couleur, aux multiples rubriques et aux contributeurs variés. Le Tigre est également éditeur et publie de petits livres à la maquette soignée qui reprennent certains textes du magazine, parus en feuilletons – ou d’autres.

J’en ai lu quelques-uns dont deux ont retenus mon attention par leur regard décalé sur l’urbanisme, la ville et les manières d’habiter aujourd’hui.

Surburbs. Autour du fort d’Aubervilliers, par Raphaël Meltz, Le Tigre, 2012, 96 p.

Il s’agit du récit des déambulations de l’auteur autour du Fort d’Aubervilliers, aujourd’hui déclassé, sont le prétexte d’une exploration de l’histoire de ce secteur urbain, à travers les personnes et les institutions (comme l’armée et ses expérimentations nucléaires, ou encore l’ancienne imprimerie du journal L’illustration) qui en ont occupé les lieux à certains moments ou ont conçu pour eux des projets urbains, architecturaux dont l’auteur traque les vestiges de papier, les témoignages désormais numériques ou les reliques de pierre aux fenêtres brisées. Il décèle comme une histoire maudite de l’aménagement cette zone, montrant ses échecs successifs et ironisant sur les clichés et les compromissions qui jalonnent les discours d’intention visant à insuffler une nouvelle vie dans cette périphérie marginale. Cette dernière est pourtant appropriée par toute une série d’êtres attachants qu’il s’efforce, un peu comme le François Maspéro de Les Voyageurs du Roissy-Express (1990), de rencontrer et de faire parler. Un passage tout-à-fait jouissif et d’une mauvaise fois consommée qu’on peut ne pas trouver si mal placée s’interroge sur les urbanistes, ces êtres qui me sont si chers…: « Est-ce qu’on a confiance en les urbanistes? Est-ce qu’on a vraiment confiance en les urbanistes? Est-ce qu’on pense qu’un jour, un être humain se déclarant urbaniste a fait des choses qui ont vraiment aidé une ville? Je pose la question. Je la pose, d’abord, à vous. » (s’adressant à la Première adjointe au maire d’Aubervilliers, ancienne adjointe à l’urbanisme, p.78). Et l’auteur de souligner avec ironie les mots creux de l’architecture et de l’urbanisme contemporain : « ‘bâtiment durable’ dit une légende, comme s’il existait le concept de bâtiment non durable ».

Surburbs, t.II Le port de Gênes, doit paraître en mai prochain.

Sylvain Prudhomme, La vie dans les arbres suivi de : Sur les bidonvilles, les cabanes, et la construction sauvage, Le Tigre, 2011, 64 p.

Ce livre reprend un très intéressant reportage sur les habitants des cabanes. Dans le département de l’Ariège, dans une épopée silencieuse – plus en tout cas que celle des babacools retournés à la terre dans les Cévennes -, des individus en rupture avec la société s’installent, dans les anciens champs envahis par la forêt, dans des cabanes et autres abris, dont certains sont véritablement des habitations dans les arbres. Leur combat pour faire admettre ce mode de vie n’est pas aisé mais dans une commune au moins, Massat, un maire issu de leur rang les défend. Ils vivent d’agriculture, de vente de produits locaux sur les marchés et en vendant leur bras ici ou là, parfois ailleurs, comme saisonnier. Une expérience de la liberté et un très bon repartage où le journaliste est en empathie avec ses enquêtés.

Le deuxième texte est plus décevant. Il part de l’architecte John Turner et de son engagement en faveur de l’autoconstruction dans les bidonvilles. Il établit des connexions avec les conceptions urbanistiques de Sitte, l’esthétique proustienne ou telle œuvre de Thomas Bernhardt, Corrections. Mais ce faisant, il perd à mon avis de vue la dimension politique et sociale de l’action de Turner – la question de l’autonomie des bidonvillois – et ce qui aurait pu constituer un lien fort avec son premier texte.

L’image manquante dans le cinéma libanais

Ce billet, coécrit avec Chantal Verdeil, est aussi publié sur HMO. Histoire du Monde Arabe et du Moyen-Orient Contemporain à l’INALCO.

Vendredi 23 novembre, dans le cadre du mois du film documentaire, la bibliothèque de la Part-Dieu et l’association Cine(m)assalia proposaient une soirée intitulée L’image manquante, parcours autour du cinéma libanais à travers la projection de trois courts métrages, Trains-trains, Wayn essekeh ? de Rania Stephan (1999, 33 mn), Le Trou/In this house (extraits) de Akram Zaatari (2005, 30 mn), et (Posthume) de Ghassan Salhab (2007, 28 mn). Voilà comment les organisateurs présentaient la soirée :

Il y sera question de l’après-guerre au Liban, de la mémoire, de l’histoire et de la dislocation du récit, de la prolifération des images médiatiques qui accompagne l’épreuve de la guerre et des limites incertaines entre la fiction et la vérité documentaire, laissant place à une recomposition narrative, mixant les images et les sons, poétique, instable, fragile, mais néanmoins vitale.

Le titre de cette séance renvoie, ont expliqué les organisateurs, à “l’absence de père” dans le cinéma libanais au sens de généalogie où les réalisateurs contemporains puissent s’inscrire. En tout cas est-ce le sentiment qu’expriment chacun séparément Akram Zaatari et Ghassan Salhab dans les entretiens avec l’association CinéMassalia livrés en complément de la séance et accessibles sur son site. L’image manquante, c’est aussi celle du train ou des voies que l’on suit en pointillé dans le premier film, celle des protagonistes cachés de l’histoire du trou dans le second, celle enfin des destructions de la guerre de 2006 impossibles à montrer car situées dans les « restricted areas » de la banlieue sud dominée par le Hezbollah. Ce manque suscite chez ces cinéastes libanais des désirs de redécouverte d’un espace longtemps morcelé et en partie inaccessible en raison de la guerre civile puis des occupations israélienne (jusqu’en 2000) et syrienne (jusqu’en 2005).  Mais faire voir ce manque, alors que fait défaut un récit partagé des événements et que les Libanais divergent sur ce que doit être l’avenir de leur pays, renvoie à une forme d’impuissance, qui suscite de la part de ces cinéastes un travail complexe sur les images.

L’image, le territoire, l’histoire

En suivant la voie ferrée Beyrouth-Alep via Rayaq, construite par une entreprise française dans le cadre d’une concession ottomane à la fin du XIXe siècle et abandonnée pendant la guerre civile, Rania Stephan part à la redécouverte du territoire libanais et de son histoire. Au fil du rail, elle fait halte dans les villages qui ponctuaient la ligne, dont les habitants, riverains ou anciens conducteurs, évoquent leurs souvenirs du train, souvent empreints de nostalgie. Cet itinéraire est aussi l’occasion d’un voyage dans le temps à la recherche du mandat français et de l’époque ottomane finissante. Du train, on ne verra que quelques vieux wagons qui regardent le temps passer dans un terrain vague de Beyrouth.

The House

Le Trou évoque une histoire plus récente : la guerre civile, l’occupation israélienne (1978-2000) et le retour des déplacés à travers une lettre cachée par un combattant dans le terrain qu’il occupait pour défendre sa position contre les Israéliens. Ce “résistant” musulman appartient à une organisation de gauche qui se fait fort d’avoir combattu Israël pendant la guerre civile à Ayn al-Mîr (Liban Sud) et non d’autres factions libanaises : quand il a quitté la maison que son groupe occupait, il a enfoui dans le sol une lettre destinée à ses propriétaires pour justifier sa présence et leur faire part de ses efforts pour préserver leurs biens. L’image manquante, c’est celle d’une partie des protagonistes (la famille des réfugiés revenus chez eux, les policiers ou les militaires qui supervisent la fouille) qui refusent d’être filmés alors que l’ancien combattant résistant donne une interview en bonne et due forme. On devine que dans cette région longtemps sous le feu d’Israël, les propriétaires, chrétiens, ne sont revenus qu’à la fin des années 1990 ou au début des années 2000, quelques temps avant le tournage du film (en 2002). Tout en montrant (et en filmant) un ouvrier qui creuse “le trou”, Akram Zaatari met en image la complexité des relations intercommunautaires et une figure originale et positive du combattant résistant à Israël sans appartenir au Hezbollah.

Image de (Posthume)

Point de personnages ni de récit dans (Posthume) (2007) de Ghassan Salhab, le plus hermétique ou le plus poétique des trois films (les avis étaient partagés dans la salle) : la caméra filme les autoroutes urbaines de la banlieue sud pour buter sans cesse sur les “restricted areas” qui empêchent de prendre la mesure des destructions résultant des bombardements israéliens de l’été 2006. De cette guerre, on ne voit que des amas de décombres, déblayés par le va et vient lancinant d’une pelleteuse puis amoncelés dans le long de la mer au sud de Beyrouth/Khaldé. Des gravats dans une banlieue sud étonnamment vide (telle une ville morte), voilà ce qui reste de la “victoire divine” du Hezbollah dont l’hégémonie politique est désormais contestée par une large partie de la population.

Impuissance et complexité des images

Présentés dans le cadre du mois du film documentaire, les trois courts-métrages libanais ont laissé une partie de l’assistance perplexe tant ils s’éloignent du genre documentaire pour se présenter comme des objets artistiques à part entière. Au plan formel, les trois films superposent, juxtaposent, entrelacent des images, tout en combinant de manière diverse images animées et images fixes.

Dans Trains-trains, ces images sont le plus souvent tirées de l’histoire du cinéma américain (Le train sifflera trois fois, 1952) ou libano-égyptien (Saferbalik, 1966, de l’égyptien Henry Barakat, mais écrit par les frères Rahbani et avec Fairuz dans le rôle principal). Le trou juxtapose sur la pellicule deux images en parallèle : celle de la fouille, où seules sont montrées les parties inférieures des corps des protagonistes qui refusent souvent d’être filmés, et l’autre, image fixe, parfois absente, représentant différents documents d’archives jouant un rôle dans l’histoire, alternant avec l’interview du combattant devenu journaliste. Dans (Posthume) l’image ne s’anime que lorsqu’il s’agit de capture d’écrans de journaux télévisés ou lors de quelques rares plans tournés dans la banlieue sud, mais n’en dévoilant que des fragments prétextes et des rues vides pour l’essentiel. Des personnages, filmés en plan fixe devant la mer bleue, semblent regarder le téléspectateur qui se perd dans leurs  yeux fatigués. Et une pelleteuse revient, déblayant sans relâche les décombres d’un immeuble détruit par les bombes israéliennes – décombres qu’on retrouvera déversées dans la mer où elles forment l’un de ces remblais sauvages qui défigurent la côte libanaise.

Aucun souci didactique dans ces trois films, même si le connaisseur du Liban reconnaîtra avec plaisir le train-train de nombreux Libanais (de tous milieux et de toutes régions) dans le premier, observera avec attention la rencontre virtuelle (via la lettre déterrée) entre les ex-réfugiés d’une région et un des combattants qui l’occupait, et se perdra dans une banlieue sud improbable sur les pas de Ghassan Salhab. Courts métrages de recherche où le formalisme et la virtuosité technique du montage des images semblent avoir pour finalité de ne surtout pas chercher à expliquer le Liban mais d’instiller plutôt un sentiment de perplexité et de confusion qui va crescendo au fil des projections. Sans doute cette sélection est-elle représentative non seulement d’une partie du cinéma libanais mais plus largement aussi de celle de la production artistique contemporaine dans ce pays : protéiforme, ingénieuse, extrêmement branchée sur les circuits internationaux, ironique, provocante… et un brin désespérante, à l’image du pays. Pour autant, elle ne la résume pas complètement et l’on pourrait espérer, dans une prochaine session, voir des œuvres plus “documentaires” justement, il y en a aussi, qui donnent la parole aux habitants, font voir le pays et ses transformations sans que leurs auteurs ne se sentent obligés à mettre en scène à travers les images leur pathos.

Certains de ces films et d’autres sur le Liban seront prochainement montrés à Marseille dans le cadre de Marseille Provence 2013. Capitale européenne de la culture.

Akram Zaatari expose ses recherches plastiques, iconographiques et filmiques sous le titre Aujourd’hui à 10 ans à Grenoble au Magasin-CNAC (jusqu’au 6 janvier 2013).

Géographie parallèle, exposition d’une œuvre commune de Marc Jurt et Michel Butor

Suivant l’injonction de Thierry Joliveau sur le site (e)space&fiction, je suis allé aujourd’hui voir l’exposition Géographie parallèle au musée de l’Imprimerie de Lyon (voir le dossier de presse). Y sont exposés cinquante monotypes du graveur et sculpteur suisse Marc Jurt, décédé en 2006, que l’écrivain Michel Butor a titrés et accompagnés de courts textes en prose. Ces estampes prennent pour support des documents cartographiques divers, gravures anciennes, plans de ville, cartes d’état-major et jusqu’à de modernes cartes d’aviation,  qui sont recouverts par des gestes picturaux, découpés,  tamponnés, parfois répliqués comme en miroir – ainsi dans l’affiche de l’exposition, l’œuvre « Papillon rugissant »-, etc. Le texte du Butor prend place en marge ou dans un cartouche, comme un commentaire, mais aussi bien s’insinue au cœur des figures dérivées des cartes. On retrouve ainsi ce mélange intime et consubstantiel du texte et du figuré dont Christian Jacob a montré qu’il est constitutif de la carte qu’il ne faut jamais pas confondre avec une simple image1. Continuer la lecture

Notes _____________________
  1. Jacob C., 1992, L’empire des cartes : approche théorique de la cartographie à travers l’histoire (Bibliothèque Albin Michel de l’histoire, ISSN 1158-6443). Paris, Albin Michel, 537 p. []

Rêves berbères – la vie urbaine selon Fellag

La littérature apporte à mes recherches un supplément d’imaginaire, d’autant plus nécessaire qu’il est difficile d’accéder au vécu des habitants en vivant loin des villes sur lesquelles je travaille. Toutefois, il est rare de trouver des récits qui éclairent directement la perception ou les pratiques liées à ces objets quotidiens que sont les réseaux d’eau, d’électricité ou autres. Cela avait par exemple été le cas dans Balcons et abris de Dalia Fathallah, évoqué dans ce carnet, ou encore Une ville dans la mémoire. Amman de Abdel Rahman Mounif. Mais il s’agit souvent de récit autobiographique, rarement de pures fictions. C’est ce qui m’a fait particulièrement apprécier L’allumeur de rêves berbères de Fellag. (NB : en y réfléchissant, je pense aussi à Taxi de Khaled al Khamissi). Continuer la lecture