Archives de catégorie : géographie

L’Atlas du Liban. Les nouveaux défis en librairie et au Salon du Livre de Beyrouth

30086225300_268d70c4f2_nJ’ai le plaisir d’annoncer la parution aux Presses de l’IFPO de l’Atlas du Liban. Les nouveaux défis, que j’ai co-dirigé avec Ghaleb Faour et avec l’appui du CNRS Liban, co-éditeur. Mouin Hamzé, le secrétaire général de cette institution, a été l’initiateur de ce projet et lui a assuré un indispensable soutien institutionnel et financier. Claire Gillette, cartographe, a joué un rôle irremplaçable dans la coordination technique du projet en plus de ses immenses compétences professionnelles. Continuer la lecture

Les territoires de Marcel Roncayolo ont-ils fait école?

Marcel Roncayolo (dir.), Territoires, Paris : Editions Rue d’Ulm, 2016, 206 p.

Alors que Marcel Roncayolo publie, en collaboration avec Sophie Bertran de Balanda, un nouvel ouvrage [j’en parlerai prochainement à Marseille], plusieurs de ses travaux des années 1980 sont réédités. Après L’Imaginaire de Marseille, l’an dernier, voici Territoires. Ce dernier est en fait le recueil des actes d’un séminaire animé par Marcel Roncayolo de 1981 et 1983, rassemblés à l’époque sous forme multigraphiée et qui avait alors peu  circulé: le SUDOC en identifie six exemplaires seulement dans les bibliothèques universitaires françaises. Il s’agit d’un objet éditorial peu commun, très peu remanié par rapport aux matériaux présentés et discutés en séances. Sa première partie, sous le titre Territoire et territorialité, se compose en fait d’un texte principal de Marcel Roncayolo, intitulé Territoire, et des réactions à ce dernier d’une dizaine de participants. La deuxième partie du recueil réédité, sous le titre de Récits de voyages et perception du territoire. La Provence (XVIIIe-Xxe s.) se compose d’une étude originale de Jean-Claude Chamboredon et Annie Méjean et d’un texte de Daniel Nordmann qui la prolonge. Le recueil est préfacé par Marie-Vic Ozouf-Marinier, qui en fournit une excellente analyse et mise en contexte.

L’édition de ce séminaire répond, selon la préfacière, à l’objectif de porter témoignage pour l’histoire des sciences sociales, d’une étape significative de leur inflexion vers l’espace et du rôle qu’y a joué Roncayolo. Marie-Vic Ozouf-Marinier souligne que ce séminaire ne prétendait pas fonder une « école de pensée ». La plupart des participants, chercheurs confirmés mais pour la plupart encore dans la première partie de leur carrière, gravitaient autour de l’ENS et de l’EHESS (Roncayolo étant alors directeur d’études à l’EHESS et directeur adjoint de l’ENS).  Certes, ce séminaire (et l’article qui en est le prétexte) peuvent être considérés comme un moment justement « séminal ». Mais les inscriptions disciplinaires multiples et les trajectoires ultérieures des participants ne permettent nullement d’identifier à une commune école de pensée, et aucune institutionnalisation ni même série de publications n’a suivie ce moment. Nonobstant, ce débat présente l’intérêt de mettre en valeur – et de réhabiliter – un travail mené aux limites des disciplines, qui accrédite l’idée que dans les sciences sociales commençait à manifester une attention nouvelle au thème de l’espace. Autour du thème du territoire (et à un degré moindre autour de celui du paysage), se donne à voir une convergence, une rencontre interdisciplinaire prudente et nuancée. L’appropriation de la notion de territoire par la géographie française des années 1990-2000 a sans doute éclipsé l’originalité de cet apport resté une rareté de bibliothèqe, tout comme la consécration ulérieure du « spatial turn » (terme dont on attribue souvent la paternité – ou du moins l’esprit – à Edward Soja en 1989 dans Postmodern geographies).

Particulièrement intéressante à relever est la méfiance que les auteurs manifeste à l’égard d’une compréhension normative du territoire, en réaction aux travaux d’Henri Lefebvre ou Michel Foucault. Roncayolo évoque « l’enracinement de nos questions d’urbanisme dans la rationalisme classique, l’utilitarisme et le fonctionnalisme du XVIIIe siècle », et souligne les nouvelles lectures

« des réformateurs sociaux auteurs de Constitution et des architectes. On a reporté sur cette période charnière nos interrogations sur la socialisation, l’alignement social, la normalisation, la « police ». Henri Lefebvre avait rapporté le fonctionnalisme urbain, la décomposition analytique de la ville à l’essor d’une bourgeoisie productiviste. Par ces travaux, l’identité entre contrôle social et contrôle territorial, déjà introduite par les recherches d’anthropologie et de géographie, est posée comme élément majeur d’explication de phénomènes qui vont de l’idéologie hygiéniste aux utopies urbanistiques, du logement social à la définition des « microstructures » dans l’aménagement des lieux de travail ou d’habitat, enfin du traitement de la ville (spécialisation, ségrégation, transparence, repérage) au traitement des petites collectivités (hôpital, clinique, établissements scolaires) [réf. à M. Foucault et al., Les Machines à guérir, aux origines de l’hôpital moderne]. Le regain essentiel de l’intérêt porté aux dispositifs territoriaux et, en particulier, aux dispositifs de « détail » est à mettre au crédit de cet éclairage renouvelé. L’interprétation, en revanche, est « finalisée » peut être à l’excès, établissant une cohésion elle-même contrainte entre des tendances plus ambigües. Un seul exemple : le reproche classique adressée à la ville du XIXe siècle, touchée par l’industrialisation, est d’avoir toléré le plus grand désordre et laissé l’habitat des pauvres à l’abandon ou au libre jeu des propriétaires. C’est l’excès d’ordre et de contraintes « spatiales » que l’on met actuellement en valeur. Ce double regard mérite au moins débat. Le discours idéologique, correctif, « normatif » par nature, n’est pas la seule réalité historique. Le « territoire » est pris entre des discours, des institutions et des intérêts, dont l’accord n’est pas d’emblée assuré ni les effets directement « contrôlées ». (p.48)

Cette citation est typique d’un aspect de la démarche roncayolienne qu’on pourrait qualifier de recherche du contre-pied, refusant les théorisations trop enfermantes et mettant en valeur les petits espaces de jeu entre l’argumentation et les faits (particulièrement dans leur dimension historique). Ce faisant, Roncayolo se distancie des apports de Foucault et Lefebvre, jugés en quelque sorte à côté du sujet. Cette méfiance – sans doute liée aux rapports entre eux à l’ENS (où Roncayolo fut élève en même temps que Foucault) et à l’EHESS (où il fréquenta de près Lefebvre) – éclaire ce qui apparaît rétrospectivement, alors que les deux auteurs ont été canonisés par leur détour américain, comme une rencontre manquée autour d’un virage plus politique de la géographie1.

A l’opposé de ce type d’interprétation, les auteurs font valoir l’importance du culturel et appellent à ne pas sous-estimer l’économique. Ils récusent aussi la réduction du territoire à l’enracinement pour souligner la légitimité de la notion de territorialité pour rendre compte des migrations, du nomadisme ou des fronts pionniers. Une fine réflexion sur les rapports entre territorialité animale et humaine permet de réfléchir sur la circulation des modèles entre l’éthologie et la biographie. La question de la perception, entre mécanisme individuel et construction collective, conduit à une réflexion rare – et où les positions sont d’ailleurs assez variées – sur l’apport de la psychologie pour la géographe et la sociologie. C’est du reste à ce questionnement sur la perception qu’entend contribuer l’analyse des guides de voyage qui constitue la deuxième partie de l’ouvrage.

Malgré ces éléments de réflexion, cette réédition pourra paraître surprenante à plusieurs titres. D’abord, si l’objectif était de palier la médiocre diffusion des actes initiaux, pourquoi ne pas avoir choisi une édition électronique en accès libre? L’ouvrage est diffusé en papier et sous un format PDF payant qui risque de ne pas faire facilement son chemin vers les écrans, d’autant que le statut hybride des textes présentés pourrait susciter des interrogations sur l’apport réel de cette réédition.  En effet, la pièce centrale du recueil, l’article de Roncayolo, écrit pour l’Encyclopedia Einaudi (1981), un texte véritablement séminal, a été ultérieurement intégré au livre La ville et ses territoires, publié en Folio en 1990, réédité à plusieurs reprises et a donc connu une grande circulation. Les réponses qu’il suscite ont quant à elles un caractère éclaté et hétérogène, très inégalement abouti. Si elles donnent à voir la richesse des débats dont le séminaire fut l’occasion, elles n’en demeurent pas moins un matériau en construction et à ce titre un peu frustrant. En somme, ce livre est le témoignage d’un moment de débat plus qu’une référence ayant fait date, au sein d’une œuvre vaste dont les apports irriguent encore la géographie et les sciences sociales.

(Recension soumise à Géocarrefour).

Notes _____________________
  1. Marie-Vic Ozouf-Marinier souligne le décalage entre cette analyse teintée de méfiance et les travaux menés autour de Claude Raffestin, où la référence à Foucault, en particulier, est davantage assumée. []

Le géographe dans sa ville. Présentation du nouveau livre de Marcel Roncayolo et Sophie Bertran de Balanda

ronca-couvJe participerai le 10 septembre prochain au musée de la ville de Marseille à une table ronde organisée par les Editions Parenthèses à l’occasion de la sortie du livre de Marcel Roncayolo et Sophie Bertran de Balanda : Le géographe dans sa ville. De ce dialogue mené sur plus d’une décennie sont issus un texte autobiographique et réflexif sur la manière dont la ville natale (Marseille) a façonné l’expérience et informé la réflexion ultérieure de Marcel Roncayolo, et une série de dessins croqués par Sophie Bertran de Balanda lors de multiples promenades dans le Marseille actuel, dessins que les deux auteurs commentent et qui ont fonctionné comme des madeleines proustiennes pour faire surgir les souvenirs qui structurent le texte de Roncayolo.

affiche roncaLa table ronde aura lieu de 14h30 à 17h30 environ. Elle sera lancée par la projection du film Marcel Roncayolo : interprète de ville de Herta Alvarez-Escudero (2009 – 53 min). Lieu : Musée d’histoire de Marseille, 2  Rue  Henri Barbusse – 13001 Marseille.

Elle s’insère dans un ensemble de manifestations, balades, projections qui durera jusqu’au mois d’octobre.

Brochure du programme et présentation du livre à télécharger.

 

Luttes urbaines autour de l’électricité à Beyrouth

J’ai le plaisir de signaler la parution du livre Energy, Power and Protest on the Urban Grid. Geographies of the Electric City, dirigé par Andres Luque Ayala et Jonathan Silver, chez Routledge. On trouvera l’introduction et la table des matières en ligne sur Academia et voici la quatrième de couverture:

Providing a global overview of experiments around the transformation of cities’ electricity networks and the social struggles associated with this change, this book explores the centrality of electricity infrastructures in the urban configuration of social control, segregation, integration, resource access and poverty alleviation. Through multiple accounts from a range of global cities, this edited collection establishes an agenda that recognises the uneven, and often historical, geographies of urban electricity networks, prompting attempts to re-wire the infrastructure configurations of cities and predicating protest and resistance from residents and social movements alike. Through a robust theoretical engagement with established work around the politics of urban infrastructures, the book frames the transformation of electricity systems in the context of power and resistance across urban life, drawing links between environmental and social forms of sustainability. Such an agenda can provide both insight and inspiration in seeking to build fairer and more sustainable urban futures that bring electricity infrastructures to the fore of academic and policy attention.

Je publie dans ce livre un chapitre intitulé: Beirut, metropolis of darkness and the politics of urban electricity grids. En voici les premiers paragraphes à titre de résumé. Le fichier pour être lu sur ResearchGate, Academia ou Hal (en attente). Continuer la lecture

France-Etats Unis : la métropolisation en question. Une recension

Recension à paraître dans Géocarrefour de : Ghorra-Gobin Cynthia, 2015, La métropolisation en question, Paris, France, Presses universitaires de France, 116 p.

Dans ce petit ouvrage, la géographe et américaniste Cynthia Ghorra-Gobin propose une lecture décentrée de la question de la métropolisation en mettant à profit son regard « multisitué ». Elle postule que le détour américain est de nature à dépasser les controverses franco-françaises, telle que celle soulevée par les travaux de Christophe Guilly sur les fractures entre les métropoles et la France périphérique.

Sa méthode consiste à coupler l’examen des travaux scientifiques sur la question métropolitaine aux USA et en France et celui de sa constitution en enjeu politique. Cela la conduit, dans les deux premiers chapitres qui procèdent à cet examen des cas américain et français d’abord en parallèle, à identifier des convergences académiques malgré les différences de culture et de morphologie urbaine. Aux USA, la métropolisation est d’abord « une subversion économique du territoire » (titre du premier chapitre). On assiste à un renversement des dynamiques spatiales, les inner cities se vidant de leur emplois qui s’implantent dans les périphéries où se développent les désormais bien connues edge cities. Cette évolution appelle, selon de nombreux chercheurs dont Cynthia Ghorra-Gobin met notamment en avant Myron Orfield, « une révolution métropolitaine ». L’Etat fédéral et les Etats fédérés sont appelés à reconnaître le rôle de locomotive économique des métropoles, et pour cela une transformation de la gouvernance est requise, faisant plus de place aux élus locaux, pour répondre à la fois eux enjeux de compétitivité économique et aux enjeux sociaux, très accentués avec la montée des inégalités et du chômage dans les inner cities. En France, la métropolisation est bien identifiée comme processus économique affectant les plus grandes villes dans les années 1990. Elle devient progressivement un enjeu politique, consacré par l’Acte III de la décentralisation qui consacre le statut de métropole en faisant le constat de l’échec ou de l’insuffisance de la loi Chevènement, dont la stratégie de l’intercommunalité a été mise en échec, notamment à Paris.

Le troisième chapitre met en parallèle les critiques portées par les chercheurs sur l’accentuation des inégalités entraînées aux Etats-Unis comme en France par la montée du phénomène métropolitain, et les réponses divergentes qui sont proposées. Aux Etats-Unis, les tentatives de l’Etat fédéral, dès les années 1960, d’organiser le développement métropolitain, en particulier à travers les transports, ont fait long feu notamment en raison de la dynamique de sécession municipale, construite sur une logique de ségrégation socio-ethnique et de captation des financements des services urbains au bénéfice des plus aisés. Ces problèmes suscitent une critique de la théorie du choix public pour les effets pervers que son application au niveau des municipalités a entraînés. En France, et c’est notamment la critique de Guilluy, la consécration politique du fait métropolitain s’effectuerait au détriment de la « souffrance spatiale » (terme que l’auteur reprend à Bruno Latour) des habitants « périphériques ». Mais Cynthia Ghorra-Gobin considère que cette critique manque son objectif en n’accordant pas assez d’attention aux inégalités internes aux agglomérations. Dans la deuxième partie du chapitre 3, elle revendique une approche « normative » et insiste sur le statut de « glocalité » propre aux métropoles, dont elle souligne le caractère inédit. Il s’agit de comprendre la métropole à la fois dans sa relation multi-niveau avec les institutions d’échelle nationale et régionale mais aussi dans ses liens économiques et politiques au-delà de l’espace national. L’enjeu métropolitain consiste donc selon elle à articuler l’enjeu de la solidarité intramétropolitaine et celui de l’insertion dans la mondialisation, à travers un rééchelonnement nécessaire de l’Etat.

Dans le détail, on notera dans la démonstration une plus grande maîtrise des enjeux américains, notamment dans l’analyse des stratégies politiques locales, et une lecture moins fouillée des contradictions françaises. Alors que le rôle de pionnier de la métropolisation de Gérard Collomb, maire de Lyon et président de la métropole de Lyon, est cité, il aurait été intéressant de souligner les limites de sa stratégie métropolitaine, davantage intéressée par les bénéfices politiques immédiats que par les enjeux sociaux. A la suite de ce qui ressemble beaucoup à un Yalta électoral avec le président du Conseil général du Rhône, élu des campagnes rhodaniennes quand Collomb maîtrisait les réseaux politiques du Grand Lyon, la nouvelle institution métropolitaine lyonnaise ressemble à une cote mal taillée (voir entre autres ici et quelques éléments factuels ). Elle laisse de côté des populations pourtant largement métropolisées en termes économiques et de modes de vie, notamment les nouveaux périurbains qui cherchent en lointaine périphérie un foncier moins cher, au risque du piège de la précarité énergétique et de la dépendance automobile. Si le débat avec C. Guilluy est certainement nécessaire, les exemples français mobilisés dans le livre, qu’ils soient lyonnais ou bordelais, ne convainquent pas toujours. Il n’en reste pas moins que ce plaidoyer pour une lecture décentrée n’est pas sans vertu et réussit à apporter un éclairage utile pour une nécessaire prise de recul.

Transition politique et action publique locale : un colloque, un livre, une thèse

Des associations de jeunes fêtent le cinquième anniversaire du 14 janvier 2011, à Mahdia devant le musée de la ville. L'ambiance était très bon enfant. CC by Eric Verdeil.

Des associations de jeunes fêtent le cinquième anniversaire du 14 janvier 2011, à Mahdia devant le musée de la ville. L’ambiance était très bon enfant. CC by Eric Verdeil.

Alors qu’une partie du monde arabe est à feu et à sang, qu’en Tunisie la révolte de la jeunesse sans emploi à Kasserine s’étend vers d’autres villes et fait peser la menace d’une nouvelle révolution, d’autres évolutions, au rythme plus lent, se produisent. Si les élections tunisiennes ont légitimement retenu l’attention, le chantier de la redéfinition de la gouvernance locale avance également, mais selon des temporalités complexes et sans produire encore des résultats visibles. Dans ce billet, je présente plusieurs événements et travaux scientifiques récents qui proposent des éclairages diversifiés mais convergents sur ces thématiques. Continuer la lecture

L’imaginaire de Marseille: comptes rendus

Alors que j’étais tellement déçu du retard de la nouvelle édition de L’Imaginaire de Marseille, de Marcel Roncayolo, que j’ai attendue toute l’année 2013, et que j’ai annoncée à l’avance sur ce blog, j’ai finalement oublié de signaler sa parution effective, il y a maintenant un an. Le livre est librement accessible en ligne sur le site de la Bibliothèque idéale des Sciences sociales, dont le volet Géographie s’est d’ailleurs entretemps enrichi des Principes de géographie humaine de Vidal de la Blache.
Je profite de la parution d’un premier compte rendu (à ma connaissance) pour y consacrer ce billet. Voilà le compte rendu en question. Je posterai les (éventuels) suivants ici aussi.

Douay, Nicolas, ‘Marcel Roncayolo, L’imaginaire de Marseille. Port, ville, pôle’, Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement. 2015

Thibault Bechini, « Marcel Roncayolo, L’imaginaire de Marseille. Port, ville, pôle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 13 janvier 2015.

L’observatoire urbain de Beyrouth, un outil scientifique en question: petit exercice d’égo-histoire

La vidéo de la table ronde de l’IMA le 5 juin 2015, annoncée dans le dernier billet,  est désormais en ligne. Je profite de la rentrée tardive de ce carnet pour proposer aux lecteurs quelques éléments de mon HDR, enfin terminée, où je reviens sur l’histoire de l’observatoire de Beyrouth. L’analyse pourra de ce fait paraître centrée sur ma personne : c’est un effet de syle lié à l’exercice de l’égo-histoire (ou égo-géographie), et il faut donc relativiser ce biais.

La table ronde rassemblait Mercedes Volait, Julien Loiseau, Eric Denis et moi-même, et fut introduite et animée par Vincent Lemire. (Attention le son est un peu faible.) Vincent Lemire commence à m’introduire pour parler de l’observatoire urbain de Beyrouth vers 24’15 ». Puis vers 34′, j’aborde la mise en réseau des observatoires urbains. C’est sur ces points que revient le texte qui suit. L’idée de développer cette histoire vient tardivement en réponse à un billet de Caecilia Pieri dans Les Carnets de l’IFPO en 2012, pour les 20 ans de l’Observatoire de Beyrouth. Continuer la lecture

Dette de lecture : Marges urbaines et néolibéralisme en Méditerranée

En ces derniers instants de suspension temporelle avant la reprise du manège et de son rythme endiablé, je voudrais profiter d’un peu de loisir pour reconnaître quelques dettes intellectuelles et plaisirs de lecture de l’année passée, durant laquelle la tenue de ce carnet de recherche aura été singulièrement moins régulière.

La première de ces lectures est celle de l’ouvrage Marges urbaines et néolibéralisme en Méditerranée, que m’ont amicalement adressé ses auteurs-coordinateurs Nora Semmoud, Bénédicte Florin, Olivier Legros et Florence Troin. Ce livre témoigne du dynamisme retrouvé de l’équipe des géographes et spécialistes des études urbaines de Tours, avec leur focalisation privilégiée sur le Monde arabe. Avec cet ouvrage et les Cahiers d’EMAM, publiés depuis 2009, ils redonnent vigueur à l’héritage de l’équipe d’URBAMA, carrefour d’idées et de recherche entre la France et le Maghreb et plus largement le monde arabe depuis les années 1980. Avec ces publications collectives, il me semble aussi qu’ils renouent avec ce qui avait fait la force de ce laboratoire, c’est-à-dire la construction d’un espace de dialoque et d’échanges entre les deux rives, dans un véritable esprit d’équipe, dont la construction du collectif constitue un véritable projet soutenu dans la durée – ambition qui doit être saluée dans un contexte où les pressions managérialo-universitaires ont plus souvent pour effet, au nom d’improbables convergences et exigences de visibilité, de brouiller l’identité intellectuelle des collectifs de recherche.

Les travaux publiés, désormais en ligne comme une partie de l’héritage des publications d’URBAMA, donne visibilité à l’équipe Monde arabe Méditerranée (EMAM), tout en montrant ses ouvertures et volonté de dialogue par delà la aire culturelle arabe. La présente publication en porte témoignage, s’ouvrant à un ensemble de chercheurs méditerranéens (espagnols et italiens en particulier), du nord comme du sud, de l’est et de l’ouest. De surcroit, par le jeu des références à l’Amérique latine ou à l’Afrique, par la préface accordée par Philippe Gervais Lambony, et par la mise en dialogue avec un certain nombre d’auteurs majeurs de la géographie et des études urbaines anglophones, ce travail fait œuvre d’un désenclavement intellectuel véritablement salutaire qu’il faut saluer et dont il faut espérer la poursuite et l’élargissement.

Ces quelques lignes n’ont pas l’ambition d’être une véritable recension car, je l’avoue piteusement, je n’ai pas lu l’ensemble  des textes proposés. Mais j’ai d’autant plus à coeur de les écrire que les auteurs me font l’honneur et l’amitié de citer quelques-uns de mes écrits et de m’associer ainsi à leur réflexion. Je retiens ainsi plusieurs éléments de ma lecture partielle.

Le premier est le plaisir de trouver, dans l’introduction du volume par Bénédicte Florin et Nora Semmoud, une sorte d’inventaire des principaux travaux d’URBAMA, où donc l’héritage de cet équipe est présenté à travers une récapitulation de ces principaux objets, définis au départ comme des espaces et progressivement conceptualisés de manière transversale, grâce à la construction comme objets scientifiques des notions de politiques urbaines, d’acteurs, et de citadinité. Sur la base de cette relecture, les auteures identifient la la spécificité du moment présent et de leur posture de recherche dans l’articulation de deux dimensions : une intensification du capitalisme mondialisé ou, pour le dire autrement, néolibéral ; et l’évidence des capacités de résistance des habitants et des dominés, que symbolisent les soulèvements populaires de l’année 2011 (mais qui existaient antérieurement et se poursuivent, quoique peut être sous d’autres formes et moins spectaculairement – quant à parler de succès…). Les études présentés peuvent alors être lues à partir de trois axes. Tout d’abord, les transformations urbaines se singularisent avec les grands projets qui introduisent des logiques d’action, déjà abondamment décrites; deuxièmement, ces nouvelles politiques urbaines produisent un ensemble d’effets socio-spatiaux caractérisés par l’accroissement des écarts et des contradictions; troisièmement, les habitants font montre de capacités d’ajustement et de résistance, qui constituent de nouveaux objets pour la recherche.

Les réflexions conclusives d’Olivier Legros constituent un autre passage stimulant de cet ouvrage. Prenant le contrepied d’un certain grégarisme académique qui consisterait à accepter sans précaution les thèses et les idées des tenants de la géographie critique ou radicale (et je ne rentre pas ici dans les détails de ces distinctions : voir plutôt le beau travail mené par M. Morange et Y. Calbérac dans les Carnets de géographes), Olivier Legros questionne la nouveauté des pratiques qu’on regroupe derrière le paradigme du néolibéralisme ainsi que des formes de résistance qu’il suscite. Il évoque aussi les limites de la diffusion de ce modèle d’action dont certains pays restent relativement préservés, et les différences entre Nord et Sud de la Méditerranée. En outre, il rappelle le rôle central de l’Etat dans la mise en œuvre des politiques usuellement regroupées sous ce nom. Enfin, il souligne les incertitudes et les inflexions actuelles qu’on peut observer qui pourraient conduire à penser que le néolibéralisme est aujourd’hui moins flambant qu’on ne pourrait croire, et qu’il serait même en berne. Il appelle donc à un examen minutieux, circonstancié et critique de ces notions, posture où nombre de géographes de tradition francophone se retrouveront, quand bien même le risque pour eux, à trop décortiquer cet outillage conceptuel pour en éprouver la solidité, serait de rater la/les prochaine(s) vague(s) paradigmatique(s) propulsée(s) par la machine académique anglo-américaine et de son moteur à fabriquer frénétiquement de la distinction individuelle…

Il me reste, au terme de ces quelques réflexions, à exprimer l’ombre d’un doute concernant l’intérêt de la notion de marge urbaine telle qu’elle est, ici en particulier, proposée. Refusant une définition spatiale de la marge par une position spécifique dans l’espace urbain (la périphérie), tout autant qu’une définition sociale (par la pauvreté), les auteurs utilisent le sociologue Robert Castel dont la définition de la marginalité revient à insister sur des processus de marginalisation, liés à l’organisation du travail et au système des valeurs dominantes. La dimension de stigmatisation est ainsi mise en avant. La notion de marge est donc avant tout relationnelle, et éminemment contextuelle. Mais, de ce point, un collectif socio-spatial n’est il pas toujours susceptible de devenir la marge d’un autre? Il me semble que la notion perd en spécificité et en intérêt ce qu’elle gagne en flexibilité. Au fond, ce dont traitent les auteurs, c’est bien plutôt de la ville et des sociétés urbaines dans leur ensemble confrontées aux dynamiques spatiales du capitalisme. La notion de marge introduit alors une focalisation ou une réduction de périmètre qui ne paraît guère justifiée. Débat à poursuivre ?