Archives de catégorie : géographie

Transition politique et action publique locale : un colloque, un livre, une thèse

Des associations de jeunes fêtent le cinquième anniversaire du 14 janvier 2011, à Mahdia devant le musée de la ville. L'ambiance était très bon enfant. CC by Eric Verdeil.

Des associations de jeunes fêtent le cinquième anniversaire du 14 janvier 2011, à Mahdia devant le musée de la ville. L’ambiance était très bon enfant. CC by Eric Verdeil.

Alors qu’une partie du monde arabe est à feu et à sang, qu’en Tunisie la révolte de la jeunesse sans emploi à Kasserine s’étend vers d’autres villes et fait peser la menace d’une nouvelle révolution, d’autres évolutions, au rythme plus lent, se produisent. Si les élections tunisiennes ont légitimement retenu l’attention, le chantier de la redéfinition de la gouvernance locale avance également, mais selon des temporalités complexes et sans produire encore des résultats visibles. Dans ce billet, je présente plusieurs événements et travaux scientifiques récents qui proposent des éclairages diversifiés mais convergents sur ces thématiques. Continuer la lecture

L’imaginaire de Marseille: comptes rendus

Alors que j’étais tellement déçu du retard de la nouvelle édition de L’Imaginaire de Marseille, de Marcel Roncayolo, que j’ai attendue toute l’année 2013, et que j’ai annoncée à l’avance sur ce blog, j’ai finalement oublié de signaler sa parution effective, il y a maintenant un an. Le livre est librement accessible en ligne sur le site de la Bibliothèque idéale des Sciences sociales, dont le volet Géographie s’est d’ailleurs entretemps enrichi des Principes de géographie humaine de Vidal de la Blache.
Je profite de la parution d’un premier compte rendu (à ma connaissance) pour y consacrer ce billet. Voilà le compte rendu en question. Je posterai les (éventuels) suivants ici aussi.

Douay, Nicolas, ‘Marcel Roncayolo, L’imaginaire de Marseille. Port, ville, pôle’, Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement. 2015

L’observatoire urbain de Beyrouth, un outil scientifique en question: petit exercice d’égo-histoire

La vidéo de la table ronde de l’IMA le 5 juin 2015, annoncée dans le dernier billet,  est désormais en ligne. Je profite de la rentrée tardive de ce carnet pour proposer aux lecteurs quelques éléments de mon HDR, enfin terminée, où je reviens sur l’histoire de l’observatoire de Beyrouth. L’analyse pourra de ce fait paraître centrée sur ma personne : c’est un effet de syle lié à l’exercice de l’égo-histoire (ou égo-géographie), et il faut donc relativiser ce biais.

La table ronde rassemblait Mercedes Volait, Julien Loiseau, Eric Denis et moi-même, et fut introduite et animée par Vincent Lemire. (Attention le son est un peu faible.) Vincent Lemire commence à m’introduire pour parler de l’observatoire urbain de Beyrouth vers 24’15 ». Puis vers 34′, j’aborde la mise en réseau des observatoires urbains. C’est sur ces points que revient le texte qui suit. L’idée de développer cette histoire vient tardivement en réponse à un billet de Caecilia Pieri dans Les Carnets de l’IFPO en 2012, pour les 20 ans de l’Observatoire de Beyrouth. Continuer la lecture

Dette de lecture : Marges urbaines et néolibéralisme en Méditerranée

En ces derniers instants de suspension temporelle avant la reprise du manège et de son rythme endiablé, je voudrais profiter d’un peu de loisir pour reconnaître quelques dettes intellectuelles et plaisirs de lecture de l’année passée, durant laquelle la tenue de ce carnet de recherche aura été singulièrement moins régulière.

La première de ces lectures est celle de l’ouvrage Marges urbaines et néolibéralisme en Méditerranée, que m’ont amicalement adressé ses auteurs-coordinateurs Nora Semmoud, Bénédicte Florin, Olivier Legros et Florence Troin. Ce livre témoigne du dynamisme retrouvé de l’équipe des géographes et spécialistes des études urbaines de Tours, avec leur focalisation privilégiée sur le Monde arabe. Avec cet ouvrage et les Cahiers d’EMAM, publiés depuis 2009, ils redonnent vigueur à l’héritage de l’équipe d’URBAMA, carrefour d’idées et de recherche entre la France et le Maghreb et plus largement le monde arabe depuis les années 1980. Avec ces publications collectives, il me semble aussi qu’ils renouent avec ce qui avait fait la force de ce laboratoire, c’est-à-dire la construction d’un espace de dialoque et d’échanges entre les deux rives, dans un véritable esprit d’équipe, dont la construction du collectif constitue un véritable projet soutenu dans la durée – ambition qui doit être saluée dans un contexte où les pressions managérialo-universitaires ont plus souvent pour effet, au nom d’improbables convergences et exigences de visibilité, de brouiller l’identité intellectuelle des collectifs de recherche.

Les travaux publiés, désormais en ligne comme une partie de l’héritage des publications d’URBAMA, donne visibilité à l’équipe Monde arabe Méditerranée (EMAM), tout en montrant ses ouvertures et volonté de dialogue par delà la aire culturelle arabe. La présente publication en porte témoignage, s’ouvrant à un ensemble de chercheurs méditerranéens (espagnols et italiens en particulier), du nord comme du sud, de l’est et de l’ouest. De surcroit, par le jeu des références à l’Amérique latine ou à l’Afrique, par la préface accordée par Philippe Gervais Lambony, et par la mise en dialogue avec un certain nombre d’auteurs majeurs de la géographie et des études urbaines anglophones, ce travail fait œuvre d’un désenclavement intellectuel véritablement salutaire qu’il faut saluer et dont il faut espérer la poursuite et l’élargissement.

Ces quelques lignes n’ont pas l’ambition d’être une véritable recension car, je l’avoue piteusement, je n’ai pas lu l’ensemble  des textes proposés. Mais j’ai d’autant plus à coeur de les écrire que les auteurs me font l’honneur et l’amitié de citer quelques-uns de mes écrits et de m’associer ainsi à leur réflexion. Je retiens ainsi plusieurs éléments de ma lecture partielle.

Le premier est le plaisir de trouver, dans l’introduction du volume par Bénédicte Florin et Nora Semmoud, une sorte d’inventaire des principaux travaux d’URBAMA, où donc l’héritage de cet équipe est présenté à travers une récapitulation de ces principaux objets, définis au départ comme des espaces et progressivement conceptualisés de manière transversale, grâce à la construction comme objets scientifiques des notions de politiques urbaines, d’acteurs, et de citadinité. Sur la base de cette relecture, les auteures identifient la la spécificité du moment présent et de leur posture de recherche dans l’articulation de deux dimensions : une intensification du capitalisme mondialisé ou, pour le dire autrement, néolibéral ; et l’évidence des capacités de résistance des habitants et des dominés, que symbolisent les soulèvements populaires de l’année 2011 (mais qui existaient antérieurement et se poursuivent, quoique peut être sous d’autres formes et moins spectaculairement – quant à parler de succès…). Les études présentés peuvent alors être lues à partir de trois axes. Tout d’abord, les transformations urbaines se singularisent avec les grands projets qui introduisent des logiques d’action, déjà abondamment décrites; deuxièmement, ces nouvelles politiques urbaines produisent un ensemble d’effets socio-spatiaux caractérisés par l’accroissement des écarts et des contradictions; troisièmement, les habitants font montre de capacités d’ajustement et de résistance, qui constituent de nouveaux objets pour la recherche.

Les réflexions conclusives d’Olivier Legros constituent un autre passage stimulant de cet ouvrage. Prenant le contrepied d’un certain grégarisme académique qui consisterait à accepter sans précaution les thèses et les idées des tenants de la géographie critique ou radicale (et je ne rentre pas ici dans les détails de ces distinctions : voir plutôt le beau travail mené par M. Morange et Y. Calbérac dans les Carnets de géographes), Olivier Legros questionne la nouveauté des pratiques qu’on regroupe derrière le paradigme du néolibéralisme ainsi que des formes de résistance qu’il suscite. Il évoque aussi les limites de la diffusion de ce modèle d’action dont certains pays restent relativement préservés, et les différences entre Nord et Sud de la Méditerranée. En outre, il rappelle le rôle central de l’Etat dans la mise en œuvre des politiques usuellement regroupées sous ce nom. Enfin, il souligne les incertitudes et les inflexions actuelles qu’on peut observer qui pourraient conduire à penser que le néolibéralisme est aujourd’hui moins flambant qu’on ne pourrait croire, et qu’il serait même en berne. Il appelle donc à un examen minutieux, circonstancié et critique de ces notions, posture où nombre de géographes de tradition francophone se retrouveront, quand bien même le risque pour eux, à trop décortiquer cet outillage conceptuel pour en éprouver la solidité, serait de rater la/les prochaine(s) vague(s) paradigmatique(s) propulsée(s) par la machine académique anglo-américaine et de son moteur à fabriquer frénétiquement de la distinction individuelle…

Il me reste, au terme de ces quelques réflexions, à exprimer l’ombre d’un doute concernant l’intérêt de la notion de marge urbaine telle qu’elle est, ici en particulier, proposée. Refusant une définition spatiale de la marge par une position spécifique dans l’espace urbain (la périphérie), tout autant qu’une définition sociale (par la pauvreté), les auteurs utilisent le sociologue Robert Castel dont la définition de la marginalité revient à insister sur des processus de marginalisation, liés à l’organisation du travail et au système des valeurs dominantes. La dimension de stigmatisation est ainsi mise en avant. La notion de marge est donc avant tout relationnelle, et éminemment contextuelle. Mais, de ce point, un collectif socio-spatial n’est il pas toujours susceptible de devenir la marge d’un autre? Il me semble que la notion perd en spécificité et en intérêt ce qu’elle gagne en flexibilité. Au fond, ce dont traitent les auteurs, c’est bien plutôt de la ville et des sociétés urbaines dans leur ensemble confrontées aux dynamiques spatiales du capitalisme. La notion de marge introduit alors une focalisation ou une réduction de périmètre qui ne paraît guère justifiée. Débat à poursuivre ?

Ma lecture de l’Atlas des Etats du Golfe

J’ai le plaisir de signaler la parution sur Jadaliyya Cities de mon compte rendu de Philippe Cadène and Brigitte Dumortier, Atlas of the Gulf States. Leiden: Brill, 2013. Cet ouvrage était paru en français en 2011, comme je l’avais alors signalé. Mon séjour d’enseignement à Abu Dhabi, en septembre, m’avait permis de me faire une petite idée de cette région. Cet ouvrage permet évidemment d’aller beaucoup plus loin. Dans ce compte rendu destiné à un public anglophone, j’explique certains des trucs de conception d’un tel atlas, si typiquement français. Sur un ouvrage concurrent, mais franchement mauvais, on lira aussi ce billet.

Mapping as a French Academic Tradition and its Critics

It seems that English-speaking geographers and urbanists publish many fewer atlases, and draw fewer maps, than their French and—at least until recently—German counterparts. In France, there has been a frenzy of publishing atlases of everything and everywhere since the 1990s. What was first, at the advent of digital cartography, limited to academia, soon became a larger movement covering many topics and countries or regions of the world. The academic tradition of regional geography contributed to the launching of scientific books illustrated by various digitally processed cartograms and other varied infographics. The series « Dynamiques du territoire, » which geographer Roger Brunet launched in the 1990s, was pioneering in this perspective, with more than twenty-five books. But soon, other publishers followed a similar path, which soon transformed into an editorial highway. This is particularly the case with the publisher Autrement, which has also translated and/or adapted historical atlases initially written in English. With less than a hundred pages, these books, intended for the general public, have transformed the genre, pushing colored and attractive images and illustrations at the expense of text, limited to short notes. They offer interesting introductions to many subjects and areas, particularly those associated with current geopolitical issues such as Atlas de l’Islam dans le monde or Atlas mondial de l’eau.

Using a more demanding approach, the team of Le Monde Diplomatique and its famous cartographer, Phillippe Rekacewicz, have introduced a series of critical atlases, dealing with globalization, global conflicts, and environmental issues. In so doing, they are subverting the usual canons of mapping, often viewed by its critics as a tool in the hands of (military) powers, rather than an instrument of revolt and awareness. The former is probably the reason that, since the cultural and post-colonial turn of the 1990s, English-speaking academics seem to be wary of such intellectual products, seeing them as instruments of domination that utilize oversimplified—if not altogether flawed—categories intended to impose facts on the ground that in reality do not exist. Indeed, most governmental statistical data contribute to the legitimation of borders that often continue to be irrelevant.

Lire la suite

Jérusalem. Bâtir deux villes en une

Couv-Salenson-Jérusalem-bâtir-deux-villes-en-uneIrène Salenson vient de publier  Jérusalem. Bâtir deux villes en une aux éditions de l’Aube-Bibliothèque des territoires. J’avais eu le plaisir de participer à la soutenance de la monumentale thèse qui est à l’origine de ce livre. Irène m’a fait l’honneur de me demander d’en écrire la préface, que je reproduis ici.

*

*   *

Jérusalem incarne par excellence la coexistence difficile des grandes trois religions monothéistes et leurs affirmations superposées et concurrentes sur un même espace. Mais elle est aussi un désespérant symbole du conflit israélo-palestinien et de ses impasses meurtrières. La ville est revendiquée par Israël comme sa capitale, au mépris du droit international qui condamne l’annexion de Jérusalem-Est. Al Quds est également la capitale dont les Palestiniens rêvent pour leur futur Etat. Depuis le début des années 2000, le mur de séparation et l’accélération de la colonisation à Jérusalem-Est comme en Cisjordanie illustrent les dimensions schizophrènes du projet israélien cherchant à étendre et à consolider le territoire annexé tout en refusant le contact avec les Palestiniens.

Sur un tel sujet, où les écrits antagonistes ne manquent pas, il est difficile de poser un regard équilibré qui sans faire nécessairement droit à des revendications contradictoires et passionnelles, cherche du moins à les examiner avec distance critique. C’est cet objectif immensément ambitieux que s’est donné Irène Salenson. Il lui vaudra nécessairement quelques volées de bois vert. Ce petit livre courageux synthétise une thèse très dense, soutenue en 2007 au terme d’un travail de terrain long et méticuleux, et actualisée ici sur certains points. L’auteure fréquente Jérusalem depuis quinze ans. Elle parle l’hébreu, comprend l’arabe, a travaillé dans divers organismes publics israéliens d’aménagement, des structures officielles palestiniennes en charge de projets urbains, avec des ONG arabes et israéliennes, en contact avec des habitants israéliens et palestiniens. S’il est toujours vain, comme elle l’indique, de revendiquer une quelconque « neutralité » et si d’ailleurs sa subjectivité d’urbaniste et d’observatrice engagée affleure dans ce livre, du moins dispose-t-elle comme peu de personnes du recul et de la connaissance nécessaires pour délivrer une analyse dépassionnée des politiques et stratégies urbaines qui se déploient dans cette ville et qui la façonnent.

Si la ville attire quantité de géopolitologues obsédés par les dimensions ethniques et religieuses du conflit, il est beaucoup plus rare de lire cette lutte pour l’espace à partir de cette grille d’analyse plus technocratique en apparence. Elle se révèle pourtant à l’usage très heuristique pour à la fois et approfondir la compréhension des mécanismes à l’œuvre sur le terrain et dépasser certains clichés. Irène Salenson a bénéficié, durant son parcours, de la bourse Michel Seurat, octroyée chaque année par le CNRS à de jeunes chercheurs qui enquêtent sur des terrains du Moyen Orient en souvenir de l’œuvre de ce sociologue mort en captivité pendant la guerre du Liban. Seurat est notamment connu pour ses travaux sur les politiques urbaines au Proche Orient. Il y mettait en garde contre la pensée urbanistique et aménageuse, porteuse d’un risque de réification de l’urbain dans sa matérialité technique, « à l’aune du kilomètre de trottoir », écrivait-il. Le risque, pour lui, était de perdre de vue la réalité des pouvoirs et la dynamique des mobilisations sociales qui s’y inscrivent et qui font de la ville l’enjeu même des luttes. Dans cet ouvrage, Irène Salenson ne tombe pas dans cette ornière même si elle étudie très sérieusement les instruments et les justifications des urbanistes qu’elle a longuement côtoyés et interrogés – mais aussi les visions et revendications des ONG et des habitants – palestiniens et israéliens – qui les contestent, les négocient, ou y résistent.

L’un de ses apports est de montrer à la fois la réalité du rapport de force très défavorable aux Palestiniens mais aussi un ensemble d’autres déterminations et controverses secondaires, parfois orthogonales à cette ligne d’analyse majeure. Ainsi cette lecture urbanistique renvoie-t-elle à des enjeux rarement présentés dans le cas de Jérusalem, qui rapprochent la situation de cette ville d’autres métropoles. La mise en évidence du manque d’attractivité, sur le plan démographique, de la métropole de l’intérieur par rapport à sa concurrente Tel Aviv, fait partie de ces éléments méconnus, qui justifient certaines actions d’aménagement.

A un autre niveau, l’ouvrage retrouve également, dans ce contexte si particulier, les impasses d’un mode d’action publique naguère paré des vertus de la modernité et de la rationalité et aujourd’hui contesté pour son caractère hiérarchique et autoritaire, et critiqué pour les effets pervers qu’il génère sur le plan social et politique. La planification urbaine yérosalémitaine, puisque c’est de cela qu’il s’agit, et ses schémas directeurs, sont pris en défaut à la fois face aux revendications et critiques venant de la société civile israélienne – et sans doute aussi de pratiques spéculatives qui auraient pu être davantage éclairées dans l’ouvrage – et face aux besoins ignorés et niés des habitants palestiniens de la ville. De sorte que, comme dans de nombreux autres contextes, cet urbanisme officiel est pris de court, controversé et contourné par de multiples pratiques. Les unes, militaires et de type colonial, visent à étendre et à renforcer l’assise territoriale israélienne et enrôlent les instruments urbanistiques à leur service – en dehors d’une planification approuvée. Les autres relèvent de la dignité du fait accompli face au déni et à l’oubli, ou encore de microstratégies de résistance – parfois conçues et mises en œuvre par l’association d’habitants palestiniens et de professionnels israéliens.

Au total, le livre révèle une multiplicité de formes de mobilisations et d’interactions qui, dans le cadre d’un rapport de force – de plus en plus ? – déséquilibré, illustrent néanmoins l’existence et la conquête de marges d’action alternatives, autonomes ou semi-autonomes. A cet égard, le livre n’apporte pas seulement une connaissance plus fine des formes de production de la ville à Jérusalem, il illustre bien, plus largement, certaines des inflexions majeures de l’urbanisme contemporain, notamment en situation asymétrique. Irène Salenson, en urbaniste critique et engagée, offre ainsi aux professionnels de l’aménagement urbain des éléments pour repenser leurs pratiques en lien avec les habitants et les ONG – qu’on pense aux bidonvilles des villes émergentes ou aux Roms en France.

Alors que l’avenir de Jérusalem et de l’ensemble Israël/Territoires palestiniens est essentiellement envisagé à travers le prisme de la géopolitique, la prise en compte de ces pratiques et fabriques territoriales fines est essentielle. Car ces expériences, pour ténues, fragiles et limitées qu’elles soient, inscrivent modestement sur le terrain d’autres modalités possibles de coexistence ou du moins d’interactions, qui compteront dans le futur peut être plus qu’on n’ose l’espérer en regardant les choses d’en haut.

 

Entretien avec Marcel Roncayolo sur les grands événements culturels

En attendant la parution désormais imminente de L’Imaginaire de Marseille de Marcel Roncayolo sur la BI2S, j’ai le plaisir de signaler la parution en ligne d’un entretien que le géographe de Marseille avait accordé en mars 2013, à Boris Grésillon et moi-même, à son domicile marseillais. Il s’inscrit dans le dossier « Faire durer l’événement« , coordonné par Pascale Froment et Boris Grésillon pour la revue Rives méditerranéennes.

L’entretien n’est actuellement disponible en ligne que pour les abonnés à Cairn ou les acheteurs (elle sera en Open Access en janvier 2018). Je me permets donc d’en extraire le fragment suivant où, après une discussion très critique sur les réalisations de Marseille 2013, il revient sur l’enjeu métropolitain dans son rapport à l’événement culturel.

EV : Mais pour revenir à une période plus récente, peut-on dire que le meilleur usage possible que l’on pourrait faire de Marseille Provence capitale européenne de la culture serait d’en faire un accélérateur de métropole ?

M. Roncayolo : D’abord il faudrait concevoir la métropole non plus comme un espace organisé à la façon d’un territoire simplement plus grand que la ville avec ses banlieues, ce qui est la définition initiale de l’aire métropolitaine américaine. Il faut voir la métropole comme quelque chose qui anime un espace à géométrie variable et qui ne s’inscrit pas ou de moins en moins – avec les moyens de communication actuels – dans un territoire préalablement délimité. La notion même de métropole au sens de métropole régionale c’est-à-dire la capitale d’un espace lui-même limité, perd en partie de sa cohérence. D’autre part, le concept de métropole régionale n’est pas à mon avis dans l’ADN marseillais. Cet ADN est plutôt en relation, via la mer, la Méditerranée, et la terre, avec des pays relativement lointains qu’avec des pays frontaliers, et il exerce moins des influences directrices que le rôle d’un élément de liaison. Marseille, c’est avant tout un lieu d’échanges, un lieu de rencontre, un lieu à la fois de convergence et de dispersion. C’est ça qui est important parce qu’elle a d’un côté la Méditerranée et de l’autre le continent. Autrement dit, il faut penser « anti-régionalement » et à mon avis, la grande liaison qui est nécessaire, c’est avec Lyon. Il faut une politique commune à Lyon et à Marseille, beaucoup plus qu’une politique qui serait une politique d’organisation de tout l’espace qui se situe entre la région lyonnaise et la région marseillaise. Dans le même élan, on pourrait aussi créer des liens avec Montpellier.

En résumé, je crois que l’ADN de Marseille est d’être un point d’articulation beaucoup plus qu’une métropole. Elle n’est pas capitale pour un tas de raisons. Elle n’a pas la société d’une capitale car une société de capitale, ça se forge et s’accumule dans le temps. Mais elle reste un admirable point d’articulation et de porosité possible.

EV : Du coup, quelle lecture faites-vous du projet de Métropole marseillaise porté par l’Etat actuellement ?

M. Roncayolo : On ne peut pas faire une politique qui s’enferme dans les moyens – qui sont d’ailleurs faibles – de Marseille. Marseille, d’un point de vue fiscal, est un vide par rapport aux villes de sa périphérie, Aix, Istres ou Martigues. Martigues a beaucoup plus de revenus par habitant que Marseille. Mais les communes de banlieue ne veulent pas entendre parler d’alliance, a fortiori de fusion, avec Marseille ! Plutôt qu’une Métropole institutionnelle, imposée d’en haut et figée dans des limites administratives intangibles, ce sont des territoires et des alliances par rapport à chaque projet qu’il faut constituer. Une sorte de métropole par projet (même si c’est un peu utopique), comme on a inventé un urbanisme par projet en réaction à l’urbanisme planificateur.

La géographie des fractures sociales françaises en débat

guilluylibé-uneLa géographie à la une de Libé, ce matin! Boire son café en se délectant d’un débat autour des notions de France périphérique, de politique de la ville, de mixité urbaine, lire les points de vue de ses collègues de labo… On se dit que le métier qu’on fait parce que les locaux sont (encore) chauffés et éclairés a quand même un peu d’utilité…

Une polémique idéologique et/ou corporatiste?

Le journal de Laurent Joffrin se targue d’avoir lancé médiatiquement Christophe Guilly, dès 2001, et d’avoir relayé ses analyses dans le contexte de la campagne électorale de 2012 où elles ont été appropriées sur divers bords de l’échiquier politique. A vrai dire, cela fait quelques années que les thèses iconoclastes du géographe non-universitaire Christophe Guilluy suscitent réactions et critiques dans le landerneau académique. Libé titre « La gauche a-t-elle perdu la France populaire? ». Mais la manière dont le journal met en scène ce débat conduit à se demander si les porteurs d’œillères ne sont pas, tout autant que le Parti socialiste (pour qui la cause est entendue), la caste universitaire. Quitte à ce que leurs critiques apparaissent de nature un peu corporatiste. Ou en tout cas idéologique : et c’est l’argument de C. Guilluy pour refuser un débat avec ses détracteurs, renvoyés à leurs « chapelles » et leur « hyperspécialité ». L’épouvantail, ici, ce sont notamment les géographes Cécile Gintrac et Sarah Mekdjian, qui dans une recension récente ont sorti la grosse artillerie pour démonter les catégories d’analyse de Guilluy – une recension avant tout d’ordre théorique, portant sur les catégories utilisées, accusées d’ethniciser le « peuple ». Pourtant, c’est aussi sur des éléments factuels et empiriques que porte la critique, notamment celle de Violaine Girard et de Jean Rivière, qui relèvent des imprécisions voire des contresens dans l’analyse du déclin de certains bassins d’emploi périphériques; ou encore lorqu’Eric Charmes rappelle l’existence de zones de grande pauvreté en ville. L’enjeu semble en fait moins être l’identification des zones de fractures économiques que la caractérisation du sentiment de relégation dont sont victimes certaines catégories sociales en stagnation sociale voire en déclassement. Et sa traduction politique.

Sur tout ces points, il convient donc de lire plus en détail le dossier récent d’Espaces et sociétés, avec des prises de position plus nuancées et variées que ce que la présentation de Libé tend à faire accroire, notamment sur la prise en compte de la question raciale. Et une critique assez radicale aussi de l’obsession égalitaire de la politique de la ville, qui essentialise toute différence sociale en handicap, par Philippe Estèbe. Pour ceux qui se heurteraient à la barrière électronique – une métaphore qui vient hélas prendre le relais de celle de la tour d’ivoire des universitaires, et devrait plus que jamais nous pousser à utiliser l’open access – on recommandera les débats organisés par la revue en ligne librement accessible Métropolitiques, notamment les travaux de Violaine Girard, Jean Rivière, et plus largement les différentes contributions prenant position par rapport à C. Guilluy.

Guilluy et ses partisans

Pour dépasser l’opposition idéologico-corporatiste mise en scène avec quelque exagération par Libé, il me paraît également nécessaire de pointer que les thèses de Guilluy trouvent aussi des relais dans le champ universitaire, auprès de chercheurs de renom. Ces derniers partagent avec lui, me semble-t-il, un souci pour transposer leurs analyses dans le domaine de l’action politique par l’expertise auprès des élus et des administrations – sans connaître les activités des critiques de Guilluy, je fais l’hypothèse que c’est une ligne de lecture dans ces prises de position antagonistes.

C’est en premier lieu le cas de Laurent Davezies, avec ses recherches sur la fracture territoriale en France et la crise qui vient. Cécile Gintrac et Sarah Mekdjian associent d’ailleurs largement celui-ci à Guilluy dans leur critique au vitriol des thèses de ce dernier. On peut à vrai dire estimer que l’originalité de ses travaux sur la (non-)circulation de la richesse entre les régions ne peut que difficilement déboucher sur des conclusions sociologiques fines – il y a là un saut d’échelle peut être hasardeux.

Un autre chercheur a défendu, pratiquement au même moment que la parution de l’Atlas des nouvelles fractures sociales en France, de Christophe Guilluy, mais avec une approche théorique très différente, une position similaire sur le biais social des politiques de la ville concentrées en fait sur les banlieues des métropoles. Il s’agit de Dominique Lorrain, dans un article de la Revue française de sciences politiques, en 2006, sur la dérive des instruments. L’un des intérêts de l’article est de prendre comme exemple le cas de Verdun et d’autres villes lorraines, qui sont justement citées, dans le dossier de Libé, par Jean Rivière et Violaire Girard ainsi que par Michel Kokoreff.  Il serait intéressant de demander à des chercheurs comme Davezies et Lorrain, et pas seulement à ses détracteurs plus radicaux, de lire le dernier ouvrage de Guilluy. Si ce n’est dans Libé, dans Métropolitiques ou un autre média en ligne.

 

 

Du béton dans le souffle chaud du désert

La Sorbonne d'Abu Dhabi

La Sorbonne d’Abu Dhabi

J’ai passé quelques jours à Abu Dhabi, comme professeur invité au master of Urban Planning à Paris Sorbonne University at Abu Dhabi (PSUAD), ce « pont entre les civilisations ». De fait, ma classe présentait une belle diversité (une majorité d’Emiriennes et d’Emiriens, mais aussi des Indiens, un Ukrainien, un Koweitien, un Syrien et une Libanaise) et nous avons notamment réfléchi sur la notion de cosmopolitisme…

J’ai profité de quelques heures libres pour mettre en pratique les conseils de mes collègues d’une autre antenne d’une prestigieuse université occidentale, en l’occurrence New York University in Abu Dhabi, et notamment Pascal Menoret, sur le site FIND où l’on trouve une stimulante introduction à l’histoire récente de l’architecture à Abu Dhabi: quitter l’air conditionné, défier l’air brulant (42°C dans une impressionnante humidité) et arpenter cette ville dont j’avais déjà parcouru certaines parties en 2008, à la recherche de ses perles architecturales – dont certaines déjà menacées de démolition et de remplacement -, de ses ambiances, pour se laisser surprendre.

Voilà quelques photos représentatives d’une ville à l’urbanisme spectaculaire, en constant renouvellement et en pleine extension. Par contre, dans ce court laps de temps et sous cette canicule, je n’ai pas vu beaucoup d’habitants. Mes principaux interlocuteurs ont été des chauffeurs de taxis (indien, pakistanais, népalais) qui m’ont un peu parlé de leurs vies suspendues entre leur voiture climatisée, leurs logements à 35 km du centre-ville, et une famille lointaine retrouvée quelques semaines par an et encore…

Un centre-ville orthogonal, vertical, aux larges avenues, mais en constant renouvellement

Un urbanisme vertical et fondé sur l'automobile

Un urbanisme vertical et fondé sur l’automobile

La corniche du front de mer, avec sa vaste promenade fleurie - déserte à cette heure

La corniche du front de mer, avec sa vaste promenade fleurie – déserte à cette heure

A l'intérieur des ilots, des typologies architecturales complexes témoins de générations successives de construction. Le renouvellement a commencé, comme l'indique une grue à l'arrière plan.

A l’intérieur des ilots, des typologies architecturales complexes témoins de générations successives de construction. Le renouvellement a commencé, comme l’indique une grue à l’arrière plan.

Le world trade center, récemment ouvert, remplace un ancien marché très fréquenté des années 1970. La nouvelle construction comprend un énorme mall et un souk, très kitch, et qui peinent encore semble-t-il à trouver leur clientèle.

Le world trade center, récemment ouvert, remplace un ancien marché très fréquenté des années 1970. La nouvelle construction comprend un énorme mall et un souk, très kitch, et qui peinent encore semble-t-il à trouver leur clientèle.

Abu Dhabi Mall, autre gigantesque centre commercial

Abu Dhabi Mall, autre gigantesque centre commercial

 Les extensions urbaines

Sur l'autoroute, en longeant les banlieues résidentielles, vastes lotissements (souvent fermés) de villas.

Sur l’autoroute, en longeant les banlieues résidentielles, vastes lotissements (souvent fermés) de villas.

Masdar City, à 25 km du centre-ville, écoville modèle. Largement alimentée par les énergies renouvealbles (les panneaux photovoltaïques), attentive aux économies d'énergie (isolation) et cherchant à créer un climat urbain plus supportable (ombres, espaces verts, tour à vent pour rafraichir l'atmosphère, ailleurs aussi des jeux d'eau)

Masdar City, à 25 km du centre-ville, écoville modèle. Largement alimentée par les énergies renouvelables (les panneaux photovoltaïques), attentive aux économies d’énergie (isolation) et cherchant à créer un climat urbain plus supportable (ombres, espaces verts, tour à vent pour rafraichir l’atmosphère, ailleurs aussi des jeux d’eau).

Mais le projet, qui peine à trouver son modèle économique et est encore balbitiant, se limite à un ilot hébergeant un institut universitaire consacré aux énergies renouvelables, et apris beaucoup de retard par rapport aux ambitions affichées. A l'horizon on devine un champ de panneaux solaires, et on voit surtout la poussière des lots à bâtir...

Mais le projet, qui peine à trouver son modèle économique et est encore balbutiant, se limite à un ilot hébergeant un institut universitaire consacré aux énergies renouvelables, et a pris beaucoup de retard par rapport aux ambitions affichées. A l’horizon on devine un champ de panneaux solaires, et on voit surtout la poussière des lots à bâtir…

On se déplace en sous-sol, grâce à cette petite voiture électrique (Personal vehicule transit), commandé automatiquement. Mais pour l'instant, on ne peut accéder à Masdar qu'en voiture. A terme, il est prévu de construire un métro, comme à Dubai où il paraît que cela fonctionne très bien.

On se déplace en sous-sol, grâce à cette petite voiture électrique (Personal vehicule transit), commandé automatiquement. Mais pour l’instant, on ne peut accéder à Masdar qu’en voiture. A terme, il est prévu de construire un métro, comme à Dubai où il paraît que cela fonctionne très bien.

Abu Dhabi colonise aussi les iles qui l'entourent. Face aux grands hôtels qui ont les pieds dans l'eau, une nouvelle promenade aménagée sur Reem Island.

Abu Dhabi colonise aussi les iles qui l’entourent. Face aux grands hôtels qui ont les pieds dans l’eau, une nouvelle promenade aménagée sur Reem Island.

Sur dalle, d'immenses immeubles consacrés aux affaires ou dévolus à un hôpital commencent à occuper Reem Island.

Sur dalle, d’immenses immeubles consacrés aux affaires ou dévolus à un hôpital commencent à occuper Reem Island.

Un urbanisme hors-sol tendu vers l'avenir...

Un urbanisme hors-sol tendu vers l’avenir…

 Quelques références pour aller plus loin

Cadène, P. & Dumortier, B., 2011. Atlas des pays du Golfe, Paris, France: PUPS : RFI.

Elsheshtawy Y., 2008, Cities of Sand and Fog: Abu Dhabi’s Arrival on the Global Scene, in Elsheshtawy Y. (éd.), Evolving Arab city: tradition, modernity and urban development, London, Routledge,

Menoret P., 2014, Introduction to The Abu Dhabi Guide: Modern Architecture, 1950s-1990s