Archives de catégorie : géographie

Soutenance de thèse: Pierre Desvaux, L’arraisonnement des milieux urbains. Analyse des flux cataboliques au Caire (Égypte) et à Lyon (France)

Pierre Desvaux (publications via Hal), dont j’ai eu le plaisir d’encadrer la recherche doctorale avec Myriam Houssay-Holzschuch, soutiendra sa thèse le jeudi 14 décembre à Grenoble.

Résumé : Cette thèse propose une approche qualitative du métabolisme urbain à partir du cas des flux de déchets au Caire (Égypte) et à Lyon (France). Il s’agit de dépasser l’impossibilité présumée de la comparaison de cas d’études a priori très éloignés (selon un axe Nord/Sud) en proposant une grille de lecture centrée sur la multiplicité des infrastructures sociales et techniques permettant la circulation et la transformation de ces matières. Elle se penche plus particulièrement sur les flux dits cataboliques permettant de décrire l’ensemble des étapes de transformations et de circulation de la matière permettant la « mort sociale des objets » entendue comme une protection hygiénique et critique à l’égard de leur dangerosité. L’analyse du déploiement des flux cataboliques à travers les milieux urbains permet ainsi de mettre en avant les formes prises par le contrôle de ces flux. Cette formalisation est ici présentée comme un arraisonnement du milieu, pensé comme une mise en ordre des milieux par des pratiques hétérogènes de codage et de surcodage. Ces notions permettent d’identifier un modèle d’urbanisation occidental pensé comme une mise en ingénierie des milieux urbains (ingénierie mésologique). Cette grille de lecture se conçoit comme un « troisième terme » permettant de faire dialoguer des cas d’étude souvent considérés incommensurables en raison d’une approche tératologique des modèles de développement urbain du Sud. Cette approche est marquée par une volonté de justice épistémologique entrant dans le cadre de la refondation postcoloniale des études urbaines et par la volonté de participer au développement de ce que Souleymane Bachir Diagne nomme un « universalisme de traduction ». À partir de ce cadre théorique sont analysés le fonctionnement et les évolutions historiques et contemporaines des pratiques d’arraisonnement gouvernementales ou non des flux cataboliques au Caire et à Lyon dans le contexte du déploiement du métabolisme capitaliste contemporain.

Jury : 

Mme Sabine BARLES, Professeure des universités, Université Paris 1, Membre

M. Éric DENIS, Directeur de recherche, CNRS, Rapporteur

M. Romain GARCIER, Maître de conférences, ENS Lyon, Membre

Mme Myriam HOUSSAY-HOLZSCHUCH, Professeure des universités, Université Grenoble Alpes, Co-Directrice

Mme Jennifer ROBINSON, Professor, University College London, Rapportrice

M. Éric VERDEIL, Professeur des universités, SciencesPo Paris, Co-Directeur

Soutenance de Thèse: Marie Bonte, Beyrouth, états de fête. Géographie des loisirs nocturnes dans une ville post-conflit

Je participerai demain, vendredi 8 décembre à Grenoble, au jury de la thèse de Marie Bonte. (ses publications via Hal).

Résumé :

Cette thèse porte sur les espaces de la vie nocturne à Beyrouth, entendus comme l’espace physique des bars et des boîtes de nuit et comme un ensemble de pratiques et de sociabilités qui leur sont associées (notamment autour de l’alcool, de la danse, de la musique), regroupant diverses catégories d’acteurs chargés de sa production et de sa régulation. Tout en privilégiant une étude décentrée des concepts, je m’inscris dans le champ récent qui intègre la nuit à la réflexion géographique. Je privilégie l’analyse des usages ludiques de Beyrouth la nuit ainsi que leur portée sociale et politique dans le contexte libanais. J’articule donc les problématiques nocturnes au prisme du post-conflit, qui permet de définir une situation dans laquelle les héritages de différentes périodes de guerre sont encore visibles et opérants tout en se mêlant à d’autres processus plus récents. Le rapport entre vie nocturne et ville post-conflit est à double sens : la situation post-conflictuelle conditionne l’offre, les pratiques et les représentations attachées aux loisirs de nuit qui en retour constituent le lieu d’inscription des héritages, des incertitudes et des possibles de la jeunesse noctambule. Cette recherche s’appuie sur une enquête qualitative mêlant entretiens formels et observation directe. La vie nocturne de Beyrouth y est appréhendée à travers trois lectures de l’espace : l’espace physique et urbain investi par les établissements et les individus, l’espace social des relations entre acteurs, l’espace politique et critique des revendications et des transgressions. Ces trois niveaux de compréhension mobilisent tout en les spatialisant les notions de champ (pour désigner les acteurs chargés de la production de la vie nocturne), de monde (pour désigner les noctambules) et d’ethos (pour désigner l’ensemble des principes et des valeurs qui orientent les comportements.

Jury :

Mme Mona Harb, Professor, American University of Beirut (Rapporteur)

Mme Anna Madoeuf, Professeur, Université François-Rabelais de Tours (Rapporteur)

M. Éric Verdeil, Professeur, Sciences-Po Paris (Examinateur)

M. Franck Mermier, Directeur de Recherches, CNRS, IIAC/LAUM (Examinateur)

M. Jérôme Tadié, Chargé de Recherches, IRDN, URMIS (Examinateur)

Mme Karine Bennafla, Professeure, Université Jean Moulin Lyon 3, (Co-Directrice)

Mme Myriam Houssay-Holzschuch, Professeure, Université Grenoble Alpes (Co-Directrice)

Villes sud-méditerranéennes sous tension: que nous disent-elles de la transition énergétique?

J’étais l’invité, le vendredi 17 novembre 2017, de l’Institut méditerranéen d’études avancées (IMéRA) à Marseille dans le cadre du cycle mensuel « La transition énergétique v/ les transitions énergétiques : hier, demain, ici, ailleurs » inscrit dans le programme « Phénomènes globaux et régulation » de l’IMéRA et appuyé par le PR2I Energies.

Voici le résumé de mon intervention:

Villes sud-méditerranéennes sous tension: que nous disent-elles de la transition énergétique?
Cette présentation articule des questionnements et des résultats de mes enquêtes dans deux programmes de recherche (ANR Trajectoires énergétiques des métropoles du Sud; ANR Collener: Les collectifs de la transition énergétique) ainsi que des réflexions plus larges issus de mon habilitation à diriger des recherches.
La réflexion s’ancre dans un cadre théorique dérivé de l’écologie politique urbaine, telle que Swyngedouw en particulier la conceptualise, pour aborder les tensions et les reconfigurations des circuits énergétiques urbains. Ce faisant, l’enquête poursuit deux objectifs : saisir les mutations affectant les relations entre villes et énergies dans le double contexte du tournant néolibéral, et de la transition énergétique ; évaluer les apports pour les études urbaines et pour les sciences sociales d’une analyse de ces questions à partir de villes du Sud. Les exemples sont principalement pris au Liban, en Jordanie et en Tunisie, ainsi que, secondairement, dans les autres pays du sud et de l’est de la Méditerranée. Ces travaux partent du constat de tensions grandissantes, dans ces villes en forte croissance démographique et marquées par l’émergence de nouveaux modes de consommation, autour de la question énergétique qui se manifestent en particulier par des coupures et des difficultés d’accès inédites, ainsi que des hausses tarifaires. Alors que la transition énergétique est présentée, dans les pays du Nord et par les organisations internationales, comme un nouveau cadrage politique structurant, impliquant notamment un rôle accru des métropoles, mes enquêtes montrent une situation très complexe. Si les tensions existantes, qui se manifestent en particulier dans les villes, attestent d’une politisation accrue de la question énergétique, en revanche il est difficile de percevoir l’émergence de véritables politiques énergétiques urbaines. Les Etats restent les accords majeurs de l’action énergétique. De plus, l’impératif de la transition vers des énergies bas carbone et l’efficacité énergétique apparaît brouillé au regard d’autres priorités, qu’elles concernent la sécurisation énergétique, la régulation sociale de l’accès aux services par les tarifs, ainsi que des discours nationalistes, anti-colonialistes voire anticapitalistes qui relèguent les aspirations environnementales au second rang. Dans ce cadre, quel statut conceptuel attribuer à la transition énergétique? 

On peut revoir la vidéo de mon intervention (ainsi que les diapositives utilisées), qui dure environ une heure (à partir de 7 mn 30 environ), suivie de questions (une heure environ aussi).

Vidéo intégrale du séminaire « Villes sud-méditerranéennes sous tension: que nous disent-elles de la transition énergétique? » par Eric Verdeil (CERI-Sciences Po) enregistré le 17 novembre 2017, à l’IMéRA.

Crise des déchets et fabrique urbaine à Beyrouth

Je poursuis ma série (1, 2) sur les enjeux de la crise des déchets à Beyrouth, en archivant ici ce petit texte publié par la Lettre Cogito n°3 de Sciences Po, dans le cadre d’un dossier plus large : Les métropoles sont elles gouvernables?

La crise des déchets que connaît le Liban depuis l’été 2015 a été fortement médiatisée et a donné lieu à des analyses essentiellement intéressées par sa signification politique. Causée par la saturation de la principale décharge de l’agglomération de Beyrouth et l’incapacité des autorités gouvernementales à adopter une solution pérenne, cette crise a provoqué une forte mobilisation civique.
Au-delà de la question technique de la gestion et du traitement des ordures, les manifestants contestaient un système opaque où l’État, incapable d’assurer le fonctionnement minimal des services publics, ne sert qu’à enrichir une élite politique que seul unit le souci de « se partager le gâteau » et de se maintenir au pouvoir.

Construire sur les décharges de la guerre civile Continuer la lecture

Dossier Les défis du Liban : Géopolitique du pays du Cédre

Le magazine Carto (n°43, septembre 2017) publie un dossier sur le Liban, cosigné par Claire Gillette, Ghaleb Faour et Eric Verdeil. Il reprend des données, des cartes et des illustrations de notre Atlas du Liban . Les nouveaux défis publiés par l’IFPO. En voici le pitch:

« Alors que la reconstruction après la fin de la guerre civile (1975-1990) était loin d’être achevée, le début des années 2000 au Liban a été marqué par plusieurs crises et épisodes violents et de longues périodes de vacance au sein du pouvoir exécutif. Malgré l’élection de Michel Aoun à la présidence, en octobre 2016, le système politique libanais s’avère à bout de souffle. Sans parler de sa fragilité géopolitique, chronique, le pays fait face à des défis multiples, démographiques, économiques, sociaux et environnementaux, alors que les services publics sont confrontés à de nombreuses difficultés. La résilience de la société libanaise se manifeste à travers l’émergence de nouveaux modes de gouvernance territoriale et des initiatives locales. »

Le magazine se trouve en librairie et dans les kiosques de presse jusqu’à fin octobre.

Questions d’énergie à la Royal Geographical Society Conference 2017

Je participerai à deux panels à la Royal Geographical Society Conference 2017 à Londres le 30 août prochain.

Le premier panel s’intitule Scar-Cities: Middle East urbanisms between violent environments and disrupted governance et est organisé par Nathan Marom. Mon papier s’intitule:

« Securitizing urban electricity supply: a political ecology perspective on Jordanian and Lebanese cases »

Un générateur électrique de la société privée Kahraba Jbeil, ou quand le capitalisme familial impose son monopole

Building upon the concept of urban political ecology (Swyngedouw 2006), I apply this framework to the understanding of the flows of energy in the cities of Beirut and Amman and specifically to electricity. Supplying these cities with electricity implies the creation of new circuits that are both material and socio-political. In Amman, one of the projects elaborated to cope with the growth of energy demand is to build a nuclear plant in the « desert » nearby Amman. This project, now allegedly in the final studies, has experienced many episodes and delays. In Lebanon, the citizens facing regular and long lasting blackouts have been relying for more than twenty years on generators operated by various local, mostly informal and commercial-oriented small firms, and now local capitalist companies seeking to push a privatization policy. At a first glance, both situations seem very different in scale and in the type of actors involved. But in both cases, these new circuits are heavily contested and redistribute agencies of power in ways that empower some local actors but that, at the same time, erode solidarity at the city and national level.

Ce papier reprend un chapitre en cours de publication dans le Routledge Handbook for Middle Eastern Cities, dirigé par Haim Yacobi et Nsasra Mansour.

Dans ce même panel, Elvan Arik présentera des éléments de son travail sur les nouvelles géoraphies du chauffage à Istanbul: Heating scarcity: natural gas and the politics of unjust energy transition in Istanbul

Mon deuxième panel sera Urban Energy in the Global South. J’y présenterai avec Sylvy Jaglin le papier suivant : « Electric hybrids: emerging forms of energy transition in southern cities ». Il s’agit d’introduire un projet qui vient d’être financé l’ANR (p.19), excellente nouvelle pour les quatre années à venir… Voici le résumé:

Cities in the developing and emerging countries experience many problems of electricity supply, which conventional responses such as extending the grid cannot fix. Therefore, collective and individual alternatives develop, such as decentralized and hybrid systems. Applying the concept of hybridization to socio-technical studies, the paper articulates a proposition to study them and to evaluate their impact on the future of the electricity system, assuming they represent an emerging but unstudied form of energy transition. This paper exposes the hypotheses that guide a 4-year research which intends to empirically study these emerging configurations (by surveying the actors of the market and the regulation practices) and assess their impact on usual understandings of the transition. We review three main paradigms that have dominated energy research in the South (rural electrification and off-grid contribution; the post-networked city; the infrastructuralisation hypothesis) and we develop our own hypothesis: that of a long lasting hybridization of electrification configurations fueled by the emergence of off-grid devices and logics of unachieved « infrastructuralisation ». This hybridization hypothesis differs from assumptions of substitution as well as from ideas of « incremental infrastructure » or « deliverance palliative », based on the idea of improvisation and social collaboration, which refers mainly to « practical norms”, such as the electric poaching. Our proposal instead focuses on the emergence of collective solutions, socially more structuring, technically more complex and temporally more durable. The main challenge is not technical (solutions exist and new ones are always invented) or social (in spite of poverty), it relates to the association between the two: that is to say their assemblage into functional socio-technical systems of supply and the strength of institutions in charge of their management and their regulation. Our hypothesis goes that there is no single assemblage model, each being enshrined in its environment. Our presentation will illustrate the potential of the hypothesis based on cases in Lebanon and South Africa, and present other fieldwork where we intend to develop it.

Emerging countries, cities and energy. Questioning transitions

J’ai le plaisir de signaler la parution récente de ce chapitre : Sylvy Jaglin, Éric Verdeil. 2017, Emerging countries, cities and energy. Questioning transitions. in Stefan Bouzarovski; Martin J Pasqualetti; Vanesa Castán Broto (eds.). The Routledge Research Companion to Energy Geographies, Routledge, pp.106-120. Plus d’information en suivant ce lien.

Ci-dessous l’introduction. Pour les francophones, il s’agit d’une traduction, légèrement révisée, du texte d’introduction au dossier de la revue Flux (n°93-94, 2013) intitulé Energie et villes des pays émergents : des transitions en question (en libre accès) Continuer la lecture

Des déchets aux remblais: imaginaire aménageur, corruption et dérèglements métaboliques à Beyrouth

Le port de pêche de Borj Hammoud au pied de la « montagne » de déchets accumulés depuis la guerre civile libanaise jusqu’à 1997, avant les récents travaux de démantèlement. Photo Eric Verdeil, CC-ND-NC

Les scandales à répétition qui éclatent à propos de la gestion des déchets au Liban et plus particulièrement dans l’agglomération de Beyrouth mettent en évidence les montants énormes des contrats en question et leur opacité, et donc plus largement la corruption qui joue un rôle déterminant dans l’organisation de l’action publique. Les débats de l’été 2015 ont ainsi permis d’exposer publiquement les zones d’ombre, anomalies et irrégularités concernant les contrats successifs de Sukleen, et de pointer vers un ensemble de bénéficiaires indirects de cette rente. La réorganisation en principe provisoire de la gestion des déchets à Beyrouth et dans le Mont Liban s’est traduite par l’apparition de nouveaux acteurs, bénéficiaires des contrats de collecte ou de construction et de gestion de décharges dont les montants et les modalités techniques posent là encore question. De plus, sans même parler de la décision hautement discutable d’installer des décharges au bord du littoral, diverses anomalies ont été soulignées, comme le fait que le tri et le recyclage–déjà peu ambitieux–sont pour l’instant impossibles à cause de la saturation des installations dédiées pour cause de stockage de déchets, alors que les entreprises sont payées pour un travail qu’elles ne font pas. Enfin, le dévoilement d’une clause permettant de démanteler la décharge de Borj Hammoud pour déposer les ordures stockées là depuis les années 1990 directement dans la mer apparaît comme une provocation environnementale d’un cynisme absolu de la part du CDR–et qui va sans doute avec des contreparties financières. Continuer la lecture

Beyrouth, ville divisée

L’enregistrement de ma conférence « Beyrouth, ville divisée » tenue aux Rendez vous de l’Histoire du Monde arabe, à l’Institut du Monde arabe, le 21 mai dernier, est en ligne. En complément, voici aussi mon support de présentation:

Les autres conférences peuvent être retrouvées ici.

Présentation de l’Atlas du Liban : les nouveaux défis à Lyon

Je profiterai d’un prochain passage à Lyon pour y présenter la nouvelle édition de l’Atlas du Liban avec Marie Bonte, auteure d’une section sur les inégalités de genre. La discussion sera introduite par Elisabeth Longuenesse.

Cette séance aura lieu le 27 avril à 18h30, à la librairie Terre des livres, 87 rue de Marseille 69007 Lyon. Entrée libre et all welcome!